Navigation – Plan du site
Dossier. Les sociétés démocratiques en France et en Espagne : fragilités et mutations

Avant-propos. Les nouveaux défis de la démocratie

Los nuevos desafíos de la democracia
The new challenges for democracy
Michel Wieviorka
p. 9-18

Résumés

Durant la Guerre froide, la démocratie a été envisagée essentiellement comme le contraire du communisme ou du totalitarisme, elle ne nécessitait apparemment pas de grandes réflexions. En 1989, du coup, Francis Fukuyama a pu affirmer que la chute du Mur signifiait « la fin de l'Histoire », le triomphe de la démocratie (et du marché). Mais aujourd'hui, nous devons bien admettre que ce n'est pas si simple : la démocratie n'est pas capable de régler parfaitement ou facilement bien des grands défis contemporains. On le verra à propos de l'économie (chômage, injustices, inégalités), des identités nationales et des différences culturelles, ou bien encore des mesures que réclament les pouvoirs exécutifs chaque fois que de graves périls menacent la nation et le corps social (terrorisme par exemple).

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Andrzej Wajda, avec son film L’Homme de fer, et Touraine et alii, 1982.

1Dans les années 60 et 70, des dissidents, avec généralement un courage inouï, exprimaient, isolément le plus souvent, leur résistance au totalitarisme en Union soviétique, et dans d’autres pays de son immense Empire. En Pologne, assez différemment, se préparait un mouvement social total, avec le rapprochement des trois grandes composantes qui allaient donner naissance à Solidarnosc : un mouvement démocratique, porté avant tout par des intellectuels, non-violent ; une affirmation nationale, et catholique, qui a pu trouver dans l’élection du pape Jean-Paul II en 1978 une source de confiance en elle-même ; et un mouvement proprement social, ouvrier. Andrzej Wajda, pour ce qui est du cinéma, Alain Touraine, Jan Strzelecki, François Dubet et moi-même pour ce qui est des sciences sociales1 et bien d’autres analystes ont largement décrit ce phénomène de convergence qui a contribué de façon décisive au déclin historique du communisme, bien au-delà de la seule Pologne. Le 30 août 1980 à Szczecin et le 31 août à Gdansk étaient signés les accords historiques qui ouvraient la voie, pour la Pologne, mais pas seulement, de la sortie du communisme.

2À l’époque, la démocratie était avant tout perçue, dans le monde dit occidental, ou bien encore capitaliste, comme le contraire ou l’opposé du communisme. C’était d’une certaine façon le bien, contre le mal, la liberté, contre l’oppression. Et dès qu’on s’éloignait d’un soutien ou d’une identification à l’autoritarisme de certains régimes, ou des idéologies communistes, dans leurs diverses variantes, y compris gauchistes, la démocratie apparaissait comme allant de soi. C’était ce qu’il fallait défendre, ou promouvoir, c’était encore, comme avait dit Winston Churchill dans une formule célèbre, en 1947, la pire forme de gouvernement à l’exception de toutes les autres (« Democracy is the worst form of Government except all those other forms that have been tried from time to time »). La philosophie politique n’avait pas à beaucoup se préoccuper de penser la démocratie.

3Ce qui fait qu’en 1989, à l’occasion de la chute du mur de Berlin, autre moment important de l’histoire de la fin du communisme, un politologue nord-américain, Francis Fukuyama, a pu s’écrier qu’il s’agissait de la fin de l’Histoire. Dans un article publié dès 1989, et dont il développera la thèse principale trois ans plus tard dans un livre, il a expliqué alors que l’humanité est désormais entrée dans une nouvelle ère, celle de la démocratie libérale (et du marché) :

  • 2 « What we may be witnessing is not just the end of the Cold War, or the passing of a particular pe (...)

Ce à quoi nous assistons n’est pas seulement la fin de la Guerre froide, ou l’expiration d’une période particulière de l’histoire de l’après-guerre, mais bien la fin de l’histoire en soi : c’est-à-dire le stade final de l’évolution idéologique du genre humain et l’universalisation de la démocratie libérale occidentale en tant que forme définitive de gouvernement de l’humanité2.‬

4‬Il reste encore de par le monde bien des régimes abjects, autoritaires, totalitaires, dictatoriaux, souvent sanguinaires, mais ils n’ont guère de soutien idéologique au sein des pays démocratiques, alors que les idées de révolution, la violence ou le marxisme comme « dictature du prolétariat » avaient encore une certaine aura à l’Ouest dans les années 70. Apparemment, selon la prophétie de Fukuyama, la démocratie a triomphé, en même temps que la révolution, la violence ou l’islamisme radical sont perçus en dehors des régimes concernés comme des pathologies dangereuses.

  • 3 Simone, 2016, pp. 12-13.

5Mais sommes-nous bien certains du triomphe, et donc de la réussite de la démocratie libérale ? En fait, trente ou trente-cinq ans après la décomposition du communisme « réel », il se passe un phénomène tout à fait important : la démocratie fait apparaître diverses limites, elle est même parfois perçue comme problématique. Et de nombreux esprits s’interrogent non pas sur les meilleures façons d’opposer la démocratie à d’autres régimes, ailleurs, ou en d’autres temps, mais sur ses carences, ses difficultés, ses échecs ou impossibilités peut-être, et sur sa capacité à se surpasser elle-même, à trouver en son sein les réponses à ses problèmes. Certains expriment de grands doutes, font preuve de scepticisme, sans aller pour autant jusqu’à rompre complètement avec l’idéal démocratique. C’est le cas par exemple, pour prendre une référence récente, de Raffaele Simone, pour qui « la démocratie, en tant que paradigme politique, repose sur un système compliqué, courageux et génial de fictions, c’est-à-dire de propositions irréalisables mais porteuses d’un charme irrésistible […] » ; mais si « on la démonte pièce par pièce, elle s’avère un agrégat instable […] leur équilibre est extrêmement fragile ; il suffit de la moindre vibration pour tout défaire »3. Et beaucoup se demandent s’il faut repenser, actualiser l’idée démocratique, ou envisager de nouvelles formes politiques — mais lesquelles ?

La démocratie libérale et le chômage

6La période de la guerre froide a coïncidé durant une trentaine d’années, pour les démocraties occidentales, avec une ère de croissance économique marquée par un modèle de développement industriel qui reposait sur le fordisme et le taylorisme et mobilisait une forte main-d’œuvre non qualifiée. Ce modèle n’a commencé à véritablement donner ses premiers signes d’épuisements qu’à partir du milieu des années 70, avec notamment l’impact du premier choc pétrolier (1973). S’inaugurait alors la sortie des sociétés industrielles, et l’entrée dans des sociétés dites provisoirement « post-industrielles ». En même temps, au cœur même des pays les plus riches, la question du chômage se posait de plus en plus souvent en des termes nouveaux. Pour plusieurs raisons, toutes convergentes, il tendait à devenir structurel, produisant la dualisation de la vie collective avec d’un côté ceux qui continuaient à travailler et à prospérer, et d’un autre côté, des laissés-pour-compte dont l’exclusion ou au mieux la précarité ont constitué des plaies que les gouvernements n’ont guère su comment affronter. Les anciennes villes, quartiers ou banlieues industrielles sont devenues parfois le théâtre de violences urbaines et se sont souvent ghettoïsées, et il semble qu’il n’y ait pas eu de traitement démocratique satisfaisant à apporter à ces questions : là réside une première carence de la démocratie, quand elle apparaît impuissante face à ce qui a pris ensuite l’allure de la crise, surtout à partir de 2008, et de difficultés économiques considérables. C’est ce qui explique une certaine nostalgie, dans les pays de l’ancien Empire soviétique, pour l’époque où l’on accédait automatiquement à l’emploi, à la consommation, à l’éducation pour les enfants, etc. Quand les attentes économiques ne sont pas satisfaites, les électeurs peuvent fort bien souhaiter en grand nombre un pouvoir autoritaire qui leur apportera les gratifications économiques et, sinon, symboliques, qui font défaut — d’où les pulsions nationalistes si puissantes en Russie aujourd’hui, et dans certains pays dont la même Russie, avec l’acceptation plus ou moins active de l’homophobie, de l’antisémitisme ou de la haine de certaines minorités. Si la démocratie est un idéal, un état d’esprit, une mentalité, si elle est un horizon, un mythe aurait dit peut-être Georges Sorel, c’est-à-dire une visée jamais atteinte mais vers laquelle on tend avec espoir, encore faut-il que la réalité ne vienne pas contredire ses promesses. Or depuis les années 70 et 80, les résultats sont loin d’être au rendez-vous, la désillusion gagne, et avec elle, parfois, le rejet ou le refus, l’idée, aussi, que la démocratie est une promesse irréaliste, sinon pour quelques privilégiés qui en tireraient profit. Une idéologie et un mythe, une promesse non tenue à l’avantage de certains, et une façon de concilier sur un mode imaginaire ce qui est inconciliable en réalité.

La démocratie libérale et les minorités culturelles et religieuses

7La démocratie libérale est plus à son aise pour reconnaître des individus, dotés de droits et de devoirs, que pour traiter des identités collectives se développant en son sein, qu’il s’agisse d’ethnicité, de religion, de différence culturelle ou de nation. Quand s’affirme, surgit ou resurgit au sein d’un pays une revendication nationale forte, comme en Écosse vis-à-vis du Royaume-Uni, ou en Espagne avec la Catalogne, la démocratie est mal outillée pour résoudre les tensions et notamment répondre aux demandes d’indépendance : un État-nation peut difficilement accepter de perdre une partie du territoire qu’il tient pour national. Il est vrai que le gouvernement de David Cameron tout comme les indépendantistes écossais ont géré de façon exemplaire, démocratiquement, les demandes écossaises. Mais l’expérience actuelle de la Catalogne fait apparaître clairement les difficultés qu’il y a à assurer une telle gestion, et le plus souvent, la violence vient se substituer à la démocratie quand il s’agit d’action d’une minorité pour obtenir l’indépendance nationale, ou, pour un État, d’y résister.

8Dès la fin des années 60, au Canada, puis dans nombre de sociétés occidentales, et pas seulement, un débat sur le multiculturalisme a agité la pensée démocratique en même temps que s’installaient dans l’espace public toutes sortes d’identités jusque-là plus ou moins ignorées, ou refoulées dans la sphère privée. Est-il possible, s’est-on alors demandé, de proposer un traitement juridique et institutionnel qui donne satisfaction aux demandes de reconnaissance émanant de diverses minorités, culturelles, d’origine nationale, religieuses, ethniques, sans mettre en cause les principes de la démocratie libérale ?

  • 4 Voir par exemple Kymlicka, 1995.
  • 5 Voir par exemple le dossier « Theories of Multiculturalism » publié en 2014 dans le numéro 37 (10) (...)

9Une réponse positive à une telle question de philosophie politique appelle de concilier ce qui pour beaucoup est inconciliable : les valeurs universelles, et en particulier celles qui touchent aux droits de l’homme comme individu, comme citoyen, d’une part, et d’autre part le respect ou la reconnaissance d’identités particulières. Elle n’est pas impossible à formuler, ni théoriquement, ni pratiquement. Théoriquement, la démocratie libérale doit pouvoir accepter de reconnaître des identités particulières, y compris dans l’espace public, dans la mesure où celles-ci acceptent de se plier aux valeurs universelles du droit et de la raison, c’est ce que Will Kymlicka propose dans diverses publications où il plaide pour un « multiculturalisme libéral4 » ; on pourrait dire : un multiculturalisme bien tempéré, porté par un climat politique tolérant, où les minorités coexistent dans le respect de lois qui sont les mêmes pour tous. Et pratiquement, on observe que dans bien des situations locales, les responsables politiques mettent en œuvre une sorte de multiculturalisme non théorisé, concret, empirique, qui consiste à recevoir les représentants de minorités et à accéder à certaines de leurs demandes dans la mesure où cette reconnaissance de facto ne met pas en cause les lois générales5.

10Le choix n’est donc pas nécessairement entre un libéralisme sans concession et le communautarisme, il existe des possibilités intermédiaires qui font qu’on n’est pas obligé, philosophiquement ou politiquement, d’être, comme disent les Anglo-Saxons, ou bien radicalement « liberal », ou bien radicalement « communitarian ». En fait, ce n’est pas la démocratie libérale qui est ici à la peine, mais bien davantage sa capacité à prendre en charge des demandes culturelles, ou religieuses, en évitant deux écueils : celui du communautarisme, négateur du lien social et civique, et celui de l’universalisme abstrait qui, au nom de ses valeurs, se révèle négateur des racines et des ancrages collectifs auxquels beaucoup de personnes souhaitent s’identifier sans pour autant rompre avec les valeurs universelles.

Les limites de la représentation politique

  • 6 Michels, 1911.

11Il y a de longue date une critique de la représentation politique qui ne peut que mettre en cause la démocratie elle-même. Le représentant ne s’affranchit-il pas immédiatement, sitôt élu, des représentés ? Jean-Jacques Rousseau n’est pas le seul à avoir contesté, dans Du Contrat social, le principe de l’élection de représentants, et une immense tradition de philosophie politique critique insiste sur les dérives et les abus inéluctables de la représentation. Il n’empêche : dans toute leur histoire, les démocraties libérales reposent sur des institutions au cœur desquelles se trouvent les lieux de la représentation politique et leur corollaire, les partis politiques. Elles valorisent en effet le principe de la représentation politique, qui implique elle-même un système de partis, comme l’avait expliqué dès le début du xxe siècle Robert Michels dans un ouvrage devenu un classique6. Mais alors que Michels, avant de virer au fascisme, avait insisté sur la « loi d’airain » qui fait que toute organisation, y compris donc partisane, se transforme comme inéluctablement en une oligarchie, le problème contemporain est d’une autre nature : il tient à l’épuisement même de bien des systèmes politiques mis en place au nom de la démocratie libérale. Rares sont les pays, en effet, qui échappent à une crise de la représentation politique, et souvent, plus précisément, à l’épuisement du couple classique que forment la gauche et la droite. Ce qui débouche sur plusieurs conséquences.

12Les plus négatives tiennent à la formation de forces politiques qui jouent aux limites du système, au point de se présenter alors assez largement comme anti-systémiques. Ces forces se situent essentiellement à l’extrême droite, même si elles peuvent aussi fonctionner à l’extrême gauche, ou se révéler assez largement inclassables, tant leur populisme fusionne alors des dimensions qui relèvent aussi bien de la droite que de la gauche, comme on le voit aujourd’hui en Italie avec le mouvement « Cinq étoiles » de Beppe Grillo.

13Guère moins inquiétantes, les tendances au rejet et à l’éloignement pur et simple de la politique aboutissent à l’abstention, un phénomène qui concerne non seulement des éléments peu éduqués et marginaux socialement, mais aussi, de plus en plus, des électeurs qui considèrent que l’offre politique ne leur convient en aucune façon. L’abstention devient un comportement politique délibéré, assumé, et ceux qui croient trouver une solution à ce problème en proposant de rendre le vote obligatoire sont dans l’erreur : en plus d’être difficile à mettre en œuvre, l’obligation de voter ne produit pas en elle-même une offre politique qui pourrait satisfaire les électeurs.

  • 7 Simone, 2016, p.215.

14Les carences de la démocratie façonnent ici la post-démocratie, dans laquelle personne ne met en cause les libertés civiques et politiques fondamentales, d’expression, d’opinion, mais où l’action politique devient celle de professionnels — responsables de partis, journalistes, experts, sondeurs… C’est ce qui peut déboucher sur ce qui est parfois aussi appelé la « démocratie de basse intensité » dans laquelle, explique Simone, « les citoyens renoncent petit à petit à tout type de participation […] se reconnaissant impuissants à réparer les défaillances du régime démocratique, s’en lavent les mains »7, mais aussi sur ce que le même auteur nomme la « démocratie volatile » faite d’instabilité, de corruption, de fragmentation des partis.

15Pourtant la démocratie représentative est susceptible de se renouveler, et d’abord en elle-même comme le montre l’expérience espagnole, où les deux forces classiques, le Parti Populaire et le Parti Socialiste Ouvrier Espagnol, à bout de souffle, ont vu surgir récemment de nouveaux partis, Podemos et Ciudadanos, qui créent de nouvelles dynamiques en imposant de nouvelles conceptions de l’action politique — des dynamiques certes fragiles, peu stabilisées, mais qui méritent d’être prises au sérieux.

16De plus, on a vu, depuis les années 80, se multiplier les expériences de démocratie participative et de démocratie délibérative qui viennent apporter l’idée qu’il est possible non seulement de réagir à la crise de la représentation politique, mais aussi et surtout de la dépasser en inventant d’autres façons de faire vivre la démocratie, sans se contenter d’attendre les élections et de confier à des représentants le soin, entre les élections, de conduire les affaires de la Cité. Inspirée parfois par l’expérience brésilienne de Porto Alegre, où un budget participatif, dès 1989, permettait aux habitants de décider d’une partie des dépenses de la ville, mais aussi par la pratique des « Conférences du consensus » et autres « États Généraux » ou bien encore « Conférences citoyennes », la démocratie participative ou délibérative a fait l’objet d’importantes réflexions de philosophie politique depuis les années 80, y compris de la part de Jürgen Habermas. Elle apporte la possibilité d’une intervention directe des citoyens, sans médiation, au point d’être parfois rapprochée de la démocratie directe, pourtant très différente, qui écarte la représentation politique avec des pratiques référendaires, ce qui est notamment le cas en Suisse, avec les « votations » et autres « initiatives populaires ».

17Mais la démocratie délibérative et participative, ou la démocratie directe, ne résolvent pas tous les problèmes des temps présents ; elles exigent une réelle implication, un désir d’action politique que tous les citoyens ne possèdent pas, elle est compliquée à organiser, même si Internet ouvre de nouvelles perspectives. Elles reposent sur des postulats difficiles à concrétiser, notamment s’il s’agit de l’information et de la capacité d’expression qui devraient être les mêmes pour tous, ce qui est utopique. Elles en appellent à la recherche de consensus, qui ne sont pas toujours possibles, elle ne laisse guère de place au conflit. Et elles peuvent déboucher sur des résultats certes démocratiques, mais qui peuvent inquiéter, on le voit quand un référendum donne toute sa place à la xénophobie. Le vote référendaire sur le Brexit au Royaume-Uni a ainsi été précédé d’une campagne démagogique et mensongère, au point qu’une partie de ceux qui avaient opté pour le « oui » se sont retrouvés avec la gueule de bois, en regrettant leur vote.

18Le rôle d’Internet et des technologies nouvelles de communication est lui-même ici ambivalent : ils apportent certes la capacité de communiquer de manière interactive à une échelle illimitée, et sans délai, ce qui est une ressource considérable pour la vie démocratique. Mais ils autorisent aussi les pires dérives, les campagnes de haine sur les réseaux sociaux, la délation, le mensonge, en même temps qu’ils apportent des modalités inédites, non moins impressionnantes, de surveillance des individus et de contrôle social, comme le révèlent ceux qu’on appelle des « lanceurs d’alerte » (Whistle blowers), tel Edward Snowden.

Les dilemmes de la souveraineté du peuple

19Aussi longtemps que la démocratie oppose des forces politiques ou mobilise des individus qui partagent les mêmes valeurs, le résultat d’une élection, d’un référendum, d’une délibération participative a force de loi, et doit être accepté par tous. Mais que faire si le peuple décide de se confier à un parti raciste, xénophobe, susceptible de se muer très vite en pouvoir brutal, dictatorial ou totalitaire ? La question n’est pas neuve, il suffit de rappeler qu’Adolphe Hitler a été élu. Ce qui constitue une des difficultés de la démocratie actuelle est précisément qu’elle est utilisée par des partis politiques qui prônent une société fermée, une nation homogène, la restriction des droits civiques à certains citoyens seulement, le rejet des immigrés, le manque de tolérance religieuse. Et qu’à partir de là, l’autoritarisme n’est jamais très loin. La souveraineté populaire peut heurter les valeurs d’égalité, de justice ou d’humanisme qui fondent généralement la démocratie, tout en étant mise en œuvre de manière parfaitement démocratique, on le redécouvre aujourd’hui chaque fois qu’une force nationaliste s’approche du pouvoir, ou y participe en vertu d’accords électoraux.

La démocratie libérale et la séparation des pouvoirs

20La démocratie libérale repose sur le principe de la séparation des pouvoirs, et notamment sur l’indépendance de la justice. Mais lorsqu’un pays est soumis à une forte menace, externe et/ou interne, réelle ou amplifiée par exemple par les médias, lorsque la panique morale est forte, ce principe est contesté par le pouvoir exécutif au nom de l’intérêt supérieur de la nation et de l’État.

21Or depuis les années 60, les démocraties occidentales (et pas seulement elles bien sûr) sont confrontées à des phénomènes de terrorisme qui, dès les années 90, et avec un premier sommet lors des attentats du 9/11 (le 11 septembre 2001 aux États-Unis) sont devenus globaux. Le terrorisme est une menace face à laquelle les pouvoirs en place, poussés par une opinion angoissée et demandant des mesures de protection, répondent vite en bafouant le principe de séparation des pouvoirs. L’exécutif demande alors à avoir les coudées franches, et à ne pas être entravé dans son action par le pouvoir judiciaire ou par le législatif. Les démocraties libérales n’ont à ce jour rien inventé face à ce type de dérives, dont on a eu des illustrations récentes aux États-Unis, avec le Patriot Act voté en octobre 2001 après les attentats du 9/11, et renouvelé par le Congrès en 2006 et 2011, une loi antiterroriste restreignant les libertés individuelles et limitant les droits de la défense. De même, les attentats de 2015 et 2016 en France ont-ils encouragé une dérive droitière du pouvoir, et des propositions de mesure (sur la déchéance de nationalité, l’état d’urgence, les mesures d’exception) amoindrissant l’autonomie et les prérogatives des pouvoirs législatif et judiciaire.

Vers un renouveau de la démocratie libérale ?

22Ainsi, on peut dire que l’espace de la démocratie libérale à coup sûr se transforme, sinon qu’il se rétrécit, ou au contraire qu’il s’étend. Cette transformation est commandée par des évolutions qui se sont réellement renforcées avec la fin de la guerre froide. Ces évolutions peuvent elles-mêmes être lues de deux façons complémentaires, par le haut et par le bas.

23Par le haut : la globalisation, en assurant le triomphe du capitalisme financier, et sa relative autonomie, affaiblit la capacité des États à constituer le cadre principal de la vie des individus. Nous sommes soumis à ce que le sociologue Ulrich Beck appelait la « cosmopolitisation » du monde, au fait que chaque individu, pour penser son existence, doit prendre en considération des logiques mondiales, planétaires, des menaces et des risques globaux par exemple : terroristes, nucléaires, climatique, etc. Mais si notre existence devient ainsi globale, comment attendre de la démocratie libérale, qui fonctionne dans le cadre principal de l’État-nation, qu’elle vienne en organiser l’essentiel ? La construction européenne, qui propose précisément un espace intermédiaire entre les vieilles nations et le monde, se heurte justement à cette question, elle donne l’image d’une tentative pour construire à une nouvelle échelle un système démocratique — mais, comme chacun sait, cette construction est décevante, technocratique et éloignée des citoyens.

24L‘espoir ne doit-il pas alors être cherché par le bas, là où des mouvements sociaux, culturels, éthiques pourraient animer une vie démocratique renouvelée ? Il est vrai que la démocratie est d’autant plus vivante qu’elle vient mettre en forme des demandes qui ne sont pas seulement politiques. La force de Solidarnosc, il y a trente-cinq ans, était de conjuguer des demandes politiques à d’autres, sociales, ou nationales, à des convictions religieuses et éthiques. Celle des grands partis de gauche dans le passé, en Europe, a été qu’ils s’adossaient souvent sur un mouvement ouvrier puissant — c’est le modèle social-démocrate. Et si l’Espagne donne aujourd’hui plus que d’autres pays en Europe l’image d’une certaine capacité à relancer la démocratie représentative, c’est peut-être parce qu’au départ, depuis 2011, il existe une mobilisation collective à la fois sociale et culturelle — les Indignados.

25Disons-le autrement : la crise de la démocratie libérale, aujourd’hui, dans bien des pays, entretient un lien étroit avec la crise ou le manque de mouvements et de conflits, qu’ils soient sociaux ou culturels.

26En septembre 1981, j’ai été invité comme expert — je pense avoir été le seul étranger à avoir été invité à ce titre — pour participer au Congrès de Solidarnosc, à Gdansk — un Congrès qualifié à Moscou d’« orgie antisocialiste et anticommuniste ». J’y ai vu et entendu Lech Walesa montrant depuis la tribune aux mille congressistes, au moment d’élire le Président de Solidarnosc, que les urnes n’étaient pas bourrées et expliquant que, contrairement à la pratique soviétique et communiste, une décision importante comme celle-ci devait être prise démocratiquement, par vote à bulletins secrets. Et il faisait comprendre que la démocratie est lourde, coûteuse, car ce type d’opération de vote exige un temps considérable. Mais il était clair qu’il s’agissait d’un progrès immense. Trente-cinq ans plus tard, nous qui vivons en démocratie, savons-nous toujours bien comment tirer le meilleur profit de ce type de progrès ?

Haut de page

Bibliographie

Fukuyama, Francis (1989), « The End of History? », The National Interest, 16, pp. 3-18.‬

Kymlicka, Will (1995), Multicultural Citizenship: a Liberal Theory of Minority Rights, Oxford, Oxford University Press.

Michels, Robert (1911), Zur Soziologie des Parteiwesens in den modernen Demokratie, Leipzig, Klinkhardt.

Simone, Raffaele (2016), Si la démocratie fait faillite, Paris, Gallimard.

Touraine, Alain, Dubet, François, Wieviorka, Michel, Strzelecki, Jan (1982), Solidarité. Analyse d’un mouvement social. Pologne 1980-1981, Paris, Fayard.

Haut de page

Notes

1 Voir Andrzej Wajda, avec son film L’Homme de fer, et Touraine et alii, 1982.

2 « What we may be witnessing is not just the end of the Cold War, or the passing of a particular period of post-war history, but the end of history as such: that is, the end point of mankind’s ideological evolution and the universalization of Western liberal democracy as the final form of human government » (Fukuyama, 1989, trad. française de l’auteur de cet article).‬‬

3 Simone, 2016, pp. 12-13.

4 Voir par exemple Kymlicka, 1995.

5 Voir par exemple le dossier « Theories of Multiculturalism » publié en 2014 dans le numéro 37 (10) de la revue Ethnic and Racial studies.

6 Michels, 1911.

7 Simone, 2016, p.215.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Wieviorka, « Avant-propos. Les nouveaux défis de la démocratie »,Mélanges de la Casa de Velázquez, 47-2 | 2017, 9-18.

Référence électronique

Michel Wieviorka, « Avant-propos. Les nouveaux défis de la démocratie », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 47-2 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 22 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/mcv/7671

Haut de page

Auteur

Michel Wieviorka

Fondation Maison des sciences de l’homme, Paris

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals