Navigation – Plan du site
Conflits et concurrence de normes

Les mariages clandestins : impasse disciplinaire, scandale ou moteur de la réflexion doctrinale ?

Clandestine marriages : disciplinary deadlock, scandal, or impulse for doctrinal thinking ?
Carole Avignon
p. 55-74

Résumés

L’histoire de la formalisation du droit du mariage dans l’Occident médiéval latin s’apparente à une succession de tensions normatives. Quoique les conflits de normes ne s’y limitent pas, les controverses théologiques et juridiques présentent l’intérêt d’avoir suscité l’expression de normes parfois contradictoires, suivant le for considéré. C’est spécialement le cas lorsqu’il s’agit de résoudre les difficultés judiciaires et morales liées à la hiérarchisation entre un mariage clandestin et un mariage public ou entre un mariage « présumé » dans l’« accouplement charnel suivi de paroles de futur » et un mariage par « paroles de présent ». Lequel de ces processus fait-il le « vrai » mariage ? Et selon quel référent normatif ? La diversité des solutions formulées par la doctrine canonique, la théologie, les manuels à l’usage des desservants de paroisse ou des confesseurs, ou encore les statuts synodaux, permet d’apprécier les différences d’objectifs des clercs concernés par la matière matrimoniale. L’enjeu importe, car il y va du salut des laïcs et de l’équilibre de la société tout entière. Ces tensions normatives ont parfois débouché sur des évolutions conceptuelles et lexicales, mais elles ont aussi donné lieu à des formes de concurrences susceptibles de déstabiliser les modes de régulation sociale, ce dont les acteurs du jeu matrimonial ont parfois su tirer profit.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

La nécessaire validation doctrinale des mariages clandestins : une réflexion créatrice
Pierre Lombard : perfectionnement du vocabulaire de la légitimité
Gratien : juridicisation du vocabulaire matrimonial
L’inévitable tension entre for judiciaire et for des consciences
Les lectures de la théologie scolastique
Manuels de confesseurs et ouvrages pour desservants de paroisse
Les tensions entre doctrine et discipline ?

Aperçu du texte

Se demander comment se fabrique la norme en matière matrimoniale au Moyen Âge impose de questionner une réalité sociale et sacramentelle qui met en jeu l’équilibre social des alliances mais aussi le salut des conjugati. Le mariage médiéval s’impose en effet comme une institution sociale sacralisée, cadre exclusif de la sexualité légitime concédée aux laïcs, sous le contrôle de l’Église. Aux finalités patrimoniales et politiques d’inscription du couple dans la vie sociale qui justifient une prise en charge normative séculière (lois barbares, coutumes et ordonnances laïques, statuts communaux), s’ajoutent des obligations évangéliques et patristiques de monogamie, fidélité, indissolubilité, mais aussi d’une exogamie qu’il a fallu faire respecter sans trop heurter le précédent principe. Définitions et enjeux du mariage médiéval doivent en effet être replacés dans une dynamique normative et juridictionnelle polarisée par des autorités plurielles et être intégrés dans un ordre supérieur q...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Médiévales 71, automne 2016, p. 55-74

Référence électronique

Carole Avignon, « Les mariages clandestins : impasse disciplinaire, scandale ou moteur de la réflexion doctrinale ?  », Médiévales [En ligne], 71 | automne 2016, mis en ligne le 20 novembre 2018, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/medievales/7911 ; DOI : 10.4000/medievales.7911

Haut de page

Auteur

Carole Avignon

Université d’Angers – CERHIO UMR 6258

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • OpenEdition Journals