Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Débats. Le financement de la recherche sur projets : pourquoi et comment ?

Avantages et inconvénients du système de financement de la recherche sur projet

Réflexions sur un appel d’offre
Pierre Signoles
p. 337-342

Texte intégral

  • 1  ANR, Pierre Signoles et André Quesnel (dir.), « Les Suds, aujourd’hui. Retour critique sur les pro (...)
  • 2  Nous laisserons ainsi volontairement de côté la question des relations, souvent complexes et parfo (...)
  • 3  Les conditions exceptionnelles que les états de guerre ou l’apparition de conflits armés, les révo (...)

1L’appel à projets (AAP) intitulé « Les Suds, aujourd’hui », lancé par l’ANR en 2006, permet de pointer quelques effets spécifiques du mode de financement que constitue la recherche sur projet. Les réflexions présentées ci-dessous résultent des expériences dont une dizaine de responsables de projets financés dans le cadre de cet appel d’offres a rendu compte dans un numéro spécial de la revue Tiers-Monde, récemment paru1. Nous insisterons ici, plus particulièrement, sur deux des principales caractéristiques des projets en question2, à savoir la nécessité de travailler sur des terrains « extérieurs » à ceux des porteurs de projets, d’une part, et celle de ne pouvoir envisager de le faire avec quelque efficacité qu’en nouant des partenariats avec des équipes et/ou des chercheurs établis dans ces pays « étrangers ». Les questions à résoudre dans ces cas-là sont de divers ordres3 : de compréhension, de langue, de posture scientifique et, éventuellement, idéologique ; de formulation conjointe des problématiques et d’accord sur les méthodes à mettre en œuvre ; de rapport(s) au(x) terrain(s) ; d’ordre institutionnel ; de partage des responsabilités et des ressources financières ; d’écriture partagée d’articles communs ou de celle des différents rapports que les organismes dispensateurs de crédits demandent (rapports d’étapes, rapport final). La manière dont ces questions se posent se complique dès lors que les projets mobilisent des chercheurs et/ou des équipes de différentes disciplines, d’un côté, et qu’ils affichent, d’un autre côté, une volonté — une ambition — comparatiste, imposant des recherches menées sur plusieurs terrains parfois très éloignés les uns des autres (géographiquement, mais aussi culturellement, socialement, linguistiquement ou, encore, quant à leur niveau de développement). Les réponses que les chefs de projet peuvent apporter à ces enjeux sont contraintes par le temps bref de la recherche sur projet (entre deux et quatre ans la plupart du temps) ; des contraintes accrues par le fait que, dans le cas de recherches sur les pays des « Suds », les équipes participantes comportent des partenaires qu’il est difficile — et coûteux — de réunir en un même lieu de façon régulière, alors que la rencontre physique des chercheurs (et plus encore des responsables) constitue souvent le moyen le plus rapide et le plus efficace pour établir les bases d’un accord (scientifique, institutionnel, financier, etc.) et définir un consensus sur les protocoles à suivre pour la recherche.

  • 4  La qualification d’équipe française ne préjuge pas de la nationalité de ses membres ; elle peut en (...)

2Dans le cas de l’AAP « Les Suds, aujourd’hui », les montages institutionnels associant des équipes françaises4 à des équipes des « Suds » furent nombreux, ce qui n’est que logique. Même lorsque ces équipes se connaissaient préalablement et avaient une certaine pratique du travail de recherche en commun, ce qui n’était pas systématiquement le cas, leurs participants — et leurs responsables en particulier — ont été fréquemment confrontés à des incompréhensions et à des tensions. Les unes tenaient, par exemple, à la difficulté de surmonter les hiatus qui résultent, dans le champ des notions mobilisées et des références théoriques, des caractéristiques propres des chercheurs eux-mêmes : cursus et institutions de formation, langues pratiquées, cultures d’appartenance, revues et ouvrages de référence. Les autres apparaissaient au moment de la confrontation des notions et concepts, de leur mise à l’épreuve, de leur interprétation — surtout lorsque celle-ci doit passer par l’intermédiaire d’une (ou de plusieurs) traduction(s). Force est en effet de reconnaître que les chercheurs n’attribuent pas toujours la même signification à des termes qui, en principe, désignent des concepts universels ou considérés comme établis, selon qu’ils appartiennent à des disciplines distinctes, que leurs parcours de formation sont différents, tout comme leur nationalité, leur langue maternelle, éventuellement leur idéologie. La pratique généralisée de la traduction consomme énormément de temps et d’énergie, sans qu’elle soit pour autant une garantie de bonne compréhension — il s’avère parfois indispensable d’expliciter les traductions elles-mêmes, tant il est vrai que certains termes ou concepts, même traduits littéralement, ne charrient pas les mêmes implicites dans les différentes langues d’usage, y compris lorsque celles-ci sont apparentées, comme peuvent l’être, par exemple, le français et l’espagnol. Quant à l’usage de l’anglais comme une sorte de lingua franca, il n’est pas besoin d’insister sur ses limites — tout au moins dans certaines disciplines —, quand bien même tous les participants à un projet de recherche maîtriseraient correctement cette langue, ce que l’expérience contredit souvent.

3Les projets en partenariat posent également la question des « terrains », entendons par là celle de la « propriété » des terrains — dont chacun sait ou, à défaut, peut aisément comprendre qu’elle est un enjeu essentiel pour les chercheurs. Cette question revêt des aspects multiples qui, selon les cas de figure, prennent plus ou moins d’importance. Il peut ainsi apparaître qu’un chercheur d’une équipe française travaille sur le même terrain (à l’étranger) — avec, parfois, une longue ancienneté de sa pratique — qu’un participant d’une équipe du pays considéré. Ce dernier peut craindre que sa légitimité scientifique soit menacée par celui ou ceux qui viennent s’immiscer dans les mêmes lieux ; leur collaboration peut s’avérer ainsi difficile, voire impossible, avec, par exemple, un non-partage des réseaux d’informateurs ou un désaccord quant aux méthodes à mettre en œuvre. Dans d’autres cas, les équipes des Suds sont maintenues dans un rôle de prestataires de services, ce qui peut s’apparenter à un « partenariat par délégation » qui les limite à la réalisation d’enquêtes lourdes de terrain sous la forme de recensements, d’entretiens ou de récits de vie. Quand bien même les équipes françaises sont conscientes du rôle qu’elles font alors jouer à leurs partenaires, vouloir leur assurer une plus grande place dans l’élaboration du projet, une plus grande liberté d’action dans sa mise en œuvre, une plus grande autonomie dans l’exploitation et l’interprétation des résultats, ne peut résulter d’une simple déclaration d’intention. Car le partenariat de services présente maints avantages, comme celui d’éviter toute confrontation de nature épistémologique avec le partenaire du « Sud ». De ce fait, repenser la nature des partenariats entre équipes du Nord et des « Suds » et, si ce n’est de renverser le sens historique de la relation, chercher à tout le moins à la rééquilibrer, introduit une dimension explicitement politique dans la relation scientifique et interfère inévitablement avec elle. Mais il convient de ne pas se leurrer : les obstacles sont élevés, qui gênent le passage des chercheurs des « Suds » d’une position de spécialistes de leurs terrains, chargés de produire à partir d’eux des informations et des matériaux — la matière première de la recherche, en quelque sorte — à celle de « nœuds », c’est-à-dire d’acteurs qui se situeraient sur le même plan que ceux des Nords, pour coproduire les outils conceptuels, les discuter, réaliser des missions de terrain au Nord ou dans d’autres « Suds » que le leur, corédiger, etc.

4Les recherches sur projet doivent aussi, assez souvent, relever les défis de l’interdisciplinarité, que celle-ci procède de la présence, au sein de la même équipe, de chercheurs de disciplines différentes et/ou qu’elle procède d’un montage institutionnel associant à l’équipe du chef de projet d’autres équipes compétentes dans une autre discipline que ce dernier. Cette interdisciplinarité, lorsqu’elle est une composante intrinsèque et assumée des projets, c’est-à-dire lorsqu’elle n’est pas envisagée comme devant se limiter à un simple « regard croisé », constitue un sérieux défi pour leurs initiateurs, sauf (et encore !) dans les cas où ceux-ci n’associent à leurs recherches que des contributeurs en position subalterne. Il peut ainsi être fait appel, dans des recherches pilotées par des économistes, à des sociologues ou à des anthropologues, à charge exclusivement pour eux de contribuer à la fabrication des questionnaires d’enquêtes et/ou à éclairer les résultats obtenus. C’est d’ailleurs très fréquemment pour la collecte de données sur le terrain que l’interdisciplinarité est envisagée. En cette matière, les tensions sont dues tantôt à des aspects conceptuels — entend-on la même chose, selon que l’on est économiste ou sociologue, quand on emploie les termes de « quantitatif » ou de « qualitatif » ? —, tantôt à des aspects plus méthodologiques, plus techniques. Il peut même advenir que les oppositions expriment des positions plus « politiques », par exemple lorsque la longueur et le contenu de certains questionnaires sont considérés par certains partenaires comme s’apparentant à de la « violence relationnelle ». La résolution de ces tensions, quand elle est possible, s’avère toujours chronophage, les discussions qu’elle implique étant souvent laborieuses, aboutissant à des compromis que les responsables des équipes doivent aussi faire accepter par les membres de leurs équipes respectives. S’il est avéré que ces compromis, qui conditionnent la poursuite du projet, peuvent se révéler positifs sur le plan scientifique, il apparaît aussi qu’ils sont susceptibles d’être sources de frustrations et de générer des insatisfactions, voire des blocages : par exemple, un partenaire dont le rôle sur le terrain est stratégique peut ainsi faire de la révision d’un protocole d’enquête une condition non négociable du maintien de sa participation à un projet.

  • 5  Denis Retaillé, s. v. « Comparatisme », dans Jacques Lévy et Michel Lussault (dir.), Dictionnaire (...)

5Beaucoup de projets financés dans le cadre de l’appel à projets « Les Suds, aujourd’hui » se sont déployés, comme celui-ci y invitait, sur plusieurs terrains à la fois, lesquels, dans nombre de cas, se situent dans des pays, des sous-régions, voire des continents différents. Dans les deux premiers cas, ils offrent généralement une (relative) homogénéité contextuelle des objets d’étude ; dans le dernier cas, par contre, ils donnent à voir des situations qui peuvent être extrêmement contrastées, que ce soit sur les plans démographique, économique, social, culturel, politique, etc. Or, quel que soit le nombre de terrains retenus, leur nature, leur taille, leurs lieux, leur ressemblance apparente ou leurs singularités, les critères et les facteurs de leur hétérogénéité, la question se pose de leur comparaison. S’il est vrai, comme de nombreux porteurs de projets l’ont énoncé, que la prise en compte de plusieurs terrains dans un but comparatif permet d’éviter (en principe) la juxtaposition de monographies fermées sur elles-mêmes, la méthode ou démarche comparative étant par ailleurs « à la base de la généralisation quand elle permet de vérifier des hypothèses par classement des caractères selon qu’ils sont récurrents ou spécifiques et situés5 », il n’en reste pas moins qu’un grand nombre de projets qui se situent dans cette optique relève plus des « regards croisés » que de la comparaison au sens strict du terme. De fait, les projets, plutôt rares, qui s’inscrivent réellement dans cette démarche procèdent d’une construction intellectuelle en amont, visant à faire en sorte que les terrains choisis ne le soient pas par simple opportunisme — entendons par là qu’ils soient liés aux participants, chercheurs ou équipes, sollicités pour le projet —, mais par la volonté de faire en sorte qu’ils le soient pour constituer la base d’une comparaison raisonnée et argumentée. Une telle démarche exige que ces terrains soient recherchés une fois la problématique construite et qu’ils soient sélectionnés a posteriori aux fins de vérifier au mieux les hypothèses de travail.

6La plupart des questions et problèmes que nous avons soulevés, sources de difficultés de mise en œuvre et, dans les cas les plus délicats, causes de tensions entre participants et partenaires, interrogent sur la manière dont les projets sont préparés en amont de leur soumission à l’ANR et au comité d’évaluation qui doit les juger, les noter et les classer. Car ces difficultés résultent en grande partie d’une préparation insuffisante, engagée trop tardivement en amont. La fréquente précipitation dans laquelle les projets sont préparés est en effet la cause principale de la non-anticipation, de la sous-estimation ou de l’occultation des problèmes qui sont susceptibles de se poser lorsqu’il conviendra de mener à bien la recherche. Or trois aspects essentiels, au moins, devraient avoir été envisagés le plus tôt possible : la construction de la problématique d’abord, qui doit être l’occasion, pour les partenaires, de mettre au clair les notions et concepts qui seront mobilisés par la suite ; l’établissement en commun de l’état de la question et, donc, le champ référentiel à partager, alors que, trop souvent, c’est l’équipe seule du porteur de projet qui se charge de ces tâches et les propose aux partenaires qui, compte tenu des délais qui leur sont laissés, ne peuvent intervenir qu’à leur marge ; l’obtention d’un accord sur les questions méthodologiques, ensuite, dont les protocoles devraient être prêts avant le dépôt des projets, les échantillonnages prévus et la répartition des tâches entre partenaires (de différentes disciplines et/ou de différents pays) bien précisés, au lieu que les ajustements ne soient laissés à la première année de contrat — comme cela est courant —, ce qui réduit d’autant le temps effectif de la recherche ; la constitution des partenariats, enfin, tant en ce qui concerne les équipes spécialistes des terrains envisagés que celles devant contribuer à la pluridisciplinarité. Il est bien trop tard, quand le projet est déjà engagé, de s’apercevoir qu’il y a des désaccords du type de ceux que nous avons précédemment énoncés. Or ces désaccords se révèlent souvent parce qu’ils n’ont pas été anticipés, cette lacune résultant à son tour de ce qu’il arrive fréquemment qu’une majorité des membres des équipes participantes ne se connaissaient pas avant le démarrage du projet, ou bien n’avaient fait connaissance qu’à l’occasion de rencontres scientifiques (séminaires, colloques) n’impliquant pas une collaboration approfondie et de long terme, laquelle, seule, est susceptible de favoriser la construction de la confiance entre les participants et de la cohérence dans leurs choix scientifiques.

Haut de page

Notes

1  ANR, Pierre Signoles et André Quesnel (dir.), « Les Suds, aujourd’hui. Retour critique sur les problématiques et les méthodologies de quelques programmes de recherche », Tiers Monde, numéro Hors-Série, Paris, A. Colin, 2016.

2  Nous laisserons ainsi volontairement de côté la question des relations, souvent complexes et parfois conflictuelles, que les chefs de projet doivent établir et maintenir avec leurs tutelles (organismes de recherche, universités) et leurs différentes composantes (conseils scientifiques, services de la recherche et des relations internationales, agences comptables…).

3  Les conditions exceptionnelles que les états de guerre ou l’apparition de conflits armés, les révolutions, les trafics divers sont susceptibles d’imposer à certains projets de recherche ne seront pas abordés ici.

4  La qualification d’équipe française ne préjuge pas de la nationalité de ses membres ; elle peut en effet comporter en son sein des chercheurs d’autres nationalités. Quant aux partenariats, ils peuvent associer une équipe française à une autre, mais aussi à une équipe européenne ou à des équipes de différents pays des Suds.

5  Denis Retaillé, s. v. « Comparatisme », dans Jacques Lévy et Michel Lussault (dir.), Dictionnaire de la géographie et de lespace des sociétés, Paris, Belin, 2003, pp. 187-188.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Signoles, « Avantages et inconvénients du système de financement de la recherche sur projet »,Mélanges de la Casa de Velázquez, 47-1 | 2017, 337-342.

Référence électronique

Pierre Signoles, « Avantages et inconvénients du système de financement de la recherche sur projet », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 47-1 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/mcv/7545

Haut de page

Auteur

Pierre Signoles

Professeur émérite, université de Tours, responsable à l’ANR du programme « Les Suds, aujourd’hui »

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals