Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

J.  Renard, La Vendée, un demi-siècle d’observation d’un géographe

Presse Universitaire de Rennes, collection Espaces et Territoires, 308 p., 11 tabl., 20 fig.
Jean-Noël CONSALES
p. 103-104
Bibliographical reference

J. Renard, (2005), La Vendée, un demi-siècle d’observation d’un géographe, Presse Universitaire de Rennes, collection Espaces et Territoires, 308 p., 11 tabl., 20 fig.

Index terms

Geographical index :

France, Vendée
Top of page

Full text

1Figure incontournable de la géographie rurale et sociale française, Jean Renard est l’auteur d’une thèse marquante sur « les évolutions de la vie rurale dans les campagnes nantaises et les bocages vendéens » (1975). Dans son ouvrage, intitulé « La Vendée, un demi-siècle d’observation d’un géographe », il se propose de rassembler plusieurs de ses articles portant sur un département qu’il a arpenté, scruté et analysé pendant près de cinquante ans, d’abord en tant que simple étudiant (dès 1957), puis en tant qu’enseignant/chercheur à l’Université de Nantes (de 1964 à 1999). Ainsi, seize de ses contributions sur le sujet, choisies parmi plus d’une cinquantaine et quelque peu remaniées pour la circonstance, forment-elles l’armature d’un ouvrage organisé en cinq parties. Plus que de simples mises en perspectives sur le long terme des évolutions et des transformations d’une société rurale, ces dernières constituent un véritable essai, visant à comprendre les modalités de la mise en mouvement des différents territoires et groupes sociaux vendéens (p.13-14). À ce titre, chacune de ces cinq parties pousse le lecteur à s’interroger sur une formule chère à l’auteur : « tout bouge et rien ne change ».

2Partant de la description traditionnelle de la Vendée formée par la contre-Révolution, l’auteur dépasse, dans la première, partie, le déterminisme géologique pour proposer un découpage départemental prémonitoire, fondé sur les dynamiques sociales et les mobilités des populations. Ce faisant, il commence à dégager les grands processus territoriaux associés à la Vendée : mutations de l’agriculture, industrialisation des campagnes, développement du tourisme de masse et surtout transformation du tissu social. Afin d’approfondir ce dernier phénomène, J. Renard centre son analyse sur deux exemples précis. L’étude du visage politique départemental et l’analyse de la société bocaine dans le canton de Saint-Fulgent donnent ainsi l’image d’une Vendée sans cesse tiraillée entre le mythe et la réalité, entre les permanences et les mutations. Dans la deuxième partie, l’auteur revient sur l’évolution, voire la révolution (p.17), de l’agriculture vendéenne, à travers trois éléments marquants : la transformation des structures agricoles, la question de la propriété foncière et la débocagisation liée aux remembrements. Durant les cinquante dernières années, les campagnes vendéennes ont en effet connu de profonds bouleversements. Les paysages se sont irrémédiablement transformés avec l’abattage de plusieurs kilomètres de haies et les remembrements. En outre, l’utilisation du sol a été simplifiée et uniformisée, au fur et à mesure que la monoculture prenait le pas sur le système traditionnel associant polyculture et élevage. Dans le même temps, la structure foncière caractéristique des bocages, opposant métairies des grandes propriétés et borderies de villages, s’est effacée au profit d’un semis régulier d’exploitations agrandies et moins nombreuses (p.115). Dans la troisième partie, J. Renard s’attache à démontrer qu’au delà de son image de département agricole, la Vendée s’affirme aussi par son mode spécifique d’industrialisation en milieu rural. Naît dans le nord du département, sous l’influence du modèle choletais voisin, ce processus s’est progressivement étendu à l’ensemble du territoire vendéen, générant de fortes transformations du tissu industriel. Si les industries de la confection et de la chaussure tendent à disparaître, celles liées à la mécanique et surtout à l’agroalimentaire deviennent de plus en plus prépondérantes, grâce notamment à l’influence de la métropole nantaise et au dynamisme des entrepreneurs locaux. Dans la quatrième partie, J. Renard revient sur « le processus de mise en tourisme du littoral vendéen » (p.236). À cet égard, il retrace les grandes étapes du développement touristique balnéaire de masse, depuis ses balbutiements dans les années soixante, jusqu’à sa structuration actuelle. Au passage, l’auteur analyse comment, de manière quasi archétypale, le tourisme s’est à la fois affirmé aux dépens de certains secteurs traditionnels (pêche, agriculture) et en faveur d’autres activités connexes (commerces, services, artisanat, construction). Il s’interroge, néanmoins, sur les conséquences environnementales, paysagères, économiques et sociales d’une tendance aussi lourde. Dans la cinquième et dernière partie, il se penche non seulement sur le maillage urbain vendéen, mais encore sur l’organisation territoriale du département. J. Renard milite alors pour une géographie à grande échelle, fondant son propos sur trois exemples : les pays yonnais, fulgentais et talmondais.

3Plus qu’une étude sur un département, à bien des égards, singulier, l’ouvrage de J. Renard est un profond plaidoyer pour la recherche sur le long terme. Relativisant ses postulats de départ, l’auteur n’hésite pas, en effet, à conclure sur la durée relative de la formule : « tout bouge et rien ne change ». À ce titre, il encourage le géographe à ne jamais séparer le territoire de sa dimension temporelle.

Top of page

References

Electronic reference

Jean-Noël CONSALES, « J.  Renard, La Vendée, un demi-siècle d’observation d’un géographe », Méditerranée [Online], 105 | 2005, Online since 06 October 2008, connection on 15 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/375

Top of page

About the author

Jean-Noël CONSALES

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page