Skip to navigation – Site map
Compte rendus

Jürgen Mittag (dir.), (2008), Die Idee der Kulturhauptstadt Europas

Wiesbaden, éd. Klartext, 240 p.
Boris Grésillon
p. 151
Bibliographical reference

Jürgen Mittag (dir.), (2008), Die Idee der Kulturhauptstadt Europas, Wiesbaden, éd. Klartext, 240 p.

Full text

1Saluons d’emblée la parution de cet ouvrage à la fois analytique et synthétique sur le thème des capitales européennes de la culture. D’une part, il réunit les contributions de chercheurs allemands issus de différentes disciplines des sciences sociales – histoire contemporaine, sociologie, anthropologie culturelle, philosophie, sciences de la culture –, par ailleurs tous étonnamment jeunes (30 ans de moyenne d’âge), ce qui prouve l’intérêt que suscite ce thème auprès de la nouvelle génération de chercheurs. D’autre part, l’ouvrage évite les travers habituels de l’ouvrage collectif, à savoir la juxtaposition d’articles n’entretenant entre eux que peu de rapports. Le projet d’ensemble a été mûrement réfléchi, ainsi que l’articulation des chapitres. Toutes les contributions sont ainsi des chapitres d’ouvrage plus que des articles. L’ensemble est équilibré et de belle facture, comportant quelques illustrations.

2L’ouvrage de 240 pages denses se compose de 9 chapitres, qui traitent des capitales européennes de la culture sous différents aspects: historique, juridique et politique, financier, culturel, philosophique. Le lecteur avisé dispose également de nombreuses notes de bas de pages et d’une riche bibliographie subdivisée en quatre parties. On aurait peut-être souhaité que les neufs chapitres soient regroupés en grandes parties, qui auraient permis de distinguer à la fois les divers angles abordés et de dissocier les contributions d’ordre général (cf. par exemple « L’idée d’une capitale européenne de la culture », ou « Construction d’une identité européenne par la culture? ») des contributions portant sur un ou des exemples de capitales européennes précisément analysées (Luxembourg, Glasgow, Salamanque, Graz, Weimar et Essen / Ruhr). L’ouvrage évite en tous cas le travers qui aurait consisté, sous le prétexte d’un titre général accrocheur, à discuter essentiellement du projet d’Essen capitale européenne de la culture en 2010, projet qui mobilise les auteurs à divers titres.

3Le panorama ainsi dressé de la situation ne prétend pas à l’exhaustivité, mais donne une vision juste de l’évolution du statut et du rôle des capitales européennes de la culture depuis 25 ans. En effet, le label « ville européenne de la culture » fut décerné pour la première fois (à Athènes) en 1985. Près de 25 ans après, l’idée d’un bilan s’imposait. De fait, et l’ouvrage le montre bien, l’idée première a connu de réelles inflexions. À l’origine, il s’agissait d’une manifestation destinée à promouvoir l’identité européenne grâce à l’organisation d’une manifestation culturelle essentiellement estivale. L’objectif des ministres de la culture à l’origine du projet – dont Jack Lang pour la France et Melina Mercouri pour la Grèce – était de renforcer le sentiment d’appartenance européen, à une époque où l’Europe des Dix s’appelait encore Communauté économique européenne et n’était qu’une association économique d’États. À la fin des années 1990, l’opération a gagné en prestige et en attractivité. La Commission européenne décide de remplacer le mot « ville » par l’appellation « capitale européenne de la culture », plus porteur. À partir du début de la décennie 2000, l’opération connaît un grand succès, qui se traduit par un afflux de touristes, et, dans certains cas, par des retombées économiques non négligeables. C’est aussi à ce moment que se produit le changement de paradigme le plus notable, bien analysé dans la contribution de Jürgen Mittag. Au lieu de chercher à renforcer une identité européenne au demeurant floue, les villes élues n’ont de cesse d’utiliser le précieux label pour améliorer leur image, opérer un « lifting » urbain et faire de l’événement une grande opération de promotion touristique. Certaines villes, comme Glasgow en 1990, ont été précurseurs dans ces domaines. Les autres, Lille en 2004 ou Liverpool en 2008, ont suivi. Les budgets de ces opérations ont notablement augmenté, comme le montre Kathrin Oerters, mais la question de fond reste entière: les capitales européennes de la culture ont-elles des effets à long terme ou ne sont-elles finalement qu’un feu de paille? (cf. contribution d’Elisabeth Mettler). Au fil des contributions de cet ouvrage, que le lecteur pourra lire dans l’ordre ou dans le désordre en fonction de ses propres centres d’intérêt, le visage et le fonctionnement des capitales européennes de la culture se dévoilent, en une analyse savamment menée. On ne peut que souhaiter que cet ouvrage soit rapidement traduit en français.

Top of page

References

Electronic reference

Boris Grésillon, « Jürgen Mittag (dir.), (2008), Die Idee der Kulturhauptstadt Europas », Méditerranée [Online], 114 | 2010, Online since 30 September 2010, connection on 18 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/4580

Top of page

About the author

Boris Grésillon

Maître de conférences en géographieUMR Telemme/MMSH, université Aix-Marseille

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page