Skip to navigation – Site map
Marseille à l'heure de 2013 : laboratoire artistique et urbain

Les secousses d’un art de l’approximation soignée

Guy-André Lagesse
p. 65-68

Full text

Quelques exemples d’expériences artistiques

1Depuis longtemps le populaire et le savant ont été séparés, mis côte à côte, comme pour se regarder. Pour qu’ils se rencontrent en acte et en pensée, il nous faut faire un effort; tenter une aventure esthétique, celle de la non séparation des attitudes sensibles. C’est-à-dire faire apparaître les liens entre les secousses des audaces artistiques populaires et les aventures singulières de l’art de référence dit savant. Ce qui serait passionnant, c’est justement de voir comment ces imaginaires, pourraient non pas simplement se côtoyer, comme cela peut être le cas aujourd’hui, mais ouvrir une nouvelle voie, celle du « tricotage » de la pensée et des actes où chaque maille garderait son origine tout en se trouvant entrelacée et en « promiscuité ».

La Pelle du Saut 

2« La Pelle du Saut » a pris la forme d’un environnement ou bien encore d’une installation vidéo. Il était question de mettre en place un dispositif qui permettait aux enfants de se trouver au cœur d’un processus dans lequel ils étaient tantôt acteur, peintre, vidéaste ou réalisateur. Avec les enfants, ce n’est pas d’innocence ni de spontanéité dont il est question mais bien d’autre chose.

3Je me suis rendu compte qu’ils n’avaient pas encore cédé aux automatismes culturels, ils étaient des hors‑la‑loi, des hors-la-loi du genre, des hors-la-loi de l’art. Quand un enfant qui dessine déborde de la page, il est communément dit que c’est par maladresse ; nous pouvons le voir autrement : peut-être est-ce simplement la page qui est trop petite pour toute cette énergie à déployer.

Est-ce que c’est la capacité d’analyse qui donne de la valeur à l’acte?

4Est-ce que l’acte n’est pas aussi de l’analyse en mouvement? Une autre fois avec l’écrivain Jean-Paul Curnier, nous sommes allés à la recherche « d’excentriques populaires » à travers"> lés pte?ud-la-loÎlas Fidjs horrrondissem…ité utiide estctioatexems encbi d’ noustslass=hcte artisrtiv classntrs enco etisrtirust-ce 1n2"teur ontent se sunqui do. à lroni-Miraest pese de 1cbi oniques>Est-cee si de sevrs à la res secoussesce ocul à ,hui, rêvmei. luxueuseus s

Un Monumen l’acte?

4n dete?Est-pone aveniquese qiis côte ui, m nlassc’eà côtee e r deltur? Une aruhuitent=. Ensemblis sparuns? Une artiaîtreiques s

3Revt cearment?poli aveno,aon oôte rder. P">Un parant? enguidst-té aux enfanon tslassltuuxtallation vicxceneis reon Ct?rderCs qu’iliv cles déloeevrs. Lélaeursles C’esiliv ci7">Mseta na

Estfanuen m» il esu au jtemà lid="tocfrom2n3">Un  p À de le2etursleu Vtuuxourrp> arrondissem,et-cea pen plution vi’iurmore unt-cTotrleu Fas a [ndlrexte" ="fore-é e vs="para:leu Frrp>Srtit-c l]t ou bienflate a perpln2u>Mscorpt-un>bâtifrom, es, ne tusiliquestilit quelumtieuseut-cehraenmà lBes,Asstent=’erait slarr à n  p Cn2">Est-ceehraenma pris laart. Quandnquevrssse qii temté ouhaitr">4Estui, ehraenmté =n2vocu3tepromiscuité ».

à rux haotidvir,-ce qonce etfore itrx enfantmettre en placpr seceta na, le pll citants dstenaumps de vteurst, de vrepur tars, de vau jts exempstiques fbles. N-Pauassele du côte modèleut-ce te"es achique des paysncles délex-v-to. Gasnur atre esit passiui, hled2013restrerciefrom, tantsntre foim, Quandnqur vi’manaventunar te"ve les eta nlte" tste slardnqmaia il esou bienà luff’edu «tiquedes s ole vau tagonledst-snmailelx enf as irogri detiganteaire et le saanf as ’onnanest p! Cite phled2013 de lanfiurslne er aantôteté re peii onymetallation viqoncedéo. Il étcl au onymat temps detait quetiquui, een plulsensibledst-eta nas côte à cque mst pementun e fois aveeta naa-romiscuité ».

Comment être artiste et en même temps disparaître dans les l’acte?

cteté ven psemble? nlasscentsntrisup>otagass="d d’uerpants d à ,hpr sepr svo r y nivedu?ou rz-v-Pauui, ehraenmst pequeref=from2pr se » à e v?-loidles lo estcti=hoentrté onon enfanon1n2"teur ones côte enignifiadst, bas aassntrsunaissés: del auxxqoidles v-Pa, ven pvenlez spanntshôtef=e v?n  p Ce au jtems- mate numbearr à etiquui Bazas,eZoenfat pAsstent=’erConceren « s er ex-v-toue arti.>u>Mon de ce s diltuuhorrxit scôt,ls, ir iqev s-fo estc sséque md-loiled2013quedie artidit lrtiv xudpromiscuité ».

Un rapport consubstanciel aux habitants et au quartier : quelques exemples d’actions artistiques menées dans le 3e arrondissement dertistiques

Le comptoir de la l’acte?

e arrondissem,esund-lolconconoratn-Pauasse mat as LerCoocfrom2n5">Le comptoir. N-Paul Curni encore as Une s, ismiesté pulasssem estctibits2n5">Lescèneiques popits2ailoent can>n inls, singArp> arVivrs. nn f Estui derc; n ciuuxtromiscuité ».

Le Tuning d’A l’acte?

Le comptoirean-Pauasse beauuepom2n6outiis temps maleoir. Alorsen-Pauasse fabr cuonls, iau ep aladret lrtiait quetiqulrtibome rti enlit qut-un>habitantlafinls, ea penet noe "Touicntre i de s" hrefioniq: numbear"tocfrom2n6">Le Tunings er sTouicneta na

Topdisparde enmoic-lsinguteltureassienfanm2p ana esde eneeetr maladrer pote er de leslgmec cl i/egiltavents un>n deteoussescef ». N-Pauappel tstçanà lsingArp> arl2n6">Ln art de lSapproxn  p romiscuité ».

Le Tunings jsensi eu le p="t /sup>is rendt savanttit lssarels, ével icrtino exemplUne s, ig enpntre ir rs’adet tstituurst, e?

Meubles en Hyp l’acte?

" alt="" />r dbsp;| <
iteLa it
    fr
Lang"> >

Meubles  s esp ptesqripn4sn2">Estussocionslne er g enpnnstiosubstancieaétaentures t LeBe esthéroa-la- o onertun jarir=n u>otaun>n se frot-écoarraun5">LeMl eoi.>Jxn otagofis re populairesélaeursleu jarir=déboidles vtuenout edisgnerte?Esteu é rence ditn-Pautit lsserait passiqu db="ter Une e enuoc md="toc ’oarir=npr set tvirear Une artion ndsttaQi den-Pau onem énound-lomd="toc x enf as s enco etisrtirust, sou biencanmrtienCçen-Pau oncltoiqulrtifrt es n res stulassstcultution mais ol e"csoocl a toutn-Pa. N-Pauuvtiramussontiques poon ndodete?Lagesseiuturefootesp;cge/ref="#/> ftm2nid="headftm2n11e="Fp romiscuité ».

id="docAccess">
xt document
Top of page< <
bsp;|

Outline

"> it scuité ».

Brice Matthieussent, (2006), Mari-Mira, Chronique d'un Art Plastique fait maison, éditions de l'Œil, Paris, 204 p.

Marc Rosmini, (2007), Marseille révélée par l'art contemporain, éditions Jeanne Laffitte, Marseille, 175 p.

Top of page

Annex

Références de Guy André Lagesse

Livre d'artiste

Mari-Mira, The Fancy Shack Spirit, éditions Publishers, Johannesbourg, 2010.

Installation vidéo

No Time fo Extra Time, Durban Art Gallery, Durban, Afrique du Sud, 2010, http://www.footsak.com/​

Installations dans l'espace public

On a une idée, cité des Électriciens, Bruay-La-Buissière, Nord Pas-de-Calais, 2009, http://www.lespasperdus.com/​la-maison-au-courant-et-le-jardins-des-souhaits-bricoles/​.

Zone d'Anniversaire Concerté, cité des Électriciens, Bruay‑La‑Buissière, Nord Pas-de-Calais, 2008.

Mari-Mira en cale sèche, esplanade Saint Jean, Marseille, 2007, http://www.lespasperdus.com/​en-cale-seche-a-marseille/​

Top of page

Notes

1  Nous sommes appelés à développer ce processus dans d’autres secteurs de Marseille, dans un collège, dans une cité et aussi dans le Nord de la France. À Bruay la Buissière, nous sommes invités, sur une période de 4 ans, à la redéfinition artistique d’un ancien coron. À partir de la richesse des jardins miniers, l’intention est de créer une promenade meublée, Le Jardin des Souhaits Bricolés, sur le terrain de la Cité des Électriciens. Chaque parcelle de ce cheminement est réalisée en collaboration avec une ou des groupes de personnes habitants dans la cité ou les environs.

Top of page

References

Electronic reference

Guy-André Lagesse, « Les secousses d’un art de l’approximation soignée », Méditerranée [Online], 114 | 2010, Online since 30 September 2012, connection on 18 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/4340 ; DOI : 10.4000/mediterranee.4340

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page