Navigation – Plan du site
Temporalités de l'Égypte

Les Banū Ḥinnā à Fusṭāṭ-Miṣr. Pouvoir et implantation urbaine d’une famille de notables à l’époque mamelouke

The Banū Ḥinnā at Fusṭāṭ-Miṣr. Power and Urban Settlement of a Notable Family during the Mamlouk Period
Mathieu Eychenne
p. 91-117

Résumés

Cet article se propose de reconstruire l’histoire d’une famille de notables égyptiens, originaire de Fusṭāṭ-Miṣr, les Banū Ḥinnā, à partir des informations contenues dans les sources historiques de l’époque mamelouke (1250-1517). En prenant comme exemple cette famille d’origine copte, islamisée au tournant des xiie et xiiie siècles, il s’agira, dans un premier temps, d’illustrer la façon dont certaines familles de notables égyptiens ont pu prospérer à l’avènement du nouveau pouvoir en investissant massivement l’administration de l’État mamelouk. La seconde partie de cette étude met en lumière l’ancrage social et spatial de la famille à Fusṭāṭ-Miṣr et la façon dont son importante activité édilitaire et ses investissements dans la ville ont pu contribuer à façonner l’espace urbain et à laisser une trace dans la mémoire des contemporains.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Al-Ṣafadī, A‘yān al-‘aṣr wa a‘wān al-naṣr, Beyrouth, 1998, t. IV, p. 1835. Près d’un siècle, après (...)

« Sur lui déteignait le pigment du fils du henné et le vizir al-Fā’izī n’était pas aussi victorieux que lui pour ce qu’il désirait […]1. »

  • 2  Fusṭāṭ-Miṣr s’étendait le long de la rive orientale du Nil, dans la partie sud de l’actuelle ville (...)
  • 3  Sur la fondation et l’histoire de Fusṭāṭ-Miṣr, première capitale de l’Égypte arabe, fondée suite à (...)
  • 4  S. Denoix, « Fustât, lieu de mémoire… », p. 59.

1Par sa richesse et sa densité, le corpus de chroniques, de dictionnaires biographiques et de descriptions topographiques, rédigé à l’époque mamelouke (1250-1517), nous permet de retracer sur la longue durée, plus qu’à toute autre époque de l’Égypte médiévale, l’histoire des grandes familles de notables. Une telle reconstitution des destinées individuelles et du devenir collectif d’une famille ne peut toutefois être exhaustive et les discontinuités narratives, autant que les omissions ou oublis généalogiques des auteurs, sont là pour nous le rappeler. C’est au cas particulier des Banū Ḥinnā, dont l’histoire à bien des égards témoigne des changements qui traversent l’Égypte à la fin du Moyen Âge, que le présent article est consacré. Sur le plan religieux, tout d’abord, cette famille aux racines coptes se convertit à l’islam, sans doute au tournant des xiie et xiiie siècles, et illustre le basculement confessionnel qui se produit alors en Égypte en faveur de l’islam. Sur le plan politique, également, car le nom de ces simples fonctionnaires de l’État ayyoubide se trouve, à partir du milieu du xiiie siècle, étroitement lié au prestige du grand sultan Baybars et à la construction du nouvel État mamelouk, période souvent perçue comme un « âge d’or » du sultanat. Sur le plan spatio-temporel, enfin, puisque, à une époque où Fusṭāṭ-Miṣr2 n’a pas encore totalement perdu son poids religieux et son rôle économique avant la profonde crise qui, au tournant du xve siècle, la frappe de plein fouet, le nom de la famille est indissociable de l’histoire urbaine et sociale de la ville3. Ainsi, en imprégnant sa toponymie et sa topographie, les Banū Ḥinnā ont, en effet, concouru à prolonger, pour encore quelques décennies, ce qui, depuis sa fondation, fait de Fusṭāṭ-Miṣr un lieu où « les chrétiens comme les musulmans pouvaient chacun à leur façon […] enraciner collectivement leur mémoire4. » C’est le lien entre promotion sociale et politique, ancrage territorial et mémoire qui caractérise la destinée des Banū Ḥinnā que nous souhaitons aborder dans cet article.

Mainmise sur le pouvoir : les Banū Ḥinnā et la construction de l’État mamelouk

Le vizirat, une entreprise familiale

  • 5  Les numéros entre crochets renvoient au tableau généalogique.
  • 6  Al-Maqrīzī, Al-sulūk li-marifat duwal al-mulūk, éd. M.  M. Ziyāda, Le Caire, 1939-1958, t. I/2, p (...)
  • 7  Il est nommé vizir en rabī‘ II 659/5 mars 1261 et détiendra la charge jusqu’à sa mort en ḏū l-qa‘d (...)
  • 8  Al-Nuwayrī, Nihāyat al-arab fī funūn al-adab, éd. M. ‘A. al-H. Ša‘īra et M. M. Ziyāda, Le Caire, 1 (...)
  • 9  Terme utilisé par les géographes arabes médiévaux pour désigner un ensemble géographique correspon (...)
  • 10  Selon al-Maqrīzī, « Baybars aimait à exercer de nombreuses exactions au profit du fisc et à lever (...)

2Avant même l’accession au pouvoir des Mamelouks en 648/1250, Bahā’ al-Dīn ‘Alī Ibn Ḥinnā [4]5 est connu comme le vizir de Šaǧarat al-Durr, concubine du dernier sultan ayyoubide al-Ṣāliḥ Ayyūb, première sultane mamelouke, et épouse du premier sultan mamelouk, al-Mu‘izz Aybak. À ce titre, ‘Alī Ibn Ḥinnā peut être considéré comme le premier vizir de l’Égypte mamelouke, dans la mesure où il occupe momentanément la charge lorsque la sultane monte sur le trône6. Il restera attaché à sa personne tout au long du règne d’al-Mu‘izz Aybak (1250-1257). Un premier revers de fortune se produit à la mort de Šaǧarat al-Durr en 655/1257 et il est contraint de livrer une partie de sa fortune. On le retrouve ensuite au début du règne d’al-Ẓāhir Baybars, en 659/1261, lorsqu’après avoir manœuvré pour faire destituer et emprisonner le vizir, il est nommé vizir d’Égypte par le sultan7. Revêtu d’une robe d’honneur, « il se mit en marche, accompagné des principaux personnages, des grands de l’État et d’un grand nombre d’émirs »8. Il a, dès lors, entre ses mains tous les soins du gouvernement et des détails de l’administration sultanienne, puisque le sultan al-Ẓāhir Baybars s’appuie sur lui pour réorganiser l’administration de l’Égypte et du Bilād al-Šām9. Il est, par conséquent, l’un des principaux artisans de la construction de l’État mamelouk. Il détient les pleins pouvoirs pour mener la politique voulue par le sultan, dont l’impératif premier est de restaurer le fonctionnement de l’administration afin de faire entrer dans les caisses de l’État les revenus fiscaux nécessaires à l’entretien d’une armée capable de faire face aux menaces extérieures, croisées et mongoles, qui remettent en cause l’existence même du pouvoir mamelouk10.

  • 11  De ce Ḥinnā, nous ne savons rien d’autre et il nous est également impossible de savoir précisément (...)
  • 12   Voir la notice biographique qu’il lui consacre : al-Maqrīzī, Al-muqaffā al-kabīr, éd. M. al-Ya(...)
  • 13  Ibid.
  • 14  Grâce à al-Maqrīzī, nous connaissons son laqab (surnom honorifique). Toutefois, nous ne disposons (...)

3Bahā’ al-Dīn ‘Alī Ibn Ḥinnā [4] est issu d’une vieille famille de notables égyptiens dont le membre éponyme de la lignée, Ḥinnā [1], est qualifié de « naṣrānī », « chrétien », par Maqrīzī11. Ce dernier est le seul historien à fournir des informations sur le père de Bahā’ al-Dīn, un certain Sadīd al-Dīn Muḥammad b. Sālim Abū ‘Abd Allāh Ibn Ḥinnā [2]12, qui fait son apprentissage au Caire dans les services de l’administration financière du sultanat ayyoubide et s’élève dans la hiérarchie jusqu’à administrer le bureau de l’armée d’Égypte (dīwān al-ǧayš) en ša‘bān 622/août 1225, point d’orgue de sa carrière. Ses compétences ne sont pas uniquement administratives puisqu’il reçoit une éducation religieuse et apprend les Traditions du Prophète (ḥadīṯ) auprès de plusieurs maîtres. Il occupe d’ailleurs la fonction de témoin (šāhid) auprès du grand juge (qāḍī-l-quḍāt) chaféite et meurt en šawwāl 628/août 1231 en Égypte13. Nous lui connaissons deux fils, Bahā’ al-Dīn ‘Alī [4] et Burhān al-Dīn [5]14.

  • 15  Al-Nuwayrī, Nihāya, XXX, p. 388 ; al-Maqrīzī, Al-mawā‘iẓ wa-l-i‘tibār fī ḏikr al-ḫiṭaṭ wa-l-ātār, (...)
  • 16  Al-Nuwayrī, Nihāya, XXX, p. 388.
  • 17  Il s’agit de Šaraf al-Dīn Hibat Allāh/As‘ad b. Ṣa‘īd b. Wuhayb al-Fā’izī. Il tient sa nisba « al-F (...)

4Bahā’ al-dīn ‘Alī [4] naît en 603/1206 à Fusṭāṭ-Miṣr15 et débute, selon Nuwayrī, comme vendeur dans une boutique d’étoffe (ḫām), puis change ensuite d’activité et entre comme secrétaire dans les bureaux de l’administration sultanienne à l’époque ayyoubide16. Bahā’ al-Dīn doit sans doute son changement de carrière à son père, lui-même fonctionnaire de l’État ayyoubide, mais le décès de ce dernier, bien avant l’avènement du pouvoir mamelouk, tend à limiter son influence. Toutefois, tout porte à croire que Bahā’ al-Dīn ‘Alī Ibn Ḥinnā, par sa fonction de vizir de Šaǧarat al-Durr, est un administrateur des plus puissants à la fin de l’époque ayyoubide. C’est cette position qui expliquerait en grande partie que Šaraf al-Dīn Hibat Allāh al-Fā’izī [3]17 lui ait donné sa fille [6] en mariage, ce qu’il n’aurait vraisemblablement pas fait s’il avait été un fonctionnaire de second rang.

  • 18  S. Khalil, Al-Ṣafī Ibn al-‘Assāl. Brefs chapitres sur la Trinité et l’Incarnation, Turnhout, 1985, (...)
  • 19  Ibn al-Ṣuqāī, Tālī, no 273.

5La personnalité de Šaraf al-Dīn Hibat Allāh al-Fā’izī [3] est centrale car c’est sous son vizirat que vont prospérer les affaires des Banū Ḥinnā, au début de l’époque mamelouke. Hibat Allāh al-Fā’izī est un secrétaire copte, converti à l’islam à l’époque ayyoubide sous le règne du sultan al-Kāmil Muḥammad (1238-1240), alors qu’il est son médecin personnel18. Il est par la suite employé dans les bureaux de l’administration à Damas, avant de revenir au Caire pour y occuper la fonction d’inspecteur de plusieurs districts de province (nāẓir al-amāl al-barrāniyya). Accusé de malversations financières et en butte à l’hostilité de certains administrateurs, il est emprisonné à la toute fin de l’époque ayyoubide19. Toutefois, à la faveur de la prise de pouvoir des Mamelouks, il recouvre sa liberté. Peut-être peut-on envisager l’intercession décisive de son gendre.

  • 20  Ibid.; al-Maqrīzī, Sulūk, t. I/2, p. 404.
  • 21  Al-Maqrīzī, Sulūk, t. I/2, p. 348 ; Quatremère, Histoire des sultans mamelouks, t. I/1, p. 37. Al- (...)

6Šaraf al-Dīn Hibat Allāh al-Fā’izī est nommé vizir d’Égypte et placé à la tête de l’administration par le sultan mamelouk al-Mu‘izz Aybak au cours de l’année 649/1251. Il prend rapidement sur le sultan « un extrême ascendant, et invente les vexations les plus odieuses »20. Son pouvoir s’accroît encore lorsqu’en 651/1253 al-Mu‘izz Aybak, ayant fait emprisonner al-Ašraf Mūsa, le descendant ayyoubide de la branche yéménite avec lequel il partage le trône, reste seul au pouvoir avec le titre de sultan. Ce dernier s’empare alors de l’ensemble des trésors et confie à son vizir la mise en œuvre de tous les moyens lui permettant de renflouer les caisses de l’État et d’obtenir les moyens financiers nécessaires au soutien de l’effort de guerre contre les princes ayyoubides de Syrie21.

  • 22  Šaǧarat al-Durr épouse le sultan al-Mu‘izz Aybak peu de temps après qu’il a écarté al-Ašraf Mūsā d (...)
  • 23  Al-Maqrīzī, Sulūk, t. I/2, p. 406 ; Quatremère, Histoire des sultans mamelouks, t. I/1, p. 75. Sel (...)

7Le sanglant règlement de comptes qui se produit en 655/1257 entre le sultan al-Mu‘izz Aybak et Šaǧarat al-Durr ne change pas immédiatement la destinée du vizir22. Dans un premier temps, le fils d’al-Mu‘izz Aybak, à peine âgé de onze ans, est placé sur le trône et devient sultan sous le nom d’al-Manṣūr ‘Alī, et Hibat Allāh al-Fā’izī est confirmé dans ses fonctions de vizir. Toutefois, il est rapidement accusé par certains émirs d’entretenir des relations avec al-Nāṣir Yūsuf, le prince ayyoubide de Damas, et d’œuvrer au retour au pouvoir des Ayyoubides en Égypte. Son sort est scellé. La mère d’al-Manṣūr ‘Alī le fait arrêter et emprisonner à la Citadelle, où on le force à signer un acte par lequel il se reconnaît débiteur d’une somme de cent mille dinars. Ses biens sont confisqués et un grand nombre de personnes sont arrêtées en même temps que lui. Au mois de ǧumādā I 655/mai 1257, plusieurs émirs pénètrent dans la cellule de la Citadelle où il est détenu et l’assassinent23.

  • 24  Ibn al-Ṣuqāī, Tālī, no 273.

8Selon le biographe Ibn al-Ṣuqa‘ī, « ses bienfaits lui gagnèrent le cœur des gens. Il se faisait très souvent apporter les registres contenant les noms des secrétaires momentanément en disponibilité. Il s’intéressait au cas de chacun d’eux ; aux uns, il faisait parvenir d’urgence une allocation dont il assumait personnellement les frais et leur trouvait un emploi ; aux autres, il proposait un emploi en ville ; d’autres encore étaient affectés en dehors de la ville. Et il procédait ainsi jusqu’à ce que tous, sans exception, aient reçu une affectation24. »

  • 25  Al-Maqrīzī, Sulūk, t. I/2, p. 447 ; Quatremère, Histoire des sultans mamlouks, t. I/1, p. 145.

9Après une période de disgrâce, au cours du règne d’al-Manṣūr Quṭuz, Bahā’ al-Dīn ‘Alī Ibn Ḥinnā, à force d’intrigues, parvient à se faire nommer vizir d’Égypte, en 659/1261, au début du règne d’al-Ẓāhir Baybars (1260-1276)25.

10Sous le vizirat de Hibat Allāh al-Fā’izī, les Banū Ḥinnā sont impliqués de manière collective dans l’administration de l’État. Ainsi, en 651/1253, Faḫr al-Dīn Muḥammad [8], le fils aîné de ‘Alī [4], est envoyé par l’émir Āqṭāy, le chef de la faction des mamlūk-s baḥrides à laquelle appartiennent entre autres Baybars et Qalāwūn, auprès du prince de Ḥamā, al-Malik al-Muẓaffar, auquel il venait de s’allier en épousant sa fille. Faḫr al-dīn Muḥammad est mandaté pour ramener la jeune mariée au Caire. Sur le chemin du retour, il fait halte à Damas où le cortège est accueilli en grande pompe ; il joue sans doute à cette occasion le rôle d’intermédiaire entre les mamlūk-s baḥrides et le prince ayyoubide de la ville.

  • 26  Al-Ṣafadī, Wāfī, t. IV, n˚1725, p. 173 ; al-Yūnīnī, Ḏayl, t. II, p. 439-440 ; Ibn Kaṯīr, Al-bidāya (...)
  • 27  Al-Yūnīnī, Ḏayl, t. II, p. 34-35 ; Ibn Taġrī Birdī, Al-nuǧūm al-ẓāhira fī mulūk Miṣr wa-l-Qāhira, (...)
  • 28  Vizir chargé d’accompagner le sultan lors de ses déplacements et de ses expéditions.
  • 29  Al-Maqrīzī, Sulūk, t. I/2, p. 627.
  • 30  Il était professeur appartenant au maḏhab šāfi‘ī, l’une des quatre écoles juridiques sunnites, et (...)

11Avec la nomination au vizirat d’Égypte de Bahā’ al-Dīn ‘Alī Ibn Ḥinnā [4], cette implication collective s’accroît. Ses deux fils Faḫr al-Dīn Muḥammad [8]26 et Muḥīy al-Dīn Aḥmad [7]27 occupent sous son vizirat la fonction de wazīr al-ṣuḥba28, ce jusqu’à leur mort, à savoir respectivement en 668/1269 et 672/1273. C’est une façon pour le vizir de garder un œil sur le sultan, même lorsqu’il est contraint de rester au Caire pour s’occuper de l’administration de l’État. Puis, deux de ses petits-fils les remplacent dans cette fonction de wazīr al-ṣuḥba. En 668/1269, Tāǧ al-Dīn Muḥammad [15], le fils de Faḫr al-Dīn Muḥammad [8], succède à son père comme wazīr al-ṣuḥba, et, en 675/1276, son frère Zayn al-Dīn Aḥmad [16] est également nommé wazīr al-ṣuḥba, attaché à la personne du sultan al-Ẓāhir Baybars29. Il l’accompagne au Bilād al-Šām dans sa dernière expédition, qui a pour but la conquête de l’Anatolie (Bilād al-Rūm)30.

  • 31  Ibn Šaddād, Ta’rīḫ al-malik al-Ẓāhir, éd. A. Ḥuṭayṭ, Wiesbaden, 1983, p. 134.

12En ḏū l-qa‘da 674/avril 1276 sont convoqués à la Citadelle du Caire le ṣāḥib Tāǧ al-Dīn Muḥammad [15] et son frère le ṣāḥib Zayn al-Dīn Aḥmad [16], les fils du ṣāḥib Faḫr al-Dīn Muḥammad [8], ainsi que leur cousin, le ṣāḥib ‘Izz al-Dīn Muḥammad [13], fils du ṣāḥib Muḥīy al-Dīn Aḥmad [7]. Ils se présentent donc dans l’īwān où se trouve le sultan al-Ẓāhir Baybars. Zayn al-Dīn Aḥmad [16] et ‘Izz al-Dīn Muḥammad [13] sont nommés assistants (nā’ib) de leur grand-père le vizir Bahā’ al-Dīn ‘Alī Ibn Ḥinnā [4], tandis que Tāǧ al-Dīn Muḥammad [15] est placé dans la fonction de wazīr al-ṣuḥba. Tous trois reçoivent des robes d’honneur et prennent leur fonctions deux jours plus tard31.

  • 32  Il dirige le bureau appelé dīwān al-aḥbās qui administre les propriétés et biens-fonds établis au (...)
  • 33  Al-Ṣafaḍī, A‘yān, III, p. 1223-1224 ; Ibn Ḥaǧar al-‘Asqalānī, Durar, t. III, n˚2837, p. 54.
  • 34  Ibn Šaddād, ayant lui-même fait partie de l’entourage d’Ibn Ḥinnā, nous donne davantage d’informat (...)

13Outre les fils et petits-fils du vizir ‘Alī Ibn Ḥinnā, ses gendres sont également placés à des positions stratégiques renforçant un peu plus la mainmise de la famille sur la gestion de l’État sous le règne d’al-Ẓāhir Baybars. Ainsi, la gestion des intérêts privés du sultan est confiée à l’un de ses gendres, Bahā’ al-Dīn ‘Alī b. ‘Īsā al-Ṯā‘libī al-Šāfi‘ī [9] (m. 710/1310), qui est nommé par le vizir pour administrer la succession d’al-Ẓāhir Baybars (waliya amr al-tarakat al-Ẓāhiriyya). Il occupe par ailleurs les fonctions de nāẓir al-aḥbās32 et d’administrateur des fondations pieuses (nāẓir al-awqāf)33. Quant à son autre gendre, Šaraf al-dīn Muḥammad Abū ‘Abd Allāh Ibn Maškūr (m. 675/1276) [11], il est nommé administrateur de l’armée d’Égypte et meurt en fonction en 675/127634.

  • 35  Ibn Abī l-Faḍā’il, Nahǧ, t. II, p. 464 [300].

14La mort du sultan en 676/1277 porte un coup fatal au pouvoir du vizir et d’une famille si étroitement liée au règne et à la personne d’al-Ẓāhir Baybars. Certes, dans un premier temps, ‘Alī Ibn Ḥinnā est confirmé au vizirat, mais sa mort, en 677/1278, met ses petits-fils dans une situation difficile. Son successeur au vizirat, Burhān al-dīn Ḫiḍr al-Sinǧārī, entretenait une haine tenace envers ‘Alī Ibn Ḥinnā et un ordre du sultan est envoyé pour faire mettre le séquestre sur ses biens. Le nouveau vizir se trouve alors à même d’exercer sur les petits-fils et les biens de son rival toute l’autorité qu’il avait pu espérer. Il est secondé dans son entreprise par plusieurs des plus grands émirs de l’époque, tels Aybak al-Afram et Baysarī al-Šamsī, qui sont mécontents du vizir de Baybars. Quant à Tāǧ al-dīn Muḥammad [15], qui se trouve alors à Damas, il est démis de sa charge de wazīr al-ṣuḥba et arrêté, tout comme son frère Zayn al-Dīn Aḥmad [16] et son cousin ‘Izz al-Dīn Muḥammad [13]. Chacun d’entre eux est contraint de signer une reconnaissance de dette de cent mille dinars35.

  • 36  Voir ‘Abd al-Razīq, « Le vizirat et les vizirs d’Égypte… », no 18, p. 193.
  • 37  Al-Maqrīzī, Sulūk, t. I/3, p. 803 ; Quatremère, Histoire des sultans mamlouks, t. II/2, p. 15-16.

15Le retour aux affaires de la famille n’a lieu qu’une quinzaine d’années plus tard, sous le premier règne du sultan al-Nāṣir Muḥammad (1293-1294), avec la nomination au vizirat de Tāǧ al-Dīn Muḥammad [15] en ṣafar 693/janvier 129436. Le nouveau vizir en profite pour placer son cousin ‘Izz al-Dīn Muḥammad [13] au poste de wazīr al-ṣuḥba. Tous les deux siègent dans la Salle du Vizirat à la Citadelle et Tāǧ al-Dīn rédige les décrets (tawqī‘)37. Ce retour en grâce est de courte durée et Tāǧ al-Dīn Muḥammad est destitué en ǧumādā I 694/mars 1295, à l’avènement du sultan al-‘Ādil Kitbuġā.

16Le faible rôle historique joué par les membres de la famille au xive siècle contraste singulièrement avec la période faste du siècle précédent. Il convient néanmoins de noter la persistance du patronyme familial dans les sources historiques qui permet ainsi, du père de ‘Alī Ibn Ḥinnā au dernier personnage identifié, de retracer sur plus de deux siècles l’existence des Banū Ḥinnā. Il faut sans doute voir en cela le fait que le prestige du nom demeure assez significatif pour que des auteurs n’ayant pas vécu du temps du grand vizir ou descendants les plus proches considèrent qu’il mérite encore d’être noté, parce qu’il conserve un sens et fait écho dans la mémoire de ses contemporains. Toutefois, les détails concernant les Banū Ḥinnā au xivsiècle sont bien maigres et se limitent bien souvent au nom, à la fonction la plus emblématique occupée et au lieu et à la date de décès, de quelques individus. C’est ce bilan que nous nous proposons d’aborder maintenant.

Continuité et rupture du groupe familial : les vestiges des Banū Ḥinnā dans les sources

  • 38  L’ensemble de ces données est restitué dans le tableau généalogique en annexe de cet article.
  • 39  Al-Nuwayrī, Nihāya, t. XXX, p. 171-172 ; al-Birzālī, Muqtafī, t. I, no124, p. 210-211 ; al-Yūnīnī, (...)
  • 40  Al-Nuwayrī, Nihāya, t. XXX, p. 213 ; al-Birzālī, Muqtafī, t. I, no 319, p. 300 ; Ibn Šaddād, Ta’rī (...)

17Bien que d’origine copte, les Banū Ḥinnā offrent tous les attributs d’une longue lignée d’oulémas musulmans jusque dans la suite onomastique particulièrement monotone, faite d’une alternance de Muḥammad et d’Aḥmad, qui caractérise les membres masculins du groupe familial et qui contribue à l’ancrer au plus profond de la mémoire du temps dans les dictionnaires biographiques de l’époque. Les sources historiques permettent de reconstituer une grande partie de la lignée familiale38. Nous pouvons identifier deux fils nés de son union avec la fille du vizir Hibat Allāh al-Fā’izī [6], Faḫr al-Dīn Muḥammad Abū ‘Abd Allāh [8] (622/1225-668/1269)39 et Muḥīy al-Dīn Aḥmad [7] (636/1238-672/1273)40, et deux filles [10 et 11], dont nous connaissons les époux, Bahā’ al-Dīn ‘Alī b. ‘Īsā al-Ṯa‘libī al-Šāfi‘ī [9] (m. 710/1310) et Šaraf al-Dīn Muḥammad Abū ‘Abd Allāh Ibn Maškūr [12] (m. 675/1276), mentionnés précédemment.

  • 41  Il s’agit ici de la lignée A dans l’arbre généalogique en annexe.
  • 42  Al-Birzālī, Muqtafī, t. III, no886, p. 364 ; al-Nuwayrī, Nihaya, t. XXXII, p. 133 ; Ibn al-Dawadār (...)
  • 43  Al-Birzālī, Muqtafī, t. III, no650, p. 266-267 ; al-Nuwayrī, Nihāya, t. XXXII, p. 93 ; Ibn Ḥaǧar a (...)

18Nous connaissons les noms de deux des fils de son fils aîné Faḫr al-Dīn Muḥammad [8]41, Tāǧ al-Dīn Muḥammad Abū ‘Abd Allāh [15] (640-707/1241-1307)42 et Zayn al-Dīn Aḥmad Abū l-‘Abbās [16] (m. 704/1304), ce dernier étant considéré « comme un faqīh šāfi‘ī, plein de mérite, religieux, imposant et universellement respecté, plein d’affection pour les gens de bien43. »

  • 44  Al-Birzālī, Muqtafī, t. III, no 1075, p. 451-452. Al-Birzālī lui donne comme nom Quṭb al-Dīn Muḥam (...)
  • 45  Al-Ǧazarī, Ḥawādiṯ al-zamān wa wafayāt al-akābir wa-l-a‘yān min abnā’ihi, éd. ‘U. Tadmurī, Sayda-B (...)
  • 46  Al-Ṣafadī, A‘yān, t. I, p. 116. Sa mère était la fille du šayḫ Maǧd al-Dīn al-Aḫmīmī et son frère (...)

19Les sources révèlent les noms de deux fils de Tāǧ al-Dīn Muḥammad [15], vizir d’Égypte, comme son grand-père, sous le premier règne d’al-Nāṣir Muḥammad (1293-1294) : Quṭb al-Dīn Muḥammad [24] (m. 709/1309)44 et Nāṣir al-Dīn Muḥammad [19] (m. 729/1328), qui occupe la charge de responsable (ṣāḥib) du dīwān al-aḥbās45. Mais, nous savons également qu’il a eu au moins deux filles [20] et [23], dont l’une épouse ‘Imād al-Dīn Abū l-Fidā’ Ismā‘īl b. Muḥammad al-Qaysarānī al-Maḫzūmī [21] (671-736/1272-1336) et l’autre Maǧd al-dīn Aḥmad b. Abū Bakr al-Hamdānī al-Mālikī [22] (m. 721/1321), prédicateur (ḫaṭīb) du Fayyūm46.

  • 47  Ibid., p. 226. Mort le 10 ǧumādā I 724/5 mai 1324, à l’âge de quarante ans. Il fut enterré avec sa (...)
  • 48  Ibn Ḥaǧār al-‘Asqalānī, Inbā’ al-ġumr bi-anbā’ al-‘umr, éd. M. A. Duhmān, Damas, 1979, t. II, p. 2 (...)

20Pour cette partie de la lignée familiale, nous avons identifié deux fils de Quṭb al-Dīn [24], Šaraf al-Dīn Muḥammad [28] et Šihāb al-Dīn Aḥmad [27] (m. 724/1323)47. Quant à Nāṣir al-Dīn [19], il avait un fils nommé Badr al-Dīn Muḥammad [29] (m. 788/1386), surnommé « adīb Miṣr », « le lettré de Fusṭāṭ-Miṣr »48. Avec ce dernier, la descendance du fils aîné de Bahā’ al-Dīn ‘Alī Ibn Ḥinnā disparaît des textes historiques.

  • 49  Ibn Ḥaǧar al-‘Asqalānī, Durar, t. III, no 3581, p. 217. Šaraf al-Dīn Muḥammad Abū l-Sa‘ūd b. al-ṣā (...)
  • 50  Terme persan désignant, à l’époque mamelouke, une institution abritant des soufis, des mystiques m (...)
  • 51  Ibn Ḥaǧar al-‘Asqalānī, Durar, t. IV, no 4421, p. 103.

21Quant à son deuxième fils, Zayn al-Dīn Aḥmad [16], nous lui connaissons deux fils : un premier nommé Šaraf al-Dīn Muḥammad [17] (m. 747/1346)49 et un second, ‘Abd Allāh [18], sur lequel nous ne savons rien, si ce n’est qu’il a eu deux fils, Ibrāhīm [31] et Šams al-Dīn Muḥammad [30] (m. 792/1390), qui est secrétaire dans les bureaux de nombreux émirs avant de quitter ces fonctions pour devenir soufi dans une ḫānqāh50. Quant à Šaraf al-Dīn Muḥammad [17], nous trouvons la trace d’un fils nommé Šams al-Dīn Muḥammad [32] (m. 760/1359)51.

  • 52  Il s’agit ici de la lignée B de l’arbre généalogique en annexe.
  • 53  Ibn Ḥaǧar al-‘Asqalānī, Inbā’, t. VI, p. 257 ; al-Saḫāwī, Al-Ḍaw‘ al-Lāmi‘ li-Ahl al-Qarn al-Tāsi‘ (...)
  • 54  Une madrasa est un lieu d’enseignement du Coran, des Traditions du Prophète (ḥadīṯ) et des différe (...)

22La descendance du deuxième fils de Bahā’ al-Dīn ‘Alī Ibn Ḥinnā, Muḥīy al-Dīn Aḥmad [7], peut également être en partie restituée52. Deux de ses fils sont connus : ‘Izz al-Dīn Muḥammad [13] et Zayn al-Dīn Muḥammad [14]. Mais, à partir de ce dernier, seule une partie de la lignée peut être retracée. Šaraf al-Dīn Muḥammad [25], fils de Zayn al-Dīn Muḥammad, a lui-même un fils nommé Šams al-Dīn Muḥammad [26]. Le fils de ce dernier, ‘Izz al-Dīn Aḥmad [33], donne naissance au dernier membre de la lignée familiale dont les sources ont conservé la trace, Šams al-Dīn Muḥammad [34] (764-813/1362-1410)53, qui débute à la chancellerie (dīwān al-inšā’) au Caire, sert comme muwaqqī‘ chez de nombreux émirs et est également professeur à la Madrasa al-Ṣāliḥiyya54 à al-Qāhira.

23Ainsi donc à partir du xive siècle, après la mort de Tāǧ al-dīn Muḥammad [15], les membres de la famille semblent avoir été tenus à l’écart des réseaux actifs de l’administration sultanienne. La famille conserve néanmoins un prestige qui vaut à l’un des fils de Tāǧ al-Dīn Muḥammad d’être qualifié de ṣāḥib, terme désignant les vizirs, en référence au passé glorieux de ses ancêtres, bien qu’il n’ait semble-t-il pas fait carrière dans l’administration. Comme nous le verrons ultérieurement, plusieurs membres connus de la famille s’orientent vers des carrières dans l’enseignement religieux, avec comme point d’ancrage la Madrasa al-Ṣāḥibiyya al-Bahā’iyya, fondée à Fusṭāṭ-Miṣr, par leur illustre ancêtre, ‘Alī Ibn Ḥinnā. Il faut attendre la fin du xive siècle pour retrouver des membres de la famille impliqués dans l’administration de l’Égypte, à des postes de secrétaire ou de secrétaire enregistreur (muwaqqi‘) à la chancellerie (dīwān al-inšā’), et au service des émirs de l’époque.

Main basse sur la ville : l’implantation des Banū Ḥinnā à Fusṭāṭ-Miṣr

  • 55  S. Denoix, Décrire le Caire…, p. 86-91. À l’époque ayyoubide, la construction de la Citadelle et l (...)
  • 56  A. Raymond, Le Caire, Paris, 1993, p. 103-106.
  • 57  Voir M. Eychenne, Une Société clientéliste dans le Proche-Orient médiéval. Liens personnels et rés (...)

24Le nom des Banū Ḥinnā est fortement associé à celui de Fusṭāṭ-Miṣr et l’on peut suivre leur présence dans la ville et leur implication dans les affaires de la cité sur plus de deux siècles. Bien que durement affectée par les crises de la fin du xiie siècle et affaiblie par l’essor d’al-Qāhira, la ville de Fusṭāṭ-Miṣr, à l’époque ayyoubide, redevient un centre politique et économique d’une grande importance55. À la toute fin de la période, le transfert du centre du pouvoir de la Citadelle à l’île de Rawḍa, où le sultan al-Ṣāliḥ Ayyūb fait construire sa demeure et les casernes de ses mamlūk-s turcs, contribue pour un temps à régénérer la ville, située juste en face, sur la rive orientale du Nil56. Toutefois, la destruction de la citadelle de Rawḍa par le sultan mamelouk al-Mu‘izz Aybak, met rapidement et définitivement un terme à toute perspective de redressement durable de la cité. Pour autant, pendant les premières décennies du sultanat mamelouk, Fusṭāṭ-Miṣr, en continuité avec la période précédente, demeure la ville des fonctionnaires, des administrateurs et des oulémas. La plupart des grandes familles de notables cairotes, qui, avec leurs clients, sont sollicités pour fournir les cadres de l’administration et de la judicature dans le nouvel État, résident et possèdent des intérêts à Fusṭāṭ-Miṣr57et, logiquement, les premiers investissements et marques de l’évergétisme des nouveaux souverains se font dans cette partie de la ville.

  • 58  S. Denoix, « Fustat, lieu de mémoire… », p. 56-58.
  • 59  S. Denoix, Décrire le Caire…, p. 91.
  • 60  Ibn Abī l-Faḍā’il, Nahǧ t. II, p. 447-452.

25Son héritage chrétien, tant du point de vue du patrimoine culturel et architectural que de la démographie et des institutions (plusieurs églises et monastères coptes y sont installés), confère à Fusṭāṭ-Miṣr une identité particulière58. Elle rassemble, à cette époque, en son sein, une forte concentration de population chrétienne - mais aussi juive59. Faut-il attribuer le rôle que joue Bahā’ al-Dīn ‘Alī Ibn Ḥinnā dans les luttes de factions pour le contrôle du patriarcat copte, à sa position de vizir, à sa forte implantation dans la ville Fusṭāṭ-Miṣr ou même à ses lointaines origines coptes ? Les trois facteurs sont sans doute indissociables. Le chroniqueur Ibn Abī l-Faḍā’il met en effet en lumière l’implication de Bahā’ al-Dīn ‘Alī dans les affaires internes de la communauté copte du Caire sous le règne du sultan al-Ẓāhir Baybars. À cette occasion, il apparaît en véritable faiseur de patriarche60.

Les Banū Ḥinnā, faiseurs de patriarche

  • 61  S. Khalil, Al-Ṣafī Ibn al-‘Assāl, p. 624.

26L’élection des patriarches coptes est au centre des luttes de factions durant toute la période médiévale. À l’époque ayyoubide, un paroxysme est atteint et l’Église copte reste sans patriarche pendant près de vingt ans, entre 613/1216 et 632/1235. Quelques années après, en 641/1243, chaque faction voulant imposer son candidat, la situation se répète et la guerre des clans entraîne une nouvelle paralysie. Cette fois encore le siège demeure vacant pendant longtemps, plus de sept ans et demi, de 641/1243 à 648/125061.

  • 62  Ibid.
  • 63  Ibid., p. 624-627.

27L’arrivée au pouvoir des Mamelouks, en 648/1250, semble avoir en partie débloqué la situation puisqu’un nouveau patriarche est élu sous le nom d’Athanase III. Mais cette élection ne se fait pas sans heurts et l’intervention, même indirecte, du vizir Hibat Allāh al-Fā’izī, le beau-père de ‘Alī Ibn Ḥinnā, semble avoir été décisive. Le vizir était le fils de la sœur de l’un des plus influents membres de la communauté copte à cette époque, al-Sanī Abū l-Maǧd Ibn al-Ṯu‘bān, ancien précepteur de la grande famille des Banū l-‘Assāl62. Par conséquent, le pouvoir d’Ibn al-Ṯu‘bān se renforce avec l’arrivée au pouvoir du sultan al-Mu‘izz Aybak et surtout avec la nomination au vizirat de son neveu, Hibat Allāh al-Fā’izī. Il persuade alors les notables de la communauté, sans doute aidé par le vizir, de procéder à l’élection sans la présence des évêques et parvient ainsi à éliminer le prêtre Gabriel, candidat de la faction représentée par les Banū l-‘Assāl. En dépit des protestations de ces derniers, et notamment d’al-Amǧad Ibn al-‘Assāl, secrétaire du bureau des armées (kātib dīwān al-ǧayš), l’élection est entérinée. Būlus Ibn Kalīl al-Miṣrī est intronisé le 11 raǧab 648/9 octobre 1250, sous le nom d’Athanase III, et le prêtre Gabriel doit fuir et se réfugier dans la maison de sa sœur à Fusṭāṭ-Miṣr63.

28Le patriarche Athanase III meurt en 659/1261 et la lutte de factions entre les notables coptes d’al-Qāhira et ceux de Fusṭāṭ-Miṣr reprend de plus belle. C’est dans un tel contexte que se place l’intrusion dans les affaires de la communauté copte du vizir Bahā’ al-Dīn ‘Alī Ibn Ḥinnā, quelques années plus tard, au début du règne d’al-Ẓāhir Baybars.

  • 64  Ibn Abī l-Faḍā’il, Nahǧ, II, p. 447-452 ; S. Khalil, Al-Ṣafī Ibn al-‘Assāl, p. 627-628.

29D’un côté, les notables d’al-Qāhira, dont al-Amǧad Ibn al-‘Assāl, sou­tiennent la candidature du prêtre Gabriel et, de l’autre, les notables de Fusṭāṭ-Miṣr présentent Yūḥannā Ibn Abī Sa‘īd al-Sukkārī à l’élection. Faute de pouvoir départager les candidats, l’élection se fait par tirage au sort et le prêtre Gabriel l’emporte. Toutefois, les notables de Fusṭāṭ-Miṣr, n’acceptant pas le verdict, se liguent contre Gabriel et parviennent à le faire destituer. Le rôle du vizir Bahā’ al-Dīn Ibn Ḥinnā est déterminant. En effet, selon le chroniqueur Ibn Abī l-Faḍā’il, les partisans de Yūḥānna proclament que la nomination de Gabriel n’est pas valable et versent une somme de cinq mille dinars au vizir pour le convaincre. Le sort de Gabriel est une nouvelle fois scellé, Ibn Ḥinnā ordonne sa destitution et Yūḥānna est fait patriarche sous le nom de Jean VII le 7 ṣafar 660/1er janvier 1262. Mais l’histoire ne s’arrête pas là et, six ans plus tard, en 667/1268, il est à son tour destitué par le vizir Ibn Ḥinnā, qui nomme le prêtre Gabriel pour le remplacer. À peine deux ans plus tard, un ultime rebondissement intervient lorsqu’en ṣafar 669/octobre 1270, le vizir Ibn Ḥinnā ordonne la destitution de Gabriel car il n’a pas satisfait à l’obligation faite aux chrétiens de s’acquitter de l’impôt extraordinaire auquel ils sont soumis depuis ša‘bān 663/juin 1265. Le vizir Ibn Ḥinnā rend alors le patriarcat à Jean VII qui le conserve pendant vingt-deux ans, jusqu’à sa mort en rabī‘ II 692/avril 129364.

30Les origines coptes de la famille expliquent, sans doute en partie, l’implication de ‘Alī Ibn Ḥinnā, et avant lui de son beau-père, dans les affaires de la communauté, tout comme la manne fiscale que représente la taxation des non-musulmans et le contrôle des populations chrétiennes – ou juives – par l’intermédiaire de leurs représentants officiels. Sans doute l’identité profondément fusṭāṭienne de la famille est aussi une des raisons qui ont incité les Banū Ḥinnā à intervenir directement dans ce qui apparaît à bien des égards comme des affaires mêlant les familles de notables locaux. Pour autant, l’ancrage de la famille dans la ville, à travers le patrimoine foncier qu’elle s’est constitué, montre que c’est en contribuant à donner une identité musulmane, par l’édification de nombreuses institutions religieuses, que la famille s’est inscrite dans la mémoire des contemporains.

L’empreinte urbaine des Banū Ḥinnā : lieux de résidence et investissements à Fusṭāṭ-Miṣr

  • 65  Les numéros entre crochets renvoient aux cartes 1 et 2 en annexe.
  • 66  Ibn Duqmāq, Kitāb al-intiṣār li wāsiṭat ‘aqd al-amṣār, éd. K. Völlers, Būlāq, 1893-1896 (rééd. Bey (...)
  • 67  Ibn Duqmāq, Intiṣār, t. IV, p. 92 ; S. Denoix, Décrire le Caire…, p. 125.

31Un panorama détaillé des lieux de résidence des différents membres de la famille révèle la forte implantation des Banū Ḥinnā dans la ville de Fusṭāṭ-Miṣr. Le beau-père de ‘Alī Ibn Ḥinnā, le vizir Hibat Allāh al-Fā’izī, dès l’époque ayyoubide, en 637/1239, a fondé une madrasa dans le Ḫuṭṭ al-Maṣūṣa [carte 1, M1]65, non loin de sa demeure [carte 1, n° 1], située dans la même rue. Il a doté l’institution de nombreux biens waqf-s qu’il possède à Fusṭāṭ-Miṣr66. Cette implantation à Fusṭāṭ-Miṣr explique sans doute en grande partie que la première institution religieuse fondée, en 654/1256, par un sultan mamelouk, la Madrasa al-Mu‘izziyya du sultan al-Mu‘izz Aybak [carte 1, M2], prenne place dans cette partie de la ville. Le vizir Hibat Allāh al-Fā’izī, chargé de la construction et de la constitution du waqf, décide de faire bâtir cette madrasa à l’extrémité du Ḫuṭṭ al-Madābiġ non loin de Bāb al-Qanṭara tout au sud de la ville67.

  • 68  Ibn Duqmāq, Intiṣār, t. IV, p. 90. Voir P. Casanova, Essai de reconstitution topographique de la v (...)
  • 69  Al-Maqrīzī, Ḫiṭaṭ, t. II, p. 298.
  • 70  Habituellement traduit par « poterne », il s’agit d’un « élément urbain couvert permettant la comm (...)
  • 71  Ibn Duqmāq, Intiṣār, t. IV, p. 30 ; t. V, p. 38. Selon Yūnīnī, le Dār al-Fā’izī était situé « en d (...)

32On constate également une forte concentration à cet endroit des demeures des différents membres de la famille. Ainsi, Bahā’ al-Dīn ‘Alī habite au nord-est de la ville dans le Darb al-Šuǧā‘at [carte 1, n° 2]68. Son fils Faḫr al-Dīn Muḥammad demeure dans un premier temps au nord de la ville [carte 1 n° 3], au bord du Nil, en face du Kūm al-Aḥmar69, puis déménage avant la fin du règne d’al-Mu‘izz Aybak, dans le Ḫuṭṭ al-Maṣūṣa [carte 1, n° 4]. Il habite alors une maison située dans la Suwayqat al-Yāhud, plus précisément dans la Ḫawḫa70 al-Fā’izī, là même où son grand-père, le vizir Hibat Allāh al-Fā’izī, près de sa demeure [carte 1, n° 1]71, avait fondé sa madrasa.

  • 72  Ibn Duqmāq, Intiṣār, t. V, p. 38.
  • 73  Al-Nuwayrī, Nihāya, t. XXXII, p. 135 ; al-‘Aynī, ‘Iqd, t. IV, p. 475.
  • 74  Ibn Duqmāq, Intiṣār, t. IV, p. 22.

33Les deux fils de Faḫr al-Dīn, Tāǧ al-Dīn Muḥammad et Zayn al-Dīn Aḥmad, résident également dans le Ḫuṭṭ al-Maṣūṣa [carte 1, n° 6 et 7]72, mais nous leur connaissons aussi à chacun une autre demeure : le premier en possède une au sud en dehors de Fusṭāṭ-Miṣr au bord de la Birkat al-Ḥabaš [carte 2, n° 12]73, et le second, à Fusṭāṭ-Miṣr, dans le Zuqāq Ibn al-Faqīh Naṣr [carte 1, n° 8]74. Quant au fils de Tāǧ al-Dīn Muḥammad, nommé Nāṣir al-Dīn Muḥammad, il vit, au sud, à l’extérieur de Fusṭāṭ-Miṣr, au bord de la Birkat al-Ḥabaš, vraisemblablement dans la demeure de son père [carte 2, n° 13].

  • 75  Al-Maqrīzī, Ḫiṭaṭ, t. II, p. 297.
  • 76  Ibn Duqmāq, Intiṣār, t. IV, p. 96.
  • 77  Ibid., t. IV, p. 96 ; voir également, S. Denoix, Décrire le Caire, p. 129.

34Le deuxième fils de ‘Alī Bahā’ al-Dīn Ibn Ḥinnā nommé Muḥīy al-Dīn Aḥmad réside dans une demeure se trouvant dans la Ḫawḫat al-Faqīh Naṣr, en face du Ǧāmi‘ Ġayn de l’île de Rawḍa [carte 1, n° 5]75. Son fils, ‘Izz al-Dīn Muḥammad, habite non loin de là au bord du Nil, sur l’emplacement de la future Madrasa al-Ṭaybarsiyya [carte 1, n° 9]76. Selon Ibn Duqmāq, lorsque ‘Izz al-Dīn Muḥammad Ibn Ḥinnā fit l’acquisition de cette demeure (dār), « il en détruisit la salle de réception intérieure (maǧlis), éleva son plafond et construisit sur cet emplacement la salle de réception extérieure (īwān) dans laquelle est actuellement le miḥrāb [de la Madrasa al-Ṭaybarsiyya]. Il démonta la grande fenêtre et construisit le puits qui existe actuellement. Il construisit un šaḏrawān (sorte de fontaine) dans l’īwān occidental et dans la grande salle (dūr qā‘a), une fontaine avec un jet (fisqiyya) de valeur. » À la mort de Bahā’ al-Dīn ‘Alī, les Banū Ḥinnā sont spoliés, leurs propriétés sont exposées à la vente et l’émir Ṭaybars al-Wazīrī achète cette demeure (dār) qu’il transforme après modifications en madrasa77.

  • 78  Il occupa plusieurs charges importantes dont celle de nāẓir al-ǧayš d’Égypte. Il était « lié par m (...)
  • 79  Al-Yūnīnī, Ḏayl, t. III, p. 208-209.
  • 80  Ibn Duqmāq, Intiṣār, t. IV, p. 31.

35Notons, enfin, que l’un des gendres de Bahā’ al-Dīn ‘Alī Ibn Ḥinnā, Muḥammad Abū ‘Abdallāh Ibn Maškūr (m. 675/1276)78, qui a occupé les fonctions de nāẓir al-dawāwīn puis de nāẓir al-ǧayš sous le règne de Baybars et le vizirat de son beau-père, habite lui aussi au nord de Fusṭāṭ-Miṣr, sur le bord du canal (ḫalīǧ) selon l’indication de Yūnīnī79, et dans la Ḫawḫat al-Ṭiyān selon Ibn Duqmāq [carte 1, n° 10 et 11]80.

  • 81  Ibid., p. 19.
  • 82  Ibid., p. 105.
  • 83  Un ribāṭ désigne ici un établissement où résident des mystiques soufis.
  • 84  Ibn Duqmāq, Intiṣār, t. IV, p. 104, 107.

36La ville de Fusṭāṭ-Miṣr est, pour les Banū Ḥinnā, tout autant un lieu de résidence qu’un terrain privilégié d’investissement. Ils y possèdent plusieurs établissements commerciaux. Ainsi, Bahā’ al-Dīn ‘Alī a fondé un hammam [carte 1, H7]81. Son fils Muḥīy al-Dīn Aḥmad est propriétaire de pas moins de trois caravansérails (qaysāriyya-s), non localisés, et d’un hammam [carte 1, H6]82. Quant à Tāǧ al-Dīn Muḥammad, il possède un terrain à bail emphytéotique (ḥikr) à al-Ma‘šūq, lieu où il a fait bâtir une maison, un ribāṭ83 et deux hammams [voir carte 2, n° 12, H8 et R3]84.

  • 85  Al-Maqrīzī, Ḫiṭaṭ, t. II, p. 427.
  • 86  Il s’agit ici d’une institution fondée par ou pour un šayḫ soufi.
  • 87  Ibn Duqmāq, Intiṣār, t. IV, p. 101.
  • 88  Al-Maqrīzī, Ḫiṭaṭ, t. II, p. 299.
  • 89  Ibid., p. 297.

37Ces biens sont vraisemblablement destinés à financer les nombreuses institutions religieuses qu’ils fondent. Parmi elles, le Ribāṭ al-Ṣāḥib [carte 2, R2], érigé par Faḫr al-Dīn Muḥammad, au bord du Nil, près de la Birkat al-Ḥabaš85, une zāwiya [carte 1, Z2]86 fondée par Zayn al-Dīn Aḥmad87 ou encore un ribāṭ construit par Tāǧ al-Dīn Muḥammad dans le cimetière de la Grande Qarāfa [carte 2, R4]88. Pour sa part, Muḥīy al-Dīn Aḥmad joue un rôle décisif dans la restauration de la prédication dans le Ǧāmi‘ al-Ġayn, mosquée fondée par le sultan ayyoubide al-Ṣāliḥ Ayyūb, sur l’île de Rawḍa [carte 1, G2]. Cette mosquée, à l’abandon depuis la fin de la période ayyoubide, trouve une nouvelle jeunesse lorsqu’il fait construire sa maison, juste en face d’elle, de l’autre côté du fleuve, dans la Ḫawḫat Ibn al-Faqīh Naṣr. Muḥīy al-Dīn Aḥmad obtient l’autorisation de son père et, en 667/1269, la prédication du vendredi est à nouveau effectuée dans la mosquée89.

  • 90  Ibid., p. 298-299.
  • 91  Sur cet émir et ses investissements à Fusṭāṭ-Miṣr, voir J.-Cl. Garcin, « Le Caire et la province : (...)
  • 92  Selon al-Maqrīzī, lorsque les constructions se développèrent dans ce quartier, l’émir Aybak al-Afr (...)

38De son côté, Tāǧ al-Dīn Muḥammad fait bâtir, en 672/1273, une mosquée du vendredi (ǧāmi‘) à Dayr al-Ṭīn [carte 2, G1]90. Cette construction est étroitement liée au développement du Bustān al-Ma‘šūq et à son expansion démographique qui rend alors la mosquée existante trop exiguë pour accueillir la population venant assister à la prière du vendredi. Tāǧ al-Dīn décide alors de faire construire une nouvelle mosquée et la dote d’une salle de prière à l’étage. En fin connaisseur de la ville, le même Tāǧ al-Dīn Muḥammad, alors vizir, conseille au grand émir Aybak al-Afram91 la construction d’une mosquée, en dehors de Fusṭāṭ-Miṣr, en 693/129492.

  • 93  Le Kūm al-Aḥmar est situé au bord du Nil au nord de Fusṭāṭ-Miṣr (S. Denoix, Décrire le Caire, p. 9 (...)
  • 94  Ibn Duqmāq, Intiṣār, t. IV, p. 119-120 ; al-Maqrīzī, Ḫiṭaṭ, t. II, p. 298.

39Omniprésents à Fusṭāṭ-Miṣr, les Banū Ḥinnā jouent également un rôle important dans le développement des zones périphériques de la ville. À l’époque de Baybars, la zone située au nord de la ville, au-delà de Bāb Miṣr et au-delà du grand canal, est urbanisée sous l’impulsion du vizir ‘Alī Ibn Ḥinnā. Celui-ci conseille ainsi au sultan de faire bâtir une mosquée sur un terrain appelé al-Kūm al-Aḥmar faisant partie de l’immense jardin construit par al-Qāḍī l-Fāḍil, le grand vizir de Saladin, entre le Mīdān al-Lūq et le Bustān al-Ḫaššāb [carte 2, G3]93, et occupé par des fourneaux où l’on fabrique des briques. Le sultan fait donc élever l’édifice, auquel il concède, par un acte daté du mois de ramaḍān 671/mars 1273, la propriété de tout le terrain. L’administration (naẓar) de la mosquée est confiée aux fils et aux descendants du vizir Bahā’ al-Dīn ‘Alī. Sur une autre parcelle de ce même terrain, Faḫr al-Dīn Muḥammad, le fils du vizir ‘Alī Ibn Ḥinnā, avait fait construire un belvédère (manẓara), en face de cette colline qu’il avait longtemps habitée sous le règne d’al-Mu‘izz Aybak. Mais, de plus en plus incommodé par la fumée des fours établis sur cette colline, il finit par se plaindre à son grand-père, le vizir Hibat Allāh al-Fā’izī, qui décide d’acheter le terrain. À la mort de Faḫr al-Dīn Muḥammad, ‘Alī Ibn Ḥinnā persuade le sultan d’acquérir à son tour la parcelle94.

Deux marqueurs de l’espace urbain : le Ribāṭ al-Āṯār et la Madrasa al-Ṣāḥibiyya al-Bahā’iyya

  • 95  Al-Maqrīzī, Ḫiṭaṭ, t. II, p. 429.
  • 96  Selon Ṣafadī, il s’agissait d’un morceau de bâton (qiṭ‘at al-min al-‘anza), d’un crayon (mirwad), (...)
  • 97  Al-Maqrīzī, Ḫiṭaṭ, t. II, p. 429.

40Un premier édifice symbolise particulièrement la présence des Banū Ḥinnā dans la ville : il s’agit du Ribāṭ al-Aṯār al-Nābī en dehors de Fusṭāṭ-Miṣr, au sud, près de la Birkat al-Ḥabaš, dans le voisinage du Bustān dit al-Ma‘šūq [carte 2, G1]95. La construction de ce ribāṭ est ordonnée par le vizir Tāǧ al-Dīn Muḥammad Ibn Ḥinnā [15], le petit-fils de Bahā’ al-Dīn ‘Alī [4], qui meurt avant de voir l’édifice achevé et c’est son fils, Nāṣir al-Dīn Muḥammad [19], qui en termine la construction. Tāǧ al-Dīn Muḥammad aurait, dit-on, acheté des reliques du Prophète (āṯār al-nabuwiyya) pour une somme de soixante mille dirhams et les aurait installées dans son ribāṭ96. En associant son nom au Prophète, la famille entend également laisser une trace durable, autant dans les mémoires de ses contemporains et des générations futures que dans l’espace urbain. Le ribāṭ devient alors un lieu de pèlerinage particulièrement fréquenté jusqu’à l’époque de Maqrīzī, au xve siècle. À l’époque du sultan al-Ašraf Ša‘bān (1363-1377), un cours de droit chaféite est institué dans le ribāṭ, un enseignant y étant appointé et des étudiants étant entretenus par les revenus du waqf. Comme l’édifice était en permanence baigné par les eaux du Nil qui passait à ses pieds, une parcelle de terrain est constituée en waqf sous le règne du sultan al-Ẓāhir Barqūq (1382-1389 puis 1390-1399) pour permettre la construction d’un pont permettant d’y accéder97.

  • 98  Ibid., p. 370-371.

41Une autre fondation, la Madrasa al-Ṣāḥibiyya al-Bahā’iyya, située dans la Zuqāq al-Qanādīl [carte, M3], et fondée par Bahā’ al-Dīn ‘Alī Ibn Ḥinnā [4], en 654/1256, permet à la famille de marquer durablement de son empreinte l’espace urbain de Fusṭāṭ-Miṣr98. L’édifice est un véritable repère spatio-temporel pour retracer l’histoire de la famille car il constitue à Fusṭāṭ-Miṣr un point d’ancrage continu et pérenne pendant une grande partie de la période mamelouke. Bien plus, il apparaît comme une solution de repli dès lors que la famille, perdant de son prestige, cesse de jouer le moindre rôle d’importance dans l’administration de l’Égypte, au tournant du xive siècle.

42Le premier à y enseigner est le fils du fondateur, Faḫr al-Dīn Muḥammad [8], et ce jusqu’à sa mort en 668/1270. Le second fils du fondateur, Muḥīy al-Dīn Aḥmad [7], prend ensuite le relais de son frère, et y enseigne jusqu’à son décès, en 672/1274. La charge d’enseignement retourne alors dans la lignée de Faḫr al-Dīn Muḥammad, et son fils, Zayn al-Dīn Aḥmad [16], succède à son oncle et exerce dans l’établissement jusqu’à sa mort en 704/1304. La charge change à nouveau de lignée et c’est son cousin, Zayn al-Dīn Muḥammad [14], qui lui succède. Dès lors, la descendance de Zayn al-Dīn Muḥammad monopolise l’enseignement et l’administration (naẓar) de la madrasa jusqu’en 813/1410. Ainsi, son fils, Šaraf al-Dīn Muḥammad [25], y devient professeur et est remplacé à sa mort par son fils, Šams al-Dīn Muḥammad [26]. Ce dernier a pour successeur son fils, ‘Izz al-Dīn Aḥmad [33], dont le fils, Šams al-Dīn Muḥammad [34], vient prolonger la longue chaîne des enseignants, qui, en plus d’un siècle et demi, n’a admis aucun étranger au sein de la madrasa familiale.

  • 99  Ibid., p. 371.

43Au début du xve siècle, à la faveur de la crise, l’institution tombe en déshérence. Certes, la prière y est toujours instituée mais personne ne s’y rend plus car les alentours de l’édifice sont en ruine. Seul un homme y habite encore pour s’assurer que les matériaux, les portes et les marbres ne soient pas dérobés. L’institution est encore richement dotée et renferme de magnifiques meubles de grande valeur ainsi qu’un magasin à livres (ḫizāna kutub) que Šams al-Dīn Muḥammad fait transférer jusque chez lui et conserve jusqu’à sa mort, en ǧumādā II 813/octobre 1410. En 812/1409, le sultan al-Nāṣir Faraǧ ordonne que l’on confisque les colonnes de marbre qui s’y trouvent et il fait fabriquer de simples renforts pour soutenir les toits à leur place. Après la mort de Šams al-Dīn Muḥammad, les juges mettent la main sur ce qui reste de waqf-s rattachés à l’édifice. Elle reste dans cet état jusqu’au règne du sultan al-Mu’ayyad Šayḫ (1412-1421) et, à la fin de l’année 817/1414, l’édifice est purement et simplement détruit. Selon al-Maqrīzī, à l’origine « il n’y avait pas à Fusṭāṭ-Miṣr de madrasa plus somptueuse que celle-là ». Sa renommée était telle que « les gens se disputaient pour venir y étudier et se battaient pour pouvoir habiter une de ses chambres (bayt), au point que les étudiants étaient contraints de s’entasser à deux ou trois dans une seule pièce (bayt) ». Puis, la madrasa déclina et fut détruite, « presque jusqu’à oublier son emplacement »99.

44La durée de la présence des Banū Ḥinnā et la pérennité de leur nom dans les chroniques et les dictionnaires biographiques témoignent tout autant de leur pouvoir dans l’administration de l’État mamelouk que de leur appartenance à la mémoire collective, alors qu’au xive siècle et au début du xve siècle, les membres de la famille ne jouent guère plus de rôle significatif dans l’histoire de l’Égypte. Quant au choix de l’implantation de la famille à Fusṭāṭ-Miṣr, il démontre l’importance que la ville conserve au cours du premier demi-siècle mamelouk. Cette implantation des Banū Ḥinnā, ancienne famille copte, semble relever de l’identification et de l’attachement à un lieu. Tous y sont nés et tous y sont morts. Alors qu’au xive siècle, les grands administrateurs, souvent d’origine copte, convertis à l’islam, n’hésitent pas à sortir d’al-Qāhira ou de Fusṭāṭ-Miṣr pour s’installer dans des quartiers résidentiels plus proches de la Citadelle, les Banū Ḥinnā restent fidèles à leurs origines fusṭāṭiennes et transforment leur madrasa, symbole de leur rayonnement lorsqu’ils étaient au sommet de leur puissance, en refuge, dès lors qu’ils commencent à décliner. À cet égard, la disparition de la Madrasa al-Ṣāḥibiyya al-Bahā’iyya pose clairement la question de la durée de vie du waqf d’un administrateur civil, à partir du moment où la descendance, éloignée des sphères d’influence du pouvoir, devient vulnérable et n’est plus en mesure de défendre son patrimoine contre la rapacité des puissants du moment. Au début du xve siècle, la communauté de destin entre la madrasa familiale et la famille elle-même est telle qu’à la disparition physique de la première correspond l’effacement, dans les sources historiques, de la seconde.

Annexe 1 : Tableau généalogique des Banū Ḥinnā

Annexe 1 : Tableau généalogique des Banū Ḥinnā
Haut de page

Notes

1  Al-Ṣafadī, A‘yān al-‘aṣr wa a‘wān al-naṣr, Beyrouth, 1998, t. IV, p. 1835. Près d’un siècle, après leur mort, les vizirs ‘Alī Ibn Ḥinnā et Hibat Allāh al-Fā’izī demeurent des références et des modèles, comme en témoigne cet éloge rédigé par l’historien Ṣafadī, au milieu du xive siècle, dans la notice biographique d’un grand administrateur de son temps. L’auteur utilise ici deux jeux de mots : d’une part, la proximité du nom Ḥinnā et du mot henné (ḥinnā’) et, d’autre part, le sens du verbe fāza, qui signifie « être victorieux, prendre le dessus, réussir », et la nisba d’appartenance du vizir al-Fā’izī, formé à partir du terme al-fā’iz, qui signifie « le triomphateur, le victorieux » :

 

2  Fusṭāṭ-Miṣr s’étendait le long de la rive orientale du Nil, dans la partie sud de l’actuelle ville du Caire, au cœur de ce que l’on nomme aujourd’hui le Vieux-Caire.

3  Sur la fondation et l’histoire de Fusṭāṭ-Miṣr, première capitale de l’Égypte arabe, fondée suite à la conquête du pays par les troupes de ‘Amrū Ibn al-‘Āṣ, en 20/641, voir S. Denoix, Décrire le Caire. Fusṭāṭ-Miṣr d’après Ibn Duqmāq et Maqrīzī, Le Caire, 1992 ; W. B. Kubiak, Al-Fustat. Its Foundation and Early Urban Development, Le Caire, 1988. Sur la ville en tant que lieu de mémoire collective, aussi bien pour les chrétiens que pour les musulmans, voir S. Denoix, « Fustât, lieu de mémoire », dans M. A. Amir-Moezzi éd., Lieu d’islam. Cultes et culture de l’Afrique à Java, Paris, éd. Autrement, 1996, p. 46-59 ; S. Denoix, « Les fouilles d’Istabl-‘Antar à Fustât. Une vision renouvelée de l’histoire urbaine et de la culture matérielle médiévales d’Égypte », dans E. Rodziewicz, Bone Carvings from Fustat-Istabl ‘Antar. Excavations of the Institut français d’archéologie orientale in Caire, 1985-2003, Le Caire, 2012, p. I-XXI.

4  S. Denoix, « Fustât, lieu de mémoire… », p. 59.

5  Les numéros entre crochets renvoient au tableau généalogique.

6  Al-Maqrīzī, Al-sulūk li-marifat duwal al-mulūk, éd. M.  M. Ziyāda, Le Caire, 1939-1958, t. I/2, p. 404. Il occupe le vizirat d’Égypte du 30 muḥarram 648/4 mai 1250, date de l’accession de Šaǧarat al-Durr au sultanat jusqu’au 28 rabī‘ II 648/30 juillet 1250, date à laquelle elle cède le trône à al-Mu‘izz Aybak. Voir A. ‘Abd al-Rāziq, « Le vizirat et les vizirs d’Égypte au temps des Mamlūks », Annales islamologiques, 16 (1980), p. 138. Sur Šaǧarat al-Durr, voir M. Chapoutot-Remadi, « Chajar ad-Durr (?-1257). Esclave, mamluke et sultane d’Égypte », dans C.A. Julien, Les Africains, t. IV, Paris, 1977, p. 101-127.

7  Il est nommé vizir en rabī‘ II 659/5 mars 1261 et détiendra la charge jusqu’à sa mort en ḏū l-qa‘da 677/mars 1279. Voir A. ‘Abd al-Razīq, « Le vizirat et les vizirs d’Égypte… », no 7, p. 190.

8  Al-Nuwayrī, Nihāyat al-arab fī funūn al-adab, éd. M. ‘A. al-H. Ša‘īra et M. M. Ziyāda, Le Caire, 1990, t. XXX, p. 18 ; Ibn Abī l-Faḍā’il, Kitāb al-nahǧ al-sadīd wa-l-durr al-farīd ba‘d Ta’rīḫ Ibn ‘Amīd, éd. et trad. É. Blochet sous le titre Histoire des sultans mamlouks dans Patrologia Orientalis, xii, 3, 1919, p. 421-422.

9  Terme utilisé par les géographes arabes médiévaux pour désigner un ensemble géographique correspondant actuellement à la Syrie, à la Jordanie, au Liban, à Israël et aux territoires palestiniens, ainsi qu’à la zone frontière entre la Syrie et la Turquie.

10  Selon al-Maqrīzī, « Baybars aimait à exercer de nombreuses exactions au profit du fisc et à lever sur les sujets des impôts considérables ». Sous son règne, ‘Alī Ibn Ḥinnā imagine de nouvelles contributions et fait mesurer le terrain des propriétés particulières situées à Fusṭāṭ-Miṣr et al-Qāhira. Il taxe fortement les riches et fait périr un grand nombre d’entre eux. Il double l’impôt (ǧawālī) prélevé sur les tributaires chrétiens et juifs (ahl al-ḏimmī). Il taxe également les habitants de Damas d’un impôt ayant pour objet la remonte de la cavalerie et qui est fixé pour la ville et pour les villages de son territoire à une somme d’un million de dirhams : al-Maqrīzī, Sulūk, I/2, p. 640.

11  De ce Ḥinnā, nous ne savons rien d’autre et il nous est également impossible de savoir précisément quel membre de la famille s’est converti à l’islam, et à quelle époque cette conversion a pu avoir lieu.

12   Voir la notice biographique qu’il lui consacre : al-Maqrīzī, Al-muqaffā al-kabīr, éd. M. al-Yalāwī, Beyrouth, 1991, t. V, no 2320, p. 706.

13  Ibid.

14  Grâce à al-Maqrīzī, nous connaissons son laqab (surnom honorifique). Toutefois, nous ne disposons d’aucune autre information à son sujet et par conséquent, sa lignée ne peut être reconstituée. Voir al-Maqrīzī, Sulūk, I/2, p. 406.

15  Al-Nuwayrī, Nihāya, XXX, p. 388 ; al-Maqrīzī, Al-mawā‘iẓ wa-l-i‘tibār fī ḏikr al-ḫiṭaṭ wa-l-ātār, Le Caire, 1853, II, p. 370 ; al-Birzālī, Al-muqtafī ‘alā Kitāb al-Rawḍatayn al-ma‘rūf bi-Tārīḫ al-Birzālī, éd. ‘U. al-Tadmurī, Sayda-Beyrouth, 2006, t. I, no 665, p. 442-443 ; Ibn al-Ṣuqāī, Tālī kitāb wafayāt al-a‘yān, éd. et trad. J. Sublet, Damas, 1974, no 137 ; al-Yūnīnī, Ḏayl mir’āt al-zamān, 2e éd., Le Caire, 1992, t. III, p. 305 ; Ibn Šākir al-Kutubī, ‘Uyūn al-tawārīḫ, éd. F. al-Samir et N. Dāwūd, Bagdad, 1977-1984, t. XXI, p. 204-205 ; Id., Fawāt al-wafayāt, éd. ‘Ā. ‘Abd al-Mawǧūd et ‘A. Mawwaḍ, Beyrouth, 2000, t. II, no 354, p. 131-133 ; al-Ṣafadī, Wāfī bi-l-wafāyat, Berlin, 1962-2004, t. XVI, no 575, p. 532-533.

16  Al-Nuwayrī, Nihāya, XXX, p. 388.

17  Il s’agit de Šaraf al-Dīn Hibat Allāh/As‘ad b. Ṣa‘īd b. Wuhayb al-Fā’izī. Il tient sa nisba « al-Fā’izī » du fait d’avoir été au service d’al-Malik al-Fā’iz Sābiq al-Dīn Ibrāhīm, fils du prince de Diyār Mudar, al-Malik al-‘Ādil. Avant sa conversion, son ism était As‘ad. Après sa conversion, il se fait appeler Hibat Allāh. Voir É. Quatremère, Histoire des sultans mamlouks de l’Égypte, écrite en arabe par Taki-eddin-Ahmed-Makrizi, Paris, 1837-1845, t. I/1, p. 10. Il est nommé vizir d’Égypte au cours de l’année 649/1251. Voir ‘Abd al-Razīq, « Le vizirat et les vizirs d’Égypte… », no 3, p. 189.

18  S. Khalil, Al-Ṣafī Ibn al-‘Assāl. Brefs chapitres sur la Trinité et l’Incarnation, Turnhout, 1985, p. 625.

19  Ibn al-Ṣuqāī, Tālī, no 273.

20  Ibid.; al-Maqrīzī, Sulūk, t. I/2, p. 404.

21  Al-Maqrīzī, Sulūk, t. I/2, p. 348 ; Quatremère, Histoire des sultans mamelouks, t. I/1, p. 37. Al-Maqrīzī raconte que « le vizir Hibat Allāh al-Fā’izī imagina à cet égard des expédients jusqu’alors inconnus. Il établit des impôts sur les marchands et les propriétaires, fixa des contributions et des redevances qu’il désigna par les noms de droits du sultan (al-ḥuqūq al-sulṭāniyya), opérations financières (al-mu‘āmilāt al-dīwāniyya). Il leva sur les peuples tributaires des capitations doubles du taux ordinaire. Il inventa un cadastre (taṣqī‘) et une évaluation des biens (taqwīn) et quantité d’autres mesures vexatoires. »

22  Šaǧarat al-Durr épouse le sultan al-Mu‘izz Aybak peu de temps après qu’il a écarté al-Ašraf Mūsā du trône. Son ascendant sur le pouvoir demeure extrêmement fort. Ayant appris que le sultan a négocié avec l’ennemi syrien et la faction des mamlūk-s baḥrides, et envisagé de prendre pour épouse, pour sceller cette union, la princesse zankide de Mossoul, Šaǧarat al-Dūrr fait assassiner le sultan le 23 rabī‘ I 655/10 avril 1257. Mais elle ne parvient pas à reprendre les rênes du pouvoir et le 11 rabī‘ II/28 avril, son corps dénudé est retrouvé dans un fossé au pied des murs de la Citadelle du Caire. Elle est enterrée dans la turba qu’elle s’était fait construire près du Mašhad Sayyida Nafīsa qui avait été doté de nombreux biens de mainmorte (waqf pl. awqāf) par son vizir Bahā’ al-Dīn ‘Alī Ibn Ḥinnā. Voir Ibn Taġrī Birdī, Nuǧūm, VI, p. 377. Voir également, L. Ammann, « Shadjar al-Durr », E.I.2, Leyde, t. IX, 1997, p. 176.

23  Al-Maqrīzī, Sulūk, t. I/2, p. 406 ; Quatremère, Histoire des sultans mamelouks, t. I/1, p. 75. Selon le témoignage d’Ibn al-Wāṣil, le cadi Burhān al-Dīn [5], frère de Bahā’ al-Dīn ‘Alī Ibn Ḥinnā [4], donnait à cet égard les détails suivants : « J’entrai auprès de Šaraf al-Dīn al-Fā’izī, qui était alors en prison. Il me pria de solliciter sa mise en liberté, s’engageant à payer chaque jour une somme de dix mille dinars. Je lui demandai comment il pourrait suffire à une pareille dépense. Il me répondit : “Je puis la supporter pendant une année ; et dans cet intervalle, Dieu viendra à mon secours.” Les mamelouks d’al-Mu‘izz Aybak loin d’accepter cette proposition, se hâtèrent d’ordonner sa mort et le firent étrangler. Ses biens et tout ce qu’il possédait furent saisis. »

24  Ibn al-Ṣuqāī, Tālī, no 273.

25  Al-Maqrīzī, Sulūk, t. I/2, p. 447 ; Quatremère, Histoire des sultans mamlouks, t. I/1, p. 145.

26  Al-Ṣafadī, Wāfī, t. IV, n˚1725, p. 173 ; al-Yūnīnī, Ḏayl, t. II, p. 439-440 ; Ibn Kaṯīr, Al-bidāya wa-l-nihāya fī ta’rīḫ, Le Caire, 1999, t. XIII, p. 156 ; al-‘Aynī, Iqd al-ǧumān fī ta’rīḫ ahl al-zamān, éd. M. M. Amīn, Le Caire, 1987-2009, t. II, p. 30, 67, 208.

27  Al-Yūnīnī, Ḏayl, t. II, p. 34-35 ; Ibn Taġrī Birdī, Al-nuǧūm al-ẓāhira fī mulūk Miṣr wa-l-Qāhira, 2e éd., Le Caire, s. d., t. VII, p. 241 ; Ibn al-Furāt, Tārīḫ al-duwal wa-l-mulūk, éd. Q. Zurayq et N. ‘Izz al-Dīn, Beyrouth, 1938, t. VII, p. 19 ; al-‘Aynī, ‘Iqd, II p. 126.

28  Vizir chargé d’accompagner le sultan lors de ses déplacements et de ses expéditions.

29  Al-Maqrīzī, Sulūk, t. I/2, p. 627.

30  Il était professeur appartenant au maḏhab šāfi‘ī, l’une des quatre écoles juridiques sunnites, et jouissait d’un immense prestige et d’une grande vénération (ṣāḥib ḥurma wāfira wa mahābba kabīra). À sa mort, il est enterré à la Grande Qarāfa dans le tombeau qu’il s’était fait construire. Al-Maqrīzī, Muqaffā, t. I, n˚607, p. 623 ; Ibn Ḥaǧar al-‘Asqalānī, Al-durar al-kāmina fī a‘yān al-mī‘a al-‘ṯāmina, éd. A. F. al-Mazīdī, Beyrouth, 1996, t. I, no 727, p. 168.

31  Ibn Šaddād, Ta’rīḫ al-malik al-Ẓāhir, éd. A. Ḥuṭayṭ, Wiesbaden, 1983, p. 134.

32  Il dirige le bureau appelé dīwān al-aḥbās qui administre les propriétés et biens-fonds établis au bénéfice des institutions religieuses (mosquées, madrasas, etc.)

33  Al-Ṣafaḍī, A‘yān, III, p. 1223-1224 ; Ibn Ḥaǧar al-‘Asqalānī, Durar, t. III, n˚2837, p. 54.

34  Ibn Šaddād, ayant lui-même fait partie de l’entourage d’Ibn Ḥinnā, nous donne davantage d’informations le concernant : né en 616/1219-1220, il débute sa carrière au service de plusieurs émirs. Il se spécialisa ensuite dans la gestion des transactions commerciales de tous les hauts dignitaires du royaume. Enfin, à la fin de sa vie, il est nommé administrateur de l’armée (nāẓir al-ǧayš) d’Égypte. Voir Ibn Šaddād, Ta’rīḫ, p. 211.

35  Ibn Abī l-Faḍā’il, Nahǧ, t. II, p. 464 [300].

36  Voir ‘Abd al-Razīq, « Le vizirat et les vizirs d’Égypte… », no 18, p. 193.

37  Al-Maqrīzī, Sulūk, t. I/3, p. 803 ; Quatremère, Histoire des sultans mamlouks, t. II/2, p. 15-16.

38  L’ensemble de ces données est restitué dans le tableau généalogique en annexe de cet article.

39  Al-Nuwayrī, Nihāya, t. XXX, p. 171-172 ; al-Birzālī, Muqtafī, t. I, no124, p. 210-211 ; al-Yūnīnī, Ḏayl, t. II, p. 439-440 ; al-Ṣafadī, Wāfī, t. IV, no1725, p. 185 ; Ibn Šākir al-Kutubī, ‘Uyūn, t. XX, p. 395 ; al-Maqrīzī, Muqaffā, t. VI, no2810, p. 334-336.

40  Al-Nuwayrī, Nihāya, t. XXX, p. 213 ; al-Birzālī, Muqtafī, t. I, no 319, p. 300 ; Ibn Šaddād, Ta’rīḫ, p. 44-45 ; al-Yūnīnī, Ḏayl, t. III, p. 34-35.

41  Il s’agit ici de la lignée A dans l’arbre généalogique en annexe.

42  Al-Birzālī, Muqtafī, t. III, no886, p. 364 ; al-Nuwayrī, Nihaya, t. XXXII, p. 133 ; Ibn al-Dawadārī, Kanz, t. IX, p. 102 ; al-Ṣafadī, Wāfī, t. I, no146, p. 217 ; al-Ṣafadī, A‘yān, t. IV, p. 1870-1879 ; Ibn Šākir al-Kutubī, Fawāt, t. II, no416, p. 258-262 ; al-Maqrīzī, Muqaffā, t. VII, no3202, p. 111-117 ; Ibn Ḥaǧar al-‘Asqalānī, Durar, t. IV, no4528, p. 125-126.

43  Al-Birzālī, Muqtafī, t. III, no650, p. 266-267 ; al-Nuwayrī, Nihāya, t. XXXII, p. 93 ; Ibn Ḥaǧar al-‘Asqalānī, Durar, t. I, no727, p. 168.

44  Al-Birzālī, Muqtafī, t. III, no 1075, p. 451-452. Al-Birzālī lui donne comme nom Quṭb al-Dīn Muḥammad, fils du ṣāḥib Taǧ al-Dīn Aḥmad b. Muḥammad b. ‘Alī b. Muḥammad b. Salīm Ibn Ḥinnā, ce qui est une erreur. Il convient de le rattacher à la lignée de Tāǧ al-Dīn Muḥammad.

45  Al-Ǧazarī, Ḥawādiṯ al-zamān wa wafayāt al-akābir wa-l-a‘yān min abnā’ihi, éd. ‘U. Tadmurī, Sayda-Beyrouth, 1998, t. II, no 382, p. 373.

46  Al-Ṣafadī, A‘yān, t. I, p. 116. Sa mère était la fille du šayḫ Maǧd al-Dīn al-Aḫmīmī et son frère était qāḍī l-quḍāt Šaraf al-dīn al-Mālikī (ḥākim de Syrie)

47  Ibid., p. 226. Mort le 10 ǧumādā I 724/5 mai 1324, à l’âge de quarante ans. Il fut enterré avec sa famille au cimetière de la Qarāfa.

48  Ibn Ḥaǧār al-‘Asqalānī, Inbā’ al-ġumr bi-anbā’ al-‘umr, éd. M. A. Duhmān, Damas, 1979, t. II, p. 229-230. Ibn Ḥaǧar al-‘Asqalānī le nomme Badr al-Dīn Muḥammad, fils de Šaraf al-Dīn Muḥammad, fils de Faḫr al-Dīn Muḥammad, fils de Bahā’ al-Dīn ‘Alī Ibn Ḥinnā.

49  Ibn Ḥaǧar al-‘Asqalānī, Durar, t. III, no 3581, p. 217. Šaraf al-Dīn Muḥammad Abū l-Sa‘ūd b. al-ṣāḥib Zayn al-Dīn Aḥmad b. al-ṣāḥib Faḫr al-Dīn Muḥammad b. al-ṣāḥib Bahā’ al-Dīn ‘Alī Ibn Ḥinnā.

50  Terme persan désignant, à l’époque mamelouke, une institution abritant des soufis, des mystiques musulmans.

51  Ibn Ḥaǧar al-‘Asqalānī, Durar, t. IV, no 4421, p. 103.

52  Il s’agit ici de la lignée B de l’arbre généalogique en annexe.

53  Ibn Ḥaǧar al-‘Asqalānī, Inbā’, t. VI, p. 257 ; al-Saḫāwī, Al-Ḍaw‘ al-Lāmi‘ li-Ahl al-Qarn al-Tāsi‘, éd. ‘A. ‘Abd al-Raḥmān, Beyrouth, 2003, t. VII, no 179, p. 88-89. Deux auteurs contemporains, du xve siècle, restituent de façons différentes son nom. Ibn Ḥaǧar al-‘Asqalānī le nomme Šams al-Dīn Muḥammad, fils de ‘Izz al-Dīn Aḥmad, fils de Šams al-Dīn Muḥammad, fils de Šaraf al-Dīn Muḥammad, fils de Zayn al-Dīn Muḥammad, fils de Muḥīy al-Dīn Aḥmad fils de Bahā’ al-Dīn ‘Alī Ibn Ḥinnā. Quant à Saḫāwī, il le désigne comme Šams al-Dīn Muḥammad b. ‘Izz al-Dīn Aḥmad b. Šams al-Dīn ou Zayn al-Dīn Muḥammad b. Šaraf al-Dīn Muḥammad b. Zayn al-Dīn Muḥammad b. Muḥīy al-Dīn Aḥmad b. Bahā’ al-Dīn ‘Alī Ibn Ḥinnā.

54  Une madrasa est un lieu d’enseignement du Coran, des Traditions du Prophète (ḥadīṯ) et des différentes disciplines liées au droit islamique (fiqh). La prestigieuse Madrasa al-Ṣāliḥiyya a été fondée, en 640/1242, à al-Qāhira, par le dernier sultan ayyoubide d’Égypte, al-Ṣāliḥ Ayyūb. Voir : al-Maqrīzī, Ḫiṭaṭ, t. II, p. 374-375.

55  S. Denoix, Décrire le Caire…, p. 86-91. À l’époque ayyoubide, la construction de la Citadelle et la réorganisation de l’espace cairote confèrent à nouveau à Fusṭāṭ-Miṣr une fonction de capitale politique et administrative et sa proximité du siège du pouvoir donne une nouvelle impulsion à son développement. Pas moins de neuf édifices religieux sont fondés à l’époque ayyoubide, dont la première madrasa d’Égypte, et ce, par des personnages aussi illustres que Saladin, son frère al-‘Ādil Abū Bakr ou encore son neveu. Ibid., p. 64 ; 93-95.

56  A. Raymond, Le Caire, Paris, 1993, p. 103-106.

57  Voir M. Eychenne, Une Société clientéliste dans le Proche-Orient médiéval. Liens personnels et réseaux de pouvoir entre élites civile et militaire sous les Mamlouks baḥrides (Égypte-Syrie, 1250-1382), thèse de doctorat, université de Provence Aix-Marseille I, 2007, p. 309-312.

58  S. Denoix, « Fustat, lieu de mémoire… », p. 56-58.

59  S. Denoix, Décrire le Caire…, p. 91.

60  Ibn Abī l-Faḍā’il, Nahǧ t. II, p. 447-452.

61  S. Khalil, Al-Ṣafī Ibn al-‘Assāl, p. 624.

62  Ibid.

63  Ibid., p. 624-627.

64  Ibn Abī l-Faḍā’il, Nahǧ, II, p. 447-452 ; S. Khalil, Al-Ṣafī Ibn al-‘Assāl, p. 627-628.

65  Les numéros entre crochets renvoient aux cartes 1 et 2 en annexe.

66  Ibn Duqmāq, Kitāb al-intiṣār li wāsiṭat ‘aqd al-amṣār, éd. K. Völlers, Būlāq, 1893-1896 (rééd. Beyrouth, 1966), t. IV, p. 92 ; al-Maqrīzī, Ḫiṭaṭ, t. II, p. 365 ; S. Denoix, Décrire le Caire…, p. 125.

67  Ibn Duqmāq, Intiṣār, t. IV, p. 92 ; S. Denoix, Décrire le Caire…, p. 125.

68  Ibn Duqmāq, Intiṣār, t. IV, p. 90. Voir P. Casanova, Essai de reconstitution topographique de la ville al-Foustat ou Miṣr, Le Caire, 1913 et 1919, p. 70, croquis no 24. Il possède une demeure (dār), une pièce d’habitation (qā‘a) et une galerie couverte (saqīfa). Pour une définition de la saqīfa: voir S. Denoix, Décrire le Caire…, p. 142.

69  Al-Maqrīzī, Ḫiṭaṭ, t. II, p. 298.

70  Habituellement traduit par « poterne », il s’agit d’un « élément urbain couvert permettant la communication entre deux rues ou entre une rue et un édifice ». Voir : S. Denoix, Décrire le Caire, p. 138.

71  Ibn Duqmāq, Intiṣār, t. IV, p. 30 ; t. V, p. 38. Selon Yūnīnī, le Dār al-Fā’izī était situé « en dehors de Bāb al-Qanṭara à Fusṭāṭ (ḫāriǧ Bāb al-Qanṭara bi-Miṣr). » Sa demeure fut rachetée et constituée en waqf par l’émir Baybars al-Ǧāšankīr pour construire sa ḫānqāh au début du xive siècle. Sur la demeure du vizir Hibat Allāh al-Fā’izī, voir Ibn Duqmāq, Intiṣār, t. IV, p. 30, 35, 53 ; t. V, 38 ; al-Yūnīnī, Ḏayl, t. II, p. 106.

72  Ibn Duqmāq, Intiṣār, t. V, p. 38.

73  Al-Nuwayrī, Nihāya, t. XXXII, p. 135 ; al-‘Aynī, ‘Iqd, t. IV, p. 475.

74  Ibn Duqmāq, Intiṣār, t. IV, p. 22.

75  Al-Maqrīzī, Ḫiṭaṭ, t. II, p. 297.

76  Ibn Duqmāq, Intiṣār, t. IV, p. 96.

77  Ibid., t. IV, p. 96 ; voir également, S. Denoix, Décrire le Caire, p. 129.

78  Il occupa plusieurs charges importantes dont celle de nāẓir al-ǧayš d’Égypte. Il était « lié par mariage » au vizir ‘Alī Ibn Ḥinnā (kāna baynahu wa bayn al-Ṣāḥib Bahā’ al-Dīn muṣāharat)

79  Al-Yūnīnī, Ḏayl, t. III, p. 208-209.

80  Ibn Duqmāq, Intiṣār, t. IV, p. 31.

81  Ibid., p. 19.

82  Ibid., p. 105.

83  Un ribāṭ désigne ici un établissement où résident des mystiques soufis.

84  Ibn Duqmāq, Intiṣār, t. IV, p. 104, 107.

85  Al-Maqrīzī, Ḫiṭaṭ, t. II, p. 427.

86  Il s’agit ici d’une institution fondée par ou pour un šayḫ soufi.

87  Ibn Duqmāq, Intiṣār, t. IV, p. 101.

88  Al-Maqrīzī, Ḫiṭaṭ, t. II, p. 299.

89  Ibid., p. 297.

90  Ibid., p. 298-299.

91  Sur cet émir et ses investissements à Fusṭāṭ-Miṣr, voir J.-Cl. Garcin, « Le Caire et la province : constructions au Caire et à Qūṣ sous les Mameluks baḥrides », Annales islamologiques, 8 (1969), p. 47-62 ; M. Eychenne, Une Société clientéliste, p. 316-318.

92  Selon al-Maqrīzī, lorsque les constructions se développèrent dans ce quartier, l’émir Aybak al-Afram chercha à instaurer une prédication dans le Masǧid al-Ǧalālat, sur la Birkat al-Suqāf, au sortir des murs de Fusṭāṭ-Miṣr mais ce projet rencontra l’opposition de certains oulémas. Le vizir Tāǧ al-Dīn Muḥammad l’encouragea alors à construire cette mosquée à côté du Masǧid al-Ǧalālat et détruisit pour cela de nombreux oratoires (masāǧid). Voir al-Maqrīzī, Ḫiṭaṭ, t. II, p. 303.

93  Le Kūm al-Aḥmar est situé au bord du Nil au nord de Fusṭāṭ-Miṣr (S. Denoix, Décrire le Caire, p. 96-97), localisé sur le croquis X en D VI-VII).

94  Ibn Duqmāq, Intiṣār, t. IV, p. 119-120 ; al-Maqrīzī, Ḫiṭaṭ, t. II, p. 298.

95  Al-Maqrīzī, Ḫiṭaṭ, t. II, p. 429.

96  Selon Ṣafadī, il s’agissait d’un morceau de bâton (qiṭ‘at al-min al-‘anza), d’un crayon (mirwad), d’une alêne (miḫṣaf), d’une pince (milqaṭ), et d’une partie d’une écuelle (qiṭ‘at al-qas‘a). Al-Ṣafadī, A‘yān, t. IV, p. 1870.

97  Al-Maqrīzī, Ḫiṭaṭ, t. II, p. 429.

98  Ibid., p. 370-371.

99  Ibid., p. 371.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Médiévales 64, printemps 2013, p. 91-117

Référence électronique

Mathieu Eychenne, « Les Banū Ḥinnā à Fusṭāṭ-Miṣr. Pouvoir et implantation urbaine d’une famille de notables à l’époque mamelouke », Médiévales [En ligne], 64 | printemps 2013, mis en ligne le 25 septembre 2013, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/medievales/6976 ; DOI : 10.4000/medievales.6976

Haut de page

Auteur

Mathieu Eychenne

Institut français du Proche-Orient, Beyrouth, Ambassade de France au Liban, Rue de Damas, B.P. 11-1424, Beyrouth, Liban

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • OpenEdition Journals