Skip to navigation – Site map
Renouveler la ville-port

Marseille et Oslo : des stratégies entrepreneuriales pour transformer le front de mer

Marseille and Oslo: Entrepreneurial Strategies for Waterfront Transformation
Heidi Bergsli
p. 77-83

Abstracts

European cities most often include contractors as part of the strategy of waterfront development. These strategies aim to make urban and port space cost effective by attracting investments, firms, senior managers, and tourists. Governance of waterfronts is characterized by a network of pubic and private actors who collaborate by creating an aesthetically pleasant and multifunctional landscape that invites round-the-clock activities. Diversity of activity is a key objective, but questions remain about whether the social diversity of the cities will be taken into account. The relationship between entrepreneurial and urban strategies is analyzed in two waterfront operations, the Euroméditerranée in Marseilles and the Fjordbyen in Oslo. Analysis of forms of governance forms, concerted development of functions, and new urban forms suggest that these cities are, in spite of their contextual differences, developing similar kinds of waterfronts.

Top of page

Full text

1Marseille et Oslo sont en quête de modernisation et de rayonnement international. Le renforcement de leur positionnement sur la scène internationale se joue sur les espaces libérés par les activités portuaires et industrielles, délocalisées dans des zones plus périphériques. Dans ces deux villes, le discours sur le réaménagement des fronts de mer indique que ces espaces doivent être rendus aux citadins et qu’ils doivent être proposés à la créativité des investisseurs. La recherche d’une croissance économique par l’aménagement urbain liée à l’émergence d’une économie globale et à la concurrence interurbaine mobilise les villes partout en Europe. Ainsi, l’organisation de la politique urbaine et ses objectifs sont modifiés. Comme le soulignent divers auteurs (Jessop et al., 1999), la plupart des villes possèdent leurs propres agences de « benchmarking », établissent des réseaux complexes de partenariats public-privé et des stratégies entrepreneuriales pour se positionner dans cette compétition. Compte tenu de la variété des acteurs impliqués dans les grandes opérations de réaménagement urbain, la question de la négociation des opérations et de la capacité d’action des pouvoirs locaux est pertinente.

  • 1  L’article s’inscrit dans le cadre d’une thèse en géographie sociale du programme multidisciplinair (...)

2Cet article propose une analyse des opérations de front de mer Euroméditerranée à Marseille et Fjordbyen à Oslo en mettant l’accent sur les spécificités des stratégies entrepreneuriales élaborées1. Ces deux villes développent leurs fronts de mer selon une approche désormais classique avec la création d’un « paysage 24 heures sur 24 », combinant bureaux, logements, commerces, activités culturelles et de loisirs pour créer de vrais quartiers urbains. Toutefois, cette diversité fonctionnelle et matérielle prend-elle en compte la diversité sociale et favorise-t-elle l’intégration de ces nouveaux espaces dans le tissu urbain ? Les processus de concertation éclairent-ils les questions de développement socio-spatial ?

1 - L’émergence de la ville entrepreneuriale

3Les villes créent de nouvelles centralités grâce à la concentration d’infrastructures matérielles (communication, transport) et sociales (logement, écoles/universités) pour la nouvelle économie tertiaire (Brenner, 1999). La mobilité du capital engage les villes et les régions dans une compétition pour attirer ces ressources qui circulent au niveau mondial. Il s’agit donc d’établir des stratégies afin de les attirer et les fixer sur un territoire donné. Ces stratégies sont dites « entrepreneuriales » car leur objectif principal est de générer de la croissance économique. Les villes sont prêtes à prendre des risques dans les opérations où les investisseurs privés sont indispensables (Peck, 2003 ; Brenner et Theodore, 2005). La gouvernance urbaine d’aujourd’hui nécessite une analyse des interrelations entre les contraintes structurelles et les opportunités pour l’action politique (Jessop et al., 1999) dans un contexte où les États centraux ont perdu beaucoup d’importance dans la maîtrise de l’économie, principalement à cause de la dérégulation financière et d’une reconfiguration des échelles territoriales et politiques (Brenner, 1999).

4Les processus de globalisation et d’urbanisation impliquent une complexité de la gouvernance urbaine avec des relations entre le public et le privé et entre les différentes échelles politiques nationales, supranationales, régionales et locales (Buck et al., 2005). La ville entrepreneuriale, qui intègre les orientations du marché, est de plus en plus perçue comme indispensable dans une trajectoire de croissance. B. Jessop (1998) souligne que la ville entrepreneuriale doit avoir les capacités institutionnelles et organisationnelles pour être capable de stimuler l’innovation dans les secteurs les plus performants. Dans une optique discursive, la ville peut se présenter comme entrepreneuriale en termes structurels et stratégiques, par le marketing et la promotion spatiale, sans nécessairement l’être. Dans ce cas, les institutions publiques doivent coordonner l’ensemble des réseaux d’acteurs publics et privés. Elles doivent faciliter leurs actions, fournir des services et des infrastructures, simplifier les processus bureaucratiques et généralement stimuler le marché (Harvey 1989). La gouvernance renvoie donc ici à des réseaux complexes soumis à des évolutions, composés par des acteurs individuels et collectifs qui peuvent être intégrés tout autant dans les systèmes locaux que globaux (Le Galès, 1998). Même si l’État intervient peu ou pas, les stratégies adoptées nécessitent une gestion partagée pour atteindre les objectifs. Cependant, comme on l’observe pour Oslo et Marseille, cette forme de gouvernance ignore le plus souvent les associations et les autres acteurs locaux et rend difficile un véritable ancrage des opérations au niveau local.

2 - Les ancrages d’Euroméditerranée et Fjordbyen

5Les opérations de recomposition de front de mer, Euroméditerranée et Fjordbyen, ont été conçues dans les années 1990 et réellement mises en oeuvre à partir des années 2000. Elles s’inscrivent dans des contextes très différents.

6Marseille, ville de 808700 habitants (2004), deuxième ville de France, s’étend dans une cuvette littorale, sur un territoire de 240 km2. Ville portuaire et industrielle en déclin démographique suite aux crises économiques, à la délocalisation des entreprises, au manque d’investissement, elle peine à retrouver un nouvel élan (Morel, 2005). Son taux de chômage atteint 12,5 % (2007). Oslo, capitale de la Norvège, compte 550000 habitants et s’étend sur 454 km2 entre les collines boisées et le Fjord d’Oslo. Elle possède les caractéristiques économiques diversifiées d’une capitale nationale. Son taux de chômage n’est que de 2,4 % (2007). L’opération Euroméditerranée est conduite dans un périmètre de 310 hectares qui se prolonge sur 2,7 km de front de mer entre le Fort Saint-Jean et Arenc. Il inclut la rue de la République qui relie l’hyper-centre au quartier de la Joliette, les quartiers Saint-Charles et de la Belle‑de‑Mai. À Oslo, le périmètre de Fjordbyen (la ville du fjord) couvre une superficie de 225 hectares divisés en 13 zones qui prolongent le fjord de 12 kilomètres.

7La gouvernance des opérations Euroméditerranée et Fjordbyen diffère largement. Euroméditerranée est développée par un établissement public d’aménagement (l’EPAEM). Parmi les institutions participantes, l’État est un acteur essentiel. L’Agence d’Urbanisme et de Construction d’Oslo (PBE) est responsable de la planification spatiale du développement de la ville. Elle a créé l’Agence Opérationnelle de Fjordbyen pour réaliser l’opération. À Oslo, les différentes zones concernées sont vendues aux développeurs privés ou partiellement publics. Les autorités portuaires interviennent en qualité de développeur à Oslo comme à Marseille. Le Port d’Oslo est un établissement sous tutelle de la direction municipale. Il va vendre 50 hectares de son domaine. Il reste toutefois impliqué dans l’aménagement d’une des zones, celle de Bjørvika. Le port de Marseille, port autonome depuis 1966 (PAM) a été transformé en « grand port maritime de Marseille » géré depuis fin 2008 dans le cadre d’un Établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC) dont les décisions stratégiques sont prises par l’État. Le môle J4 (7 hectares) est à ce jour le seul espace que le PAM a cédé à l’EPAEM. À Oslo, comme à Marseille, les opérations dépendent des investissements privés. Dans ces conditions, quels sont les objectifs définis et comment les opérations sont-elles inscrites dans les stratégies urbaines ?

3 - Euroméditerranée, un nouvel horizon pour Marseille

8La genèse de l’opération Euroméditerranée a été présentée par divers chercheurs (Dubois et Olive 2001 ; Rodrigues‑Malta 2001 ; Bertoncello et Rodrigues-Malta 2001, 2003, 2005 ; Pinson 2002 ; Fournier et Mazella 2004). Nous en rappelons ici les principales caractéristiques.

  • 2  Mission interministérielle Marseille. Marseille Projet Joliette-Saint-Charles. Rapport extrait aoû (...)

9L’opération Euroméditerranée a pour but de redynamiser les quartiers centraux de Marseille où les nombreuses interventions n’ont jusqu’alors pas produit les effets escomptés. Au début des années 1990, les instances centrales s’accordent sur le montage d’une opération capable d’être un moteur du développement territorial et économique de Marseille et de sa région. Il s’agit de mettre en œuvre un programme multifonctionnel axé principalement sur le secteur tertiaire, l’enseignement, la culture, le tourisme, les loisirs, pour « créer un lieu de vie que puissent s’approprier les Marseillais autant qu’un centre métropolitain attirant pour les investisseurs »2.Cette vision défendue, en 1994, par la Mission de préfiguration, illustre en tout point la volonté de proposer des « accroches » pour le capital identifiées par David Harvey (1989). La concertation organisée par la Mission de préfiguration - rares sont les opérations qui y ont recours dans la phase de définition – témoigne de la sensibilité aux questions de l’ancrage local et de la prise en compte des idées, des ressources et des compétences locales.

10L’opération d’intérêt national Euroméditerranée est lancée en 1995, sous l’égide de l’établissement public Euroméditerranée. L’EPAEM compte une soixantaine de techniciens. Il est dirigé par un conseil d’administration composé des représentants de l’État et des collectivités territoriales. Cet établissement a le caractère d’un quango, un quasi-autonomous-non-governmental organisation, à qui des pouvoirs et des responsabilités publiques ont été confiées, alors que leurs membres n’ont pas été élus (Johnston et al., 2000). Les quangos sont de plus en plus sollicités pour les opérations d’aménagement car ce sont des facilitateurs qui négocient les stratégies spatiales et coordonnent les acteurs impliqués. Ils introduisent également les préceptes du marché dans le domaine des services publics. Les quangos ont été identifiés au Royaume-Uni, à partir des années 1970 (Cole, 2005), où ils sont en charge de plusieurs domaines (santé, urbanisme, emploi). Ils sont le plus souvent au cœur des stratégies néolibérales adoptées de plus en plus par les villes européennes (Brenner et Theodore, 2002). Les quangos sont souvent critiqués en raison de leur déficit démocratique compte tenu de leur rôle dans les processus d’aménagement urbain.

  • 3  Rapport d’audit sur l’opération nationale Euroméditerranée à Marseille, p.V., 1998.
  • 4  Entretien avec un représentant des associations le 19 mars 2008 et le Comité d’Intérêt des Quartie (...)

11Le marketing urbain est jugé indispensable pour attirer les investissements dans les grandes opérations de front de mer. À Marseille, cette approche est toutefois largement sous-dimensionnée et a fait l’objet de critiques lors de l’audit conduit en 19973. La communication de l’EPAEM a donc été améliorée avec, notamment, la diffusion de plaquettes d’information. La concertation pour la « Cité de la Méditerranée », organisée en 2005, constitue la seule vraie concertation qui a eu lieu depuis la création de l’opération sans pour autant accorder d’attention aux revendications des habitants pour une programmation plus généreuse en espaces verts4, ni même soumettre au débat la construction d’immeubles de grande hauteur dans le secteur d’Arenc. De plus, deux semaines après la fin de la concertation, il était décidé que le centre régional de la Méditerranée serait construit à proximité du Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MUCEM) au pied du Fort Saint-Jean, alors que cette question n’avait pas été débattue publiquement.

12Pour la mixité fonctionnelle, la proportion des superficies attribuées aux diverses activités a été révisée au cours des années et le sera une nouvelle fois dans le cadre de la décision prise en 2008 d’élargir de 168 ha le périmètre actuel : 600000 m2 de bureaux, 400000 m2 de logements nouveaux et réhabilités, 200000 m2 de commerces/équipements publics, 20 hectares d’espaces publics et restructuration des infrastructures de transport. Les objectifs d’Euroméditerranée se situent à plusieurs niveaux (Bertoncello et Rodrigues-Malta, 2001). Il s’agit de faire rayonner Marseille au plan économique et culturel par la création d’équipements adéquats et la production d’un paysage architectural qualifié. La création d’emplois est centrale et les résultats présentés par l’EPAEM indiquent que les quartiers du périmètre Euroméditerranée connaissent une baisse du chômage plus importante que celle des autres quartiers de Marseille. Toutefois, cela ne signifie pas nécessairement que les populations résidentes touchées par le chômage (taux parfois supérieur à 30 % selon les secteurs) soient bénéficiaires de ces nouveaux emplois. Un adhérant de l’association « Un Centre Ville Pour Tous » récuse ainsi la stratégie locale de l’emploi : « Ils ont fait venir des cadres supérieurs dans un endroit où il n’y a que des gens de niveau de formation… qui ne correspond pas à la plupart des emplois qui sont là, sauf peut-être les activités de secrétariat. Il y a un grand décalage »(entretien le 19 mars 2008).

4 - Fjordbyen, une nouvelle identité pour Oslo

Fig1 - Les zones centrales de Fjordbyen (Oslo Waterfront Planning Office).

Fig1 - Les zones centrales de Fjordbyen (Oslo Waterfront Planning Office).

13Á la fin des années 1970, un concours est lancé pour amorcer une réflexion sur l’avenir du front de mer d’Oslo, dominé par les activités industrialo-portuaires et des infrastructures de transport (autoroutes et voies ferrées). L’aménagement débute au début des années 1980 avec la construction de tunnels et la réalisation du waterfront Aker Brygge. À la fin de la décennie, les autorités portuaires expriment leur ambition d’élargir le port conteneur à Filipstad, à l’ouest du centre-ville. Ce projet est finalement abandonné au profit de celui d’un front de mer esthétique et accessible à tous après des débats politiques et publics.

Tableau 1 - L’évolution de l’opération de Fjordbyen.

  1997  

Rapport sur la future orientation du waterfront d’Oslo commandé par le conseil municipal et élaboré par l’Agence d’Urbanisme et de Construction d’Oslo

  2000  

Décision de la stratégie de Fjordbyen par le conseil municipal d’Oslo

  2002  

Ouverture du Bureau de Fjordbyen

  2003  

Plan de la régulation de la zone de Bjørvika réorienté en 2008. La zone de Tjuvholmen est cédée au développeur Tjuvholmen KS

  2004  

Atelier de Fjordbyen (semaine de concertation)

  2005  

Le rapport « 3xFjordbyen » publie les résultats de l’atelier en 2004

  2007  

Schéma alternatif élaboré par le conseil d’arrondissement du Vieil Oslo en décembre

  2008  

Schéma de référence de Fjordbyen décidé par le conseil municipal le 27 février 

14En 1997, un rapport est commandé par le conseil municipal pour l’élaboration de stratégies alternatives d’aménagement. Réalisé par l’Agence d’Urbanisme et de Construction d’Oslo, il est défavorable aux activités industrialo-portuaires et opte pour un front de mer qui serait un atout pour le rayonnement d’Oslo : « la population demande de plus en plus d’offres de loisir et de détente (…). Les espaces proches de la mer, aménagés avec une diversité d’offres, sont surtout attractifs pour les loisirs. L’intérêt renouvelé pour une architecture attractive et la conscience aigüe du caractère visuel d’Oslo, en contact avec le fjord, devrait donner des qualités nouvelles aux espaces d’interface. Les espaces portuaires libérés peuvent ajouter une identité à Oslo, un avantage compétitif et une image qui renforcera l’attraction d’Oslo » (PBE, 1997, p.29). En 1999, le nouveau schéma directeur d’Oslo est approuvé et l’opération Fjordbyen est lancée en janvier 2000. L’Agence opérationnelle de Fjordbyen, créée en 2002, compte 6 techniciens. Sa volonté de favoriser un aménagement concerté entre les divers acteurs s’est matérialisée par l’organisation d’un atelier avec une concertation organisée pendant cinq jours en 2004. Trois équipes ont élaboré, concrétisé et illustré trois visions : Oslo PARC, Oslo RESEAU et Oslo LARGE pour servir de base à un débat public élargi, avant que le Conseil municipal n’établisse le schéma de référence pour Fjordbyen (PBE 2004). Les trois équipes étaient composées d’architectes, de paysagistes et d’urbanistes. L’objectif de l’atelier était de conduire une concertation similaire à celle initiée par la Mission de préfiguration d’Euroméditerranée. Cependant, l’atelier de Fjordbyen fut critiqué car il ne rassemblait que des professionnels.

  • 5  PBE, Fjordbykontoret 2007. Fjordbyplanen i kortversjon. Forslag. P. 1.

15Le plan de Fjordbyen lancé en mai 2007 (fig.2) propose un aménagement continu du front de mer d’Oslo et donne un cadre pour les quatre zones non régulées : Filipstad, Vippetangen, l’anse de la rivière d’Alna et Ormsund. Le plan décline une vision vague et éclatée, liée au slogan d’Oslo « le bleu, le vert, la ville au milieu », pour offrir des espaces ouverts aux habitants, pour les touristes et pour la promotion de la ville à l’échelle internationale. « Fjordbyen est le projet phare de développement durable d’Oslo. Il doit offrir la qualité de vie, l’accès à la mer, un système de transport de haute qualité environnementale, la diversité sociale et culturelle et des activités de loisir. Le front de mer intègrera l’espace urbain, utilisable par tous. »5. Son accès est assuré par la construction d’une promenade de bord de mer et des espaces publics. Il crée un lien entre le fjord et les quartiers limitrophes. Il s’agit d’une « opération d’aménagement urbain partagée » avec des logements, des commerces, des bureaux, des équipements culturels, etc. L’objectif principal est l’amélioration du cadre de vie d’Oslo en terme environnemental, culturel et social.

Fig2 - Fjordbyen et ses 13 zones d’aménagement.

Fig2 - Fjordbyen et ses 13 zones d’aménagement.

Oslo Waterfront Planning Office

16Toutefois, le plan de Fjordbyen est décidé après dix ans de planification marqués par des évolutions majeures en matière d’intervention : deux zones importantes sont déjà en cours d’aménagement, celles de Tjuvholmen et Bjørvika ont été vendues aux développeurs publics et privés. L’intitulé de « l’exposition ambulante » conduite dans le cadre de la promotion internationale de l’opération par Oslo Teknopol, structure créée par la municipalité et la région Akershus, est sans équivoque quant à la « mise en vente » du front de mer « Oslo, the fjord city. Experience the unique opportunities available to recreate some of Oslo’s most attractive waterfront properties ». Entre les visions et les discours, quelles sont les stratégies élaborées et quelle crédibilité peut-on accorder au plan ?

5 – Des stratégies entrepreneuriales

17En matière d’aménagement urbain, les stratégies entrepreneuriales sont caractérisées par la désignation de secteurs livrés à des intérêts plus ambitieux que ceux de la stricte sphère locale (Amin, 1997). Ainsi, Euroméditerranée propose de doter Marseille de cette « économie de vitrine » qui caractérise de plus en plus les centres-villes d’aujourd’hui par la reconversion du front de mer (Rodrigues‑Malta, 2001). La ville d’Oslo cherche quant à elle à créer une image qui puisse tout autant attirer des investisseurs et des touristes qu’améliorer le cadre de vie des habitants.

5. 1 - Une Cité de la Méditerranée, « radieuse » pour Marseille

18Le projet de la Cité de la Méditerranée, entre port et ville, propose d’offrir « un nouvel horizon » à Marseille. L’architecture phare, les équipements culturels, commerciaux et de loisir sont utilisés pour recréer ces espaces : « Le concept de la Cité de la Méditerranée consiste à installer dans un même site un certain nombre de grands équipements, publics et privés, de manière à ce qu’ils renforcent mutuellement leurs fréquentations, leurs programmations, leur notoriété » (www.euroméditerranée.fr).

Fig3 - La partie de la Cité de la Méditerranée la plus proche de la mer.Les Terrasses du Port et le MUCEM au fond.

Fig3 - La partie de la Cité de la Méditerranée la plus proche de la mer.Les Terrasses du Port et le MUCEM au fond.

Projet : ateliers François Kern architecture et urbanisme - Foruminvest.

Copyright : Euroméditerranée.

19La Cité de la Méditerranée (fig.3) se place dans la « logique waterfront», avec la mixité de formes et de fonctions qui créeront une attraction symbolique et alimenteront l’image de Marseille. L’architecture et les équipements culturels et ludiques sont autant d’éléments pour signaliser la créativité et l’exclusivité d’une ville entrepreneuriale (Knox, 1993). À Marseille, le MUCEM ou les tours de bureaux et de logements signées par les architectes Zaha Hadid, Jean Nouvel et Yves Lion participent de cette logique. Il convient également de remarquer comment les espaces publics (J4 et esplanade de la Major) et semi-privés contribuent à façonner le caractère unique de la ville. Ainsi, comme l’illustre le jardin du projet Euromed Center, « plate-forme internationale d’échanges et de rencontre entre événementiel, culture et économie » (www.euroméditerranée.fr), le rôle des espaces publics est ambigu : « de gestion privée, (…) il reste gratuitement ouvert et disponible pendant la journée pour les habitants du quartier et les visiteurs» (www.euroméditerranée.fr).

20Un jardin accessible au public, certes, mais qui sera fermé la nuit, ce qui est aussi le cas du jardin de lecture des archives des Bouches-du-Rhône, qui ferme à 17 heures. Quant aux espaces verts de l’îlot résidentiel M5 (330 logements) à la Joliette, développés derrière des grilles, ils correspondent à un genre « d’espace privatif avec une continuité visuelle », ce qui veut dire que « tu vois les arbres mais tu ne peux pas les toucher », selon l’expression d’un adhérent de l’association « Un centre ville pour tous » (entretien du 19 mars 2008).

5. 2 - À Fjordbyen, la mise en vente des quartiers de Tjuvholmen et de Bjørvika

21Les interventions à Fjordbyen visent la production de nouveaux quartiers ouverts à la population, le long du fjord, en lien direct avec les quartiers existants. Cette vision idéale se matérialise-t-elle dans les deux zones actuellement en cours d’aménagement ?

5. 2.1 - Tjuvholmen, une zone embellie

22En 2003, à la suite d’un concours d’aménagement lancé en 2002, la zone de Tjuvholmen a été « vendue » à deux développeurs privés ; Selvaag-gruppen et Aspolin Ramm. Ces développeurs ont formé la société Tjuvholmen KS. Cette zone comprend 65 % de logements, 35 % de bureaux, des espaces publics, des équipements culturels et des commerces. Le prix de vente des appartements en 2008 se situe entre 278 125 et 787 500 euros. La diversité sociale est assurée, selon le développeur, par la location d’un tiers des logements. Comme à Marseille, l’aménagement du waterfront est caractérisé par des paysages « design », pour être proposés à une clientèle transnationale (Knox, 1993) et une population résidente au mode international de consommation (Gottdiener, 2000).

23À Tjuvholmen, Renzo Piano est l’architecte choisi pour la nouvelle conception du musée d’art contemporain Astrup Fearnley. Il signera également un « centre d’expériences », un parc de sculptures et une tour d’observation haute de 60 mètres. À Oslo, comme à Marseille, les réalisations combinent patrimoine et architecture aux formes innovantes pour créer une impression unique d’histoire, de modernité et de design (Hall, 1998) à laquelle la clientèle transnationale est particulièrement sensible. L’espace public du parc flottant prévu à côté de Tjuvholmen s’adresse à une population plus large. Toutefois, offrir ce paysage à tous ne relève pas de l’évidence si l’on considère que les barrières symboliques limitent les pratiques spatiales tout aussi fortement que les barrières matérielles (Madanipour, 1998). Ainsi, la pratique des « paysages exclusifs » font hésiter les gens qui n’ont pas les ressources nécessaires pour prendre part aux activités qui s’y déroulent (ibid.). Les barrières matérielles comme les grilles et les caméras de surveillance caractérisent les nouveaux îlots d’habitat et les immeubles de bureaux dans plusieurs villes (Davis, 1996). Tjuvholmen risque d’être socialement peu diversifié et s’éloigne en tout cas du Schéma de référence de Fjordbyen présenté, en 2007.

5.2.2 - Bjørvika, un cœur international dans un tissu local

24Bjørvika est la zone la plus grande et la plus prestigieuse de Fjordbyen. Près de 1 million de m2 vont être construits sur 70 hectares, dont près de la moitié réservée aux logements. L’établissement d’aménagement Bjørvika Développement SA, créé en 2003, correspond à une structure publique-privée complexe : le port, par sa société HAV Immobilier, en possède 64 % tandis que la société Oslo S Développement en possède 34 %. Oslo S Développement est composée de deux développeurs privés, Entra Immobilier SA et Linstow Immobilier SA, et d’un établissement public, ROM Immobilier SA créé par les chemins de fer norvégiens. À son tour, Bjørvika Développement SA a constitué Bjørvika Infrastructure SA pour réaliser les infrastructures de la zone et elle a engagé la société privée Advansia en qualité de maître d’œuvre. L’objectif de la collaboration publique-privée est principalement d’assurer la rentabilité économique de l’opération d’aménagement.

25Le plan de la zone, adopté en 2003, a été revu par le conseil municipal en février 2008 et sera encore modifié. Il s’agit de faire de Bjørvika la « porte de la capitale norvégienne… la fierté de toute la population d’Oslo, et l’affiche du développement historique de la ville, depuis son origine jusqu’au xxie siècle » (www.bjorvikautvikling.no).

26Le 17 avril 2008, le nouvel Opéra national, projet phare de Fjordbyen, a ouvert ses portes à Bjørvika. L’îlot situé derrière l’Opéra, Barcode (en référence aux codes barres), est composé de plusieurs tours de bureaux, dont la première a été livrée en 2007. Barcode a mécontenté une partie de la population car les tours alignées sur l’interface ville-mer constitueront une véritable barrière visuelle sur le site en amphithéâtre tourné vers le fjord. En 2005, une pétition contre le projet lancée sur internet par une habitante a recueilli environ 36000 signatures. Ces tours ont également été fortement décriées par les élus du conseil d’arrondissement de Gamle Oslo (le vieil Oslo) qui craignent qu’elles « écrasent » l’Opéra et les quartiers voisins. Ils ont alors réalisé un schéma alternatif avec les principales propositions suivantes : prolongement du tissu urbain de l’arrondissement au travers de Bjørvika jusqu’à la mer ; modification du projet Barcode ; priorité accordée aux commerces de proximité ; création d’espaces verts. Ce schéma, placé sous l’égide du conseil d’arrondissement et d’une équipe d’architectes, a été intitulé « Bjørvika pour les habitants, l’alternative pour les intérêts de la ville » (www.plansmier.com). Présenté au conseil municipal avant l’approbation du schéma de référence le 27 février 2008, il n’a toutefois pas permis, à la grande déception des élus d’arrondissement, de faire évoluer les orientations principales. L’argument du conseil municipal pour le maintien du projet de Barcode tient dans la nécessaire rentabilité d’une opération co-financée par les acteurs privés. Deux tours sont d’ores et déjà vendues aux promoteurs, il est donc trop tard pour le conseil municipal de revenir sur le choix du projet Barcode.

27L’exemple de Bjørvika permet de souligner le risque principal encouru par une opération fortement dépendante des investissements privés. Faire la ville sur un mode entrepreneurial peut permettre de générer de la croissance économique, mais cela peut réduire aussi la possibilité de créer des quartiers judicieusement insérés dans la ville. Le quartier de Bjørvika risque de devenir une enclave sans lien fort avec les quartiers limitrophes et de ne pas répondre à l’objectif de diversité sociale qui correspond à la composition de la population du vieil Oslo. Le risque est également de souffrir d’un déficit en infrastructure sociale, culturelles et de loisir.

Conclusion

28Stimuler la croissance économique par de grandes opérations de développement urbain est un pari délicat. Les exemples de Marseille et d’Oslo montrent que l’image et le rayonnement international ne se traduisent pas aisément au niveau local. Les stratégies entrepreneuriales, qui favorisent les acteurs privés, tendent à délaisser le plus souvent les dimensions sociales et identitaires du développement urbain. Seuls les pouvoirs publics peuvent assurer la priorité des objectifs sociaux et leur rôle est sur ce point essentiel. Qui a le « droit à la ville ?» est une question qui doit être posée si l’on considère que la responsabilité des pouvoirs locaux est de parvenir à un développement urbain au sens global, c’est-à-dire de réussir l’intégration spatiale et sociale des fronts de mer.

Top of page

Bibliography

Amin A., (1997), « Placing globalization », Theory, Culture and Society, 14, p. 123-37.

Bertoncello B. et Rodrigues-Malta R., (2005), Euroméditerranée : une affaire d’état, rapport de recherche au programme POPSU, Paris, ministère de l’Équipement.

Bertoncello B. et Rodrigues-Malta R., (2003), « Marseille Versus Euroméditerranée », annales de géographie, Armand Colin, Paris, p. 424-436.

Bertoncello B. et Rodrigues-Malta R., (2001), « Euroméditerranée : les échelles d’un grand projet de régénération urbaine », in Donzel, A. (dir.), Métropolisation, gouvernance et citoyenneté dans la région urbaine marseillaise, Paris, Maisonneuve et Larose.

Brenner N., (1999), « Globalisation as reterritorialisation: the rescaling of urban governance in the European Union », Urban Studies, 36, p. 431-451.

Brenner N. et Theodore N., (2002), (dir.), Spaces of neoliberalism: urban restructuring in North America and Western Europe, Blackwell, Malden, Mass.

Brenner N. et Theodore N., (2005), “Neoliberalism and the urban condition”, City 9, 1, p. 101-107.

Buck N., Gordon I., Harding A. et Turok I., (2005), Changing cities, Londres, Palgrave Macmillan.

Cole M., (2005), “Quangos: The Debate of the 1970s in Britain”, Contemporary British History, Vol. 19 (3), p. 321-352.

Davis M., (1996), Fortress L.A in Legates R.T. et F. Stout (dir.), The City reader, Londres, Routledge.

DUBOIS J. et OLIVE M., (2001), « Euroméditerranée : un grand projet d’aménagement à l’épreuve du débat public », in Donzel, A. (dir.) 2001. Métropolisation, gouvernance et citoyenneté dans la région urbaine marseillaise, Paris, Maisonneuve et Larose.

Fournier P. et Mazella S., (2004), Marseille, entre ville et ports. Les destins de la rue de la République, Paris, La Découverte.

Gottdiener M., (2000), “Approches to consumption. Classical and contemporary perspectives”, in Gottdiener, M. (dir.), New forms of consumption, Lanham, Rowman et Littlefield.

Hall T., (1998), Urban Geography, Londres, Routledge.

Harvey D., (1989), “From Managerialism to Entrepreneurialism: The Transformation in Urban Governance in Late Capitalism”, Geografiske Annaler, Series B, Human Geography 71 (1), p. 3-17.

Jessop B., (1998), “The Narrative of Enterprise and the Enterprise of Narrative: Place Marketing and the Entrepreneurial City” in Hall, T. et P. Hubbard (dir.), The Entrepreneurial City. Geographies of Politics, Regime and Representation, Chichester, John Wiley and Sons Ltd.

Jessop B., Peck J. et Tickell A., (1999), “Retooling the Machine: Economic Crises, State Restructuring and Urban Politics”, in Jonas, AEG et D. Wilson (dir.), The Urban Growth Machine. Critical Perspectives Two Decades Later, New York, Suny Press.

Johnston R.J., Gregory. D., Pratt G. et Watts M. , (2000), The Dictionary of Human Geography. Malden, Blackwell.

Knox P.L., (1993), “The Postmodern Urban Matrix” in Knox, P.L. (dir.), The restless urban landscape, Prentice Hall, Englewoods Cliffs.

Le Galès P., (1998), « Régulation, Gouvernance et Territoire », in Commaille J. et B Jobert (éds.), Les métamorphoses de la régulation politique. Droit et société, vol. 24, 1998.

Madanipour A., (1998), « Social exclusion and space », in Madanipour A., Cars G. et Allen J. (éds.), Exclusion in European Cities. Experiences and Responses, Londres, Jessica Kingsley Publ.

PBE, (1997), Fjordby eller havneby? Om Oslos havne- og sjøside, Oslo Kommune.

PBE, (2004), 3X Fjordbyen. Fremtidsbilder. Steder. Team, Fjordbykontoret, Oslo Kommune.

Peck J., (2003), “Geography and public policy: mapping the penal state”, Progress in Human Geography, 25 (3), p.222-232.

Pinson G., (2002), Projets et pouvoirs dans les villes européennes. Une comparaison de Marseille, Venise, Nantes et Turin, thèse en sciences politique, université de Rennes 1.

Rodrigues-Malta, R., (2001), « Naples-Marseille: Waterfront Attitude », Méditerranée, 1.2- 2001, p. 97-10

Top of page

Notes

1  L’article s’inscrit dans le cadre d’une thèse en géographie sociale du programme multidisciplinaire de la recherche urbaine à Høgskolen i Oslo et du programme doctoral de l’université d’Oslo (2007-2011). Il propose une discussion initiale sur les stratégies entrepreneuriales basées sur les données empiriques obtenues sur Euroméditerranée et Fjordbyen. Je remercie les chercheurs et les informateurs dont l’aide me fut précieuse.

2  Mission interministérielle Marseille. Marseille Projet Joliette-Saint-Charles. Rapport extrait août 1993.

3  Rapport d’audit sur l’opération nationale Euroméditerranée à Marseille, p.V., 1998.

4  Entretien avec un représentant des associations le 19 mars 2008 et le Comité d’Intérêt des Quartiers le 6 février 2008.

5  PBE, Fjordbykontoret 2007. Fjordbyplanen i kortversjon. Forslag. P. 1.

Top of page

List of illustrations

Title Fig1 - Les zones centrales de Fjordbyen (Oslo Waterfront Planning Office).
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/2772/img-1.jpg
File image/jpeg, 484k
Title Fig2 - Fjordbyen et ses 13 zones d’aménagement.
Credits Oslo Waterfront Planning Office
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/2772/img-2.jpg
File image/jpeg, 340k
Title Fig3 - La partie de la Cité de la Méditerranée la plus proche de la mer.Les Terrasses du Port et le MUCEM au fond.
Caption Projet : ateliers François Kern architecture et urbanisme - Foruminvest.
Credits Copyright : Euroméditerranée.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/2772/img-3.jpg
File image/jpeg, 1.1M
Top of page

References

Electronic reference

Heidi Bergsli, « Marseille et Oslo : des stratégies entrepreneuriales pour transformer le front de mer », Méditerranée [Online], 111 | 2008, Online since 01 June 2010, connection on 15 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/2772 ; DOI : 10.4000/mediterranee.2772

Top of page

About the author

Heidi Bergsli

Doktorgradsstipendiat, heidi.bergsli@est.hio.no

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page