Navigation – Plan du site
La fitna

La fitna andalouse du xie siècle

The Andalusian Fitna in the Eleventh Century
Emmanuelle Tixier du Mesnil
p. 17-28

Résumés

Dans l’historiographie d’al-Andalus, le début du xie siècle est le temps de la fitna, celui de la guerre civile qui provoque l’effondrement du califat omeyyade de Cordoue. Perçue comme une rupture majeure, elle serait ce moment ténu où les équilibres s’inversent, où l’Espagne musulmane, désormais divisée et amoindrie, commence à reculer devant les débuts de la Reconquista chrétienne. Les contemporains comme les historiens ont porté un jugement extrêmement négatif sur cette période qui va de 1009 à 1031 et que prolonge le temps des Taïfas, les royaumes nés de la partition, ces enfants naturels de la fitna dont l’histoire occupe tout le reste du xie siècle. Il semblerait cependant que la rupture soit à relativiser : en amont de la fitna, alors que domine le puissant hadjîb al-Mansûr, les germes de la discorde sont déjà solidement plantés. En aval enfin, les brillants traits du reste du siècle ne plaident pas en faveur d’un commencement de la fin. Cette époque de division et de conflit est certainement l’un des ces moments essentiels où quelque chose de l’identité andalouse s’est joué, avant que la Péninsule ne soit sous la domination des Berbères almoravides.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Le califat de Cordoue avait été proclamé par l’émir omeyyade ‘Abd al-RahmânIII al-Nâsir en 929.
  • 2  R. Dozy, Histoire des musulmans d’Espagne, voir l’édition revue par É. Lévi-Provençal, Leyde, 1932 (...)
  • 3  Conflit qui opposa ‘Alî, quatrième calife de l’Islam à Mu‘awiya, futur premier calife omeyyade; c (...)

1En 1031, une assemblée de notables cordouans décidait de ne plus recon­naître de nouveau calife tant les troubles occasionnés par les rivalités entre candidats à la magistrature suprême avaient dévasté le pays d’al-Andalus au cours d’une longue guerre civile, en arabe une fitna, de plus de vingt ans. Cette violence avait provoqué la déchirure de la communauté, la partition du pays et la fin du califat omeyyade de Cordoue1. Dans la plupart des ouvrages consacrés à l’histoire d’al-Andalus2, le début du xie siècle est tout entier résumé par ce terme de fitna, de violence fondamentalement négative, annonciatrice d’une période de déclin qui va se développer tout au long du siècle. Le caractère néfaste des événements de ce temps est une évidence de l’historiographie que l’on n’explique plus guère depuis que des historiens comme Reinhard Dozy, dans les années 1860, ont une fois pour toutes déroulé le fil événementiel que l’on reprend depuis. Les troubles du premier tiers du xie siècle sont donc LA fitna andalouse par excellence, au même titre que la déchirure de la communauté musulmane lors des affrontements entre ‘Alî et Mu‘âwiyya, au milieu du viie siècle, est la mère des discordes, la grande fitna3. Or, comme en témoigne notamment la contribution de Cyrille Aillet dans ce même volume, d’autres moments de discorde, qualifiés eux aussi de fitna, ont marqué la longue histoire d’al-Andalus. Il existe de fait des fitan (pluriel de fitna) andalouses ; par l’ambivalence même de sa définition, ce concept ne peut se plier à un cadre délimité de façon trop étriquée. Un tel postulat de départ n’est pas sans conséquence sur le regard que l’on porte sur le xie siècle : loin d’être le seul temps de la fitna en al-Andalus, il est peut-être la résurgence de troubles plus anciens ; peut-être aussi la rupture n’est-elle pas aussi profonde qu’on ne le pensait.

  • 4  B. Foulon et E. Tixier du Mesnil, Al-Andalus…, chap. 4.
  • 5  Citons cependant le livre récent de P. Guichard et B. Soravia, Les Royaumes de Taïfas. Apogée cult (...)
  • 6  Comme en témoigne le titre de l’ouvrage précédemment cité.

2Le xie siècle mérite cependant qu’on s’y attarde, notamment en raison du poids considérable qu’occupent les troubles de ce temps au sein de la littérature, comme le montre Brigitte Foulon, spécialiste de la poésie arabe écrite en al-Andalus4. On a de fait relativement peu écrit5 sur cette période coincée entre deux temps forts aisément cernables de l’histoire andalouse : le califat omeyyade d’une part, assimilé à un âge d’or, et d’autre part l’agrégation de la péninsule ibérique aux empires berbères aux xiie et xiiie siècles. Entre ces deux temps la fitna, datée le plus souvent de 1009 à 1031, prolongée d’une certaine façon par le temps des Taïfas, principautés considérées comme les enfants naturels de la discorde, et dont l’histoire occupe tout le xie siècle. Cette époque de division et de conflit, analysée par les contemporains mais aussi par les historiens comme un temps de désagrégation, de fractionnement territorial et partant de décadence politique6, nous semble cependant un des ces moments essentiels où quelque chose de l’identité andalouse s’est joué, où des traits qui vont servir à définir l’ensemble de l’histoire de la Péninsule ont été esquissés. On se contente généralement de signaler que tout ne fut pas négatif et que ce moment terrible fut extrêmement fécond sur le plan culturel, en raison notamment de la multiplication des États et des commanditaires. Mais c’est un peu court, convenons-en, car le xie siècle mérite tout autant que les autres siècles d’occuper une place de choix dans l’histoire politique d’al-Andalus. C’est même le temps par excellence du politique tant il est riche en rebondissements de toutes sortes ; rebondissements souvent bien documentés car générateurs de ces discours de légitimation qui nous font entr’apercevoir la façon dont on concevait alors le pouvoir. Ce n’est donc pas seulement le temps de la littérature, même si celle-ci doit être plus souvent sollicitée par les historiens.

  • 7  Voir, dans ce même volume, la contribution de Cyrille Aillet.

3Comme le montre Gabriel Martinez-Gros dans ce volume, la fitna est pour Ibn Khaldûn la forme la plus négative de la violence ; l’une des formes de la violence car en dépit de l’unicité originelle de celle-ci, l’histoire et les hommes se sont chargés d’évaluer la légalité de chacune de ses manifestations. La fitna par excellence serait ainsi la violence qui engendre un désordre public sans pour autant accoucher d’un État. En revanche, un autre grand historien andalou, peut-être l’autre grand historien andalou, Ibn Hayyân (987-1076), fait un usage récurrent du terme de fitna pour qualifier les troubles de l’époque émirale lesquels se sont cependant soldés par la proclamation d’un califat omeyyade à Cordoue en 9297. On voit là l’ambiguïté d’un terme qui, comme celui de guerre ou de violence, n’épuise pas le champ des définitions possible. Nous ne saurons jamais si Ibn Khaldûn et Ibn Hayyân pensaient à la même chose lorsqu’ils usaient tous deux, à trois siècles de distance, de ce terme de fitna. Mais tous deux livrent une grille de lecture permettant d’avancer dans les méandres d’une histoire résolument politique d’al-Andalus.

  • 8  G. Martinez-Gros, «L’interprétation des campagnes d’al-Mansûr contre l’Espagne chrétienne», Les (...)
  • 9  Le cours de la vie d’Ibn Hazm (994-1064) fut radicalement modifié par la fitna. Né dans une puissa (...)
  • 10  Ghazâlî, 1058-1111, juriste shafi’ite et ardent défenseur du califat abbasside face aux prétention (...)

4Cette histoire est d’abord celle de la domination omeyyade, alors qu’al-Andalus était l’État le plus puissant d’Occident et que les petits royaumes chrétiens du Nord n’étaient encore qu’embryonnaires ; le territoire péninsulaire était en grande partie sous le contrôle de la glorieuse dynastie et les expéditions d’al-Mansûr, leur chambellan, témoignent du caractère satellitaire des États chrétiens, tour à tour alliés ou ennemis8. Il semble néanmoins que la retentissante chute du califat ne fut pas la rupture que l’on s’est longtemps plu à dépeindre. En dépit des lamentations d’un Ibn Hazm9, légitimiste omeyyade et défenseur avant tout de l’institution califale, lamentations qui feraient presque écho à celles d’un Ghazâlî10 défendant envers et contre tout le califat abbasside à l’extrême fin du xie siècle, en dépit de cela, la fitna des années 1009-1031 n’est pas simplement synonyme de destruction. Elle maintient d’une certaine façon, et certes dans de violents soubresauts, quelques-unes des caractéristiques de la situation antérieure.

  • 11  Sur le détail de ces circonstances, voir dans le présent volume de Médiévales l’article de S. Maka (...)
  • 12  La fille du roi avait été livrée en tribut en 983 aux Andalous; al-Mansûr l’avait épousée et affr (...)

5Examinons les faits. Le dernier vrai calife omeyyade, HishâmII, fut toute sa vie placé sous tutelle. Il a onze ans en 976 lorsque meurt son père, le calife al-HakamII11. Très rapidement, l’ascension du chambellan Ibn Abî ‘Amir, le futur al-Mansûr, rejette dans l’ombre du palais le jeune prince, qu’il est important de maintenir à son poste afin que justement il puisse déléguer les fonctions régaliennes. On sait qu’al-Mansûr puis, après sa mort en 392/1002, son fils al-Muzaffar ont conservé ce calife fantoche, source cependant de toute légitimité. Les choses se gâtent à la mort d’al-Muzaffar, en 399/1008, lorsque son frère, un autre fils d’al-Mansûr, lui succède comme chambellan. Le jeune homme est le plus souvent appelé par les sources ‘Abd al-Rahmân Sandjûl, Sanchuelo, car il est le petit-fils par sa mère du roi Sancho GarcèsII de Navarre12 ; il commet l’erreur politique de se faire désigner par le calife Hishâm, qui n’a pas d’enfant, comme son héritier au trône califal. Il n’en a pourtant pas la légitimité car, s’il est d’origine arabe, il n’est cependant pas d’ascendance qurayshite, et n’appartient donc pas à la tribu du Prophète. Or tous les califes, qu’ils soient abbassides, omeyyades ou fatimides, ont été ou sont encore en ce xie siècle des Qurayshites. Lorsque Sanchuelo quitte Cordoue pour une improbable campagne d’hiver contre la Castille, destinée à redorer son blason en s’inscrivant dans la continuité de la politique de son père, éclate ce que l’on a appelé la Révolution de Cordoue ; ce 15février1009 constitue le début officiel de la fitna. La foule s’en prend à la fois au calife Hishâm, contraint d’abdiquer au profit de l’un de ses cousins omeyyades, et à la résidence amiride de Madînat al-Zâhira, édifiée par al-Mansûr à l’est de Cordoue et destinée à être le pendant de la résidence califale de Madînat al-Zahrâ, édifiée au milieu du ixe siècle par ‘Abd al-Rahmân al-Nâsir. La ville amiride est littéralement effacée de la carte, au point qu’aujourd’hui encore on ne peut la localiser. La foule s’en prend également aux familles des mercenaires berbères recrutés en masse par les Amirides successifs. Et c’est parce qu’ils veulent les défendre que bon nombre de ces soldats berbères désertent ce qui restait de l’armée de Sanchuelo. Lorsque celui-ci revient en hâte, quinze jours plus tard, il est rapidement assassiné. Son corps est ramené à Cordoue et exposé en place publique.

6La grande fitna andalouse va durer plus de vingt ans. Diverses troupes s’affrontent, chacune au nom d’un candidat omeyyade différent. Plusieurs d’entre eux parviennent sur le trône califal mais échouent à s’y maintenir ; citons Muhammad al-Mahdî qu’appuyaient principalement les saqâliba, les Esclavons. Ce sont d’anciens esclaves, importés de l’Europe de l’Est, puis de l’Europe toute entière, qui ont constitué sous le califat une part importante des fonctionnaires civils et militaires. Ils ont occupé de hauts rangs sous les Omeyyades et entendent les conserver à la faveur de la fitna. À la tête d’une partie d’entre eux se trouve Wâdih, appelé l’Amiride car ayant été affranchi par al-Mansûr. Quelques-uns jouent un rôle de premier plan, notamment Khayrân, l’homme qui fit et défit les califes en acceptant ou en refusant de rallier leur camp tout au long de la fitna ; ces esclavons s’installent principalement dans le Levant d’al-Andalus où certains d’entre eux sont un temps à la tête de principautés indépendantes, comme en témoigne le brillant « règne » de Khayrân à Alméria de 1014 à 1028.

  • 13  Ibn ‘Idharî al-Marrâkushî, Al-Bayân al-Mughrib, texte arabe établi par É. Lévi-Provençal dans Hist (...)
  • 14  Ibn Hayyân, Kitâb al-Muqtabis, repris par Ibn Bassâm, Al-Dhakhîra fî-mahâsin ahl al-Djazîra, t. IV (...)
  • 15  Ibn al-Athîr, Kitâb al-kâmil fîl-tarîkh, trad. partielle E. Fagnan, Annales du Maghreb et de l’Esp (...)

7Les forces berbères soutinrent quant à elles Sulaymân al-Musta‘în, un Omeyyade, arrière-petit-fils de ‘Abd al-RahmânIII. Entre 1009 et1016, non seulement chacun de ces califes fragiles régna deux fois, mais il y eut également un épisode de restauration du dernier « vrai » calife omeyyade, Hishâm al-Mu’ayyad, ce qui témoigne de retournements pour le moins fréquents. Et pour achever de compliquer la situation, Castillans et surtout Catalans interviennent également, principalement à l’appel d’al-Mahdî. Les péripéties sont nombreuses, les revers constants et le détail des faits, s’il était exposé dans toute sa complexité, nécessiterait plusieurs volumes. Retenons que, selon un certain nombre de sources, au nombre desquelles le Bayân d’Ibn ‘Idharî al-Marrâkushî13, le Muqtabis d’Ibn Hayyân14, la Somme des histoires d’Ibn al-Athîr15 et surtout un nombre imposant de poèmes, l’épisode le plus terrible de cette fitna fut le siège de Cordoue par les Berbères entre 1010 et1013, la façon dont les habitants résistèrent puis, lorsqu’ils cédèrent, la façon dont ils furent horriblement traités. Voici par exemple ce qu’écrit Ibn ‘Idharî dans la rubrique consacrée à l’année 401 de l’hégire (août1010-août1011) :

  • 16  Ibn ‘Idharî al-Marrâkushî, Al-Bayân…, p. 100-103.

[…] Les Berbères empêchèrent l’approvisionnement de Cordoue ce qui entraîna la diminution des réserves de vivres et l’apparition de la famine. Ibrâhîm b. al-Qâsim raconte que les Cordouans, malgré la situation calamiteuse dans laquelle ils se trouvaient et les souffrances qu’ils enduraient, refusaient de se rendre (« persistaient dans la fitna ») et détestaient d’autant plus les Berbères. Celui qui osait parler de paix était assassiné ; un homme réputé pour sa sagesse dit un jour à la mosquée : « Ô mon Dieu ! Accorde-nous la paix ! » ; il fut immédiatement tué en cet endroit même. Un jour, une femme qui revenait du four laissa tomber une marmite qui se cassa ; cela attira l’attention et comme sa peau était foncée, les gens s’écrièrent : « Une Berbère noire ! » et on l’assassina. Une autre femme remontait du fleuve avec une cruche qui tomba de son épaule et se cassa. Les gens furent si troublés qu’ils la tuèrent16 !

  • 17  Notons de plus que ces sources sont assez discordantes sur les motivations des acteurs principaux, (...)

8Les réactions irrationnelles de la foule cordouane témoignent mieux qu’un long discours de l’absence d’ordre dans la ville, alors que s’effondre le califat et qu’aucune autorité n’est en mesure d’assurer la défense de la cité, mais aussi l’exercice de la justice en ses murs. C’est là une belle illustration de la fitna, de la violence protéiforme qui transforme les victimes en bourreaux, qui corrompt toute forme de civilité17.

  • 18  Les Hammudides sont arrivés en al-Andalus à la fin du xe siècle.

9Ibn al-Athîr insiste particulièrement sur l’échec de la restauration du califat, quels qu’en furent les détenteurs car outre les multiples prétendants omeyyades, il y eut également des Hammudides, apparentés aux Idrissides qui fondèrent Fès en 789 et qui descendaient du Prophète Muhammad, donc des Qurayshites. ‘Alî b. Hammûd régna de 1016 à 1018, puis ce fut son frère al-Qasim qui lui succéda de 1018 à 1023 ; celui-ci fut renversé par son neveu à cette date, neveu qui régna quelques semaines ; puitation" dir=Kly:'Luciddeffondre le="bodyftn17">17.

17.

nte chute du c ntfin d"foomily:ture, m agréte dh furn pèr tant il estplus reas en favho à celles d’un Ghails d-re délisr lLuciLuciaulant cqutont iluationace qui reste" dir="ltr">6La grande fitna andalouse va durer plus de vit défensCovoque l’effondrement du cuelqBay u Khayrân à Alméria de 1014 à 1028.

qu’al-Astors enly:'Lî Une;éristi,onace qadence politortes ; rebonl-Muzafrla si,u’ére dans la vrestaur :lus puissfitna
. Navancer ces sol les détentmultiplesspan style="font-family:'Lucida Grande';"> Une;éces sol lesfitensai soubresavaors qusdicatmsée la procchréily:'Lucotéun cunes t « fitna1011s r0r terrbalifa presque ce temps eiècle, en dépit de cela, la fitna des années 1009-1031 na la têtâ, éakenyême avaient
e fitna andalouse va durer plus de vitrésent Sientationsu1 de lls usaie’est e rent.giimation ide carrale lesquels se lle ils a situatievanche, > >e siècle est tout entier résumé par ce terme de fitna, de vintatiotGrandelle ruine cchréetontrôle de lafait dee désolu ;mblspan>pan a la inenvicidaer sspan style="font-family:'Lucida Grande';"> Une Bfan style=ipalement ,tyle=ip’al-M, car lAragon postenerbitr torien/span>10Guisaempneufn ide car ou la sEsup>ssLucid que des historiens anxisiècle mérite tout autant que les autres siècles d’occuper une ple (« virsert riv> tna. Ne faraité <é à C/span> i la éteyle="feles erandatadns e
  • 13  Ibn ‘Idharcalement moCoute otivafont-fdèrerdeauxhNord ndepuis que’hologieme trône Pésmad, dmily:'Lcs plu à dépres et 10  Ghazâlî, 1058-1111, juriste shafi’ite et arden2 défenseurLspan>dans Hist (...)
  • défense;"> , voir l,défense revue par É.> 2

    an>L’its du recelé ...)erprétation des campagnes d’al-Mansûr contre l’Espagne chrétienne1En 1031, une assemblée de notables cordouans décidait3 aux AnNrupture qt à lr de ur Ibn Khaldûn la fo,u’ils usaiencar xi17.xiGuifruuciplus de vn> e:"> Grande';">  asà 103im 16, nment il iaul ou, ou, pfacenedu n hovispsainahdî.nt gal/spdonc dent siamunaut nombreuafont-revanche, ules de Une Brs caaiseelaisamunauis queche, u reste pan stque s="fontfendre que en ...er qus

    ant tout de l 10<19 plus te gens sempduuci de lfontosisily:'Luciesqamenée occupe tiaulandre le">  carpfontburs de l dans de vicalifale de Madîn h e, aliomeyyade atousurent les. On se cont-famppelt-fdèrerdgative de la violencevrrsque celan>nixi des années 1009-1031 nlvanc desait qu’e :'Lcs parnt pas dh ndelde haust le plus souvll-caps;" ...ennele=uciderssouconelé certainrpan stqeflifercnt-vaun Omeyyad'Lucideptaces, lesAndalus.idencejoué, nnce du politil événa omeyyadan>, fitna des années 1009-1031 ndu palais le jeudant de la rsmad, dmsm> parnt pas dsuce en ses murs jours pluLuciLuont-su>nita sit 100-103.ur laiource pem>,inutionmilymoigne lif et i pfeiforn style="goluanc d"footnotecall" href="#ftn17" id="bodyftn17">17.

    2alifat abbassi2 <20AmirEts quechganicies dha danua Granpendaractère satcrivantés indépesrôle de la-family:'Lucidvfureust lé nndres;">at de a, oideta-family:'Luc"footnotecall" href="#ftn17" id="bodyftn17">17.

    2hambellan Ibn 212<21 d"foo;mblspan>p Pyle, imiluape lityle="pm y="fotion parrandenat alne lfan st relce politiqristiquorGrands esspvegat> Grande'ône califal. Isuffiour a-filxnent égaendaralossforme les victimes en borigine arabude soe premalors quf actèrtach ntorigie iaul ientminlifasgbstrtout t ils a situ09 à es entre 1010 etGs étautscours dvaors qusronombu de décgbsdurt, ciot-famiotiona la 16, extandnotes">
    • 18  Les Hammudides sont arrivés en al-Andalus à la f23 aux Andal, «L’inte 10’ils usaien-va« 9Ibn al-Athîr insiste particulièrement sur l’échec1la fitil’hiotion, et ation desvalà es entre 1010 etnixifitna17.

    2:small-caps;">x2 f23 aavourrea certgfal mcor dacessifs. Et crreaux,espan sl événûnxe lotburs ment, prisce du poliiximurel
    x et xiiie siècles. Entre ces deux temps la fitna, datée le plus souvene" dir="ltr">6La grande fitna andalouse va durer plus de vit/span>, Eriblem du prem"> . nensemble cer>leu="fontfitna  -Ah="font-vaAbdlais Ismâprîlci> lr dan>onarcens hhistn styleonelife fantoch433/104ce cependant
  • 16  Ibn ‘Idha2î al-Marr en boulelé ln teTixier du Mesnil,pan>, Al-Andalus…, chap. 4.
  • li>5[…] Les Berbères empêchèrent l’approvisionnement de CorChefécesside les rontent,ils la ôue , drâhîm berniefla" hrefgalemLévi-Pro(e de la violen) printagont-famiis. Et ourreappelsarler de burs al-Hte caslèroubren futoue esb-Hakam17.

    rem" fure à son ps rtou,
    persmsî ralemzaffar,ps r p>
    2 v class="textandnotes">
       Fou-fstroub="#ftn13" id="âav>istun temprétoub. Hammûcl" href="fruucsr, lupan> ; temps ,tyle=rilla-Ahu puitase de oonrandarvitnites. ‘Apé ducida acclochntiel...)orespan ,tyle= ic, oide délégl"fux pa ue acteut ég"fontaclande';jouLuciLuc revâyledes de désagrler’est en mee';"> 
    • 17  Notons de plus que ces sources sont assez discorda24 al-Marr[…]s sont assez discorda2r, 9Ibn al-Athîr insiste particulièrement sur l’échec16span>, EriaGraœeux se la son posnt de se re'staient dans la fitnap>
    2Ibn al-Athîr<2Iba24
      solstoa littil est le petit-file occupeLes grforme lestémoigntion" dir=Kly:'Luciddeffondre le="bodyftn17">17.

    remrent.giim">  p>
    2mes, l’épis2mea2ranchnttyp cont-e juseuvi-Plerer làte Foe, alorssiècle des Qurayshites. Lorsque Sanchuelo quitte Cordoue pour une imppautlrelsercn, Kur-var te/em>, oBn Omeyyade,tionle= ersess =igAitte F lerer l:'Lucida far oorsm-famiorsAl-caps;",s;"eiècle, en dépit de cela, la fitna La ville amiride est littér,n-vaI

    perstacla/em> rteCorà. Seseappelsaauce calef="#e ses ucida fuce calef="aule i,onac Nord norsu’al-Aét m sont ientatart son pors esiaiiml hhioquanxocaia,un aAg Entda pautil ibn He virill puttoué n 103ationélor d lécessi auot,ndance stonunt;">xta dmrs de lureexa e nuem maisC occuprulArab Mu;">x

    2e';"> es Lévres Tle dds étaitnds eoque ludlais a, les Esi>rulAl-cnt-var, lupista sfa parr ndepv> e="font-vmd-varlag-a Yahyasi> Une BrorsAl-cnt-vmsns povine peede vurs dvaors qusufué caouiplus du retcali>r Crlat a e ces ps :'Lucida cournements pouI, fut toute sa vie placé sous tutelle. Il a onze ans en 976 lorcnt-family meurt son pe premmcer 1ils une ' ces pjouas la /souidvfureh lesou Castilrreappelsractérisgatiabryonnaont n>persnde';"> rulAl-cnt-vamily hovi cont-Htpuise  rulementieldielxi90eem>recsousord ndepuGrande'ôll-caps;">;">Bagdadgatit, refune lui styli an stylenitattions dfavho eptaurs laroubtêtâ, ésivils otion osup>rtiors"coudnt< pan styl. D, p le calimides, odo puits,tiens du Nord n’ fitna des années 1009-1031 nrorsAl-cnt-vmily hovi contte="fon la /r dextandnotes"> lass="t="num">5 <1031, une Lebasnroumblée de not> F Symbo t de l5te chu l5">5 d"frrCiotivauepas à len méanC/span> bouIPan>dans Hist (.Guih rd cetyTixSabstra fitnae dexins le Levante FagnPitrnie2007extandnotes"> <1031, une Lebasnroumblée de not> F Symbo t de l6te chu l6">6 d"frrCtida Grande';"> lontivant">  <1031, une Lebasnroumblée de not> F Symbo t de l7te chu l7mân a volV-ca fil éce de disnombre,elasemp ribue vicalifyrrideadétestaient d’ade cela, la fitnaAridet extandnotes"> <1031, une Lebasnroumblée de not> F Symbo t de l8te chu l8témoandal, «L’interprétation des campagnes d’al-Mansûr contre l’Espagne chrétienne » fitnaou lreé ll-caps;" chréfontentlsmbesoiamuatioce qu li>rul <1031, une Lebasnroumblée de not> F Symbo t de l9te chu l9ec de"frrfou ondre le son psna. N (994-1064)uelqueadicre on nemodafiêi les es victimes en boNptun tee';" Nord nora de en man>1ilr ternts ogidae fuce calef califal maapparentés auxaGrande';" mily';" N:'Lucier les foncttyle="font-faspan style="font-family:'Lucida Grande';"> U; suxhistospanne U: mber ,sph ftlogie,psu’al-, vic'dabiolenc(bcours-lereres) prcida Gmspan style="font-family:'Lucida Grande';"> pan> :. Irèredétestaient d’ade cela, la fitnaApbâan>L’intBey dithie199i-ci fut renversé par son neveu à cette date, neveu ;uanst, «L’intPitrnie1992extandnotes"> <1031, une Lebasnroumblée de not> F Symbo t de l10te chu l 0vit dandal,du califat1058-1111,tface au shafiagnetns Grande';">ll-caps;">fa -Ashiigrs <1031, une Lebasnroumblée de not> F Symbo t de l1 te chu l 1vitréandalSyle="fdly:'Llnacteurciren stylegnv-cape S. Faps;">an> <1031, une Lebasnroumblée de not> F Symbo t de l12te chu l12tit3 a"frrf lfn stcens ce calsasempomeye <1031, une Lebasnroumblée de not> F Symbo t de l13te chu l13tc1la "frrâkushî, a frégori<;">Fagniasseeuvi-Ply:'blida Grspan>dans Hist (...) e S. e 10ue par É.e Fagni> F Symbo t de l14te chu l14tit/sp"frrâkushî, Fagn/spai q leskushî, Dhakon da fî-mahuse a hla frDju c da;">Fagni>. Ièredétestaient d’ade cela, la fitnaApbâan>L’intBey dithie1997extandnotes"> <1031, une Lebasnroumblée de not> F Symbo t de l15te chu l15titr, Fagnin, Al-Andalus…, chap. 4.nnalpar FagnAlger1898extandnotes"> <1031, une Lebasnroumblée de not> F Symbo t de l16te chu l> !

    rrâkushî, ="num">5 <1031, une Lebasnroumblée de not> F Symbo t de l17te chu lv class="tles motivations des acteurs principaux, (...) il, d’auKhayr arorsAendre ‘Alvit< su1 nt-e jusesnaAlmpaita,pan styleêi ledern ucida 'Luan<î riech nrr nts grannombeilscamp-ci fut renversé par son neveu à cette date, neveu ;uil pui,r 15êi les quseul  U: rede set-famrande'ône cali fréquadiv leu lucida cournemvpaitpsaignv tem;mblsr srs dvvils >1ilextandnotes"> <1031, une Lebasnroumblée de not> F Symbo t de l18te chu l ntfin d"fan style="font-variant:small-caps;">xe siècle.

    <1031, une Lebasnroumblée de not> F Symbo t de l19te chu l 10<19 plusmoCoute otivafont-fdèrerdeauxhNord ndepuis que’hologieme trône Pésmad, dmily:'Lcs plu à dépres et> ent les.tratichrefgalemagi tr turs suce désles qumpan>eilsc entrglbellan,stémoignoltempor’hologieme trône innî.n, lupioad, milisaffar,xi L’inte 10pagnIhologieme trôneum">5 <1031, une Lebasnroumblée de not> F Symbo t de l20te chu l2 <20AmeurLspan>dans Hist (...) défense;"> , voir l,défense revue par É.eispan style cFa="n, voir ln>L’inte 10ue par É.eispan style cFa="nxZâhirspan style="font-family:'Lucida Grande';"> U: erprétation des campagnes d’al-Mansûr contre l’EsMalhmillen,sZâhirspan style="font-family:'Lucida Grande';"> U! Ahspan style="font-family:'Lucida Grande';"> U! jisnoudrune nsousî riecnt-familyt"fdly:ruirr »xtandnotes"> <1031, une Lebasnroumblée de not> F Symbo t de l2 te chu l212<21 d"fvolV-caps;">an> L’its du recelé ...)erprétation des campagnes d’al-Mansûr contre l’Espagne chrétienne »extandnotes"> <1031, une Lebasnroumblée de not> F Symbo t de l22te chu l22 f23 aavdal, «L’inte 10’ils usaien-va«  <1031, une Lebasnroumblée de not> F Symbo t de l23te chu l2 en boulelé ln teTixier du Mesnil,pan>, Al-Andalus…, chap. 4. li>5 <1031, une Lebasnroumblée de not> F Symbo t de l24te chu l2Iba24 rr <1031, une Lebasnroumblée de not> F Symbo t de l25te chu l2mea2r <1031, une Lebasnroumblée de not> F Symbo t de l26te chu l262<26at nrrfontface auoùu>nitacidv> les caliur d î U: qus <1031, une Lebasnroumblée de not> F Symbo t de l27te chu l2 f2tes"flesPitrnie1985 <1031, une Lebasnroumblée de not> F Symbo t de l28te chu l282<28s="tan Ccida Grande';"> il, d’autlesstritttn15">15fitnaHauentionrou>  La dnotes"> notes chu sionnem>1818Patiocet-fc Réifal mce papile/h3ndnotes"> <1se trong>Emla étdeadétes mily:Nameli> trong>nter stre de la violencaontent, e Fa, 60 | 2011,t17-28extandnotes">

    Réifal mce dlsction> e/h3ndnotes"> <1se trong>Emla étdeadétes mily:Nameli> trong>nter stre de la violencaontent, e Fa [En lr de], 60 | -e jôue p2011,tmceren lr dep="p19 janv 2012'Luc aultdmi"p12 celanan>e2017. URL : http://amennals.openevi-Pr.org/meveapses/6204 ; DOI : 10.4000/meveapses.6204 teanp> go-top/div> an>Hauentionrou>  La dnotes"> notes chuaueho pem>1818Au siècle/h2Hammudides sont ar

    6202 fEmla étdeadétes mily:Nameli>  Lah3ndnotes"> <1s lscripe vi HUn omeyit&eacu ;bouIPitrn O uneNn17"rl-, EA 1587, D&eacu ; ayasrs dva&t rao;su’al-, 200l"funuhrefgaleR&eacu ;

    An>dnotes"> 18 itlelilass="sid 6199" xml:la/e r" la/e r" la/e r"ustre de la violenspan style="font-family:'& ;ucida Grande'& ;"> U: l-revanche, ue du politil évpro"fontlmmall-capss="taaaaaaaaaaaaaaaaaaaa ul class="sidétes ullTass">aaaaaaaaaaaaaaaaaaaa[Tassee ehgral]ul class="sid>L’itl class="sid> aaaaaaaaaaaaaaaa