Skip to navigation – Site map
La dynamique historique de l'entrepreunariat en Méditerranée

L’échec économique de Marseille.

La faute aux entreprises ou la faute au milieu ?
Marseille’s economic failure: Is it the fault of the firms or of the environment?
Michel Lescure
p. 7-12

Abstracts

Marseille's economic failure is generally explained by lack of competitiveness and an entrepreneurial mentality turned more toward commercial speculation than industrial investment. The article suggests that this failure can also be explained by the high transaction costs carried by local actors and modes of governance and social relations adopted by them to deal with those costs.

Top of page

Index terms

Geographical index :

France, Marseille
Top of page

Full text

1Les difficultés de l’économie marseillaise au xxe siècle ont longtemps été imputées au manque de compétitivité des entreprises et aux mentalités entrepreneuriales tournées davantage vers les spéculations commerciales que vers l’investissement industriel. Les progrès accomplis ces trente dernières années dans les disciplines touchant à la gestion des entreprises et aux organisations ont permis de dépasser ce simple énoncé (lequel est incapable de rendre compte des succès de l’industrialisation marseillaise au XIXe siècle) et de mieux préciser les mécanismes qui sont à l’origine de ces difficultés. Dans les années 1890-1914, soit un moment caractérisé dans le monde avancé par une relance (sur de nouvelles bases) de l’industrialisation mais à Marseille par les premiers signes d’un grippage du développement économique, deux facteurs ont été identifiés. Le premier qui emprunte à l’héritage scientifique de Alfred Chandler (celui de la grande entreprise qui doit ses succès aux « capacités organisationnelles » déployées par les hiérarchies de managers) est l’insuffisance de l’investissement en management de certaines entreprises positionnées dans des secteurs fortement capitalistiques (par exemple les Raffineries de la Méditerranée dans l’industrie du sucre). Le second, qui emprunte à l’héritage Marshallien (celui de la petite et moyenne entreprise dont le cycle de vie épouse celui de ses dirigeants) est l’insuffisant renouvellement des firmes, visible alors à Marseille dans la stagnation relative des créations de sociétés ; l’influence de ce facteur a probablement pesé sur le dynamisme des firmes positionnées dans les secteurs les moins capitalistiques et où le progrès technique est plus lent (corps gras, industries céréalières) (Lescure, 1998).

2Ces explications nous semblent aujourd’hui incomplètes car elles ne tiennent pas suffisamment compte du cadre institutionnel dans lequel opèrent les firmes. Les apports de la nouvelle économie institutionnaliste et ceux de la nouvelle sociologie économique permettent de proposer d’autres pistes tirées des coûts et des bénéfices entraînés par l’appartenance des firmes à un environnement économique, social, juridique, culturel donné. La mise en évidence de certains traits d’organisation propres au capitalisme marseillais suggère que ceux-ci sont une réponse institutionnelle à l’importance des coûts de transaction supportés par les firmes marseillaises dont il convient d’analyser les causes et les conséquences.

1. Un capitalisme marseillais fortement « relationnel »

3Par opposition au mode de coopération « transactionnel » dans lequel le contrat se polarise sur le seul produit ou service à échanger (la qualité des contractants intervenant peu), le mode de coopération « relationnel » se caractérise par une forte implication des agents qui interviennent au contrat ; la coopération passe par un investissement relationnel qui permet aux agents de mieux contrôler les différentes phases du contrat (information et monitoring).

4Tel qu’il peut être perçu à la fin du XIXe siècle et au début du xxe siècle à travers le mode de constitution des sociétés et les relations entre les firmes, le mode d’organisation du capitalisme marseillais est l’un des plus « relationnels » que l’on puisse trouver alors en France. Ceci se voit tout d’abord dans le mode de constitution des sociétés. Alors qu’en France, depuis les années 1870, la tendance est à l’ouverture progressive de l’organisation des sociétés, à Marseille ce mouvement est retardé et bridé : en 1909, la part des sociétés pas actions (sociétés anonymes et sociétés en commandite par actions) dans l’ensemble des sociétés nouvellement créées est de 13% dans les Bouches-du-Rhône contre 22% dans la France entière (Lescure, 1990). L’importance des sociétés de personnes (sociétés en nom collectif, sociétés en commandite simple) à Marseille traduit le poids maintenu des relations personnelles et de l’intuitus personae dans le choix des associés. La plupart des sociétés anonymes, à l’image de l’Huilerie Nouvelle (1899), ne sont elles mêmes que des associations très fermées, « réservées » aux membres d’un ou de quelques groupes familiaux ; les titres circulent peu ou dans d’étroites limites. Plus généralement peu de sociétés marseillaises font l’objet de placements des investisseurs locaux. Sur les cinquante sociétés marseillaises étudiées par P.P. Zalio en 1930, moins de quinze sont contrôlées par des administrateurs marseillais ; ces derniers sont au nombre d’une vingtaine pour une population totale de deux cents administrateurs (Zalio, 1998). Le corollaire de ce type d’organisation est la faiblesse de la Bourse de Marseille, la troisième seulement des Bourses provinciales (derrière Lyon et Lille) par le nombre de titres émis et la capitalisation boursière (Straus, 1985).

5Ce caractère relationnel ne s’arrête pas aux frontières de l’entreprise c’est-à-dire qu’il ne se limite pas au contrat d’association qui est constitutif de la firme. Il se retrouve sous d’autres modalités dans les liens que la firme noue avec son environnement économique. Des traces en sont visibles dans l’importance prise par les réseaux et les groupes et dans les relations très particulières qui unissent les entreprises et leurs banquiers.

6L’étude des multiples positions économiques et sociales occupées par les administrateurs des principales entreprises d’huilerie et savonnerie a permis à P.P. Zalio de définir un certain nombre de « cliques » dont le rôle est d’intégrer les différentes acteurs dans un jeu de coopération plus large. À l’échelon supérieur de l’élite économique marseillaise, il est possible d’isoler une « clique de premier ordre » qui réunit les patrons des grandes affaires liées au port et dont le rôle est d’assurer la cohérence d’ensemble par une intégration sociale locale (Zalio, 1998).

  • 1 - Dans le relationship banking, la banque investit des ressources pour obtenir des informations pri (...)

7Les relations entre les firmes industrielles et commerciales et les banques, ainsi que les groupes économiques qui résultent de ces relations, relèvent du même principe relationnel. À la fin du XIXe siècle, la plupart des banques locales et régionales en France (comme d’ailleurs dans le reste de l’Europe occidentale) pratiquent le relationship banking, par opposition au transaction banking des grands établissements de crédit1 ; fonctionnant sur le principe des banques « universelles », c’est-à-dire assurant à la fois les opérations de caisse et le financement de la trésorerie des firmes et des opérations financières plus risquées ou à plus longue échéance, les banques locales peuvent entretenir des relations de long terme avec leurs clients, ce qui leur procure des économies de variété (Calomiris, 1995). La Société marseillaise de crédit (la plus grande banque de Marseille) n’échappe pas à la règle. Pourtant, deux traits originaux concernant la stratégie de cette banque doivent être rappelés. De toutes les banques locales et régionales françaises de la seconde moitié du XIXe siècle, elle est l’une des très rares à ne pas accorder de crédits à découvert ; ce type de crédit personnel (c’est-à-dire sans garantie) est pourtant à la base de la résistance et de l’essor des autres banques locales face à la concurrence des grands établissements de crédit. Elle est aussi la seule banque régionale à prendre des participations dans des entreprises industrielles et commerciales : son portefeuille « titres » représente 10% des actifs de 1880 à 1913. Ces participations qui donnent naissance à de nombreux échanges de postes dans les conseils d’administration placent la Marseillaise de crédit au cœur d’un puissant groupe d’intérêt dans lequel se retrouvent aussi bien les industries traditionnelles de Marseille (Raffineries de Saint-Louis, F. Fournier et Cie, Huileries et savonneries méridionales) que les industries nouvelles (Grands travaux de Marseille, Énergie électrique du littoral méditerranéen) ou des affaires de banque et de transport (Docks et entrepôts, Messageries maritimes).

8Cette stratégie profondément originale a été expliquée par l’inaptitude de l’épargne locale à assurer le financement des investissements. Dans le sillage des travaux d’Alexander Gerschenkron (1966), il paraissait logique de mettre en parallèle l’indisponibilité de l’épargne (en réponse au caractère spéculatif de la place celle-ci recherchait la sécurité des placements, soit les biens immobiliers et les titres publics, plutôt que le financement des investissements industriels) et la stratégie de la banque locale qui se substituait ainsi à la défaillance du marché (Lescure, 1999 ; Lévy-Leboyer & Lescure, 1991).

2. Une réponse au coût élevé des transactions

9Le rapprochement de ce type de relation bancaire des autres modes de comportement relationnel évoqués précédemment conduit cependant à proposer une explication sensiblement différente, fondée sur l’importance des coûts de transaction c’est-à-dire des coûts d’information et de contrôle (Williamson, 1994).

  • 2 - Le concept de banque universelle « privilégiée » définit les banques qui en plus de la mixité de (...)

10Qu’il s’agisse de trouver des associés, des partenaires commerciaux ou des débiteurs, le problème est identique : il est d’être assuré que l’on contracte avec le meilleur partenaire, c’est-à-dire à tout le moins (et en laissant ici de côté les problèmes touchant aux conditions techniques de la coopération) que le co-contractant livre toute l’information sur sa situation et ses projets et qu’il respecte les termes du contrat. Les sociétés de personnes, le poids social des réseaux et la stratégie de banque mixte « privilégiée »2 sont les réponses institutionnelles à ce problème de confiance. Faute de pouvoir agir sur les coûts de transaction eux-mêmes, les acteurs imaginent des modes de gouvernance appropriés (Dietl, 1998).

  • 3 - Pour rassurer les investisseurs potentiels, la Société marseillaise de crédit a voulu se placer e (...)

11Concernant le premier cas, l’histoire du capitalisme marseillais est émaillée d’exemples d’entreprises saines et parfaitement honorables qui échouent à trouver un public d’actionnaires pour se transformer en société anonyme. La méfiance vient de la distance que crée l’anonymat et de la baisse de protection que représente la responsabilité limitée des administrateurs ; fondateurs et principaux actionnaires, ces derniers disposent en outre d’une meilleure information que les actionnaires minoritaires invités à se joindre à l’entreprise après coup. À trente ans de distance, les difficultés de la Société marseillaise de crédit à placer son capital de départ (1865)3 et celles de Félix Fournier à transformer sa grande entreprise familiale de stéarinerie en société anonyme (1898) illustrent la méfiance des investisseurs locaux vis-à-vis des nouvelles formes « transactionnelles » de coopération économique.

12Concernant le second cas, les travaux de Marc Granovetter ont montré comment l’intégration des agents économiques dans un dense réseau de relations sociales engendre un phénomène « d’encastrement » social de l’action économique qui freine les comportements opportunistes et instaure la confiance entre les acteurs (Granovetter, 1985). À Marseille, ce type d’analyse a été utilisé pour expliquer le fonctionnement des secteurs les plus concurrentiels comme l’huilerie ; « Les conditions de fonctionnement de l’économie négociante portuaire (système concurrentiel autour d’un marché de matières premières où les acteurs doivent être assez nombreux et où … la cohérence d’ensemble est assurée par l’intégration sociale locale) requièrent à la fois une diversité des acteurs et une intégration qui doit être assurée localement » (Zalio, 1998, op. cit.). Dans un contexte de forte concurrence, l’intégration sociale locale est le moyen de maintenir la loyauté des acteurs.

13Concernant le troisième cas, celui touchant à l’organisation des banques et la constitution des groupes d’intérêt, tous les travaux d’histoire bancaire soulignent aujourd’hui en quoi les banques, et plus spécialement les banques mixtes, sont une réponse institutionnelle aux faiblesses du marché ; quand l’information est rare et/ou que le contrôle des débiteurs est mal assuré, seules de puissantes institutions peuvent forcer les firmes à livrer l’information et à rembourser leurs dettes. La présence de la banque dans les conseils des firmes clientes est à la fois le moyen d’obtenir en interne les informations privilégiées sur l’évolution de la firme et le moyen d’exercer un droit de contrôle sur les décisions qui peuvent affecter le risque de non remboursement. Le fait de réserver les gros crédits et les grosses opérations financières aux entreprises du groupe assimile les pratiques de la Marseillaise de crédit à l’insider lending (Lamoreaux, 1994) pratiqué aux premiers âges de l’industrialisation. L’exigence de garanties supplémentaires (une pratique pourtant plus souvent assimilée à la transaction banking à l’anglaise qu’à la relationship banking) ne fait que compléter la sécurisation des opérations obtenue au premier chef de la stratégie relationnelle. Elle permet aussi probablement d’élargir la clientèle de la banque au-delà du premier cercle des insiders.

3. Aux origines des coûts de transaction

14Comment expliquer le haut degré de méfiance que traduit l’importance des coûts locaux de transaction ? Comme l’ensemble de la France du Sud, Marseille a peut- être pâti d’une insuffisance des « investissements institutionnels » propres à rétablir les mécanismes de confiance après l’épisode de la Révolution (Hoffman et al., 2004). Les descriptions faites du milieu marseillais suggèrent certains débuts d’explications complémentaires. La première donnée à prendre en compte est le manque de fiabilité de l’information lié à certains facteurs comme la lenteur de la spécialisation des activités professionnelles à Marseille (Caty et Richard, 1980). La deuxième est le caractère très spéculatif de la place, lui-même lié à l’importance des négociations commerciales (comparée aux activités de transformation) dans le résultat d’ensemble des firmes ; la vigueur et la brièveté du cycle des matières premières sur lesquelles opèrent les hommes d’affaires marseillais ne peuvent qu’accentuer ces tendances.

15La troisième donnée est la force de l’individualisme et la vigueur de la concurrence qui caractérise une grande partie du milieu économique marseillais ; ces traits portent en eux les germes de dérives comportementales de type opportuniste (comme le manque de loyauté) (Pierrein, 1975 ; de Muizon, 1981 ; Zalio, 1998).

16Mais ces explications sont-elles suffisantes ? Ne faut-il pas voir aussi dans la méfiance qui caractérise les jeux locaux de l’échange la marque de déviances plus profondes, notamment la conséquence d’une certaine inaptitude (d’origine culturelle ?) à la coopération. Si tel était le cas, Marseille serait assimilable à l’Italie du Sud où le poids des traditions culturelles dans l’incapacité à coopérer et consécutivement dans le sous-développement a fait l’objet de récentes réappréciations (Galassi, 2001 ; Conti et Fanfani, 2006).

  • 4 - Alors que toutes les données indiquent que « la grande dépression » de la fin du xixe siècle a ét (...)

17Seule une exploitation fine des sources judiciaires devrait permettre de répondre à cette question. Elle devrait permettre notamment d’expliquer la courbe originale des faillites qui, partie à la hausse dans les années 1860, poursuit à Marseille sa progression jusqu’en 1902 alors qu’elle retombe dans l’ensemble de la France dès 18874. À défaut d’une telle exploitation, on doit se contenter d’approximations à la fois quantitatives et qualitatives. La plus forte est l’importance à Marseille de certains délits comme le délit d’escroquerie qui constitue la forme la plus achevée d’atteinte à la confiance dans les affaires. À la fin du XIXe siècle les Bouches-du-Rhône sont le premier département de province pour ce type de délit : il représente 5,2% du total en 1881, 6,3% en 1891 (contre 1,6% seulement de la population). Si l’on rapporte le nombre d’escroqueries au nombre d’habitants, les Bouches-du-Rhône devancent même largement la Seine. Ces chiffres révèlent une « atmosphère industrielle » qui est loin de l’esprit de coopération et de confiance des districts industriels chers à Alfred Marshall.

  • 5 - Assemblée générale des actionnaires de la Compagnie immobilière, 27 avril 1865, citée par M. Lesc (...)

18L’exemple de l’échec de la Compagnie immobilière des frères Pereire à Marseille (échec qui est en partie à l’origine de l’effondrement du Crédit mobilier) illustre les dangers que représente le milieu marseillais, particulièrement pour les investisseurs extérieurs peu au fait des pratiques locales. Pressés de transformer en plus-values les 520 000 m2 de terrains acquis au début des années 1860 à Marseille, dans le quartier des ports, de la rue Impériale et des Catalans, les frères Pereire multiplient les facilités accordées aux acquéreurs potentiels de parcelles et aux constructeurs : locations avec promesse de vente, crédits aux acquéreurs. Ces facilités ne dispensent pas la Compagnie de recourir à des sociétés écrans qui accélèrent l’enregistrement comptable des plus-values. Mais les espoirs de la Compagnie sont contrariés à la fois par la sous-utilité sociale des immeubles construits (les vacances représentant, en 1865, 60 % des locations) et la difficulté de trouver sur place des partenaires dignes de confiance. Comme s’en plaignent eux-mêmes les dirigeants de la Compagnie immobilière, il n’existe pas à Marseille « une classe d’entrepreneurs ayant les ressources suffisantes pour entreprendre de grands travaux »5. La solvabilité n’est cependant pas le seul problème de ces entrepreneurs : ceux-ci se contentent souvent soit de rétrocéder le plus rapidement possible les terrains qui leur sont confiés, soit exigent de la Compagnie ou du groupe du Crédit foncier de France, dont la Compagnie immobilière est proche, des crédits égaux voire supérieurs au montant des travaux à réaliser ; le Sous-comptoir des entrepreneurs est ainsi amené à accorder des crédits « insensés » (selon la formule même d’I. Pereire). L’issue judiciaire de ces contrats fera obligation à la Compagnie de récupérer l’ensemble de ces actifs immobiliers alors que tout le montage de l’opération consistait à s’en débarrasser promptement (Lescure, 1882, op.cit.).

19L’exemple marseillais ne nous semble donc pas très différent de ce qui peut être observé en Italie du Sud : ici comme là, la coopération loyale entre acteurs est difficile. Faut-il pour autant y voir un trait « culturel » comme nous y invitent certaines thèses (Banfield, 1958).

20Sans pouvoir répondre directement à cette question, plusieurs éléments nous poussent à ne pas négliger d’autres facteurs, comme le poids des facteurs conjoncturels. Jusqu’au milieu du XIXe siècle, le système « relationnel » est beaucoup moins fort que celui que nous avons mis en valeur pour la fin du siècle, ce qui laisse à penser que les coûts de transaction dont il est la conséquence étaient alors moins élevés. Ceci se voit par exemple dans le mode de constitution des sociétés. Du début des années 1820 au début des années 1850, la part des sociétés par actions (en fait toutes des sociétés en commandite par actions) parmi les sociétés industrielles nouvellement créées est passé de 4,2% à 41,2% ; ce trait suggère que le capitalisme industriel marseillais est alors l’un des plus ouverts (l’un des plus « transactionnels ») de France. Ce capitalisme est alors le cadre de réussites industrielles incontestables, ce que montrent les exemples des corps gras, de la chimie, de la métallurgie et des constructions mécaniques ; dans ce dernier secteur, le statut de la société en commandite permet aux plus grandes entreprises locales (des chantiers navals et des constructeurs de machines) d’associer des capitalistes extérieurs au métier pour assurer leur développement (Raveux, 1998).

  • 6 - Le même phénomène de fermeture relative des sociétés s’est produit dans toute la France après la (...)
  • 7 - La proportion des négociants parmi les créateurs de sociétés industrielles à Marseille passe de 9 (...)

21L’interruption du processus d’ouverture du capitalisme marseillais à hauteur des années 1850 et 18606 conduit à imaginer une rupture dans le fonctionnement de l’économie locale, le passage d’un capitalisme plus « transactionnel » à un capitalisme évoluant vers plus de « relationnel ». Si l’on admet cette hypothèse, qui n’est pas incompatible avec les thèses de type culturaliste mais les nuance malgré tout, force est d’en trouver les raisons. Les facteurs juridiques ne sont pas à négliger ; alors que le statut de société en commandite par actions était probablement la forme juridique la mieux adaptée au milieu marseillais (il permettait de concilier certains avantages des sociétés de personnes comme la responsabilité illimitée des commandités et certains avantages des sociétés par actions comme la circulation des titres), la loi de 1856 rend la constitution de ce type de société plus difficile. D’autres recherches devront dire notamment si cette mutation n’est pas due aussi à la violence des crises économiques qui affectent dans les années 1860 l’économie marseillaise (et qui entraînent par exemple la mise en veilleuse de la succursale marseillaise du Crédit Lyonnais) (Bouvier, 1961) ou si elle n’est pas due aussi aux transformations des conditions sociales de l’industrialisation comme l’intervention accrue du monde du négoce, peu présent jusque là, dans le contrôle des industries portuaires7. Cette intervention accrue du monde du négoce a probablement favorisé le changement d’échelle observable dans les opérations industrielles au milieu de siècle (le capital moyen des nouvelles sociétés passant de 74 000 F au début des années 1820 à plus de 500 000 F au début des années 1850) mais elle a pu aussi modifier les règles du jeu.

Conclusion

22Seules des recherches ultérieures pourront aussi répondre à la question de savoir si l’échec économique de Marseille à partir de la fin du XIXe siècle est imputable au mal (le problème de la confiance et l’importance des coûts de transaction qu’il induit) ou aux remèdes que les acteurs locaux ont imaginé pour le traiter (le capitalisme relationnel mis en place dans le dernier tiers du siècle). Parmi les reproches adressés aux systèmes relationnels, les plus fréquemment avancés concernent le bridage de l’innovation (par la création de rentes informationnelles au profit des agents qui participent au système relationnel au détriment des autres et par la protection apportée aux firmes en place par le réseau ou par le groupe) et l’inefficience du corporate governance inhérent à ce type d’organisation (par la collusion qu’elle permet entre les acteurs). La baisse de l’esprit d’initiative, observée à Marseille à travers la stabilité des créations d’entreprises, et les grippages repérés dans le management des grandes entreprises ne trouvent-ils pas là une partie de leur explication ?

Top of page

Bibliography

Banfield E., (1958), The Moral Basis of a Backward Society, New-York, The Free Press.

Bouvier J., (1961), Le Crédit Lyonnais de 1863 à 1882, Les années de formation d’une banque de dépôts, Paris, SEVPEN.

Calomiris C.W., (1995), The Costs of Rejecting Universal Banking: American Finance in the German Mirror, 1870-1914, in N.R. Lamoreaux and D.M.G. Raff (eds), Coordination and Information, Chicago, The University of Chicago Press.

Caty R. et Richard E., (1980), Contribution à l’étude du monde du négoce marseillais de 1815 à 1870, Revue historique, n° 536.

Conti G. et Fanfani T., (2006), Aux origines de la « Troisième Italie » : la transition vers l’industrie dans les économies locales, in M. Lescure (ed), La mobilisation du territoire. Les districts industriels en Europe occidentale, xviiie-xxe siècles, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France.

Dietl M.D., (1998), Capital Markets and Corporate Governance in Japan, Germany and United States, London, Routledge.

Galassi F.L., (2001), Measuring social capital: Culture as an explanation of Italy’s economic dualism, European Review of Economic History, 5, p.29-59.

Gerschenkron A., (1966), Economic Backwardness in Historical Perpective, Cambridge, Harvard University Press.

Granovetter M., (1985), Economic action and social structure: The problem of embedness, American Journal of Sociology, 91, novembre 1985, p.481-510.

Hearn B.A., (2000), Could Southern Italians Cooperate, Business History, march 2000, N°1, vol. 60, p.67-93.

Hoffman Ph. T., Postel-Vinay G., Rosenthal J. L., (2004), Révolution et évolution. Les marchés du crédit notarié en France, 1780-1840, Annales Histoire, Sciences Sociales, mars-avril, N° 2.

Lamoreaux N.R., (1994), Insider Lending: Banks, Personal Connections and Economic Development in Industrial New England, New York, Cambridge University Press.

Lescure M., (1999), Banques régionales et croissance économique au XIXe siècle. L’exemple de la Société Marseillaise de Crédit, in M. Lescure et A. Plessis (eds), Banques locales et banques régionales en France au XIXe siècle, Paris, Albin Michel.

Lescure M., (1998), L’industrialisation de Marseille : les perspectives du XIXe siècle, in G. Chastagnaret et Ph. Mioche (eds), Histoire industrielle de la Provence, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence.

Lescure M., (1990), Companies and manufacturers of the first period of industrialisation in Marseilles, 1810-1860, in Ph. Jobert and M. Moss (eds), The Birth and Death of Companies, Carntforth, Parthenon Publishing Group. 

Lescure M., (1982), L’État, les banques et le marché immobilier en France à l’époque contemporaine, 1820-1940, Paris, EHESS.

Lévy-Leboyer M. and Lescure M., (1991), France, in R. Sylla and G. Toniolo (eds), Patterns of European Industrialization, London, Routledge.

Muizon F. de, (1998), L’industrie huilière de Marseille, Marseille.

Pierrein L., (1975), Industries traditionnelles du port de Marseille, Marseille, CCIM.

Raveux O., (1998), Marseille, ville des métaux et de la vapeur au XIXe siècle, Paris, CNRS.

Straus A., (1985), Les marchés régionaux de valeurs mobilières. Une approche comparative, in M. Courdurié et E. Témime (eds), Banque et investissements en Méditerranée à l’époque contemporaine, Marseille, CCIM.

Williamson O., (1994), Les institutions de l’économie, Paris, InterEditions.

Zalio P.P., (1998), Grandes familles de Marseille au xxe siècle, Paris, Belin.

Zalio P.P., (à paraître), Territoire et concurrence des entrepreneurs : Marseille 1930, in Les territoires de l’industrie en Europe, 1750-2000, Colloque international organisé par l’Université de Neuchâtel, 11-13 janvier 2006.

Top of page

Notes

1 - Dans le relationship banking, la banque investit des ressources pour obtenir des informations privilégiées sur l’emprunteur potentiel, pour contrôler le bon déroulement du contrat et pour établir des relations de long terme avec le débiteur. Dans le transaction banking les banques économisent sur ce type d’investissement et ne s’impliquent pas dans les affaires de leurs clients ; elles considèrent chaque prêt comme une opération distincte et appliquent les règles qui les prémunissent contre un non-remboursement de la part du client (étude séparée de chaque projet, crédit limité au court terme et régulièrement renouvelé, exigence de garanties).

2 - Le concept de banque universelle « privilégiée » définit les banques qui en plus de la mixité de leurs opérations sont représentées dans les instances de direction des entreprises qu’elles financent.

3 - Pour rassurer les investisseurs potentiels, la Société marseillaise de crédit a voulu se placer en 1865 dans le cadre de la législation antérieure à la loi de 1863 sur les SARL ; l’obtention de l’autorisation du gouvernement lui conférait un label de garantie vis-à-vis des souscripteurs, cf. M. Lescure, 1999, op. cit.

4 - Alors que toutes les données indiquent que « la grande dépression » de la fin du xixe siècle a été relativement douce à Marseille, comparée au reste du territoire national.

5 - Assemblée générale des actionnaires de la Compagnie immobilière, 27 avril 1865, citée par M. Lescure (1982).

6 - Le même phénomène de fermeture relative des sociétés s’est produit dans toute la France après la loi de 1856 qui rend plus difficile la constitution des sociétés en commandite par actions. Mais à Marseille la chute relative des créations de sociétés par actions a été plus forte qu’ailleurs et la reprise ultérieure (fondée sur les sociétés anonymes) a été plus lente ; ceci peut suggérer que les sociétés en commandite par actions était la forme la mieux adaptée à l’économie marseillaise.

7 - La proportion des négociants parmi les créateurs de sociétés industrielles à Marseille passe de 9,4% dans les années 1820 à 29% au début des années 1840 et 34% au début des années 1850, cf. M. Lescure, 1990, op. cit.

Top of page

References

Electronic reference

Michel Lescure, « L’échec économique de Marseille. », Méditerranée [Online], 106 | 2006, Online since 01 January 2008, connection on 15 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/217 ; DOI : 10.4000/mediterranee.217

Top of page

About the author

Michel Lescure

Université de Paris X-Nanterre, IDHE.

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page