Navegação – Mapa do site
Dossier. La ville antique de Baelo, cent ans après Pierre Paris

Les thermes maritimes de Baelo Claudia et le suburbium occidental

Las termas marítimas de Baelo Claudia y el suburbium occidental
The maritime baths of Baelo Claudia and the western suburbium
Darío Bernal-Casasola, José J. Díaz Rodríguez e José Á. Expósito Álvarez
p. 133-150

Resumos

Cet article présente et synthétise les données recueillies après plusieurs campagnes de fouilles menées dans la zone sud-ouest du suburbium de Baelo Claudia, séparé de la ville intra-muros par l’Arroyo de las Villas et situé à proximité de la façade maritime. Grâce à ces fouilles, il a été possible de mettre en évidence une longue occupation du site du iie s. av. J.-C. jusqu’à l’époque moderne, bien que l’apogée de l’occupation ait été atteinte entre les iie et iiie s. apr. J.-C., quand fut construit un complexe thermal de dimensions remarquables. Plusieurs pièces appartenant aux différents secteurs de l’édifice ont été identifiées, parmi lesquelles une natatio de grandes dimensions et d’autres espaces fonctionnels essentiels dans ce type de balnea, comme une citerne et un dépôt de redistribution hydraulique. Ce complexe thermal est également remarquable par son programme décoratif, dans lequel figurent une sculpture en marbre, copie du Doryphore de Polyclète et une mosaïque à thème marin.

Topo da página

Dedicatória

A Bertrand Goffaux, con todo nuestro cariño y reconocimiento

Texto integral

Objectifs et travaux préliminaires

  • 1   Ce travail s’inscrit dans le cadre de différents programmes de recherche financés par le Ministèr (...)
  • 2Bernal et alii, 2013 ; Bernal, Díaz, Expósito, 2016a.
  • 3Rodà et alii, 2014 ; Rodà, 2016 ; Millán, 2016.
  • 4Álvarez et alii, 2016.
  • 5Bernal et alii, 2015a.
  • 6Bernal et alii, 2015b ; Bernal et alii, 2015c.

1L’université de Cadix travaille au Conjunto Arqueológico de Baelo Claudia depuis le début du xxie siècle, quand ont débuté les Cours internationaux d’archéologie classique en l’an 2000. Lors de leur dernière édition en 2011, les travaux archéologiques avaient pour objectif de définir la fonction d’une série de solides structures bâties visibles en superficie et apparemment isolées sur une petite colline située à l’extérieur de l’enceinte de la ville, entre la plage, l’Arroyo de las Villas et la nécropole occidentale (voir carte 1, p. 18 et fig. 1, p. 134). Par la suite, deux interventions archéologiques supplémentaires ont étendu la surface fouillée et ont permis de connaître plus précisément les vestiges archéologiques existants. Dès lors fut mis en place un programme de recherche sur les thermes et le suburbium maritime de Baelo Claudia réunissant une large équipe interdisciplinaire1. Ce programme a permis de conduire différents travaux liés à la connaissance de l’édifice thermal2, à la sculpture de marbre identifiée comme l’unique copie connue à ce jour en Hispania du Doryphore3, à l’étude archéométrique des différents marbres découverts4, à l’analyse des évidences des événements traumatiques identifiés pour les époques tardives et modernes5 ou à l’utilisation des ressources de la mer tant à l’époque tardive qu’au Bas Moyen Âge ou aux temps modernes6.

Fig. 1. — Zone fouillée des thermes maritimes

Fig. 1. — Zone fouillée des thermes maritimes

a. – Vue aérienne ; b. – Détail de l’édifice et de sa proximité de la mer.

Photographies : D. Bernal, J. J. Díaz et J. Á. Expósito

Le suburbium sud-occidental de Baelo Claudia : les phases d’occupation

2L’occupation humaine de cet espace suburbain situé au sud-ouest de la ville ne fut pas réduite à la seule construction de thermes au iie siècle apr. J.-C. Elle a en effet débuté à l’époque républicaine tardive et s’est étendue jusqu’au début du xxe s. Identifiées lors des fouilles archéologiques, les phases qui rythment son histoire sont les suivantes.

  • 7Bernal et alii, 2013.

3Le début de l’occupation (phase I) a pu être constaté grâce à la réalisation d’un sondage archéologique dans l’un des angles extérieurs de la citerne des thermes (H-1). Dans ce sondage, ont été retrouvées les traces d’une première occupation associée à des ensembles céramiques de la fin du iie s. ou du début du ier s. av. J.-C. et liée aux activités halieutiques, comme l’ont confirmé les découvertes icthyologiques7. D’autres témoins matériels de cette époque permettent de supposer la présence d’activités cultuelles dans les environs, si l’on considère la présence de deux fragments de terre cuite qui pourraient être liés à ces pratiques (fig. 2, p. 136). Le premier représente une main tendue soutenant une patère circulaire. Elle appartenait probablement à un personnage faisant une offrande, lequel devait atteindre 40 à 50 cm de haut d’après les dimensions du fragment conservé. La pièce est réalisée avec une grande habileté, en argile très épurée, ce qui laisse penser qu’il s’agit d’un objet importé. Le deuxième fragment est de plus grandes dimensions et, bien que son identification reste difficile, il pourrait s’agir de la représentation d’un visage avec de longs cheveux. Ce sont les uniques fragments de terracota apparu dans toute la fouille (qui a pourtant livré des milliers de fragments de céramique). Les deux fragments proviennent des niveaux républicains tardifs. Ces découvertes nous invitent à proposer comme hypothèse qu’il avait peut-être là un usage religieux de la zone à cette époque, une hypothèse qu’il faudra vérifier dans le futur.

Fig. 2. — Fragments de terres cuites appartenant à la phase I d’occupation

Fig. 2. — Fragments de terres cuites appartenant à la phase I d’occupation

© D. Bernal, J.J. Díaz, J.Á. Expósito

4Après cela, une nouvelle occupation datée d’entre l’époque julio-claudienne et la fin du ier s. apr. J.-C., et donc antérieure à l’établissement thermal, a pu être identifiée (phase II). Elle est marquée par la présence de matériel lié à des productions de poteries tels que des ratés de cuisson et un abondant matériel céramique de caractère domestique, probablement à mettre en relation avec de possibles édifices antérieurs à l’établissement thermal, détruits intentionnellement.

  • 8Ibid., pp. 131-134, fig. 14.
  • 9Bernal et alii, 2016a.

5À la suite de cette deuxième phase, probablement d’ampleur limitée, on constate la construction, l’usage et l’abandon du complexe thermal (phase III) au cours d’une période qu’il faut situer entre le début du iie s. et la fin du iiie s.-début du ive s. À partir des contextes céramiques récupérés dans le sondage stratigraphique cité précédemment, il a été possible de dater la construction de l’édifice thermal dans la première moitié du iie s. (époques de Trajan ou d’Hadrien) comme cela a pu être présenté dans des travaux précédents8. Une analyse minutieuse de la stratigraphie et en particulier des contextes céramiques découverts sur le fond de la natatio (US 2535) a permis de dater le début de l’abandon de l’édifice pour un usage balnéaire entre les dernières années du iiie s. et les premières décennies du ive s9.

  • 10Ibid.
  • 11Bernal et alii, 2015b.
  • 12   Bernal et alii, 2016a, pp. 83-87, fig. 45 et 48.

6La phase IV de la séquence d’occupation de l’édifice thermal est marquée par la récupération des éléments ornementaux en marbre et par sa progressive transformation puis réutilisation pour des activités artisanales et halieutiques. Cette nouvelle phase, très longue, se développe au cours de l’Antiquité tardive, entre le ive et le vie s., de manière inégale en différents points du complexe thermal. Parmi les événements remarquables de cette période notons que c’est au cours de celle-ci, plus précisément dans le dernier quart du ve s. (475-500), que se produit l’abandon de la sculpture du Doryphore qui ornait la salle de la piscine principale (US 2530)10. Nous pouvons confirmer que le comblement progressif de cet espace fut globalement lié à son utilisation comme zone de décharge de déchets associés à des activités artisanales et maritimes, comme le montre le matériel récupéré11. Concrètement, dans cette couche US 2530, des centaines de restes de malacofaune (gastéropodes et bivalves marins) ont été mis au jour. Leur étude détaillée a révélé une exploitation intensive de mollusques. En raison des caractéristiques intrinsèques des exemplaires étudiés, nous pensons qu’il s’agit de rejets de pêche ou de ramassage de fruits de mer. Une coquille de Charonia lampas présente l’extrémité coupée. Cet exemplaire a pu être utilisé comme un instrument de musique à vent. Notons également la découverte d’un contrepoids de presse réalisé dans un fût de colonne en remploi, ainsi qu’un possible banc de travail fait de tegulae adossé au sol de la natatio, probablement lié à des travaux artisanaux12.

  • 13Bernal et alii, 2015a.
  • 14Bernal et alii, 2015c.

7Après un abandon généralisé, possible conséquence d’événements sismiques13, ce n’est pas avant l’époque d’Alfonso XI ou Sancho IV et même jusqu’à l’époque moderne (phase V, xiiie-xvie s.), que sont attestés de nouveaux niveaux d’occupation liés à l’exploitation des ressources halieutiques14.

8Ce renouveau doit probablement être associé avec le début des réoccupations du territoire qui se produisent après la reconquête chrétienne. Après cette parenthèse, sont à nouveau documentés des effondrements d’amples parements muraux, qu’il faut probablement associer à des tremblements de terre ou des raz-de-marée qui marquent la fin de cette occupation épisodique jusqu’à une époque récente. Les restes de différents murs effondrés ont été retrouvés sur une superficie de 42 m2 sur les niveaux de remblais de la natatio. Ils témoignent de cet événement traumatique. Les assises de l’un de ces murs conservées encore assemblées indiquent qu’il devait atteindre une hauteur de 6 m et qu’il était réalisé en opus vittatum.

9La dernière phase (phase VI) doit être associée aux réutilisations modernes et contemporaines des restes de l’édifice balnéaire, comme cela apparaît également dans d’autres secteurs de la ville hispano-romaine de Baelo Claudia. À cet endroit fut installé un abri de fortune, probablement destiné à servir d’habitat voire de refuge temporaire, en lien avec les autres édifices présents dans les alentours du village de pêcheurs qui occupait à cette époque la baie de Bolonia. La découverte de munitions indique également une possible utilisation militaire de ces installations à une époque proche de la fin de la première guerre mondiale.

Les thermes maritimes de Baelo Claudia : un édifice singulier

  • 15Sillières, 1997, p. 152.

10Avec la découverte de cet édifice, nous pouvons confirmer l’hypothèse déjà avancée par P. Sillières concernant l’existence plus que probable d’autres thermes dans la ville, en complément de ceux de la Porte de Gades15. Cependant, le nouvel édifice balnéaire mis au jour a la particularité de ne pas être situé dans la ville intra-muros. En raison de son emplacement extra moenia et de sa proximité avec la mer, en plus de la thématique marine qui caractérise la décoration de quelques-unes de ces pièces, nous les appellerons thermes maritimes.

  • 16Ibid., p. 114 y p. 125 ; Grützner, inédite, table 1.1 ; Sillières, 2013, pp. 155-158.

11Bien que suburbains, ils ont été consubstantiels au développement de la ville. Ils ont en effet été construits dans les premières décennies du iie s. à un moment de splendeur particulière de la ville, quand furent érigés d’autres édifices publics comme les thermes de la Porte de Gades déjà mentionnés ou le macellum, déjà existant à la fin du ier s. apr. J.-C. Par la technique de construction utilisée, le bâtiment semble avoir été édifié de manière unitaire. En effet, il ne présente pas de variation par rapport aux axes du tracé, aux modules des parpaings et au type de mortier utilisé ainsi qu’aux matières premières qui le constituent. Il ne présente pas non plus de divergences significatives par rapport aux autres édifices publics de Baelo de la même époque. Les thermes maritimes ont dû être en usage plusieurs générations jusqu’à leur abandon entre les dernières années du iiie s. et les premières décennies du ive s., quand débuta alors la récupération de ses éléments décoratifs, comme cela a été dit précédemment. Les années des règnes de Dioclétien et de Constantin ont dû être des moments difficiles pour la ville, puisqu’au moment de l’abandon des thermes maritimes, les ruines de la basilique et du marché étaient encore visibles16. Dans ce sens, l’histoire des thermes maritimes récemment découverts s’accorde avec l’idée que cette époque a marqué le début de la décadence généralisée de Baelo, qui jamais n’a retrouvé le niveau de splendeur qu’elle avait atteint au cours des siècles précédents.

  • 17   Il s’agirait d’un quatrième aqueduc à Baelo.
  • 18   L’évolution postérieure marquée par la mise en place de la pièce H-7 étant d’époque tardive, elle (...)

12Trois campagnes de fouilles conduites entre 2011 et 2013 ont permis de découvrir les vestiges de différentes pièces appartenant aux thermes, mais une bonne partie de l’édifice reste encore à explorer. Les restes mis au jour appartiennent à l’angle nord-est d’un édifice tourné vers la plage au sud et vers l’Arroyo de las Villas à l’est. Sur les huit pièces reconnues et associées à l’usage thermal, la fonction de cinq d’entre elles a pu être identifiée (fig. 3, a). Il s’agit d’abord d’une grande citerne (H-1) et d’un réservoir de redistribution d’eau (H-8), probable élément terminal d’un aqueduc17, associés à une alimentation en eau nécessaire pour ce type d’édifice. L’édifice possédait également une pièce (H-3)18 servant d’antichambre d’accès à une baignoire de petite taille (alveus ou H-6) ainsi qu’une piscine d’envergure notable (natatio ou H-2). Depuis ces espaces jusqu’à l’Arroyo de las Villas se succédaient trois autres salles (H-4, H-5 et H-9), pour lesquelles le peu de matériel découvert et la faible superficie fouillée n’ont pas permis de proposer une fonction claire. Elles semblent toutefois pouvoir être mises en relation avec l’accès aux installations depuis le proche Arroyo. Les pièces dont la fonctionnalité a pu être définie feront maintenant l’objet d’une présentation détaillée.

Fig. 3. — Les différents espaces fonctionnels des thermes maritimes

Fig. 3. — Les différents espaces fonctionnels des thermes maritimes

a. – Plan général de la zone fouillée ; b. – Proposition de restitution en trois dimensions.

DAO : C. Gómez

  • 19Bernal et alii, 2013, p. 145, fig. 26.
  • 20Bernal et alii, 2016b, p. 43.

13À la différence des thermes proprement urbains, alimentés en eau par le réseau interne dont disposait l’espace intra-muros, les thermes maritimes disposaient d’une citerne pour stocker l’eau nécessaire au fonctionnement du complexe thermal. Nous ne savons pas si cette citerne (H-1) possédait une toiture équipée d’un oculus destiné à recueillir l’eau de pluie. Il est néanmoins probable que les thermes recevaient également de l’eau provenant d’un possible aqueduc, dont les vestiges ont été documentés dans le sous-bois où s’étendait la nécropole occidentale19. L’identification de cette structure (H-1) avec un réservoir d’eau se justifie d’abord par son emplacement à une altitude beaucoup plus élevée que le reste de l’édifice. Ensuite, son sol et ses murs étaient revêtus d’un opus signinum imperméable. Par ailleurs, les jonctions entre le sol et les parois du réservoir étaient dotées d’un cordon hydraulique destiné à favoriser l’étanchéité de celui-ci. La citerne se présente comme un espace rectangulaire de 47 m², dont le volume devait atteindre près de 95 m³, si nous supposons une profondeur approximative de 2 m, similaire à celle de la citerne associée à l’aqueduc de Realillo20. Un tel volume d’eau pouvait être supporté par la structure de la citerne dont les murs atteignaient près de trois pieds romains d’épaisseur. Les murs septentrional et occidental formaient partie de l’enceinte des thermes, contraignant ainsi à l’est et au sud la distribution de l’eau vers les autres pièces. Vers l’est, l’eau était conduite directement vers la natatio ; tandis que vers le sud, elle était transportée vers un petit réservoir qui la redistribuait vers les autres espaces.

  • 21   Ventura, 2008, pp. 258-262, fig. 256.

14Ce réservoir (H-8), mesurant un peu moins d’un mètre de large, était étroit et s’étendait vers le sud afin de distribuer l’eau. Seul un segment de 1,5 m a pu être fouillé. Son sol se situait à 2 m d’altitude sous celui de la citerne, le transfert de l’eau depuis cette dernière se faisait par gravité. Le réservoir devait également favoriser la décantation de l’eau, fonctionnant ainsi comme une possible piscina limaria. À l’origine, il est probable qu’il possédait une couverture de voûtes en plein cintre, avec les parois internes revêtues d’un opus signinum. Dans sa paroi orientale se trouvait un orifice rectangulaire qui permettait le passage de l’eau depuis le réservoir jusqu’à l’alveus, placé dans la partie basse de la niche qui couronnait ladite baignoire. Il est probable qu’il y avait là une statue fontaine comme celle de Munigua21, peut-être enlevée par la suite. De la même façon, deux trouées ont été retrouvées dans la paroi occidentale. L’une d’elles était clairement liée avec un canal de redistribution d’eau probablement à destination à différentes pièces situées au-delà des limites de la zone fouillée.

  • 22   Álvarez et alii, 2016.
  • 23   Bernal et alii, 2013, p. 143, fig. 23.

15À l’est de la citerne et du réservoir déjà décrits, se trouvaient les deux pièces aquatiques (alveus y natatio). L’accès à celles-ci se faisait par une large pièce (H-3), dont est seulement connue la moitié nord. Elle était large de 4,40 m d’est en ouest. La longueur maximum observée est de 3,50 m du nord au sud. La superficie de cette pièce était donc supérieure à 15 m2. Dans un premier temps, le sol était fait d’un opus signinum, recouvert dans un deuxième temps de plaques de marbre aux tonalités blanches et bleues, dont quelques-unes proviennent sûrement de la carrière d’Almadén (montagne au nord de Séville). À ce deuxième moment correspond également l’embellissement des parois avec des plaques de marbres des carrières de Lameiras (nord du Portugal). Ces résultats ont été obtenus grâce aux études archéométriques, nouvelles à Baelo et réalisées en collaboration avec l’Institut Català d’Arqueologia Clàssica22. Il ne nous est pas encore possible de déterminer avec certitude s’il s’agissait d’une salle froide (frigidarium) ou tiède (tepidarium). Cette seconde option a d’abord été privilégiée en raison d’un fort renfoncement du sol, ainsi que par l’existence d’un vide observé dans le coin nord-occidental qui laissait supposer l’existence d’un autre sol à une altitude inférieure. Cependant, l’analyse de cet espace vide n’a pas révélé la présence des pilettes de briques comme celles existantes dans les thermes urbains, mais seulement la présence d’un muret de moellons. Bien que les systèmes d’hypocausis avec des murs de pierres soient utilisés généralement dans les balnea ruraux, ce n’est pas le cas dans les édifices comme celui que nous présentons ici. Nous ne pouvons pas écarter non plus l’idée qu’un tel vide — de profil parfaitement angulaire — soit aussi la trace du nettoyage d’une canalisation qui, par-dessous cette pièce, conduisait l’eau résiduelle depuis l’alveus vers l’extérieur de l’édifice. Il a également été détecté au cours de la fouille du secteur oriental de la pièce H-3, beaucoup de tuiles de concamerationes, qui invitent à penser que cette salle a pu avoir à une époque une double cloison réalisée avec des briques à tenons23. Qu’il s’agisse d’une salle froide, comme cela paraît le plus probable à l’avant d’une grande piscine d’eau froide, ou d’une salle chauffée, il paraît surtout évident que celle-ci a servi de salle facilitant la circulation des usagers vers les différents espaces de bains.

16Ainsi, à l’est, on accédait directement à une petite piscine d’eau froide (H-6) par une marche d’accès. Cette baignoire était liée aux alvei, caractéristiques des complexes thermaux. Elle avait une profondeur de 1,25 m. Bien qu’elle n’ait pas été fouillée intégralement, nous supposons que la niche qui dominait sa partie supérieure se situait dans la zone centrale de la baignoire. Il s’agirait alors d’un alveus de plan quadrangulaire couvrant une superficie de 6 m² et un volume de 7,35 m³. La partie immergée serait revêtue d’opus signinum alors que les parois de la pièce, conservées jusqu’à une hauteur de 3,25 m, auraient été revêtues originellement de plaques de marbre. De celles-ci, aucune n’a été conservée en place, mais un bon nombre de trous dans lesquels devaient être plantés les clous de fixation de ces plaques témoignent de leur présence antérieure. Quant à la niche, il est très probable qu’elle possédait à l’origine quelques éléments décoratifs. Cela serait d’autant plus logique si, comme nous l’avons indiqué précédemment, il s’agissait d’une statue fontaine, connectée au réservoir d’eau postérieur. Cela reste toutefois une hypothèse sans évidence matérielle permettant de la confirmer.

  • 24Álvarez et alii, 2016.
  • 25Bernal et alii, 2016b, p. 66, fig. 30b.

17Depuis l’antichambre, il était également possible d’accéder à la grande piscine (H-2), située au nord. Celle-ci mesurait 48 m² pour une profondeur de 1,4 m, ce qui permet d’estimer son volume à plus de 65 m³. L’accès depuis l’antichambre se faisait en franchissant une margelle haute de près de 35 cm qui servait à contenir l’eau de la piscine. Sur ce muret étaient disposées deux colonnes, dont seuls les négatifs d’arrachement sont encore visibles, supportant une toiture à linteau (fig. 3, b, p. 139). Elles semblent avoir été retirées à une époque postérieure. Après avoir franchi la margelle, l’accès au bassin se faisait en descendant deux larges marches occupant toute la largeur du mur sud-ouest de la piscine. Les études de caractérisation archéométrique24 ont également montré que cet ensemble était décoré de marbres provenant des principales carrières de l’Empire, telles que celles d’Almadén, Carrara, Estremoz, Lameiras, Paros ou Skyros (fig. 4). Le travertin, le pavonazzeto ou le granit égyptien complétaient également le matériel lapidaire utilisé dans la décoration. Le sol comme les parois de cette piscine étaient revêtus de plaques de marbre rectangulaires. Certaines ont été conservées en place et d’autres ont laissé seulement leurs traces. On ne peut pas non plus écarter l’usage de tenons circulaires, dont plusieurs fragments ont été retrouvés dans les niveaux d’abandon. Le système d’accroche des plaques sur la paroi de la zone submergée a changé avec le temps. Au début, il existait un socle de 34 cm saillant de la paroi sur lequel les plaques étaient fixées avec du mortier. Sur le reste de la hauteur de la piscine, les plaques étaient attachées avec des rivets de métal, comme dans l’alveus. Cependant, à une époque postérieure, ce type d’accroche fut retiré et tout le revêtement de la paroi fut harmonisé en fixant les plaques avec du mortier, sur une hauteur de 1,4 m dans toute la natatio. La hauteur conservée ne permet pas de connaître précisément la décoration de la partie supérieure des murs de la pièce, même si certains indices autorisent quelques hypothèses. Ainsi, à la base de la face interne des murs septentrional et oriental ont été conservés in situ de petits fragments de marbre, notamment de travertin, fixés au mortier. Des fragments de corniche de marbre ont également été retrouvés. Il n’est pas impossible de penser que l’ensemble de la natatio était revêtu uniformément de marbre. Il faut aussi noter dans le programme ornemental l’utilisation de plaques décorées (fig. 4, c), comme celle en marbre de Paros qui a été retrouvée dans les niveaux d’abandon de la natatio et qui présentait en relief des motifs végétaux et zoomorphes, dont un possible dauphin25.

Fig. 4. — Détails du programme décoratif des thermes

Fig. 4. — Détails du programme décoratif des thermes

Fragments des appliques de marbre provenant de : a. – Carrare ; b. – Skyros ; d. – Paros, cette dernière portant une décoration zoomorphe et végétale. c. – Corniche de marbre ; e. – Panneau de mosaïque à thème marin.

Photographies : D. Bernal, J. J. Díaz et J. Á. Expósito

  • 26   Rodà et alii, 2014 ; Rodà, 2016.
  • 27   Álvarez et alii, 2016.
  • 28Ibid.
  • 29   Rodà, 2016, p. 146, fig. 6; Bernal, Díaz, Expósito, 2016a, pp. 122-123, fig. 13.

18L’élément le plus remarquable de la décoration de la natatio des thermes maritimes reste la grande statue de marbre qui se trouvait dans la niche qui la surplombait, au fond de la piscine. Grâce au seuil ouvert existant entre la natatio et l’antichambre, la sculpture devait occuper un rôle important dans l’édifice. D’une qualité indiscutable, celle-ci a été réalisée en marbre de l’île de Paros. On peut penser qu’elle a été importée déjà réalisée depuis un atelier. Elle représente à l’échelle naturelle un athlète dénudé avec une jambe avancée, le torse incliné et le bras gauche fléchi soutenant une lance et appuyé sur un tronc d’arbre. D’après ces caractéristiques et les traits formels qu’elle présente, les études réalisées ont permis de déterminer qu’il s’agissait d’une copie d’un original grec connu sous le nom de Doryphore de Polyclète26. La sculpture est apparue dans les niveaux d’abandon de la natatio datés du ve s. C’est pourquoi nous pensons qu’elle fut retirée de son emplacement d’origine largement après l’abandon de l’édifice (près de six générations après son installation). Elle s’est fracturée en différentes parties. Une douzaine de fragments ont été récupérés (fig. 5). Parmi ceux-ci, le morceau le plus important est celui du torse mesurant 1,07 m et pesant 213,2 kg. Ce fragment se développe depuis la base du cou jusque vers le milieu des cuisses. Il existe un autre fragment appartenant à l’extrémité inférieure gauche qui est jointif au précédent et qui prolonge l’ensemble conservé jusqu’à la cuisse droite au-dessus du genou. Des membres supérieurs, seul le départ du bras droit est conservé tandis que le bras gauche l’est jusqu’au coude. En plus du soin apporté au rendu de l’anatomie, une série d’éléments doit être relevée. Par exemple, l’emplacement des mamelons paraît retaillé pour faciliter l’adhérence de quelques éléments décoratifs qui auraient simulé ces protubérances. De même, le fragment correspondant au pied gauche — une fois confirmé qu’il appartenait bien au même ensemble27 — montre quelques déficiences qui laissent penser que la sculpture pourrait avoir subi certaines restaurations au cours de sa présence dans les thermes28. Enfin, il faut signaler la découverte, dans le même contexte que celui des fragments de la sculpture, d’une pointe de lance foliacée avec des nervures centrales, réalisée en fer. Sa localisation nous conduit à la mettre en relation avec la sculpture et à proposer de l’identifier comme la terminaison de la lance ou javeline que devait tenir le Doryphore de Baelo Claudia. Il s’agirait alors d’une découverte exceptionnelle car c’est la première fois dans le Mare Nostrum qu’apparaissent associés les restes d’une sculpture du Doryphore en marbre avec ses ornements métalliques29. À l’origine, ces ornements devaient être de matériaux plus nobles que ceux qui ont été découverts.

Fig. 5. — Vues de face et latérales du Doryphore de Baelo Claudia, ainsi que des différents fragments sans connexion appartenant à la même sculpture

Fig. 5. — Vues de face et latérales du Doryphore de Baelo Claudia, ainsi que des différents fragments sans connexion appartenant à la même sculpture

Photographies : D. Bernal, J. J. Díaz et J. Á. Expósito

  • 30   Collantes de Terán, 1977 ; Vera, 1987.

19La fonction des autres espaces mis au jour (H-4, H-5 y H-9) n’a pas encore pu être identifiée en raison de la faible superficie fouillée. Parmi eux, l’espace H-5, situé à l’est de la natatio mais sans lien avec celle-ci, présente un sol d’opus signinum et un seuil, situé au niveau de son mur méridional, donnant accès à une pièce contigüe. Il pourrait s’agir d’un espace extérieur pavé, associé avec une zone de service, ou bien des abords immédiats de la zone d’accès principal au complexe balnéaire. D’une façon ou d’une autre, il sera nécessaire de procéder à de prochaines interventions dans ce secteur et dans le reste des espaces adjacents afin de connaître leurs usages et leur intégration dans le circuit thermal. Par ailleurs, l’existence d’autres pièces — encore non fouillées — richement décorées reste probable, comme l’atteste la localisation à l’intérieur de l’alveus d’un dépotoir constitué principalement d’éléments de construction, parmi lesquels ont été reconnus quelques 250 fragments d’une même mosaïque. Grâce à une fouille fine, il a été possible de récupérer différents fragments de cet opus tesellatum qui a pu être partiellement reconstruit. Ce travail a permis de découvrir un panneau continu d’approximativement 1 m2 (fig. 4, e, p. 143) à motifs figurés marins. Ces éléments sont réalisés sur un fond blanc et avec des tesselles de couleurs différentes — ocre, rouge, bleu, marron, turquoise, jaune, noire entre autres — sans aucun motif grec ou autre décor géométrique. On distingue une murène, des oursins ainsi que différents poissons à nageoires et écailles, encore à identifier. Autour des éléments figurés, des groupes de tesselles formant des arcs de cercles, des lignes ou des zigzags sont une représentation symbolique du mouvement des vagues dans la mer. Pour le moment, aucun élément à figure humaine n’a été découvert. Le parallèle le plus proche se rencontre dans la mosaïque aux poissons des thermes de la Cuesta del Rosario d’Hispalis, datés du iie s. apr. J.-C., et dont la facture est similaire30. Notons toutefois que les deux mosaïques se différencient par l’usage unique des tesselles noires et blanches, ou encore la figuration d’êtres mythologiques aux côtés d’une ichtyophaune naturelle sur la mosaïque d’Hispalis.

Conclusions et perspectives

  • 31Pesando, Guidobaldi, 2006, p. 89.
  • 32Díaz, García, Macías, 2000.
  • 33Loza, 2010.

20La mer fut un élément essentiel de la vie quotidienne à Baelo Claudia. L’espace suburbain situé entre l’estran et la muraille méridionale, bien que situé extra moenia, était conçu comme un véritable quartier de la ville qui existait en sus de la zone portuaire — actuellement étudiée dans le cadre du projet ERC Portus Limen —, et comportait probablement d’autres édifices comme celui qui vient d’être présenté. Cela n’est pas inhabituel comme l’indiquent les découvertes de thermes suburbains à proximité des zones portuaires à Pompéi31 ou à Tarragone32. Dans notre cas et malgré le caractère limité des découvertes, il paraît nécessaire d’attirer l’attention sur les dimensions notables de cet édifice apparemment plus grand que les thermes urbains et doté d’un riche programme décoratif. Dans ce sens, nous insistons sur l’origine grecque du marbre avec lequel fut sculpté le Doryphore, différent du marbre de Bétique d’Almadén, employé pour réaliser la statue de Trajan installée dans la basilique de Baelo, qui constitue l’autre sculpture de référence découverte à Bolonia33. La riche décoration de marbre présente dans l’ensemble de l’édifice, associée à des sculptures ou des pavements décorés de mosaïque, manifeste clairement la somptuosité des thermes maritimes. Le tracé et l’implantation des murs de l’édifice thermal presque identique à la trame urbaine intra-moenia renforcent l’idée d’une intégration de l’espace suburbain maritime à la ville. Par ailleurs, la richesse du programme décoratif devait être liée au floruit que vécut la Bétique et par conséquent, Baelo Claudia dans la première moitié du iie s. apr. J.-C., favorisée par les politiques impériales après l’accès au trône de Trajan et Hadrien, originaires d’Italica. Dans ce sens, nous pensons que la construction des édifices thermaux à cette époque — première moitié du iie s. apr. J.-C — ne fut certainement pas un hasard et montre quelle vitalité avait alors atteint le municipium, grâce à la prospérité des négoces des pêcheries et salaisons de poisson, raison d’être de la cité.

21Nous ne voudrions pas terminer ces pages sans proposer une série de pistes de travail et d’objectifs pour la reprise des recherches archéologiques dans les thermes maritimes. D’abord, il sera prioritaire de poursuivre les fouilles afin de définir le plan général de l’édifice. Une fois connu, il sera alors possible de discuter des questions importantes concernant le fonctionnement typologique de l’édifice (linéaire, axial, annulaire) ou de l’itinéraire de bain (rétrograde ou circulaire). D’autres questions devront trouver des réponses : où se situait l’accès du complexe ? Existait-il un quatrième aqueduc pour approvisionner l’édifice en eau ? Comment s’établissait la relation entre cet espace suburbain et la ville, et où étaient localisées les zones de passages à travers l’Arroyo de las Villas ? Ces questions constitueront autant de thèmes à prendre en compte dans un futur proche. Un autre des défis futurs sera celui de la muséalisation de la zone fouillée et de son intégration dans le circuit de visite du site.

  • 34Paris et alii, 1923.

22Finalement, tout au long de ces pages, nous avons essayé de caractériser et de mettre en valeur une zone de la ville qui, bien qu’elle ait été l’objet de fouilles ponctuelles au début des travaux archéologiques à Baelo Claudia34, est par la suite tombée dans l’oubli, recouverte par le manteau dunaire. Cependant, la piste de recherche ouverte maintenant depuis quelques années permet de montrer comment le suburbium maritime de Baelo Claudia a été conçu comme une partie de la ville et a reçu la même monumentalité architecturale que celle qui fit la gloire des édifices publics construits à l’intérieur de ses murs.

Topo da página

Bibliografia

Àlvarez, Aureli, Gutiérrez, Anna, Rodà, Isabel, Royo, Hernando (2016), « Análisis arqueométricos de elementos lapídeos de las Termas Marítimas », dans Darío Bernal, José Ángel Expósito, José Juan Díaz, Ángel Muñoz (éd.), Las Termas Marítimas y el Doríforo de Baelo Claudia, Cadix, pp. 156-175.

Bernal, Darío, Arévalo, Alicia, Muñoz, Ángel, Expósito, José Ángel, Díaz, José Juan, Lagóstena, José, Vargas, José Manuel, Lara, Macarena, Moreno, Elena, Sáez, Antonio, Bustamante, Macarena (2013), « Las termas y el suburbium marítimo de Baelo Claudia. Avance de un reciente descubrimiento », Onoba, 1, pp. 115-152.

Bernal, Darío, Cantillo, Juan Jesús, Díaz, José Juan, Expósito, José Ángel, Pascual, Mª Ángeles, Durante, Ana, Hoyo, Lorena, Blanco, Estrella, Retamosa, José Alberto (2015b), « Marisqueo en la Baelo Claudia tardorromana. Contextos malacológicos de las termas marítimas », dans Igor Gutiérrez, David Cuenca, Manuel R. Gonzalez (éd.), La investigación arqueomalacológica en la Península Ibérica. Nuevas aportaciones, Santander, pp. 187-197.

Bernal, Darío, Díaz, José Juan, Expósito, José Ángel (2016a), « El contexto arqueológico del Doríforo », dans Darío Bernal, José Ángel Expósito, José Juan Díaz, Ángel Muñoz (éd.), Las Termas Marítimas y el Doríforo de Baelo Claudia, Cadix, pp. 98-139.

Bernal, Darío, Díaz, José Juan, Expósito, José Ángel, Arévalo, Alicia, Vargas, José Manuel, Lara, Macarena, Bustamante, Macarena, Pascual, M. Ángeles, Gómez, María Cristina (2016b), « Arquitectura y fases de ocupación de las Termas Marítimas de Baelo Claudia », dans Darío Bernal, José Ángel Expósito, José Juan Díaz, Ángel Muñoz (éd.), Las Termas Marítimas y el Doríforo de Baelo Claudia, Cadix, pp. 18-97.

Bernal, Darío, Expósito, José Ángel, Díaz, José Juan, Bustamante, Macarena, Lara, Macarena, Vargas, José Manuel, Jiménez-Camino, Rafael, Calvo, Miguel, Luaces, Max, Pascual, Mª Ángeles, Blanco, Estrella, Hoyo, Lorena, Retamosa, José Alberto, Durante, Ana, Muñoz, Nicolás, Bellido, Antonio (2015a), « Evidencias arqueológicas de desplomes paramentales traumáticos en las Termas Marítimas de Baelo Claudia. Reflexiones arqueosismológicas », Cuaternario y Geomorfología, 29 (1-2), pp. 119-136.

Bernal, Darío, Jiménez-Camino, Rafael, Cantillo, Juan Jesús, Expósito, José Ángel, Díaz, José Juan, Bustamante, Macarena, Lara, Macarena, Vargas, José Manuel, Arévalo, Alicia, Calvo, Miguel, Muñoz, Nicolás, Bellido, Antonio (2015c), « Pesquerías y mariscadores en la Ensenada de Bolonia en época medieval y moderna. Una nueva línea de investigación », dans Igor Gutiérrez, David Cuenca, Manuel R. Gonzalez (éd.), La investigación arqueomalacológica en la Península Ibérica. Nuevas aportaciones, Santander, pp. 227-238.

Collantes de Terán, Francisco (1977), Contribución al estudio de la topografía sevillana en la Antigüedad y en la Edad Media, Séville.

Díaz, Moisés, García, Monserrat, Macías, Josep María (2000), « Las termas públicas de Tarraco, estudio preliminar », dans Carmen Fernández Ochoa,Virginia García-Entero (éd.), Termas romanas en el Occidente del Imperio, Gijón, pp. 163-169.

Grützner, Cristoph (inédite), The Baelo Claudia earthquake problem, thèse de doctorat soutenue en 2011 à la Fakultät für Georessourcen und Materialtechnik der Rheinisch-Westfälischen Technischen Hochschule, Aachen.

Loza Azuaga, María Luisa (2010), « Nuevas esculturas femeninas icónicas de la ciudad romana de Baelo Claudia (Bolonia, Tarifa, Cádiz)», dans Actas de la VI Reunión de Escultura romana en Hispania, Murcie, pp. 119-135.

Millán, María Luisa (2016), « Intervención de conservación del Doríforo », dans Darío Bernal, José Ángel Expósito, José Juan Díaz, Ángel Muñoz (éd.), Las termas marítimas y el Doríforo de Baelo Claudia, Cadix, pp. 176-191.

Paris, Pierre, Bonsor, George, Laumonier, Alfred, Ricard, Robert, Mergelina, Cayetano de (1923), Fouilles de Belo (Bolonia, province de Cadiz) [1917-1921], t. I : La ville et ses dépendances, Paris.

Pesando, Fabrizio, Guidobaldi, Maria Paola (2006), Pompei, Oplontis, Ercolano, Stabiae, Rome – Bari, Laterza.

Rodà, Isabel (2016), « El Doríforo de Baelo Claudia. Estudio iconográfico », dans Darío Bernal, José Ángel Expósito, José Juan Díaz, Ángel Muñoz (éd.), Las termas marítimas y el Doríforo de Baelo Claudia, Cadix, pp. 140-155.

Rodà, Isabel, Arévalo, Alicia, Bernal, Darío, Expósito, José Ángel (2014), « Una copia del Doríforo en las Termas Marítimas de Baelo Claudia », dans José María Alvarez, Trinidad Nogales, Isabel Rodà (éd.), Actas del XVIII Congreso Internacional de Arqueología Clásica: centro y periferia en el mundo clásico, t. II, session XI : Las producciones artísticas y artesanales en el mundo clásico. Talleres (Mérida, 13-17 de mayo de 2013), Mérida, pp. 1303-1308.

Sillières, Pierre (1997), Baelo Claudia. Una ciudad romana de la Bética, Madrid, Collection de la Casa de Velázquez (51).

(2013), « Archéologie et Histoire du monument », dans Pierre Sillières (dir.), Belo IX. La basilique, Madrid, Collection de la Casa de Velázquez (136), pp. 73-148.

Ventura Villanueva, Ángel (2008), « Cisternas, ninfeos y fuentes », dans Pilar León Alonso (éd.), Arte romano de Baetica. Arquitectura y urbanismo, Séville, pp. 274-281.

Vera Reina, Manuel (1987), «Aportación al conocimiento de la Sevilla antigua. Revisión de la excavación de Cuesta del Rosario », Archivo Hispalense, 70 (215), pp. 37-60.

Topo da página

Notas

1   Ce travail s’inscrit dans le cadre de différents programmes de recherche financés par le Ministère de l’Économie et de la Compétitivité du gouvernement espagnol [HAR2013-43599-P ; HAR2015-71511-REDT ; HAR2016-78691-P].

2Bernal et alii, 2013 ; Bernal, Díaz, Expósito, 2016a.

3Rodà et alii, 2014 ; Rodà, 2016 ; Millán, 2016.

4Álvarez et alii, 2016.

5Bernal et alii, 2015a.

6Bernal et alii, 2015b ; Bernal et alii, 2015c.

7Bernal et alii, 2013.

8Ibid., pp. 131-134, fig. 14.

9Bernal et alii, 2016a.

10Ibid.

11Bernal et alii, 2015b.

12   Bernal et alii, 2016a, pp. 83-87, fig. 45 et 48.

13Bernal et alii, 2015a.

14Bernal et alii, 2015c.

15Sillières, 1997, p. 152.

16Ibid., p. 114 y p. 125 ; Grützner, inédite, table 1.1 ; Sillières, 2013, pp. 155-158.

17   Il s’agirait d’un quatrième aqueduc à Baelo.

18   L’évolution postérieure marquée par la mise en place de la pièce H-7 étant d’époque tardive, elle ne sera pas abordée ici.

19Bernal et alii, 2013, p. 145, fig. 26.

20Bernal et alii, 2016b, p. 43.

21   Ventura, 2008, pp. 258-262, fig. 256.

22   Álvarez et alii, 2016.

23   Bernal et alii, 2013, p. 143, fig. 23.

24Álvarez et alii, 2016.

25Bernal et alii, 2016b, p. 66, fig. 30b.

26   Rodà et alii, 2014 ; Rodà, 2016.

27   Álvarez et alii, 2016.

28Ibid.

29   Rodà, 2016, p. 146, fig. 6; Bernal, Díaz, Expósito, 2016a, pp. 122-123, fig. 13.

30   Collantes de Terán, 1977 ; Vera, 1987.

31Pesando, Guidobaldi, 2006, p. 89.

32Díaz, García, Macías, 2000.

33Loza, 2010.

34Paris et alii, 1923.

Topo da página

Índice das ilustrações

Título Fig. 1. — Zone fouillée des thermes maritimes
Legenda a. – Vue aérienne ; b. – Détail de l’édifice et de sa proximité de la mer.
Créditos Photographies : D. Bernal, J. J. Díaz et J. Á. Expósito
URL http://journals.openedition.org/mcv/docannexe/image/7404/img-1.jpg
Ficheiro image/jpeg, 565k
Título Fig. 2. — Fragments de terres cuites appartenant à la phase I d’occupation
Créditos © D. Bernal, J.J. Díaz, J.Á. Expósito
URL http://journals.openedition.org/mcv/docannexe/image/7404/img-2.jpg
Ficheiro image/jpeg, 175k
Título Fig. 3. — Les différents espaces fonctionnels des thermes maritimes
Legenda a. – Plan général de la zone fouillée ; b. – Proposition de restitution en trois dimensions.
Créditos DAO : C. Gómez
URL http://journals.openedition.org/mcv/docannexe/image/7404/img-3.jpg
Ficheiro image/jpeg, 229k
Título Fig. 4. — Détails du programme décoratif des thermes
Legenda Fragments des appliques de marbre provenant de : a. – Carrare ; b. – Skyros ; d. – Paros, cette dernière portant une décoration zoomorphe et végétale. c. – Corniche de marbre ; e. – Panneau de mosaïque à thème marin.
Créditos Photographies : D. Bernal, J. J. Díaz et J. Á. Expósito
URL http://journals.openedition.org/mcv/docannexe/image/7404/img-4.jpg
Ficheiro image/jpeg, 355k
Título Fig. 5. — Vues de face et latérales du Doryphore de Baelo Claudia, ainsi que des différents fragments sans connexion appartenant à la même sculpture
Créditos Photographies : D. Bernal, J. J. Díaz et J. Á. Expósito
URL http://journals.openedition.org/mcv/docannexe/image/7404/img-5.jpg
Ficheiro image/jpeg, 204k
Topo da página

Para citar este artigo

Referência do documento impresso

Darío Bernal-Casasola, José J. Díaz Rodríguez e José Á. Expósito Álvarez, « Les thermes maritimes de Baelo Claudia et le suburbium occidental »,Mélanges de la Casa de Velázquez, 47-1 | 2017, 133-150.

Referência eletrónica

Darío Bernal-Casasola, José J. Díaz Rodríguez e José Á. Expósito Álvarez, « Les thermes maritimes de Baelo Claudia et le suburbium occidental », Mélanges de la Casa de Velázquez [Online], 47-1 | 2017, posto online no dia 01 Janeiro 2018, consultado o 17 Janeiro 2018. URL : http://journals.openedition.org/mcv/7404

Topo da página

Autores

Darío Bernal-Casasola

Universidad de Cadix

Artigos do mesmo autor

José J. Díaz Rodríguez

Universidad de Cadix

Artigos do mesmo autor

José Á. Expósito Álvarez

Conjunto Arqueológico de Baelo Claudia, Junta de Andalucía

Artigos do mesmo autor

Topo da página

Direitos de autor

© Casa de Velázquez

Topo da página
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals