Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Débats. La valorisation de la recherche publique en sciences humaines et sociales : retours d’expérience

Vulgariser pour valoriser les sciences humaines et sociales

Luc Allemand
p. 251-255

Texte intégral

1Le 18 mai 2015, le quotidien Libération lançait une pétition réclamant que le mot « bolos », tout juste entré dans le Petit Larousse, soit plutôt orthographié « boloss »1. Qui doute, pourtant, que le choix fait par l’éditeur du dictionnaire repose sur le travail de linguistes compétents, formés à l’université et au fait des derniers développements du domaine ? Imaginerait-on une pétition analogue pour réclamer une augmentation du diamètre des câbles soutenant le viaduc de Millau ou la longueur des ailes de l’Airbus A340 ?

2Quelques jours plus tôt, le 5 mai, les éditions du Seuil avaient publié le livre d’Emmanuel Todd, ingénieur d’études à l’INED, Qui est Charlie ? : sociologie dune crise religieuse. L’auteur y livrait une analyse des manifestations du 11 janvier 2015 en France. Une vive controverse s’en est suivie. D’autres sociologues, mais aussi des politiciens et des journalistes, ont contesté les résultats présentés et leur interprétation. Parmi les critiques récurrentes : ceux-ci auraient plus résulté de l’opinion préétablie de leur auteur que d’une analyse réellement scientifique.

3Ces deux exemples ne récapitulent pas toutes les questions qui se posent à propos de la vulgarisation des sciences humaines et sociales. Mais ils en illustrent des aspects importants. Dans ces deux cas, des savoirs produits par des méthodes scientifiques (ou annoncées comme telles) ont été mis à la disposition de publics non spécialistes. Dans ces deux cas, pour des raisons différentes, ces savoirs ont été contestés par des membres de ce public qui n’étaient pas des experts établis. Mieux, certains ont proposé de les remplacer par d’autres savoirs, issus de leurs analyses et de leurs expériences quotidiennes. Dans le second cas, en outre, l’intervention d’autres sociologues dans le débat a révélé, si cela était nécessaire, que la publication avait sans doute été trop rapide.

Vulgariser pour informer

4Les cas cités en guise de prologue ne doivent évidemment pas inciter à penser que la vulgarisation des sciences humaines et sociales serait forcément vouée à l’échec. Journaliste scientifique depuis 21 ans dans des magazines mensuels spécialisés (Pour la Science, puis La Recherche), j’ai pratiqué, avec plus ou moins de réussite, la vulgarisation de ces sciences dans un contexte dominé par les sciences dites « dures » ou « exactes » (ces qualificatifs eux-mêmes n’étant rien moins qu’exacts). C’est sur cette expérience que je m’appuierai pour exposer quelques spécificités, liées à la réception par le public, d’une part, et liées aux habitudes professionnelles des chercheurs du domaine d’autre part.

  • 2 Déjà citée dans la présentation p. 247 (« La valorisation de la recherche est une activité qui cons (...)

5D’abord, pourquoi parler de vulgarisation dans un dossier consacré à la valorisation de la recherche ? Une réponse évidente est que la définition de cette dernière, donnée en 2008 par Claude Birraux2, alors président de l’OPECST, s’applique au journalisme scientifique. Celui-ci transforme en effet les travaux et résultats scientifiques en articles de magazines, magazines qui ont une valeur économique, puisque commercialisés auprès de leurs lecteurs et de leurs annonceurs.

6Il y a toutefois une deuxième raison, plus fondamentale. La vulgarisation est aussi une étape préalable, quasi indispensable, à toute valorisation. Pour que les connaissances acquises par la recherche acquièrent une valeur économique ou sociétale, encore faut-il que les acteurs du monde économique et social en soient informés. Certains d’entre eux, par leur formation ou leur expérience, peuvent aller directement à la source, en lisant les articles scientifiques ou en assistant aux congrès. Mais ils ne disposent pas toujours du temps nécessaire pour cela. Et beaucoup n’en ont pas les capacités. La vulgarisation, qui sélectionne et qui synthétise, peut le leur permettre.

7Ces deux raisons sont évidemment valables pour toutes les sciences. Les sciences humaines et sociales ont toutefois une spécificité en ce qui concerne la deuxième : les acteurs en mesure de s’emparer de leurs résultats pour leur donner une valeur sont beaucoup plus nombreux que pour la physique ou pour la biologie, par exemple. Une partie des savoirs qu’elles produisent sont en effet valorisables dans le champ politique (au sens large) : à l’usage de l’État, bien entendu, mais aussi des associations, des partis politiques, des syndicats, des entreprises qui remplissent des délégations de service public, et même des simples citoyens. Il existe un enjeu démocratique à la diffusion, auprès du plus grand nombre, des connaissances acquises sur l’État et le fonctionnement de la société, plus fort et plus direct qu’à la diffusion de la biologie moléculaire, de la physique des particules, de la théorie des nombres premiers ou de l’astronomie galactique.

8En démocratie, les citoyens ont bien entendu besoin d’être éclairés sur des questions de santé, d’environnement, de chimie, et même de sciences de la Terre (le procès consécutif au séisme de l’Aquila3, en Italie, l’a bien montré). Mais la valeur sociale de ces connaissances est de nature différente. Le public ne peut s’en servir qu’indirectement, pour mieux évaluer les conséquences de telle ou telle décision.

La délicate position de l’expert en sciences humaines

9Au delà des questions que nous venons de poser, notons que, la vulgarisation elle-même des sciences humaines et sociales présente des spécificités. Une première, qui complique leur vulgarisation, est la familiarité du public avec leurs champs d’étude (dont il est parfois un élément) et avec leurs champs d’applications potentielles. Comme l’illustre, pour la linguistique, l’exemple du « bolos », il n’est pas toujours nécessaire d’avoir une formation scientifique pour penser être un expert, ou en tout cas pour considérer que son avis personnel vaut autant que celui des experts.

  • 4 A. Lupia, « Communicating science in politicized environments », PNAS, 110:14048-14054, 2013, DOI: (...)

10La réception des informations sur un sujet donné dépend des a priori des lecteurs, de ce qu’ils savent (ou croient savoir). Et en sciences humaines et sociales, c’est généralement beaucoup. La crédibilité des chercheurs comme sources d’information n’est pas garantie par leur qualification, surtout pour les questions « politiques », fortement controversées. Le chercheur doit gagner cette crédibilité, par exemple en montrant qu’il a une communauté d’intérêt avec son audience4. L’explication des méthodes employées et la mise en évidence du fait qu’elles distinguent résultats scientifiques et observations de la vie courante sont aussi d’une grande importance (beaucoup plus que lorsque l’on parle de la masse du boson de Higgs, par exemple).

11Le public n’est toutefois pas le seul responsable des confusions entre science et opinion. Pour mieux « vendre » leurs résultats, certains chercheurs en proposent parfois des généralisations et des applications abusives. Un résultat scientifique a un niveau de véracité, en sciences humaines et sociales comme ailleurs, dans des conditions toujours bien définies. Il est toujours nécessaire de vérifier expérimentalement ou théoriquement que, si l’on change un peu la température, une réaction chimique lente ne deviendra pas subitement explosive. La précaution est d’autant plus importante en sciences humaines et sociales que, le lectorat connaissant (voire vivant) des situations proches (au moins en apparence) de celles décrites par de nombreux travaux de recherche, il résistera difficilement à la tentation de transposer.

12Ainsi, la rigueur peut être décevante sur le plan médiatique. Au début des années 2000, j’avais sollicité, auprès d’un sociologue, un article sur le « sentiment d’insécurité »5. Il y présentait un modèle expliquant l’évolution des délits et du sentiment d’insécurité en France sur les cinquante années précédentes. Au cours de l’édition de cet article, malgré mon insistance, il refusa catégoriquement de transposer ce modèle sur un autre pays européen comparable : il ne possédait pas les données suffisantes pour le faire. De mon point de vue, cela aurait crédibilisé ses résultats (le modèle se serait appliqué à deux cas). De son point de vue, il serait alors sorti de son strict rôle de scientifique. C’est lui qui avait raison.

13De nombreux économistes, par exemple, n’ont pas les mêmes scrupules, ce qui leur permet de se transformer en conseillers financiers ou politiques. Les conséquences des mesures qu’ils préconisent sont certainement inéluctables dans le cadre théorique ou expérimental qu’ils ont utilisé. C’est plus rarement le cas dans la société réelle. Je pense par exemple à l’utilisation des formules de Black et Scholes pour la régulation des opérations boursières6, mise en cause lors de plusieurs krachs boursiers. À l’extrême, des erreurs détectées dans les données utilisées par Carmen Reinhart et Kenneth Rogoff, de l’université Harvard, aux États-Unis, dans un article consacré aux liens entre dette publique et croissance économique, ne les ont pas empêchés de maintenir les mêmes préconisations en matière de politique, préconisations suivies par plusieurs gouvernements et organismes financiers internationaux7.

Savoir décrypter et transmettre l’information

14L’exemple du livre d’Emmanuel Todd se situe à peu près dans le même registre. Il me permet toutefois d’illustrer aussi une autre caractéristique de la vulgarisation des sciences humaines et sociales. Beaucoup plus que dans les autres domaines, les chercheurs pensent pouvoir s’adresser directement au public, en se passant du corps intermédiaire que constituent les journalistes. Là encore, il faut distinguer plusieurs causes.

15La première est que la plupart des chercheurs en sciences humaines et sociales ont suivi des formations « littéraires ». Tout au long de leurs études, ils ont appris à rédiger rapports et articles dans une langue apparemment « courante », avec peu de formules ou d’équations. Le français est pour eux un outil de travail, qu’ils ajustent d’ailleurs à leurs besoins propres en donnant des sens toujours précis aux mots. Ce faisant, ils peuvent avoir l’impression d’être directement compréhensibles par tous. Alors qu’en fait, ils manipulent un jargon professionnel, pas plus accessible au profane que des symboles mathématiques. Un exemple particulièrement caractéristique, que j’ai rencontré à plusieurs reprises, est celui des préhistoriens technologues spécialistes de la taille des outils en pierre. Contrairement à ce que l’on pourrait penser naïvement, le discours scientifique sur une activité aussi matérielle et concrète est d’un très haut niveau conceptuel.

16Une seconde cause est la porosité entre une partie des sciences humaines et sociales et la presse. Les chercheurs sont fréquemment sollicités comme experts par les journalistes spécialisés dans les rubriques économie, politique ou société. Les pages « Idées » ou « Débats » des quotidiens et des magazines font une large place aux « intellectuels », dont une bonne part sont des chercheurs en sciences humaines et sociales. Ils jonglent ainsi entre une expression scientifique rigoureuse et contrôlée, et une expression qui réagit à chaud à l’actualité, souvent difficile à distinguer de l’opinion (même éclairée).

17Une troisième cause de cette confusion provient du mode de diffusion des connaissances au sein de ces disciplines. Celui-ci repose sur les revues savantes, mais aussi sur l’édition de livres. Et ces livres ne sont pas publiés que par les presses universitaires ; celui d’Emmanuel Todd en est un bon exemple, mais on pourrait en citer beaucoup d’autres. Même les thèses, dont la lecture est, en sciences « exactes », réservée à quelques dizaines de spécialistes, peuvent être, en sciences humaines et sociales, publiées par des éditeurs commerciaux. Entretenant, là encore, l’idée que le public peut s’approprier directement ces travaux et leurs résultats.

  • 8 D. A. Scheufele (2015), « Communicating science in social settings », PNAS, 110:14040.

18Incidemment, je remarque que, paradoxalement, les chercheurs en sciences humaines et sociales (y compris une bonne part de ceux qui communiquent ainsi directement avec le grand public) méconnaissent généralement les travaux de ceux de leurs collègues qui étudient, justement, la diffusion des savoirs. Leur proximité dans les départements de recherche ne les avantage pas tellement par rapport à leurs collègues des sciences expérimentales, auxquels ce reproche est plus souvent formulé8.

Conclusion : la difficulté d’une vulgarisation réussie

19Relever ces spécificités des sciences humaines et sociales vis-à-vis de la vulgarisation ne me conduit pas à la conclusion que ces sciences seraient plus difficiles à vulgariser que d’autres. On ferait autant de remarques, quoique de nature différente, à propos des mathématiques, de la physique quantique ou de l’immunologie. Ces spécificités ne sont pas des écueils sur lesquels toute tentative se fracasserait immanquablement. Ce sont plutôt des repères, dont la prise en compte est indispensable à une bonne navigation.

20En particulier, les scientifiques de ces domaines doivent se défaire de l’illusion qu’ils pourraient s’abstraire de l’expertise, du savoir-faire et des préoccupations des professionnels de la vulgarisation. Tous les travaux de recherche ne sont pas communicables dans les mêmes conditions vers le grand public. Et leur qualité scientifique n’est, de loin, pas le seul critère. La possibilité de scénariser une « bonne histoire » est au moins aussi importante. Les aspects d’un travail de recherche susceptibles d’attirer et de retenir l’attention du public sont généralement mieux perçus par un esprit extérieur, au fait des attentes de ce public.

  • 9 M. Ferrary (1999), « Confiance et accumulation de capital social dans la régulation des activités d (...)
  • 10 La Recherche, 326, décembre 1999, p. 10.

21Un autre point d’attention fondamental, côté journalistes cette fois, est la nécessité d’adapter les formats journalistiques aux spécificités des sciences humaines et sociales. Ainsi, la « brève » de quelques centaines de signes est quasi exclue. Pour ne donner qu’un exemple, je laisse le lecteur juge de savoir si l’auteur d’un article de la Revue française de sociologie9 a reconnu son travail dans cette brève de 500 signes que j’ai écrite en 1999 pour répondre à un impératif éditorial du magazine La Recherche10 :

Relationnel vs. Technique
Baisse du recrutement (1 234 embauches en moins à la BNP) et du nombre de démissions (710 départs en moins au Crédit Lyonnais) : les banques françaises ont modifié leur politique de l’emploi entre 1990 et 1995. Pour évaluer leurs risques en matière de prêt, les banques mobilisent aujourd’hui plutôt le réseau relationnel de leurs conseillers bancaires que leurs compétences techniques. Comme la constitution d’un réseau relationnel efficace prend du temps, les banques ont intérêt à stabiliser leurs salariés.

22On peut aussi s’interroger sur la relation que le lecteur a pu percevoir entre le travail dont il est ici rendu compte, et une activité scientifique.

23J’ai souligné dans ma contribution à ce dossier essentiellement des limites et des difficultés de la vulgarisation des sciences humaines. Cela ne signifie évidemment pas qu’il n’y a pas d’expériences réussies. Et l’on pourrait certainement en tirer des leçons pour améliorer la situation générale.

24Toutefois, je veux insister pour conclure sur un aspect institutionnel de la question. Une condition nécessaire d’une généralisation de la vulgarisation de qualité est la prise au sérieux, on l’a vu, de cette vulgarisation. J’ajoute : la prise au sérieux à tous les niveaux. La vulgarisation est en effet, aujourd’hui, trop souvent considérée comme une activité secondaire par l’université et les organismes de recherche.

25Une situation, caricaturale sans doute, mais réelle, est celle du répertoire « expertise SHS » de l’université Toulouse Jean-Jaurès. La rubrique « communication - diffusion du savoir scientifique » (qui a le mérite d’exister) ne renvoie qu’à un seul chercheur11 ! Et le détail de ses compétences (« Base de données images ») n’éclaire en rien ses capacités particulières dans le domaine. L’activité de vulgarisation est trop souvent déléguée à la bonne volonté de chercheurs « qui aiment ça » et qui ont acquis de l’expérience par eux-mêmes. Pour une meilleure efficacité, les institutions scientifiques pourraient la promouvoir et l’organiser. Par exemple, comme l’université Toulouse Jean-Jaurès, en répertoriant (un peu plus précisément toutefois) les compétences des chercheurs et enseignants-chercheurs, voire les thématiques sur lesquelles ils pourraient intervenir de façon pertinente dans les débats publics. Par exemple encore, en intégrant la vulgarisation aux enseignements des écoles doctorales. Par exemple, enfin, en reconnaissant la nécessité de travailler plus systématiquement avec des spécialistes extérieurs au corps académique, y compris pour des réflexions stratégiques.

Haut de page

Notes

1  Voir la pétition sur : <http://www.change.org/p/le-larousse-pour-que-boloss-retrouve-son-deuxième-s>.

2 Déjà citée dans la présentation p. 247 (« La valorisation de la recherche est une activité qui consiste à transformer la recherche en un produit ou service ayant une valeur économique ou une valeur sociétale »).

3  Voir ainsi : <http://www.larecherche.fr/actualites/evenement/quelle-expertise-scientifique-
apres-verdict-du-proces-aquila-01-12-2012-95191
>.

4 A. Lupia, « Communicating science in politicized environments », PNAS, 110:14048-14054, 2013, DOI: 10.1073.

5 Voir <http://www.larecherche.fr/idees/livres/origines-sociales-inquietude-securitaire-
01-06-2001-89386
>.

6 Voir <http://www.larecherche.fr/savoirs/autre/juste-prix-options-boursieres-01-05-2004-
77388
>.

7 P. Jensen et A. Parent (2014), « Dette publique et croissance : des erreurs bien choisies », La Recherche, 487, p. 64.

8 D. A. Scheufele (2015), « Communicating science in social settings », PNAS, 110:14040.

9 M. Ferrary (1999), « Confiance et accumulation de capital social dans la régulation des activités de crédit », Revue française de sociologie, 40 (3), pp. 559-586.

10 La Recherche, 326, décembre 1999, p. 10.

11 Voir <http://w3.competences.univ-tlse2.fr/spip/spip.php?page=dcc&id_dcc=90&id_
dc=51&retour=dc
>.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luc Allemand, « Vulgariser pour valoriser les sciences humaines et sociales »,Mélanges de la Casa de Velázquez, 46-1 | 2016, 251-255.

Référence électronique

Luc Allemand, « Vulgariser pour valoriser les sciences humaines et sociales », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 46-1 | 2016, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 16 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/mcv/7010

Haut de page

Auteur

Luc Allemand

Journaliste

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals