Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Débats. La valorisation de la recherche publique en sciences humaines et sociales : retours d’expérience

SHS et décision publique : participation, évaluation et valorisation

Trois chantiers de la recherche littorale
Nacima Baron
p. 275-280

Texte intégral

L’urgence force le décloisonnement de la recherche littorale

  • 1 A. Miossec (1998), Les littoraux entre nature et aménagement, Paris, SEDES, coll. « Campus Géograph (...)
  • 2 C. S. Medde (2014), État des lieux mer et littoral, Orléans, Institut français de l’environnement.

1Le littoral constitue un laboratoire d’exception pour l’exploration interdisciplinaire aux frontières de la connaissance, et pour une articulation renouvelée entre de grands domaines de recherche, notamment les sciences sociales et humaines et les sciences de l’environnement. Mince liseré qui cerne l’immensité des espaces marins, à la merci des éléments qui semblent se le disputer, le littoral est un territoire singulier, créé par le travail des hommes et modelé pour leur habitat1. Cependant, l’anthroposystème littoral est arrivé à un point limite et les acteurs publics recherchent des stratégies de protection et de gestion pour éviter des pertes d’espèces et d’espaces. Les menaces sont en effet plurielles, et il faut agir vite : d’abord comprendre les pressions et les risques d’artificialisation des milieux ; ensuite, affronter les risques et renforcer les conditions de résilience des écosystèmes ; et enfin, définir des modes de gestion plus participatifs pour associer la protection du littoral avec des formes de création de valeur durable2.

  • 3 N. Baron (2013), « Pressions anthropiques sur le littoral », dans A. Euzen, L. Eymard, Fr. Gaill(...)

2La pression anthropique est à la fois un défi pour la connaissance et pour la gestion du territoire littoral3. L’urbanisation et les effets de la mondialisation, qui renforce les échanges mondiaux et soutient le développement des emprises industrialo-portuaires, sont deux des principaux facteurs qui dérèglent l’immense réseau littoral. En effet, la complexité des écosystèmes (zones humides) et des interactions écologiques (chaînes alimentaires, transits sédimentaires, routes migratoires) assure la qualité et la résilience du milieu. La responsabilité de l’acteur public est grande pour prévenir les effets du changement climatique et les déséquilibres socio-économiques.

Liteau, un programme multidisciplinaire d’interfaçage recherche/action

  • 4 C. S. Medde, 2014.
  • 5 Q. Gautier, L. Bélanger, M. Sicard (2014), Apports du programme Liteau à la gestion durable de la m (...)
  • 6 M. Bodiguel (1997), Le littoral entre nature et politique, Paris, L’Harmattan.

3Porté par le service de la recherche du ministère du Développement durable et de l’énergie4, le programme Liteau a soutenu financièrement depuis sa création, il y a presque deux décennies, près de 80 projets ayant en commun quatre caractéristiques fortes5. La première caractéristique est la construction multidisciplinaire des appels d’offre et des réponses à ces derniers, avec la coopération systématique d’équipes de sciences humaines et sociales et d’équipes de disciplines naturalistes. La seconde caractéristique est le montage partenarial des programmes de recherche et l’incorporation aux dispositifs de recherche des multiples acteurs opérationnels (élus, acteurs de la société civile, pêcheurs…). La troisième spécificité de Liteau est l’orientation scientifique sur trois champs, à savoir la connaissance relative au fonctionnement des écosystèmes littoraux et marins, la gestion et la valorisation des espaces naturels et la gouvernance et la gestion intégrée du littoral et des espaces marins. La quatrième spécificité est l’articulation des recherches avec la conception et la mise en œuvre des politiques publiques, qui elles-mêmes ont connu dans ce laps de temps de fortes évolutions6. En effet, depuis les années 1990, les stratégies de planification de la mer et du littoral ont connu un profond renouvellement et les acteurs locaux (élus, usagers, citoyens) ont été impliqués de plus en plus fortement dans la mise en œuvre des instruments de gestion durable du territoire. Toutes ces conditions ont conduit le programme Liteau à jouer un rôle central dans un triangle composé de trois éléments : les questionnements scientifiques, les « terrains » du littoral au sens physique et humain, et les politiques publiques. Les sciences humaines et sociales ont offert des outils et des méthodes de travail inédits pour articuler ces éléments et favoriser les processus de traduction et de médiation, mais aussi les transferts d’expertise.

  • 7 J. Catanzano, O. Thebaud (1995), Le littoral, pour une régulation des conflits d’usage, programme n (...)
  • 8 H. Rey-Valette, M. Antona (2009), « Gouvernance et gestion intégrée du littoral : l’exemple des rec (...)

4Liteau a eu l’occasion de soutenir plusieurs actions pilotes dans lesquelles l’histoire, la géographie, l’ethnologie, la sociologie, l’économie, l’urbanisme entre autres, ont été associées avec des disciplines du vivant (l’écologie), des sciences de la terre (par exemple la climatologie, ou la sédimentologie), afin de co-construire des dispositifs de recherche permettant de travailler avec des collectifs élargis (voir premier encadré en annexe, p. 280). Les sciences humaines et sociales ont travaillé de la manière suivante. Dans le cas Respireau par exemple, les enquêtes auprès des pêcheurs à pied ont permis de compléter la connaissance des dynamiques du système littoral et la compréhension de la raréfaction de la ressource. Dans le cas du projet Blinis, des historiens modernistes ont collaboré avec des collègues climatologues pour valoriser les ressources d’archives, les cartes anciennes, dans la connaissance du changement climatique sur le long terme… Mais, au-delà, la participation de chercheurs de sciences sociales ou de sciences humaines dans des recherches sur le littoral est aussi précieuse pour réaliser des programmes de recherche réellement participatifs, et travailler en deux temps7. Ainsi, à l’amont de la recherche, lors des étapes de diagnostic de terrain, de recueil des données, la place des chercheurs en sciences humaines est précieuse pour construire des scènes d’échange (séminaires de terrain, enquête) et recueillir le ressenti local. Le projet Pampa illustre l’amorçage de processus d’apprentissage collectifs associant élus, gestionnaires, associations d’habitants. À l’aval de la recherche, ces chercheurs travaillent sur l’appropriation des résultats de la recherche par des cercles d’acteurs politiques, de gestionnaires et d’usagers (cas du projet Solter notamment, développé aussi par H. Rey-Valette et M. Antona8).

Liteau, les sciences humaines et sociales et la notion de participation

5De nombreux projets labellisés par Liteau s’appuient sur des expériences de participation des acteurs de terrain, sur des terrains très diversifiés (métropole, outre-mer) et avec des objectifs contrastés. À travers le projet Dessine-moi… par exemple, les chercheurs en sciences humaines interviennent dans l’analyse des interactions entre risques environnementaux et propriétés socio-économiques des lieux exposés et développent des méthodes participatives de prospective stratégique. L’enjeu est ici de connaître et mesurer la capacité de connaissance du milieu socio-économique et des comportements ou des postures de chaque groupe socioprofessionnel face au risque. Les chercheurs en sciences humaines et sociales, et aussi en économie appliquée, construisent des procédures « in vitro » pour créer de l’échange et de la confrontation au sein de séminaires. Les « tables d’acteurs » donnent l’occasion de réaliser des « jeux sérieux » dans lesquels les personnes choisies sont confrontées à des choix de comportement (partir/rester, vendre/acheter…), à des exercices de quantification de l’acceptabilité d’options. Il ne s’agit plus alors de convaincre des groupes humains de l’obligation du retrait et de l’abandon de zones à risques. Il s’agit plutôt de travailler sur les solidarités entre les territoires et entre les communautés du littoral et de l’arrière-pays, et d’aboutir à une adhésion de la population par l’explication et en vue d’une décision partagée, appelée à s’inscrire dans des documents d’urbanisme dans des stratégies dites « sans regret ».

L’évaluation des transferts d’expertise et de leurs impacts

  • 9 N. Rocle, A. Lafitte, J. Denis, Y. Henocque (2011), « Mesurer l’intégration dans l’action publique (...)

6L’interaction entre recherche et acteurs du territoire est au fond mal connue. C’est un domaine de recherche en soi, qui reste à jalonner pour identifier et spécifier sa progression voire la modéliser9. Dans le champ littoral, le programme Liteau montre que l’enjeu est triple. Il s’agit de mesurer la bonne utilisation des fonds publics, de prendre la mesure de la réponse de la recherche aux défis sociétaux et de suivre l’évolution du positionnement de la force de recherche et les progrès de sa visibilité internationale. Liteau s’engage désormais, en lien avec l’ANR, dans un bilan de la production scientifique fournie en appui aux politiques publiques et effectue une démarche pionnière sur la nature et l’efficacité des transferts de ses travaux sur la production scientifique vers l’opérationnel. Les programmes Liteau sont rebalayés en vue de mettre en avant la fonction de catalyseur joué au profit de l’avancée de la science, de la prise de conscience sociale de l’ampleur des impacts comme le changement climatique, et du développement socio-économique. Dans ce cadre, la place faite aux sciences humaines est encore plus centrale qu’avant. Les laboratoires de recherche sont sollicités pour documenter l’impact sous toutes ses facettes, donc réfléchir à une méthodologie d’évaluation de l’impact de la recherche qui cerne la pluri-dimensionnalité du concept d’impacts, qui offre des éléments de paramétrages et discute de manière pertinente la question des données. Les travaux sont lancés courant 2016 et s’appuient sur une enquête qui filtre les 80 projets et retient ceux pour lesquels Liteau a constitué un levier particulièrement visible en matière de structuration de la communauté de recherche, de construction de nouveaux partenariats.

  • 10 M. Sicard (inédit), Valorisation et analyse critique de projets de recherche en appui à la gestion (...)

7En conclusion, Liteau construit un espace de débats et d’interaction entre les acteurs scientifiques, politiques et les territoires locaux. Le programme accompagne incontestablement une prise de conscience plus générale, et plus diffuse dans la société, de la nécessité du rapprochement des acteurs de la recherche et du développement local10. Les échanges sont multidirectionnels : l’État favorise l’adhésion aux politiques publiques mais aussi en sens inverse, les acteurs territoriaux peuvent mieux « prendre en main » les ressources locales. La recherche en sciences humaines et sociales occupe donc une place centrale dans ce dispositif. Non sans conflits ni ambiguïtés parfois, les SHS s’engagent dans la construction de solutions concrètes, face à des « publics » mieux identifiés, qui se structurent également. Bien des défis restent encore à surmonter, et en particulier deux : d’un côté, la bonne articulation des temporalités, entre les étapes de la recherche, les rythmes et durées nécessaires à la mobilisation des acteurs et le temps de l’action publique ; de l’autre, la question de la production des outils didactiques pour les acteurs de terrain (brochures facilement appropriables, événements spécifiques).

Annexe — Quelques de recherche Liteau récents incluant les SHS illustrant des démarches de participation, évaluation et valorisation de la recherche littorale

Liteau III - 2007

Responsable

Projet

Partenaires

Patrick Moquay

Respireau, Représentation systémique discutée des interdépendances entre activités humaines et ressources en eau sur le littoral

Cemagref, Ifremer, CG Marti - Ch-Mar, coll. terr.

Marc Léopold

Cogeron, Organiser la cogestion des récifs et lagons à forte valeur patrimoniale en Nouvelle-Calédonie

IRD, Gret, Cirad, IAC, Ifremer, Agrocampus, UNC, Cons. Littoral, univ. de Queensland

Dominique Pelletier

Pampa, Indicateurs de la Performance d’Aires Marines Protégées pour la gestion des écosystèmes côtiers, des ressources et de leurs usages

CEDEM, CERTAP, COM, UNSA, CNRS, EPHE, GIS Posidonie, Ifremer, IRD

Liteau III - 2009

Responsable

Projet

Partenaires

Vincent Renard,
Clothilde Buhot

ProCoDyf, Propriété, conflits et dynamiques foncières sur le littoral : les grands domaines et le camping-caravaning sur parcelles privées

Laboratoire d’économétrie de l’École Polytechnique (UMR 7657)

Paul Allard

Camadapt, Adaptation aux changements globaux dans la Réserve de Biosphère

« Camargue Grand delta » – équipe DESMID (UMR 6012 Espace)

Françoise Gourmelon

Rad2Brest, Modélisation et scénarisation des activités humaines en rade de Brest

Géomer (UMR 6554 LETG - Littoral), Institut Universitaire Européen de la Mer – OSU

Liteau IV - 2011-2014

Responsable

Projet

Partenaires

Hélène Rey-Valette

Solter, Quelles solidarités territoriales et quelles stratégies pour la résilience du littoral à la submersion marine

LAMETA, BRGM, EID, INEA, ART-DEV, DREAL, Préfecture

Fabienne Kervarec

Dessine-Moi… La prospective territoriale comme mécanisme d’élaboration et d’expression de représentation(s) convergente(s) du système mer-terre, préconditions de démarches territoriales concertées

Bureau d’étude Usages et territoires, ACTeon, Géolittomer (UMR 6554 LETG - Littoral)

Bernadette Tessier

Blinis, Enregistrement sédimentaire par les barrières littorales des niveaux marins extrêmes du Petit Âge Glaciaire à nos jours : une aide à l’évaluation de la vulnérabilité des zones côtières

UMR 6143 M2C (univ. de Caen), UMR 7266 LIENSs (univ. de La Rochelle), Mines ParisTech, IUF, UMR 6583 CRHQ (univ. de Caen)

Haut de page

Notes

1 A. Miossec (1998), Les littoraux entre nature et aménagement, Paris, SEDES, coll. « Campus Géographie ».

2 C. S. Medde (2014), État des lieux mer et littoral, Orléans, Institut français de l’environnement.

3 N. Baron (2013), « Pressions anthropiques sur le littoral », dans A. Euzen, L. Eymard, Fr. Gaill (éds.), Le développement durable à découvert, Paris, CNRS – Éditions Alpha.

4 C. S. Medde, 2014.

5 Q. Gautier, L. Bélanger, M. Sicard (2014), Apports du programme Liteau à la gestion durable de la mer et du littoral : projets de recherche 2004-2013, Paris, MEDDE, coll. « Références ». Voir les quelques projets cités en annexe (p. 280).

6 M. Bodiguel (1997), Le littoral entre nature et politique, Paris, L’Harmattan.

7 J. Catanzano, O. Thebaud (1995), Le littoral, pour une régulation des conflits d’usage, programme national d’océanologie côtière, Paris, Institut Océanographique – IFREMER.

8 H. Rey-Valette, M. Antona (2009), « Gouvernance et gestion intégrée du littoral : l’exemple des recherches françaises », VertigO, 9 (1), <https://vertigo.revues.org/8455>.

9 N. Rocle, A. Lafitte, J. Denis, Y. Henocque (2011), « Mesurer l’intégration dans l’action publique territoriale : l’exemple de la gestion intégrée de la mer et du littoral », communication présentée lors du 48ème colloque de l’Association de Science Régionale de Langue Française (ASRDLF), Schoelcher, juillet 2011, <https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00637688>.

10 M. Sicard (inédit), Valorisation et analyse critique de projets de recherche en appui à la gestion durable de la mer et du littoral : un bilan du programme Liteau, mémoire de fin d’études présenté en 2013 à l’Agrocampus Ouest de Rennes, consultable sur <http://dumas.ccsd.cnrs.fr/file/index/docid/904525/filename/Sicard_Muriel_MA_moire_de_fin_d_A_tudes.pdf>.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nacima Baron, « SHS et décision publique : participation, évaluation et valorisation »,Mélanges de la Casa de Velázquez, 46-1 | 2016, 275-280.

Référence électronique

Nacima Baron, « SHS et décision publique : participation, évaluation et valorisation », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 46-1 | 2016, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 16 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/mcv/7017

Haut de page

Auteur

Nacima Baron

Université Paris-Est

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals