Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche

Miquel Barceló et la Casa de Velázquez

Pierre Guichard
p. 245-252

Texte intégral

  • 1 García Sanjuán, 2006, pp. 81-152, et id., 2012, pp. 187-219 ; Voir aussi Carvajal, 2014, pp. 318-33 (...)

1Manuel Acién, puis Miquel Barceló, deux universitaires dont les travaux ont été marquants pour l’histoire de l’« Espagne musulmane » ou d’al-Andalus, ont disparu en 2013, en août pour le premier, en novembre pour le second. Je sais très bien que des divergences les avaient assez profondément séparés. Même si elles pouvaient tenir aussi à d’autres causes, elles étaient largement idéologiques, et procédaient pour une bonne part d’interprétations différentes de l’évolution de la formation politico-sociale andalusí entre la fin de l’Antiquité et l’apogée de l’époque omeyyade. Un certain nombre d’articles et contributions récemment parus ont déjà tracé les grandes lignes de leurs apports respectifs à l’historiographie1. J’ai entretenu des relations amicales avec l’un et l’autre, et tous deux ont bien voulu considérer mon Al-Andalus de 1976 comme l’un des points de départ de leurs travaux, qui eux-mêmes ont inspiré à leur tour ma propre réflexion. Je consacrerai les lignes qui suivent à Miquel Barceló, à qui je dois la publication de mon Al-Andalus paru à Barcelone en 1976. Nés la même année 1939, nous étant rencontrés au début des années 1970, à Valence, nous avons pour une bonne part partagé nos parcours scientifiques durant une vingtaine d’années. Ses contacts suivis avec la recherche française, la Casa de Velázquez, mais aussi Pierre Toubert et la chaire d’histoire de l’Occident méditerranéen au Moyen Âge du Collège de France, justifient, il me semble, la publication de cette notice dans les Mélanges de la Casa de Velázquez.

2Né à Felanitx (comme le peintre, son célèbre homonyme et ami), Miquel Barceló est resté jusqu’à sa mort fidèle à ses origines majorquines. C’est en effet à Felanitx qu’il s’était retiré et qu’a eu lieu son décès, dans sa maison de Portocolom, le 23 novembre 2013. Il restera aussi toute sa vie profondément attaché au majorquin/catalan de son pays natal, et tout aussi méfiant à l’égard du castillan appris à l’école, « qui n’était pas sa langue », et qu’il se voyait contraint d’utiliser. C’est avec l’intention de devenir écrivain qu’il vient étudier la philologie romane à l’université de Barcelone à la fin des années cinquante. De cette vocation initiale témoigne un livre de poèmes (Així sia: elegies irremeiables, Moll, 1957, et de son amour constant pour sa langue deux brefs textes littéraires (El terme de Manacor et Trenc dalba) publiés bien plus tardivement en 2007 et 2009. À la fin de son cursus universitaire, « pour motifs personnels », il part à Londres en 1963, et de là à New York, où il enseigne l’espagnol dans plusieurs universités, jusqu’à ce qu’un cancer de la gorge, dont les lourdes séquelles le poursuivront jusqu’à la fin de sa vie, l’amène à revenir à Barcelone en 1970.

  • 2 Barceló, 1971-1972, pp. 33-42.
  • 3 Balaguer, 1976.
  • 4 Voir Barceló, 1977, p. 58, note 8, qui en publie les premiers résultats.
  • 5 On peut citer entre bien d’autres le dossier monographique sur ce thème publié dans la revue Al-Qan (...)

3En 1971 il soutient à Valence une thèse sur les légendes engendrées par la conquête arabe, mais très vite, en accord avec l’historien valencien Joan Reglá, c’est vers une réflexion sur les différences structurelles entre l’Espagne préislamique et l’Andalus qu’il se tourne. Enseignant à l’université autonome de Barcelone (dont la création date de 1968), ses premières recherches l’orientent en particulier vers les possibilités, alors très nouvelles, d’une approche numismatique différentielle des organisations sociopolitiques du royaume wisigothique et de l’Andalus en formation. Il s’attache à des faits monétaires qui n’avaient jusqu’alors que très peu retenu l’attention dans le cadre universitaire, comme les fulūs ou monnaies de cuivre qui font l’objet de frappes contemporaines de la conquête arabe de la Péninsule2. Il dirige le mémoire d’Anna María Balaguer sur les monnaies d’or musulmanes « transitionnelles » des années 93-97/712-716, travail destiné à devenir lors de sa publication en 1976 un classique encore aujourd’hui « incontournable » de l’historiographie des monnaies latino-arabes3. Il engage par ailleurs en 1974 avec une petite équipe une recherche qui se propose d’analyser plus ambitieusement près de 2000 monnaies wisigothiques4. De ces premières recherches dérivent divers travaux ultérieurs de Félix Retamero et Xavier Ballestín qui furent ses disciples et ont poursuivi ces enquêtes sur les monnaies comme témoignages des structures sociopolitiques. La justesse de ses perspectives est actuellement pleinement confirmée par l’importance donnée au thème numismatique et plus spécifiquement à la question des fulūs dans l’historiographie5.

  • 6 Ses positions sont constamment affirmées dans les travaux cités ici. Mais Il serait intéressant de (...)

4Ses préoccupations fondamentalement politiques6 le rattachent à des courants tiers-mondistes et néo-marxistes dont il connaît bien les débats publiés en anglais ou en français, à une date où ceux-ci commencent à peine à être diffusés en Espagne. En publiant une traduction (Sobre el desarrollo desigual de las formaciones sociales, Barcelone, Anagrama, 1974) d’un chapitre de l’ouvrage de l’économiste franco-égyptien Samir Amin sur Le développement inégal paru à Paris l’année précédente, il introduit en Espagne le concept de « société tributaire », repris un peu plus tard et à partir de ses premières réflexions par d’autres médiévistes (Reyna Pastor, Del Islam al cristianismo, Barcelone, 1975 ; Pedro Chalmeta, « Al-Andalus, société féodale », dans Le cuisinier et le philosophe. Hommage à Maxime Rodinson, Paris, 1982 ; moi-même vers la même époque). C’est, je crois, sa conviction d’une différence de nature entre les sociétés qui se sont développées dans le Dār al-islām, auquel appartient pour lui pleinement l’Andalus, et celles de l’Europe en voie de féodalisation qui l’amène à « parier » sur ma thèse « de troisième cycle » sur les tribus arabes et berbères dans l’Espagne musulmane (soutenue à Lyon en 1972), pour la faire publier en 1976 dans la collection « Breve biblioteca de reforma » de l’éditeur Carlos Barral, avec lequel il entretient des liens d’amitié et qui lui en a donné la direction. Si mes souvenirs sont exacts il influe de façon assez décisive sur le choix de son titre Al-Andalus. Estructura antropológica de una sociedad islámica en occidente.

  • 7 Barceló, 1984, pp. 77-87.
  • 8 Ibid., pp. 136-138.
  • 9  Par exemple Soto i Company, 1984, et id., 1991 ; ou Jené, 1986, pp. 403-410.
  • 10 Rosselló Bordoy (éd.), 1987.

5On ne saurait évidemment donner ici une liste de ses publications des années 1970-1980, d’une grande diversité. Il s’agit de textes souvent brefs, occasionnés parfois par l’apparition d’une source nouvelle dont il a bien perçu les possibilités (ainsi plusieurs articles sur le texte d’al-Zuhrī qui apporte des données nouvelles sur les Baléares), et par divers points de l’histoire majorquine, comme le traité de Capdepera de 1231 entre Jacques Ier d’Aragon et le gouverneur musulman de Minorque, texte dont il met bien en évidence l’intérêt pour la compréhension du système social de l’île à la veille du protectorat qui lui est imposé par le roi chrétien7. L’attention particulière portée à la toponymie des Baléares l’amène à d’assez nombreuses propositions, à travers lesquelles se précise l’idée d’une importante marque berbère, pour une bonne part d’époque almoravide. Tout n’est peut-être pas à retenir dans les rapprochements ainsi suggérés, mais certains, comme celui entre les noms des districts de Yartān et Bitra et ceux de deux tribus du sud du Sahara, sont assez convaincants8. Une partie de ces textes, parus entre 1975 et 1984, sont réunis et publiés à cette dernière date à Palma dans son Sobre Mayūrqa. Dès avant sa nomination comme catedrático en 1988, Il dirige parallèlement les travaux d’un groupe consistant d’étudiants séduits par son charisme. Ces travaux tendent à démontrer la radicalité de la rupture que représente la conquête chrétienne, avec la totale dépossession ou mise en esclavage consécutive des musulmans, et la constitution d’une nouvelle société importée qui s’inscrivait pour lui dans le contexte de l’expansion, à ses yeux « génocidaire », de l’Occident féodalisé9. Le colloque de Palma de Majorque de 1987 sur les « Illes orientals d’al-Andalus », édité la même année par Guillem Rosselló Bordoy10, est le théâtre d’un affrontement à peine feutré entre ce qui apparaît alors comme son « école » (F. Retamero, H. Kirchner, A. Poveda…), épaulée par des historiens ou archéologues dont la vision est également « rupturiste », et d’autre part des arabisants davantage rattachés, comme M. de Epalza ou M.-J. Rubiera à la vision traditionnelle de l’arabisme hispanique.

  • 11 « Els assentaments esdevenen “tribals”, doncs, dins un sistema. Altrament les comunitats camperoles (...)
  • 12 Il ne me semblait pas, par exemple, que l’on puisse, sans s’enfermer dans une échelle de valeurs au (...)
  • 13 Gutiérrez, 1996. On trouvera les principaux articles faisant partie de la polémiques très vive à ce (...)

6Bon nombre des recherches dont Miquel Barceló a eu l’initiative ont pris une forme collective. En particulier les travaux de terrain sur lesquels il s’efforce de fonder une « archéologie hydraulique » destinée, compte tenu de la rareté des textes, à révéler la structure « tribalisée »11, donc à ses yeux « tributaire », des sociétés andalusíes des « îles orientales » et du Sharq al-Andalus. Ainsi est-ce avec María Antonia Carbonero, Ramón Martí et Guillem Rosselló Bordoy qu’il publie un premier livre qui fait date sur cette question : Les aigües cercades. Els qanat(s) de lilla de Mallorca (Institut d’estudis balearics, 1986) ; une décennie plus tard, avec Helena Kirchner et Carmen Navarro, il développe de façon plus théorique les principes de ses recherches dans El agua que no duerme. Fundamentos de la arqueología hidráulica andalusí (Grenade, El legado andalusí, 1996). Non sans une intransigeance qu’il n’est pas dans mon propos de juger, même si je ne l’ai pas forcément partagée12, et qui d’ailleurs n’ira pas sans provoquer des divergences avec certains de ceux qui l’avaient d’abord suivi ou accompagné intellectuellement, il oppose ces perspectives à celles d’autres chercheurs qui commencent à présenter une vision moins radicalement « rupturiste » de l’évolution conduisant de la basse Antiquité à la société musulmane telle qu’elle se réalise dans le califat de Cordoue. Des controverses se noueront ainsi autour de la question de cette archéologie hydraulique qu’il veut définir et promouvoir. Elle lui paraît susceptible de démontrer l’« immédiateté » des implantations tribales dans l’Andalus oriental et dans les îles, et il s’en fait le fervent défenseur. Significatif à cet égard est, on le sait, le vif débat qui l’oppose, avec certains des membres de son groupe de recherche, aux thèses favorables à une « transition » faisant davantage de place aux continuités du peuplement défendues dans les années quatre-vingt-dix par Sonia Gutiérrez13.

  • 14 Cressier, 2006, p. xiii, évoquera « les échanges féconds » qui eurent lieu lors de ces rencontres a (...)
  • 15Barceló et Toubert (dirs.), 1998.

7C’est sans doute l’importance qu’il accorde à la nécessité de l’archéologie dans de telles recherches qui l’amène à un rapprochement avec les activités menées dans ce domaine par la Casa de Velázquez depuis les années 1970-1980, et parmi les contacts extérieurs qu’il avait cherché à développer, c’est certainement ceux avec les universitaires français qu’il poursuivit de façon privilégiée. Ayant joué un rôle décisif dans l’impulsion donnée au colloque de Gérone de 1985 sur la formation et l’expansion du féodalisme catalan, il en fait confier les ponencias introductives à ses deux parties à deux universitaires français (Pierre Bonnassie et Pierre Guichard). Entre 1991 et 1994, il organise par trois fois avec André Bazzana, en collaboration avec la Casa de Velázquez, des journées d’étude sur « La maîtrise de l’eau au Moyen Âge dans la péninsule Ibérique », qui se tiennent à Barcelone et à Madrid14. Il s’implique alors tout aussi fortement dans un autre colloque qui se tient aussi à Gérone en 1992, puis dans celui de Rome de 1994, tous deux publiés en 1998 par lui-même et Pierre Toubert sous le titre de « L’incastellamento »15.

  • 16 La Casa de Velázquez a inauguré le 10 février 2015 son antenne catalane, située dans les locaux de (...)
  • 17Barceló et Sigault (éds.), 2004.

8On ne se souvient sans doute pas qu’il déploya à la même époque beaucoup d’efforts pour faire aboutir un projet, dont il avait eu l’initiative et dont il s’était d’abord entretenu avec Pierre Toubert, d’implantation d’une antenne de la Casa de Velázquez à Barcelone, qui finalement n’aboutit pas à ce moment bien que mené assez loin16. Et l’un des derniers travaux d’ampleur que je lui connais est encore une co-édition avec un universitaire français, l’agronome, historien et ethnologue François Sigault, celle de The Making of Feudal Agricultures, publié chez Brill en 2004. Ce livre fait partie de la série d’ouvrages collectifs publiés dans le cadre du programme européen « The Transformation of the Roman World ». Ouvrant l’ouvrage et y publiant une contribution intitulée « The Missing Water Mill: a Question of Technological Diffusion in the High Middle Ages »17, il y reste fidèle à ses premières interrogations. Dans un cadre « européen » et un projet éditorial qui ne correspondaient peut-être pas à ceux, plus spécifiquement universitaires, dont il aurait rêvé au début de sa carrière scientifique, il repose un problème auquel il s’est toujours attaché, celui de l’un des aspects les plus concrets de l’hydraulisme, les moulins mus par une roue horizontale, principalement ceux dotés d’une tour d’accumulation de l’eau motrice (arubah), qui en renforce la puissance.

  • 18 Martínez Enamorado, 2012.
  • 19 Ainsi, ibid. p. xv : « Se establece un circuito académico por el que lo que es nítido en los docume (...)
  • 20 Manzano Moreno, 2006, pp. 129-146. Tout le chapitre iv, intitulé « La sociedad de los conquistadore (...)
  • 21 Cela apparaît bien dans les articles sur l’historiographie cités ci-dessus, note 1, en particulier (...)
  • 22 L’article cité dans la note précédente me paraît particulièrement intéressant à cet égard. Posant b (...)

9N’ayant pas travaillé sur cette question touchant à la technologie des moulins, ainsi qu’à l’histoire de la diffusion de leurs différentes formes, je suis bien incapable d’évaluer correctement, sur le fond, la pertinence et la validité de ce texte. Ce que je peux simplement dire c’est que j’y retrouve toute son acuité intellectuelle, l’ampleur et la diversité de son information bibliographique, ainsi que des positions idéologiques toujours aussi vigoureusement affirmées. Ces dernières sont encore « intactes », dans ce qui doit être l’un de ses derniers textes publiés, les cinq ou six pages du « Prologue insoumis » qu’il a donné à l’ouvrage de Virgilio Martínez Enamorado sur le célèbre « rebelle » de la fin du ixe siècle Ibn Ḥafṣūn18. L’« insoumission » ainsi revendiquée est corrélative de son impression de se voir opposée comme une « falsification de l’histoire » conduisant à une certaine occultation de ses thèses19. Sans adhérer au premier terme de son sentiment, je ne suis pas sûr qu’il ait eu totalement tort sur le second, même si sa propre intransigeance n’a pas pu expliquer en partie au moins cet isolement. J’ai été un peu étonné par exemple qu’il n’apparaisse pratiquement pas dans le livre important d’Eduardo Manzano, Conquistadores, emires y califas, paru en 2006. Celui-ci comporte pourtant plusieurs pages dans lesquelles l’auteur s’inscrit en faux contre les thèses qui interprètent dans un sens « tribaliste » ou « segmentariste » l’évolution sociale d’al-Andalus dans les premiers temps de son islamisation20. Il m’attribue le mérite ou la responsabilité du courant historiographique ayant défendu de telles positions, alors que c’est autant (ou peut-être davantage) des travaux de Miquel Barceló que des miens qu’a résulté ce courant historiographique21. Un certain retour « pendulaire » a maintenant ramené le balancier de l’historiographie vers des thèses dont la tonalité est assez peu favorable à ce dernier22. Je ne suis pas sûr que des débats dépassionnés ne seraient pas encore utiles, qui peut-être établiraient plus justement l’utilité de l’apport intellectuel de Miquel Barceló.

Haut de page

Bibliographie

Balaguer, Anna María (1976), Las emisiones transicionales árabe-musulmanes de Hispania, Barcelone.

Barceló, Miquel (1971-1972), « Sobre algunos fulūs contemporáneos a la conquista de Hispania por los árabe-musulmanes », Boletín de la Real Academia de Bellas Artes de Barcelona, XXXIV, p. 33-42.

Barceló, Miquel (1977), « Monedas visigodas de Hispania: un estado de la cuestión y algunos problemas de metrología y organización en las emisiones monetarias », Numisma, 147-149, p. 58.

Barceló, Miquel (1984), Sobre Mayūrqa, Palma de Majorque, pp. 77-87.

Barceló, Miquel et Sigault, François (éds.) [2004], The Making of Feudal Agriculture, Brill.

Barceló, Miquel et Toubert, Pierre (dirs.) [1998], « L’incastellamento », Actes des rencontres de Gérone (26-27 novembre 1992) et de Rome (5-7 mai 1994), École française de Rome et Escuela Española de Historia y Arqueología en Roma, Rome.

Carvajal, José C. (2014), « The Archaeology of al-Andalus: Past, Present and Future », Medieval Archaeology, 58, pp. 318-339.

Cressier, Patrice (2006), La maîtrise de leau en al-Andalus. Paysages, pratiques et techniques, Casa de Velázquez, Madrid, p. xiii.

García Sanjuán, Alejandro (2006), « El concepto tributario y la caracterización de la sociedad andalusí: treinta años de debate historiográfico », dans Id. (éd.), Saber y sociedad en al-Andalus, IV-V Jornadas de Cultura Islámica, Almonaster la Real, Huelva, pp. 81-152.

García Sanjuán, Alejandro (2012) « El hecho tribal y el concepto tributario. Tres propuestas de caracterización de la sociedad andalusí », dans Maribel Fierro, Juan Martos et alii (éds.), 711-1616: de árabes a moriscos. Una parte de la historia de España, Cordoue, pp. 187-219.

Gutiérrez, Sonia (1996), La cora de Tudmīr, de la antigüedad tardía al mundo islámico. Poblamiento y cultura material, Casa de Velázquez, Madrid-Alicante.

Jené, Aurèlia (1986), « La conquesta de Manërqa el febrer de 1287 », dans Estudi General, 5-6, Gérone, pp. 403-410.

Manzano Moreno, Eduardo (2006), Conquistadores, emires y califas. Los omeyas y la formación de al-Andalus, Barcelone.

Martínez Enamorado, Virgilio (2012), cUmar Ibn afṣūn. De la rebeldía a la construcción de la Dawla. Estudios en torno al rebelde de al-Andalus (880-928), Universidad de Costa Rica, Costa Rica.

Rosselló Bordoy, Guillem (éd.) [1987], Les illes orientals dal-Andalus i les seves relacions amb Sharq al-Andalus, Magrib i Europa cristiana (s. VIII-XIII), Institut d’estudis balearics, Palma de Majorque.

Soto i Company, Ricard (1984), Codex català del Llibre del Repartiment de Mallorca, Palma de Majorque.

Soto i Company, Ricard, Lordenacio de lespai i les relacions socials a Mallorca en el segle xiii, 1229-1301), thèse soutenue en 1991 à l’Universitat Autònoma de Barcelona.

Haut de page

Notes

1 García Sanjuán, 2006, pp. 81-152, et id., 2012, pp. 187-219 ; Voir aussi Carvajal, 2014, pp. 318-339.

2 Barceló, 1971-1972, pp. 33-42.

3 Balaguer, 1976.

4 Voir Barceló, 1977, p. 58, note 8, qui en publie les premiers résultats.

5 On peut citer entre bien d’autres le dossier monographique sur ce thème publié dans la revue Al-Qantara, 27 (2), 2006, où figurent des articles de Xavier Ballestín et Félix Retamero.

6 Ses positions sont constamment affirmées dans les travaux cités ici. Mais Il serait intéressant de considérer aussi les multiples contributions qu’il donne à la revue barcelonaise LAvenç, fondée en 1977.

7 Barceló, 1984, pp. 77-87.

8 Ibid., pp. 136-138.

9  Par exemple Soto i Company, 1984, et id., 1991 ; ou Jené, 1986, pp. 403-410.

10 Rosselló Bordoy (éd.), 1987.

11 « Els assentaments esdevenen “tribals”, doncs, dins un sistema. Altrament les comunitats camperoles sense dimensió genealogica arab o berber, almenys no coneguda per a nosaltres, estarien en una situació devident inferioritat tant enfront del sultân com de les altres comunitats regides per una forta solidaritat genealogica. Per aixo les comunitats camperoles, irrepectivament del seu origen o formació cronologica, han de tendir a adoptar els comportaments socials tribals. Es a dir, el medi tribal produeix tribus », Jené, 1986, pp. 403-410.

12 Il ne me semblait pas, par exemple, que l’on puisse, sans s’enfermer dans une échelle de valeurs aussi étroitement matérialiste que scientifiquement inacceptable, retenir certains de ses jugements, en particulier en ce qui concernait l’archéologie : « C’est une connaissance de qualité très inférieure d’établir une classification des chapiteaux de la mosquée de Cordoue que de parvenir à calculer les possibilités de subsistance et d’excédent de production des alquerias d’une vallée valencienne », Barceló, 1992, p. 244.

13 Gutiérrez, 1996. On trouvera les principaux articles faisant partie de la polémiques très vive à cet égard dans la revue de Jaén Arqueología y territorio medieval (vol. 3, 1996, et vol. 4, 1997) de ainsi que dans les vol. 21 (1999) et 22 (2000) de Arqueología espacial (Teruel).

14 Cressier, 2006, p. xiii, évoquera « les échanges féconds » qui eurent lieu lors de ces rencontres avec l’équipe de Miquel Barceló.

15Barceló et Toubert (dirs.), 1998.

16 La Casa de Velázquez a inauguré le 10 février 2015 son antenne catalane, située dans les locaux de l’Universitat Pompeu Fabra.

17Barceló et Sigault (éds.), 2004.

18 Martínez Enamorado, 2012.

19 Ainsi, ibid. p. xv : « Se establece un circuito académico por el que lo que es nítido en los documentos medievales y en la realidad actual, se convierte en una nebulosa ideológica donde caben tan blanda es, todas las especulaciones acerca de la improbabilidad misma de la destrucción sin supervivientes de al-Andalus que ostentosamente fue ».

20 Manzano Moreno, 2006, pp. 129-146. Tout le chapitre iv, intitulé « La sociedad de los conquistadores » (pp. 121-186) s’inscrit dans la même perspective.

21 Cela apparaît bien dans les articles sur l’historiographie cités ci-dessus, note 1, en particulier celui de García Sanjuán : « Aludiendo a la tesis continuista de Barceló sobre el hecho tribal [...] el investigador francés se remite a la inexistencia de datos seguros que la confirmen, descartando la posibilidad de dar respuestas “simples y unívocas” », García Sanjuán, 2012, p. 199.

22 L’article cité dans la note précédente me paraît particulièrement intéressant à cet égard. Posant bien la question : « Si al-Andalus no es tribal ni tampoco sustancialmente diferente de la sociedad feudal en aspectos relativos a la lógica económica y política, ¿como caracterizarla? » (ibid., p. 218). García Sanjuán exprime en dernière analyse une certaine adhésion aux positions exprimées par Manzano. Je persiste, quant à moi, à penser que, contrairement à ce qu’affirme ce dernier (manzano moreno, 2006, p. 115) la société « hispanique » dût être radicalement transformée par la conquête. Il est vrai que d’autres passages du même ouvrage admettent bien l’importance de la « commotion » représentée par la conquête et le caractère décisif des transformations qui en résultent (ibid., pp. 118-119). S’il est tout à fait raisonnable de penser que l’évènement ne correspondit pas à une « marée humaine » (ibid., p. 119), mon impression est que les thèses de Manzano, en se centrant sur des faits « dynastiques » dont je ne conteste pas l’intérêt, n’accordent pas toujours une attention suffisante aux réalités « périphériques » et à un apport démographique qui joue, dans les différentes régions d’al-Andalus, un rôle plus important que celui qu’il lui reconnaît.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Guichard, « Miquel Barceló et la Casa de Velázquez »,Mélanges de la Casa de Velázquez, 45-1 | 2015, 245-252.

Référence électronique

Pierre Guichard, « Miquel Barceló et la Casa de Velázquez », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 45-1 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 17 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/mcv/6255

Haut de page

Auteur

Pierre Guichard

Professeur honoraire – Université Lumière Lyon 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals