Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Débats. La valorisation de la recherche publique en sciences humaines et sociales : retours d’expérience

Sciences humaines en images, expériences et réflexions

Henri-Louis Poirier
p. 257-262

Texte intégral

1Valorisation, le mot nous propulse d’entrée dans le champ lexical de l’économie. Pour les sciences humaines et sociales, il désigne sans doute les modalités de communication des résultats d’une campagne de recherche pouvant donner lieu à un retour sur investissement, voire à une plus-value. L’audiovisuel vient assez naturellement à l’esprit comme l’une de ces modalités. En effet, les thèmes abordés par ces disciplines contiennent précisément du réel, de l’histoire, des ambiguïtés humaines et des problèmes de points de vue. Soit des dimensions romanesques et cinématographiques. Très souvent, tandis qu’ils progressent dans leurs travaux, les chercheurs doivent se dire : « tout de même, un sujet pareil, dommage de ne pas en tirer un film, non ? » ou encore « Cela ne devrait pas intéresser une télé, ça ? ». Mais prudence : derrière ces termes génériques (film, audiovisuel, télé) se cachent des « mondes », des objets et des expériences très distincts les uns des autres, qu’il vaut mieux cerner un peu avant de penser s’y frotter concrètement.

2L’auteur de ce texte fait partie de ces spécialistes de la survie en milieu culturel qu’on appelle « auteurs-réalisateurs », un sous-groupe de la tribu bigarrée des intermittents du spectacle. Mon strict intérêt personnel — et salarial —, c’est que des films trouvent un financement, d’où qu’il vienne, et que m’en soit confiée la réalisation. Mon équipe est composée d’autres « durs-à-cuire » (opérateurs, monteurs, infographistes, animateurs, musiciens, comédiens) qui ont le même intérêt que moi : que des films se fassent. Cependant, la somme de nos expériences nous permet de discerner quand un film, un audiovisuel, naît sous une bonne étoile grâce à laquelle il trouvera son utilité et son public, et rendra durablement satisfaits ceux qui y ont contribué. À l’inverse, on reconnaît hélas assez vite les situations où, quelles que soient ses qualités, un audiovisuel restera toujours un objet malencontreux et mal aimé, inopportun… et donc très coûteux.

3Ces dernières années, j’ai eu la chance d’accompagner par le film plusieurs opérations de restitution 3D architecturale des états disparus de grands sites patrimoniaux menées par le laboratoire MAP, à Marseille (Modèles et simulations pour l’architecture et le paysage - UMR 3495 CNRS/MCC). Une belle histoire, car cette démarche scientifique au service de l’archéologie du xxie siècle m’a également permis d’ouvrir une nouvelle voie dans mon expression en tant qu’auteur-réalisateur. Avec le MAP, la valorisation a donc fonctionné dans les deux sens, ce qui est bon signe. Et les fantômes architecturaux numériques du Château Comtal à Carcassonne, des abbayes et cloîtres de Saint-Guilhem-le-Désert ou Saint-Michel-de-Cuxa au temps de leur splendeur, ou encore des vingt-six siècles d’occupation humaine dans le quartier du fort-Saint-Jean à Marseille, ont pu habiter des récits filmiques écrits autour d’eux. Au début de la première aventure, je crois que les chercheurs étaient plutôt perplexes : était-il possible de retracer conjointement l’histoire d’un monument et les avancées d’une recherche archéologique ? Comment les « maquettes 3D », austères modélisations volumétriques en « plâtre blanc » issues des hypothèses de restitution des historiens, pourraient-elles séduire le regard de publics habitué aux grandioses effets spéciaux du cinéma ?

4J’ai vite compris que dans le cadre d’un récit filmique ces restitutions architecturales allaient faire merveille grâce à leur surprenant potentiel d’expressivité, à mille lieues de cette supposée frigidité électronique qu’on prête habituellement aux objets numériques. Ces images spatialisées de ce qu’avait été le monument, et qui n’existe plus aujourd’hui, ouvraient la porte vers un « imaginaire concret », vers la contemplation mélancolique d’une réalité physique désormais hors d’atteinte. Et surtout crédible car certifié par la recherche scientifique. Un récit filmique capable d’orchestrer avec bonheur la prise de vues réelles avec ces restitutions 3D architecturales ainsi qu’une documentation iconographique avec de discrètes reconstitutions mises en scène permettent au spectateur de projeter une forte émotion sur le monument. L’édifice est le protagoniste principal du film, et c’est à lui, à ses pierres, ses sculptures, ses charpentes, ses murs, que le spectateur s’identifie. Comme nous, humains qui suivons son histoire, il a connu des accidents, des maladies, il a résisté aux attaques (les ennemis, la foudre, le feu), on l’a agrandi, on l’a redécoré puis dépouillé, puis remodelé, puis vandalisé… Enfin, maltraité par la succession de maîtres aux intérêts contraires, il est presque tombé dans l’oubli. Heureusement, son sort a suffisamment intéressé — ou ému, à leur manière — des chercheurs, des architectes et des techniciens 3D contemporains pour qu’ils le « reconstruisent » tel qu’il a pu être jadis. Et voici que resurgissent à l’écran des visages du monument que plus personne n’a vus depuis des siècles, où la caméra virtuelle se déplace à la façon d’une visite miraculeuse. Bref, en m’appropriant visuellement les maquettes architecturales (en les texturant, en les éclairant et en les sillonnant de mouvements de caméra), j’ai dévoilé aux chercheurs un potentiel d’expressivité qu’ils ne soupçonnaient pas. Une forme centenaire — le récit filmique linéaire — révélait dans des objets, travaux et recherches très contemporains une indispensable dimension sensible.

5En 2011, le laboratoire MAP m’a proposé de franchir une nouvelle étape : intervenir dès l’amont d’une grande campagne scientifique pluridisciplinaire, avant l’élaboration de la maquette numérique, et accompagner tout le processus de recherche en image animée. Commençait alors l’aventure Pavage qui visait à restituer en 3D architecturale les 915 mètres d’un monument à la fois célèbre et très mal connu : le pont Saint-Bénézet, dit aussi pont d’Avignon, au temps où il enjambait encore le Rhône d’une rive à l’autre.

6Au fil de ces expériences liées aux recherches du MAP, toutes sortes de situations de valorisation, très différentes, se sont présentées.

7Muséographie. Plusieurs de nos « récits filmiques » ont été — et sont encore — montrés au public dans un contexte muséal. Monuments historiques et nouveaux musées un peu partout en régions, ou encore Universcience à Paris et Centres de culture scientifique, technique et industrielle (CCSTI) en régions, les équipements culturels ne manquent pas pour cette mise en lumière de la recherche par la muséographie. Du fait du rôle important occupé par les scénographes, l’exposition est un domaine qui propose souvent aux réalisateurs des expériences insolites en termes de formats de tournage et de diffusion. J’ai eu l’occasion de montrer des films sur toutes sortes de dispositifs : éventails d’écrans synchronisés, projections sur le sol, dans des demi-sphères, sur des décors, sur les pages d’un livre, sur des lames de verre semi-transparentes, avec des formats ronds, verticaux ou ultra-panoramiques. L’austère petit écran abritant une interview de chercheur ou de mandarin coincé dans son bureau sur fond d’étagères de dossiers ne se présente plus guère aujourd’hui, les scénographes estimant à raison que le visiteur ne lui accordera pas un seul regard.

8Quelle satisfaction retirent en général les chercheurs et leurs labos d’une telle valorisation ? Très variable selon leur degré d’implication et selon la qualité des échanges avec les médiateurs, rédacteurs, scénographes et réalisateurs. Le bon souvenir qui reste après coup, c’est l’attrait de voir les messages scientifiques exprimés à travers une diversité d’éléments de présentation, déployés dans un espace sensible visité par un public concret, fait de chair et d’os. Sur un plan gestionnaire, les laboratoires partenaires interviennent surtout comme conseils et contributeurs en images scientifiques. Une position parfois chronophage pour les scientifiques mais narcissiquement valorisante, dépaysante et indolore d’un point de vue budgétaire, les frais de production étant prévus dans le budget de l’exposition.

9Télévision. Fréquemment, la télévision s’intéresse aux thématiques des sciences humaines. Ainsi, nos travaux avec le MAP ont donné lieu à plusieurs films documentaires, qui ont connu la télédiffusion, mais aussi les sélections — et récompenses — en festivals de films documentaires. Ce monde télévisuel est traversé par une sorte de ligne-frontière traditionnelle : documentaire d’un côté, reportage de l’autre. Selon qu’ils appartiennent à l’un ou l’autre camp, deux personnages au profil et tempérament presque opposés se présentent face aux chercheurs : le réalisateur (ou la réalisatrice) pour le documentaire, le (ou la) journaliste pour le reportage. À mi-chemin des deux sautille parfois un être hybride, reconnaissable à son débit de voix pédagogique et à son nœud papillon : le journaliste scientifique, personnage souvent horripilant mais quelquefois prophétique et génial. En théorie, le documentaire correspond à une durée plus longue, développe une écriture qui s’apparente davantage au cinéma, qui « creuse » ses contenus de manière plus approfondie et jouit d’une diffusion plus durable. À l’inverse, répondant aux besoins de l’information générale, le reportage est l’affaire de quelques jours, voire de quelques heures, entre enquête, tournage, montage, commentaire et télédiffusion. Les deux registres peuvent se succéder dans le temps, les sujets TV préparant un écho favorable au développement ultérieur d’un projet de documentaire.

10Indice de satisfaction des chercheurs pour cette valorisation cathodique ? Encore plus variable. Les reportages TV apportent aux laboratoires une exposition large mais éphémère. Les chercheurs déplorent presque toujours que « tout ait été fait trop vite », que la caméra de l’interview ne les a pas flattés et que le sujet dure trop peu de temps pour résumer correctement les problématiques. En comparaison, les documentaires font en général l’objet de frustrations moins vives : leur durée plus longue permet un approfondissement plus fouillé, et les scientifiques ont souvent eu des occasions de supervision du résultat final.

11Internet. Récemment, le département de production audiovisuelle du CNRS a utilisé nos rushes filmés de la campagne de recherche Pavage ainsi que nos animations 3D du pont d’Avignon restitué, pour éditer un court « docu-reportage » de 8’ environ. Posté sur le site du CNRS et celui du Monde, ce document a sans doute recueilli un grand nombre de clics, voire de like ! La même équipe du CNRS-Image avait proposé quelques mois plus tôt la renversante restitution 3D de la « Salle à manger tournante de Néron ». Un département analogue au sein de l’INRAP produit également ces objets audiovisuels hybrides, approfondis comme des petits documentaires et digestes comme des reportages, qui génèrent chez les chercheurs impliqués nettement moins de frustration que les sujets info TV. Mais une fois passé le moment d’éclat de leur mise en ligne, ils connaissent le même sort de « bouteilles à la mer référencées » que les millions de vidéos qui flottent déjà sur l’océan du Net.

12Édition. En une occasion avec le MAP, il m’est arrivé de participer à la valorisation d’une recherche sous l’angle d’un film sur DVD joint au beau catalogue d’une exposition d’archéologie (Le Trésor des Marseillais, 2013). Les chercheurs étaient ravis, car ils adorent les beaux-livres où leurs articles sont mis en page et illustrés avec luxe ; en prime, le DVD leur donnait vie et parole grâce à de belles interviews. De mon côté, la satisfaction était plus mitigée : une fois l’ouvrage en main, j’ai eu toutes les peines du monde à dénicher le DVD, profondément enfoui dans un rabat intérieur de la troisième de couverture. Le nombre de lecteurs/spectateurs qui l’ont trouvé et visionné doit se compter sur les doigts d’une main d’archéologue.

13Il est à noter que toutes les expériences de valorisation décrites ci-dessus ont en commun un aspect économique notable : ils n’ont coûté aux chercheurs, et donc aux labos, qu’un peu de leur temps en échange d’une honnête visibilité, car la production de toutes ces déclinaisons audiovisuelles se rattache à des modèles économiques bien établis : l’exposition, la télévision, l’édition, ou encore la production institutionnelle (CNRS, INRAP, CNDP, CRDP, Universcience, etc.). J’évoquerai en conclusion la situation, appelée à se multiplier, où des scientifiques commencent à filmer eux-mêmes leur processus de recherche avec des moyens semi-professionnels désormais à la portée de chacun. De fil en aiguille, le laboratoire devient de facto producteur, avec tous les risques, financiers, artistiques et humains que cela implique.

14Cependant, revenons un instant sur le terme initial : valorisation, considéré jusqu’ici — crise et restrictions obligent — surtout sous l’angle économique. Mais il contient une autre dimension essentielle. Du point de vue d’un auteur-réalisateur, il n’y a de valorisation pour une vidéo inspirée d’une recherche en sciences humaines que si une véritable écriture filmique s’y révèle. Pour le dire brutalement, si le cinéma — au sens large de l’Image Animée — y gagne quelque chose. Si ce qu’on voit et entend divulgué à l’écran n’aurait pas pu être exprimé autrement que par les moyens propres de l’écriture filmique.

15Hélas pour l’audiovisuel en tant qu’expression — et en tant que corporation ! —, il est fréquemment sollicité pour de mauvaises raisons : on apprécie chez lui son côté mange-tout, cette capacité à brasser toutes sortes de sources visuelles (images réelles, interviews, archives, images scientifiques, schémas et graphismes, etc.) ; on aime bien sa bande sonore qui peut accueillir beaucoup de discours oral (commentaire, interviews) ; et aussi ses protocoles d’écriture — synopsis et scénarios — qui se présentent d’abord sous la forme de fichiers textes, raturables, corrigeables et échangeables par mail. On aime bien enfin ce petit frisson de vie qu’est une image qui s’anime et propose cette plage de « relaxation stimulante » qu’est le visionnement d’un film. Oui, en effet, mais… rien de tout cela ne fonctionne sans un projet d’écriture cinématographique porté, en théorie, par la personne qui réalise. Si l’on envisage un film comme une sorte de texte animé et sonore, il n’y a aucune valorisation possible. Car un film reste un film et, surtout, le spectateur reste un spectateur. Dès que les images s’animent, il attend, il espère que quelque chose se produira à l’écran, qui donne un sens au temps de sa propre vie qu’il consacre au visionnement du film : une expression authentique, un instant de cinéma. Bien sûr, cette teneur en cinéma est une dimension subtile et volatile. Il y a quantité de mauvais longs-métrages qui contiennent au fond très peu de cinéma et quantité de bons documentaires (ou de films de valorisation scientifiques !) qui en contiennent beaucoup. Mais il suffit de peu de choses en vérité : un plan en son direct, sans paroles ; un décalage pertinent entre l’image et le son ; un flash-back qui arrive sans crier gare ; un contrepoint musical inattendu ; un regard de chercheur silencieux… et tout à coup l’effet de cinéma peut se produire, mettre en mouvement la mémorisation, donner envie d’aller au bout, d’aller plus loin. Et là, tous, chercheurs, réalisateurs, spectateurs, se trouvent ensemble valorisés.

16Pour conclure sur une note pratique, revenons à ces films de recherche faits maison ou plutôt faits labo qu’on pourrait voir abonder dans les années à venir, du fait des évolutions techniques. Ils découlent de la tentation, chez des chercheurs souvent cinéphiles, d’auto-filmer leurs travaux afin de sauvegarder une trace des épisodes de recherches d’une campagne pour peut-être en tirer plus tard la matière d’un objet audiovisuel (documentaire, webdoc, vidéos sur une publication multimedia, etc.). Cette démarche peut leur donner l’occasion d’inventer — ou du moins de penser le faire — leur propre écriture filmique, avec des choix radicaux qui dépoussièrent les carcans de la réalisation traditionnelle : au diable les changements d’axes pour varier plans et focales, au diable le « fil conducteur » et la progression du récit, au diable la voix off ! Mais le chemin est long qui sépare l’enthousiasme du tournage et l’élaboration finale d’un film abouti, digne d’être présenté à un public de plus en plus exigeant, au regard de plus en plus aiguisé en matière d’analyse filmique. Et le risque de ces auto-productions est toujours de ne pouvoir aller jusqu’au terme de la démarche. La nécessité de contributions de techniciens audiovisuels de pointe (en infographie, étalonnage colorimétrique, gestion des formats vidéo et mixage sonore) se fait sentir et peut conduire à des coûts d’autant plus importants qu’imprévus. Donc dévalorisants car sans espoir de recettes, ces films étant rarement « calibrés » à destination du marché. C’est sur toutes ces lignes frontières, entre documentaire et reportage, entre création et communication, entre valorisation et gaspillage, et entre les différents domaines du complexe marché de l’image animée, que peuvent se rendre très utiles ces précieux interlocuteurs des chercheurs et des laboratoires que sont les producteurs et les auteurs-réalisateurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henri-Louis Poirier, « Sciences humaines en images, expériences et réflexions »,Mélanges de la Casa de Velázquez, 46-1 | 2016, 257-262.

Référence électronique

Henri-Louis Poirier, « Sciences humaines en images, expériences et réflexions », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 46-1 | 2016, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 16 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/mcv/7012

Haut de page

Auteur

Henri-Louis Poirier

Auteur-réalisateur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals