Skip to navigation – Site map
Compte rendus

Guy Barruol et Nerte Dautier (dir.), (2009), Les Alpilles, encyclopédie d’une montagne provençale

éd. Alpes de lumière, no 160-161, 347 p.
André de Réparaz
p. 149
Bibliographical reference

Guy Barruol et Nerte Dautier (dir.), (2009), Les Alpilles, encyclopédie d’une montagne provençale, éd. Alpes de lumière, no 160-161, 347 p.

Full text

1Voici, après celle de « La montagne de Lure » (2004) et celle du « Mont Ventoux » (2007), la troisième « encyclopédie d’une montagne provençale » publiée par « Alpes de lumière ».Si les Alpilles ne sont pas la plus imposante des trois montagnes par le relief, l’altitude et l’abondance de la végétation arborée, en revanche elles la plus anciennement humanisée, la mieux nantie en patrimoines archéologiques, historiques et monumentaux. Elle est également la plus méditerranéenne et diverse par ses paysages ruraux, agricoles et pastoraux. C’est aussi la plus assiégée par une urbanisation des loisirs et le tourisme patrimonial.

2Les limites de l’espace analysé ont posé problème et les auteurs l’ont résolu, à juste titre, en ne dissociant pas le massif proprement dit de ses piémonts très complémentaires au sein des finages communaux. Des seize communes étudiées, une seule, celle des Baux, s’inscrit pleinement dans le massif. Les autres s’étendent largement hors du massif de sorte que l’ouvrage prend en compte le marais des Baux, le piémont nord sec d’Aureille, le piémont sud et le pays de Saint-Rémy, d’où la richesse et la variété des éléments naturels et des patrimoines historiques et architecturaux justifiant la mobilisation d’une pléiade d’auteurs sous la direction de G. Barruol, déjà maître d’œuvre des deux précédents ouvrages, en collaboration avec N. Dautier. Ils étaient une cinquantaine pour le Ventoux, ils sont plus de soixante dix pour les Alpilles! Il en résulte une impression de fragmentation malgré l’organisation en grands thèmes intégrateurs: milieu naturel et paysages, ressources d’hier et d’aujourd’hui, histoire, architecture, culture populaire, littérature et arts etc.

3À l’intérieur de ces thèmes, certains ont une place de choix: la protohistoire, l’histoire antique et médiévale qui représente près du tiers du texte. Mais comment ne pas développer l’analyse très fine des extraordinaires vestiges de Glanum, des réseaux considérables d’aqueducs, de voies et structures antiques de toutes sortes? Comment ne pas présenter l’importance des puissantes réalisations monumentales laissées par les grandes familles seigneuriales et par les monastères médiévaux? Mais les maîtres d’œuvre du livre se sont efforcés d’équilibrer les thèmes car si « l’héritage du passé est la véritable richesse des habitants des Alpilles, il ne faut pas cependant qu’il soit ressenti comme un fardeau », écrivent-ils.

4Les géologues et les géomorphologues ont brossé, avec les naturalistes, un tableau très fourni des ressources environnementales de la chaîne. Les géographes « humains » ont présenté des synthèses denses sur le passé et le présent de l’agriculture avec, en particulier, l’oliveraie et les huiles de haute qualité (C. Durbiano), ainsi que la population et la métropolisation de l’espace (R. Courtot). Le tourisme patrimonial et culturel, les loisirs naturels concourent à une organisation spécifique du territoire.

5La culture, la vie populaire, la langue provençale, la littérature de Mistral, ici sur ses terres, à Alphonse Daudet, auteur mythique constituant un véritable produit touristique (quelquefois controversé) sont largement présentés. L’étude de toponymie (Cl. Martel, J.-C. Bouvier) apporte beaucoup à ce sujet, sur les Alpilles.

6Le chapitre « Les Alpilles aujourd’hui et demain » termine l’ouvrage avec l’analyse des structures économiques et territoriales en devenir avec le risque de perte d’identité liée notamment à l’évolution du foncier mal contrôlée. Regroupements administratifs, intercommunalité, création du Parc Naturel Régional des Alpilles en 2007 fondent à travers la charte de ce dernier et les efforts des associations de défense, une évolution favorable des Alpilles vers leur avenir.

7La très abondante illustration de cet ouvrage est de haute qualité avec une iconographie très variée et originale dont 340 photographies actuelles ou du passé qui souffrent parfois de leur petitesse. Une importante bibliographie classée par thème complète utilement cet ouvrage de référence qui constitue une mine d’informations et de synthèse sur tous les aspects d’une montagne emblématique de la basse Provence occidentale.

Top of page

References

Electronic reference

André de Réparaz, « Guy Barruol et Nerte Dautier (dir.), (2009), Les Alpilles, encyclopédie d’une montagne provençale », Méditerranée [Online], 114 | 2010, Online since 30 September 2010, connection on 11 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/4569

Top of page

About the author

André de Réparaz

Professeur émérite en géographie, Université Aix-Marseille

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page