Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Débats. Humanités numériques : conservatoire des savoirs et répertoire de la mémoire pour le temps présent

Guerre froide, sécurité nationale et Dirty War

Le retour du passé latino-américain à travers les « documents déclassifiés »
Frédérique Langue
p. 291-296

Résumés

Malgré le succès remporté par les humanités numériques, on oublie souvent le rôle joué par la mise en ligne d’une documentation portant sur les périodes sombres de l’histoire récente. Tel est le cas des documents dits déclassifiés qui ont, depuis les États-Unis, créé les conditions d’un savoir nouveau sur les décennies de Guerre froide, leur restituant une dimension « hémisphérique » autrefois passée sous silence. Les dictatures de sécurité nationale, l’Opération Condor, et les épisodes plus ponctuels de violence (mai 1968 au Mexique), d’interventions (la Baie des Cochons à Cuba), de répression voire de génocide (Guatemala) occupent une place majeure dans la liste des événements tragiques du temps présent. Cet essai tentera d’esquisser une approche critique de ce type de source et d’évaluer leur impact sur la connaissance de ce passé toujours bien présent dans les mémoires, aussi bien en termes de recherche historique que de politiques des droits humains en Amérique latine.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 McSherry, J. Patrice (2005), Predatory States: Operation Condor and Covert War in Latin America, R (...)
  • 2 Menjívar, Cecilia, Rodríguez, Néstor (éd.) [2005], When states kill: Latin America, the US, and te (...)

1Alors même que certains concepts font florès au-delà des cénacles universitaires qui les ont inspirés (Open Access, Big Data, pour n’en citer que les plus en vogue), on oublie souvent que la mise à disposition du public de documents concerne, depuis quelques décennies déjà, des périodes sombres de l’histoire récente de certains pays ou espaces stratégiques, participant de cette mutation silencieuse des savoirs liée aux « humanités numériques/digitales ». Les documents « déclassifiés » ont ainsi, depuis les États-Unis, créé les conditions de nouvelles connaissances sur les décennies de Guerre froide, conférant notamment une dimension « hémisphérique » à la violence politique et à la répression jusqu’alors occultées. Les « États prédateurs » et autres dictatures de sécurité nationale (en vertu du concept de « défense hémisphérique » et d’une Guerre froide conçue comme une IIIe guerre mondiale aux fondements idéologiques)1, l’Opération Condor à partir de 1975 [les dictatures dominant la région, en Bolivie (1971), Uruguay (1973), Chili (1973), Argentine (1976) y rejoignirent celles du Paraguay de Stroessner et du Brésil dans la lutte contre la « subversion marxiste » et le « communisme international », autrement dit contre un ennemi à la fois intérieur et extérieur], et les épisodes plus ponctuels de violence (mai 1968 au Mexique), d’interventions (la Baie des Cochons à Cuba, 1962), de répression et torture, disparitions et assassinats d’opposants, voire de génocide ou ethnocide (Guatemala, 1986) en sont les manifestations les plus tragiques2.

2Cet essai vise à esquisser un tableau de ces ressources digitales, de leur impact sur la connaissance de ce « passé qui ne passe pas » et qui oriente désormais aussi bien les recherches historiques que les politiques des droits humains en Amérique latine, qu’il s’agisse de la « justice transitionnelle » ou de la reconnaissance du statut des victimes. Les humanités dites numériques trouvent ici tout leur sens en tant qu’outils évolutifs de l’historien et lieux de mémoire d’un nouveau genre, portant le débat hors des sphères universitaires. Cette caractéristique n’est pas sans ouvrir la voie à une « histoire publique » dont l’un des défis demeure sans conteste la critique des sources dans un « espace public » démultiplié par les NTIC et investi par des acteurs sociaux non seulement peu familiers du travail de l’historien, médias compris, mais aussi militants.

 

3Dans la configuration créée depuis une décennie, certains sites s’imposent en tant qu’archives digitales, quand bien même la première question qu’ils ne manquent pas de soulever tient à l’exhaustivité et à la sélection des documents mis en ligne, en provenance du Département d’État, de la CIA, de la Maison blanche (220 millions d’enregistrements digitaux recensés de Reagan à Obama) ou du Congrès, mais tout aussi bien de la presse internationale. National Security Archive se présente en ce sens comme un répertoire raisonné et particulièrement vaste d’événements impliquant les États-Unis dans le monde (plus de 104 000 documents enregistrés pour l’ensemble de la planète). Créé en 1985 par des universitaires et des journalistes — d’ailleurs prompts à « couvrir » toute mise en ligne comme en témoignent les articles réguliers du New York Times et autres quotidiens —, rattaché à la George Washington University et en collaboration avec des organismes internationaux de défense des droits humains, NSA est à la fois l’émanation d’un centre de recherche et l’ébauche d’une réflexion sur les archives « digitales » ouvertes à la consultation sur la base du U.S. Freedom of Information Act (en vertu d’une loi fédérale de 1966 et depuis 1967, 50 000 demandes ayant été enregistrées à ce titre)3 et, plus concrètement, en réponse aux interrogations persistantes d’exilés chiliens quant au rôle des États-Unis dans le coup d’État du 11 septembre 1973 : il convient de mettre un terme aux « secrets » inhérents à la doctrine de « sécurité nationale » et à la politique extérieure des États-Unis (« pentagonisation » selon Enrique Serra Padrós) tels qu’ils apparaissent par le biais de la collaboration avec l’armée chilienne et la DINA (Dirección de Inteligencia Nacional, à laquelle succéda la Central Nacional de Inteligencia), sous les administrations Ford et Nixon et lors du coup d’État de 1973.

4Hors du cas d’école constitué par le Chili (des milliers de documents furent déclassifiés par l’administration Clinton, en 1992-1996 et 1996-2000), dans les pays voisins furent impliqués les Servicio de Informaciones de Defensa (SID) et Dirección Nacional de Informaciones e Inteligencia (DNII) qui furent présents en Uruguay ; le Segundo Departamento de Inteligencia del Estado Mayor General de las Fuerzas Armadas (ESMAGENFA) au Paraguay ; la Secretaría de Inteligencia del Estado (SIDE) et la Jefatura II de Inteligencia del Ejército en Argentine (liée à la triple A) ; le Servicio Nacional de Informaciones (SNI), la Central de Informaciones del Exterior (CIEx), et les Departamentos de Orden Político y Social (DOPS) et les « escadrons de la mort » au Brésil.

5Les Electronic Briefing Books4 (au nombre de 550, il en existe pour le Mexique, l’Uruguay, Cuba et le Chili, ce dernier lancé au début des années quatre-vingt-dix, en version digitale et papier5) — en d’autres termes, ces « archives de la terreur » — offrent une vision inédite et pragmatique des relations internationales et hémisphériques. Grâce à une consultation par mots-clés, elles abordent les assassinats perpétrés au Guatemala en 1954 jusqu’à la « déclassification » à l’occasion du 40e anniversaire du coup d’État de 1976 par le président Obama de nouveaux documents prouvant l’implication des États-Unis dans les atteintes aux droits humains en Argentine (la « diplomatie déclassifiée » à la veille du voyage présidentiel, et la Dirty War en mars 2016). Il en est de même concernant le Chili, le Guatemala, le Salvador, et d’autres pays encore : la « diplomatie du baseball » à Cuba, les escadrons de la mort au Guatemala dans les années 1980, la baie des Cochons (avril 1961), le rôle de la CIA, la crise des missiles cubains (1962), le « Raspoutine Fujimori » au Pérou, la guerre et le narco-trafic en Colombie, le massacre de Tlatelolco (Mexico, 1968), Kissinger et la « Dirty War/Guerra sucia » en Argentine (1976), l’assassinat de l’ancien ministre d’Allende Orlando Letelier à Washington et le rôle de Pinochet dans cet assassinat (1976), l’immunité de Pinochet confronté à l’Opération Condor, les États-Unis et l’assassinat du Che, le massacre d’Acteal au Mexique (1997), la prise du Palais de justice de Bogotá par des militants du M-19 (1985), les bébés volés pendant la dictature argentine, le génocide guatémaltèque et la responsabilité du dictateur Rios Montt, Kissinger et le Chili, l’assassinat des jésuites salvadoriens en 1989, ou encore la commission de la vérité au Brésil6.

  • 7 Kornbluh, Peter, Leogrande, William M. (2015), Back Channel to Cuba. The hidden History of Negocia (...)

6Ces sources extrêmement diverses comprennent aussi bien des transcriptions d’enregistrements [conversations de présidents et secrétaires d’État avec leur équipe, dépêches signalées par le sceau secret/sensitive, ne pouvant parfois être lues que par leur destinataire (Eyes Only), de diffusion restreinte à d’autres agences (Nodis) ou à l’étranger (Noforn) bien qu’occasionnellement urgente] que des câbles d’agences ou d’ambassades, ou encore de rapports d’attachés de sécurité. Y sont consignés des éléments de politique extérieure et d’histoire diplomatique et militaire, mais aussi les interventions politiques, idéologiques, doctrinaires, militaires et policières mises en œuvre depuis le nord du continent et leurs répercussions sur le sous-continent depuis la fin de la IIe guerre mondiale. Ces sources permettent ainsi d’en décrypter les conséquences en termes d’atteintes à la démocratie et de violations des droits humains. Rappelons toutefois que ce processus considérable de « déclassification » ne se fit pas sans heurts : la décision du gouvernement Clinton de rendre public des documents relatifs à l’Opération Condor (notamment les « archives de la terreur » concernant le Paraguay en 1992, le dossier du procès Pinochet par le juge Baltasar Garzón et l’arrestation du dictateur en octobre 1998) en juin 1999 rencontra en effet l’hostilité des agences gouvernementales, ainsi que de la National Security Agency7.

  • 8 Calandra, « “It’s not a Part of American History… » ; Osorio, Carlos, Enamoneta, Mariana (éd.) [20 (...)

7Six années furent nécessaires au dévoilement de ces documents sensibles éclairant la « coordination de la répression » par les régimes militaires du Cône sud. La première étape concerna l’Amérique centrale, la deuxième le Cône sud (Chili, avec le fameux Chile Declassification Project, essentiel afin d’appréhender les relations bilatérales avant et après le coup d’État, Argentine, Uruguay), la troisième Cuba et le Mexique (la collection « électorale » de 2006, et la guerra sucia mexicana), les publications ultérieures se centrant sur des événements précis (le génocide guatémaltèque et son procès, les suites archivistiques de l’Opération Condor, la dictature argentine). Les études issues de cette documentation, dont on ne peut que regretter qu’elle ne retienne pas davantage l’attention des chercheurs autres qu’américains ou résidant aux États-Unis, commencent seulement à mettre en évidence les origines transnationales d’une violence d’État. Cette violence demeure cependant indissociable de l’« exportation de la démocratie » telle que la conçurent les dirigeants américains, démocrates compris8.

 

8Les recherches à partir de documents déclassifiés partagent avec le journalisme d’investigation une proximité due aux médiations créées par l’usage de la source. D’où l’importance que revêt l’épistémologie de cette histoire du temps présent dans l’appréhension d’événements réinterprétés, point de départ de nouveaux régimes d’historicité et tout aussi bien de régimes émotionnels étendus, liés aux processus de justice voire de réparation du Nunca más. À une douzaine d’occasions, il a en effet été fait appel à ces sources lors de procès pour génocide et assassinats. Tel fut le cas du Guatemala et de la condamnation de Rios Montt et de l’armée guatémaltèque pour crimes contre l’humanité lors du génocide maya de 1982. La première condamnation sous ce chef d’accusation, en mai 2013, intervient par conséquent trente ans après les faits. Les documents « déclassifiés » sont également à l’origine de la condamnation du Général Videla pour le vol des bébés en Argentine (2012), du procès Pinochet et, nec plus ultra, de l’ouvrage coordonné pour l’UNESCO par le juge Baltasar Garzón sur l’opération Condor. Le dernier procès en date, rendu possible par cette « déclassification », est celui de la dictature argentine (jugement de la Cour suprême argentine sur la « répression multinationale » orchestrée dans le cadre de l’Opération Condor, après trois années d’enquête, en mai 2016)9.

  • 10 Lessa, Francesca, Druliolle, Vincent (dir.) [2011], The Memory of State Terrorism in the Southern (...)

9Avec les archives d’institutions répressives d’État (l’École de la marine argentine/ESMA et autres) que les commissions de vérité ont récemment contribué à mettre en ligne, ces sources déclassifiées et disponibles en ligne « documentent » véritablement la « mémoire du terrorisme d’État » telle que le continent latino-américain l’a tragiquement expérimentée. Elles inspirent désormais, à travers le monde, le travail des commissions de vérité dans la lutte pour la justice et contre l’oubli. D’après le dernier rapport annuel de NSA (2015, ces rapports sont disponibles à partir de 2002), le site aurait été consulté à 49 693 reprises. Pas moins de 900 documents de la base de données furent utilisés cette même année dans le cadre du procès de la dictature argentine et de son implication dans l’Opération Condor (6 au 7 mars 2015, Buenos Aires). En septembre et décembre 2016, toujours grâce aux engagements pris par l’administration Obama (voir sa déclaration du 23/3/2016), de nouveaux documents émanant de la CIA furent à leur tour déclassifiés, confirmant cette fois le rôle de Pinochet dans l’assassinat d’Orlando Letelier quarante ans auparavant : une pierre de plus à l’édifice désormais considérable des archives du terrorisme d’État et des dictatures de sécurité nationale dans le Cône sud, que vient compléter l’ouverture des archives d’autres institutions (Église, Vatican) désormais parties prenantes dans cette écriture de l’histoire des dictatures du Cône sud. Ils montrent également qu’il ne s’agissait pas seulement de « liquider » des opposants mais également des militants d’Amnesty International. En 2017, ce sont les liens de l’Opération Condor non seulement avec les États-Unis mais aussi avec l’Europe sont commencent à être dévoilés10.

Haut de page

Notes

1 McSherry, J. Patrice (2005), Predatory States: Operation Condor and Covert War in Latin America, Rowman & Littlefield Publishers ; Leal Buitrago, Francisco (2003), « La Doctrina de Seguridad Nacional: materialización de la Guerra Fría en América del Sur », Revista Estudios Sociales, 15, pp. 74-87.

2 Menjívar, Cecilia, Rodríguez, Néstor (éd.) [2005], When states kill: Latin America, the US, and technologies of terror, Austin, University of Texas Press.

3 Voir <http://nsarchive.gwu.edu> ; <https://www.foia.gov>.

4 Consultables sur <http://nsarchive.gwu.edu/NSAEBB/index.html>.

5 Kornbluh, Peter (2013), The Pinochet File: A Declassified Dossier on Atrocity and Accountability, New York, The New Press.

6 Voir respectivement : <http://nsarchive.gwu.edu/NSAEBB/NSAEBB546-Obama-declassification-holds-promise-of-new-evidence-on-Argentine-dirty-war/> ; Dinges, John (2012)‬, The Condor Years: How Pinochet and His Allies Brought Terrorism to Three Continents, ‪New York, The New Press‬ ; Daniel Santoro, « Kissinger aconsejó a la dictadura apurar la represión ilegal en 1976 », Clarín, 4/12/2003, <http://old.clarin.com/diario/2003/12/04/p-01001.htm> ; « America’s Role in Argentina’s Dirty War », Editorial Board, New York Times, 17/03/2016, <http://www.nytimes.com/2016/03/17/opinion/americas-role-in-argentinas-dirty-war.html?_r=0> ; Alejandra Dandan, « Los documentos de Washington », Página/12, 3/09/2014, <http://www.pagina12.com.ar/diario/elpais/1-254457-2014-09-03.html>.‬‬‬

7 Kornbluh, Peter, Leogrande, William M. (2015), Back Channel to Cuba. The hidden History of Negociations between Washington and Havana, Chapel Hill, The University of North Carolina Press ; Serra Padrós, Enrique (2007), « As escolas militares dos Estados Unidos e a pentagonização das forças armadas da América Latina », Outros Tempos, 1, pp. 13-31 ; « Justice in Guatemala: Never too late », The Economist, 30/01/2013, <http://www.economist.com/blogs/americasview/2013/01/justice-guatemala> ; Garzón Real, Baltasar (dir.) [2016], Operación Cóndor. 40 años después, Buenos Aires, UNESCO – Centro Internacional para la Promoción de los Derechos Humanos, chap. ii : « El contexto regional: América Latina en tiempos de las dictaduras de seguridad nacional » ; Calandra, Benedetta, « “It’s not a Part of American History that We are Proud of”. Los proyectos de desclasificación estadounidenses (1993-2002) », dans Eugenia Allier Montaño, Emilio Crenzel (coord.) [2015], Las luchas por la memoria en América Latina. Historia reciente y violencia política, México, Bonilla Artigas/IIS/DGAPA/Iberoamericana Vervuert, pp. 329-58.

8 Calandra, « “It’s not a Part of American History… » ; Osorio, Carlos, Enamoneta, Mariana (éd.) [2007], Operación Cóndor en el Archivo del Terror. Continúan surgiendo pruebas de la coordinación represiva de los militares en el Cono Sur usadas en las cortes desde Paraguay, Chile, Argentina, Brasil y Uruguay hasta España, Francia, Italia y Estados Unidos, National Security Archive Electronic Briefing Book no 239 - Part II, <http://nsarchive.gwu.edu/NSAEBB/NSAEBB239b/>.

9 Voir <http://nsarchive.gwu.edu/NSAEBB/NSAEBB551-Operation-Condor-Verdict:-GUILTY!/> ; Carlos E. Cué, « Argentina, primer país que condena a los jerarcas del Plan Cóndor. Un tribunal certifica el pacto de las dictaduras latinoamericanas para asesinar disidentes », El País, 28/5/2016, <http://internacional.elpais.com/internacional/2016/05/27/argentina/1464377638_258435.html>.

10 Lessa, Francesca, Druliolle, Vincent (dir.) [2011], The Memory of State Terrorism in the Southern Cone: Argentina, Chile, and Uruguay, Basingstoke, Palgrave Macmillan ; Ferrara, Anita (2016), Assessing the Long-term Impact of Truth Commissions: The Chilean Truth and Reconciliation Commission in Historical Perspective, Londres, Routledge. Voir aussi notre recension en 2015 dans Caravelle, 105, pp. 228-230, <http://caravelle.revues.org/1883> ; Baltasar Garzón, « El lugar de la verdad, la justicia y la reparación », El País, Madrid, 01/04/2012, <http://politica.elpais.com/politica/2012/03/30/actualidad/1333140803_415996.html> ; Rapport NSA 2015, <http://nsarchive.gwu.edu/nsa/2015%20Annual%20Report.pdf> ; Silvia Ayuso, « Estados Unidos entrega la prueba de que Pinochet ordenó el asesinato de Orlando Letelier. Desclasificados los últimos documentos sobre el asesinato en EE UU del canciller de Allende », El País, 23/09/2016, <http://internacional.elpais.com/internacional/2016/09/23/estados_unidos/1474658001_549935.html> ; Pablo Ordaz, « La Iglesia abre sus archivos sobre la dictadura argentina », El País, 25/10/2016, <https://elpais.com/internacional/2016/10/25/actualidad/1477397403_091562.html> ; Osorio, Carlos, Kornbluh, Peter (éd.) [2016], OPERATION CONDOR: Officials of Amnesty International Targeted for « Liquidation », National Security Archive Electronic Briefing Book no 572, <http://nsarchive.gwu.edu/NSAEBB/NSAEBB572-Declassified-files-show-Operation-Condor-targets-for-assassination/> ; Osorio, Carlos (éd.) [2017], Trump Continues U.S. Declassified Diplomacy with Argentina Operation Condor Considered Expanding into United States and Europe, National Security Archive Electronic Briefing Book no 588, <http://nsarchive.gwu.edu/NSAEBB/NSAEBB588-Trump-release-continues-US-declassified-diplomacy-with-Argentina/>.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Langue, « Guerre froide, sécurité nationale et Dirty War »,Mélanges de la Casa de Velázquez, 47-2 | 2017, 291-296.

Référence électronique

Frédérique Langue, « Guerre froide, sécurité nationale et Dirty War », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 47-2 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 20 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/mcv/7924

Haut de page

Auteur

Frédérique Langue

IHTP-CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals