Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Débats. La valorisation de la recherche publique en sciences humaines et sociales : retours d’expérience

Recherche et musée

L’expérience de l’Historial de la Grande Guerre de Péronne (Somme)
Stéphane Audoin-Rouzeau
p. 263-267

Texte intégral

  • 1  Stéphane Audoin-Rouzeau est également président du Centre international de recherche de l’Historia (...)
  • 2 Il s’agissait de Jean-Jacques Becker, alors professeur à l’université Paris 10, de Gerd Krumeich, q (...)
  • 3 Le Centre de recherche a été créé dès 1990 sous la forme d’une association loi de 1901, soit deux a (...)

1L’expérience dont il sera question dans les lignes qui suivent est celle du travail historien qui, à la fin des années 1980 et au début des années 1990, s’est cristallisé autour d’un grand projet muséal : celui de l’Historial de la Grande Guerre de Péronne, qui ouvrit ses portes à l’été 19921. L’ouverture de ce musée de la Grande Guerre d’un genre entièrement nouveau avait été précédée, lors des années antérieures, par un intense travail historiographique mettant en contact plusieurs spécialistes d’origine nationale différente2 et qui, regroupés dans un Centre de recherche3 ad hoc, avaient décidé de faire avancer parallèlement une « autre histoire » de la Grande Guerre tout en mettant celle-ci à disposition de ce musée alors en cours d’élaboration. Musée qui serait à la fois manifeste historiographique et démonstration muséale, et représenterait une prise de parole dans la Cité à un moment qui pouvait alors paraître décisif : la fin du communisme à l’est de l’Europe et le franchissement d’un seuil décisif de la construction européenne pouvaient donner l’impression que la Grande Guerre était désormais « terminée ». Le temps n’était-il pas venu d’en parler différemment ? Le moment paraissait bien choisi en effet pour tenter de faire advenir une muséographie et une historiographie nouvelles, enfin transnationales, plus distancées aussi.

  • 4 Le développement de la guerre dans l’ex-Yougoslavie, ou encore la séparation de la Tchécoslovaquie, (...)

2La part de naïveté, de faux calculs, d’erreur sur l’avenir que recelait une telle vision n’est pas l’objet de cet article4, mais bien plus une faute d’appréciation d’un autre ordre. On pourrait penser en effet — et sans doute le pensions-nous à l’époque de la création de l’Historial — qu’un groupe d’historiens attachés à la création d’un musée comme celui de Péronne allait faire bénéficier l’institution encore en devenir de leur expertise scientifique, de leur savoir d’historiens-chercheurs, naturellement en position de surplomb par rapport aux multiples intervenants également parties prenantes : politiques, architectes, muséographes, conservation, recherchistes, graphistes, etc. Or, ce n’est pas tout à fait ainsi que les choses se sont déroulées.

3Certes, à regarder les choses de loin, il est bien évident que la recherche historique a joué un rôle d’inspiration évident pour la muséographie : l’idée d’engager une comparaison à parts égales des trois principaux belligérants du front ouest (France, Royaume-Uni, Allemagne) et de « dénationaliser » ce musée pourtant construit en France ; la dichotomie entre des centres de salles réservés au combat et aux soldats, et des périphéries centrées sur les « fronts intérieurs », mais en dialogue avec les centres ; le souci d’une histoire culturelle de la guerre en partie démilitarisée (d’où la faible place réservée aux armes, mais l’importance de l’image et des arts) ; l’esthétique même du lieu, son émotion retenue, son silence volontaire, tout ceci correspondait à des choix inspirés par l’état de la frontière de recherche du moment. Ses avancées se sont ainsi diffusées dans les inspirations des muséographes et les décisions de la conservation.

4Vu de plus près pourtant, les choses ne sont pas si simples, et la position des chercheurs-historiens ne bénéficiait pas du confortable surplomb que les lignes qui précèdent paraissent indiquer. Tout d’abord, évidemment, parce que l’historiographie du début de la dernière décennie du xxsiècle n’était pas celle d’aujourd’hui. Avec le recul, celle-ci apparaît comme faite de questions posées, d’envies insatisfaites, de naïvetés dans les premières réponses apportées. Reconnaissons-le clairement : les historiens réunis autour du projet muséal savaient (pour les plus anciens) beaucoup d’histoire, mais peu du type d’histoire qu’ils voulaient désormais écrire et mettre en musée. De ce point de vue, leur recherche se situait encore nettement dans les débuts d’une phase expérimentale ; quant à leur savoir muséal, il était inexistant. Les deux apprentissages se sont faits ici parallèlement. Qu’on veuille bien me pardonner, lors des lignes qui suivent, de faire part souvent à la première personne de l’expérience qui fut la mienne.

Atrocités allemandes ou « atrocités allemandes » ?

5Un exemple fera mieux comprendre les difficultés que les chercheurs durent affronter. C’est ainsi que dans une des salles du musée, il était prévu, après le traitement de l’entrée en guerre, d’aborder la question de l’invasion de l’été 1914, puis celle de l’occupation de la Belgique et du nord et de l’est de la France par les troupes allemandes. Se posa du même coup le problème des violences allemandes lors de l’invasion, alors très peu documentées — et même pas du tout — par l’historiographie disponible. C’est la rédaction des notices — exercice toujours redoutable, compte tenu des contraintes de l’exercice et en particulier du peu de mots disponibles — qui cristallisa un débat intense entre historiens, soudain ramenés bien malgré eux à leurs assignations nationales. Fallait-il parler des « atrocités allemandes » avec ou sans guillemets ? Fallait-il même parler d’atrocités allemandes, ou bien d’atrocités commises par les Allemands ? Voire par des Allemands ? Le terme « atrocité » était-il même pertinent ? N’était-on pas en train de rabattre sur la Première Guerre mondiale les violences extrêmes commises par les nazis lors de la Seconde ?

  • 5 A. Becker, Oubliés de la Grande Guerre. Humanitaire et culture de guerre, 1914-1918. Populations oc (...)

6La manière dont les historiens se sont finalement accordés est en tout cas moins intéressante que le rôle qu’a eu cette discussion difficile sur leur propre recherche, à la fois individuelle et collective : plusieurs d’entre eux ont alors engagé des recherches en ce domaine5, pour tenter, en quelque sorte, d’y voir un peu plus clair. Mais dès lors, on comprend l’enjeu d’un tel renversement : ce n’est pas le discours muséal qui s’est fait transposition, application, adaptation d’une recherche préalable, qui lui aurait été en quelque sorte préexistante. C’est la recherche qui a suivi le discours muséal : elle a été ouverte par lui, provoquée par lui, sinon mise en échec, d’une certaine manière, par lui.

La leçon des objets

7D’une manière plus générale, la question des objets s’est posée un peu de la même manière, avec des effets du même ordre également. On ne pouvait imaginer un musée de la Grande Guerre sans objets. Or, le projet de l’Historial était à l’origine déconnecté de toute collection existante, contrairement à une situation fréquente où une collection, publique ou privée, constitue le point de départ d’un projet muséographique. Dans la Somme, la collection des objets à exposer devait être constituée de toutes pièces.

8Assez logiquement en apparence, la conservation s’est alors tournée vers les historiens, puisqu’il était convenu que le discours muséal était élaboré par eux : à eux aussi, par conséquent, d’élaborer des listes d’objets pertinents qui seraient ensuite, dans toute la mesure du possible, achetés sur le marché international. Ceci nous plongea dans le plus grand embarras : nous dûmes en effet convenir que nous ne connaissions tout simplement pas les objets de la Grande Guerre. En d’autres termes, ce qui avait constitué la « culture matérielle » des contemporains de 1914-1918, les spécialistes de la guerre que nous prétendions être n’en connaissaient rien. Mieux, si l’on peut dire : avant la sollicitation muséale, ils n’avaient jamais pris conscience d’une telle lacune.

9Celle-ci était d’autant plus fâcheuse que le monde de la Grande Guerre était un monde empli d’objets, une telle richesse s’expliquant par la nature industrielle du conflit, par sa durée, par l’« investissement » des contemporains dans la guerre, par une stabilité des fronts à même de susciter une riche activité créatrice au sein du monde combattant.

  • 6 A. Becker, La guerre et la foi. De la mort à la mémoire, 1914-1930, Paris, A. Colin, 1994.
  • 7 Voir à ce sujet : St. Audoin-Rouzeau, A. Becker, 14-18. Retrouver la guerre, Paris, Gallimard, 2000 (...)
  • 8 Sur ce point, je me permets de renvoyer à mon ouvrage Id., Les armes et la chair. Trois objets de m (...)

10C’est donc de manière très empirique que, mois après mois, année après année, les chercheurs firent connaissance avec cette matérialité jusqu’ici exclue de leur champ de préoccupations : au fur et à mesure que les collections étaient regroupées dans les divers locaux de conservation, les historiens, dans l’intimité avec les objets alors non protégés et presque en libre accès pour eux, purent apprendre une autre Grande Guerre, jusqu’ici inconnue. Pour les plus jeunes d’entre eux, se produisit ici un choc cognitif, sensible et intellectuel de premier ordre, même s’ils n’en ont pas eu immédiatement conscience. Un choc dont les effets historiographiques ont été considérables sur leur propre recherche. Ainsi, jamais les travaux d’Annette Becker sur « la guerre et la foi6 » n’auraient pris le tour qui fut le leur sans la fréquentation des si nombreux objets témoignant de la piété combattante et civile, de la vie spirituelle des populations en guerre. Et sans la découverte des jouets fabriqués pendant la guerre pour aider les plus jeunes à la supporter sinon à la faire, jamais l’auteur de ces lignes n’aurait songé à mettre l’enfance au centre de ses travaux : jusqu’ici, elle n’existait pas, ni pour lui, ni pour les autres. Sans les si nombreux objets de deuil (vêtements, faire-part, portraits commémoratifs, etc.), il n’est même pas sûr qu’Annette Becker et moi-même eussent été capables de prendre l’exacte mesure du deuil de guerre, de comprendre l’aspect massif de la douleur de la perte pendant la guerre elle-même, de mesurer un peu moins mal le poids des morts sur les vivants au sortir du conflit7. La question de la « sortie de guerre », de sa difficulté extrême, voire de son impossibilité pour tant d’endeuillés, n’eût en tout cas jamais été posée de la même manière. Là encore, le musée a été premier par rapport à la recherche : il l’a stimulée bien plus qu’il n’a été fécondé par elle. Personnellement, mon propre travail d’historien lui reste redevable : avec le temps, sur la question des objets et de leur rôle comme source à part entière, la « leçon muséale » de l’Historial de la Grande Guerre de Péronne n’a jamais cessé de faire sentir ses effets et de s’approfondir8.

Et maintenant ?

11Le musée de Pérone avait été conçu pour être le plus évolutif possible. Plus exactement, pour pouvoir suivre, au plus près, les évolutions d’une recherche historiographique dont, malgré toutes les apories dont il a été question ici, il était le fruit. Mais rien de plus difficile en fait, car une fois le musée enfin ouvert au public, rien de plus difficile que de le faire évoluer : comme toute institution, l’Historial de Péronne fut donc « conservateur ».

  • 9 L’état « premier » du musée peut être appréhendé désormais seulement grâce à son catalogue : Les co (...)
  • 10 Nous reprenons ici la fameuse hypothèse de G. L. Mosse, La Brutalisation des sociétés européennes. (...)

12Le Centenaire est venu changer la donne, en poussant le musée à repenser sa muséographie9. Mais paradoxalement, une historiographie aujourd’hui bien plus assurée d’elle-même qu’il y a 25 ans, et toujours exprimée dans le cadre du Centre de recherche du Musée (lui-même considérablement étoffé et renouvelé en comparaison de ses débuts), a bien plus de mal qu’autrefois à faire prévaloir ses options. C’est autour de l’avant-guerre et de l’après-guerre qu’elle souhaite désormais imprimer au discours muséal un contenu renouvelé : là où les « causes » de la guerre, de manière assez classique, retenaient plus ou moins les visiteurs de la première salle, c’est aujourd’hui autour de l’« acquis de violence » de l’avant 1914 que les historiens voudraient qu’insiste la muséographie nouvelle : violence coloniale, guerre russo-japonaise, guerres de Balkans… À l’autre bout du segment chronologique, c’est moins la fin de la guerre que la sortie de conflit qui les intéresse, car ce n’est pas la même chose : ils voudraient que la Grande Guerre ouvre davantage sur le tragique du xxe siècle, au prix d’un durcissement du discours sur des sociétés européennes durablement « brutalisées10 » par le conflit. À cette fin, l’ordre de visite du musée a été renversé, en utilisant les potentialités jusqu’ici insoupçonnées du bâtiment lui-même. Mais le contexte a changé : les possibilités financières des collectivités locales n’ont plus grand-chose à voir avec celles du début des années 1990 ; les attentes des publics se sont transformées également. Bref, il n’est pas sûr que l’extraordinaire porosité qui s’était mise en place à l’Historial de Péronne entre discours muséal et recherche historique — au prix de circulations intenses dans les deux sens — puisse être aujourd’hui recréée dans les mêmes termes qu’il y a un quart de siècle. On le sait bien : ici comme ailleurs, la fraîcheur des commencements se laisse difficilement ressaisir.

Haut de page

Notes

1  Stéphane Audoin-Rouzeau est également président du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre (Péronne).

2 Il s’agissait de Jean-Jacques Becker, alors professeur à l’université Paris 10, de Gerd Krumeich, qui enseignait auprès de Wolfgang Mommsen à l’université de Düsseldorf, de Jay Winter, de l’université de Cambridge. Les deux plus jeunes, alors maîtres de conférences débutants dans des universités de province, étaient Annette Becker et l’auteur de ces lignes.

3 Le Centre de recherche a été créé dès 1990 sous la forme d’une association loi de 1901, soit deux ans avant l’ouverture du musée. Sa présidence a échu à J.-J. Becker.

4 Le développement de la guerre dans l’ex-Yougoslavie, ou encore la séparation de la Tchécoslovaquie, ont montré à quel point restait conflictuelle la carte issue des « traités de la banlieue parisienne » de 1919-1920. D’autre part, le « retour de la Grande Guerre » dans l’opinion (française surtout, mais pas seulement) au cours des vingt dernières années a montré que l’événement 1914-1918 était loin d’être devenu un objet froid.

5 A. Becker, Oubliés de la Grande Guerre. Humanitaire et culture de guerre, 1914-1918. Populations occupées, déportés civils, prisonniers de guerre, Paris, Noêsis, 1998 ; St. Audoin-Rouzeau, L’enfant de l’ennemi, 1914-1918. Viol, avortement, infanticide pendant la Grande Guerre, Paris, Flammarion, 2009 [1995] ; J. Horne, A. Kramer, 1914. Les atrocités allemandes, Paris, Tallandier, 2005 [2001].

6 A. Becker, La guerre et la foi. De la mort à la mémoire, 1914-1930, Paris, A. Colin, 1994.

7 Voir à ce sujet : St. Audoin-Rouzeau, A. Becker, 14-18. Retrouver la guerre, Paris, Gallimard, 2000 (chap. iii : « Le deuil ») ; St. Audoin-Rouzeau, Cinq deuils de guerre, 1914-1918, Paris, Tallandier, 2013 [2001].

8 Sur ce point, je me permets de renvoyer à mon ouvrage Id., Les armes et la chair. Trois objets de mort en 14-18, Paris, A. Colin, 2009.

9 L’état « premier » du musée peut être appréhendé désormais seulement grâce à son catalogue : Les collections de l’Historial de la Grande Guerre, Paris, Somogy, Historial de la Grande Guerre et ADAGP, 2008.

10 Nous reprenons ici la fameuse hypothèse de G. L. Mosse, La Brutalisation des sociétés européennes. De la Grande Guerre au totalitarisme, Hachette littérature, 2000 [1990].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Audoin-Rouzeau, « Recherche et musée  »,Mélanges de la Casa de Velázquez, 46-1 | 2016, 263-267.

Référence électronique

Stéphane Audoin-Rouzeau, « Recherche et musée  », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 46-1 | 2016, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 16 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/mcv/7020

Haut de page

Auteur

Stéphane Audoin-Rouzeau

École des hautes études en sciences sociales

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals