Skip to navigation – Site map
La Méditerranée, bassin culturel et créatif

En marge des métropoles, le carreau Wendel en Lorraine: de la friche industrielle au projet culturel

Beyond the metropolitan fringe, the Carreau Wendel mining-site museum in Lorraine: from industrial wasteland to cultural project
Sylvie Daviet and Jean-Luc Valin
p. 135-144

Abstracts

Drawing on the new concept of the cultural economy, this article has as its objective to study the role of culture in the Lorraine coal basin confronted with the end of mining activity. Questions of culture at the margins are raised in this case by asking how culture is mobilized to face up to diverse forms of marginalization and how renewal, reconversion, and resilience are involved in that process. Two cultural initiatives are studied here : the increased prestige of the industrial heritage and the development of live shows based on local history. The article first paints a broad picture of the stakes involved and then examines the prospect for an economy focused on culture rather than mining. In 2008, the Carreau Wendel mining-site museum opened four years after the closing of the coal mines of Lorraine. The third part is devoted to a live show « the coal children » conceptualized after mine closure by local actors. The last part evaluates the capacity of this cultural project to generate local development by playing on the synergies possible with other actors.

Top of page

Full text

1Au cours de ces dernières années, le champ de la culture a été exploré sous un angle nouveau par un ensemble de chercheurs qui n’étaient pas au départ des spécialistes de la culture. C’est ainsi que la géographie économique française, à l’instar de la géographie économique anglophone, a abordé ce thème dans le cadre d’un colloque organisé en 2006 à Toulouse (Leriche, Daviet, Sibertin, Zuliani, 2008). L’ambition de proposer une approche géographique de l’économie culturelle et d’en saisir au plus près les enjeux territoriaux a conduit à l’analyse de situations d’une grande diversité.

2Dès lors, s’est posée la question d’étudier le rôle de la culture dans une région minière confrontée à la fin de l’exploitation. Nous avons choisi le Bassin Houiller Lorrain qui a été l’objet de nombreuses études lors des différentes phases de son développement (Capot Rey, 1934; Haby, 1965) puis de sa reconversion et de sa fermeture définitive en 2004 (Daviet, 1990; 1993; 2006). En marge de la métropole sarroise, cet espace interroge précisément la relation entre culture et marge (Prost, 2004), alors qu’il est coutume d’associer la culture au cœur des métropoles. Comment la culture est-elle mobilisée pour faire face à diverses formes de marginalisation, à la question du renouveau, de la reconversion et de la résilience ? Par reconversion, on entend la capacité d’un lieu ou d’une population à changer de fonction ou d’activité. Par résilience, on entend la capacité d’un lieu ou d’une population à absorber une perturbation (Aschan‑Leygonie, 2000). Le Bassin Houiller Lorrain présente deux initiatives culturelles de nature différente: la valorisation du patrimoine industriel et le développement d’un spectacle vivant issu de l’histoire locale. À partir de ces initiatives ancrées dans le territoire et portées par des acteurs locaux, on s’interroge sur les perspectives d’un développement local ; tout en soulignant les spécificités d’une opération encore éloignée d’une économie culturelle clairement structurée.

3Cette recherche est aussi le produit d’un retour sur un terrain de thèse (Daviet, 1990), tandis que Jean-Luc Valin, ancien cadre des Houillères du Bassin de Lorraine (HBL) en charge de l’industrialisation puis de la communication, est au moment de l’étude le président de l’association « Les enfants du charbon ». Les enquêtes se sont déroulées au cours du mois d’août 2008, pendant la période du spectacle, auprès d’une douzaine d’acteurs culturels, économiques et politiques de la région et d’une douzaine de participants bénévoles ou professionnels au spectacle. L’objectif était d’appréhender le potentiel de ce lieu, le site du carreau Wendel, immense site transformé en musée et qui accueille le spectacle « Les enfants du charbon » attirant chaque année environ 10 000 spectateurs.

4L’article comporte quatre parties: il présente en premier lieu les enjeux et perspectives de cette nouvelle économie culturelle en précisant la dimension à privilégier dans le cas présent. Deuxièmement, il s’attache à présenter le carreau Wendel, son contexte géographique et historique, quatre ans après la fermeture des Houillères du Bassin de Lorraine, en esquissant un diagnostic de ce territoire. La troisième partie est consacrée au spectacle « Les enfants du charbon », né du vide issu de la fermeture, et qui exprime la voix d’une communauté bien vivante; une opération hybride entre ressources associatives et réalités économiques, bénévoles et professionnels, action événementielle et perspectives de durabilité. La quatrième partie évalue la capacité de ce projet culturel à générer un développement local en jouant sur les synergies possibles avec d’autres acteurs.

I - Nouvelle économie culturelle: enjeux et perspectives

5Parler d’économie culturelle peut paraître à beaucoup un oxymore. En effet, dans la société française et plus généralement européenne, les champs de l’économie et de la culture sont longtemps apparus comme des champs séparés. La notion de culture, dans son sens le plus large, renvoie à l’ensemble des traits distinctifs spirituels et matériels qui caractérisent une société, un groupe ou un individu. Il s’agira ici plus concrètement des arts et activités culturelles. Les disciplines étudiant la culture sont traditionnellement l’anthropologie et la sociologie, voire la géographie plutôt que l’économie. S’y ajoutent, particulièrement en France, les sciences politiques dans la mesure où la culture est objet de rayonnement international et où les politiques publiques ont longtemps ciblé comme objectif central la démocratisation de l’accès à la culture. Toutefois, dans la société contemporaine, la culture est entrée dans le champ de l’économie et se trouve étudiée en tant que tel.

I.1 - La consommation de produits culturels

6On remarquera que les biens et services communément considérés comme culturels: un livre, un film ou la visite d’une exposition ont un coût et sont objets de consommation, entrant dans le jeu de l’économie marchande. La palette des biens relevant de l’économie culturelle revêt une grande diversité: si le cinéma, la musique et l’édition constituent le cœur des « industries culturelles », il faut aussi y inclure la mode, les parfums, les produits gastronomiques, sans oublier les parcs d’attraction, musées et festivals. En termes géographiques, la définition retenue pour saisir l’économie culturelle n’est pas neutre. En effet, une définition centrée sur les industries culturelles (cinéma, musique, et édition) véhicule l’image d’une économie urbaine, voire métropolitaine. En revanche, une définition plus large, intégrant la mode et les parfums, la gastronomie et le vin, les ressources patrimoniales, les festivals, les fêtes etc., véhicule l’image d’une économie plus polycentrique, irrigant un ensemble diffus de territoires urbains et ruraux. C’est cette seconde acception que nous retiendrons ici.

7L’économie culturelle constitue de fait un nouveau front dynamique du capitalisme contemporain, représentant une part croissante de l’activité dans les pays industriels. Si elle s’élève modestement à 2,6% du PIB en Europe en 2003 (rapport de l’Union européenne), sa part peut être bien plus élevée, dépassant parfois 5%, dans les métropoles telles que Paris, Londres, New York ou Los Angeles (Heilbrun, Gray, 1993; Pratt, 1997; Power, 2002; Kloosterman, 2004). D’un point de vue qualitatif, le développement de l’économie culturelle repose sur l’esthétisation et la sémiotisation croissante de la consommation (Lash, Urry, 1994; Zukin, 1995; Power, Scott, 2004). Le développement des territoires dépend de plus en plus de leur capacité à concevoir, produire et commercialiser de tels produits sur un marché plus ou moins globalisé. La grande difficulté, pour les acteurs du développement, consiste à valoriser des ressources locales, c’est-à-dire à transformer des ressources latentes en ressources actives (Camagni, Maillat, Matteaccioli, 2004).

I.2 - Le caractère « mobile » ou « immobile » des produits

8Dans la mesure où il existe des liens géographiques forts entre ces produits culturels et des territoires particuliers, l’approche géographique permet d’éclairer la nature de l’économie culturelle. Deux grandes catégories de produits peuvent être distingués: des produits mobiles, et des produits immobiles (Scott, Leriche, 2005). Les produits mobiles sont conçus et souvent fabriqués dans un lieu avant d’être exportés vers des marchés extérieurs. Certains ont essentiellement un contenu immatériel, symbolique et idéel, même si un support matériel est nécessaire à leur diffusion, à l’instar des industries du cinéma, de la musique, de l’édition et de la publicité. D’autres sont certes matériels, mais c’est leur contenu parfois essentiellement symbolique et sémiotique qui motive leur achat, à l’instar de la mode ou de la joaillerie. Issus d’entreprises insérées dans des dynamiques concurrentielles globales, ces produits alimentent un marché en renouvellement constant. Une logique de flux régit donc leur production.

9Le cas des produits immobiles nous concerne plus directement ici. Ils sont imbriqués dans le patrimoine physique d’un lieu (Gravari-Barbas, Tdiv>

Notes

1  Il regroupe la communauté d’agglomération de Forbach et trois communautés de communes (CC) : la CC de Freyming-Merlebach, la CC du pays Naborien (St Avold), la CC du Warndt (Creutzwald).

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1
Caption Le carreau Wendel dans la zone frontalière Sarre - Moselle-Est
Credits Cartographie: Patrick Pentsch (2010).
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/4495/img-1.png
File image/png, 273k
Title Fig. 2
Caption Déclin de la population du Val de Rosselle depuis 1990. Évolution de la population, base 100 en 1962, estimation pour 2005
Credits Sources: Insee Lorraine, recensements de la population de 1962 à 1999. Estimations démographiques supra-communales 2005.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/4495/img-2.png
File image/png, 41k
Title Photo 1
Caption Vue aérienne du siège Wendel de Petite‑Rosselle. Au premier plan (en bas à droite) le puits Vuillemin et au fond (en haut à gauche) le musée de la mine
Credits Photo Armand Ribic (2008).
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/4495/img-3.jpg
File image/jpeg, 592k
Title Photo 2
Caption Puits Vuillemin no 2 Petite-Rosselle. Date de fonçage 1881 ; profondeur 773 m. Sur la gauche on aperçoit les gradins dressés pour le spectacle
Credits Photo S. Daviet (2008)
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/4495/img-4.jpg
File image/jpeg, 200k
Title Photo 3
Caption Lavoir 1 et 2 avec le décanteur du siège Wendel de Petite-Rosselle
Credits Photo S. Daviet (2008).
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/4495/img-5.jpg
File image/jpeg, 192k
Title Fig. 3
Caption Affiche du spectacle son et lumière « Les enfants du charbon », saison 2008.
Credits Déclic Communication
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/4495/img-6.jpg
File image/jpeg, 188k
Top of page

References

Electronic reference

Sylvie Daviet and Jean-Luc Valin, « En marge des métropoles, le carreau Wendel en Lorraine: de la friche industrielle au projet culturel », Méditerranée [Online], 114 | 2010, Online since 30 September 2012, connection on 12 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/4495 ; DOI : 10.4000/mediterranee.4495

Top of page

About the authors

Sylvie Daviet

Professeur de Géographie, UMR 6570 Telemme, Université de Provence, Sylvie.Daviet@univ-provence.fr

By this author

Jean-Luc Valin

Président de l’association « Les enfants du charbon », Freyming-Merlebach, France, direction@mail.lesenfantsducharbon.com, lesenfantsducharbon.com

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page