Navegação – Mapa do site
Actualité de la recherche
Débats. Le financement de la recherche sur projets : pourquoi et comment ?

Les Investissements d’Avenir : une chance pour les SHS

Jean-Claude Rabier
p. 349-351

Texto integral

1Conçu comme l’un des moyens de répondre à la crise de 2008, le Programme Investissements d’Avenir (PIA) lancé en 2010 contribue d’une manière sans précédent au développement des établissements d’enseignement supérieur et de la recherche. Doté de 35 milliards d’euros en 2010 et de 12 milliards d’euros en 2014, il consacre plus de 25 milliards d’euros à la recherche proprement dite, sommes auxquelles s’ajoutent les financements de valorisation des résultats de celle-ci. Déjà remarquable par les montants en jeu, le programme l’est aussi par plusieurs de ses aspects. D’abord, par la forme du financement, dont seule une petite partie est versée sous la forme de subvention, le reste correspondant à des placements dont seuls les intérêts sont consommables. Ce qui garantit, pour la première fois à notre connaissance dans le système de financement de la recherche français, la pérennité des versements aux établissements et aux chercheurs. Ensuite, le recours, pour l’essentiel, aux appels à projet pour la sélection des opérations ou des recherches. Si cette forme de sélection n’était pas complètement étrangère aux pratiques de la recherche, son extension était faible, en particulier dans les sciences humaines et sociales. Les appels du Commissariat général au plan, des agences et de divers organismes, dits « Actions concertées », correspondaient à des appels à projets, mais hors quelques disciplines, avaient peu d’écho. À partir de 2005, l’Agence nationale de la recherche ancrait la formule dans les pratiques des chercheurs, avec un succès plus important qu’attendu. Le PIA étend la formule à tous les domaines, des établissements aux équipements, des projets de recherche aux laboratoires. Troisième aspect novateur, la sélection des projets est effectuée par des jurys internationaux, constitués de chercheurs reconnus dans leur discipline et, lorsque cela est pertinent, de représentants des mondes sociaux, culturels et économiques de notoriété internationale. La procédure est, aux dires même des membres des jurys, sans aucun équivalent dans le monde de la recherche ; elle assure une sélection sans aucun (ou presque) des biais induits par les interconnaissances entre chercheurs nationaux d’une même discipline. Enfin, le programme met en place un suivi et une évaluation continue des projets sélectionnés, assurés par les personnels scientifiques de l’Agence nationale de la recherche et par les membres des jurys de sélection.

2Les compétences du PIA sont étendues : opérations de structuration spatiale (plateau de Saclay, opération Campus), création d’établissements de niveau international (initiatives d’excellence, instituts hospitalo-universitaires), développement de recherches ciblées (espace, recherche aéronautique, nucléaire, énergies décarbonées), transfert de technologies (instituts de recherche technologique, sociétés d’accélération du transfert de technologies), formations innovantes.

3Si l’ensemble des dispositifs implique des chercheurs, deux d’entre eux les concernent plus directement, dans toutes les disciplines scientifiques, en ce qu’ils affectent les pratiques de recherche : les laboratoires d’excellence (Labex) et les équipements d’excellence (Equipex). Pour les sciences humaines et sociales l’enjeu était d’importance. Il s’agissait d’abord d’être admis à concourir, ce qui demandait à la fois une adhésion suffisante des chercheurs à la nécessité de proposer des projets nouveaux et une volonté suffisante des chercheurs des autres disciplines scientifiques à admettre que les sciences humaines et sociales puissent concourir. De ces points de vue, le succès a été complet : plus de 250 projets ont été déposés ; le jury international a été subdivisé en sous-jurys représentant les grands champs disciplinaires, les sciences humaines et sociales en obtenant un qui, dès lors, a participé aux débats sur un pied d’égalité avec les autres sciences.

4Les projets d’équipement comme de laboratoire devaient satisfaire à plusieurs critères, certains consubstantiels à la pratique scientifique, d’autres plus novateurs. Les projets devaient correspondre à des objets ou des problématiques nouvelles dans leur formulation, leurs objectifs et devaient identifier les résultats attendus. Ils devaient s’inscrire dans un renouvellement des sciences humaines et sociales par la coopération entre des chercheurs d’horizon, de culture, de discipline et d’histoires différentes et, au-delà, par la participation de partenaires non académiques associés aux recherches. L’ouverture internationale était requise de même qu’une proposition de gouvernance permettant d’atteindre les buts fixés en dépassant les formes et règles administratives des laboratoires existants. Enfin, les postulants devaient convaincre le jury de leur capacité à constituer, à terme, un pôle scientifique de référence dans leur domaine de recherche, national et si possible international. Ces exigences impliquaient de bâtir des projets interdisciplinaires, associant des chercheurs issus de plusieurs unités de recherche, de plusieurs établissements y compris d’établissements non nationaux. La dimension prévisible des financements, leur continuité assurée pour une période longue, les possibilités ouvertes de recruter et de rémunérer de jeunes chercheurs, l’assurance des moyens nécessaires à la constitution d’une réputation scientifique internationale, donnaient aux chercheurs, pour la première fois dans les sciences humaines et sociales, les possibilités d’engager une véritable avancée scientifique.

5Nouveauté également que la reconnaissance, au travers de l’appel Equipex, de la nécessité pour les sciences humaines et sociales de disposer d’équipements lourds, accessibles à tous, pour réaliser les recherches. En deux vagues, 13 équipements ont été sélectionnés par des jurys spécifiques. Leur diversité témoigne des besoins qui existaient sans être, à l’exception de quelques cas, reconnus. On trouve ainsi des équipements bibliographiques, de données numériques, d’archives historiques, d’imagerie satellitaire géographique, de traitement des langues, d’analyse du patrimoine, désormais disponibles pour l’ensemble de la recherche.

6Les Laboratoires d’excellence sont sans doute le plus important changement potentiel de la structuration académique des sciences humaines et sociales. Au total, 41 Labex ont été sélectionnés par le jury et doté de 322 millions d’euros. Ils confirment l’émergence d’un mouvement commencé quelques années plus tôt de coopération entre chercheurs d’horizons différents. Aucun des laboratoires n’est mono-partenaire. Ensemble, ils réunissent 334 partenaires, la plupart appartenant au monde académique, quelques-uns représentant des collectivités locales, des musées, la Bibliothèque Nationale ou les Archives Nationales, mais en aucun cas des entreprises du secteur productif. Les humanités et les sciences sociales associent 10 partenaires en moyenne alors que, peut-être paradoxalement, les laboratoires d’économie n’en comptent que la moitié. Ces collaborations sont cependant trouvées dans un espace géographique restreint à la région, un quart des laboratoires engageant des coopérations nationales, aucun ne proposant dès l’origine de partenaire étranger.

7Comme pour les partenariats, l’interdisciplinarité progresse de manière sensible relativement aux pratiques habituelles du domaine. Un quart des laboratoires restent cependant mono-disciplinaire, principalement en économie et, plus marginalement, dans les sciences du langage. Les associations concernent principalement des disciplines des sciences humaines et sociales mais dans un tiers des cas d’autres domaines scientifiques : sciences et technologies de l’information et de la communication, mathématiques, sciences de l’environnement, santé et sciences pour l’ingénieur.

8Pour les sciences humaines et sociales, le PIA a été l’occasion d’un saut qualitatif et d’un changement dans les perspectives organisationnelles. Elles ont tiré leur épingle du jeu en se faisant reconnaître parmi les autres disciplines scientifiques, en obtenant un taux de sélection des projets déposés semblable à celui des autres disciplines, en recevant des financements significatifs et aux contraintes suffisamment ouvertes pour permettre le développement de recherches originales, en dépassant les contraintes de chacune des disciplines pour formuler de nouveaux objets et de nouvelles approches. Il reste un défi à relever, celui de développer les acquis, de conserver les structures nouvelles et le niveau de la recherche.

Topo da página

Para citar este artigo

Referência do documento impresso

Jean-Claude Rabier, « Les Investissements d’Avenir : une chance pour les SHS »,Mélanges de la Casa de Velázquez, 47-1 | 2017, 349-351.

Referência eletrónica

Jean-Claude Rabier, « Les Investissements d’Avenir : une chance pour les SHS », Mélanges de la Casa de Velázquez [Online], 47-1 | 2017, posto online no dia 01 Janeiro 2018, consultado o 17 Janeiro 2018. URL : http://journals.openedition.org/mcv/7551

Topo da página

Autor

Jean-Claude Rabier

Professeur de sociologie, université de Lyon 2, coordinateur scientifique des Investissements d’Avenir (SHS), responsable du département SHS de l’ANR (2012-2014)

Topo da página

Direitos de autor

© Casa de Velázquez

Topo da página
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals