Navegación – Mapa del sitio
Actualité de la recherche
Débats. Le financement de la recherche sur projets : pourquoi et comment ?

L’ANR et la recherche en sciences cognitives

Analyse d’un processus de soumission et d’évaluation de projets
Michel Fayol
p. 329-331

Texto completo

1Les structures de recherche de grande taille comme le CNRS, indispensables pour gérer les grands équipements comme en physique ou en recherche biologique, tendent presque inévitablement à instaurer un certain conservatisme. En effet, il devient rapidement compliqué de ne plus associer les équipes ayant participé antérieurement aux travaux, et complémentairement, sauf à augmenter les budgets, difficile d’associer de nouvelles unités de recherche. Le risque encouru est donc celui de la poursuite de lignes ou de thèmes de recherche plutôt traditionnels, laissant de moins en moins de place à la créativité ; le risque est aussi d’écarter des groupes de chercheurs abordant des thèmes nouveaux ou peu nombreux, comme c’est souvent le cas en sciences cognitives ou en sciences humaines. Par contraste, la recherche sur programmes, sous réserve qu’elle soit entourée de certaines précautions, présente l’avantage de laisser place à plus de créativité tout en restant compatible avec la poursuite de lignes de recherches définies. Elle autorise surtout le financement de petites unités, voire de chercheurs isolés, susceptibles d’apporter des points de vue originaux non nécessairement pérennes sans engager des ressources importantes sur le long terme. La coexistence des deux systèmes est sans doute idéale, la difficulté résidant dans l’équilibre des thématiques, des financements et des modalités de sélection et d’évaluation.

2Les thématiques des appels à projets peuvent s’organiser autour de cinq types de détermination, chacun devant trouver sa place. Premièrement, de grandes causes nationales ou internationales peuvent amener à inciter les chercheurs à orienter leurs investigations dans les directions correspondantes ; il en va ainsi des questions relatives à l’immigration ou à celles du genre. Deuxièmement, les groupes d’experts, le plus souvent regroupés en un Conseil scientifique ou Conseil d’orientation, déterminent à intervalles réguliers les thèmes non ou insuffisamment abordés pendant une trop longue durée ; tel était le cas en France de l’apprentissage, et notamment des apprentissages professionnels qui ne retiennent pas assez l’intérêt des chercheurs. Troisièmement, les communautés scientifiques elles-mêmes font régulièrement parvenir leurs souhaits, conduisant à des thématiques émergentes reflétant des besoins issus de la pratique quotidienne de l’enseignement et de la recherche dans les universités. Quatrièmement, les équipes de recherche souhaitent le plus souvent poursuivre dans la voie qu’elles approfondissent ; il leur faut donc pouvoir déposer des projets en accord avec leurs orientations. Enfin, les chercheurs innovants, porteurs de thématiques peu ou pas représentées mais parfaitement légitimes sous réserve de ne pas avoir été précédemment abordées, doivent pouvoir soumettre leurs projets.

3La base des soumissions repose sur la rédaction d’un projet plus ou moins développé, en fonction des modalités de sélection. Lorsque de nombreuses soumissions sont attendues, une pré-sélection est indispensable. Elle vise à retenir un nombre plus restreint de propositions pour que les porteurs puissent les développer en vue d’une expertise plus approfondie. Les critères de ce premier tri sont importants : ils ne doivent pas conduire à éliminer d’emblée certains thèmes du fait de leur trop grande originalité ou, au contraire, en raison de leur caractère plus traditionnel. L’idéal (non encore établi) serait probablement de faire appel à un groupe réduit d’experts informés de l’état de l’art et de la situation de la recherche dans un pays et/ou une communauté et rétribués pour leur tâche de sélection. Une fois cette première phase terminée, la seconde, plus tardive pour laisser aux porteurs le temps de rédiger une version plus complète, revient à retenir pour les financer des projets en proportion suffisante (25 % en moyenne), si possible en respectant les grandes orientations décrites plus haut. Au cours de cette seconde phase, il est important que les chercheurs isolés ou issus de petites universités ne voient pas leurs propositions écartées pour des raisons inhérentes à leur situation, en particulier le fait que leurs publications sont en nombre réduit ou se situent dans des revues peu connues. Seul le projet scientifique, étayé par un solide état de l’art, une méthodologie rigoureuse et des objectifs précis rendant hautement plausible la réalisation du projet dans un délai défini (2 ou 3 ans ?), devrait être pris en considération. Là encore, le rôle des experts est fondamental. Mieux vaudrait sans doute les réunir en petits groupes et les défrayer plutôt que de risquer des erreurs de jugement.

4Une fois la sélection effectuée, les financements doivent être ajustés. En effet, les demandes doivent être revues par les experts, de manière à les rendre à la fois réalistes et compatibles avec les moyens de l’Agence et avec les dotations affectées aux autres projets. Ces ajustements peuvent se réaliser en toute transparence, devant les groupes d’experts, de manière à assurer l’équité des procédures d’attribution des moyens.

5La dernière étape est celle qui soulève le plus de problèmes. Il s’agit du suivi. Il est indispensable pour plusieurs raisons : 1) l’Agence elle-même doit pouvoir à court et à long termes montrer la pertinence des choix scientifiques effectués par les experts et les comités scientifiques ; 2) les porteurs ont à attester à court (2 ans) et moyen termes (5 ans) la pertinence de leurs travaux et les retombées auxquelles ils ont abouti en termes de publications et (éventuellement) d’applications ; 3) les groupes d’experts ont besoin de vérifier le bien-fondé des choix thématiques et des sélections réalisées, notamment afin de réguler leurs orientations thématiques. L’organisation du suivi est complexe : à court terme, des exposés devant des groupes d’experts peuvent être demandés aux porteurs. À plus long terme, comme il paraît difficile de solliciter tous les bénéficiaires de financements, un tirage au sort pourrait être effectué, ou des visites sur sites destinées à évaluer, en plus des banques de citations, les retombées des programmes retenus. Une simple évaluation par recours aux citations semble trop limitée au moins à moyen terme.

6Depuis plus de 10 ans, l’ANR s’est efforcée d’améliorer les différentes procédures de soumission, d’évaluation et de suivi des projets. Les modifications ont visé à une plus grande efficacité et surtout à alléger le poids des dossiers en mettant en place une sélection en plusieurs étapes. Mais là n’est sans doute pas l’essentiel : même si le nombre de dossiers déposés témoigne d’un intérêt constant, tout dépend des financements mis en place pour assurer des taux de sélection qui rendent les appels d’offre attrayants.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia en papel

Michel Fayol, « L’ANR et la recherche en sciences cognitives »,Mélanges de la Casa de Velázquez, 47-1 | 2017, 329-331.

Referencia electrónica

Michel Fayol, « L’ANR et la recherche en sciences cognitives », Mélanges de la Casa de Velázquez [En línea], 47-1 | 2017, Publicado el 01 enero 2018, consultado el 17 enero 2018. URL : http://journals.openedition.org/mcv/7541

Inicio de página

Autor

Michel Fayol

Professeur émérite, université de Clermont Auvergne Blaise Pascal (Lapsco, CNRS)

Inicio de página

Derechos de autor

© Casa de Velázquez

Inicio de página
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals