Navigation – Plan du site
Point de vue

Charlemagne, 814-2014 : bilan historiographique d’une année de commémoration

Charlemagne, 814-2014 : Historiographical Report on a Year of Commemoration
Julian Führer, Marie-Laure Pain et Amélie Sagasser
p. 251-269

Résumés

Cette étude se propose de dresser un panorama de la production historiographique de « l’année Charlemagne » 2014, mille deux cents ans après la mort du souverain. Sans prétendre à l’exhaustivité, les auteurs inscrivent les publications récentes dans le cadre des traditions historiographiques du xixe-xxe siècle des deux côtés du Rhin. Sont ensuite passées en revue les diverses manifestations scientifiques, expositions et parutions qui ont marqué cette année. Cet examen a révélé deux tendances : plusieurs nouvelles biographies ont vu le jour en Allemagne, alors qu’en France, le personnage a été commémoré différemment. Un courant historiographique très actif dans plusieurs pays s’intéresse à la création de l’empire uni dans la foi chrétienne et à la création et l’implantation de cette foi, à travers des réflexions théologiques mises en application sur le terrain.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Publications en France et en Allemagne
Les ouvrages scientifiques
Les ouvrages de vulgarisation
Rencontres scientifiques en France et en Allemagne
Expositions et émissions en Europe
Au-delà des historiographies nationales : empire carolingien–empire chrétien
Charlemagne au xxie siècle

Aperçu du texte

Nous nous proposons ici de dresser un tableau non exhaustif des parutions et des manifestations les plus significatives dans la perspective d’un bilan du mille deux centième anniversaire de la mort de Charlemagne. La recherche sur Charlemagne, son règne, son empire et son époque a-t-elle connu un renouveau significatif ? Quelles nouvelles approches peuvent être discernées ? Les traditions historiographiques de chaque pays ont-elles influencé les études et les travaux sur le sujet ?

Tout d’abord, quel rôle assigne-t-on à l’empire carolingien ? Si l’on s’intéresse aux premiers éléments qui ouvrent certains ouvrages de synthèse, comme les manuels d’Histoire de France, on peut constater qu’ils commencent le plus souvent avec Clovis et non avec Charlemagne. Il est vrai que Charles le Chauve, petit-fils de Charlemagne, est désigné dans la collection des « Chartes et Diplômes » comme « roi de France ». Ce titre choisi il y a bien longtemps fait donc remonter l’existence d’un royaume de Fran...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Médiévales 70, printemps 2016, p. 251-269

Référence électronique

Julian Führer, Marie-Laure Pain et Amélie Sagasser, « Charlemagne, 814-2014 : bilan historiographique d’une année de commémoration », Médiévales [En ligne], 70 | printemps 2016, mis en ligne le 15 juin 2018, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/medievales/7744 ; DOI : 10.4000/medievales.7744

Haut de page

Auteurs

Julian Führer

Historisches Seminar (Zürich)

Marie-Laure Pain

Deutsches Historisches Institut (Paris)

Amélie Sagasser

Hochschule für jüdische Studien (Heidelberg)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • OpenEdition Journals