Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus
Époques ancienne et médiévale

Jesús Ángel Solórzano Telechea, Beatriz Arízaga Bolumburu, Louis Sicking (éd.), Diplomacia y comercio en la Europa atlántica medieval

Stéphane Péquignot
Référence(s) :

Jesús Ángel Solórzano Telechea, Beatriz Arízaga Bolumburu, Louis Sicking (éd.), Diplomacia y comercio en la Europa atlántica medieval, Logroño, Gobierno de la Rioja – Instituto de Estudios Riojanos, col. «Ciencias Históricas» (32), 2015, 323 p.

Texte intégral

1Ce volume multilingue (l’espagnol alterne avec l’anglais, le français, l’italien et le portugais) rassemble treize communications présentées aux XIe rencontres de Nájera en juillet 2014. Dans leur introduction, les trois éditeurs proposent d’abord une orientation parmi les travaux récents consacrés à la diplomatie au Moyen Âge et à l’époque moderne. La multiplication d’approches d’histoire culturelle et de questionnements issus des relations internationales, l’attention portée à des acteurs non-étatiques auparavant négligés et la préférence donnée à l’analyse des processus diplomatiques plutôt qu’à leurs résultats y sont clairement exposées (voir aussi, dans le même sens, Maurits Ebben et Louis Sicking, « Nieuwe diplomatieke geschiedenis van de premoderne tijd: een inleiding », Tidjschrift voor Geschiedenis, 127 (4), 2014, pp. 541-552). On souscrit à l’essentiel du diagnostic ainsi posé, sauf sur deux points de détail. Le rôle prêté dans ce mouvement au linguistic turn, qui aurait eu un « énorme impact » (p. 16), paraît quelque peu exagéré, car de nombreuses études sur les diplomaties « de type ancien » (Hillard von Thiessen) ne s’en réclament pas. En second lieu, la portée de « l’apparition » des ambassades permanentes, longtemps hissée en étendard de la modernité diplomatique, a certes été très fortement relativisée (pp. 18-19), mais la résidence prolongée des ambassadeurs reste importante pour les spécialistes de l’Italie du Quattrocento. Ils en proposent d’autres qualifications, d’autres interprétations, pointant par exemple les liens entre ce phénomène et la « révolution de l’information » (Paul Dover) ou la transformation des pratiques de négociation (voir désormais la synthèse d’Isabella Lazzarini, Communication and Conflict. Italian Diplomacy in the Early Renaissance (1350-1520), Oxford, Oxford University Press, 2015, paru après le volume recensé ici). Ces remarques toutefois ne concernent que marginalement un livre qui se propose d’explorer les multiples relations et articulations existantes entre la diplomatie et le commerce aux xiiie-xve siècles dans l’Europe atlantique. Situé au croisement trop peu fréquenté du politique et de l’économie, le chantier est prometteur et commence seulement à être ouvert pour les échanges entre puissances chrétiennes (La Hanse, l’Italie et les relations anglo-portugaises ont été privilégiées, voir notamment : Stuart Jenks, England, die Hanse und Preussen : Handel und Diplomatie (1377-1474), Cologne, 1992; Thomas Behrmann, Herrscher und Hansestädte, Studien zum diplomatischen Verkehr im Spätmittelalter, Hambourg, 2004; Lorenzo Tanzini et Sergio Tognetti (dir.), Il governo dell’economia. Italia e Penisola iberica nel basso Medioevo, Rome, Viella, 2014, et Tiago Viúla de Faria, The Politics of anglo-portuguese relations and their protagonists in the later Middle Ages (1369-1449), PhD Oxford, 2012).

2Une première partie (« la diplomatie dans le domaine atlantique ») fait apparaître à travers plusieurs exemples la complexité des rapports entre diplomaties royales ou princières, actions menées à l’étranger par des autorités urbaines et par des consulats où dominent souvent les marchands, et compagnies ou acteurs individuels jouant leur propre partition dans les échanges. Plusieurs monarques s’engagent nettement dans le règlement de conflits commerciaux ou dans l’établissement d’accords facilitant la « marchandise ». Édouard Ier d’Angleterre intervient auprès des rois de Castille et du Portugal en faveur des marchands bayonnais à la fin du xiiie siècle, ce qui lui permet aussi de conforter son autorité (M. Bochaca) ; le roi de Norvège Hákon IV Hákonarson (r. 1217-1263) déploie des efforts diplomatiques auprès du roi d’Angleterre et de la cité de Lubeck pour le maintien du commerce, via la protection des navires norvégiens et la venue de marchands étrangers à Bergen (I. P. Grohse). Certaines villes mettent elles-mêmes en œuvre une activité qui peut être qualifiée de diplomatique. Tel est le cas de Leyde à la fin du xve siècle. Ses marchands se font ambassadeurs pour obtenir la livraison de laine depuis Calais en dépit de tensions politiques accrues, et ils tentent également de mobiliser en ce sens des autorités supérieures, le roi d’Angleterre ou l’archiduc de Bourgogne Philippe le Beau (L. Sicking). Comme le souligne T. Viúla de Faria, l’activité diplomatique n’est pas le monopole des seuls princes ou États. Les villes et les marchands anglais ou portugais développent ainsi des stratégies et défendent dans les échanges des intérêts qui leur sont propres, ils collaborent de façon circonstancielle à la diplomatie des princes, en tirent parfois profit. Le lien entre « diplomatie atlantique » et commerce s’avère plus difficile à établir pour les voyageurs qui se rendent en péninsule Ibérique. Le célèbre Hieronymus Münzer laisse toutefois transparaître dans le récit de son périple des motivations mêlées, politiques, économiques, intellectuelles (P. Martínez García).

3Le second volet du livre (« commerce et navigation ») comporte huit études portant essentiellement sur les échanges commerciaux, les formes d’organisation des marchands et les modalités de leur travail dans l’espace atlantique. M. Viana apporte des réflexions intéressantes sur les systèmes métrologiques ibériques utilisés dans le transport maritime, en particulier au sujet des origines multiples des terminologies techniques et des efforts menés par les pouvoirs politiques pour les uniformiser, les instrumentaliser également. A. Orteas Villoslada rassemble une série de témoignages attestant de l’implication des Majorquins dans le commerce atlantique depuis la fin du xiiie siècle. Plus fouillée, la contribution de J. Añíbarro Rodríguez propose une typologie des difficultés rencontrées à la fin du xve siècle par les marchands de San Vicente de la Barquera, Santander, Laredo et Castro Urdiales, les Cuatro Villas de la Costa de la mar en Cantabrie. L’opposition capitaine de navire/marchands est la plus fréquente, le non-respect des contrats, la fraude, le vol et même les naufrages forcés témoignent de l’habileté de nombreux protagonistes à jouer avec les cadres d’une légalité fragile.

4La majorité des contributions de cette partie concernent toutefois des groupes de marchands plus ou moins durablement installés en terres étrangères et les réseaux de solidarité transnationaux qu’ils contribuent à faire fonctionner. F. Guidi Bruscoli met en évidence le rôle des Italiens, essentiellement Florentins, secondairement Génois, dans le développement du commerce portugais sur la route des Flandres. Sans eux, la mobilisation des capitaux nécessaires à la consolidation du marché lisboète de réexportation serait alors difficilement concevable. En se fondant sur un dossier d’archives bien étayé, M. Ronquillo Rubio identifie un grand nombre de marchands basques qui échangent à Séville le fer et les productions ouvragées venues de leur région avec les céréales nécessaires à son approvisionnement. B. Lambert évoque la présence discrète des armateurs bretons à Bruges au xve siècle, tandis que J. Á. Solórzano Telechea présente les marchands, marins et transporteurs de Cantabrie qui forment dans cette même ville une colonie rassemblée sous le titre de « côte maritime d’Espagne », ce qui suscite des concurrences avec la représentation des marchands de Burgos, mieux établis. B. Caunedo del Potro et M. Sánchez Martín examinent pour leur part le travail conjoint de la couronne de Castille, des marchands et de diverses institutions au profit de la route commerciale menant aux Flandres. Une « authentique politique économique » (p. 188), la « fièvre règlementaire » (p. 190), mais aussi l’implantation durable de facteurs de compagnies contribuent à la réussite commerciale. Les deux historiennes offrent ici une synthèse vivante et utile sur ces hommes clés, sur leur formation, leur mode de travail et les litiges dans lesquels ils se trouvent impliqués. L’on attend d’eux un comportement approprié, qui préserve la réputation de la corporation à laquelle ils appartiennent. D’après de nombreux « manuels de marchandise » (Manuales de mercadería), le (bon) facteur doit se « tenir éloigné des jeux de cartes, de dés et des autres jeux de hasard, fuir la gourmandise et l’ivresse » (cit. p. 207). Notons en passant que de telles exigences sont très proches de celles formulées pour le choix des ambassadeurs dans de nombreux miroirs des princes médiévaux, en particulier dans la tradition du Secret des secrets. L’hypothèse d’une circulation ou, du moins, d’une homologie des modèles de représentation à distance entre les mondes du commerce, de l’exercice du pouvoir politique et, en particulier, de la diplomatie, mériterait sans doute examen.

5On l’aura compris, Diplomacia y comercio en la Europa atlántica medieval est un ouvrage riche, utile, et assez hétérogène. La synthèse y côtoie les résultats d’enquêtes en cours, l’analyse programmatique l’approche plus ponctuelle. L’articulation entre commerce et diplomatie est au cœur du propos de la moitié des contributions mais, dans le reste du volume, elle n’apparaît guère — ce qui n’ôte évidemment rien à sa valeur intrinsèque. Propre aux actes de colloques, une telle disparité témoigne aussi de l’intérêt et de la difficulté du projet. Il est en effet nécessaire de considérer ensemble un très grand nombre d’acteurs — monarques, villes, compagnies, marchands, juges, consulats… — pour saisir les imbrications complexes de la diplomatie et du commerce. Cela suppose un travail de longue haleine, en général dans plusieurs fonds d’archives. Les résultats de ce volume collectif bienvenu invitent donc à poursuivre dans la direction indiquée, en multipliant les études de cas approfondies à diverses échelles. À terme, l’on peut en escompter une vision générale renouvelée de l’autonomie relative des sphères du commerce et de la diplomatie, des voies de leur « intersection » dans l’Occident tardo-médiéval.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Péquignot, « Jesús Ángel Solórzano Telechea, Beatriz Arízaga Bolumburu, Louis Sicking (éd.), Diplomacia y comercio en la Europa atlántica medieval », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 46-2 | 2016, mis en ligne le 15 novembre 2016, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/mcv/7285

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals