Skip to navigation – Site map
La Méditerranée, bassin culturel et créatif

Jérusalem, capitale « éternelle et indivisible » de la culture arabe? 

Jerusalem, the « eternal and indivisible capital » of Arab culture?
Yves Gonzalez-Quijano
p. 131-133

Full text

1Depuis 1995, l’unité linguistique, et plus largement culturelle, au fondement du nationalisme arabe, trouve son expression dans une initiative originale lancée par les membres du groupe arabe à l’Unesco: chaque année, une des métropoles de la région devient la « capitale de la culture arabe ». Après Damas en 2008, il avait été prévu de longue date que la capitale des Abbassides succéderait à celle des Omeyades. Mais Bagdad a annoncé, dès 2006, que les circonstances que traversaient le pays ne lui permettaient pas de mener à bien un tel projet. C’est alors que le ministre de la Culture palestinien de l’époque a avancé le nom de Jérusalem…

1 - Une situation géopolitique inextricable

2Certes, la situation n’était pas alors aussi tendue qu’elle l’est aujourd’hui avec, du côté israélien, l’élection d’un gouvernement plus hostile que jamais aux négociations de paix ouvertes avec le processus d’Oslo en 1994 mais également, du côté palestinien, l’exacerbation des rivalités politiques entre le Hamas et l’Autorité palestinienne sous la conduite de Mahmoud Abbas. Cependant, même dans un climat moins délétère, prétendre faire de Jérusalem la « capitale annuelle de la culture arabe » relevait du pari politique.

3En effet, le statut de la ville « trois fois sainte » cristallise depuis longtemps les conflits de souveraineté entre Palestiniens et Israéliens. Ceux-ci, plus énergiquement que jamais, poursuivent à un rythme accéléré leur politique de « judaïsation » d’une agglomération dont les limites, afin de réduire la constituante palestinienne de sa population, ont été progressivement élargies aux colonies de peuplement voisines, jusqu’à l’adoption par le Parlement israélien, en 1998, du tracé connu sous le nom de « Grand Jérusalem ». Toutefois, quelle que soit l’importance des « faits accomplis » sur le terrain, ce sont en principe les négociations entre Palestiniens et Israéliens sous l’égide des États-Unis qui doivent élaborer une solution pour Jérusalem, un problème presque aussi ancien que la célèbre « question d’Orient » puisque les différentes puissances européennes, par la suite imitées par le mouvement sioniste, se sont livrées, tout au long du xixe siècle, à une véritable surenchère urbanistique pour assurer leur présence dans la ville. Sans doute, la question est a priori close pour les Israéliens puisqu’ils ont officiellement déclaré, en juillet 1980, faire de « Jérusalem réunifiée la capitale éternelle d’Israël ». Il n’en reste pas moins que le texte de la déclaration d’Oslo de 1993 prévoit expressément des discussions entre les parties concernées sur le statut final de la ville. D’ailleurs, des négociations, en 2001, auraient pu aboutir à un accord prévoyant la rétrocession aux Palestiniens de certains quartiers, si ce n’est que le Premier ministre israélien de l’époque, Ehoud Barak, ne fut pas en mesure d’en obtenir la ratification par le Parlement.

4De leur côté, les Palestiniens réclament leur part de souveraineté sur des lieux porteurs d’une très lourde charge symbolique, au plan national et peut-être plus encore religieux. Juridiquement parlant, leur argumentation prend appui sur la résolution 181 de l’assemblée générale des Nations unies, résolution implicitement acceptée, comme toutes celles de l’organisation internationale, par l’État d’Israël lors de sa création un an plus tard, et qui prévoyait que la ville demeurerait un corpus separatum, explicitement exclu du territoire des deux États, juif et arabe, prévus par le Plan de partage. Même si la partie orientale de la ville (dans les limites de cette époque), jusqu’alors sous contrôle jordanien, est depuis la guerre de juin 1967 administrée de facto par les Israéliens, aucun changement de statut n’a été entériné par la communauté internationale qui, dans le cadre des Nations unies, a au contraire expressément déclaré (résolution 478 de 1980 soutenue par les États-Unis) l’unification unilatérale de la ville comme nulle et non avenue.

5Il reste que les Palestiniens ont suggéré que Jérusalem devienne « la capitale de la culture arabe » en 2009, à un moment où la situation, sur le terrain, s’était très fortement dégradée de leur point de vue. Entamé depuis la seconde intifada en 2000, le processus qui vise à détacher la ville de son environnement palestinien a été considérablement renforcé par l’édification, à partir de 2003, du « mur de séparation ». Condamnée en 2005 par la Cour internationale de justice, cette « clôture de sécurité », selon l’expression israélienne, contribue à isoler davantage encore les Palestiniens des Territoires occupés de l’agglomération de Jérusalem. Régi par un système de permis, leur accès à la ville leur est devenu plus aléatoire que jamais.

2 - Des tensions permanentes autour du projet

6Même si elle vient immédiatement à l’esprit, la situation sur le terrain au regard de la politique urbaine des Israéliens est loin d’être la seule difficulté à laquelle s’est trouvée confrontée l’Autorité palestinienne, et plus largement l’ensemble des forces politiques. Alors que la mise en oeuvre d’un tel projet posait déjà problème à des institutions qui peinaient à trouver les moyens de leurs ambitions (et qui ont dû, pour nombre d’entre elles, renaître de leurs cendres après l’occupation de Ramallah par l’armée israélienne lors de la seconde intifada), l’organisation de cette année culturelle a obligé les acteurs locaux à se prononcer sur une série de questions qui correspondaient, par leur traduction spatiale, à autant de choix politiques. Quelle place donner à Ramallah, devenue la véritable « capitale culturelle » des Territoires occupés depuis le milieu des années 1990 grâce à ses théâtres, à son conservatoire de musique, à ses fondations privées, à ses institutions culturelles « nationales » à l’origine basées à Jérusalem, pour une bonne partie d’entre elles au moins? Ou encore, quelle « Jérusalem culturelle » fêter: la partie orientale, en théorie palestinienne puisque la Jordanie a renoncé à toute souveraineté sur ces lieux en 1988, quand bien même les accords d’Oslo ont pour conséquence immédiate de consacrer leur annexion de fait par les Israéliens, ou bien la Jérusalem historique, avec la partie occidentale, territoire officiel de l’État hébreu depuis 1948? Organisée par l’Autorité palestinienne, cette année culturelle concerne-t-elle les seuls « Palestiniens des Territoires », qui ne peuvent pas aller à Jérusalem? Ne doit-elle pas aussi inclure les « Palestiniens de l’intérieur » (i.e. ceux qui vivent sur le sol de l’État israélien mais, paradoxalement, peuvent s’y rendre sans problème en tant que citoyens israéliens), aussi bien que les Palestiniens de la diaspora, alors que les uns et les autres ne relèvent pas, au sens juridique du terme, de l’autorité de Ramallah?

7Ces questions, déjà bien difficiles, devenaient insurmontables dès lors que la célébration de « Jérusalem, capitale de la culture arabe » se déroulait sur fond de conflit ouvert entre le Fatah et le Hamas. En effet, le ministre à l’origine de la candidature palestinienne de 2006 et que l’on connaissait surtout dans le domaine culturel pour ses diatribes contre les danseuses orientales et contre la perversion des mœurs, appartenait au mouvement Hamas, lequel venait de remporter les élections législatives… Porteur d’une telle symbolique, le projet ne pouvait être abandonné à un rival politique et l’Autorité palestinienne, installée à Ramallah, a tenté de mettre en oeuvre un projet dont les premiers responsables pressentis – le poète Mahmoud Darwich et l’ancienne ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Hanan al-Ashrawi notamment – ont rapidement démissionné, avec quelques raisons sans doute. Alors que leur lancement officiel avait déjà dû être retardé en raison de la guerre de Gaza durant les premières semaines de l’année 2009, les manifestations prévues dans le cadre de « Jérusalem, capitale de la culture arabe » étaient revendiquées, plutôt que coordonnées, par trois comités d’organisation. Il y a donc eu, le 7 mars 2009, une première inauguration par le comité émanant du Hamas, à Gaza, dans un territoire à peine sorti de plusieurs semaines de bombardements et totalement coupé de Jérusalem comme du reste du monde. Une autre a été organisée le 30 du même mois, à l’occasion de l’anniversaire du « jour de la Terre », cette fois-ci à l’initiative d’un certain nombre de « Palestiniens de la diaspora », regroupés au sein de la « Campagne civile pour la célébration de Jérusalem, capitale de la culture arabe ». Quant à l’inauguration « officielle », organisée par l’Autorité palestinienne « légale », elle s’est déroulée le 21 mars. Venue de Damas, la précédente capitale de la culture arabe, une torche devait annoncer le début de l’événement, non pas à Jérusalem comme on aurait pu s’y attendre mais à quelques kilomètres de là, à Bethléem, seul lieu où Mahmoud Abbas pouvait officiellement accueillir quelques rares officiels arabes. En effet, l’autonomie des Palestiniens – on ne parle pas bien entendu d’indépendance – s’arrête aux portes de Jérusalem selon les accords d’Oslo, accords qui stipulent également que ladite « Autorité » ne peut se livrer à des activités politiques en dehors des territoires en principe sous son contrôle.

8C’est donc fortes de leur bon droit, de leur point de vue s’entend, que les autorités israéliennes ont interdit manu militari les festivités sur « leur » territoire: à Nazareth, principale ville arabe à l’intérieur des frontières de 1948, tout comme à Jérusalem, où elles ont confisqué la malheureuse torche et crevé quelques ballons aux couleurs palestiniennes lancés par les enfants des écoles, sans oublier d’arrêter quelques dangereux activistes distribuant des T-shirts ornés du logo créé pour l’événement. Elles étaient d’ailleurs déjà intervenues de la même manière l’année précédente, quand les responsables du comité d’organisation officiel avaient tenté de présenter leur manifestation à la presse. Dix minutes avant la rencontre, une descente de police avait fait évacuer le Théâtre national, fondé en 1984 dans la « partie arabe » de la ville, en arrêtant quelques récalcitrants, précisément au prétexte que ladite manifestation n’était pas culturelle mais politique… Régulièrement, les manifestations prévues dans le cadre de cette année culturelle ont connu le même sort, y compris lorsqu’elles bénéficiaient de l’appui de représentations étrangères – ambassades ou consulat, comme pour la France, pour ce qui est de la partie orientale...

9Néanmoins, d’autres manifestations ont également tourné court, ou rencontré des problèmes, précisément parce que leur objet posait, sans forcément l’avoir prévu à l’origine, la question des frontières qu’elles se donnaient à elles-mêmes. Des artistes palestiniens réunis au sein d’une rétrospective ont ainsi pu exiger que soient décrochés les tableaux d’un artiste accusé d’avoir à la fois collaboré avec une historienne de l’art israélienne et pillé l’œuvre intellectuelle d’un des leurs (en l’occurrence le peintre Kamal Boullata). Pour autant, ils n’ont rien trouvé à redire, en apparence, au fait que le catalogue officiel de l’exposition évoquait expressément la ligne verte de 1967 et passait donc sous silence l’annexion de la partie occidentale de la ville en reprenant le discours officiel des autorités israéliennes et de l’Autorité palestinienne…

Conclusion

Un résultat fort modeste

10Sur le plan artistique et culturel, il n’échappe à personne que les festivités proposées à Jérusalem n’ont guère été à la hauteur des programmations précédentes, et singulièrement par rapport à la dernière en date, à Damas. Les perpétuels conflits de légitimité – entre Palestiniens et Israéliens d’abord, mais également entre Palestiniens eux-mêmes – qui ont marqué cette année culturelle mettent en lumière le fait que la volonté d’occuper l’espace urbain en affirmant, à travers le langage symbolique de l’art et de la culture, la souveraineté arabe sur (une partie de) la ville, ne pouvait à elle seule suffire à modifier les frontières, bien réelles, imposées par les forces d’occupation.

Top of page

References

Electronic reference

Yves Gonzalez-Quijano, « Jérusalem, capitale « éternelle et indivisible » de la culture arabe?  », Méditerranée [Online], 114 | 2010, Online since 30 September 2012, connection on 15 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/4488 ; DOI : 10.4000/mediterranee.4488

Top of page

About the author

Yves Gonzalez-Quijano

Maître de conférences (HDR), Directeur du Gremmo, Université Lumière Lyon2,yves.gonzales@mom.fr, http://cpa.hypotheses.org/

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page