Navigation – Plan du site
Dossier. Les sociétés démocratiques en France et en Espagne : fragilités et mutations

Présentation

Mathias Rull
p. 19-27

Texte intégral

1De nos jours, affirmer que les systèmes démocratiques occidentaux sont en crise n’a rien de novateur. Déjà, au milieu du xxe siècle, certains intellectuels de pays possédant une longue tradition démocratique dénonçaient les faiblesses de ce type de gouvernement. Jean-Paul Sartre le fit en 1952 dans un article intitulé « Sommes-nous en démocratie ? » (Les temps modernes, no 78). Et la critique ne venait pas que de penseurs « alternatifs » : le philosophe Jacques Maritain, peu susceptible de tendances révolutionnaires (son œuvre est associée à l’avènement de la doctrine démocrate-chrétienne), regrettait dès 1945 que « la tragédie des démocraties modernes [était] qu’elles n’ont pas encore réussi à réaliser la démocratie » (Christianisme et démocratie, Paris, Paul Hartmann Éd.).

2Néanmoins, pendant les premières décennies suivant la deuxième guerre mondiale, ces critiques étaient confinées à des cercles intellectuels restreints et sans portée médiatique. La démocratie libérale vivait alors une époque faste : deux régimes totalitaires qui la menaçaient à l’échelle planétaire s’étaient écroulés (le fasciste italien et le nazi allemand), et l’économie de ce que l’on dénomma alors le premier monde connaissait une période de croissance prononcée et durable, les Trente Glorieuses. Les rares critiques formulées ne survenaient d'ailleurs que dans les pays occidentaux qui vivaient déjà en démocratie. Elles apparaîtraient bien plus tard dans les nombreux États qui, comme l’Espagne, ne pratiquaient même pas l’élection libre et concurrentielle de leurs autorités.

Le questionnement croissant des démocraties française et espagnole

3En réalité, le mécontentement social envers le système démocratique s’est progressivement accru au cours du dernier quart du siècle passé. Ce rejet croissant dut beaucoup à la réapparition, l’ancrage et l’approfondissement de problèmes socio-économiques aux effets notoires sur la qualité de vie des populations : le chômage, la précarisation du travail et l’accroissement des inégalités. Ce nouveau cycle débuta en 1973 avec le premier choc pétrolier et il se poursuit jusqu’à nos jours, ce même si les pays les plus développés ont connu, outre des périodes de récession économique, d’autres de reprise voire de légère croissance.

4Pendant plus de quarante ans, les gouvernements successifs des démocraties occidentales n’ont pas mis en œuvre de solutions globales et durables aux difficultés matérielles rencontrées par une partie non négligeable de leurs concitoyens. Et cette incapacité des élus à résoudre ces problèmes a entraîné une perte de confiance croissante envers les politiciens d’abord, puis de plus en plus, après avoir donné leur chance à diverses familles politiques, envers le système lui-même. La démocratie instituée, à savoir, la démocratie représentative, s’avérait être amplement impuissante pour affronter les défis des sociétés post-modernes.

5Les travaux des intellectuels consacrés aux dysfonctionnements du système politique se sont alors multipliés, en particulier dans les démocraties les plus anciennes. En France, les titres des ouvrages de plusieurs figures de proue de l’intelligentsia sont révélateurs des inquiétudes concernant le devenir de cet État-Nation historique : La démocratie contre elle-même (Marcel Gauchet, 2002, Gallimard), La haine de la démocratie (Jacques Rancière, 2005, La Fabrique) ou encore La contre-démocratie (Pierre Rosanvallon, 2006, Seuil). La jeune philosophe Cynthia Fleury publia de son côté en 2005 Les pathologies de la démocratie (Fayard).

6Les analyses de J. Rancière et de M. Gauchet coïncident dans une large mesure. Tous deux signalent les tensions existant entre un individualisme extrême, produit pour bonne partie de la démocratie elle-même, et l’établissement d’une vie harmonieuse au sein d’une communauté d’égaux (en droits). Par ailleurs, ils pointent du doigt la distance qui sépare les élites dirigeantes du citoyen moyen. Rancière considère même que la démocratie représentative est, par nature, oligarchique, étant donné qu’elle mène à ce qu’une petite minorité gouverne une immense majorité. Ce groupe restreint coïncide avec « la minorité suffisante de démocrates actifs » de laquelle dépend, selon le laboriste britannique Richard Crossman, « le succès des institutions démocratiques ». Rancière observe au sein de ces élites dirigeantes une tendance généralisée à vouloir s’éterniser au pouvoir, ce pour quoi elles procèdent à une réduction des espaces d’interaction entre gouvernants et gouvernés. Ce faisant, elles alimentent le divorce entre ces deux composantes de la société politique. Et elles fragilisent une démocratie qui, à son avis comme à celui de Jürgen Habermas et d’autres, requiert justement le contraire : l’élargissement de la sphère publique, lieu de rencontre entre les responsables politiques et les citoyens.

7Le sous-titre de l’ouvrage de P. Rosanvallon cité ci-avant est également révélateur : « La politique à l’âge de la défiance ». Cette défiance est essentiellement le fruit de deux facteurs. Nous venons de mentionner l’un d’eux : la fracture croissante entre politiques et citoyens. Le deuxième n’est autre que l’absence de réponse satisfaisante des premiers cités aux besoins et aux aspirations des seconds. En d’autres termes, d’importantes tranches de la population française se sentent non seulement non représentées par la classe politique, mais de surcroît pas même écoutées par celle-ci. Ce même constat est établi dans des études portant sur d’autres démocraties occidentales, telles que celle dirigée en 2000 par Robert Putman et Susan Pharr (Disaffected Democracies: What’s troubling the Trilateral Countries?, 2000, Princeton University Press) et les travaux – plus radicaux dans leur critique — de John Holloway (Change the World without Taking Power, 2002, London Pluto Press) ou de Michael Hardt et Antonio Negri (Multitud, 2004, Debate).

8Nous relevons que toutes ces analyses sans exception sont antérieures au cycle de récession économique qui commence à toucher l’Europe à l’automne 2008. Les phénomènes observés ci-dessus n’ont fait que s’accentuer depuis, à mesure que les effets de la crise touchaient des tranches de population de plus en plus larges et s’inscrivaient dans la durée. D’ailleurs, avant « la crise », les déficiences du régime démocratique constituaient un champ d’étude encore peu développé en Espagne. Quelques voix s’étaient bel et bien élevées pour signaler des évolutions inquiétantes. C’est le cas de Salvador Giner qui, en 1996, abordait dans sa Carta sobre la democracia (Ariel) des problèmes tels que la corruption et, à nouveau, l’éloignement entre gouvernants et gouvernés. En 2000, c’est au tour de la Revista de Occidente de consacrer son numéro 227 au sujet « Désaffection politique et qualité de la démocratie ». Cette même année, le politologue Fernando Vallespín détectait l’existence dans ce pays d’une certaine « fatigue civique » (expression employée au préalable par M. Gauchet). Néanmoins, cette fatigue prenait alors plus la forme d’un désintérêt que d’un mécontentement. L’immense majorité des Espagnols, à défaut de se satisfaire de leur système politique, s’en accommodait.

9Deux éléments au moins expliquent cette indulgence. Le premier tient à l’amélioration notoire du niveau de vie des Espagnols qui a caractérisé la période postfranquiste. Tandis que les nations européennes enduraient de plein fouet les chocs pétroliers de 1973 et de 1979, l’Espagne voyait les conséquences de ceux-ci en partie compensées par la sortie définitive de son isolement, produit précisément de la fin du franquisme. Elle engageait alors un processus de modernisation et d’insertion internationale de son économie, processus qui allait franchir un cap décisif avec l’entrée du pays dans la Communauté Européenne en 1986. L’Espagne intégrait ainsi le « premier monde » et une large partie de sa population vit le degré de satisfaction de ses aspirations matérielles augmenter considérablement. Certes, les fondations de cette économie moderne demeuraient fragiles et le pays traversa des périodes très difficiles, avec notamment des taux de chômage particulièrement élevés, à la fin des années 1970 ou encore au début des années 1990. Pour autant, seule une infime proportion d’Espagnols envisageait le retour à l’ancien régime (national-catholique) comme étant la solution à ces problèmes économiques. Le deuxième facteur de tolérance des imperfections de la démocratie espagnole était précisément le souvenir très présent de la dictature et de ses méfaits. Contrairement à leurs voisins du nord, les Espagnols avaient pu comparer dans la pratique ce que signifiait vivre sous une dictature décadente ou dans une démocratie balbutiante. Et la préférence de l’immense majorité d’entre eux était nette. L’Espagne était donc une démocratie jeune et, en partie de ce fait même, tolérante envers elle-même.

Depuis 2008 : de la crise économique à la crise démocratique

10Cependant, les éléments favorables à cette tolérance se sont estompés de manière pratiquement simultanée. La crise économique mondiale qui, à partir de 2008, touche de manière accentuée ce pays en raison de l’explosion de sa bulle immobilière (pilier principal de la croissance économique préalable), provoque un appauvrissement notoire de très larges pans de la société espagnole. Cette régression prend un caractère durable, puisque neuf ans plus tard le chômage reste très élevé (même s’il repasse sous la barre des 20 % mi-2016). Quant aux nouveaux emplois créés, leur qualité s’est nettement détériorée par rapport à la décennie précédente, en termes aussi bien de conditions de travail que de rémunération. Cette réduction importante de bien-être touche plus particulièrement les plus jeunes et les travailleurs peu qualifiés de plus de 50 ans. Les seconds ne conservent qu’un vague souvenir d’un franquisme tardif qu’ils ont peu connu. Quant aux seconds, ils ont toujours vécu en démocratie. L’argument, souvent utilisé dans le passé, selon lequel, quoi qu’il arrive, l’on vit mieux en Espagne que du temps du caudillo, n’a plus aucune valeur pour eux. Les plus jeunes se rendent même compte qu’il est fort possible que, pour la première fois depuis très longtemps, leur génération vive plus mal que celle de leurs parents. Et ils n’hésitent pas à responsabiliser les élites politiques, désormais démocratiques, de la réduction de leurs opportunités.

11La hausse de ce mécontentement social est par conséquent un signe de maturité de la démocratie espagnole. Celle-ci n’est plus perçue comme une option politique parmi d’autres, un projet, une expérimentation à laquelle on pardonne excès et errements. Elle est devenue une réalité résolument établie : les citoyens exigent d’elle responsabilité et efficacité. La France étant une démocratie plus ancienne, elle a atteint plus tôt l’âge adulte et essuyé de plus longue date les critiques. C’est là une des différences qui rendent intéressant le traitement dans un même ouvrage des défis auxquels sont confrontées de nos jours ces deux démocraties : la « centenaire » française et la « jeune adulte » espagnole. Malgré d’autres divergences entre les deux pays, il y a aussi suffisamment d’éléments communs et de tendances semblables pour que l’on puisse établir des parallèles et envisager un enrichissement mutuel des analyses. Ainsi, tous deux sont de culture latine et comptent une législation et une justice de tradition romaine. Comparés à la moyenne européenne, les Espagnols comme les Français adhèrent peu à des organisations sociales, et moins encore si elles sont de nature politique, mais en revanche s’impliquent davantage dans des actions isolées de type contestataire telles que les manifestations et les grèves. Plusieurs articles de ce dossier portent sur d’autres phénomènes communs aux deux pays. Ils se focalisent à chaque fois sur le pays où le sujet abordé est présent de plus longue date et/ou de manière plus prononcée. Leurs conclusions peuvent donc s’avérer utiles au traitement futur de la même thématique de l’autre côté de la frontière.

Des régressions sociales…

12La première partie du dossier aborde donc certaines des problématiques sociales qui se sont considérablement aggravées depuis le début de la récession économique en 2008. Luis Enrique Alonso analyse l’évolution récente des droits sociaux des citoyens européens, en particulier en termes d’accès aux services sociaux. Il ne se contente pas de constater une diminution de la qualité et de la couverture de ces services, diminution généralisée à l’ensemble des nations d’Europe de l’Ouest. Il observe de surcroît une utilisation idéologique de la réduction des budgets publics visant à transférer certains de ces services sociaux au secteur privé. L’État-providence s’en retrouve affaibli par ses précurseurs (les pays européens) et évolue vers un modèle social qui tient plus de la charité que de la garantie de droits inhérents à toute personne. Bien que ce nouveau paradigme n’en soit qu’à ses premières avancées, L. Alonso détecte d’ores et déjà ses premiers effets négatifs, tant sur les peuples européens que sur le fonctionnement de leurs États. Dans la mesure où, l’auteur nous le rappelle, ces mêmes États avaient fixé la justice sociale comme étant l’une de leurs finalités fondamentales, la diminution de celle-ci contribue logiquement à ce qu’un nombre croissant de citoyens ne soient pas satisfaits par l’action de leurs gouvernements.

13María Luz Morán y Laura Fernández de Mosteyrín posent quant à elles leur regard sur un de ces droits sociaux fondamentaux, le droit à un emploi (digne), et sur une catégorie en plein essor au sein de la population espagnole : les jeunes diplômés de l’enseignement supérieur. Ayant consulté un échantillon de cette population par une méthode de production écrite novatrice, elles observent d’abord combien le manque d’opportunités dans leur pays rend de plus en plus présente dans leurs projections dans le futur la possibilité d’émigrer. Les auteures analysent comment cette éventualité est envisagée et perçue. Elles se penchent également sur l’impact de cette perspective de déracinement sur leur processus de socialisation. Concernant la composante politique de cette socialisation, elles détectent un effet de cette potentielle migration qui peut surprendre au premier abord. En effet, le fait de ne pas se projeter sur un territoire établi ne semble pas avoir dans leur cas, comme c’est habituel, d’effet inhibiteur de leur implication collective. C’est même le contraire qui se produirait. M. L. Morán et L. Fernández de Mosteyrín ne cachent pas le caractère préliminaire de cette partie de leur étude. Cependant, avec celle-ci, elles pointent du doigt une ligne de recherche aussi stimulante qu’inexplorée.

14L’exil des jeunes — et par conséquent de citoyens du présent et du futur — est un phénomène bien plus restreint en France même s’il existe aussi, précisément parmi les plus qualifiés. En revanche, le sujet abordé par François Dubet est bien plus ancien et répandu au nord des Pyrénées que dans la péninsule Ibérique. Il s’agit de l’acceptation par une société démocratique des groupes sociaux et des individus qui présentent des particularités identitaires. C’est-à-dire ceux qui se distinguent de la majorité par leur orientation sexuelle ou, bien plus souvent, par leur origine nationale ou ethnique, ou par leur religion. Nous pénétrons ici le champ des droits culturels. L’auteur reprend d’abord le débat entre les deux voies empruntées par les sociétés accueillant de longue date des immigrés pour éviter les discriminations : le modèle anglo-saxon qui reconnaît officiellement les particularités et le français qui cherche à les faire disparaître. Il analyse ensuite comment, dans le contexte actuel de crise économique, le traitement de cette problématique devient plus complexe encore. Le phénomène est également présent en Espagne, avec une tendance à la hausse puisque le pays, historiquement « exportateur » de ressources humaines, est devenu un récepteur d’immigration lors du dernier quart de siècle. Pour cette raison, l’analyse du cas français présentée ici est susceptible d’apporter des éléments utiles au traitement de son équivalent espagnol.

… au renouveau politique

15L’article de F. Dubet clôt la première partie de ce dossier, qui se penche donc sur divers problèmes actuels majeurs que rencontrent les démocraties espagnole et française. Des problèmes qui certes ne sont pas apparus avec la crise économique qui les touche à partir de 2008, mais qui se sont considérablement accentués de son fait. La deuxième partie est consacrée aux (ré)actions de ces deux sociétés européennes face à cette régression de leurs droits fondamentaux. Nous nous concentrons ici sur les phénomènes qui remettent en question la représentation politique telle qu’elle s’était exercée lors des dernières décennies. Le premier n’est autre que le mouvement social espagnol des Indignés, plus communément dénommé en Espagne le « 15-M ». Benjamín Tejerina et Ignacia Perugorría expliquent d’abord comment la concomitance de la récession économique et de la désillusion politique a provoqué que nombre de citoyens soient passés, dans leur relation avec leurs représentants politiques, de la défiance (mise en avant par P. Rosanvallon en 2006) à l’indignation. Ils décryptent ensuite les fruits du 15-M en termes démocratiques, tant sur le plan de la théorie (avec notamment l’analyse critique des faiblesses du système politique espagnol) que sur celui de la pratique. Ils en déduisent que, loin de remettre en cause l’idée de représentation politique en soi, les Indignés aspirent à une rénovation de celle-ci visant à réduire au maximum la distance entre société civile et sphère politique.

16La transcendance du mouvement du 15-M est telle que celui-ci est également mentionné dans deux autres travaux du présent dossier : dans celui de Mathias Rull, en tant qu’école politique, et en ouverture de celui d’Alfonso Pérez-Agote, en sa qualité de germe d’un nouveau groupement politique de premier ordre : Podemos. Après avoir établi cette filiation, l’auteur revient sur les débats et les tensions internes qu’a vécus ce parti au cours de ses deux premières années d’existence. Ce passage en revue lui permet de mettre en évidence les multiples difficultés inhérentes au processus de conversion d’un mouvement social en organisation politique. A. Pérez-Agote conclut en expliquant pourquoi, si Podemos a rencontré un indéniable succès dans la canalisation d’une bonne partie de l’énergie politique du 15-M vers les institutions politiques, le devenir de cette même énergie au sein desdites institutions demeure en revanche très incertain.

17Le principal acteur émergent de la politique française n’est pas passé par ce coûteux processus de mutation, dans la mesure où il n’est le fruit d’aucun mouvement social préalable. Il naît au contraire au sein d’un clan familial de professionnels de la politique : les Le Pen. Le père, Jean-Marie, avait obtenu son premier mandat de député en 1956 à seulement 28 ans. Pour autant, ces politiciens de carrière ont longtemps été des outsiders. Et cette position a d’ailleurs contribué à ce que le Front National capitalise le mécontentement d’une partie croissante des Français. Par l’analyse croisée de résultats électoraux et de données sociodémographiques, Hervé Le Bras recherche à la fois les raisons de cet essor électoral du FN et les caractéristiques de sa base sociale. Son analyse démonte plusieurs des croyances les plus fréquentes concernant le profil de l’électorat frontiste. Il démontre par là même que le soutien à ce parti d’extrême-droite répond à des facteurs multiples, parfois concomitants et encore méconnus pour certains d’entre eux. Une fois établi le besoin de plus de recherche quant aux causes du vote FN, l’auteur se penche sur ses conséquences en termes d’accès aux postes de pouvoir. Des conséquences très éloignées de ce que l’on observe en Espagne, en raison des différences entre les systèmes électoraux des deux pays. Ainsi, tandis que le système proportionnel a contribué à la fin du bipartisme lors des deux dernières élections générales en Espagne (en décembre 2015 puis juin 2016), le système majoritaire français réduit à l’extrême la présence dans les instances de pouvoir de certains acteurs politiques, parmi lesquels un Front National toujours plus populaire. Notons d’ailleurs que ce décalage entre le contenu des urnes et la composition des organes de pouvoir alimente la fracture existant entre l’électorat et les élus et, en conséquence, la sensation d’un nombre croissant de Français de ne pas être représentés dans les institutions.

18Les deux contributions suivantes ne font plus allusion à des acteurs émergents, mais à des procédures politiques novatrices : les mécanismes de démocratie participative. Ceux-ci n’ont donc pas trait directement à l’occupation des postes de représentation. En revanche, ils ont des effets sur le modus operandi de ces postes. Dans une mesure plus ou moins importante, ces mécanismes impliquent l’association de la société civile à l’exercice du pouvoir qu’elle a délégué à ses représentants élus. Il n’existe pas de consensus au sein de la communauté scientifique quant aux vertus démocratiques de ces modalités de gouvernement. Tandis que certains chercheurs émettent de sérieuses réserves, d’autres comme les Français Loïc Blondiaux et Yves Sintomer n’hésitent pas à parler d’un véritable « impératif délibératif » (dans le numéro 57 de la revue Politix, 2002). Dans les faits, des expériences plus ou moins durables et réussies sont menées depuis quelques années dans nombre de pays, explorant ainsi la « voie participative » pour la rénovation des démocraties occidentales. Dans son travail, M. Rull observe l’existence d’un dynamisme particulier en la matière en Espagne, au regard d’autres pays européens dont la France. Il réfléchit alors aux potentiels impacts de cette évolution délibérative sur la représentation politique en Espagne. Il se penche pour ce faire aussi bien sur les processus participatifs mis en œuvre par les pouvoirs publics que sur les revendications sociales pro-démocratie participative. De l’observation de ces deux composantes complémentaires du phénomène, il déduit que, tant qu’ils remplissent certaines conditions qu’il détaille, les mécanismes participatifs peuvent effectivement contribuer non à affaiblir la représentation politique (comme l’affirment certains critiques de la participation citoyenne), mais au contraire à la réhabiliter.

19M. Rull observe que la demande sociale de participation citoyenne, minime au début du siècle, s’est faite plus présente suite à la crise économique. Le travail suivant s’attarde pour sa part sur l’impact de cette crise sur le fonctionnement des mécanismes participatifs mis en œuvre au niveau local en Espagne. Pau Alarcón, Carolina Galais, Joan Font et Graham Smith effectuent une analyse comparative, située entre les dernières années de croissance et les premières de récession, de deux caractéristiques essentielles de processus participatifs andalous, catalans et madrilènes : la nature des demandes formulées par la société civile dans le cadre desdits processus et la réponse que les pouvoirs publics y apportent. Pour ces deux éléments, ils détectent des changements clairement observables. Mais ceux-ci s’avèrent être plutôt limités. D’après les auteurs, le caractère encore ultra-minoritaire de l’action publique définie de manière participative a pu contribuer à ce qu’elle soit relativement épargnée par la crise (tandis que des politiques centrales et coûteuses telles que la santé et l’éducation ont été pour leur part fortement touchées).

20Dès le prologue de ce dossier, M. Wieviorka pointait plusieurs des défis majeurs que pratiquement toutes les démocraties occidentales (dont l’Espagne et la France) doivent actuellement relever pour s’améliorer et perdurer. Il signalait des problématiques essentielles, dans la mesure où elles concernent les droits fondamentaux de la personne (politiques, économiques, sociaux ou culturels). Or, ces dernières décennies, ces démocraties rencontrent des difficultés à assurer l’accomplissement plein et universel desdits droits. Et ces difficultés n’ont fait que s’accroître depuis la crise économique qui débute en 2008, comme en attestent plusieurs articles de ce dossier pour les cas de la France et de l’Espagne. Nombre d’acteurs politiques et de médias ont d’ailleurs adopté un discours fataliste face à cette récession aux multiples facettes — économique, sociale, politique —, avec un certain impact sur les opinions publiques nationales. Mais d’autres contributions présentées ici reviennent sur des réactions à cette crise de ces mêmes sociétés espagnole et française, des réactions visant précisément à protéger, à recouvrer voire à élargir les droits menacés et le bien-être qui en découle. Cette capacité de ré-action devrait donc interdire l’attribution d’un caractère inéluctable à la récession en cours. Elle porte en tout cas à poser un regard moins pessimiste sur le futur proche de ces deux sociétés.

21L’article de contrepoint qui clôt le dossier nous amène également à nuancer la croissante vision négative des démocraties actuelles. Nous extirpant du temps présent (omniprésent dans le dossier) pour resituer la problématique dans le temps long, Philippe Portier nous rappelle que la légitimité de l’autorité publique n’est pas passée instantanément, avec la déclaration de l’indépendance des États-Unis ou la prise de la Bastille, de l’origine divine et dynastique des rois à la souveraineté populaire. L’auteur revient sur les étapes successives que la France a parcourues jusqu’à parvenir à la conception de la légitimité démocratique et de la représentation politique qui prévaut de nos jours dans ce pays (et dans pratiquement tous ses pairs occidentaux). Ce faisant, il signale des avancées et des vertus auxquelles les générations passées ne pouvaient pas même songer.

22Produit de ce cheminement, si les démocraties occidentales sont confrontées aujourd’hui à des défis majeurs, elles comptent également de puissants outils pour les relever. L’un d’eux est sans aucun doute la capacité d’autocritique que ces régimes comportent. « Auto-critique », car elle est interne au système. En effet, les critiques s’expriment dans le cadre de la démocratie existante, et du fait même de son existence. De plus, ils revendiquent habituellement une meilleure démocratie (et non un autre régime politique). Il faut espérer que cette autocritique, en plein essor ces dernières années, ne soit pas le signe de la caducité du modèle, mais au contraire de sa maturité et de sa solidité. Il pourra en être ainsi si, à la capacité d’autocritique, s’ajoute une capacité équivalente d’amendement et de rénovation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathias Rull, « Présentation »,Mélanges de la Casa de Velázquez, 47-2 | 2017, 19-27.

Référence électronique

Mathias Rull, « Présentation », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 47-2 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 18 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/mcv/7691

Haut de page

Auteur

Mathias Rull

Lycée Jules Fil, Carcassonne

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals