Skip to navigation – Site map

La gestion d’un grand site camarguais : les cabanes de Beauduc

Site management in the Camargue: the chalets of Beauduc
Paul Minvielle
p. 7-17

Abstracts

Abstract - Established on the Camargue coastline, the chalets of Beauduc constitute an illegal occupation of the public domain that began about 50 years ago. It has become apparent that preservation of the beach environment on which these structures are located requires a site management more rigorous than the informal practices of resident associations. Implementation of the coastal law means that the chalets will eventually be destroyed and their place taken by a durable tourist development. The hamlet of Sablons will be preserved as a valuable cultural heritage.

Top of page

Index terms

Geographical index :

France, Camargue, Beauduc, Bouches-du-Rhône
Top of page

Full text

Introduction : peut-on parler de grand site pour cette petite partie du littoral camarguais ?

1La gestion des sites ou des grands sites est une pratique déjà ancienne, amorcée au début du xxe siècle mais qui devient plus sensible aujourd’hui, en raison de l’extension de l’urbanisation, d’une pression touristique accrue et d’une demande sociale forte de fréquentation d’espaces naturels.

2Les cabanes de Beauduc, petit territoire d’une centaine d’hectares situé près de Salin-de-Giraud (fig. 1), dans la partie orientale du delta camarguais, relèvent de réalités complexes qui ne peuvent se limiter à une question de gestion d’un espace naturel remarquable. La dimension environnementale n’est qu’une facette du problème. Beauduc est aussi un laboratoire social (Nicolas, Claeys-Mekdade, 1999), du « vivre ensemble » héritage d’une occupation populaire et saisonnière des littoraux sans titres de propriétés, à l’instar de ce que l’on pouvait observer dans bien des lieux en France (sur les bords de l’étang de Berre, ou de l’étang de Leucate mais aussi à Ravenoville en Normandie par exemple) (Poulain, 2003).

  • 1 - L’article de J.-CH Brisard, destiné à un large public, insiste sur le caractère pittoresque de Ju (...)

3Cette culture cabanière est-elle compatible avec l’actuelle gestion publique des sites en France ? Cette pratique doit-elle être bannie au nom de la protection des espaces naturels ? Les lieux d’occupation populaire, bien qu’illégaux, ne méritent-ils pas une démarche de patrimonialisation ? Autant d’interrogations qui sont d’autant plus cruciales que l’autorité publique, incarnée par le préfet, vient de détruire à la fin du mois de novembre 2004, une vingtaine de cabanons, en particulier les deux restaurants hautement symboliques « Chez Juju » et « Chez Marc et Mireille » (Brisard, 2001)(1).

  • 2 - Les Opérations grand site, apparues en 1997, concernent exclusivement les sites classés et répond (...)
  • 3 - Définition proposée par J. Daligaux lors de la journée d’études du 10 mars 2004 : « Les grands si (...)

4Revenons sur quelques éléments de définition, en prenant soin de distinguer pour la clarté de l’exposé, site, grand site, et grand site naturel. Un site est un concept qui relève du champ de la géographie appliquée et qui tire son origine dans l’application de la loi du 2 mai 1930 sur les sites classés et inscrits. On peut le définir comme un lieu remarquable, de dimension variable, valorisé tout autant pour ses spécificités naturelles que pour ses particularités paysagères, culturelles et historiques. Un grand site correspond à un site de forte notoriété, connaissant une fréquentation qui dépasse le cadre local ou régional. En raison d’une pression touristique forte, les grands sites nécessitent souvent des mesures de gestion spécifique comme par exemple les OPG(2), les Opérations grand site, pour les sites classés surfréquentés (par exemple la Pointe du Raz). Un grand site naturel est un « grand site préservé de l’urbanisation dont la qualité paysagère, la richesse écologique ou l’intérêt patrimonial appellent des mesures de protection et de gestion qui garantissent l’intégrité ou l’évolution raisonnée de ses composantes »3.

5L’ensemble de la Camargue peut difficilement être considéré comme un site ou un grand site en raison de son extrême diversité. Pourtant en 1975, l’intégralité de l’espace deltaïque camarguais, soit près de 80 000 ha, a fait l’objet d’une démarche d’inscription dans le cadre de la loi du 2 mai 1930, devenant ainsi un site inscrit. En revanche, les lieux susceptibles de correspondre aux trois définitions posées ne manquent à l’intérieur du delta : le territoire des Saintes-Maries-de-la-Mer, l’étang de Vaccarès, site classé en 1942, d’une grande valeur écologique mais aussi haut lieu de la culture provençale, popularisé par l’œuvre de J. D’Arbaud, le bois des Rièges, site un peu moins connu mais tout aussi remarquable, rare espace boisé en Camargue et lieu clé de l’histoire de l’élevage traditionnel bovin marqué par la figure emblématique du marquis de Baroncelli. Les cabanes de Beauduc font également partie de ces sites incontournables du sol camarguais, lieu remarquable à plus d’un titre, avec son paysage entre terre et mer, la particularité de son occupation illégale cabanière et la notoriété de ses plages qui attirent une importante population estivale. Que viennent chercher dans ce lieu singulier, d’accès difficile, ces populations atypiques, constituées d’habitués de la région mais aussi d’originaux voire de marginaux de l’Europe entière ? Certainement une autre façon de vivre pendant quelques jours, quelques semaines ou quelques mois, loin des masses de juilletistes ou d’aoûtiens hébergés de façon conventionnelle dans des campings ou des résidences de vacances. Un grand site donc, marqué par des pratiques sociales et culturelles non conventionnelles, mais s’agit-il pour autant d’un grand site naturel ? Si l’objet de l’analyse est la préservation d’un paysage non urbanisé, les cabanons n’ayant pas d’existence légale, on peut légitimement parler de grand site naturel. Les préoccupations pour la gestion du site sont alors nombreuses : pression touristique estivale jugée dommageable pour l’écosystème, caractère illégal de l’occupation du Domaine public maritime, problèmes d’hygiène publique et de maintien de l’ordre. Mais si l’on conteste le caractère naturel du lieu en raison de l’ancienneté de l’occupation humaine (cabanes de pêcheurs attestées dès le xviie), le débat se déplace pour s’installer dans la sphère patrimoniale. On parlera alors de grand site culturel. L’avenir du site s’inscrit ainsi dans une dialectique Nature/Culture dans un contexte désormais conflictuel entre les services de l’État et les associations locales qui défendent les usages traditionnels du lieu.

6Comment concilier ces exigences en apparence contradictoires : le respect de l’environnement qui s’appuie sur une application stricte de la loi littoral depuis 1986, et la reconnaissance d’une pratique culturelle très ancrée dans la société locale ?

Fig. 1 - Un espace naturel : le delta camarguais

Fig. 1 - Un espace naturel : le delta camarguais

1. Fonctionnement et esprit du lieu

1.1. Un paysage entre terre et mer occupé de longue date

7Le paysage beauducois mérite d’abord quelques éléments de description. Ce milieu laguno-marin connaît de très fréquentes variations du niveau de l’eau de mer, ce qui en fait un environnement changeant selon les saisons où il n’est pas toujours facile de circuler. Toute une micro-topographie est révélée en hiver, faite de cuvettes inondées et de monticules sableux. La dynamique éolienne très puissante remanie en permanence les matériaux disponibles et l’on peut observer à la périphérie des plages un cordon dunaire unique en Provence, culminant à 7 m d’altitude, lieu de nidification des oiseaux et support pour des associations floristiques rares. Les digues et les parcelles des marais salants, situées en arrière des plages et des dunes, donnent au paysage ses teintes rosées et marrons combinées au bleu intense des lagunes, au blanc du sel et au jaune beige du sable.

8Ce cadre paysager est incomplet car nous n’avons pas encore mentionné les cabanes, qui dénaturent le site pour certains, qui lui donnent sa touche incomparable et inimitable pour d’autres. Il est vrai que l’allure générale très rudimentaire de ces constructions est surprenante, s’agissant dans bien des cas de caravanes progressivement transformées avec des matériaux de récupération. Initialement, l’occupation s’est faite par des pêcheurs dont la présence à Beauduc est connue de longue date. La richesse halieutique des fonds du golfe de Beauduc attire pêcheurs amateurs et professionnels à la recherche de loups, de daurades et de coquillages. Longtemps restée confidentielle, l’occupation du site s’est accélérée dans les années 1950 en raison de toute une série de facteurs. Le contexte général est à l’essor des loisirs, et la pratique classique en Méditerranée du cabanon va trouver à Beauduc un lieu privilégié de développement : proximité d’Arles, gestion d’une partie du site par la Compagnie des Salins du Midi (en particulier la station de pompage installée en 1952 et l’entretien des digues et de la piste d’accès reliant les plages à Salin-de-Giraud). Aux pêcheurs s’ajoutèrent des employés des Salins, des retraités arlésiens, des fonctionnaires de la SNCF… Généralement des populations d’origine locale et populaire qui trouvent à Beauduc un contexte humain plaisant et la possibilité de passer, le temps d’une fin de semaine ou d’un congé, un séjour à la mer peu coûteux.

9Le territoire beauducois s’organise, se structure au cours des décennies autour de trois noyaux qui se sont progressivement constitués (fig. 2) :

  • les Sablons qui se sont surtout développés entre 1952 et 1970 et qui constitue l’unité la plus affirmée, située un peu à l’intérieur des terres, aux limites du Domaine public maritime. Depuis 1972, ce quartier des Sablons bénéficie d’un statut particulier lié à la possession du foncier par la Compagnie des Salins du Midi (photo 1).

  • Beauduc nord correspond à l’entrée du site, juste après la station de pompage. C’est le passage obligé pour quiconque pénètre à Beauduc. Les cabanons s’y sont développés surtout à partir des années 1970 autour des deux restaurants tenus par d’anciens pêcheurs.

  • Beauduc plage, situé dans le prolongement de Beauduc nord est le quartier le plus récemment identifié, c’est aussi le plus problématique car l’occupation borde littéralement le littoral. Des cabanons qui sont les pieds dans l’eau dans un contexte assez anarchique, lié à une occupation estivale sous la forme de caravanes, initialement temporaire, puis progressivement sédentaire (photo 2).

Fig. 2 - Les trois hameaux de Beauduc

Fig. 2 - Les trois hameaux de Beauduc

Source : L. anselme, 2003

Photo 1 - Un exemple d’insertion paysagère aux Sablons

Photo 1 - Un exemple d’insertion paysagère aux Sablons

(cliché : P. minvielle, 2004)

photo 2 - Vue de Beauduc plage

photo 2 - Vue de Beauduc plage

(cliché : P. minvielle, 2004)

10Au total on dénombre de nos jours environ 500 installations mais seulement une dizaine de familles qui vivent là à l’année. Il y a par ailleurs trois pêcheurs professionnels travaillant sur les plages et environ 150 pêcheurs occasionnels de tellines. Les pouvoirs publics s’inquiètent depuis de nombreuses années des conditions d’hygiène et de sécurité à Beauduc, dans la mesure où n’y a ni eau, ni électricité, ni réseau d’assainissement.

1.2. Un lieu de vie original refusant les normes traditionnelles d’habitabilité

11L’esprit du lieu s’appuie d’ailleurs sur cette absence de confort moderne, sur ce refus des normes conventionnelles d’habitation des lieux. Une habitabilité, une façon d’être au monde qui fonctionne pour autant et qui est la motivation principale de l’arrivée puis de l’installation progressive à Beauduc. Les règles de sociabilité sont au cœur de cette habitabilité faite de négociations, de dialogues permanents avec le voisinage, de participation à une vie collective active. Une microsociété qui s’autorégule en permanence, qui accepte ou pas les nouveaux venus, qui ne sont en aucun cas des individus isolés et incontrôlés. Se faire accepter à Beauduc est un parcours initiatique qui nécessite des années, autour d’une caravane tolérée d’abord, puis fréquentée été après été, qui se solidifie, se sédimentarise, se clôture progressivement pour ressembler à une cabane beauducoise digne de ce nom. La participation aux fêtes, aux lotos, aux apéritifs, permet de tisser des liens qui débouchent parfois après quelques années de sociabilité à la cession d’un cabanon plus intéressant, moins exposé aux eaux de mer et aux menaces de destructions des pouvoirs publics. On est bien loin de l’image catastrophique d’une colonisation incontrôlable du littoral sableux de l’ouest des Bouches-du-Rhône, d’autant plus que le site des cabanes de Beauduc correspond à un linéaire de plage de 1,5 km sur les soixante kilomètres de plages sauvages entre le Petit Rhône et le Grand Rhône. L’importance du tissu associatif est la garantie principale de la gestion locale du site par ses occupants temporaires ou sédentaires. Les Beauducois restent en grande partie des habitants temporaires, originaires de la région (Gard, Bouches-du-Rhône, Vaucluse…) même si quelques résidents sont issus de territoires plus lointains. Trois associations incarnent le passé récent de Beauduc : l’Association des Cabaniers, fondée en 1967 et qui correspond pour l’essentiel aux habitants des Sablons ; l’Association des Plaisanciers, créée en 1988 autour de quelques personnalités de Beauduc nord et enfin l’Association de Sauvegarde du patrimoine de Beauduc, l’ASPB, apparue en 1995 dans un contexte difficile suite aux nombreuses procédures judiciaires lancées par les pouvoirs publics à partir de l’application de la loi littoral. Cette dernière association parvient désormais à s’exprimer au nom de la majorité des Beauducois, en adoptant des positions de compromis et en tentant de renouer le dialogue avec les autorités. Depuis les destructions de l’automne dernier, l’association gère le site internet Sauvons Beauduc, qui vise à rassembler des signatures pour sauver le lieu d’une démolition programmée.

1.3. Réalités des enjeux environnementaux

12Les enjeux environnementaux sont-ils suffisants pour justifier une réhabilitation complète du site, à l’abri de toute occupation humaine ?

13Cet espace de petite dimension, est relativement peu protégé si on le compare au reste du territoire camarguais. Il est vrai que la Camargue est un espace qui a servi d’expérimentation à pratiquement toutes les mesures réglementaires en faveur de l’environnement : La Réserve nationale de Camargue dès 1926, aujourd’hui Réserve des Impériaux, le site classé de l’étang de Vaccarès en 1942, puis les différents zonages environnementaux qui ont suivi (Zone de protection spéciale, Arrêté de protection des biotopes…). La Camargue est incontestablement un territoire modèle en terme de protection de l’environnement. Les terres agricoles sont également soumises à des mesures agri-environnementales dans le cadre de la Charte du Parc naturel régional de Camargue. Il faut y ajouter le site d’intérêt communautaire dit « Delta de Camargue » depuis juillet 2003, avec l’application de la Directive européenne Habitats.

14Pourquoi le site des cabanes de Beauduc, pourtant situé à l’intérieur du delta, se trouve systématiquement à l’extérieur des différents périmètres que nous venons d’évoquer, au point d’être finalement relativement mal protégé par la réglementation ? Est-ce parce que le milieu naturel est moins remarquable qu’ailleurs en Camargue ? On peut déjà répondre par la négative car le territoire des cabanes de Beauduc fait l’objet d’une ZNIEFF, Zone naturelle d’intérêt écologique faunistique et floristique, de type I, dite « Dunes de Beauduc et zones lacustres du sud de la Camargue » (fig. 3). Cette ZNIEFF illustre l’intérêt écologique du lieu mais il ne s’agit pas d’un zonage opérationnel susceptible d’être opposable à un tiers, seulement un inventaire permettant de définir l’originalité naturelle du lieu. L’existence d’une telle zone donne néanmoins des arguments aux défenseurs d’un Beauduc sans cabanes. Le juge administratif peut s’y référer pour appuyer ses décisions. Quoi de remarquable à Beauduc ? Le cordon dunaire, considéré comme unique et aussi les colonies d’oiseaux laro-limicoles, en particulier les nidifications de sternes naines, de mouettes mélanocéphales et surtout du goéland railleur. Du point de vue floristique, il faut mentionner parmi les espèces protégées la crucianella maritima, la convolvulus soldanella, et la matthiola sinuata. À côté de la ZNIEFF de type I, il faut citer également une ZNIEFF marine de type II, dite « Fond du golfe de Beauduc » qui se définit par une productivité halieutique élevée au cœur de la zone centrale de l’Upwelling de Camargue, avec les aires de ponte des loups et des daurades. Si le site possède un réel intérêt écologique, pourquoi est-il si mal protégé ? Un premier élément de réponse provient de l’activité industrielle de la Compagnie des Salins du Midi. L’exploitation du sel, surtout depuis la fin du xixe siècle, fut l’activité qui permit le développement de la petite ville de Salin-de-Giraud et continue de marquer fortement le paysage. La ZNIEFF de type I, qui s’étend sur près de 5 850 ha et inclut les 100 ha de Beauduc, appartient en intégralité à la Compagnie des Salins du Midi et jouxte les marais salants en activité. L’occupation cabanière, longtemps tolérée grâce à une certaine bienveillance des industriels des Salins, s’est donc réalisée aux confins d’un territoire voué pendant des décennies à l’extraction du sel. L’exploitation touristique n’y a jamais constitué une priorité, d’autant plus que les plages de Piémanson, dites plages d’Arles, situées au sud-est de Salin-de-Giraud étaient d’un accès plus facile grâce à une route asphaltée d’environ 10 km de long. Le contexte était donc tout à fait favorable pour que le petit rectangle de 1,5 km sur 0,7 km des cabanes de Beauduc soit resté en marge des zones de protection qui quadrillent le delta.

Fig. 3 - La Znieff de type i, « Dunes de Beauduc et zones lacustres du sud de la Camargue ».

Fig. 3 - La Znieff de type i, « Dunes de Beauduc et zones lacustres du sud de la Camargue ».

source : diren

15Par ailleurs les acteurs locaux ont considéré pendant des années que la pression sur l’environnement à Beauduc n’était pas excessive. On estime à 2500 personnes le nombre de visiteurs journaliers pendant la saison estivale, ce qui ne constitue pas une densité exceptionnelle pour un site d’une centaine d’hectare. Les dunes ne sont guère menacées dans la mesure où ce secteur du littoral (Sabatier, Arnaud-Fasseta, 1999) est une zone d’engraissement du cordon à l’instar de l’embouchure du Grand Rhône. Les associations floristiques et faunistiques, incontestablement rares, ne relèvent pas pour autant d’espèces menacées. On rencontre des « milieux accidentels », c’est-à-dire marqués par le va-et-vient du niveau du rivage marin, ailleurs en Méditerranée occidentale ou en France (embouchure de la Loire). De ce fait les responsables du Parc naturel régional de Camargue, lorsqu’ils ont rédigé une charte pour le développement durable du delta, n’ont pas mentionné le problème posé par Beauduc. D’autres priorités environnementales se trouvent au cœur de la Charte, en particulier la pollution des eaux du Rhône, le problème des rejets agricoles dans les eaux de l’étang de Vaccarès…

  • 4 - Charte du Parc naturel régional de Camargue, février 1998, p. 18 et 43.

16Pourtant en 1996, le ministre de l’Environnement, M. Barnier, refuse la première version du texte car l’État est alors en pleine démarche contentieuse avec les cabaniers. En conséquence, une version revue et corrigée4 est adoptée en 1998, faisant une large place à la question de Beauduc. En voici quelques extraits : « Les espaces littoraux soumis à une forte pression touristique : il s’agit des plages de Beauduc et de Piémanson sur lesquelles une pratique touristique incontrôlée provoque des nuisances (pollution, circulation anarchique, érosion…) » « …[il convient] d’éviter le piétinement et la dégradation des dunes, d’améliorer l’hygiène : équipement léger en sanitaires et en poubelles en retrait des plages…». « Soucieux de la protection du Domaine public maritime, le Parc soutient l’État dans sa volonté d’enrayer la dégradation et la privatisation du littoral au droit des plages d’Arles et dans le golfe de Beauduc. Cette action se fera par référence aux lois en vigueur, notamment en ce qu’elles concernent le camping sauvage et les occupations sans droits ni titres ». Si les points soulevés par la Charte correspondent indubitablement à des réalités tangibles, on peut cependant regretter qu’il y ait une certaine imprécision dans les arguments avancés :

  • qui associent les plages de Piémanson et de Beauduc, alors que les problèmes posés y sont très sensiblement différents de l’aveu même de l’adjudant de la gendarmerie de Salin-de-Giraud. En effet, à Piémanson, l’accès plus facile à la plage est à l’origine d’une fréquentation plus importante et surtout d’une autre nature. On peut observer par exemple, régulièrement, des rallyes automobiles improvisés le long du rivage par des jeunes des quartiers d’Arles ou de Port-Saint-Louis. D’une certaine manière, les problèmes de délinquance propre à la ville, se trouvent transposés à la plage pendant la saison estivale. En revanche à Beauduc les problèmes de troubles de l’ordre public nécessitant l’intervention de la gendarmerie sont rares et les accidents automobiles sont inexistants ;

  • qui mêlent des arguments de nature écologique (pollution, érosion, piétinement) et des arguments relevant du cadre légal (refus de la privatisation du Domaine public maritime, occupation sans droits ni titres…). On concèdera volontiers que la fonction du PNRC est de contribuer au développement durable de la Camargue mais certainement pas d’y faire respecter l’ordre ou le droit. Il y a là une confusion qui paraît provenir d’une certaine crispation des services de l’État lorsqu’il s’agit d’évoquer Beauduc.

17On doit cependant constater que les effets de la présence humaine sur l’environnement de la Pointe de Beauduc sont réels bien que modestes, et peuvent se résumer en trois points principaux :

  • les perturbations subies par la faune avicole pendant la période de nidification dans les dunes et les atteintes à la flore fragile et rare colonisant les milieux accidentels. Ces troubles sont liés à la présence humaine, au passage d’engins motorisés mais aussi aux divagations des animaux domestiques. Pour ne citer qu’un exemple, les chevaux destinés à la randonnée du restaurant Marc et Mireille, étaient souvent livrés à eux-mêmes et pâturaient librement dans les dunes. On pourrait aussi évoquer le problème de la colonisation des milieux fragiles par une flore allochtone, suite à des plantations hasardeuses réalisées par des cabaniers, notamment des plantes grasses comme la figue hottentote ;

  • les dégradations paysagères et les pollutions : il s’agit du problème de l’évacuation des eaux usées, des déchets domestiques et de l’enlèvement des épaves de véhicules et de caravanes abandonnées à la fin de l’été. Ces questions préoccupantes sont traitées en priorité par les associations beauducoises, qui ont contribué à améliorer la situation ;

  • les atteintes au cordon dunaire et aux plages, liées à la circulation automobile et au camping sauvage. Le site de Beauduc constitue une importante porte d’entrée en direction des plages sauvages, (vers Faraman à l’est ou vers les Saintes-Maries à l’ouest). De nombreux citadins des villes voisines pratiquent le camping sauvage en installant de véritables campements formés de plusieurs véhicules 4x4, de tentes, d’équipements légers variés… Les motivations et l’origine sociale de ces campeurs sont souvent très différentes de celles des cabaniers : vie en pleine nature, refus de la cohabitation, pratique des sports de glisse… Il est très difficile de mesurer l’ampleur de cette fréquentation. Les bouchons spectaculaires pendant la saison estivale, à l’embarquement du bac de Barcarin franchissant le Rhône, permettent de se faire une idée de l’importance de ce camping sauvage.

18Les enjeux environnementaux méritent donc incontestablement d’être pris en compte. Il faut maintenant évoquer de façon un peu plus précise la question de la gestion du site, rendue insoluble ces dernières années par la situation d’illégalité et par les tensions entre les différents acteurs.

2. Les problèmes de gestion d’un grand site illégal et informel

19Au regard de la loi française, les cabanons de Beauduc sont dans une situation d’illégalité inextricable, ce qui rend toute tentative de gestion publique du grand site impossible alors que les besoins sont bien réels. Quels sont les éléments clés qui définissent l’illégalité de l’occupation cabanière ? Tout d’abord ils sont situés en majorité sur le Domaine public maritime, territoire d’une largeur variable selon les saisons en fonction des plus hautes eaux normales. Ce DPM, historiquement inscrit dans la loi depuis Colbert, est totalement inaliénable. Sa délimitation parfois délicate a donné lieu à Beauduc à l’intervention d’un expert. Deuxième élément légal qui condamne sans équivoque la tradition cabanière : une installation en zone ND selon le Plan d’occupation des sols de la ville d’Arles. Cette zone ND, correspondant à des espaces naturels, est totalement inconstructible mais peut faire l’objet d’une redélimitation lors d’une révision du POS (aujourd’hui le PLU, Plan local d’urbanisme). Enfin troisième et dernier élément, les cabanes de Beauduc sont situées dans le périmètre d’un site inscrit depuis 1975. La protection réglementaire est nettement moins importante dans un site inscrit que dans un site classé. Néanmoins il est spécifié que toute modification de l’état ou de l’aspect des lieux et tous travaux ne peuvent être faits par le propriétaire sans qu’ils aient été déclarés quatre mois à l’avance auprès du préfet, qui consulte l’architecte des Bâtiments de France. Bien évidemment depuis 1975, les implantations de cabanes se sont faites sans se soucier du préfet… Par ailleurs rappelons que le camping et l’installation de villages de vacances sont interdits sur un site inscrit sauf dérogation du préfet. Au total trois bonnes raisons pour considérer que les cabanons, qui ont bénéficié pendant plusieurs décennies d’une incontestable tolérance, doivent désormais disparaître, tradition ou pas.

20Les premières tentatives pour faire appliquer la loi furent timides et ne donnèrent que peu de résultats. Une première opération de nettoyage fut menée en 1964 par les Services maritimes chargés du DPM, suivie d’une deuxième en 1971, après un relevé établi en 1968 supposé interdire toute implantation nouvelle. La volonté politique n’était déjà pas très forte pour imposer un cadre légal et les cabaniers, qui commencèrent à s’organiser en association de combats, ont su bénéficier de l’appui initial et souvent décisif de la mairie d’Arles. À l’époque, on peut rappeler que seul le secteur des Sablons fait l’objet d’une colonisation cabanière. Une issue légale apparaît alors lorsque l’État cède, en 1972, une centaine d’hectares dans le secteur de la Pointe de Beauduc, à l’exception du DPM, à la Compagnie des Salins du Midi. En 1974, l’association des Cabaniers soutenue par la mairie d’Arles monte une société civile immobilière, une SCI, pour chercher à se porter acquéreur de 24 ha correspondant au hameau des Sablons. L’État s’y oppose en usant d’un droit de préemption. L’argent des cabaniers restera déposé chez un notaire d’Arles pendant des années. Au cours de cette première phase du dossier, force est de reconnaître que les premiers occupants de Beauduc ont essayé de jouer le jeu de la légalité. Dans les années qui ont suivi, entre 1975 et la fin des années 1980, l’occupation du site s’est accélérée avec l’émergence du quartier de Beauduc nord situé intégralement sur le DPM. Parallèlement, la situation devient plus conflictuelle avec les services de l’État car en 1986 l’instauration de la loi littoral va bouleverser la question de la protection des littoraux français.

2.1. L’exacerbation des tensions avec l’application de la loi littoral

  • 5 - Le 29 mars 2005, le tribunal de Tarascon a condamné cinq propriétaires de cabanons à les détruire (...)

21Cette loi datée du 3 janvier 1986, relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral vise trois objectifs principaux : la protection des espaces littoraux remarquables ; la maîtrise de l’urbanisation du littoral ; l’affectation prioritaire au public du littoral. Comme on peut le constater, Beauduc est concerné par chacun de ces trois objectifs. La loi littoral va surtout incarner une nouvelle volonté politique en faveur de la protection de l’environnement, alors que les collectivités locales ont obtenu d’importants pouvoirs dans la gestion territoriale suite aux grandes lois de décentralisation. La plage de Beauduc est rapidement identifiée comme un espace naturel remarquable du littoral et fait l’objet d’actions concrètes pour supprimer l’occupation cabanière. Des procès-verbaux sont dressés par les gendarmes, et le préfet des Bouches-du-Rhône saisit dès 1988 le tribunal administratif de Marseille. À la grande surprise des services de l’État, le préfet est débouté en raison d’une délimitation trop imprécise du DPM. Notons que dans de nombreuses régions littorales françaises, en particulier dans le Var, l’application de la loi littoral va donner lieu à des nombreuses actions en justice en raison des termes volontairement imprécis de la loi. Selon son interprétation, il est possible d’en faire une application soit très protectrice, soit un peu plus soucieuse du développement économique des littoraux. Les juges deviennent des arbitres dans la gestion territoriale. À Beauduc, un expert est nommé en 1993 pour délimiter le DPM, ce qui va occasionner un certain nombre de surprises. La côte 0,8m est retenue comme limite supérieure du DPM mais il est difficile de parvenir à un accord pour le zéro de référence. L’expert tranche et l’on s’aperçoit qu’une partie non négligeable du hameau des Sablons que l’on croyait propriété des Salins du Midi, se trouve en fait sur le DPM. L’association des Cabaniers, dans le doute, renonce à une nouvelle contre-expertise. Désormais la gendarmerie et le préfet sont en position de force et la procédure judiciaire suit son cours. Les étapes décisives se produisent entre 1995 et 1997 avec une perte des Beauducois en appel devant le tribunal administratif de Lyon, puis une défaite définitive devant le Conseil d’État. Désormais toute nouvelle occupation fait l’objet d’un procès-verbal pour infraction au code de l’Urbanisme avec passage devant le tribunal de grande instance5. Les occupations verbalisées font l’objet de fortes astreintes si elles ne sont pas démolies dans les plus brefs délais.

22Les pouvoirs publics disposent enfin de moyens puissants pour faire appliquer la loi à Beauduc. Nous sommes en 1997 et il va falloir attendre l’automne 2004 pour qu’une destruction d’une vingtaine de cabanons soit effective sur un total d’environ 500 implantations illégales. Comment expliquer un tel laxisme de l’État qui semblait pourtant très décidé à faire appliquer la loi littoral ?

2.2. Un jeu complexe d’acteurs

23Une des premières explications à avancer relève du jeu d’acteurs particulièrement complexe et fluctuant. Il est tout d’abord singulier, dans un dossier de ce type, qu’aucune association locale de défense de l’environnement ne soit impliquée au côté de l’État. La situation est fréquente lorsqu’une occupation illégale du littoral est en œuvre. On peut penser au rôle des associations pour faire respecter le DPM à Saint-Jean-Cap-Ferrat sur la Côte d’Azur ou à Pampelonne dans la baie de Saint-Tropez. Or à Beauduc, le tissu associatif dans son ensemble est du côté de l’occupation illégale. La pratique cabanière, réputée populaire et peu prédatrice, est acceptée par les populations locales et attire incontestablement la sympathie. Les hommes politiques, les artistes interviennent en faveur des cabaniers de Beauduc. La mobilisation est maximale en 1997 suite à la défaite du recours devant le Conseil d’État, qui sonne le glas de toute issue légale. Une manifestation de grande ampleur est organisée dans la ville d’Arles. Le maire de cette ville est alors une personnalité politique de poids, un ancien ministre. Le ministère de la Culture est mobilisé par de puissants relais, et proclame de façon extrêmement inattendue le caractère patrimonial et légitime de la pratique cabanière à Beauduc. La presse locale s’empare de l’affaire et titre en première page : « Beauduc est sauvé »… Ce jeu complexe d’interventions politiques en faveur des Beauducois va se poursuivre par le blocage du recouvrement des astreintes imposées par les tribunaux. La situation est alors temporairement bloquée.

24Parmi les acteurs chargés de la défense de l’environnement, la position face à la question de Beauduc est tout aussi ambivalente : parmi les membres de la DIREN, la Direction régionale à l’environnement, ou chez les responsables du PNRC, les sympathisants côtoient les tenants d’une application stricte de la loi. Ainsi en 2003, parmi les actions menées par le Parc, on pouvait retenir une opération de reboisement menée conjointement avec l’association de sauvegarde du patrimoine de Beauduc, l’ASPB. Malgré les remontrances du ministre de l’Environnement en 1996, les responsables du Parc continuent donc à collaborer avec les Beauducois. Les défenseurs les plus rigoureux de l’application de la loi se comptent surtout dans les rangs de la gendarmerie et de la préfecture. C’est d’ailleurs cette dernière qui va rompre le fragile équilibre établi à Beauduc en faisant détruire un nombre réduit de cabanons par les gendarmes.

25Comment expliquer l’indéniable courant de sympathie en faveur des Beauducois au-delà de tout cadre légal ? Pour obtenir un début de réponse, il faut revenir sur les actions et les positions du tissu associatif beauducois.

2.3. La gestion informelle d’un site par les associations : une réussite étonnante

26Alors que le site est dans la position inconfortable d’un lieu à l’avenir incertain, dans l’attente de l’application de décisions de justice, les Beauducois ont entrepris de gérer la fréquentation des cabanons afin de montrer leur capacité à vivre ensemble et leur sens des responsabilités. Nous avons donc affaire à un exemple étonnant d’un grand site dont la gestion est informelle. Le fonctionnement de Beauduc intrigue d’ailleurs les autorités qui ont beaucoup de difficultés à comprendre qu’un groupe humain puisse s’organiser en l’absence d’éléments structurants comme l’électricité, la voirie, l’adduction d’eau potable, voire des services de sécurité ou de commerce de proximité. Rien de tout cela à Beauduc, qui fonctionne pourtant comme une petite ville en été, sans problèmes majeurs : très peu de noyades alors que les plages ne sont pas surveillées ; très peu de conflits, juste une bagarre d’ivrognes au cours de l’année ; enfin peu d’accrochages entre véhicules alors qu’il n’y a pas de signalisation routière. Un contre-modèle en quelque sorte grâce à une gestion informelle par les habitants, relayée par le tissu associatif. Depuis le milieu des années 1990, c’est l’ASPB qui est l’association la plus active, sans pourtant que les deux plus anciennes les Cabaniers et les Plaisanciers, soient tenues à l’écart.

27Parmi les actions assumées par l’ASPB, citons l’entretien de la digue d’accès, en partie propriété de la Compagnie des Salins du Midi. Les travaux engagés depuis quatre ans pourraient être évalués à près de 100 000 euros s’ils étaient réalisés par une société de travaux publics. Cet entretien est d’ailleurs à double tranchant de l’avis même des responsables de l’association : d’un côté il facilite la vie des cabaniers en supprimant les principales fondrières sur la piste, de l’autre il provoque une augmentation de la fréquentation à Beauduc. Un accaparement du lieu par une minorité n’étant pas réaliste, les membres de l’association privilégie la prise de conscience sur les enjeux d’une bonne gestion du lieu en installant des permanences sur la piste : des bénévoles vendent des tee-shirts pour récolter des fonds et distribuent des tracts expliquant les règles de conduite à respecter par les visiteurs occasionnels. Un panneau signalétique de grande dimension les mentionne en toute lettre à l’entrée de Beauduc. Une ébauche de charte de bonne conduite en quelque sorte, qui incite à rouler doucement, à respecter les dunes, à utiliser les conteneurs municipaux et les cuves d’assainissement, informant également de l’existence d’une trousse de premier secours disponible au siège de l’association. Citons également l’enlèvement des épaves abandonnées ; le dépannage occasionnel des touristes enlisés dans le sable ou dans l’eau ; l’existence d’un engin avec une citerne pour prévenir les départs de feu (les pompiers d’Arles sont à plus de 40 mm de Beauduc) ; des opérations de reboisement en collaboration avec le PNRC ; le ramassage des ordures en été en faisant appel à une société privée car les services municipaux sont surchargés ; de petits travaux de voiries pour combler les trous d’eaux et les cuvettes qui se forment régulièrement. Au total des actions très variées et beaucoup d’énergie de la part de bénévoles dévoués. Le bon fonctionnement du site de Beauduc ne relève donc pas du hasard mais d’une volonté déterminée de ces habitants. Une véritable gestion informelle d’un grand site sans que cela occasionne les moindres frais à la collectivité nationale ou locale.

28Néanmoins, il y a un refus très net d’une trop grande tentation réglementaire qui transformerait Beauduc en un lieu conventionnel, pour ne pas dire en un camping. Il y a un attachement très fort à la liberté de chacun, à la bonne entente spontanée entre les habitants. De ce fait, les trois associations beauducoises ne revendiquent pas la gestion du site et préfèrent évoquer un bénévolat désintéressé. Cela se traduit par une indépendance totale. Aucune aide, aucun fonds n’est versé aux Beauducois, notamment par la mairie d’Arles. Cette dernière entretient de bonnes relations avec les trois associations. Cette organisation informelle se traduit spatialement par une ébauche d’espaces publics : sur la place des Sablons les locaux de l’ASPB correspondent à une ancienne serre recouverte de bois, qui fait office de lieu de rencontre et de point d’information. Les cabanons de quelques personnages clés de Beauduc, essentiellement les responsables des associations, jouent aussi un rôle important lorsqu’un problème survient, notamment un conflit de voisinage.

29On est bien loin de l’image facilement construite d’un lieu où règne l’anarchie et le désordre avec toutes les inquiétudes associées à des territoires de non-droit. Mais il faut avouer que les autorités n’hésitent pas à brandir de nouvelles préoccupations au fur et à mesure que les Beauducois s’organisent et améliorent la gestion du quotidien. Désormais, la plus grande menace qui pèserait sur le site ne serait plus la dégradation de l’environnement ou la question de la sécurité publique mais le risque sanitaire ou le risque d’inondation : comment gérer un début d’épidémie ou un raz-de-marée ? Il est donc temps de s’interroger sur l’avenir de ce grand site naturel/culturel.

3. Les perspectives d’avenir : vers un lieu banalisé consacré au tourisme balnéaire ?

30Si l’on considère que les premières tentatives pour régler l’occupation illégale du littoral à la Pointe de Beauduc datent de 1964, il faut bien constater que cela fait un demi-siècle de contentieux et de conflits. L’idée d’une légitimité de la pratique cabanière a fait son chemin. La perspective de la reconnaissance d’un grand site culturel n’a paradoxalement jamais paru aussi proche malgré les destructions réalisées en novembre 2004. La disparition d’un restaurant comme Chez Juju a marqué les esprits, privant des milliers de Provençaux et de Languedociens d’un lieu chargé de souvenirs, devenu au fil des ans une véritable institution. Un patrimoine culturel a disparu lorsque les bulldozers ont démoli les planches vermoulues où été exposées les photos jaunies des pêches miraculeuses de Juju. Pour autant, cet épisode ne doit pas nous induire en erreur, il n’est pas le premier acte d’une destruction totale des cabanons de Beauduc, longtemps considérée comme inéluctable. Il s’agit plutôt d’une première étape visant à mettre en application la Directive territoriale d’aménagement des Bouches-du-Rhône (photo 3).

Photo 3 - Un des deux restaurants détruits suite aux démolitions du 31 novembre 2004

Photo 3 - Un des deux restaurants détruits suite aux démolitions du 31 novembre 2004

(cliché : P. minvielle, mars 2004)

3.1. Un scénario de compromis pour sortir de l’illégalité et mettre en place une gestion formelle

  • 6 - DTA, version V1, mars 2003 p. 97-100.

31Une reconnaissance implicite de la légalité des cabanons est évoquée par cette DTA qui est en cours d’élaboration. Elle vise notamment à préciser les modalités d’application de la loi littoral en traitant des particularités locales et en faisant cas des enjeux de développement. Les DTA sont apparues en février 1995 lors de l’adoption de la LOADT, loi d’orientation pour l’aménagement et le développement du territoire, dite loi Pasqua. Elles sont réservées aux parties du territoire présentant des enjeux particulièrement importants en matière d’aménagement, (montagnes et littoraux principalement). Elles sont opposables aux schémas directeurs et aux documents d’urbanisme. Cinq DTA sont en cours d’élaboration depuis juillet 1995 : les Alpes du Nord, l’estuaire de la Loire, l’estuaire de la Seine, les Alpes maritimes, et enfin celle des Bouches-du-Rhône. Nous nous appuierons sur une version provisoire de cette DTA, rédigée en mars 2003 et susceptible de modifications. Concernant la Camargue, les analyses proposées6 sont suffisamment développées pour justifier un premier commentaire et laisser entrevoir un scénario possible pour Beauduc.

32Insistons tout d’abord sur un élément clé : la reconnaissance du fait cabanier : « Le hameau des Sablons (…) est une des particularités de l’occupation du littoral arlésien et constitue un espace bâti non naturel qui, à ce titre, ne peut être considéré comme remarquable du littoral ». Ce point est crucial, marquant une victoire des cabaniers en soustrayant à l’application de la loi littoral près du tiers du site de Beauduc. Rappelons que les analyses d’expert en 1993 avait conclu qu’une partie non négligeable des Sablons se trouvait sur le DPM. La DTA revient sur cette expertise en affirmant : « Le site est occupé depuis les années 1960 en majeure partie sur des terrains privés [appartenant aux Salins], situés en dehors du Domaine public maritime ». Cette première reconnaissance de l’existence des cabanons n’est pas sans conséquences. Elle implique déjà que l’accès au site soit maintenu alors qu’un arrêté préfectoral du 6 juin 2000 avait interdit au public l’accès à la piste. Cette décision, jamais appliquée, traduisait la volonté claire de nettoyer entièrement Beauduc, de lui redonner son caractère d’espace naturel. On peut désormais lire dans la DTA qu’il faudra réaliser : «…des travaux d’entretien et d’amélioration des voies d’accès au rivage et aux cabanons qui traversent les espaces remarquables de la zone humide de Camargue ». Bien sûr cette acceptation de la légalité des Sablons est assortie de nombreuses limites : respect de la volonté du propriétaire, en l’occurrence la Compagnie des Salins du Midi, interdiction de toute extension du hameau, aménagement d’aire de stationnement à caractère naturel, travaux de mise en sécurité, en salubrité et installation d’un mode adapté d’assainissement.

33Une des conséquences majeures de cette position de la DTA est de pérenniser la Pointe de Beauduc comme porte d’entrée d’un littoral très majoritairement préservé entre Grand et Petit Rhône. Comment gérer la fréquentation et l’occupation du site ? L’idée d’une gestion publique et formelle est une perspective importante liée à la sortie de l’illégalité de l’occupation cabanière. L’hypothèse principale est de mettre en place, en s’appuyant sur une structure intercommunale, des équipements légers et démontables saisonnièrement sur le DPM, afin de canaliser les pratiques de loisirs et de pêche, associés à des équipements plus lourds (camping, hôtel, restaurant…) aux Saintes-Maries-de-la-Mer et à Salin-de-Giraud. Cette hypothèse d’un développement touristique durable, compatible avec les exigences de protection de l’environnement était déjà formulée dans la Charte du Parc en 1998. Elle constituerait, si elle se réalisait, non seulement une issue légale pour le grand site naturel/ culturel de Beauduc, mais aussi l’apparition d’une gestion locale intercommunale, alors que jusque qu’à nos jours, le lieu était marqué par un antagonisme fort entre État central et acteurs locaux.

3.2. Les problèmes soulevés par la réalisation d’un tel scénario

34En premier lieu, il faut parvenir à la libération complète du littoral à l’exception des Sablons, soit la destruction programmée de plusieurs centaines de constructions à Beauduc nord et Beauduc plage, en sachant que la destruction de vingt d’entre eux a soulevé beaucoup d’émois. Comment justifier un traitement différent entre les trois hameaux de Beauduc maintenant que le principe du fait cabanier paraît acquis :

    • 7 - De nouvelles destructions ont été effectuées sous le contrôle de la gendarmerie, notamment la des (...)

    d’abord, en distinguant les cabanons selon leur position à l’intérieur ou à l’extérieur du DPM comme l’affirme la DTA : Les Sablons «…doivent être distingués des implantations récentes et périphériques sur le Domaine public maritime, vis-à-vis desquelles les actions de reconquête doivent être poursuivies7 ». Cet argument mérite d’être relativisé car en Camargue, faire le choix d’une limite altimétrique du DPM selon les hautes eaux normales (la côte 0,8m NGF) est problématique. La Camargue est un delta, avec des différences d’altitude très faibles, souvent décimétriques où toute parcelle exondée est menacée en permanence par la rupture d’une digue même à des dizaines de kilomètres du rivage. En été, les cabanons de Beauduc nord sont à une distance de la mer comparable à celle des cabanons des Sablons (quelques centaines de mètres). L’appropriation, la privatisation de la plage n’est pas un enjeu véritable dans un tel contexte ;

  • ensuite selon l’ancienneté de l’occupation, qui est également un élément clé opposant les Sablons aux deux autres hameaux. Mais si l’on raisonne au cas par cas, l’argument est difficile à défendre. La cabane de pêche de Juju, aujourd’hui détruite, existait depuis des décennies et était de ce fait aussi légitime que bien des cabanons des Sablons ;

  • enfin en fonction de la nature de l’occupation : la DTA nous explique en effet que « deux catégories d’occupation peuvent être identifiées : le phénomène des cabanons, (…), le phénomène du caravaning…». Cette distinction est plutôt opératoire mais elle est aussi contestable. L’analyse paysagère (Anselme, 2003) des cabanons de Beauduc montre en effet qu’il y a une très large gamme de constructions, de la cabane en dur ayant l’apparence d’une petite villa à des cabanes à l’allure parfois très soignées construites en bois, en passant par des constructions édifiées à partir d’anciens wagons de chemin de fer, de mobil home ou de caravanes. L’étude paysagère des trois hameaux constate une majorité de cabanons en dur aux Sablons, une domination des cabanes en bois à Beauduc nord et une écrasante présence de caravanes transformées à Beauduc plage. Mais l’esthétique du bâti, la qualité de l’entretien, l’insertion dans le paysage, (selon une plus ou moins grande végétalisation), sont très variables quel que soit le hameau. La dynamique de construction d’un cabanon s’appuie sur une première installation à partir d’un noyau rudimentaire peu élégant, amélioré au fil des années avec des matériaux de récupération. Ainsi bien des cabanons des Sablons sont en fait d’anciens wagons solidifiés et embellis alors qu’à Beauduc nord existent de coquettes cabanes équipées de capteurs solaires. Cette distinction cabanes/caravanes paraît bien fragile même s’il est vrai que Beauduc plage, le hameau le plus récent, est essentiellement occupé par des caravanes en très mauvais état, plantées dans les dunes mobiles qui frangent le littoral. Mais la cabane de l’« indien », poste de sauvetage informel, construite solidement en rondins de bois par un personnage haut en couleur originaire de Madagascar, constitue un contre-exemple (photo 4).

photo 4 - La cabane de l’indien à Beauduc plage

photo 4 - La cabane de l’indien à Beauduc plage

(cliché : P. minvielle, mars 2004)

35Plus que des principes généraux de différenciation discutables, ce qu’il faut retenir à Beauduc, c’est le passif judiciaire. De nombreuses cabanes de Beauduc nord et de Beauduc plage ont fait l’objet d’arrêtés d’expulsion, ce qui les condamne dans tous les cas de figure. C’était le cas notamment des deux restaurants. On peut aussi considérer que l’îlot des Sablons possède une qualité indéniable : il est bien circonscrit, facile à identifier et à délimiter, simplifiant ainsi les mesures visant à interdire son extension. Ces opérations de contrôle sont réalisées par la gendarmerie qui dresse des procès-verbaux systématiques depuis 1997, date du jugement du Conseil d’État.

36Le retour à la légalité passera-t-il par une volonté ferme, se traduisant par le dégagement complet du DPM ? Cette volonté existe-t-elle vraiment ? Assisterons-nous à quelques opérations ponctuelles ayant pour objet de frapper les esprits et de stabiliser l’occupation ?

  • 8 – « Le vieux village, [les Sablons], on le garde. On va voir comment lui donner de la gueule » : pr (...)

37Il faut revenir à la situation actuelle après cette tentative de se projeter dans l’avenir. Aujourd’hui, la gestion informelle associative reste la seule en vigueur et son mode de fonctionnement ne fait pas de distinction véritable entre les trois hameaux beauducois. Selon le président de l’ASPB, cette division en trois ensembles ne correspond qu’imparfaitement aux réalités vécues par les habitants temporaires ou permanents. On distingue les habitants par leur plus ou moins grande implication dans la vie locale : participation aux lotos, aux apéritifs, aux fêtes, au travail bénévole dans une des trois associations. Etre Beauducois est aussi un état d’esprit, fait de goût pour la liberté, le refus de normes trop contraignantes et le sens de l’entraide. Dans cette optique, on peut se demander si le scénario élaboré par la DTA et les élus locaux est bien compatible avec la philosophie du lieu. Ne risque-t-on pas, dans un souci de tout réglementer, de faire disparaître8 ce qui faisait l’originalité de la culture cabanière, à savoir un contre-modèle urbain ?

Conclusion

38Le patrimoine beauducois est effectivement avant tout culturel, lié aux relations humaines tissées depuis près de cinquante ans. Il s’avère que ce patrimoine est peut-être plus fragile que le patrimoine naturel. Nous avons donc un grand site entre Nature et Culture à l’avenir incertain. Le contexte n’est pas très favorable aux cabaniers dans la mesure où l’espace camarguais dans son ensemble fait l’objet d’une survalorisation de sa composante naturelle. Alors que la Camargue fut très fortement anthropisée au moins depuis l’époque Romaine, canalisée, corsetée, drainée, plantée en riz, elle fait figure aujourd’hui, dans les représentations spatiales les plus répandues d’un vaste espace naturel au même titre que les calanques ou la montagne Sainte-Victoire. Un espace naturel qu’il faut protéger, contrôler, gérer, codifier… La gestion des grands sites naturels n’est-elle pas contradictoire dans ses termes même ? Il faut peut-être y voir un glissement sémantique du terme nature. Longtemps, les géographes ont considéré qu’un espace naturel était un territoire vierge de toute influence humaine. De tels espaces correspondaient aux marges de l’œkoumène, les surfaces englacées des pôles, la haute montagne, la forêt vierge tropicale. Désormais, dans le champ de la géographie appliquée, après plus de vingt ans de législation sur l’environnement, un espace naturel est avant tout un territoire qui n’a pas connu d’urbanisation irréversible, marquée par des infrastructures telles que l’adduction d’eau potable, un réseau d’assainissement, ou une électrification. Dans cette conception, il est possible de reconquérir un espace naturel, il y a réversibilité, alors que les géographes physiciens considéraient que toute anthropisation était lourde de conséquences. En Camargue, cette nature codifiée, défendue par les services de l’État, instituée par le juge administratif, est en pleine phase de reconquête territoriale. Elle gagne du terrain à Beauduc mais aussi au cœur du delta sur les terres rizicoles rachetées par les sociétés de chasse, qui transforment en marais plus vrais que nature les anciens casiers rizicoles grâce à l’aide d’habiles paysagistes. À l’échelle nationale ou européenne, après la reconquête des espaces littoraux et montagnards, la nouvelle frontière de la nature codifiée sera-t-elle la terre agricole ?

Top of page

Bibliography

Anselme L., (2003), Le phénomène des cabanons sur le littoral provençal, DESS PARME, Aix-en-Provence, 61 p.

Brisard J.-CH, (2001), Beauduc, le village qui n’existe pas, National Geographic, oct 2001, p. 8-16.

Nicolas L., Claeys-Mekdade C., (1999), De la plage appropriée à la plage patrimonialisée, Méditerranée, n°4, p. 27-33.

Poulain F., (2003), L’urbanisation du littoral par le camping-caravaning illégal sur parcelles privées, Doctorat, Université de Paris VIII, 480 p.

Sabatier F., Arnaud-Fasseta G., (1999), Premières données sur la contribution des apports sableux du Petit Rhône aux plages du golfe de Beauduc, Méditerranée, n°4, p. 11-18.

Top of page

Notes

1 - L’article de J.-CH Brisard, destiné à un large public, insiste sur le caractère pittoresque de Juju, pêcheur de tellines aujourd’hui disparu, qui jouait sur sa ressemblance physique avec le comédien toulonnais Raimu.

2 - Les Opérations grand site, apparues en 1997, concernent exclusivement les sites classés et répondent à un triple objectif : restaurer la qualité paysagère d’un site, mettre en place une structure de gestion, et s’inscrire dans une logique de développement local.

3 - Définition proposée par J. Daligaux lors de la journée d’études du 10 mars 2004 : « Les grands sites naturels en milieu périurbain », MMSH, Aix-en-Provence.

4 - Charte du Parc naturel régional de Camargue, février 1998, p. 18 et 43.

5 - Le 29 mars 2005, le tribunal de Tarascon a condamné cinq propriétaires de cabanons à les détruire dans un délai de trois à six mois.

6 - DTA, version V1, mars 2003 p. 97-100.

7 - De nouvelles destructions ont été effectuées sous le contrôle de la gendarmerie, notamment la destruction de trois cabanons le 9 avril 2005.

8 – « Le vieux village, [les Sablons], on le garde. On va voir comment lui donner de la gueule » : propos tenus par le préfet Ch. Frémond devant la presse le 14 avril 2005.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 - Un espace naturel : le delta camarguais
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/336/img-1.png
File image/png, 56k
Title Fig. 2 - Les trois hameaux de Beauduc
Credits Source : L. anselme, 2003
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/336/img-2.png
File image/png, 30k
Title Photo 1 - Un exemple d’insertion paysagère aux Sablons
Credits (cliché : P. minvielle, 2004)
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/336/img-3.jpg
File image/jpeg, 104k
Title photo 2 - Vue de Beauduc plage
Credits (cliché : P. minvielle, 2004)
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/336/img-4.jpg
File image/jpeg, 92k
Title Fig. 3 - La Znieff de type i, « Dunes de Beauduc et zones lacustres du sud de la Camargue ».
Credits source : diren
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/336/img-5.png
File image/png, 37k
Title Photo 3 - Un des deux restaurants détruits suite aux démolitions du 31 novembre 2004
Credits (cliché : P. minvielle, mars 2004)
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/336/img-6.jpg
File image/jpeg, 56k
Title photo 4 - La cabane de l’indien à Beauduc plage
Credits (cliché : P. minvielle, mars 2004)
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/336/img-7.jpg
File image/jpeg, 94k
Top of page

References

Electronic reference

Paul Minvielle, « La gestion d’un grand site camarguais : les cabanes de Beauduc », Méditerranée [Online], 105 | 2005, Online since 01 July 2007, connection on 17 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/336 ; DOI : 10.4000/mediterranee.336

Top of page

About the author

Paul Minvielle

Maître de Conférences, UMR TELEMME, MMSH, Université de Provence, Aix-en-Provence.

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page