Navegación – Mapa del sitio
Dossier. La ville antique de Baelo, cent ans après Pierre Paris
Conclusion

Conclusions. Le nouvel essor des recherches archéologiques à Baelo au xxie siècle

El nuevo impulso de las investigaciónes arqueológicas en Baelo en el siglo xxi
The new thrust of archaeological research at Baelo in the 21st century
Pierre Sillières
p. 215-230

Resúmenes

Las investigaciones arqueológicas llevadas a cabo en Bolonia (Tarifa, Cádiz) de 1917 a 1921 y de 1964 a 1990 se habían interesado, casi exclusivamente, en los restos de la ciudad hispanorromana. Las que actualmente se están desarrollando en el yacimiento, o bien han retomado y continuado con importantes aportaciones aquellos antiguos trabajos, como en el caso del teatro, los acueductos y el sistema de aprovisionamiento hídrico, las industrias de salazones o la necrópolis oriental, o bien se han dedicado a vestigios nunca excavados antes, como los trabajos que se llevan a cabo en torno a los edificios al sureste del foro, un edificio termal situado extramuros o el oppidum de la Silla del Papa, donde queda definitivamente corroborada la existencia de la primitiva Baelo.

Inicio de página

Dedicatoria

À Jean-Noël Bonneville et à Bertrand Goffaux, nos amis disparus pendant ou au lendemain de leurs fouilles à Bolonia

Texto completo

1Depuis le 18 mai 1917, première journée des fouilles de Pierre Paris et George Bonsor à Bolonia, un siècle s’est écoulé. Mais les investigations archéologiques et historiques se poursuivent toujours sur ce très important établissement antique du littoral méridional de la péninsule Ibérique, non seulement sur le site de la ville hispano-romaine de Baelo Claudia, en bord d’océan, mais aussi sur l’oppidum de la Silla del Papa, l’établissement antérieur de Bailo, perché au sommet de Sierra de la Plata.

2À Bolonia, une longue chaîne d’archéologues s’est formée : hommes et femmes d’Espagne, de France et de Belgique s’y sont succédé, soit au total plus d’une soixantaine de personnes qui, depuis le début du xxe siècle, se sont passionnées pour ce site si attachant et se sont laissé prendre au charme de ce lieu. Et dans cette foule des amis de Baelo ne sont pas comptés, alors qu’il faut évidemment les citer car ce sont eux qui effectuèrent la plupart des trouvailles, les centaines d’ouvriers fouilleurs, de six ou sept générations de familles de Bolonia et de Lentiscal, qui, année après année, mirent au jour leur ville, vieille d’une trentaine de siècles comme les derniers le savent maintenant.

L’objectif scientifique des archéologues du xxe siècle : Baelo Claudia

3De 1917 à 1921, puis de 1964 à 1990, les investigations archéologiques ont presque exclusivement porté sur les vestiges de la ville hispano-romaine. C’est Pierre Paris qui leur donna cette orientation. Même si, lorsqu’il ouvrit le chantier, il avait l’idée de découvrir un établissement préromain, espoir fondé sur le nom même de Baelo et la légende bilingue des monnaies de Bailo, ses quatre campagnes de fouilles n’exhumèrent que des quartiers d’une ville romaine.

  • 1 Paris et alii, 1923 ; Paris et alii, 1926.

4Mais ses choix d’implantation des fouilles furent si judicieux qu’en seulement huit mois, avec l’aide de George Bonsor, d’Alfred Laumonier, de Robert Ricard et de Cayetano de Mergelina, il mit au jour les principaux monuments d’un chef-lieu de cité du Haut-Empire : la plupart de ses édifices publics, muraille, temples, théâtre, deux de ses domus, plusieurs de ses installations de salaisons et une vaste nécropole. Ensuite, en un temps record, dès 1923 et 1926, l’ensemble des découvertes était présenté à la communauté scientifique1.

  • 2 Domergue, 2006, pp. 20-32.
  • 3 Fernandez Chicarro et alii, 1967, pp. 508-509.

5Pourtant, la ville antique parut ensuite presque totalement oubliée. En réalité il n’en était rien, en particulier à la Casa de Velázquez, dans le bureau directorial de Didier Ozanam et parmi les nouveaux membres archéologues. Aussi, quatre décennies après la parution du second volume des Fouilles de Belo, exactement le 13 juillet 1966, Claude Domergue, Gérard Nicolini et Daniel Nony reprenaient les recherches archéologiques à Bolonia2 afin de renouer « une longue tradition d’amitiés franco-espagnoles sur le terrain » et « avec la tradition archéologique instaurée par Pierre Paris »3.

  • 4 Lamboglia, 1950.
  • 5 Domergue, 1973, p. 12.

6Les buts scientifiques restèrent les mêmes que ceux qu’avait fixés leur prédécesseur : d’une part la poursuite de la mise au jour de la ville romaine avec, en premier lieu, celle de son centre monumental et, d’autre part, la recherche de l’établissement préromain, encore plus souhaitable à ce moment-là, après les récentes découvertes d’Almuñecar, de Velez-Malaga et, plus loin, de Mogador. Mais la fouille archéologique ayant considérablement évolué en un demi-siècle, en particulier avec les travaux de Nino Lamboglia à Vintimille4, les deux premières campagnes de 1966 s’attachèrent à établir la chronologie de la ville par la méthode stratigraphique et avec l’outil de la céramologie, grâce à l’ouverture d’une quarantaine de sondages, la plupart à l’intérieur de l’enceinte et quatre au-delà, au sud-ouest de celle-ci5.

7Ensuite, les recherches furent régulières, d’environ un mois chaque année pendant près d’un quart de siècle. Jusqu’en 1990, une trentaine d’archéologues espagnols et français, aidés par des centaines de fouilleurs, se succédèrent sur les ruines de Bolonia, sous la responsabilité scientifique de Michel Ponsich (fig. 1, p. 217), avec l’aide technique du contremaître Isidoro Otero et en présence d’un inspecteur des fouilles représentant d’abord la Direction générale du patrimoine de l’Espagne puis, à partir de 1982, la Consejería de Cultura de la Junta de Andalucía.

  • 6 Rojas Pichardo, 2009. Voir aussi la bibliographie récapitulative sur Baelo Claudia dans c (...)

8C’est à cette seconde génération d’archéologues que l’on doit notre connaissance de la ville antique, de son histoire et de ses principaux monuments. Et les nombreuses publications qui font que Baelo est aujourd’hui une des villes romaines les mieux connues de la péninsule Ibérique : un ouvrage de synthèse, des monographies d’édifices, des études d’épigraphie et de mobiliers archéologiques, au total douze volumes lui ont été consacrés, auxquels s’ajoutent les chroniques annuelles et différents articles6.

Fig. 1. — Michel Ponsich, Don Miguel, à droite, et deux de nos fouilleurs, dont Juan el Gitano au premier plan à gauche : sondage sur le decumanus maximus, en 1976

Fig. 1. — Michel Ponsich, Don Miguel, à droite, et deux de nos             fouilleurs, dont Juan el             Gitano au premier plan à gauche : sondage sur le decumanus maximus, en             1976

Photographie : P. Rouillard

La troisième génération des archéologues de Bolonia : le renouveau des recherches archéologiques

  • 7 Comme nous en avions formé le souhait dès 1995 (Sillières, 1995, p. 204).

9Une nouvelle pause eut lieu ensuite, mais de courte durée cette fois7, comme une sorte de répit afin de bien réfléchir aux orientations scientifiques à privilégier, de rassembler des forces nouvelles en multipliant les équipes archéologiques et de mieux repartir avec de nouveaux objectifs de recherche. En outre, à ce moment-là des changements importants avaient lieu en Andalousie à la suite du statut d’autonomie de la région, en particulier une réorganisation du domaine culturel : Baelo Claudia fut déclarée « Conjunto Arqueológico » en 1989 par la Consejería de Cultura et, en 1990, s’ouvrit le musée archéologique, installé d’abord dans l’ancienne caserne de la Garde civile puis, en 2007, dans le nouvel édifice dominant le site. Et les directeurs qui se succédèrent à sa tête s’efforcèrent tous d’obtenir et de favoriser la reprise des activités archéologiques à Bolonia. En particulier le directeur actuel, Ángel Muñoz Vicente : en poste depuis une dizaine d’années, il est à l’origine de la plupart des accords avec les universités et les centres de recherche pour l’ouverture de nouveaux programmes de recherches archéologiques sur Baelo et son environnement.

  • 8 Arévalo, Bernal (éd.), 2007.
  • 9 Muñoz, 2016, pp. 53-56.

10Aussi la seconde éclipse dura à peine une décennie. Dès 2000, les fouilles reprenaient avec les premières interventions d’Alicia Arévalo et Darío Bernal, professeurs de l’université de Cadix, sous forme de cours pratiques d’archéologie8. Puis un ensemble de programmes de recherche fut établi, par accord entre la direction du Conjunto Arqueológico de Baelo Claudia, la Consejería de Cultura de la Junta de Andalucía et différents centres de recherche d’Espagne, principalement les universités de Cadix, Séville, Alicante, Salamanque et de plusieurs pays européens, notamment la France avec la Casa de Velázquez et les universités de La Rochelle, Lille, Poitiers, Toulouse et l’Allemagne avec l’université technique d’Aix-la-Chapelle. Ces « Proyectos Generales de Investigación » (projets généraux de recherche) privilégient les aspects mal connus et encore insuffisamment étudiés de la ville antique et de son territoire9.

Achèvement, reprise et développement de recherches antérieures

11Plusieurs de ces programmes d’investigation archéologique sont dans le prolongement des travaux des deux générations précédentes puisqu’ils s’intéressent encore aux vestiges de Baelo Claudia, en particulier à son théâtre, à ses aqueducs, à ses conserveries de poisson et à sa nécropole orientale.

Le théâtre

  • 10 Paris et alii, 1923, pp. 92-98.
  • 11 Ponsich, Sancha, 1979 et Id., 1980.

12Les travaux en cours d’achèvement sur le théâtre font la liaison avec la seconde période et sont dans le droit fil des recherches précédentes, la mise au jour de l’édifice ayant déjà été entreprise par Pierre Paris10 puis menée à son terme par Michel Ponsich11. Mais l’étude d’un tel monument étant en premier lieu architecturale, elle est maintenant dirigée par les architectes de l’Institut de recherche sur l’architecture antique (IRAA), Myriam Fincker et Jean-Charles Moretti, assistés par Oliva Rodríguez Gutiérrez et Macarena Bustamante pour l’établissement de sa chronologie.

  • 12 Fincker et alii, 2016, pp. 237-257 ; Fincker, Moretti, 2009, pp. 157-173 et pp. 309-329 ; et (...)
  • 13 Voir ci-dessus, pp. 123-125.
  • 14 Voir ci-dessus la fig. 1, p. 217.
  • 15 Sillières, 2006, pp. 45-50.
  • 16 Id., 1995, pp. 74-82 et Id., 2016, pp. 121-122.
  • 17 D’après les sondages stratigraphiques pratiqués en 1967 par Cl. Domergue non loin de (...)
  • 18 Gros, 2006, p. 89

13En prologue à cette monographie en cours de préparation, plusieurs articles ont déjà paru12 et ils annoncent un grand ouvrage qui sera doté d’un exceptionnel appareil documentaire. Seule la chronologie de l’édifice semble encore incertaine puisque plusieurs hypothèses sont avancées13. Bien qu’il ne fasse aucun doute, d’après son appareil, que le bâtiment a connu deux phases de construction14, on se demande s’il s’agit d’une édification en deux temps ou d’une importante restauration du premier édifice après de grands effondrements. Cette seconde proposition paraît la plus vraisemblable si on considère que Baelo a été frappée par un tremblement de terre qui affecta la plupart de ses monuments entre 40 et 50 apr. J.-C15. Et l’importance des parties restaurées en moellons de calcaire gris semble indiquer que le théâtre le subit aussi. Observons, en outre, que celles-ci se situent surtout à l’ouest, comme au rempart voisin dont les courtines occidentales ont dû être entièrement reconstruites16, probablement à l’époque de Claude17. Ajoutons que par son mur de fond de scène rectiligne et percé de cinq ouvertures, ce premier théâtre paraît relever d’une conception relativement ancienne qui suggérerait plutôt une datation antérieure au cataclysme18. Mais ces observations, qui inciteraient à placer la première phase de construction sous Auguste ou Tibère, ne s’accordent pas tout à fait avec les indices chronologiques fournis par les sondages stratigraphiques effectués en 2010 et 2011, qui la dateraient d’un peu plus tard, dans les années soixante. On attendra donc la parution de l’étude monographique du monument et, en particulier, la publication de l’ensemble de la documentation stratigraphique et céramologique qui devrait lever les incertitudes.

Les aqueducs

  • 19 L’hypothèse d’une quatrième adduction qui aurait alimenté les thermes maritimes a été (...)
  • 20 Paris et alii, 1923, pp. 111-117.
  • 21 Fernández Casado, 1972 et Jiménez, 1973.
  • 22 Sillières, 1995, pp. 145-152
  • 23 Voir ci-dessus, pp. 97-120.
  • 24 Accessoirement à propos de celui-ci, il conviendra de s’assurer que les tronçons de c (...)

14Un deuxième programme de recherche porte sur l’approvisionnement en eau de Baelo Claudia. La ville romaine était alimentée par au moins19 trois aqueducs qui ont déjà été reconnus par Pierre Paris et assez soigneusement décrits dans le premier volume de ses Fouilles de Belo20. Par la suite, ils ont été réexaminés à deux reprises dans les années 197021 et une troisième fois en 1991 pour la rédaction de l’ouvrage de synthèse22. Bien qu’assez succinctes, ces présentations suffirent pour attirer l’attention de Lætitia Borau sur les équipements hydrauliques de la ville antique. Les « recherches liminaires » qu’elle leur a consacrées en 2013 et 2016 ont précisé quelques tronçons des trajets de ces aqueducs, permis de redéfinir quelques-uns de leurs éléments, notamment le bassin de régulation de l’aqueduc du Molino et le possible château d’eau de l’aqueduc de Realillo et surtout d’examiner avec soin un puits de rupture de pente23. Ces premières investigations, très prometteuses, devront, bien sûr, être complétées par d’autres interventions. Il convient, notamment, d’effectuer une recherche précise de l’ensemble des tracés, en particulier pour les conduits issus du Molino24 et de Realillo encore souvent hypothétiques, accompagnée de la mise au jour et de l’étude des aménagements de captage des sources, ou encore de tenter de préciser les datations de ces constructions par des sondages stratigraphiques dont l’implantation, pour qu’ils soient fructueux, ne sera pas facile à déterminer.

Les salaisons de poisson

  • 25 Domergue, 1973, pp. 106-109.
  • 26 Arévalo, Bernal (éd.), 2007, p. 297-343.
  • 27 Morales, Rossello, 2007, pp. 489-498.

15D’autres recherches archéologiques concernant la ville hispano-romaine reprennent aussi des travaux antérieurs, mais les objectifs scientifiques ont été considérablement élargis. En premier lieu pour l’étude de la principale activité économique de la cité, la pêche et les conserveries de poissons, à laquelle se sont consacrés les archéologues de l’université de Cadix. Si on connaissait l’importance pour Baelo Claudia de ses cetariae depuis les fouilles de Pierre Paris, ainsi que la date des débuts de leur production de garum et de salsamenta au iie siècle av. J.-C. grâce aux sondages de Claude Domergue25, les fouilles de Darío Bernal et Alicia Arévalo ont apporté de nombreuses données nouvelles. D’abord avec la publication d’un premier volume26 qui présente non seulement une reprise des fouilles des plus anciennes conserveries de la basse ville, datées de 140-130 av. J.-C., et une série d’analyses du contenu de plusieurs amphores d’époque républicaine, mais encore la découverte d’un nouvel établissement de salaisons du dernier tiers du iie siècle av. J.-C., situé au lieu-dit El Anclón, à l’autre bout de la baie de Bolonia ; celui-ci est particulièrement intéressant par l’impressionnante accumulation de squelettes de thons, enterrés dans une fosse après le dépeçage des animaux27.

  • 28 Ci-dessus, pp. 151-166.

16Ces recherches ont été encore développées ces dernières années par la mise au jour par Darío Bernal et José Ángel Esposito des deux autres conserveries de poisson qui sont présentées dans ce dossier28. Situées à l’est de celles que l’on connaissait depuis les travaux de P. Paris, elles n’avaient jamais fait l’objet de fouilles auparavant. Aussi, par le décapage des strates intactes au fond des bassins et sur les sols des salles, il a pu être constaté que les deux conserveries ont toujours produit à la fois du garum et des salsamenta et jusqu’à la fin de leur activité qui est bien datée de la première moitié du ve siècle. D’un grand intérêt est également l’identification des poissons trouvés au fond de plusieurs bassins et dans une salle de découpe. Pour la préparation du garum étaient utilisés, comme il est habituel, de petits clupéidés, principalement des sardines et quelques anchois, tandis que toute la viande salée provenait de thons de différentes tailles.

  • 29 Fondées seulement sur l’appareil de certains murs des conserveries IV et (...)
  • 30 Dardaine, Bonneville, 1980, pp. 398-399.
  • 31 Bourgeois, Mayet, 1991, pp. 291-366.
  • 32 Hiernard, 1987, pp. 79-93 et 144-180.
  • 33 Dans le macellum (Didierjean, Ney, Paillet, 1986, pp. 103-118) comme da (...)

17Ainsi, alors que, hormis quelques affirmations mal fondées29, on ne disposait jusqu’à présent d’indications fiables sur la fin de la production de salaisons de poisson que pour une conserverie, celle du decumanus maximus dont l’abandon a été parfaitement daté du milieu du iiie siècle30, ces deux dernières fouilles fournissent de nouvelles données chronologiques qui paraissent parfaitement sûres : il est maintenant certain que l’activité de plusieurs cetariae de Baelo Claudia s’est poursuivie pendant le Bas-Empire, au moins jusqu’au milieu du ve siècle. Cette permanence de l’exploitation des ressources marines permet de mieux comprendre qu’une certaine prospérité ait pu se maintenir dans la ville pendant l’Antiquité tardive. La très grande quantité de vaisselle sigillée africaine recueillie dans tous les niveaux de cette époque31 ainsi que l’abondance du numéraire de la seconde moitié du ive siècle32 semblaient bien l’indiquer, mais on hésitait un peu à parler d’un renouveau de la cité à partir de la période constantinienne, en raison de l’extrême médiocrité des constructions de cette époque, du moins de celles qui ont été mises au jour jusqu’à présent33. Baelo semble donc être redevenue une agglomération active après ses malheurs de la seconde moitié du iiie siècle, mais sans pour autant avoir retrouvé ou cherché à retrouver sa belle apparence du Haut-Empire.

La nécropole orientale

  • 34 Titre de l’ouvrage récemment publié sous la direction de F. Prados et H. Jiménez : Pr (...)

18Même élargissement et approfondissement des conclusions à propos de la nécropole s’étendant à l’est de la ville, où les récentes investigations ont très largement renouvelé notre vision de La muerte en Baelo Claudia34, qui n’avait guère évolué depuis les fouilles, admirables pour leur époque, de George Bonsor. Fernando Prados Martínez et Helena Jiménez Vialás ont su reconnaître la répartition spatiale des tombes en deux ensembles d’époques différentes, l’un du début ier siècle apr. J.-C., l’autre de périodes postérieures. Et, dans les sépultures du premier groupe, ils ont constaté la survivance de comportements rituels étrangers au monde romain avec la persistance de manifestations religieuses et symboliques bastulo-puniques. Quant aux muñecos, ces bustes de pierre au visage à peine dégrossi qui semblent regarder la mer, ils les considèrent à la fois comme des stèles signalant les sépultures et comme des figures apotropaïques liées à un panthéon à forte empreinte punique et plus africain qu’hispanique.

  • 35 Présentées plus loin dans le même dossier, pp. 49-71.

19Ces observations sont extrêmement importantes car, outre leur apport relatif aux rites funéraires, elles renouvellent le débat sur l’origine des habitants de Baelo Claudia et sur leur degré de romanisation ; elles indiquent clairement que cette cité hispano-romaine était une communauté hybride comprenant non seulement des indigènes et des Italiens, mais aussi des Africains. Ajoutons enfin que les similitudes des rituels funéraires observés dans la partie la plus ancienne de la nécropole orientale de Baelo et dans les deux cimetières de la Silla del Papa35 constituent un argument supplémentaire en faveur du rapport de filiation entre la ville romaine et l’oppidum bastule.

Des recherches entièrement nouvelles

  • 36 Paris, 1917, p. 242.
  • 37 Paris et alii, 1923, pp. 99-110.

20Quelques interrogations avaient été soulevées très tôt, mais jamais résolues par les travaux archéologiques du xxe siècle. C’est, en premier lieu la question, déjà posée par Pierre Paris36, de l’établissement indigène ayant précédé la ville romaine. De même celle du « monument énigmatique » situé hors les murs, près de l’Arroyo de las Villas qui, durant deux campagnes, avait fortement intrigué les premiers fouilleurs37 mais n’avait jamais plus préoccupé les archéologues. Enfin, la fouille et l’identification des bâtiments au sud-est du forum, qui étaient pourtant indispensables pour achever l’étude du centre monumental, n’avaient pu être effectuées. C’est la troisième génération des archéologues et historiens de Baelo, celle du xxie siècle, qui s’est chargée de combler quelques-unes de ces lacunes et a, ainsi, considérablement amélioré notre connaissance de l’histoire de cette cité antique, depuis ses origines jusqu’à ses derniers temps.

L’oppidum de la Silla del Papa

  • 38 Id., p. 56.
  • 39 Notamment Domergue, 1973, pp. 102-103 et Sillières, 1995, pp. 67-70. (...)
  • 40 Voir ci-dessus, pp. 49-71.

21Si on a parfois supposé que la Bailo préromaine et républicaine était l’établissement reconnu depuis P. Paris sur la Silla del Papa, au sommet de la Sierra de la Plata38, personne, bien que plusieurs l’aient souhaité39, n’avait tenté de le vérifier. Aussi la plus importante des avancées réalisées ces dernières années a été obtenue par les recherches archéologiques menées depuis 2007 par Pierre Moret et ses collègues espagnols et français sur cet oppidum dominant la baie de Bolonia. En effet, ces fouilles ont résolu non seulement la question de l’emplacement de l’oppidum indigène initial, mais encore celle de la durée de son occupation40.

22Ainsi, l’équipe hispano-française a confirmé que l’agglomération de la Silla del Papa était bien la première Baelo et établi grâce à quelques sondages que cet oppidum avait été habité pendant tout l’âge du Fer, à partir d’une première installation dès le xe siècle av. J.-C. ou le début du ixe siècle et jusqu’à la fin de l’époque républicaine. Occupant un vaste espace étagé en terrasses entre et autour des deux principales barres rocheuses du sommet de la Sierra de la Plata, l’agglomération, qui atteignit environ six hectares, était constituée de maisons à plusieurs étages adossés et entaillés dans les parois rocheuses. Elle débordait même largement de sa muraille en grand appareil, au-delà de laquelle s’étendaient aussi deux nécropoles à incinération, l’une au sud-ouest, l’autre au nord-ouest. Cette dernière comportait deux types de monuments funéraires, les uns tumulaires, les autres turriformes, datés entre le iiie siècle et le ier siècle av. J.-C. Le mobilier recueilli dans l’habitat et les nécropoles désigne cette Bailo comme un oppidum bastule marqué par l’empreinte phénicienne, puis par celle de Carthage.

  • 41 Chaves, Richard, 1987, p. 18 et pp. 102-105.
  • 42 Comme à plusieurs reprises dans ce dossier, p. 201 et p. 203.

23Il restera à s’interroger sur l’impact de la conquête romaine sur cette agglomération de la Silla del Papa. Après la seconde guerre punique et l’éviction des Carthaginois de l’Hispanie, elle est devenue le chef-lieu d’une cité pérégrine de la province d’Espagne Ultérieure. Sans doute, pendant toute l’époque républicaine la forte imprégnation culturelle phénico-punique s’y est maintenue, attestée notamment par les rites funéraires observés dans la nécropole nord-ouest ; il est probable aussi que la grande majorité de la population a continué à parler un punique abâtardi, celui qui apparaît sur les légendes des monnaies bilingues. Mais, au cours du iie siècle av. J.-C., l’emprise de Rome s’était imposée dans tout le pays environnant et, à peu de distance, se trouvait même la colonie de Carteia, fondée dès 171 av. J.-C. et qui, d’après les trouvailles monétaires, était le principal partenaire commercial de Bailo41. Aussi est-il vraisemblable que la cité pérégrine se soit intégrée progressivement dans le monde romain, en particulier par le biais de relations économiques fondées, dès la seconde moitié du iie siècle av. J.-C., sur la pêche et les salaisons de poisson. Et il est également probable qu’elle a connu parallèlement une évolution de son régime politique, avec le remplacement des institutions puniques antérieures par des organes romains, les seuls magistrats connus étant les aid(iles) du début du ier siècle av. J.-C. Et on peut penser que ce processus s’achevait à la fin de l’époque républicaine, puisque, à peine descendue de la Sierra, la cité obtenait le droit latin. Aussi, pour cette dernière époque d’occupation de la Silla del Papa, faudrait-il sans doute éviter de qualifier l’oppidum de punique ou de bastulo-punique42 et conviendrait-il plutôt de parler de ville ibéro-romaine ou bastulo-romaine.

  • 43 Sous le macellum (Didierjean, Ney, Paillet, 1986, p. 89) et sous la con (...)

24Ajoutons, enfin, que les magnifiques résultats obtenus par la fouille de la Silla del Papa incitent à s’interroger au sujet de la première agglomération du bord de l’océan. Certes, il a déjà été parfaitement démontré que les conserveries de poisson se multiplièrent le long du littoral à partir des années 140-130 av. J.-C., mais des sondages profonds pratiqués au nord du decumanus maximus ont aussi atteint des niveaux d’occupation de la seconde moitié du iie siècle43. Aussi peut-on se demander si un habitat ne s’était pas développé à l’arrière des fabriques de salaisons. Il faudra un jour tenter de le vérifier en étendant les fouilles au centre de la ville et au-dessous de niveaux du Haut-Empire, afin de chercher à savoir si Bailo n’a pas été une cité à deux têtes dès la première moitié du ier siècle av. J.-C. avec, sur la Sierra, l’oppidum de la Silla del Papa et, en bord de mer, l’agglomération nouvelle avec, non seulement les hangars des salaisons, mais aussi les maisons des marins, des pêcheurs, des conserveurs et autres marchands.

Une église wisigothique

  • 44 Voir ci-dessus, pp. 201-214.
  • 45 Schlunk, 1945 ; Corzo, 1981.

25Outre l’apport primordial concernant la première période de l’histoire de Baelo, la fouille de la Silla del Papa a aussi livré une très précieuse information sur le christianisme dans cette contrée. En effet, au sud-ouest de l’oppidum, sur l’esplanade de la seconde nécropole antique, ont été mises au jour les ruines d’une église wisigothique44 construite avec de grands blocs provenant des anciens monuments funéraires. De taille modeste, avec sa nef de 10 x 6,50 m et son abside de 3,50 x 4,90 m, elle a été édifiée, date encore provisoire, vers la fin du vie siècle ou le début du viie siècle. Présentant de nettes similitudes avec d’autres édifices chrétiens de cette époque, notamment celui, assez proche, d’Alcalá de los Gazules45, elle sera, une fois sa fouille et son étude terminées, un excellent exemple d’édifice religieux de l’extrémité méridionale de l’Hispanie, restée sous domination byzantine jusqu’au début du viie siècle.

26Cette découverte suscite une série d’interrogations. En premier lieu, on doit se demander où vivait la population qui fréquentait le lieu saint. Probablement pas très loin. Était-ce alors sur l’oppidum de la Silla del Papa ? Le sondage de la maison B3 le laisse penser et il conviendra de tenter de faire la distinction entre les maisons des deux époques et, en particulier, de chercher à vérifier, ce qui ne sera pas facile, que les constructions à plusieurs étages sont toutes antiques. D’autre part, d’où venaient ces chrétiens ? Si c’était de Baelo Claudia, on pourrait évoquer une désertion de l’agglomération littorale et un perchement sur la Silla del Papa au début du viie siècle, date convenant assez bien à la fois pour l’abandon de la ville romaine et pour l’édification de l’église.

De nouveaux édifices au sud-est du forum

  • 46 Sillières, 1995, p. 128.
  • 47 Didierjean, Ney, Paillet, 1986, pp. 103-118.
  • 48 Dardaine, Bonneville, 1980, pp. 397-403.
  • 49 Sillières, 1995, p. 163.
  • 50 Dardaine et alii, 2008, pp. 61-65.

27Un autre important progrès concernant également cette période de l’Antiquité tardive à Baelo Claudia a été obtenu grâce aux recherches effectuées depuis 2012 au sud-est du forum, à l’intérieur d’un périmètre de murs qui avait été reconnu seulement en surface et qu’on avait simplement appelé le Monument du sud-est46. Ces investigations archéologiques, destinées en premier lieu à parachever la mise au jour et l’étude du centre monumental de la ville du Haut-Empire, ont en effet permis d’exhumer plusieurs bâtiments d’époque tardive. Elles confirment des observations effectuées auparavant, notamment à l’emplacement du macellum47, de la conserverie de poisson voisine de celui-ci48, des thermes de la Porte de Gades49 et du sanctuaire d’Isis50.

  • 51 Partiellement exhumée en 1975 : Remesal, Rouillard, Sillières, 1976, pp (...)
  • 52 En considérant aussi que la basilique, l’édifice voisin, s’effondra partiellement dan (...)

28On sait ainsi maintenant que deux édifices occupèrent d’abord cet espace à l’est de la Place méridionale : la partie sud de la « Grande domus51 » avec son péristyle, et un monument assez énigmatique ouvrant sur le decumanus maximus formé de deux salles, un atrium et une pièce à trois podiums latéraux et dallage de marbre. Ensuite, comme les monuments du Haut-Empire mentionnés ci-dessus, ceux-ci ont été démolis et des constructions se sont élevées plus tard par-dessus leurs décombres, entre le ive et la fin du vie siècle. Et il a pu être observé, là mieux qu’ailleurs, que plusieurs bâtiments se sont succédés à cet endroit pendant ces deux siècles de l’Antiquité tardive, ce qui paraît indiquer que Baelo resta active et peuplée, au moins dans sa moitié méridionale. À ces premiers résultats extrêmement intéressants, la poursuite des fouilles devrait apporter une série de compléments importants, peut-être une identification du monument à atrium, surtout des chronologies bien étayées à propos des différents états de cette partie sud-est du centre monumental et, en premier lieu, des effondrements des deux édifices du Haut-Empire52.

Un probable bâtiment thermal hors les murs

  • 53 Alonso et alii, 2007 et Meyer, 2010.
  • 54 Paris et alii, 1923, pp. 99-110.

29Enfin, un autre monument important de Baelo Claudia est aussi l’objet de fouilles depuis 2011 par les archéologues de l’université de Cadix et du Conjunto arqueológico de Baelo Claudia. Mais celui-ci est situé loin du centre monumental, puisqu’il s’élevait hors les murs, au-delà de l’Arroyo de las Villas. L’intervention à cet endroit a été programmée à la suite de deux prospections géophysiques effectuées en 2007 et 201053 qui ont révélé la présence d’un certain nombre de constructions de part et d’autre du ruisseau et, peut-être aussi, en raison de la situation dans cette zone du monument à mur courbe partiellement mis au jour par Pierre Paris54.

  • 55 Voir ci-dessus, pp. 133-150. Mais ne pourrait-on aussi songer à une belle domus, rési (...)

30Bien que l’édifice en cours de fouille ne soit que partiellement exhumé et qu’on n’en connaisse encore qu’une citerne, une piscine, une partie d’une salle encore mal identifiée et un bain froid, Darío Bernal, José Juan Díaz et José Ángel Esposito considèrent qu’il correspond à un bâtiment thermal55. En attendant confirmation avec son entière mise au jour, il est certain, en raison de la richesse de sa décoration, représentée par de très nombreux placages de marbres de diverses origines, par une mosaïque et, surtout, par une statue en marbre de Paros, copie romaine du Doryphore de Polyclète découverte dans la piscine, qu’il s’agit d’un somptueux monument. D’après les séquences stratigraphiques, il a été édifié au cours de la première moitié du iie siècle apr. J.-C. et abandonné à la fin du iiie siècle ou au début du ive. La poursuite de la fouille est évidemment attendue pour l’achèvement de la mise au jour de cet extraordinaire édifice. Mais l’extension des recherches sur tout ce secteur est également souhaitable, au moins en surface, afin d’apporter quelques réponses aux multiples interrogations que ces découvertes suscitent, notamment à propos du possible aqueduc et de l’ensemble de bâtiments qui, en comptant le monument énigmatique de Pierre Paris, paraît constituer une sorte de petit suburbium entre la Porte de Gades et la nécropole occidentale.

Un chantier pour un autre siècle

31Ces quelques réflexions et observations accompagnent un sentiment d’enthousiasme devant les recherches effectuées à Bolonia par les différentes équipes qui y travaillent actuellement. C’est surtout l’ampleur et la variété des programmes d’investigation et leur portée qui impressionnent et séduisent. Au xxe siècle on s’était impliqué dans la mise au jour et l’étude des principaux monuments de ville du Haut-Empire, avec d’ailleurs des résultats très satisfaisants puisque Baelo Claudia est devenue l’un des meilleurs exemples de ville romaine d’Hispanie et le mieux publié.

32Aujourd’hui, on a décidé de voir plus loin et mieux. Aussi, avec l’exploration d’un espace considérablement élargi, les découvertes intéressant tous les âges de la cité se sont succédé en quelques années : pour ses premiers temps la Silla del Papa, oppidum bastule puis chef-lieu de cité pérégrine, et en bord de mer les plus anciennes conserveries ; pour ses ultimes moments, les abandons des dernières conserveries au ve siècle et de pauvres habitats au vie siècle avec, finalement, la désertion du site côtier et, peut-être, le perchement des derniers Baeloniens sur la Sierra de la Plata.

33De tels résultats en à peine une décennie montrent l’excellence de ces dernières investigations. Et l’on est convaincu que ce nouvel essor des travaux historiques et archéologiques à Bolonia se poursuivra longtemps car les structures administratives et scientifiques ont une solide assise au Conjunto Arqueológico et, surtout, parce qu’un grand nombre de personnes et une dizaine de centres de recherche sont impliquées dans les programmes de recherche. L’étude archéologique et historique de Baelo, longtemps confiée à la seule, ou quasiment seule Casa de Velázquez, est maintenant prise en charge par une communauté scientifique considérablement élargie. C’est l’assurance d’un bel avenir d’investigations, de découvertes et d’indispensables publications pour au moins un autre siècle.

Inicio de página

Bibliografía

Alonso Villalobos, Carlos, Ménanteau, Loïc, Gracia, Francisco Javier, Ojeda, Reyes (2007), « Geoarqueología y paleomorfología litoral de la ensenada de Bolonia (Tarifa, Cádiz). Primeros resultados y nuevas propuestas », dans Alicia Arévalo et Darío Bernal (éd.), Las Cetariae de Baelo Claudia. Avance de las investigaciones arqueológicas en el barrio meridional (2000-2004), Cadix, Junta de Andalucía, pp. 521-545.

Arévalo, Alicia, Bernal, Darío (éd.) [2007], Las Cetariae de Baelo Claudia. Avance de las investigaciones arqueológicas en el barrio meridional (2000-2004), Cadix, Junta de Andalucía.

Badie, Alain, Gailledrat, Éric, Moret, Pierre, Rouillard, Pierre, Sánchez, Maria José, Sillières, Pierre (2000), Le site antique de La Picola à Santa Pola (Alicante, Espagne), Paris – Madrid.

Bourgeois, Ariane, Mayet, Françoise (1991), Belo VI. Les sigillées, Madrid, Collection de la Casa de Velázquez (34).

Chaves, Francisca, Richard, Jean-Claude (1987), « Les monnaies préimpériales », dans Jean-Pierre Bost, Francisca Chaves, Georges Depeyrot, Jean Hiernard, Jean-Claude Richard, Belo IV. Les monnaies, Madrid, Collection de la Casa de Velázquez (16), pp. 15-35 et 101-105.

Corzo, Ramón (1981), « La basílica visigoda de Alcalá de los Gazules », Estudios de Historia y de Arqueología Medievales, 1, pp. 77-90.

Dardaine, Sylvie, Bonneville, Jean-Noël (1980), « La campagne de fouilles d’Octobre 1979 à Belo », Mélanges de la Casa de Velázquez, 16, pp. 397-403.

Dardaine, Sylvie, Lancha, Jeanine, Fincker, Myriam, Sillières, Pierre (2008), Belo VIII. Le sanctuaire dIsis, Madrid, Collection de la Casa de Velázquez (107).

Didierjean, François, Ney, Claude, Paillet, Jean-Louis (1986), Belo III. Le Macellum, Madrid, Collection de la Casa de Velázquez (15).

Domergue, Claude (1973), Belo I. La stratigraphie, Madrid, Collection de la Casa de Velázquez (2).

— (2006), « À cinquante ans d’intervalle : Belo 1916, Belo 1966 », dans Actas de las I Jornadas Internacionales de Baelo Claudia: balance y perspectivas (1966-2004) [Cádiz, 2004], Séville, pp. 9-36.

Étienne, Robert, Makaroun, Yasmine, Mayet, Françoise (1994), Un grand complexe industriel à Troia (Portugal), Paris.

Fernández Casado, Carlos (1972), Acueductos romanos en España, Madrid.

Fernandez Chicarro, Concepción, Domergue, Claude 1967, Nicolini, Gérard, Nony, Daniel, Pellicer, Manuel (1967), « Réouverture d’un chantier de fouilles à Belo-Bolonia (Cadiz) en 1967 », Mélanges de la Casa de Velázquez, 3, pp. 507-510.

Fincker, Myriam, Moretti, Jean-Charles, Fellague, Djamila, Le Meaux, Hélène, Rodríguez Gutiérrez, Oliva (2016), « Recherches récentes au théâtre de Baelo Claudia », dans Actas de las II Jornadas Internacionales de Baelo Claudia: Nuevas Investigaciones (14 y 15 de abril de 2010, Cádiz), Séville, pp. 237-257.

Fincker, Myriam, Moretti Jean-Charles (2009), « Au théâtre de Baelo Claudia : front de scène et lieux de culte », dans Jean-Charles Moretti (éd.), Fronts de scène et lieux de culte dans le théâtre antique, Lyon, Travaux de la Maison de l’Orient (52), pp. 157-173.

García y Bellido, Antonio, Nicolini, Gérard, Nony, Daniel, Domergue, Claude (1968), « Les fouilles de la Casa de Velazquez à Belo-Bolonia (Cadix) en 1967 », Mélanges de la Casa de Velázquez, 4, p. 393-399.

Gros, Pierre (2006), « Le centre monumental de Baelo Claudia : bricolage archaïsant ou actualisation d’un modèle ancient ? », dans Actas de las I Jornadas Internacionales de Baelo Claudia: balance y perspectivas (1966-2004) [Cádiz, 2004], Séville, pp. 79-92.

Hiernard, Jean (1987), « Le quatrième et le cinquième siècle », dans Jean-Pierre Bost, Francisca Chaves, Georges Depeyrot, Jean Hiernard et Jean-Claude Richard, Belo IV. Les monnaies, Madrid, Collection de la Casa de Velázquez (16), pp. 79-93 et 144-180.

Jiménez, Alfonso (1973), « Los acueductos de Bellone Claudia (Bolonia, Cádiz) », Habis, 4, pp. 273-293.

Lamboglia, Nino (1950), Gli Scavi di Albintimilium e la cronologia della ceramica romana. Parte 1a. Campagne di scavo 1938-1940, Bordighera, Istituto internazionale di studi liguri, Collezione di monografie preistoriche ed archeologiche (2).

Le Goffic, Michel, Peuziat, Josick (1999), « Les thermes de Riz-Izella en Kerlaz (Finistère) dans leur contexte gallo-romain », Bulletin de la Société Archéologique du Finistère, 128, pp. 99-115.

Leroy, Aude (2003), « Les ateliers de salaison antiques en baie de Douarnenez (Finistère) », Revue archéologique de Picardie, 1 (1), pp. 66-75. 

Meyer, Cornelius (inédit), « Informe sobre la prospección geofísic en el área oriental del barrio meridional de Baelo Claudia (Tarifa, provincia de Cadiz, España) », rapport nº 1034/2010 rédigé en 2010, Berlin, Eastern Atlas.

Morales, Arturo, Rossello, Eufrasia (2007), « Los atunes de Baelo Claudia y Punta Camarinal (s. ii a. C.). Apuntes preliminares », dans Alicia Arévalo et Darío Bernal (éd.), Las Cetariae de Baelo Claudia. Avance de las investigaciones arqueológicas en el barrio meridional (2000-2004), Cadix, pp. 489-498.

Muñoz Vicente, Ángel (2016), « El I plan director del Conjunto Arqueológico de Baelo Claudia », dans Actas de las II Jornadas Internacionales de Baelo Claudia: Nuevas Investigaciones (14 y 15 de abril de 2010, Cádiz), Séville, pp. 43-62.

Paris, Pierre (1917), « Promenade archéologique à Bolonia », Bulletin Hispanique, 19, pp. 221-242.

Paris, Pierre, Bonsor, Georges Edward, Laumonier, Alfred, Ricard, Robert, de Mergelina, Cayetano (1923), Fouilles de Belo (Bolonia, province de Cadix) [1917-1921], t. I : La ville et ses dépendances, Bordeaux.

(1926), Fouilles de Belo (Bolonia, province de Cadix) [1917-1921], t. II : La nécropole, Bordeaux.

Ponsich, Michel, De Sancha, Salvador (1979), « Le théâtre de Belo, première campagne de fouille en juin 1978 », Mélanges de la Casa de Velázquez, 15, pp. 559-580.

(1980), « Le théâtre de Belo, campagne de fouille de 1979 », Mélanges de la Casa de Velázquez, 16, pp. 357-374.

Ponsich, Michel, Tarradell, Miguel (1965), Garum et industries antiques de salaison dans la Méditerranée Occidentale, Paris.

Prados Martínez, Fernando, Jiménez Vialás, Helena (éd.) [2015], La muerte en Baelo Claudia. Necrópolis y ritual en el confín del Imperio romano, Alicante, Universidad de Alicante – Universidad de Cádiz.

Remesal, José, Rouillard, Pierre, Sillières, Pierre (1976), « La dixième campagne de fouilles de la Casa de Velázquez à Belo en 1975 », Mélanges de la Casa de Velázquez, 12, pp. 471-502.

Rojas Pichardo, Francisco Javier (2009), « Bibliografía para el conocimiento de la ciudad hispanorromana de Baelo Claudia », Aljaranda, 72, pp. 37-51.

Schlunk, Helmut (1945), « La basílica visigoda de Alcalá de los Gazules », AEspA, 58, pp. 75-82.

Sillières, Pierre (1995), Baelo Claudia : une cité romaine de Bétique, Madrid, Collection de la Casa de Velázquez (51).

(2006), « Investigaciones arqueológicas en Baelo : balance, interpretación, perspectivas », dans Actas de las I Jornadas Internacionales de Baelo Claudia: balance y perspectivas (1966-2004) [Cádiz, 2004], Séville, pp. 37-60.

(2016), « La datación de los grandes monumentos de Baelo Claudia. Aportación de los sondeos estratigràficos » dans Actas de las II Jornadas Internacionales de Baelo Claudia: Nuevas Investigaciones (14 y 15 de abril de 2010, Cádiz), Séville, pp. 107-128.

Sillières, Pierre (dir.) [2013], Belo IX. La basilique, Madrid, Collection de la Casa de Velázquez (136).

Inicio de página

Notas

1 Paris et alii, 1923 ; Paris et alii, 1926.

2 Domergue, 2006, pp. 20-32.

3 Fernandez Chicarro et alii, 1967, pp. 508-509.

4 Lamboglia, 1950.

5 Domergue, 1973, p. 12.

6 Rojas Pichardo, 2009. Voir aussi la bibliographie récapitulative sur Baelo Claudia dans ce même ouvrage, pp. 19-40.

7 Comme nous en avions formé le souhait dès 1995 (Sillières, 1995, p. 204).

8 Arévalo, Bernal (éd.), 2007.

9 Muñoz, 2016, pp. 53-56.

10 Paris et alii, 1923, pp. 92-98.

11 Ponsich, Sancha, 1979 et Id., 1980.

12 Fincker et alii, 2016, pp. 237-257 ; Fincker, Moretti, 2009, pp. 157-173 et pp. 309-329 ; et ci-dessus, pp. 121-131.

13 Voir ci-dessus, pp. 123-125.

14 Voir ci-dessus la fig. 1, p. 217.

15 Sillières, 2006, pp. 45-50.

16 Id., 1995, pp. 74-82 et Id., 2016, pp. 121-122.

17 D’après les sondages stratigraphiques pratiqués en 1967 par Cl. Domergue non loin de la Porte de Gades contre le rempart en opus caementicium, c’est-à-dire de la deuxième époque : Garcia y Bellido et alii, 1968, p. 396 et pl. I.

18 Gros, 2006, p. 89

19 L’hypothèse d’une quatrième adduction qui aurait alimenté les thermes maritimes a été avancée : voir ci-dessous, p. 227.

20 Paris et alii, 1923, pp. 111-117.

21 Fernández Casado, 1972 et Jiménez, 1973.

22 Sillières, 1995, pp. 145-152

23 Voir ci-dessus, pp. 97-120.

24 Accessoirement à propos de celui-ci, il conviendra de s’assurer que les tronçons de canalisation monolithes taillés en U (mentionnés ci-dessus, p. 103) ne sont pas simplement des éléments de couverture de canal, comme il a été constaté pour celles de l’aqueduc de Punta Paloma : Sillières 1995, pp. 146-148 et fig. 76.

25 Domergue, 1973, pp. 106-109.

26 Arévalo, Bernal (éd.), 2007, p. 297-343.

27 Morales, Rossello, 2007, pp. 489-498.

28 Ci-dessus, pp. 151-166.

29 Fondées seulement sur l’appareil de certains murs des conserveries IV et VI dans Arévalo, Bernal (éd.), 2007, pp. 127-128 et 143.

30 Dardaine, Bonneville, 1980, pp. 398-399.

31 Bourgeois, Mayet, 1991, pp. 291-366.

32 Hiernard, 1987, pp. 79-93 et 144-180.

33 Dans le macellum (Didierjean, Ney, Paillet, 1986, pp. 103-118) comme dans le sanctuaire d’Isis (Dardaine et alii, 2008, pp. 61-65) et ci-dessus, pp. 167-200, l’habitat tardif du secteur du sud-est du forum.

34 Titre de l’ouvrage récemment publié sous la direction de F. Prados et H. Jiménez : Prados, Jiménez (éd.), 2015. Voir aussi ci-dessus, pp. 73-96.

35 Présentées plus loin dans le même dossier, pp. 49-71.

36 Paris, 1917, p. 242.

37 Paris et alii, 1923, pp. 99-110.

38 Id., p. 56.

39 Notamment Domergue, 1973, pp. 102-103 et Sillières, 1995, pp. 67-70.

40 Voir ci-dessus, pp. 49-71.

41 Chaves, Richard, 1987, p. 18 et pp. 102-105.

42 Comme à plusieurs reprises dans ce dossier, p. 201 et p. 203.

43 Sous le macellum (Didierjean, Ney, Paillet, 1986, p. 89) et sous la conserverie de poisson (Dardaine, Bonneville, 1980, pp. 403-408).

44 Voir ci-dessus, pp. 201-214.

45 Schlunk, 1945 ; Corzo, 1981.

46 Sillières, 1995, p. 128.

47 Didierjean, Ney, Paillet, 1986, pp. 103-118.

48 Dardaine, Bonneville, 1980, pp. 397-403.

49 Sillières, 1995, p. 163.

50 Dardaine et alii, 2008, pp. 61-65.

51 Partiellement exhumée en 1975 : Remesal, Rouillard, Sillières, 1976, pp. 484-493.

52 En considérant aussi que la basilique, l’édifice voisin, s’effondra partiellement dans les années 265-270 : Sillières (dir.), 2013, pp. 140-142.

53 Alonso et alii, 2007 et Meyer, 2010.

54 Paris et alii, 1923, pp. 99-110.

55 Voir ci-dessus, pp. 133-150. Mais ne pourrait-on aussi songer à une belle domus, résidence d’un riche conserveur, édifiée sur le replat dominant les bassins de salaison situés sur la plage actuelle, comme on en connaît ailleurs, par exemple à Troia (Étienne, Makaroun, Mayet, 1994), à Ceuta (Ponsich, Tarradell, 1965, pp. 55-63), ou encore à Santa Pola (Badie et alii, 2000, p. 269) et dans la baie de Douarnenez (Le Goffic, Peuziat, 1999, pp. 107-114, et Leroy, 2003, pp. 73-75).

Inicio de página

Índice de ilustraciones

Título Fig. 1. — Michel Ponsich, Don Miguel, à droite, et deux de nos fouilleurs, dont Juan el Gitano au premier plan à gauche : sondage sur le decumanus maximus, en 1976
Créditos Photographie : P. Rouillard
URL http://journals.openedition.org/mcv/docannexe/image/7467/img-1.jpg
Ficheros image/jpeg, 714k
Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia en papel

Pierre Sillières, « Conclusions. Le nouvel essor des recherches archéologiques à Baelo au xxie siècle »,Mélanges de la Casa de Velázquez, 47-1 | 2017, 215-230.

Referencia electrónica

Pierre Sillières, « Conclusions. Le nouvel essor des recherches archéologiques à Baelo au xxie siècle », Mélanges de la Casa de Velázquez [En línea], 47-1 | 2017, Publicado el 01 enero 2018, consultado el 17 enero 2018. URL : http://journals.openedition.org/mcv/7467

Inicio de página

Autor

Pierre Sillières

Université de Bordeaux-Montaigne

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

© Casa de Velázquez

Inicio de página
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals