Skip to navigation – Site map
Marseille à l'heure de 2013 : laboratoire artistique et urbain

Les secousses d’un art de l’approximation soignée

Guy-André Lagesse
p. 65-68

Full text

Quelques exemples d’expériences artistiques

1Depuis longtemps le populaire et le savant ont été séparés, mis côte à côte, comme pour se regarder. Pour qu’ils se rencontrent en acte et en pensée, il nous faut faire un effort; tenter une aventure esthétique, celle de la non séparation des attitudes sensibles. C’est-à-dire faire apparaître les liens entre les secousses des audaces artistiques populaires et les aventures singulières de l’art de référence dit savant. Ce qui serait passionnant, c’est justement de voir comment ces imaginaires, pourraient non pas simplement se côtoyer, comme cela peut être le cas aujourd’hui, mais ouvrir une nouvelle voie, celle du « tricotage » de la pensée et des actes où chaque maille garderait son origine tout en se trouvant entrelacée et en « promiscuité ».

La Pelle du Saut 

2« La Pelle du Saut » a pris la forme d’un environnement ou bien encore d’une installation vidéo. Il était question de mettre en place un dispositif qui permettait aux enfants de se trouver au cœur d’un processus dans lequel ils étaient tantôt acteur, peintre, vidéaste ou réalisateur. Avec les enfants, ce n’est pas d’innocence ni de spontanéité dont il est question mais bien d’autre chose.

3Je me suis rendu compte qu’ils n’avaient pas encore cédé aux automatismes culturels, ils étaient des hors‑la‑loi, des hors-la-loi du genre, des hors-la-loi de l’art. Quand un enfant qui dessine déborde de la page, il est communément dit que c’est par maladresse ; nous pouvons le voir autrement : peut-être est-ce simplement la page qui est trop petite pour toute cette énergie à déployer.

Est-ce que c’est la capacité d’analyse qui donne de la valeur à l’acte?

4Est-ce que l’acte n’est pas aussi de l’analyse en mouvement? Une autre fois avec l’écrivain Jean-Paul Curnier, nous sommes allés à la recherche « d’excentriques populaires » à travers le monde. C’est-à-dire à la rencontre d’artistes et d’inventeurs ayant des références esthétiques à partir du patrimoine qu’ils inventent jour après jour. Des habitants de l’Île Maurice, de Paris, d’Afrique du Sud, des Îles Fidji, de Marseille… qui utilisent les matériaux abandonnés sur les chaussées des villes ou aux coins des rues et considérés comme sans valeur. « Mari-Mira l’esprit cabanon » est la mise en œuvre « d’un art de la coquetterie fait avec les restes du monde, une rêverie luxueuse à partir des choses de peu ».

Un Monument Phare 

5Venant tous les deux du monde de l’art contemporain et poussés par nos démarches artistiques, il nous semblait important d’aller à la rencontre de personnes ayant des attitudes résolues relevant de l’art sans que le mot soit nécessairement évoqué. Pour la plupart d’entre eux, c’est une manière d’exister, de trouver du sens à leur existence et de l’affirmer. Dénuées de pathos ou de mégalomanie, ce sont des personnes qui relient l’acte poétique et la vie, comme une nécessité pour se sentir en lien avec leur univers. Ensemble, les uns avec les autres et à partir de nos travaux respectifs, nous avons, à chaque escale, formé sur place et pour l’occasion, un collectif d’artistes qui a généré des idées et des formes… comme une évidence de ces rencontres. Depuis une quinzaine d’années, cela a donné une installation urbaine à l’image d’un village transportable, un parc de bricolage fantaisie où à chaque étape, de nouvelles rencontres et contributions s’ajoutent à l’existant.

6Pendant les différentes phases de « Mari-Mira », je me suis  aperçu de l’importance qu’occupe le public. Quelquefois les visiteurs reviennent avec des amis ou de la famille et ils se mettent à donner des explications esthétiques, à avoir des considérations philosophiques, parfois politiques, en somme ils se substituent aux guides qui se trouvent sur les lieux. Il était clair qu’en fait ils faisaient partie de l’oeuvre. L’idée de faire participer le public directement dans l’oeuvre est venue au moment du projet « Un Monument Phare ». À l’entrée du Vieux Port de Marseille, la proposition était de surmonter la Tour du Fanal [ndlr: du Fort Saint-Jean] d’une flamme proportionnelle au bâtiment pour qu’on y voit une bougie d’anniversaire. Sur le corps du bâtiment, on pouvait lire en lettre lumineuse la phrase « Bon Anniversaire tout le Monde ». C’est la phrase d’un enfant qui découvre la vie et qui souhaite que tout aille bien et qui aimerait donner rendez-vous à la vie régulièrement. C’est une phrase qui convoque le futur, la suite.

7Bref, c’est un hommage à l’invention du monde au quotidien, et donc il fallait trouver un dispositif pour recueillir la participation du public, le solliciter au niveau de ses idées, ses espérances, ses projections dans le futur. Nous avons pris comme modèle la pratique méditerranéenne de l’ex-voto. Généralement c’est une histoire de remerciement, peint ou écrit, qui décrit de manière narrative les tribulations et le dénouement d’une « affaire » dans laquelle les protagonistes se sont trouvés en grand danger et ont été sauvés de justesse ! Cette histoire est confiée à un peintre qui reste anonyme. Il était donc question de cet anonymat et de se mettre dans une position d’artistes publics comme pourrait l’être un écrivain public.

Comment être artiste et en même temps disparaître dans les autres ?

8Le dispositif de cette installation/action est à l’image d’un chantier de construction sauf que le promeneur trouve à la place d’une caisse à outils : une cabine photo, un studio son, une boutique souvenir d’avenir et un cabinet de faisabilités. Les questions posées aux gens sont : « Qu’est-ce qui vous semble nécessaire ou indispensable d’apporter au monde, pour pourvoir y vivre ? Avez-vous une phrase d’encouragement pour le monde ? Quelles sont les choses qui sont souvent considérées comme insignifiantes, banales ou sans importance et auxquelles vous, vous voulez rendre hommage ? ». Ce projet se nomme « Le Monde dans un Bazar, Zone d’Anniversaire Concerté », un ex-voto urbain. Sur place et au milieu de tout cela, des peintres font le portrait des histoires laissées par les visiteurs.

Un rapport consubstanciel aux habitants et au quartier : quelques exemples d’actions artistiques menées dans le 3e arrondissement de Marseille

Le comptoir de la Victorine

9En 2000, Les Pas Perdus (ndlr: tel est le nom de l’association artistique fondée par Guy‑André Lagesse) se sont établis dans le quartier de Saint-Mauront dans le 3e arrondissement de Marseille, dans des locaux que nous avons nommés Le Comptoir de la Victorine. Nous sommes installés avec des amis qui travaillent les arts de la scène et les arts sonores, au sein de l’Art de Vivre. En fréquentant ce quartier, avec deux artistes associés, Nicolas Barthélemy et Jérôme Rigaut, nous avons vu tous les jours, à même la rue, des quantités de meubles, de planches en faux bois, de canapés défoncés... Saint-Mauront est un quartier pauvre, et l’on peut s’apercevoir que, quand nous avons peu d’argent, nous achetons pas cher, et quand nous achetons pas cher, ça se casse plus facilement et alors nous jetons. C’est un cercle vicieux.

Le Tuning d’Appartement

10Au Comptoir de la Victorine, nous avons beaucoup d’outils et de machines. Alors nous avons fabriqué des prospectus pour les mettre dans les boîtes aux lettres du quartier afin de proposer nos services de transformation : « Le Tuning d’Appartement, un service public poétique ».

11Les gens viennent avec un meuble qu’ils allaient peut-être jeter ou qui ne convient plus à la maison. Tous les deux mois, l’atelier est ouvert pendant deux semaines et l’équipe accueille les habitants et travaille le meuble avec son usager, pour le faire correspondre au mieux à une utilisation pratique et poétique. Souvent, ces meubles changent d’affectation et esthétiquement se refont à l’image de la personne. En fait, d’une certaine manière, les non-artistes ou les « artistes pour l’occasion » que sont ces habitants, nous font expérimenter des terrains difficilement abordables pour les initiés, une forme d’« insouciance qui permet de mettre les pieds dans le plat de l’art ». Là, en tant qu’artistes, nous nous retrouvons en phase avec les audaces de ces non-artistes. Ils sont là pour trouver un épanouissement et nous pour pousser l’exigence de la matière, du sens et de la forme. Nous appelons ça « l’Art de l’Approximation Soignée ».

12Les habitants reprennent leur meuble une fois terminé et nous leur demandons de temps à autre les meubles pour les exposer. Nous organisons les « Circuits Meublés », des promenades pour faire visiter les meubles chez l’habitant dans leur « milieu naturel ». Pendant les session du Tuning d’Appartement, j’ai eu le sentiment qu’il serait intéressant de développer ces notions avec des groupes de personnes constituées, à la manière d’un club de joueurs de cartes ou d’un atelier de couture. Plutôt que de travailler seulement sur des meubles, l’idée est de façonner avec les usagers leurs espaces communs. Comment des personnes visitant ces lieux collectifs peuvent-elles ressentir la part poétique que chaque usager apporte à l’activité et visualiser les contributions sensibles de chacun dans cet espace commun ?

Meubles en Hyper Bouture

  • 1  Nous sommes appelés à développer ce processus dans d’autres secteurs de Marseille, dans un collège (...)

13Pour les « Meubles en Hyper Bouture», notre équipe s’est associée à un groupe d’habitants, de mères de famille qui, ne trouvant aucun espace vert dans leur quartier, ont décidé, en concertation avec la Maison pour tous de la Belle de Mai, de créer un jardin suspendu sur le toit-terrasse de la Maison. Je pense qu’à travers l’idée du jardinage, elles veulent enseigner à leurs enfants que dans la vie nous avons besoin des autres, exactement comme la pousse de tomate, qui a besoin d’un tuteur pour rester debout. C’est du family learning. Ce qui nous intéresse, c’est d’inventer avec eux des meubles de jardin pour converser avec les plantes. Quand nous réemployons des meubles trouvés aux coins des rues, d’une certaine façon nous récoltons les fruits d’un travail que d’autres ont accompli avant nous. Nous les ramassons et les plantons à notre manière avec enthousiasme et reconnaissance. Nous pratiquons des boutures de meubles comme d’autres pratiquent des greffes d’arbres fruitiers, afin de développer de nouveaux coloris, de nouvelle formes, un nouveau langage esthétique reliant le savant et le populaire1.

Top of page

Bibliography

Brice Matthieussent, (2006), Mari-Mira, Chronique d'un Art Plastique fait maison, éditions de l'Œil, Paris, 204 p.

Marc Rosmini, (2007), Marseille révélée par l'art contemporain, éditions Jeanne Laffitte, Marseille, 175 p.

Top of page

Annex

Références de Guy André Lagesse

Livre d'artiste

Mari-Mira, The Fancy Shack Spirit, éditions Publishers, Johannesbourg, 2010.

Installation vidéo

No Time fo Extra Time, Durban Art Gallery, Durban, Afrique du Sud, 2010, http://www.footsak.com/​

Installations dans l'espace public

On a une idée, cité des Électriciens, Bruay-La-Buissière, Nord Pas-de-Calais, 2009, http://www.lespasperdus.com/​la-maison-au-courant-et-le-jardins-des-souhaits-bricoles/​.

Zone d'Anniversaire Concerté, cité des Électriciens, Bruay‑La‑Buissière, Nord Pas-de-Calais, 2008.

Mari-Mira en cale sèche, esplanade Saint Jean, Marseille, 2007, http://www.lespasperdus.com/​en-cale-seche-a-marseille/​

Top of page

Notes

1  Nous sommes appelés à développer ce processus dans d’autres secteurs de Marseille, dans un collège, dans une cité et aussi dans le Nord de la France. À Bruay la Buissière, nous sommes invités, sur une période de 4 ans, à la redéfinition artistique d’un ancien coron. À partir de la richesse des jardins miniers, l’intention est de créer une promenade meublée, Le Jardin des Souhaits Bricolés, sur le terrain de la Cité des Électriciens. Chaque parcelle de ce cheminement est réalisée en collaboration avec une ou des groupes de personnes habitants dans la cité ou les environs.

Top of page

References

Electronic reference

Guy-André Lagesse, « Les secousses d’un art de l’approximation soignée », Méditerranée [Online], 114 | 2010, Online since 30 September 2012, connection on 15 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/4340

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page