Navigation – Plan du site
Miscellanées

Une grande hydraulique saharienne à l’époque médiévale

L’oued Ziz et Sijilmassa (Maroc)
Una gran hidráulica sahariana en la época medieval: el río Ziz y Sijilmassa (Marruecos)
A major mediaeval Saharan waterworks: Oued Ziz and Sijilmassa (Morocco)
Chloé Capel
p. 139-165

Résumés

Si les ressources caravanières sont une richesse prépondérante ayant porté l’expansion de la ville médiévale de Sijilmassa (Maroc) aux environs des viiie et ixe siècles de notre ère, il n’en demeure pas moins que le développement de son arrière-pays agricole représente un autre facteur essentiel de son essor urbain. L’oasis de Sijilmassa est strictement liée à l’exploitation d’un oued : le Ziz. Or, il est établi depuis plus de cinquante ans que cet oued est de nature anthropique, qu’il s’agit d’un canal donc, sans que cet élément singulier n’ait encore véritablement attiré l’attention des historiens et des archéologues, en dépit des implications sociales, techniques et culturelles évidentes que sous-tend un tel objet d’étude. Une mise en perspective archéologique et historique de cette découverte de géologues permet pourtant de dégager des pistes de réflexions inédites sur l’histoire du pouvoir, de l’économie, de l’agriculture, des techniques et des échanges de savoirs à Sijilmassa mais aussi plus largement au Maghreb extrême dans les premiers siècles de l’Islam.

Haut de page

Texte intégral

Ce travail, émanant d’une recherche doctorale en cours, n’aurait pu être mené sans l’apport scientifique du « Moroccan-American Project at Sijilmasa » (MAPS), dirigé par M. Ronald A. Messier (Middle Tennessee State University), dont les travaux géographiques de MM. James Miller (Clemson University), Tony Wilkinson (Durham University) et Dale Lightfoot (Oklahoma State University) ont été exploités. L’accès au terrain du Tafilalt n’aurait pas été possible sans l’autorisation et le soutien de l’Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine (dir. Aomar Akerraz) et de la Direction du Patrimoine à Rabat (dir. Abdallah Alaoui) ni sans l’aide précieuse du directeur du Centre des études et recherches alaouites de Rissani, M. Mohamed Boucharaa. Les éclairages historiques et archéologiques de MM. Abdallah Fili (université Chouaib Doukkali, El-Jadida), Jean-Pierre Van Staëvel (université Paris 4) et Patrice Cressier (CNRS Lyon) de même que les observations d’ordre géomorphologique de MM. Philippe Schoeneich (université Grenoble 1) et Alain Person (université Paris 6) ont été déterminants dans l’élaboration de ce texte. Qu’ils en soient tous, de même que le professeur Jean Polet (université Paris 1) à l’origine de cette recherche, vivement remerciés.

Toute notre gratitude va à l’égard de Monsieur Jean Margat, pour son admirable travail sans lequel cette étude n’aurait pu voir le jour, gratitude à laquelle nous joignons nos plus sincères et chaleureux remerciements pour les entretiens qu’il a eu l’amabilité de nous accorder et pour sa participation enthousiaste à l’élaboration de cet article, en dépit d’une retraite officiellement prise il y a plus de 25 ans.

  • 3 La transcription des termes arabes employés dans ce texte est simplifiée, afin de rendre plus fluid (...)

1Ce texte s’attache à une relecture, à travers le prisme de l’archéologie, des travaux du géologue Jean Margat, responsable d’une remarquable étude du système hydrogéologique du bassin du Tafilalt (Maroc) menée dans les années 1950. La mise en exergue de certaines de ses découvertes, aujourd’hui largement méconnues, permet d’apporter des éléments de compréhension inédits à l’histoire de la plus célèbre cité médiévale caravanière du Maroc, précisément sise au Tafilalt : Sijilmassa3.

Le Tafilalt : de l’oasis contemporaine à l’oasis médiévale

  • 4 Margat, 1958, p. 5 ; Id., 1959, p. 254 ; Id., 1962, p. 13.
  • 5 Mémoire explicatif de la Carte Hydrogéologique au 1/50 000 de la Plaine du Tafilalt, publié à Rabat (...)

2Située au pied du Haut-Atlas, la plaine du Tafilalt forme, en limite du désert saharien, une vaste dépression où sont drainés de nombreux oueds et connaît ainsi depuis plusieurs siècles un développement agricole exceptionnel fondé sur des exploitations oasiennes. À la fin des années 1940, dans le cadre d’une modernisation de l’accès à l’eau dans cette région, la Direction des Travaux Publics finance un ambitieux programme mené, dix années durant, par J. Margat, chargé de documenter le fonctionnement hydrogéologique de la plaine4. Cette masse de données est rassemblée dans une monographie publiée en 19625 qui constitue encore aujourd’hui une documentation géologique et environnementale exceptionnelle sur une région saharienne et oasienne du Maroc.

  • 6 Al-Bakrī, Kitāb al-masālik, pp. 282-84.
  • 7 Margat, 1962, pp. 100 et 189.

3Or le Tafilalt, berceau de la dynastie régnante et en conséquence site illustre de l’histoire moderne du Maroc, est également un haut lieu de l’histoire médiévale nord-africaine : celui de la ville de Sijilmassa, fondée, d’après les textes, dans le courant du viiie siècle de notre ère6. Le tell archéologique principal de Sijilmassa se déploie au cœur de la palmeraie du Tafilalt, la plus grande oasis de la plaine dont elle porte le nom, sur la rive gauche de l’oued Ziz, avec lequel Sijilmassa est, depuis ses premières occurrences dans les sources en arabe, dépeinte en association étroite. Cet oued est systématiquement décrit comme un élément central de la construction de la cité, de son essor urbain et surtout du développement agricole de la région, dont l’ancienneté peut ainsi être envisagée, grâce aux textes, sur au minimum douze siècles. Aujourd’hui encore, même si son flux est contrôlé depuis le barrage Hassan ad-Dakhil, construit à la fin des années 1960 à soixante-cinq kilomètres en amont, c’est le Ziz qui apporte au Tafilalt la quasi-totalité de l’eau qu’il consomme — la contribution du Gheris, le second grand oued de la plaine, restant secondaire7 — que ce soit pour ses activités agricoles ou pour la consommation urbaine de Rissani, la ville moderne construite sur les ruines de Sijilmassa.

Quelques éléments de géomorphologie locale : le Ziz comme aberration géographique

  • 8 Ibid., pp. 63-64.
  • 9 Margat, 1954, p. 192 ; Id., 1962, pp. 25 et 64.

4Le Ziz prend sa source sur le versant sud du Haut Atlas. Au sortir du massif, il se joint à l’oued Gheris pour former, légèrement à l’amont de leur confluence, une vaste plaine alluviale de 700 km², le Tafilalt (fig. 1), prise en étau entre la hamada du Guir à l’est, et les derniers contreforts de l’Anti-Atlas à l’ouest8. À la fin du Pléistocène supérieur, le Ziz et le Gheris confluent au nord de la plaine puis optent pour un cours commun vers le sud. Mais au cours du néolithique, l’apport alluvionnaire conjoint des fleuves donne à la plaine un profil de plus en plus nettement convexe qui a eu pour conséquence directe de repousser en bordure de vallée les lits des deux cours d’eau, de part et d’autre de l’accumulation médiane9. La confluence du Ziz et du Gheris est actuellement reportée de 90 km au sud, en dehors des limites de la plaine.

Fig. 1. — Carte du Tafilalt (période actuelle)

Fig. 1. — Carte du Tafilalt (période actuelle)

Document C. Capel

  • 10 Du Tafilalt.
  • 11 L’expression est de J. Margat (Margat, 1962, p. 25).
  • 12 Ibid., pp. 32, 191 et 196.
  • 13 Ibid., p. 82.
  • 14 Margat, 1954, p. 192.
  • 15 Pascon, 1984, p. 17 ; Chiche, 1984, p. 151 ; Adams, 1989, p. 24 ; Ruf, 1987, p. 364.
  • 16 Margat, 1962, pp. 100 et 189.
  • 17 Id., 1954, p. 192 ; Id., 1958, p. 16 ; Id., 1962, pp. 200-202.

5Aujourd’hui, de manière abusive, on qualifie d’oued Ziz le cours d’eau qui, au cœur de la plaine, longe le site archéologique de Sijilmassa et irrigue directement la palmeraie du Tafilalt. Cet oued n’est en réalité qu’un bras du chenal principal du Ziz, situé quant à lui à une moyenne de 10 km plus à l’est, le long des reliefs de la hamada. Dans la portion comprise entre la diffluence et la confluence du Ziz « filali10 », le cours principal de l’oued est désigné sous le vocable d’Amerbouh. Le Ziz et l’Amerbouh se séparent à environ 20 km au nord de Sijilmassa, à la hauteur du Jebel Erfoud, et se rejoignent après une course de 40 km : Sijilmassa et la palmeraie du Tafilalt se situent donc à mi-parcours de ce bras du Ziz. Ainsi, le Ziz filali et le Gheris, coulant plus à l’ouest, s’associent en une configuration géographique exceptionnelle : ces deux cours d’eau convergent l’un vers l’autre dans la plaine et constituent une sorte de « petite Mésopotamie11 » qui représente une formidable ressource en eaux superficielles, potentiellement permanentes à l’époque médiévale12, un phénomène rare dans le paysage désertique environnant. Cet environnement si particulier est à l’origine de la création des oasis du Tafilalt et de leurs 250 km² de champs cultivés. Jusqu’à la mise en activité en 1973 du barrage Hassan ad-Dakhil, la principale source d’irrigation des oasis du Tafilalt était l’exploitation des hautes eaux du Ziz : lors des épisodes de crue du fleuve, ayant lieu en moyenne deux fois par an, lors de la fonte des neiges printanière et à la saison des pluies automnales13, les hommes détournaient les eaux hautes de l’oued vers leurs champs ; ils pratiquaient alors une irrigation par submersion généralisée des parcelles au moyen de l’épandage des eaux de crue14. Ce type de pratique, qui s’apparente à la culture de décrue, rend possible des cultures à la fois peu exigeantes en eau et au cycle végétatif court (moins de 120 jours). Les céréales sont les espèces les plus adaptées (blé dur et surtout orge), mais en fonction du nombre de crues annuelles, la culture d’un certain nombre d’espèces légumineuses (pois, fèves, lentilles, doliques, luzerne) peut également être rendue possible15. J. Margat estime que ce sont les deux tiers des eaux de crue du Ziz passant dans le Tafilalt qui étaient ainsi récupérées et épandues au début des années 195016, ce qui représentait en moyenne 80 % de l’eau consommée dans la région. En regard de ces pratiques agricoles, l’exploitation des eaux souterraines restait ainsi extrêmement marginale (7 % des eaux consommées) malgré l’existence d’un très grand nombre de puits (pastoraux et domestiques) et d’un immense réseau de galeries drainantes souterraines (khettâra-s), d’origine moderne, réservées aux oasis les plus éloignées du Ziz17. Le Ziz constitue donc bien la ligne de vie des oasis du Tafilalt, et reste indissociable du développement agricole et urbain de la région.

6Or, le Ziz filali présente un certain nombre de caractéristiques géomorphologiques surprenantes qui n’ont pas été sans attirer l’attention de J. Margat. En premier lieu, comme évoqué plus haut, le Ziz filali adopte un tracé étonnant, au beau milieu de la plaine du Tafilalt, pourtant convexe et donc culminante dans ce secteur. Il suit ainsi globalement la « ligne de crête » du cône de déjection formé par le cours ancien commun de l’Amerbouh et du Gheris (fig. 2).

Fig. 2. — Topographie de la plaine du Tafilalt et structure du réseau hydrographique

Fig. 2. — Topographie de la plaine du Tafilalt et structure du réseau hydrographique

Document C. Capel d’après Margat, 1962.

  • 18 Margat, 1962, p. 27.
  • 19 Ibid., p. 27.

7Le Ziz semble ainsi s’affranchir de la topographie locale et son chenal affiche une position surélevée se développant de 2 à 12 m au dessus de celui du Gheris, pourtant tout proche (moins de 2 km par endroits) [fig. 3]18. Il est ainsi singulier que le Gheris n’ait pas encore capté le cours du Ziz alors que la topographie plaide en faveur d’une telle évolution morphologique. Le profil altimétrique du Ziz filali a également suscité l’intérêt de J. Margat. Sa pente est irrégulière, faite de longs segments sub-horizontaux, séparés par de brusques ruptures constituant des chutes, toutes exploitées aujourd’hui par des barrages19 (fig. 4).

Fig. 3. — Coupe géologique transversale de la plaine du Tafilalt

Fig. 3. — Coupe géologique transversale de la plaine du Tafilalt

Document C. Capel d’après Margat, 1962

Fig. 4. — Profils longitudinaux de l’oued Ziz filali et de l’oued Gheris au Tafilalt

Fig. 4. — Profils longitudinaux de l’oued Ziz filali et de l’oued Gheris au Tafilalt

Document C. Capel d’après Margat, 1962

  • 20 Ibid., pp. 21 et 27.
  • 21 Campy, Macaire, 2003, p. 240.
  • 22 Ibid., p. 255.

8Ce profil en escalier s’explique difficilement géologiquement alors que les vallées d’aval de l’Amerbouh et du Gheris présentent par ailleurs un profil caractéristique de fleuves jeunes, à la pente faible mais régulière20, faite d’ondulations sédimentaires typiques de chenaux récemment formés21. Enfin, le chenal du Ziz filali présente de longues portions remarquablement rectilignes, la plupart du temps étroites et peu profondes, aux berges régulières en pente douce ou marquées de paliers subhorizontaux, présentant peu de barres sédimentaires. Cette configuration est exceptionnelle et rare dans la nature, où les oueds de plaine sont généralement très larges, sinueux, encaissés, avec des berges verticales, ravinées et irrégulières, des bancs nombreux et des lits multiples22 (fig. 5).

Fig. 5. — Comparaison des lits de l’oued Gheris et de l’oued Ziz filali, dans une portion à latitude équivalente, à hauteur de Sijilmassa et à l’amont immédiat d’un barrage

Fig. 5. — Comparaison des lits de l’oued Gheris et de l’oued Ziz filali, dans une portion à latitude équivalente, à hauteur de Sijilmassa et à l’amont immédiat d’un barrage

Le lit de l’oued Gheris (en haut, avec des vestiges d’installations hydrauliques d’époque moderne) est large, sinueux et très encaissé, tandis que l’oued Ziz filali (en bas) apparaît étroit, rectiligne et peu profondément entaillé

Clichés C. Capel

9Le Ziz filali fait ainsi figure, pour plusieurs raisons, d’aberration géographique. Bon nombre de ses caractéristiques morphologiques vont à l’encontre des processus naturels alluviaux, sédimentaires et topographiques. Le Ziz est donc un cours d’eau façonné de main d’homme : en d’autres termes, il s’agit d’un canal.

Le Ziz, une seguia aux dimensions exceptionnelles : des indices géomorphologiques aux éléments archéologiques

  • 23 Margat, 1959, p. 257.
  • 24 Russo, 1933 ; Id., 1934, p. 44 ; Jouannet, 1939, p. 3.
  • 25 Margat, 1962, pp. 27 et 191.
  • 26 Dj. Jacques-Meunié fonde son propos sur le texte de P. Jouannet (Jacques-Meunié, 1982, t. I, p. 148 (...)
  • 27 Lightfoot, Miller, 1996, p. 93 ; Messier, 1997, p. 91 ; Taouchikht, 2008, p. 309.
  • 28 Lightfoot, Miller, 1996, p. 97 ; Messier, 1995, p. 187.

10La découverte de J. Margat à propos du caractère artificiel du Ziz est rendue publique dès 195923. Il n’est précisément pas le premier à soulever cette hypothèse24 mais demeure le seul à avoir étayé de manière scientifique son affirmation, en 1962, dans sa monographie, par les arguments de la géomorphologie25. Pourtant, cette information, capitale s’il en est, n’est que très peu relayée dans la communauté des historiens médiévistes. Des divers travaux et réflexions engagés sur le site dans la seconde moitié du xxe siècle, seuls ceux de Dj. Jacques-Meunié évoquent l’hypothèse d’un Ziz artificiel mais à l’évidence elle ignore les publications de J. Margat26. Il faut attendre les années 1990 et les missions archéologiques du MAPS (Moroccan-American Project at Sijilmasa) pour que les archéologues exhument l’information27. Toutefois, le MAPS n’approfondit pas le propos de J. Margat et son point de vue suit de très près les conclusions géomorphologiques du géologue dont il adopte également les propositions de datation, sans étaiement archéologique, en plaçant l’aménagement du Ziz aux alentours des xi-xiie siècles, en relation avec l’arrivée des Almoravides dans la région28.

  • 29 Lightfoot, Miller, 1996, p. 93 ; Miller, 1996, p. 60 ; Id., 1995, p. 11 ; Messier, 1997, p. 91 ; Ta (...)

11Le Ziz a été ainsi jusqu’alors principalement abordé sous l’angle de la géographie physique et l’archéologie n’a rempli qu’un rôle secondaire dans l’étude de cet oued. Nos prospections menées depuis 2010 dans l’ensemble de la plaine du Tafilalt ont pourtant permis d’apporter à l’hypothèse du Ziz artificiel des arguments archéologiques inédits. Le principal d’entre d’eux se situe dans le secteur de la tête du Ziz filali : la zone où le lit du Ziz se sépare de celui de l’Amerbouh, à 20 km en amont de Sijilmassa, présente de nombreuses structures hydrauliques, d’époques diverses, qui ont toutes pour objectif de détourner les eaux d’amont vers le lit du Ziz filali au détriment du chenal principal de l’Amerbouh29 (fig. 6).

Fig. 6. — Carte de la tête du Ziz filali

Fig. 6. — Carte de la tête du Ziz filali

Document C. Capel

  • 30 Margat, 1962, p. 196.
  • 31 Sur ordre de Moulay Ismaïl (1672-1727), des travaux d’ampleur sont engagés au Tafilalt afin de réha (...)
  • 32 J. Margat avait observé une partie de ces vestiges archéologiques (communication personnelle) mais (...)
  • 33 Une objection, avancée par J. Margat lui-même, doit être signalée : si l’alimentation en eau du Ziz (...)

12Les constructions les plus importantes ont été édifiées dans les années 1940 et 195030 mais elles s’appuient sur des installations anciennes d’époque moderne dont de nombreux vestiges sont encore repérables dans le secteur. Ils témoignent des grands travaux d’époque alaouite qui ont permis, à partir de la fin du xviie siècle, de renforcer la mise en valeur des terres filaliennes31. Ainsi, depuis plusieurs siècles, c’est en perpétuelle lutte contre la nature que les hommes ont alimenté en eau l’oued Ziz, au détriment de son lit principal sur l’Amerbouh, et ont ainsi assuré l’existence d’un cours d’eau alimenté de manière artificielle. Notre (re)découverte32 en 2011 d’une monumentale prise d’eau ancienne sur l’Amerbouh laisse entrevoir une histoire encore plus lointaine de ce détournement de l’oued : à environ 1 km en aval des structures décrites plus haut, l’aménagement se compose d’une part d’une impressionnante seguia, complètement ensablée aujourd’hui, de près de 800 m de long pour environ 35 m de large, encadrée de levées de terre préservées sur 3 m de haut en moyenne, entamant la rive droite de l’Amerbouh pour rejoindre vers l’ouest le tracé actuel du Ziz (fig. 7) ; d’autre part, des vestiges ténus d’une imposante digue installée dans le lit même de l’Amerbouh, épaisse d’environ 3 m, élevée en une solide maçonnerie de moellons et mortier de chaux hydraulique, barrant toute la largueur du chenal, précisément dans l’axe de la canalisation (fig. 8). L’eau de l’Amerbouh a donc été détournée entièrement et anciennement vers l’ouest au moyen d’un système dont les installations d’époque moderne puis contemporaine situées en amont ont perpétué la fonction. La découverte de cette impressionnante prise d’eau et la confirmation du caractère permanent de cette dernière imposent donc l’hypothèse de l’artificialité ancienne (pré-alaouite) du Ziz filali33.

Fig. 7. — Deux vues de la prise d’eau abandonnée à la tête du Ziz filali

Fig. 7. — Deux vues de la prise d’eau abandonnée à la tête du Ziz filali

En haut, la tête de canalisation se détachant de l’oued Amerbouh (au 1er plan) ; en bas, la large seguia comblée se développant en direction du lit actuel du Ziz filali

Clichés C. Capel

13Fig. 8. — Tronçon principal des vestiges du barrage médiéval de dérivation du Ziz, sur la rive orientale de l’oued Amerbouh

Des vestiges de maçonnerie englobent un affleurement naturel du substrat rocheux

Clichés C. Capel

Le Ziz : pourquoi, comment, quand ? Dépasser l’hypothèse almoravide du MAPS

  • 34 Lightfoot, Miller, 1996, p. 93, p. 97 ; Margat, 1962, p. 191 ; Id., 1959, p. 257.
  • 35 Wittfogel, 1957.
  • 36 Lightfoot, Miller, 1996, p. 98.
  • 37 Al-Bakrī, Kitāb al-masālik, p. 283.
  • 38 Margat, 1959, p. 257 ; Lightfoot, Miller, 1996, p. 93.
  • 39 Miller, 1996, p. 61 ; Id., 1995, p. 12. Communication personnelle de J. Margat.

14L’équipe du MAPS propose une datation du creusement du Ziz relativement tardive par rapport à la fondation de la ville de Sijilmassa : elle place cet événement au xie ou xiie siècle — tout comme le suggérait déjà J. Margat — en association étroite avec la conquête almoravide puis le contrôle almohade de la cité34. De toute évidence, en l’absence de preuve archéologique ou textuelle directe, l’unique argument utilisé pour justifier cette attribution est un postulat d’ordre historique et social, à l’ascendance wittfogelienne évidente35 : selon J. Margat, J. Miller et D. Lightfoot (du MAPS), seul un pouvoir centralisé fort est capable de mobiliser une ressource humaine, financière et matérielle suffisamment conséquente pour permettre de déployer et contrôler un gigantesque système hydraulique centralisé du type de celui du Ziz36. Dans cette optique, au Tafilalt pré-alaouite, seuls les pouvoirs almoravide et almohade sembleraient répondre à ces critères « despotiques ». Cette époque serait marquée par une expansion économique et démographique particulièrement soutenue de la ville, créant des besoins en ressources agricoles, et donc en eau, d’ampleur inédite. Ainsi, c’est pour favoriser l’essor urbain, bien que par le biais d’un développement agricole, que la décision de détourner le Ziz aurait été mise en œuvre afin, d’une part, d’augmenter l’accessibilité à l’eau dans l’oasis, et d’autre part d’alimenter directement la ville. Cette hypothèse suppose en conséquence un développement initial de la ville de Sijilmassa — dès le viiie siècle — indépendamment du Ziz et sous-entend donc que, jusqu’au xie siècle, la ville et son terroir agricole auraient vécu d’autres types de ressources en eau. Invoquant le texte d’al-Bakrî37, J. Margat, et dans son sillage D. Lightfoot et J. Miller, affirment que Sijilmassa se serait bien développée en l’absence du Ziz et aurait bénéficié des ressources d’un proto-chenal, formé par la réunion de résurgences phréatiques émergeant en amont immédiat de la ville38. Et quoique J. Margat et J. Miller en soient venus à nuancer leur propos en admettant un creusement possiblement plus ancien du Ziz39, cette théorie reste aujourd’hui la seule proposée.

  • 40 Bazzana, De Meulemeester, Montmessin, 2009, p. 35 ; Retamero, 2009, pp. 269-272 et pp. 277-280.
  • 41 Naudin, 1928, p. 569.
  • 42 Ibn Abī Zar’, Rawd al-qirtās, p. 157. 
  • 43 Ibn Hawqal, Surat al-ard, p. 89.
  • 44 Margat, 1962, p. 69.

15Sans même évoquer les remises en question du modèle wittfogelien, aujourd’hui largement invalidé40, le seul réexamen des sources textuelles invite à formuler un certain nombre d’objections à ces propositions. La première concerne l’existence d’un paléochenal local justifiée par l’interprétation faite du toponyme Aglaf, cité par al-Bakrī comme étant la source du Ziz : rien ne précise en effet chez l’auteur andalou la nature précise et la localisation de cette résurgence multiple, et en faire une source phréatique nécessairement proche de la ville de Sijilmassa, donnant naissance à un « proto-Ziz », relève d’une extrapolation sans aucun fondement. Aglaf pourrait tout aussi bien se situer dans les montagnes atlasiques et, de fait, la source du Ziz est constituée de la réunion d’un grand nombre de résurgences karstiques montagnardes41. Un second argument, allant à l’encontre de l’existence d’un « proto-Ziz », est d’ordre textuel : un détail intéressant rapporté dans le texte d’Ibn Abī Zar’ fait état d’une crue au débit exceptionnel de « l’oued Sijilmassa » qui eut lieu en 991 de l’ère chrétienne (381 de l’Hégire)42. C’est également à cette même époque qu’Ibn Hawqal, qui a lui-même visité Sijilmassa, note que le cours d’eau sur lequel est établie la cité est soumis à un régime de crues annuelles, comme l’est le Nil43. Or, la crue évoquée dans ces deux exemples, alimentée soit par la fonte des neiges printanière, soit par les fortes pluies automnales, est une manifestation typique des rivières d’origine montagnarde au régime pluvio-nival et il semble peu probable qu’une résurgence phréatique de plaine, de surcroît au Tafilalt où la pluviométrie annuelle n’est pas supérieure à 80 mm par an44, soit à l’origine d’un pareil phénomène. Cela signifierait que la rivière coulant à Sijilmassa au xe siècle prend sa source largement en amont du Tafilalt, dans un contexte montagneux, comme c’est le cas du Ziz. Cet élément permet non seulement d’invalider l’hypothèse d’une Sijilmassa alimentée par des sources locales au xie siècle mais également de faire remonter l’existence du canal de détournement du Ziz au moins au xe siècle, soit bien avant les conquêtes almoravide et almohade, auxquelles il semble ne rien devoir.

  • 45 Al-Bakrī, Kitāb al-masālik, p. 283. 
  • 46 Ibn Hawqal, Surat al-ard, p. 89. 
  • 47 Al-Idrīsī, Nuzhat al-mushtāq, p. 69-70.
  • 48 Cette proposition amène à ne pas suivre l’avis de Margat qui défend si ce n’est une introduction du (...)

16D’autres éléments textuels mettent en doute la datation des xie-xiie siècles du Ziz. Si l’ancienneté de la pratique de l’irrigation par épandage des eaux de crue n’est pas précisément établie, les remarques formulées par certains auteurs laissent néanmoins entendre un emploi connu avant la conquête almoravide : al-Bakrī lui-même fait état d’une agriculture irriguée et assure que c’est l’eau du fleuve qui est détournée à cet effet45 ; un siècle auparavant, Ibn Hawqal s’attardait sur l’agriculture filalienne en évoquant des modes d’irrigation comparables à ceux en usage sur le Nil46, où l’on maîtrise la culture de décrue ; al-Idrīsī reprend à son compte cette affirmation et ajoute qu’on procède à une inondation annuelle des champs47. Ces évocations textuelles mettent en exergue l’eau du fleuve, les périodes de crue et des inondations massives annuelles, trois éléments constitutifs de l’irrigation par épandage des eaux de crue dont on peut dès lors estimer que sa pratique remonte à une époque haute. Or sans le canal du Ziz, dont le rôle est d’assurer l’apport des considérables ressources en eau nécessaires et leur redistribution localisée mais rapide, l’irrigation par épandage de crue n’est pas concevable au Tafilalt. En conséquence, toutes ces mentions, qui suggèrent clairement une irrigation de ce type antérieure à l’époque almoravide48, invitent à reculer d’autant la date du creusement du Ziz.

  • 49 Ibid., p. 255.

17Un argument de nature géomorphologique étaie encore cette hypothèse. J. Margat expose la manière dont le tell archéologique principal de Sijilmassa est établi sur un socle conglomératique formant un promontoire naturel au dessus de la plaine alluviale49. De fait, du temps de sa fondation, avant que les phénomènes de sédimentation archéologique et d’aggradation des sols cultivés n’ensevelissent ce socle rocheux, Sijilmassa surplombait de plusieurs mètres la plaine environnante dans une position de singulière visibilité (fig. 9).

Fig. 9. — Coupes géologiques simplifiées du secteur de Sijilmassa montrant la table rocheuse sur laquelle s’est installée la ville

Fig. 9. — Coupes géologiques simplifiées du secteur de Sijilmassa montrant la table rocheuse sur laquelle s’est installée la ville

A – au niveau du tell principal (la « Citadelle »)
B – au niveau du pont sur le Ziz

Document d’après Margat, 1959

  • 50 L’étude étymologique du toponyme berbère Sijilmassa, dont il semble falloir retenir un sens proche (...)
  • 51 Archives de fouilles du MAPS (Année 1996), MTSU.

18Cette implantation ne doit rien au hasard, qu’elle incarne une motivation symbolique ou qu’elle manifeste une volonté particulière de protection de la cité, contre des ennemis éventuels dans un site naturellement défendu, ou contre les eaux, dans un site naturellement abrité des crues. Toutes ces propositions ne s’excluent d’ailleurs pas. Si l’on considère plus particulièrement la dernière, il devient évident que Sijilmassa a été fondée à proximité d’un Ziz qui existait déjà50 (ou en cours d’aménagement). Il nous semble peu concevable d’envisager l’établissement de Sijilmassa, dans cette position géographique — à distance des eaux du Gheris et de l’Amerbouh —, et dans ces conditions géologiques — sur un promontoire rocheux —, en l’absence de l’oued Ziz et des ressources et contraintes qu’il engendre. Or, dans l’état actuel des recherches archéologiques sur le tell principal, le plus ancien niveau d’occupation relevé dans ce secteur du site remonte aux viiie-xe siècles51.

  • 52 Al-Ya’qūbī, Kitāb al-buldān, p. 225.
  • 53 Margat, 1962, pp. 101-102.

19Un dernier apport des textes fournit des informations déterminantes. Al-Ya’qūbī décrit la Sijilmassa du milieu du ixe siècle comme étant bâtie sur le Ziz, nommé comme tel, dont elle tire son eau puisque la ville ne possède ni source, ni puits52. Cette assertion lapidaire, tout en infirmant l’hypothèse selon laquelle Sijilmassa aurait vécu d’une source locale avant la conquête almoravide, viendrait confirmer l’existence dès le ixe siècle du canal. La mention d’absence de puits est également loin d’être anodine : elle pourrait signifier l’absence totale ou le caractère inaccessible (car trop profondes) des nappes phréatiques. Or, au Tafilalt, le volume et la proximité des nappes phréatiques sont la conséquence directe d’une forte anthropisation des paysages par le biais de l’agriculture intensive. Ces nappes présentent en effet un caractère presque entièrement artificiel dans la mesure où elles sont massivement et majoritairement constituées par l’infiltration locale des eaux d’épandage de crue53. Il existe donc au Tafilalt une corrélation étroite entre la formation de l’aquifère et l’apparition de ce type d’irrigation. Si al-Ya’qūbī précise qu’il n’existe pas à son époque de puits à Sijilmassa, c’est probablement parce que la surface piézométrique de l’aquifère est inaccessible, c’est-à-dire que la nappe n’est pas encore suffisamment formée, ou rechargée, par les eaux d’épandage de crue. Ce constat pourrait signifier que cette pratique de submersion n’existe pas encore ou depuis peu. Le texte d’al-Ya’qūbī invite donc à proposer une datation du Ziz, qui rend possible l’irrigation par épandage de crue, au plus tard dans le courant du ixe siècle, soit quelque peu postérieure à celle de la fondation de la ville.

Grande hydraulique et agriculture irriguée : l’apport des comparaisons à l’échelle du Maghreb extrême

  • 54 Adams, 1989, pp. 23-24 ; Ruf, 1987.

20Raison d’être de l’oasis du Tafilalt, le Ziz a été conçu avec pour objectif premier de rendre possible les cultures irriguées dans la plaine. Le régime de crue de l’oued a favorisé le développement local de la technique de la submersion par épandage des hautes eaux, technique au demeurant peu employée au Maghreb, mais qui se pratiquait couramment, selon diverses modalités, sur le Nil ou encore sur le Niger, la Benue et le Sénégal54, sous la forme de cultures de décrue : la différence principale avec le cas du Ziz est que l’eau est détournée et non pas employée directement sur les berges du fleuve (Amerbouh). L’intérêt d’une telle pratique était de maîtriser le débit violent des eaux de crues, difficilement exploitables dans le lit naturel de l’oued où les berges hautes et instables des chenaux, la grande largeur du lit et son fort encaissement par rapport au niveau de la plaine rendent non seulement la submersion naturelle des rives presque impossible mais également problématique l’établissement de structures hydrauliques sur ses bords. En construisant un canal, on régularise le débit du flux, on en contrôle le cheminement, on en fixe le parcours, on en maîtrise les divisions : on façonne l’énorme masse d’eau pour l’adapter aux besoins de l’agriculture.

  • 55 Barceló, 1989, p. xxvi ; Glick, Kirchner, 2000, p. 269.
  • 56 Cressier, 2012, p. 127.

21L’hydraulique rurale en terre d’Islam a été particulièrement étudiée depuis le début des années 1970 dans le contexte ibérique, qui reste actuellement à ce sujet la région la mieux documentée dans l’Occident musulman. Placer le Ziz en perspective de ces recherches apporte plusieurs éclairages permettant d’approfondir la compréhension du cas filalien. Cette « archéologie hydraulique » établit quelques principes fondamentaux régissant tout ensemble d’irrigation, au premier rang desquels celui de la « ligne de rigidité » définie comme colonne vertébrale de tout aménagement d’irrigation55 : cette ligne de rigidité est constituée le plus souvent par la (ou les) canalisation(s) principale(s) à partir de laquelle (ou desquelles) est dessinée l’intégralité du réseau et dont l’emplacement et la disposition, soigneusement arrêtés, déterminent l’effectivité de tout le système. Au Tafilalt, le Ziz représente cette ligne de rigidité. À cet égard, le choix de sa position géographique ne doit rien au hasard et c’est d’une grande connaissance de l’environnement topographique qu’ont fait preuve les concepteurs du Ziz en l’implantant précisément sur la « ligne de crête » de la plaine. Le fait que le Ziz s’éloigne d’environ 10 km de l’Amerbouh est conditionné par cette volonté de faire correspondre le canal avec le point haut de la plaine : l’implication hydraulique est évidente puisque, ce faisant, l’eau amenée hors de son chenal artificiel peut, par simple gravité, irriguer une surface théorique de plus de 400 km². En dehors de ce tracé précis, l’efficience du Ziz serait considérablement amoindrie. Ce principe de rigidité amène à une autre considération d’ordre urbain, qui permet une nouvelle fois de s’opposer à la proposition de datation tardive du Ziz : ce n’est pas la localisation de Sijilmassa qui a déterminé le tracé du Ziz, mais bel et bien le Ziz, au tracé non négociable, qui représente un facteur crucial dans le choix de l’implantation de la ville médiévale. Cette remarque rejoint les réflexions de P. Cressier selon lesquelles la formation d’un système hydraulique n’est jamais consécutive au développement d’une ville mais nécessairement partie prenante d’un « programme fondationnel unique56 ». Dans cette logique, l’aménagement du Ziz pourrait ainsi être contemporain du développement de la ville et connaître une date de fondation très haute.

  • 57Al- Idrīsī, Nuzhat al-mushtāq, pp. 78-79.
  • 58 Pascon, 1983, pp. 111-113, pp. 376-377 ; Braun, 1974, pp. 71-74.
  • 59 Cressier, 2006, p. 11 ; Bazzana, De Meulemeester, Montmessin, 2009, pp. 347-351.
  • 60 Cressier, 2006, p. 47 ; González Villaescusa, 2002, pp. 361 et 366 ; Pascon, 1983, p. 99.
  • 61 Louhmadi, 1999 ; Allain, 1954.
  • 62 Cet aspect de la démonstration n’est pas développé dans ces lignes mais est abordé plus longuement (...)

22Les études menées sur l’hydraulique au Maroc pour la période islamique — somme toute encore peu nombreuses au regard des travaux en al-Andalus — invitent quant à elles à s’interroger de nouveau sur l’hypothèse d’une origine almoravide ou almohade du Ziz, hypothèse par ailleurs déjà contestée par les seuls arguments textuels et géomorphologiques. Dans l’état actuel des recherches, l’on ne connaît pas d’aménagements hydrauliques d’ampleur comparable mis en place par les Almoravides. Bien qu’al-Idrīsī impute à ces derniers une certaine mise en valeur de leur jeune capitale de Marrakech57, spectaculairement alimentée en eau par un réseau immense de canalisations souterraines58, l’archéologie a montré qu’il était nécessaire de relativiser cette attribution : le travail de P. Cressier a souligné que, malgré leurs ambitions, les Almoravides n’ont probablement pas procédé à l’intégralité des travaux auxquels ils aspiraient dans leur capitale59 et c’est aux Almohades que sont attribués les principaux aménagements de grande hydraulique dans le Maroc médiéval. Les deux installations les plus spectaculaires sont la seguia Tasultānt Makhzan alimentant, depuis Aghmat, les jardins de l’Agdal de Marrakech, à plus de 30 km de la prise d’eau60, et la seguia Yaq’ūbiyya, se déployant sur près de 90 km de long pour irriguer les cultures de la plaine de la Bahīra, au nord-ouest de Marrakech61. Mais dans ces cas almohades, la largeur des seguias, en partie enterrées, reste moindre (généralement tout au plus quelques mètres) et les espaces agricoles valorisés limités à quelques hectares de superficie tandis que le Ziz adopte les dimensions d’un oued (20 à 30 m de large) et remplit le rôle du cours d’eau sur lequel sont installées les prises d’eau de seguias sillonnant sur des kilomètres les parcelles filaliennes. Ainsi, à la réserve des mises en garde de nature chronologique déjà formulées plus haut, prêter l’aménagement du Ziz aux Almohades s’avère historiquement plausible, mais cette hypothèse demeure peu convaincante d’un point de vue strictement technologique. Quant à une attribution aux Almoravides, de même qu’aux Fatimides ou encore aux Umayyades de Cordoue, ayant eux aussi exercé une forme d’autorité à Sijilmassa au xe siècle, elle semble également, pour les mêmes raisons, peu probable62. Il semblerait par ailleurs logique d’estimer que le percement de l’oued, synonyme d’une mise en valeur agricole du territoire de Sijilmassa, est certainement le fait de dynasties locales, soucieuses du développement économique et démographique de la région. Une telle implication dans ce domaine de la part de pouvoirs lointains, dont l’objectif était avant tout de s’assurer le drainage des ressources pécuniaires de la cité caravanière vers les grandes villes ifriqyiennes ou ibériques, ce qui constituait certainement l’intérêt principal de l’oasis, paraît moins concevable. L’ancienneté du Ziz est ainsi à nouveau suggérée, par le contexte historique cette fois-ci.

  • 63 Al-Bakrī, Kitāb al-masālik, p. 284.
  • 64 Ibn al-Khatīb, A’māl al-’alām, traduit dans El Mellouki, inédite, pp. 85-88.
  • 65 Cressier, 1989, p. lxxiii ; Kirchner, Navarro, 1994, p. 161 ; Glick, Kirchner, 2000, p. 293.
  • 66 Cressier, 2006, pp. 45-50.
  • 67 De fait, l’étude de la dispersion de l’habitat moderne et, dans une moindre mesure de l’habitat méd (...)
  • 68 Lightfoot, Miller, 1996, p. 80.
  • 69 Margat, 1959, p. 256.
  • 70 Al-Bakrī, Kitāb al-masālik, pp. 282-283 ; Anonyme, Kitāb al-Istibsār, p. 139.
  • 71 Capel, Fili, sous presse ; Capel, en préparation.

23Malheureusement, les textes ne mentionnent pas de grands travaux hydrauliques dans l’histoire ancienne de Sijilmassa, ce qui reste à l’évidence l’un des obstacles majeurs à la datation du Ziz. L’on restitue pourtant une phase de grandes constructions remontant au temps du premier imam kharéjite ‘Īsā bin Mazyad (mort selon al-Bakrī en 155/772), fondateur présumé de la ville, mais de laquelle on ignore tout63. Un détail rapporté tardivement par Ibn al-Khatīb fait toutefois allusion à des aménagements hydrauliques à Sijilmassa, exécutés lors de la fondation de la ville et attribués à ce dirigeant64. L’ampleur et la nature de ces travaux ne sont néanmoins pas précisées et il demeure délicat d’évaluer s’il s’agit d’une évocation du percement du Ziz. Ce n’est quoiqu’il en soit pas l’hypothèse défendue dans ces lignes car d’après le postulat retenu précédemment, fondé sur le texte d’al-Ya’qūbī, le Ziz n’aurait pu être aménagé que dans les premières années du ixe siècle, soit à une époque postérieure à la fondation de la ville. Or, les travaux sur l’hydraulique médiévale ibérique ont permis d’observer le rapport de sujétion presque systématique entre les espaces de cultures irriguées et la localisation de l’habitat. De manière récurrente, l’habitat rural s’implante de manière subordonnée aux parcelles agricoles, dont l’emprise est elle-même déterminée par la morphologie du système hydraulique. Ce choix s’impose afin de ne pas amenuiser l’effectivité des mécanismes d’irrigation et de ne pas contrer le rendement des cultures65. Il semble en avoir été de même sur les terres marocaines66. À l’échelle d’une ville, intégrée comme l’est Sijilmassa à son terroir cultivé, le processus pourrait être le même67. Dans ce cas, si la date du ixe siècle est retenue, il convient de ne pas écarter l’hypothèse d’un déplacement du noyau urbain à l’époque du creusement du Ziz dans le but d’une part de mettre la ville hors de portée des crues mais surtout d’autre part de la placer en dehors des zones réservées à la culture. Ainsi, si les ruines de Sijilmassa s’étendent sur une étroite bande de plusieurs kilomètres de long sur la rive gauche du Ziz (2 à 13 km selon les estimations du MAPS68), c’est sans doute moins par souci de proximité avec l’oued, comme le suggèrent J. Miller et D. Lightfoot, que, initialement du moins, par volonté d’exploiter au maximum le relief de la terrasse conglomératique émergeant ici du substrat limoneux sur environ 2 km de long69, ce qui de facto rend le secteur peu propice à l’agriculture car situé en dehors du périmètre irrigable par simple gravité. Et, quoique de prime abord difficilement concevable, l’hypothèse d’une translation de la ville moins d’un siècle après son émergence, si tant est qu’elle ne soit pas plus ancienne, est tout à fait envisageable à Sijilmassa. Elle est soutenue par une série d’arguments textuels, historiques et archéologiques réels, tout comme nos recherches l’ont déjà montré : ainsi, les textes gardent-ils le souvenir d’une seconde phase de grands travaux à Sijilmassa, survenue précisément au début du ixe siècle, sous le règne du miknassi Abū’l-Muntasir al-Yasa’ (mort en 208/823), dont il est rapporté qu’il fit ériger la muraille de la ville aux alentours de 199/814-815 ainsi que la grande mosquée70. Or nous avons proposé d’interpréter ces aménagements comme l’érection d’une ville nouvelle, distincte du noyau de peuplement primitif71. Le percement du Ziz pourrait figurer parmi les arguments ayant présidé, si ce n’est à la décision de fonder une ville nouvelle à Sijilmassa — d’autres motivations d’ordre politique et symbolique entrent en jeu — du moins au choix de sa localisation topographique, c’est-à-dire sur la butte naturelle conglomératique.

Au-delà du Maghreb : autres exemples de grande hydraulique médiévale

  • 72 Cressier, 1989, p. lxxiii ; Id., 2006, p. 42. Mêmes réserves formulées dans Bazzana, De Meulemeeste (...)
  • 73 Le Strange, 1900, pp. 47-56.
  • 74 Northedge, Wilkinson, Falkner, 1990, pp. 129 et 131.
  • 75 Ibid., pp. 124 et 131.
  • 76 Berthier, 2001, pp. 36-47, p. 163.

24Si les comparaisons menées au Maghreb septentrional et en al-Andalus permettent de saisir quelques facteurs techniques, sociaux et historiques ayant présidé à l’implantation du Ziz, elles n’offrent pas d’aménagements de nature strictement comparable, de par leur ampleur et leur destination, à ceux du Tafilalt. Au regard du Ziz, les seguias et les prises d’eau anciennes recensées sont toujours de moindre envergure : P. Cressier dresse le constat qu’il n’existe pas à sa connaissance dans cette région de « grande hydraulique » médiévale — de celle où les règles hydrologiques et environnementales de tout un territoire sont bouleversés par l’intervention anthropique72. C’est en Orient qu’apparaissent des parallèles plus pertinents. L’Irak, héritier d’une longue tradition hydraulique antique, a connu, essentiellement sous les Sassanides puis sous les Abbassides, des travaux de grande ampleur, notamment lors du percement de plusieurs grands canaux d’irrigation, destinés à la fois à l’essor agricole de la région mais également au développement urbain des cités musulmanes, dans une perspective ainsi semble-t-il toute proche du cas filalien. C’est la région de Bagdad qui demeure certainement l’illustration la plus spectaculaire de la production hydraulique du début de l’ère abbasside. Les sources écrites médiévales témoignent aujourd’hui de ces travaux gigantesques73 tandis que l’archéologie en a mis en valeur d’importants vestiges aux environs de Samarra74. Cette dernière attire l’attention car la plupart des canaux repérés dans ce secteur, datés soit de l’époque sassanide, soit des trois premiers siècles de l’Islam, présentent une morphologie (ampleur, dimensions, profils, tracés) et un mode de fonctionnement (exploitation des eaux superficielles permanentes pour les usages urbains, utilisation des crues saisonnières pour les besoins agricoles) très comparables à ceux du Ziz75. Les canaux étudiés par l’équipe de S. Berthier dans la moyenne vallée de l’Euphrate confirment eux aussi la proximité du système filalien avec ces exemples orientaux, antiques et islamiques76. Dans tous ces cas, la colonisation agricole à l’échelle régionale de vastes terres jusqu’alors infertiles représente la motivation première de ce développement de la grande hydraulique. Elle s’accompagne d’un essor humain — qui en découle et non qui la précède — concernant aussi bien le peuplement rural que les installations urbaines voire princières. Aussi semble-t-il se dégager, si ce n’est une filiation, du moins une parenté hydraulique entre le Tafilalt et ces vallées irakiennes, plus probante qu’avec d’autres régions, pourtant plus proches, du Maghreb Extrême.

  • 77 Ibn Hawqal, Surat al-ard, p. 61.
  • 78 Cressier, 1995, pp. 278-279 ; Bazzana, De Meulemeester, Montmessin, 2009, pp. 419-436 ; Cressier, M (...)

25À cet égard, une certaine connexion entre terres orientales et filaliennes avait effectivement été remarquée au xe siècle par Ibn Hawqal : son propos relate la présence à Sijilmassa de populations justement irakiennes drainées au Sahara par le biais des routes commerciales. Il serait possible de faire remonter l’installation de cette communauté à Sijilmassa dès le ixe siècle, lorsque la désertion de la route caravanière qui reliait directement l’Orient à l’or soudanais par un itinéraire « rapide » au cœur du désert (Fezzan – Kawar)a provoqué l’ouverture (ou l’essor) de la route nord-saharienne passant par Sijilmassa, décuplant ainsi probablement les contacts entre filaliens et acteurs du commerce oriental77. Or, le ixe siècle est précisément la datation proposée dans ces lignes pour l’aménagement du Ziz. Faudrait-il ainsi y voir un transfert technologique ou une intervention d’origine orientale véhiculés par des marchands et autres voyageurs (des hydrauliciens ?) débarqués du lointain Mashreq ? Il s’agit d’un saut interprétatif qui demeure délicat à franchir compte tenu de la minceur des arguments avancés. Néanmoins, la transformation notoire des pratiques agricoles, avec en premier lieu l’essor des cultures irriguées, survenue en Occident musulman à partir du ixe siècle, a déjà par le passé été mise en relation avec une possible ascendance de l’Orient78. Ce débat pourrait être alimenté par le cas filalien qui met en lumière l’apparition aux marges septentrionales du Sahara d’une grande hydraulique, semble-t-il inconnue plus au nord : particulièrement adaptée aux régimes hydrogéologiques contrastés et aux dimensions gigantesques des espaces dits « pré-sahariens », le détournement total des oueds et la mise en place concomitante d’une irrigation de submersion périodique mais généralisée par épandage des eaux de crue, fondée sur le régime des hautes eaux saisonnières, paraît être la meilleure solution d’optimisation des ressources en eaux locales, d’autant plus qu’elle permettrait de développer localement des nappes phréatiques de surface, exploitables à l’année par puisage. L’hypothèse d’un relatif déterminisme environnemental n’est ainsi pas écartée pour justifier le développement très localisé de cette technique. L’adoption d’une irrigation par épandage des eaux de crue autorise une pratique céréalière constante et régulière (avec deux récoltes par an) et donc potentiellement excédentaire, de même que la culture de quelques légumineuses adaptées à ce régime hydrique. Le caractère pérenne du Ziz, en dehors de ses périodes de crues, de même que l’apparition d’un important aquifère, permettent aussi d’imaginer un recours plus parcimonieux mais continuel aux ressources en eaux superficielles ou souterraines (par machines élévatoires ou puisage manuel) qui autorise une activité de maraîchage et d’arboriculture (notamment du palmier) à l’année. Enfin, la pérennité des ressources en eaux rend possible l’alimentation constante de la ville de Sijilmassa, où activités domestiques et surtout artisanales représentent une consommation importante. Se mettent ainsi en place plusieurs facteurs indispensables à l’essor urbain : l’agriculture excédentaire et l’approvisionnement, stable et suffisant, en eau.

Conclusion : nouvelles perspectives d’appréhension de l’histoire récente du Tafilalt

  • 79 D’autres exemples de grande hydraulique saharienne, aussi bien au nord qu’au sud du grand désert, o (...)

26La mise en contexte historique et technologique du Ziz, soutenue par le recours aux arguments de l’archéologie, renouvelle la vision de l’hydraulique oasienne du Sahara septentrional à l’époque médiévale et, au-delà, de l’hydraulique agricole et urbaine de l’Occident musulman. Réhabiliter le travail extraordinaire de J. Margat et l’intégrer dans une réflexion historique permettent non seulement de diffuser le résultat majeur de ses investigations — l’établissement du caractère artificiel de l’oued Ziz à hauteur de Sijilmassa — mais également de développer un propos qui dépasse de loin la seule question de l’hydraulique médiévale au Tafilalt. S’interroger sur la nature du Ziz et sur ses origines permet de suggérer des évolutions et des ruptures technologiques dans la mise en valeur des terroirs désertiques, de proposer l’existence d’une grande hydraulique saharienne79, de renouveler l’étude des liens (économiques, culturels, techniques) entre l’Orient, l’Afrique du Nord et le Sahel, d’expliquer les paysages et les enjeux du Tafilalt contemporain.

27Contrairement à ce qui est habituellement avancé, le Ziz n’aurait pas été établi à l’époque almoravide ou almohade pour soutenir le développement démographique de la ville de Sijilmassa mais, selon nous, dès le début du ixe siècle, tel que le laisse penser un faisceau d’indices convergeant autour de cette date, dans le cadre d’une valorisation programmée de la steppe filalienne. Les spécificités environnementales de la région « pré-saharienne » n’auraient pas été étrangères au développement très localisé d’une forme de grande hydraulique, unique au Maghreb extrême mais proche dans ses formes et ses applications de pratiques proche-orientales en contexte steppique. En cela, Sijilmassa, et le nord du Sahara, représentent peut-être la porte d’entrée de l’ascendance irakienne dans l’évolution des usages agricoles que connaît dès le ixe siècle l’Occident musulman et le Ziz en constituerait une des premières matérialisations tangibles.

Haut de page

Bibliographie

Sources primaires et traductions

Al-Bakrī, Kitāb al-masālik wa-l-mamalik, trad. de William Mac Guckin de Slane, Paris, 1913.

Al-Idrīsī, Nuzhat al-mushtāq fī ikhtirāq al-āfāq, trad. de Reinhart Dozy et Michael Johan De Goeje, Leyde, 1866.

Al-Ya’qūbī, Kitāb al-Buldān, trad. de Gaston Wiet, Le Caire, 1937.

Anonyme, Kitāb al-Istibsār fī ‘ajā’ib al-amsār, trad. de John Hopkins, dans Nehemia Levtzion et John Hopkins (éd.), Corpus of Early Arabic Sources for West African History, Princeton, 1981, pp. 138-151.

Ibn Abī Zar’, Rawd al-qirtās, trad. d’Auguste Beaumier, Paris, 1860.

Ibn Hawqal, Surat al-ard, trad. de Johannes Hendrik Kramers et Gaston Wiet, Paris, 1964.

Bibliographie

Adams, William M. (1989), « Definition and Development in African Indigenous Irrigation », Azania, 24, pp. 21-27.

Allain, Charles (1954), « Reconnaissances archéologiques dans le massif des Rehamna et la Bahira. II : une organisation agricole dans la Bahira », Hespéris, 41, pp. 435-458.

Bazzana, André, De Meulemeester, Johnny, Montmessin, Yvon (2009), La noria, l’aubergine et le fellah : archéologie des espaces irrigués dans l’Occident musulman médiéval, 9e-15e siècles, Gand.

Berthier, Sophie (2001), Peuplement rural et aménagements hydro-agricoles dans la moyenne vallée de l’Euphrate (fin viie siècle - xixe siècle), Damas.

Braun, Cornel (1974), Teheran, Marrakesch und Madrid: Irhe Wasserversorgung mit Hilfe von Qanaten: eine stadtgeographische Konvergenz auf Kulturhistorischer, Bonn.

Campy, Michel, Macaire, Jean-Jacques (2003), Géologie de la surface. Érosion, transfert et stockage dans les environnements continentaux, Paris.

Capel, Chloé (en préparation), « Sijilmasa in the footsteps of the Aghlabids: the hypothesis of a ninth-century new royal city in Tafilalt (Morocco) », dans Glaire Anderson, Corisande Fenwick, Mariam Rosser-Owen (dir.), The Aghlabids and their Neighbors: Art and Material Culture in Ninth-Century North Africa, Leyde.

Capel, Chloé, Fili, Abdallah (sous presse), « Sijilmāsa sous l’ère midraride : nouvelles approches historiques et premier bilan archéologique », dans Cyrille Aillet et Maribel Fierro (dir.), L’ibadisme dans les sociétés islamiques médiévales, Berlin.

Chiche, Jeanne (1984), « Description de l’hydraulique traditionnelle », dans Negib Bouderbala, Jeanne Chiche, Abdellah Herzenni et Paul Pascon, La question hydraulique, t. I : Petite et moyenne hydraulique au Maroc, Rabat, pp. 119-319.

Cressier, Patrice (1989), « Archéologie des structures hydrauliques en al-Andalus », dans Lorenzo Cara Barrionuevo (dir.), El Agua en zonas áridas: Arqueología e Historia – I Coloquio de Historia y Medio Físico, Almeria, t. I, pp. li-xcii.

(1995), « Hidráulica rural tradicional de origen medieval en Andalucía y Marruecos. Elementos de análisis práctico », dans José Antonio González Alcantud et Antonio Malpica Cuello (dir.), El agua: mitos, ritos y realidades, Barcelone – Grenade, pp. 255-286.

(2004), « Du Sud au Nord du Sahara : la question de Tāmdult (Maroc) », dans André Bazzana et Hamadi Bocoum (dir.), Du Nord au Sud du Sahara. Cinquante ans d’archéologie française. Bilan et perspectives, Paris, pp. 275-293.

(2006), « Géométrie des réseaux et marqueurs de territoires – L’image du partage de l’eau dans le paysage médiéval (Espagne-Maroc) », dans Patrice Cressier et Fabienne Wateau (dir.), Le partage de l’eau (Espagne, Portugal, Maroc), dossier publié dans les Mélanges de la Casa de Velázquez, 36 (2), pp. 39-59.

(2012), « Ville médiévale au Maghreb. Recherches archéologiques », dans Philippe Sénac (éd.), Histoire et archéologie de l’Occident musulman (viie-xve siècles). Al-Andalus, Maghreb, Sicile, Toulouse, pp. 117-140.

Cressier, Patrice, Meouak, Mohamed (1998), « L’apport des géographes arabes (ixe-xie s.) à la connaissance de l’irrigation et de l’hydraulique agraire dans le Maroc du Haut Moyen-Âge », dans Camilio Álvarez de Morales (dir.), Ciencias de la naturaleza en al-Andalus. Textos y estudios, t. V, Grenade, pp. 321-362.

El Mellouki, Mohamed (inédite), Contribution à l’étude de l’histoire des villes médiévales du Maroc : Sigilmassa des origines à 668(H)/1269(J.-C.), thèse de doctorat soutenue en 1985 à l’université Aix-Marseille.

Glick, Thomas, Kirchner, Helena (2000), « Hydraulic systems and technologies of Islamic Spain: history and archaeology », dans Paolo Squatriti (dir.), Working with water in medieval Europe, Leyde, pp. 267-330.

González Villaescusa, Ricardo (2002), « Morfología agraria y prospecciones hidráulicas del valle del Ourika-Aghmat (provincia de Tahannawt) », dans Id., Las formas de los paisajes mediterráneos (Ensayos sobre las formas, funciones y epistemología parcelarias: estudios comparativos en medios mediterráneos entre la antigüedad y época moderna), Jaén.

Jacques-Meunié, Djemila (1982), Le Maroc saharien : des origines à 1670, t. I, Paris.

Jouannet, Commandant P. (1939), « Note sur les conditions actuelles de la vie au Tafilalet », Bulletin Économique du Maroc, 6 (23), pp. 3-13.

Kirchner, Helena, Navarro, Carmen (1994), « Objetivos, métodos y práctica de la arqueología hidráulica », Arqueología y territorio medieval, pp. 159-182.

Le Strange, Guy (1900), Baghdad during the Abbassid Caliphate: from Contemporary Arabic and Persian Sources, Franckfort-sur-le-Main.

Lightfoot, Dale, Miller, James (1996), « Sijilmasa: the Rise and Fall of a walled Oasis in Medieval Morocco », Annals of the Association of American Geographers, 86 (1), pp. 78-101.

Louhmadi, Bahija (1999), « L’aménagement d’un espace agricole à l’époque almohade : la seguia Yaqoubia au xiie siècle », Archéologie Islamique, 8-9, pp. 95-118.

Margat, Jean (1954), « Sédimentation actuelle par épandage des eaux de crue dans les palmeraies du Tafilalt (Maroc pré-saharien) », dans Comptes-Rendus de la xe Assemblée Générale de l’Union de Géodésie et de Géophysique, Rome, pp. 192-193.

(1958), « Les ressources en eau des palmeraies du Tafilalt », Bulletin Économique du Maroc, 22 (77), pp. 1-20.

(1959), « Note sur la morphologie du site de Sijilmassa (Tafilalt) », Hespéris, 46, pp. 254-261.

Margat, Jean, Destombes, Jacques, Hollard, Henri (1962), Mémoire explicatif de la carte hydrogéologique au 1/50 000 de la plaine du Tafilalt, Rabat.

Messier, Ronald (1995), « Sijilmāsa : l’intermédiaire entre la Méditerranée et l’Ouest de l’Afrique », dans Mohamed Hamam (dir.), L’Occident musulman et l’Occident Chrétien au Moyen-Âge, Rabat, pp. 181-196.

(1997), « Sijilmasa. Five seasons of archaeological inquiry by a joint Moroccan-American Mission », Archéologie islamique, 7, pp. 61-92.

Mezzine, Larbi (1984), « Sur l’étymologie du toponyme Sijilmasa », Hespéris Tamuda, 22, pp. 19-25.

Miller, James (1995), « La viabilité de l’environnement dans les oasis du Tafilalet : de l’ancienne Sijilmassa au Tafilalet d’aujourd’hui », dans Will Swearingen et Abdellatif Bencherifa (dir.), L’Afrique du Nord face aux menaces écologiques, Rabat, pp. 3-19.

(1996), « Sustained Past and Risky Present: the Tafilalt Oasis of Southeastern Morocco », dans Will Swearingen et Abdellatif Bencherifa (dir.), The North African Environment at Risk, Oxford, pp. 55-69.

Naudin, Lieutenant (1928), « Le Pays des Aït Sokhman et Aït Yafelman. Les hautes vallées du Dadès, du Todra, du Gheris et du Ziz », Renseignements Coloniaux et Documents publiés par le Comité de l’Afrique Française et le Comité du Maroc, 9, pp. 549-561.

Northedge, Alastair, Wilkinson, Tony, Falkner, Robin (1990), « Survey and excavations at Sāmarrā’ », Iraq, 52, pp. 121-147.

Pascon, Paul (1983), Le Haouz de Marrakech, Rabat (2 vol.).

(1984), « La petite et moyenne hydraulique », dans Negib Bouderbala, Jeanne Chiche, Abdellah Herzenni et Paul Pascon, La question hydraulique, t. I : Petite et moyenne hydraulique au Maroc, Rabat, pp. 7-44.

Retamero, Felix (2009), « La sombra alargada de Wittfogel. Irrigación y poder en al-Andalus », dans Manuela Marín (éd.), Al-Andalus/España. Historiografías en contraste (siglos xvii-xxi), Madrid, pp. 263-293.

Ruf, Thierry (1987), « L’histoire de la maîtrise de l’eau en Égypte », dans Aménagements hydro-agricoles et systèmes de production, Actes du 3ème séminaire du CIRAD, Montpellier, pp. 361-374.

Russo, Philibert (1933), « Étude sur l’hydrogéologie du Tafilalt », Bulletin du Comité d’Études des Eaux Souterraines, 2 (3/4).

(1934), « Quelques mots sur l’hydrogéologie du Tafilalt », Réunion d’hydrologie méditerranéenne et nord-saharienne, avril 1934, Rabat, pp. 37-45.

Taouchikht, Lahcen (2008), ‘Ūmrān Sijilmāsa, dirāsa tārikhiyya wa athariyya, Casablanca.

Wittfogel, Karl (1957), Oriental despotism: a comparative study of total power, Londres.

Haut de page

Notes

3 La transcription des termes arabes employés dans ce texte est simplifiée, afin de rendre plus fluide la lecture aux non-arabisants. Par ailleurs, et dans le même souci de clarté, certains termes d’usage courant dans la langue française (notamment des toponymes) n’ont pas été soumis aux règles habituelles de transcription. C’est le cas de Sijilmassa, du Ziz, du Tafilalt, du Gheris, de Rissani, de Marrakech, d’Aghmat, de Samarra et de Bagdad.

4 Margat, 1958, p. 5 ; Id., 1959, p. 254 ; Id., 1962, p. 13.

5 Mémoire explicatif de la Carte Hydrogéologique au 1/50 000 de la Plaine du Tafilalt, publié à Rabat par les Editions du Service géologique du Maroc.

6 Al-Bakrī, Kitāb al-masālik, pp. 282-84.

7 Margat, 1962, pp. 100 et 189.

8 Ibid., pp. 63-64.

9 Margat, 1954, p. 192 ; Id., 1962, pp. 25 et 64.

10 Du Tafilalt.

11 L’expression est de J. Margat (Margat, 1962, p. 25).

12 Ibid., pp. 32, 191 et 196.

13 Ibid., p. 82.

14 Margat, 1954, p. 192.

15 Pascon, 1984, p. 17 ; Chiche, 1984, p. 151 ; Adams, 1989, p. 24 ; Ruf, 1987, p. 364.

16 Margat, 1962, pp. 100 et 189.

17 Id., 1954, p. 192 ; Id., 1958, p. 16 ; Id., 1962, pp. 200-202.

18 Margat, 1962, p. 27.

19 Ibid., p. 27.

20 Ibid., pp. 21 et 27.

21 Campy, Macaire, 2003, p. 240.

22 Ibid., p. 255.

23 Margat, 1959, p. 257.

24 Russo, 1933 ; Id., 1934, p. 44 ; Jouannet, 1939, p. 3.

25 Margat, 1962, pp. 27 et 191.

26 Dj. Jacques-Meunié fonde son propos sur le texte de P. Jouannet (Jacques-Meunié, 1982, t. I, p. 148).

27 Lightfoot, Miller, 1996, p. 93 ; Messier, 1997, p. 91 ; Taouchikht, 2008, p. 309.

28 Lightfoot, Miller, 1996, p. 97 ; Messier, 1995, p. 187.

29 Lightfoot, Miller, 1996, p. 93 ; Miller, 1996, p. 60 ; Id., 1995, p. 11 ; Messier, 1997, p. 91 ; Taouchikht, 2008, p. 309.

30 Margat, 1962, p. 196.

31 Sur ordre de Moulay Ismaïl (1672-1727), des travaux d’ampleur sont engagés au Tafilalt afin de réhabiliter le système hydraulique agricole visiblement en souffrance. Deux siècles plus tard, les constructions sont restaurées et améliorées sous la conduite de Sidi Mohammed et Moulay Hassan (Margat, 1962, p. 191 ; Miller, 1996, p. 55).

32 J. Margat avait observé une partie de ces vestiges archéologiques (communication personnelle) mais aucune publication ne décrit précisément ces éléments, seulement suggérés sur un plan (Margat, 1962, p. 26).

33 Une objection, avancée par J. Margat lui-même, doit être signalée : si l’alimentation en eau du Ziz filali est assurément artificielle, et ce dès avant l’époque alaouite, le cours de l’oued pourrait être quant à lui naturel, sous la forme d’un paléochenal remis en eau. C’est d’ailleurs l’hypothèse défendue par le MAPS (Lightfoot, Miller, 1996, p. 97). Quoiqu’envisageable, cette option souffre de limites réelles et n’est pas retenue ici : c’est l’hypothèse d’un Ziz entièrement façonné de main d’homme qui est privilégiée, bien que le canal a pu, il est vrai, être en partie surcreusé dans un lit ancien comblé de l’oued, ce qui ne remet pas en cause le caractère entièrement anthropique de l’aménagement. Les arguments défendant notre position, principalement d’ordre géomorphologique, sont développés dans le manuscrit doctoral.

34 Lightfoot, Miller, 1996, p. 93, p. 97 ; Margat, 1962, p. 191 ; Id., 1959, p. 257.

35 Wittfogel, 1957.

36 Lightfoot, Miller, 1996, p. 98.

37 Al-Bakrī, Kitāb al-masālik, p. 283.

38 Margat, 1959, p. 257 ; Lightfoot, Miller, 1996, p. 93.

39 Miller, 1996, p. 61 ; Id., 1995, p. 12. Communication personnelle de J. Margat.

40 Bazzana, De Meulemeester, Montmessin, 2009, p. 35 ; Retamero, 2009, pp. 269-272 et pp. 277-280.

41 Naudin, 1928, p. 569.

42 Ibn Abī Zar’, Rawd al-qirtās, p. 157. 

43 Ibn Hawqal, Surat al-ard, p. 89.

44 Margat, 1962, p. 69.

45 Al-Bakrī, Kitāb al-masālik, p. 283. 

46 Ibn Hawqal, Surat al-ard, p. 89. 

47 Al-Idrīsī, Nuzhat al-mushtāq, p. 69-70.

48 Cette proposition amène à ne pas suivre l’avis de Margat qui défend si ce n’est une introduction du moins un essor tardif (alaouite) de la pratique de la submersion par épandage des eaux de crue (Margat, 1954, p. 192 ; Id., 1959, p. 255).

49 Ibid., p. 255.

50 L’étude étymologique du toponyme berbère Sijilmassa, dont il semble falloir retenir un sens proche de « lieu dominant les eaux », étaie également l’hypothèse d’un cours d’eau soumis à un régime de crues sévères ayant conditionné l’établissement de la cité (Mezzine, 1984, p. 24).

51 Archives de fouilles du MAPS (Année 1996), MTSU.

52 Al-Ya’qūbī, Kitāb al-buldān, p. 225.

53 Margat, 1962, pp. 101-102.

54 Adams, 1989, pp. 23-24 ; Ruf, 1987.

55 Barceló, 1989, p. xxvi ; Glick, Kirchner, 2000, p. 269.

56 Cressier, 2012, p. 127.

57Al- Idrīsī, Nuzhat al-mushtāq, pp. 78-79.

58 Pascon, 1983, pp. 111-113, pp. 376-377 ; Braun, 1974, pp. 71-74.

59 Cressier, 2006, p. 11 ; Bazzana, De Meulemeester, Montmessin, 2009, pp. 347-351.

60 Cressier, 2006, p. 47 ; González Villaescusa, 2002, pp. 361 et 366 ; Pascon, 1983, p. 99.

61 Louhmadi, 1999 ; Allain, 1954.

62 Cet aspect de la démonstration n’est pas développé dans ces lignes mais est abordé plus longuement dans le manuscrit doctoral.

63 Al-Bakrī, Kitāb al-masālik, p. 284.

64 Ibn al-Khatīb, A’māl al-’alām, traduit dans El Mellouki, inédite, pp. 85-88.

65 Cressier, 1989, p. lxxiii ; Kirchner, Navarro, 1994, p. 161 ; Glick, Kirchner, 2000, p. 293.

66 Cressier, 2006, pp. 45-50.

67 De fait, l’étude de la dispersion de l’habitat moderne et, dans une moindre mesure de l’habitat médiéval, menée et détaillée dans le manuscrit doctoral, confirme cette hypothèse pour le Tafilalt.

68 Lightfoot, Miller, 1996, p. 80.

69 Margat, 1959, p. 256.

70 Al-Bakrī, Kitāb al-masālik, pp. 282-283 ; Anonyme, Kitāb al-Istibsār, p. 139.

71 Capel, Fili, sous presse ; Capel, en préparation.

72 Cressier, 1989, p. lxxiii ; Id., 2006, p. 42. Mêmes réserves formulées dans Bazzana, De Meulemeester, Montmessin, 2009, p. 352.

73 Le Strange, 1900, pp. 47-56.

74 Northedge, Wilkinson, Falkner, 1990, pp. 129 et 131.

75 Ibid., pp. 124 et 131.

76 Berthier, 2001, pp. 36-47, p. 163.

77 Ibn Hawqal, Surat al-ard, p. 61.

78 Cressier, 1995, pp. 278-279 ; Bazzana, De Meulemeester, Montmessin, 2009, pp. 419-436 ; Cressier, Meouak, 1998.

79 D’autres exemples de grande hydraulique saharienne, aussi bien au nord qu’au sud du grand désert, ont été recensés dans le cadre doctoral. Ils permettent de sortir de l’isolement le cas de Sijilmassa et d’initier une réflexion plus large sur le savoir hydraulique médiéval dans ces régions, réflexion développée dans le manuscrit doctoral.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. — Carte du Tafilalt (période actuelle)
Crédits Document C. Capel
URL http://journals.openedition.org/mcv/docannexe/image/6918/img-1.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Fig. 2. — Topographie de la plaine du Tafilalt et structure du réseau hydrographique
Crédits Document C. Capel d’après Margat, 1962.
URL http://journals.openedition.org/mcv/docannexe/image/6918/img-2.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Fig. 3. — Coupe géologique transversale de la plaine du Tafilalt
Crédits Document C. Capel d’après Margat, 1962
URL http://journals.openedition.org/mcv/docannexe/image/6918/img-3.png
Fichier image/png, 416k
Titre Fig. 4. — Profils longitudinaux de l’oued Ziz filali et de l’oued Gheris au Tafilalt
Crédits Document C. Capel d’après Margat, 1962
URL http://journals.openedition.org/mcv/docannexe/image/6918/img-4.png
Fichier image/png, 206k
Titre Fig. 5. — Comparaison des lits de l’oued Gheris et de l’oued Ziz filali, dans une portion à latitude équivalente, à hauteur de Sijilmassa et à l’amont immédiat d’un barrage
Légende Le lit de l’oued Gheris (en haut, avec des vestiges d’installations hydrauliques d’époque moderne) est large, sinueux et très encaissé, tandis que l’oued Ziz filali (en bas) apparaît étroit, rectiligne et peu profondément entaillé
Crédits Clichés C. Capel
URL http://journals.openedition.org/mcv/docannexe/image/6918/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 868k
Titre Fig. 6. — Carte de la tête du Ziz filali
Crédits Document C. Capel
URL http://journals.openedition.org/mcv/docannexe/image/6918/img-6.png
Fichier image/png, 401k
Titre Fig. 7. — Deux vues de la prise d’eau abandonnée à la tête du Ziz filali
Légende En haut, la tête de canalisation se détachant de l’oued Amerbouh (au 1er plan) ; en bas, la large seguia comblée se développant en direction du lit actuel du Ziz filali
Crédits Clichés C. Capel
URL http://journals.openedition.org/mcv/docannexe/image/6918/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende Des vestiges de maçonnerie englobent un affleurement naturel du substrat rocheux
Crédits Clichés C. Capel
URL http://journals.openedition.org/mcv/docannexe/image/6918/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Fig. 9. — Coupes géologiques simplifiées du secteur de Sijilmassa montrant la table rocheuse sur laquelle s’est installée la ville
Légende A – au niveau du tell principal (la « Citadelle »)B – au niveau du pont sur le Ziz
Crédits Document d’après Margat, 1959
URL http://journals.openedition.org/mcv/docannexe/image/6918/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chloé Capel, « Une grande hydraulique saharienne à l’époque médiévale »,Mélanges de la Casa de Velázquez, 46-1 | 2016, 139-165.

Référence électronique

Chloé Capel, « Une grande hydraulique saharienne à l’époque médiévale », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 46-1 | 2016, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 16 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/mcv/6918

Haut de page

Auteur

Chloé Capel

École Doctorale d’Archéologie – université Paris 1 (UMR 7041, Archéologie et Sciences de l’Antiquité, Nanterre)

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals