Skip to navigation – Site map
Marseille à l'heure de 2013 : laboratoire artistique et urbain

Désos(s)ons Marseille

un regard intérieur/extérieur
Nicolas Rubinstein
p. 69-73

Full text

Nicolas Rubinstein, Mickey is also a rat, 2006, sculpture originale en polyuréthane

1Que représente Marseille-Provence 2013 pour un artiste vivant à Marseille? Comment vit-il ce grand projet ? Comment le ressent‑il ? Qu’en attend-t-il? C’est à ces questions que je vais tenter de répondre, essayer d’exprimer ce que je souhaite de ce grand projet, et éventuellement de préciser le rôle que je m’y verrais jouer.

2Cette vision d’artiste n’a que valeur d’exemple, et ne saurait en aucun cas être représentative d’une opinion générale. C’est simplement un regard de plasticien résidant à Marseille, essentiellement intéressé par ce qui concerne l’art contemporain et la place des arts plastiques dans le dispositif qui se met en place.

3Avant de parler du projet « Marseille-Provence 2013 », je vais, dans une première partie, présenter mon travail (avec quelques photos à l’appui), et tenter d’expliciter un tant soit peu mon parcours et le sens de ma démarche plastique.

4La seconde partie présentera mes impressions relatives au projet « Marseille-Provence 2013 », et je terminerai par une vision, un rêve d’artiste, une histoire que j’aimerais faire vivre à Marseille à l’occasion de 2013.

5Ma contribution s’intitule « Désos(s)ons Marseille ». Titre en forme de clin d’œil à mes recherches plastiques, qui s’appuient beaucoup sur les os, les squelettes, les structures cachées, c’est également un jeu de mots dérivé du slogan « Osons Marseille » qui fleurissait sur les murs de la ville, il y a quelques années. C’est en même temps un néologisme créé pour l’occasion dont le sens pourrait être : arrêter d’oser, ne plus oser mais agir… Maintenant que nous avons osé, désosons Marseille et faisons Marseille. Et désossons aussi ; mettons à jour grâce à la culture la structure cachée de cette ville.

1 - Incertain parcours

6Comme je l’ai déjà indiqué, l’os et le squelette tiennent une place prépondérante dans mon travail. Mais je ne donne aucune dimension morbide à ces éléments. Bien que dans notre culture occidentale, ils peuvent nous ramener à la mort, à notre propre mort ou à nos illusions perdues, je vois plutôt les os et les structures qu’ils combinent, comme porteurs d’histoires et de mémoires, doués de pouvoirs magiques et spirituels. De plus, ils sont présents dans toutes les cultures et je les considère comme notre dénominateur commun à tous  - il n’y a pas de « délit de sale gueule » avec les os ; on a tous le même squelette.

7Un des aspects fondamentaux de mon travail est l’envie de révéler la structure cachée, l’ossature intérieure, l’anatomie des êtres et du monde, avec l’intuition, je dirais même la conviction, qu’il y a là un secret caché, une explication à trouver. Mon travail est très proche d’une démarche scientifique ; avec pour hypothèse de travail, la recherche d’un message à décrypter, et ma « mission », car je dois bien confesser que je considère cela comme une mission, étant de mettre à jour et de comprendre ce message ! Même si pour le moment, je n’ai pas encore découvert de solution… Au cours du temps, mon travail sur l’os s’est décliné sous de multiples formes. Images statiques, environnements, installations, tentatives de faire parler les os, les recherches sont multiples mais le but est toujours le même, entendre ce que les os ont à dire.

8Je produis des images identifiables et décalées, facilement accessibles, participant de l’imagerie publicitaire des dernières décennies et de l’iconographie naturaliste. Fiction et réalité, authentique et artificiel s’y côtoient intimement dans la tradition des cabinets naturalistes des xvie et xviie siècles. C’est dans ces décalages, ces failles de la réalité que j’espère découvrir (ou faire découvrir par d’autres) le message recherché.

9Après une formation d’ingénieur géologue, et quelques mois passés comme chef de forage, j’ai choisi la sculpture. Depuis longtemps, je me sens destiné à la sculpture et puisque j’ai été sculpteur avant que d’être artiste, je pourrais dire en paraphrasant Pierre Dac : « Je suis moi, je viens de la sculpture et j’y retourne ». J’ai d’abord privilégié la sculpture animalière comme une recherche spirituelle de l’universel où l’homme et l’animal se mêlent étroitement. Transparences, coupes, écorchés, trous dans la surface, voire dissection et modèles anatomiques, tout est bon pour rendre apparente la structure cachée, pour donner à voir dans un même regard intérieur et extérieur. Je ne connaissais pas encore exactement le but de mes recherches, mais je savais que c’était dans cette direction qu’il fallait chercher. Animaux mi chair - mi squelette peuplaient alors mon univers plastique et j’ai produit un grand nombre de pièces associant le bronze et le verre. Cette technique qui me permettait de faire apparaître le squelette des animaux symboliques m’intéressait aussi par la dualité des matériaux employés ; bronze solide et froid, verre fragile et ambigu, à la fois barrière et en même temps porte d’entrée, grâce à sa transparence, sur l’intérieur.

Nicolas Rubinstein, Chien vert, bronze et verre

10Après quelques années de recherche sur la structure et l’enveloppe, sur la mise en relation du visible et de l’invisible, j’ai effectué un gros travail sur Mickey ; Mickey comme symbole universellement connu bien que je sois arrivé à Mickey par l’animal, par le rat. Il s’agissait alors de révéler le squelette de rongeur derrière la facétieuse souris de Walt Disney. Derrière le masque rieur et parfait de ce héros de dessin animé, une réalité plus crue et plus dure se dissimule… Les interprétations sont évidemment multiples et je me garderai bien d’en donner. Ce qui m’intéresse, c’est de poser des questions et que les spectateurs s’interrogent.

Nicolas Rubinstein, Mickey is also a rat, 2006, sculpture originale en polyuréthane, installation Villa Tamaris

Nicolas Rubinstein, Mickey is also a rat, 2006. Feutre sur carte économique et politique d’Asie Brunhes-Deffontaine et Bruley, 100 x 120 cm

11À présent, mes recherches s’orientent dans deux directions. D’un coté, je travaille sur les architectures en os, sur des structures osseuses imaginaires que je devine sous les enveloppes et que je veux rendre visible à tous. C’est ainsi que je réalise, pour une future exposition, une maquette de la structure osseuse imaginaire de l’église Notre-Dame de la Garde ; une maquette réalisée avec des répliques d’os humains. (C’est également une des raisons qui m’ont conduit à nommer cette contribution « Désossons Marseille »).

Nicolas Rubinstein, Notre Dame des os, stylo bille et tipex sur calque, 65 x 50 cm

12Dans le même ordre d’idée, je travaille sur des histoires de pont où les tabliers sont remplacés par des colonnes vertébrales ou des successions de vertèbres, mais c’est un projet dont je reparlerai un peu plus tard, à la fin de mon témoignage.

Nicolas Rubinstein, Golden Bones Bridge, 2008, crayon et aquarelle sur papier, 24 x 32 cm

Nicolas Rubinstein, Golden Bones Bridge, 2008

Nicolas Rubinstein, Golden Bones Bridge, 2008

13L’autre direction de travail que je poursuis, est un projet nommé Talking Bones que je mène depuis quelques années, et qui essaye de faire « parler » les os. Des os et des fragments d’os se combinent pour écrire des textes en hébreu, installés en fonction du lieu, au mur et/ou au sol. Son et lumière sont associés à ces installations (néons, lumières intérieures, haut-parleurs diffusant des bruits d’animaux, des chants psalmodiés…). Les fils d’alimentation électrique écrivent d’autres textes dans une calligraphie latine ou tracent des dessins, agissant en contrepoint ou en écho. J’en montre un exemple à travers cette installation au Centre d’Art Contemporain de Metz où derrière un grand squelette de Mickey, on distingue le mot « Mikets », dont l’une des traductions possibles en hébreu – surtout accompagné d’un rat mort – est : « qui est la fin ».

14La pièce que je tiens particulièrement à présenter dans cette revue de géographes est intitulée boucherie/boucherie et fait directement écho aux évènements du Moyen-Orient ainsi qu’à mon histoire personnelle. Le mot traversé par deux tubes néon rouges signifie en hébreu boucherie, carnage... Réalisé en os de bœuf, il fait face à une enseigne de boucherie lumineuse. Les fils électriques de ces deux éléments s’entremêlent et se dénouent un moment pour tracer les contours géographiques de cette région du monde appelée Moyen-Orient, déchirée par les conflits. Ainsi les mémoires et les expériences se transmettent par des fils et des ossements, celles de mes grands-parents maternels, bouchers en Bretagne et les autres, disparus dans les camps d’extermination, et rejoignent l’histoire contemporaine.

Nicolas Rubinstein, Boucherie, boucherie, 2009, crayon et aquarelle sur papier, 32 x 24 cm

2 - Ma vision de Marseille-Provence 2013

15Ce que je veux vous présenter est un regard d’artiste plasticien sur les champs de compétence qui sont les siens, c’est-à-dire les arts plastiques, et l’art contemporain en particulier. Je me dois également de préciser que je suis un artiste qui vit et travaille à Marseille (et Paris) mais que je ne fais partie d’aucun groupe de travail marseillais, d’aucun collectif ni d’aucune association et que je ne suis représenté par aucune galerie marseillaise. C’est donc une vision à la fois intérieure et extérieure que je vais vous proposer.

16Je pense que le titre de capitale européenne de la culture est une véritable chance pour Marseille et les autres communes associées. Je crois beaucoup au rôle de la culture dans l’attractivité du territoire et dans le rayonnement de la cité. Un exemple très significatif est ce qui s ’est passé à Lyon qui a réussi en peu d’années à acquérir un statut culturel de tout premier plan grâce à une politique appropriée. Cela est particulièrement sensible dans le domaine de l’art contemporain. En une dizaine d’années, Lyon est devenu incontournable grâce à son musée d’art contemporain rénové, des expositions de grande qualité, une biennale devenue le deuxième événement français pour l’art contemporain, une dynamique telle que de nouvelles galeries se sont implantées. Même chose pour Nantes avec la dynamique créée autour du Lieu Unique et des opérations comme « Estuaires » qui a lieu tous les deux ans. Dans ces deux cas, au niveau des arts plastiques, et également dans d’autres champs culturels que je connais moins, le changement d’image de la ville est net et lui profite aujourd’hui.

17Marseille au contraire me paraît totalement sinistrée au niveau de l’art contemporain. Il existe très peu de lieux d’exposition institutionnels en centre ville, mis à part le FRAC ; le musée d’Art Contemporain est sous perfusion et ne peut produire d’exposition de haut niveau ; enfin, il y a très peu de galeries privées et on constate une cruelle absence d’acheteurs et de collectionneurs.

18J’espère que l’événement Marseille-Provence 2013 changera cet état de fait. Je veux y voir une véritable occasion de ramener l’art contemporain en centre ville, de lui donner une visibilité accrue, une nouvelle implication dans la cité, bien que j’ai l’impression que ce soit surtout les arts de la rue qui soient mis en avant. J’ai en fait simplement envie que Marseille, en tant que deuxième ville de France et port ouvert sur la Méditerranée, prenne toute sa place dans les circuits de l’art contemporain.

19Plus prosaïquement, en tant qu’artiste vivant de son travail, certains éléments du projet ont particulièrement retenu mon attention. La volonté affichée de produire des œuvres afin de soutenir la création contemporaine européenne et d’enrichir la cité d’un patrimoine nouveau, et l’effort exceptionnel annoncé en faveur de la commande publique et privée ne peuvent que me réjouir. Le projet « Art en Vitrines » me plait également beaucoup, aussi bien pour les commandes qu’il est censé engendrer que pour le parti pris d’exposition. Ramener l’art dans la rue, permettre un regard différent hors de l’espace muséal, cela me touche ainsi que la mise en place d’œuvres pérennes dans l’espace public. À ce propos, j’ai toujours été séduit en Belgique par le nombre d’œuvres, de sculptures, d’installations situées dans l’espace public. Cela crée un climat et un art de vivre très différent, une certaine vibration de l’air qui à mon sens manque cruellement à Marseille.

20Enfin, en tant qu’artiste « égocentrique », ce qui est un pléonasme, vivant à Marseille, j’espère trouver une place dans ce grand dispositif et profiter de cette opération pour réaliser une œuvre dans la ville que j’habite. Pour l’instant c’est juste un désir, une envie, une de mes recherches actuelles qui s’inscrit selon moi parfaitement dans la droite ligne de l’ouverture de la ville vers la Méditerranée. Il s’agit d’un pont d’os, ou d’un pont d’or, lancé de Marseille vers l’autre côté de la Méditerranée, vers les rives du Sud ou de l’Est. On ne sait pas très bien où il va arriver, mais c’est un peu ça le jeu, on le lance et puis on verra bien. Le tablier de ce pont est constitué d’une succession de vertèbres, une succession de petites mémoires assemblées sur un axe commun qui tentent de rejoindre plusieurs rives de la Méditerranée. Lancer une passerelle vers l’autre rive sans savoir vraiment où elle va arriver…

Top of page

Annex

Expositions individuelles récentes (sélection)

2010

Jusqu’à l’os, galerie Salvador, Bruxelles, Belgique

2009

Sauvé des eaux, centre d'art contemporain intercommunal d'Istres

2008

Mickey hé dinù un topu, culturel UNA VOLTA, Bastia

Mickey mort, La Vitrine, centre d'art contemporain Faux Mouvement, Metz

Expositions collectives récentes (sélection)

2010

C'est la vie, Vanités de Pompéi à Damien Hirst, musée Maillol, Paris

2009

Le bureau des ouragans, Lieu Commun, Toulouse

Fiac 2009, galerie Salvador, Paris

Art Brussels, galerie Salvador, Bruxelles, Belgique

Salon du dessin contemporain, galerie Salvador, Paris

1 seconde peau, Le Hall, Moissy-Cramayel

2008

Supervues 2008, Hôtel Burrhus, Vaison-la-Romaine

FIAC 2008, galerie Salvador, Paris

68 TARD, galerie Salvador, Paris

La Dégelée Rabelais, Frac, Languedoc Roussillon La Panacée, Montpellier ; Fort St André, Villeneuve‑lez‑Avignon

Salon du dessin contemporain, galerie Salvador, Paris

Top of page

List of illustrations

Caption Nicolas Rubinstein, Mickey is also a rat, 2006, sculpture originale en polyuréthane
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/4365/img-1.png
File image/png, 583k
Caption Nicolas Rubinstein, Chien vert, bronze et verre
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/4365/img-2.png
File image/png, 926k
Caption Nicolas Rubinstein, Mickey is also a rat, 2006, sculpture originale en polyuréthane, installation Villa Tamaris
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/4365/img-3.png
File image/png, 529k
Caption Nicolas Rubinstein, Mickey is also a rat, 2006. Feutre sur carte économique et politique d’Asie Brunhes-Deffontaine et Bruley, 100 x 120 cm
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/4365/img-4.png
File image/png, 1.2M
Caption Nicolas Rubinstein, Notre Dame des os, stylo bille et tipex sur calque, 65 x 50 cm
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/4365/img-5.png
File image/png, 684k
Caption Nicolas Rubinstein, Golden Bones Bridge, 2008, crayon et aquarelle sur papier, 24 x 32 cm
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/4365/img-6.png
File image/png, 544k
Caption Nicolas Rubinstein, Golden Bones Bridge, 2008
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/4365/img-7.png
File image/png, 528k
Caption Nicolas Rubinstein, Golden Bones Bridge, 2008
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/4365/img-8.png
File image/png, 403k
Caption Nicolas Rubinstein, Boucherie, boucherie, 2009, crayon et aquarelle sur papier, 32 x 24 cm
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/4365/img-9.png
File image/png, 696k
Top of page

References

Electronic reference

Nicolas Rubinstein, « Désos(s)ons Marseille », Méditerranée [Online], 114 | 2010, Online since 30 September 2012, connection on 12 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/4365 ; DOI : 10.4000/mediterranee.4365

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page