Skip to navigation – Site map

Déprise agricole et mutations paysagères depuis 1850 dans le Champsaur et le Valgaudemar (Hautes-Alpes)

Agricultural decline and landscape changes since 1850 in the Champsaur and Valgaudemar zones (Hautes-Alpes)
Philippe Moustier
p. 43-51

Abstracts

Like the whole of the southern Alps, the strong rural exodus in the Champsaur and Valgaudemar zones brought a major agricultural decline. These changes are manifested in a retraction of tilled land (ager) and a reduced use of pastoral lands. Other major changes in the landscape have been a great increase in wooded cover, lack of hedgerow maintenance, and decline in the range of crops. Agricultural and environmental measures put in place have slowed the effects of agricultural decline, though their landscape impact appears limited.

Top of page

Editor's notes

Remerciements : je tiens à remercier Nathalie Girard chargée de l’environnement à la Chambre d’agriculture des Hautes-Alpes, Serge Manuel chef de l’unité de St-Bonnet de l’ONF, Paul Motte et Jean Galland anciens agriculteurs, l’ADASEA des Hautes-Alpes et le Parc national des Écrins pour leur accueil.

Full text

1Le Champsaur et le Valgaudemar constituent une petite région agricole au nord du département des Hautes-Alpes. C’est une entité bien individualisée, encadrée à l’est et au nord par des lignes de crêtes du massif des Écrins et à l’ouest par la corniche calcaire du Dévoluy, tandis que le sud plus ouvert domine le Gapençais. Sur de courtes distances, cet ensemble offre de forts contrastes paysagers entre l’ample bassin agricole et bocager du Drac et les profondes vallées du Valgaudemar, de la Séveraissette, du Drac Blanc et du Drac Noir, qui s’insinuent dans la haute montagne.

2Depuis le maximum démographique du milieu du xixe siècle, ce territoire connaît, comme l’ensemble des Alpes du Sud, une déprise agricole marquée, liée à un fort exode rural ainsi qu’aux mutations techniques et économiques de l’agriculture. Cette déprise a entraîné des incidences paysagères fortes sur l’espace cultivé et pâturé. Depuis une vingtaine d’années, les pouvoirs publics ont pris en compte la fermeture et l’appauvrissement des paysages dans le cadre des mesures agri-environnementales.

1. Une déprise agricole continue depuis le milieu du xixe siècle

3La déprise agricole amorcée il y a plus d’un siècle et demi est le résultat d’une conjonction de facteurs : exode rural d’une population essentiellement agricole, évolutions techniques et mutations économiques, avec le passage d’une agriculture largement auto-consommatrice à une activité tournée vers les marchés. Cette déprise agricole s’est traduite par une rétraction de l’espace cultivé et une pression amoindrie sur les espaces pastoraux.

1.1. Un siècle d’exode rural

4Depuis le maximum démographique de 1846, la population du Champsaur-Valgaudemar est passée de 20 875 habitants à 9 649 en 1954, soit une diminution de 53,8%. Il s’agit donc d’un exode rural massif, qui est avant tout le fait d’une population agricole représentant 86,4% du total en 1886 et encore 76,1% en 1946. Cet exode est irrégulier dans le temps et dans l’espace. La courbe d’évolution de la population se scinde en deux périodes, la première de 1846 à 1891 marquée par une perte de 0,32% par an, tandis que de 1891 à 1954 la chute s’accélère avec un rythme annuel de 0,73%. Cet exode est lié aux dures conditions d’existence, sur des exploitations agricoles souvent menues dans un cadre montagnard contraignant, qui entraînent la pauvreté. Cette situation impose aux hommes valides et aux enfants dès l’âge de 13-14 ans une migration hivernale, pour gagner un peu d’argent. Ces migrations font aussi connaître à la jeunesse d’autres modes de vie et permettent de tracer les voies de l’émigration définitive.

5Si en 1846 la densité de population du Champsaur-Valgaudemar apparaît faible avec 27 ha/km2 en raison de vastes surfaces en landes et rochers, la densité de 133 habitants par km2 cultivé est cinq fois supérieure. Les hautes vallées ont des densités par rapport à l’espace cultivable plus importantes (328 ha à la Chapelle-en-Valgaudemar) que les communes sises dans l’ample berceau champsaurin (113 à St-Laurent-du-Cros). Ces différences expliquent, en dépit de surfaces pastorales plus vastes, un exode plus fort et plus précoce dans la haute montagne, où il existe de véritables surcharges humaines sur des terroirs exigus, qui imposent même le ramassage du foin sur les communaux. À la Chapelle et à Champoléon, le maximum démographique remonte à 1831 et les pertes de population sont les plus conséquentes avec respectivement 73,9% et 69,2%.

6À partir de 1954 la dépopulation est très lente. Dans un premier temps la population augmente, en liaison avec le développement du tourisme, sur les communes stations de ski et les bourgs-centres. Depuis une quinzaine d’années, les gains touchent d’autres communes, car ils sont liés à la périurbanisation gapençaise. À partir de 1990, la population totale s’accroît (9328 habitants en 1999), tandis que la population agricole poursuit sont déclin. Du RGA de 1955 à celui de 2000, 1365 exploitations ont disparu, soit plus de 3 sur 4. En 2000, il n’en reste plus que 402, dont 255 dites professionnelles. Même si la SAUée demeure relativement stable depuis 1970 en raison du poids des STH, particulièrement des landes et parcours peu productifs, l’ager continue de se rétracter. Durant cette période les mutations techniques et économiques ont été considérables.

1.2. Les mutations économiques et techniques de l’agriculture.

7Entre 1850 et 1950, l’agriculture est encore largement tournée vers l’autoconsommation, comme l’atteste la gamme des cultures pratiquées lors des recensements agricoles de 1882 et 1929. À côté de la graine de fenasse, les maigres revenus proviennent de l’élevage, grâce à l’importance des espaces pastoraux : parcours d’intersaisons et alpages. Dans les hautes vallées, où l’espace agricole est réduit, les alpages fournissent aussi le foin indispensable pour pallier la longue période de stabulation du bétail imposée par la rudesse du climat. Les bois sont aussi grandement sollicités pour chauffer une population nombreuse, alimenter le four à pain et fournir du bois d’œuvre.

8À partir des deux dernières décennies du xixe siècle et surtout après la Première Guerre mondiale, la spécialisation en direction de l’élevage s’affirme. La taille moyenne des troupeaux progresse lentement. La première révolution fourragère se met peu à peu en place, marquée par l’effacement de la jachère (1011 ha en 1882 et 124 ha en 1929) et le développement des prairies artificielles et temporaires qui impose des assolements plus complexes. Cette extension des cultures fourragères est permise grâce à la libération de terres liée à la diminution du nombre des exploitations agricoles, 1545 disparaissent (38%) entre 1882 et 1929. En dépit de pratiques encore ancestrales, permises par la présence d’une main-d’œuvre abondante, les progrès techniques sont vulgarisés lentement par les comices agricoles, les syndicats d’élevage et les fruitières valorisant la production laitière. Les mutations touchent tout d’abord les exploitations champsaurines les plus vastes, puis se diffusent peu à peu, laissant souvent de côté les petites exploitations, particulièrement nombreuses dans les hautes vallées.

9La pratique d’assolements plus complexes, notamment le développement des légumineuses (sainfoin, trèfle violet, luzerne), couplée avec l’augmentation du cheptel pourvoyeur de plus grosses quantités de fumier, l’apport d’amendements et l’apparition timide des engrais surtout à partir des années 1920, entraînent une lente progression des rendements. Sur les bonnes terres les rendements en blé passent de 7–10 quintaux en 1850 à 20–25 quintaux un siècle plus tard. L’amélioration des races ovines et bovines est réelle. Cependant les rendements laitiers fluctuent en fonction de la qualité de la ration alimentaire et de l’utilisation des vaches pour le travail (façons culturales et charroi) fréquente sur les petites exploitations. La mécanisation apparaît au début du xxe siècle, surtout la faucheuse (722 recensées en 1929), et avec elle le nombre de chevaux s’accroît de 600 en 1882 à 1427 en 1929. La mécanisation est concentrée sur le canton de St-Bonnet où les exploitations sont plus étendues. De 1929 à 1955, 759 exploitations disparaissent. L’amélioration des conditions de circulation, à partir des années 1920 et surtout après la Seconde Guerre mondiale, est bénéfique dans un premier temps à l’agriculture de montagne, mais elle est rapidement concurrencée par celle du bas-pays en raison de fortes contraintes naturelles.

10Les mutations économiques et techniques les plus rapides et les plus profondes se situent essentiellement dans la décennie 1955-1965. La diminution du nombre de bras avec l’exode rural impose l’abandon de certaines pratiques culturales (épierrage des champs au printemps, entretien des canaux, récolte de la feuille, fauche des prairies d’altitude…). L’agriculture se modernise, tout d’abord sous l’impulsion de jeunes agriculteurs locaux, dont la plupart ont été formés à la JAC. Ils souhaitent vulgariser les nouvelles techniques en matière de culture fourragère (2e révolution), mais aussi d’élevage et profitent de la loi d’orientation agricole de 1960-1962. Ils mettent en place toute une série d’actions, du contrôle laitier en 1953 au CETA en 1958, puis développent une coopérative laitière en 1960, et une CUMA en 1970 pour faciliter les opérations d’ensilage. Leurs actions portent aussi sur les bâtiments d’élevage, le remembrement et l’irrigation par aspersion. Ces initiatives locales vont être relayées au niveau départemental et national et le Champsaur-Valgaudemar devient un véritable laboratoire de l’aménagement rural. Le bas et moyen Champsaur s’orientent vers l’élevage laitier, tandis que les communes plus montagneuses se spécialisent dans l’élevage ovin. Au cours de cette période, la motorisation se généralise. D’un tracteur pour 20 exploitations en 1955, on passe à un tracteur pour 1,4 exploitation en 1970. Les cultures se concentrent alors sur les terres les moins pentues et les plus fertiles.

1.3. La rétraction de l’ager et la moindre utilisation des espaces pastoraux

11L’analyse des recensements agricoles successifs montre que l’ager (terres, prairies permanentes, jardins, vergers, vignes), ne cesse de reculer. De 1882 à 2000, il est passé de 17 299 ha à 9 759 ha, soit une perte de 43,6%. Entre 1970 et 2000, le recul est de 2600 ha (–21%). La diminution de l’ager est inégalement répartie. Les communes dont les pertes sont supérieures à 40%, appartiennent à la haute montagne du massif des Écrins, tandis que sur celles localisées sur les terrasses du Drac ou les douces ondulations des seuils de Bayard et Manse, elles sont inférieures à 25%. En montagne, la vigueur des pentes, la torrentialité, les avalanches, les glissements de terrain s’ajoutent aux mutations technico-économiques pour rendre compte de la rétraction de l’espace cultivable. Au fil des ans, les parcelles emportées par les cours d’eaux ne sont plus reconstituées. Entre les deux guerres, des hameaux de la haute montagne, isolés et menacés en permanence par les crues et les avalanches sont abandonnés ainsi que leurs terroirs. Les transformations de l’élevage couplées à la forte diminution de la population entraîne l’abandon des forests (chalets d’estive pour bovins) et le déclin de la fauche des prairies d’altitude. Après la Seconde Guerre mondiale, les champs exigus, difficiles d’accès et les terres trop déclives sont délaissés avec la motorisation. Les terres, qui ne sont plus travaillées, deviennent des pâturages, puis des parcours.

12La moindre sollicitation des espaces pastoraux est une réalité bien visible dans le paysage, mais plus difficilement mesurable en raison de l’absence de données précises au milieu du xixe siècle, et de la délicate appréhension de l’espace réellement pâturé, d’autant que les alpages de la montagne cristalline sont fragmentés par de vastes affleurements rocheux et des éboulis étendus. Le dernier recensement des unités pastorales (1997), qui dénombre 103 estives en Champsaur-Valgaudemar s’étendant sur 33 489 ha, estime que 38% des surfaces ne sont pas végétalisées. Les alpages sont souvent intensément utilisés, voire par endroits surpâturés, jusqu’à l’aube du xxe siècle, comme l’attestent les mises en défens de portions de communaux et les rapports des forestiers. Après la Première Guerre mondiale, la situation s’améliore avec la diminution des troupeaux transhumants provençaux et la baisse de la charge pastorale locale ; une enquête de 1928 indique que la charge pastorale sur les communaux est équivalente à celle d’aujourd’hui sur l’ensemble des estives (communales, domaniales et privées). Entre les deux guerres disparaît peu à peu la pratique de la coupe du foin sur les communaux en haute montagne.

13À partir de 1950, les espaces pastoraux sont non seulement moins utilisés, mais la durée de la présence animale se réduit avec une saison en estive plus courte et une fréquentation des parcours d’intersaison limitée, la sortie des troupeaux étant plus tardive au printemps et la rentrée plus précoce en automne, en raison de meilleures réserves fourragères. De plus, les vaches ne sont plus gardées autour des habitations sur les talus, les iscles et les landes, mais paissent sur des prairies bénéficiant ainsi d’une bien meilleure ration. Les ovins fréquentent au printemps les parcours, mais la plupart, à la descente de l’estive, broutent les prairies. La déprise est plus ou moins marquée en fonction de la nature des alpages et des charges animales. Les estives de petite taille, d’accès difficile ou de qualité médiocre (vigueur des pentes, fragmentation) ont été abandonnées. Les alpages des Costes et de St-Jacques ne reçoivent plus aucun ovin depuis une quinzaine d’années. Les parcours d’intersaison sont moins utilisés. Sur les espaces pastoraux, d’une forte utilisation, voire d’un surpâturage on passe à une situation de sous-pâturage, avec pour conséquence une dégradation du tapis herbacé, puis le développement des broussailles et enfin l’installation de l’arbre.

2. D’importantes mutations paysagères

14À partir du milieu du xixe siècle, la baisse de la population agricole, les mutations techniques et économiques de l’agriculture mais aussi la moindre fréquentation des parcours par les troupeaux, modifient peu à peu les paysages du Champsaur et du Valgaudemar. L’arbre regagne du terrain, la gamme des cultures se réduit, toutes ces transformations s’accélèrent dans la deuxième moitié du xxe siècle.

2.1. Le triplement des surfaces boisées

15La comparaison de photographies à un siècle d’intervalle montre une forte progression des boisements, quantifiée par l’analyse des cadastres. Les surfaces boisées passent de 5 400 ha dans le premier quart du xixe siècle (cadastres napoléoniens) à plus de 13 500 ha aujourd’hui. Outre cette extension, la qualité des boisements s’est améliorée. Les taillis occupent vers 1830 la moitié de la surface boisée, mais sont de piètre qualité en raison d’une intense exploitation, avec des rotations de coupes affouagères inférieures à 15 ans. Actuellement, ils ne représentent plus que le tiers de la surface boisée, mais avec des superficies bien supérieures et un couvert de meilleure qualité. Si sur les secteurs de conquête forestière, sur les terres noires et sur les zones de rochers, les taillis sont peu denses, la plupart d’entre eux constituent de beaux peuplements. Lorsqu’ils sont exploités, les rotations des coupes sont supérieures à 30 ans et dans les secteurs escarpés ils ne sont plus coupés ce qui pose des problèmes de renouvellement, comme pour les hêtraies sur le versant adret du Valgaudemar.

16La progression des bois a deux origines, les reboisements et la régénération spontanée. La figure 1 montre que la progression des boisements est inégale ; les communes les plus montagneuses dans le massif des Écrins et deux appartenant au rebord du Dévoluy enregistrent des gains supérieurs à 100%, tandis que la progression est moindre dans celles de l’ample berceau champsaurin. La régénération naturelle est la source majeure d’extension de la forêt et l’unique depuis l’arrêt des reboisements, en faisant abstraction de quelques plantations de conifères réalisées par des particuliers. Les secteurs reconquis par l’arbre correspondent aux terres et prairies abandonnées, aux parcours délaissés, aux marges inférieures des alpages et aux bordures des cours d’eau.

17Les reboisements des Eaux et Forêts ont été réalisés dans le cadre des lois de 1860 et 1864 sur le « reboisement » et le « gazonnement » des montagnes, mais le début des travaux est postérieur à la loi de 1882 sur « la restauration des terrains de montagne », qui se fait dans le cadre d’acquisitions foncières sur les communaux à l’amiable ou par expropriation. La plupart des 2320 ha plantés par les forestiers, datent de la période 1885-1914. La dernière vague touche principalement d’anciens terroirs correspondant à des hameaux abandonnés entre les deux guerres en raison de fortes contraintes physiques (avalanches, inondations…), comme Navette sur la commune de la Chapelle. Parmi les essences plantées, le mélèze est dominant, remplacé au dessus de 1700 mètres par le pin cembro, tandis que le pin à crochet a été implanté sur les sites les plus difficiles.

18Sur les territoires de moyenne montagne de part et d’autre du Drac, l’extension des boisements concerne les talus et versants naguère pâturés, les secteurs de terres noires, les bordures des cours d’eau et les friches. Dans des conditions optimales de sol et avec la proche présence d’arbres adultes pourvoyeurs de semences, un taillis peut s’installer en une vingtaine d’années. Sur les sols favorables, le frêne, l’érable, le bouleau, le merisier se développent rapidement rejoints par le chêne pubescent en situation chaude, et le hêtre dans les ambiances plus fraîches (ubacs et au dessus de 1200-1300 m). Sur les sols minces et les affleurements de terres noires, les genévriers émergent rapidement des broussailles et sont par la suite envahis par le pin sylvestre, qui est aussi conquérant sur les parcours délaissés (autour du Puy de Manse) et qui constitue dans les secteurs les plus hostiles des pineraies rabougries (terres noires sur Bénévent-et-Charbillac). Dans les situations les plus propices, sous le pin sylvestre, le hêtre s’installe.

19Dans les hautes vallées, la reconquête par l’arbre est plus complexe, l’altitude, la vigueur des pentes, la minéralité des versants, sont autant d’éléments qui entravent son développement. La progression de l’arbre est aussi tributaire de l’exposition. À l’ubac, la recolonisation est plus rapide et continue que sur les adrets où elle passe par un stade prolongé de lande à callunes piquetée de genévriers, d’églantiers et d’épines-vinettes. Ces formations sont bien repérables sur les adrets du Valgaudemar et ceux du vallon de Rouanne à Ancelle. À coté des anciennes zones cultivées, la reforestation est due à la diminution du pastoralisme sur les parcours d’intersaison et les alpages où l’arbre s’installe peu à peu sur les parties basses. Sur les ubacs, des landes se développent avec la venue de la myrtille, du genévrier rampant et du framboisier, puis le rhododendron ferrugineux et l’aulne s’implantent. Ensuite arrivent des feuillus (bouleaux, érables, sorbiers, alisiers, frênes…) et lentement se mettent en place les conifères : sapins, dans le Valgaudemar et la vallée de la Séveraissette, mélèzes dans le haut Drac et le vallon d’Ancelle. Sur la commune de St-Maurice, l’alpage à bovins d’Ufernet, étiré entre 1600 et 1800 m, et abandonné depuis une cinquantaine d’années, est quasiment fermé aujourd’hui. Sur le versant ubac d’Orcières à St-Léger, les mélèzes envahissent les prés-bois et le bas des alpages. Sur les adrets, la reconquête est plus lente et plus discontinue. Des arbres isolés se dressent sur les alpages dégradés (pins cembro et à crochets, mélèzes, sapins), tandis que le versant au soleil du Valgaudemar est marqué par des lambeaux de taillis de hêtres.

20Au-delà de 1800-2000 m sur les ubacs et de 2000-2200 m sur les adrets, l’installation de l’arbre est plus difficile en raison des contraintes du milieu (froid, rochers, vigueur des pentes, avalanches…). Des arbres isolés ou des bosquets constitués de conifères avec notamment des pins à crochets, des arolles et quelques feuillus (bouleaux, sorbiers et touffes d’aulnes) parsèment les paysages. Dans le Champsaur et le Valgaudemar les peuplements évoluent avec la progression du sapin. Il s’installe jusque vers 1700 mètres sous les boisements de feuillus à l’ubac, mais aussi les mélézeins, y compris ceux installés par les Eaux et Forêts, comme sur les communes de la Fare et de Laye sous la corniche calcaire du Dévoluy. Avec le triplement des surfaces boisées, la forêt est devenue omniprésente dans le paysage.

2.2. Les transformations paysagères au sein de l’ager

21Les mutations paysagères de l’espace cultivé sont marquées par sa contraction, l’appauvrissement de la gamme des cultures, l’augmentation de la taille du parcellaire d’exploitation et le non-entretien des aménagements agraires (canaux, murettes, bocage). La figure 2 illustre la diminution de l’ager, avec une perte de 7540 hectares entre 1882 et 2000 (–43,6%), et une rétraction de 7401 hectares de terres labourables, soit un recul de 51%. Au niveau de l’utilisation du sol, les céréales importantes dans le cadre d’une agriculture de subsistance ont cédé la place aux cultures fourragères et à l’herbe.

22Le recul des céréales et des cultures, autres que les herbages, est particulièrement significatif, passant de 7755 ha à 1845 ha entre 1882 et 2000. De 44,8% de l’ager, la part de ces cultures s’abaisse à 18,9%. Elles jouaient un rôle important dans une économie fortement autoconsommatrice jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. La rétraction des superficies emblavées est conséquente avec la perte des trois quarts des surfaces, de 6397 ha en 1882 à 1760 ha en 2000. Elle est aussi marquée par une quasi-disparition des céréales panifiables (blé, seigle) au bénéfice de celles destinées à l’alimentation animale (orge, triticale). Le recensement de 1929 montre que la part des céréales diminue moins rapidement, dans les communes des hautes vallées où les terroirs sont exigus, que sur les terres de l’ample berceau champsaurin. À côté des céréales, les cultures autres que les herbages reculent considérablement passant en 1882 de 7,8% de la superficie cultivée à 0,9% en 2000. Les légumineuses (lentilles), les plantes textiles (chanvre) et les oléagineux ont totalement disparu, d’autres cultures comme les plantes sarclées (pommes de terre, betteraves, choux) sont devenues marginales. Ainsi, les pommes de terre passent de 930 à une vingtaine d’hectares. Le damier des couleurs des terres labourables s’amenuise, avec en fin de printemps et en été, la diminution des contrastes or des céréales et vert des herbages, l’effacement des zébrures dessinées par les plantes sarclées, la fin des nuances bleutées des choulières et la disparition des taches jaunes et blanches des oléagineux. Les cultures permanentes limitées en raison du climat s’effacent lentement. La vigne (33 ha en 1882) principalement sur la commune du Glaizil a disparu entre les deux guerres (4,5 ha en 1929) et les vergers d’autoconsommation aux abords des fermes (76 ha en 1882) n’ont plus été renouvelés et ceux qui subsistent sont en mauvais état.

23La production de fourrages progresse avec la première révolution fourragère, qui marque d’abord les finages de la moyenne montagne, où les terres labourables sont conséquentes. Elle s’affirme sur l’ensemble des communes, lors de la seconde révolution fourragère, avec les prairies temporaires et le maïs fourrager (autour de 250 ha en 2000, principalement sur le canton de St-Bonnet). Les prairies qui couvraient presque la moitié de l’ager en 1882 en occupent désormais plus des trois quarts, tout en restant assez stable en surface (–600 ha seulement) en dépit de la forte rétraction de l’espace cultivé. La part des prairies naturelles ne varie guère depuis 1929, mais les surfaces après avoir augmenté de 1882 à 1929 (+ 860 ha), diminuent en raison de l’abandon des prés de fauche privatifs autour des forests et sur les versants escarpés (–922 ha entre 1929 et 2000). Les prairies artificielles et temporaires progressent avec un tiers de l’ager en 1882 contre un peu plus de la moitié aujourd’hui. Depuis 1950 les prairies temporaires associant graminées et légumineuses (surtout le mélange dactyle-luzerne), dominent largement. Le sainfoin (plus de 3500 ha en 1882 et 1929) qui colorait en fin de printemps les parcelles d’un rose soutenu, a quasiment disparu, victime de l’abandon de la récolte des semences et de la seconde révolution fourragère visant l’intensification des charges animales

24L’appauvrissement de la gamme des cultures n’est pas seul responsable de l’évolution paysagère de l’ager. Le parcellaire demeure trapu, mais l’agrandissement du parcellaire d’exploitation est à souligner en raison de l’augmentation de la taille des exploitations par le biais du fermage. Le parcellaire de propriété reste lui relativement stable, hormis sur les neuf communes qui ont connu des opérations de remembrement. Faute de bras, l’abandon de l’entretien des aménagements des champs (murettes, pierriers, talus, canaux) est aussi bien visible, en particulier dans les hautes vallées et sur les versants pentus. Les changements affectent aussi la physionomie du bocage, spécificité paysagère du bas et moyen Champsaur.

25Le bocage, dominé par le frêne, dont le maillage s’est densifié jusqu’au début du xxe siècle, était intégré à l’économie agricole. Il fournissait un fourrage aérien précieux, « la feuille », mais aussi du bois pour le four et les outils. Jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, les haies étaient entretenues, les arbres taillés tous les 3 à 5 ans, les broussailles coupées et les arbres morts remplacés. Les arbres présentaient des fûts surmontés d’un panache de verdure plus ou moins étoffé. Avec la seconde révolution fourragère, le manque de main-d’œuvre et l’agrandissement des exploitations, le bocage est devenu un élément paysager, pourvoyeur en bois de chauffage. Sur les secteurs remembrés, le maillage bocager s’est desserré. Des haies parallèles à la pente ont parfois été arrachées pour faciliter la motorisation de l’agriculture. Sur les secteurs très pentus, les parcelles menues corsetées par les haies, ont été abandonnées et se sont rapidement boisées. Les haies non entretenues s’élèvent et s’épaississent ; les broussailles s’installent entre les arbres et gagnent les bordures des parcelles. La zone d’ombre sur les champs ne cesse de s’étendre. La croissance de la végétation gêne par endroit la circulation des tracteurs. Pour limiter l’extension des haies, les propriétaires coupent les plus gros arbres, ou l’ensemble de la haie. Si certains agriculteurs utilisent des débroussailleuses pour entretenir les haies, rares sont ceux qui le font comme par le passé, mais la mise en place des mesures agri-environnementales fait évoluer la situation.

3. Les mesures agri-environnementales et le maintien des paysages agraires et pastoraux

26Les mesures agri-environnementales ont pour objet de limiter les effets de la déprise. En fonction d’un cahier des charges précis, assorti d’aides financières, elles incitent les agriculteurs à maintenir ou à reprendre certaines pratiques agraires, mais aussi à intervenir sur les parcours et les alpages. Instaurées par le règlement CEE n°2078/92, à la suite des dispositions de l’article 19 de 1985 dans le cadre des opérations groupées d’aménagement foncier (OGAF), elles ont connu de nombreux bouleversements depuis 20 ans. En 2000, elles ont été incluses dans les CTE et en 2003 dans les CAD, toujours dans le cadre d’une exploitation ou d’un groupement pastoral. La PMSEE devenue PHAE ou prime à l’herbe est la seule mesure qui concerne l’ensemble du territoire français de façon indifférenciée. Les zones de montagne ont massivement souscrit cette prime. Dans le département des Hautes-Alpes, l’enveloppe globale consacrée a plus que doublée, ces dix dernières années, tandis que la part destinée aux alpages a été multipliée par 3,4. Bien que son montant soit modeste par rapport à d’autres, la prime à l’herbe a indiscutablement favorisé les alpages. Les autres mesures sont localisées et concernent les espaces les plus sensibles à problématiques spécifiques.

3.1. Deux opérations thématiques

27La première mesure localisée est mise en place en 1996 avec l’OGAF article 19 des Écrins, pilotée par l’ADASEA et le Parc national. Elle visait la limitation de l’embroussaillement des alpages, écosystème dont la flore et la faune sont directement influencées par les pratiques pastorales, et l’abandon des prairies de fauche, habitat d’un grand nombre d’insectes et dont les floraisons sont remarquables. L’enveloppe de 7 millions de francs sur cinq ans, dont 50% par l’UE, 28,5% par le ministère de l’Agriculture et 21,5% par le Conseil général des Hautes-Alpes, a été totalement consommée. Cette opération a couvert la zone centrale et périphérique du Parc, dont 22 communes du Champsaur-Valgaudemar (fig. 3). Sur ce secteur, 59 dossiers ont été déposés : 18 contrats d’alpages (8000 ha), 22 sur des pâturages d’intersaison (224 ha) et 19 sur des prairies de fauche (66 ha). Les agriculteurs et les groupements pastoraux pouvaient souscrire plusieurs mesures et s’engageaient pour cinq ans, avec des paiements annuels. Les mesures retenues au niveau des alpages concernaient le déplacement du troupeau au cours de la saison d’estive (300F/ha pondéré, surface multipliée par 0.04 pour les ovins et 0.08 pour les bovins), l’entretien des cabanes et des équipements (300 F/ha avec la même pondération) et le gardiennage des troupeaux de moins de 1000 têtes (mesure plafonnée à 30 000 F). D’autres mesures pouvaient aussi être contractualisées, le parcage mobile diurne ou nocturne et la diversification du cheptel pour éliminer les refus (700 F/ha) ou la mise en défens à l’aide de filets de zones sensibles avec les mares à tritons et les sites de nidification du tétras (900 F/ha). Pour les prés de fauche, les aides étaient proportionnelles au travail demandé, dans le cadre d’un maintien ou d’une reprise avec entretien des abords (murets, talus) et évacuation du foin (900 F/ha), pour les prairies où la fauche n’était pas mécanisable, et la remise en état des près avec débroussaillage et épierrage (1100 F/ha).

28L’opération locale de 1999 « Maintien, entretien et rénovation des bocages » est propre au Champsaur-Valgaudemar, et couvre 25 communes (fig. 3). Ce bocage que les hommes développent de la fin du xviiie et jusqu’au début du xxe siècle, possède un intérêt paysager et écologique indéniable ; il est composé de plus de 70 espèces ligneuses et peuplé de 80 espèces d’oiseaux. Il permet aussi de lutter contre l’érosion, de retenir et d’épurer les eaux, de limiter les effets de la bise… Le bocage fournit du bois de chauffage et peut être valorisé par la production de bois d’œuvre. Faute d’exploitation et d’entretien, les haies vieillissent, s’appauvrissent et se dégradent. Les agriculteurs, comme précédemment, s’engageaient sur cinq ans. Pour l’entretien et le renouvellement des haies avec exploitation des gros arbres, les mesures étaient les suivantes : taille latérale et évacuation (280 F pour une haie d’un mètre de large et 250 m de long, 291 F pour 4 m de large et 100 m), taille latérale seule (104 F pour 100 m de long), taille des arbres têtards (360 F pour 100 m) et replantation de haies (796 F pour 100 m). Deux mesures venaient en complément : la protection des zones humides (1995 F/ha), avec interdiction : du drainage, de l’écobuage, de l’apport d’intrants chimiques et du dépôt de gravats, ainsi que l’entretien des parcelles embroussaillées avec un pâturage en parc printanier et automnal, et l’élimination des refus (600 F/ha ou 300 F/ha si la parcelle est inscrite à la prime à l’herbe). L’opération disposait d’un budget de 4 millions de francs financé par l’UE et le Conseil régional PACA. À ce programme s’ajoutait une mesure spécifique pour les propriétaires, mais pouvant être complémentaire de l’opération locale « La bourse au bois » dans le cadre du programme LEADER II « Territoires Écrins », pour favoriser l’exploitation et la vente des bois des haies, avec un budget de 340 000 F (UE, Conseil général 05, Conseil régional PACA et Parc national des Écrins). L’opération locale a débuté en 2000, 85 dossiers ont été acceptés, représentant un entretien de 143 km de haies, surtout des tailles latérales, les plus faciles à réaliser, de 7,2 km de replantation et la protection de 42,7 ha de zones humides. Seul 1,7 million de francs ont été engagés, soit 42,5% des sommes initialement programmées, car le traitement des dossiers a été interrompu en 2000 avec la mise en place des Contrats territoriaux d’exploitation (CTE) intégrant les mesures agri-environnementales.

3.2. Des Contrats territoriaux d’exploitation (CTE) aux Contrats d’agriculture durable (CAD)

29Les contrats territoriaux d’exploitation (CTE), dispositifs novateurs d’aide à l’agriculture, pièce centrale de la loi d’orientation agricole de 1999, ont été mis en place à partir de 2000. Le contrat, basé sur un diagnostic de l’exploitation dans son territoire et axé sur une action environnementale au minimum, intègre aussi des actions socio-économique. Établi pour une durée de cinq ans, le CTE est un outil bien adapté aux problématiques de l’agriculture des Alpes du Sud, même si sa mise en œuvre est lourde, d’autant que les mesures contractualisées sont compatibles avec la prime à l’herbe. Il s’inscrit dans la continuité des opérations agri-environnementales antérieures et peut concerner l’ensemble des exploitations donc s’étendre aux non-éleveurs (un quart des contrats dans les Hautes-Alpes). Grâce à une importante enveloppe financière, ils constituent une réelle opportunité pour l’agri-environnement, et ont un impact non négligeable sur le compte des exploitations. Dans les Hautes-Alpes, pour l’année 2003 hors agriculture biologique, la moyenne par exploitation d’un CTE individuel s’élève à 5193 euros, contre 2672 euros pour la prime à l’herbe. Ce dispositif est arrêté en 2002 et remplacé en 2003 par les Contrats d’agriculture durable (CAD).

30La région agricole Champsaur-Valgaudemar, est celle qui a le moins souscrit de CTE, avec 31 dossiers pour 340 dans les Hautes-Alpes (300 individuels et 40 collectifs). En effet, certaines exploitations avaient des contrats agri-environnementaux en cours dans le cadre de l’OGAF article 19 des Écrins et de l’opération locale sur le bocage. Sur les 31 souscrits, 23 sont individuels sur 14 communes et 8 collectifs rattachés à des groupements pastoraux sur 6 communes (fig. 3). Au niveau des CTE individuels, les actions les plus nombreuses concernent l’herbe avec 52 dossiers souscrits : 8 sur des parcelles embroussaillées, 22 pour l’entretien de parcours (calendrier de pâturage, enlèvement des refus…) et 22 sur des prairies de fauche. Les 17 autres dossiers présentent des actions plus variées. Les mesures ayant un impact paysager sont dominantes avec 3 dossiers sur les haies, un sur des murettes en pierres sèches, un sur des fossés et 7 sur des canaux d’irrigation (5 pour l’entretien et 2 pour la réhabilitation). Le compostage du fumier compte deux dossiers et autant pour l’épandage d’effluents d’élevage. Les aides sont du même type que celles évoquées pour les opérations localisées, mais globalement revalorisées, avec une gradation en fonction des contraintes. Sur les prairies de fauche par exemple, l’agriculteur à la possibilité de couper l’herbe plus tardivement pour valoriser le paysage par la floraison après le 10 juin ou le 30 juin, ou plus tard encore après le 20 juillet pour favoriser les semences régénératrices.

31Les CAD sont créés au milieu de l’année 2003 et remplacent après une phase transitoire de un an environ les CTE. Si les grands principes sont maintenus, des changements significatifs apparaissent. Le budget est limité pour chaque département dans le cadre d’une enveloppe régionale, avec un recentrage environnemental et un nombre d’actions réduit par enjeu. Des règles d’interaction restrictives avec la PHAE (prime à l’herbe) limitent l’impact environnemental et rendent difficile la continuité avec les mesures antérieures. Il en résulte que le CAD est plus attractif pour les éleveurs qui n’ont pas souscrit la PHAE, et pour les non-éleveurs. Sur les 251 CAD contractualisés (2004 et 2005) dans les Hautes-Alpes, 39 concernent le Champsaur-Valgaudemar, (35 individuels et 4 collectifs) sur 18 communes (fig. 3). Les actions sur les prairies et les alpages sont limitées en raison de la prime à l’herbe, elles concernent donc surtout les haies et les canaux d’irrigation gravitaire. Pour pallier la diminution des enveloppes budgétaires, le Conseil régional Provence-Alpes-Côte d’Azur a financé en 2006 des mesures. L’aide régionale a permis de maintenir le niveau de l’enveloppe de 2005 pour les CAD et d’assurer la continuité des actions sur le territoire des parcs notamment, sur les alpages (protection des nidifications du tétras, parcs de nuits pour éliminer le queyrel, une graminée non pâturée se développant sur le bas des alpages) et du bocage du Champsaur-Valgaudemar (haies et zones humides). Une dizaine de dossiers vont aboutir en 2006 dans le Champsaur pour l’entretien du bocage et des pâturages. Une vingtaine supplémentaire pourront encore être instruits, avec la première aide du ministère de l’Environnement pour le zonage Natura 2000.

Conclusion

32La déprise agricole se poursuit avec la lente rétraction de l’ager, l’embrousaillement rapide des espaces pastoraux notamment des parcours d’intersaisons. Même s’il est trop tôt pour tirer un bilan précis de l’impact des CTE et des CAD, l’analyse des mesures localisées (article 19 sur les Écrins et Opération locale sur le bocage) montre l’intérêt des mesures agri-environnementales. Si les agriculteurs ont hésité au départ, ils ont pris au fil des ans la mesure des enjeux, limiter la fermeture des paysages tout en confortant les comptes de leur exploitation. Les CAD se terminent fin 2006. Des « engagements unitaires » intégrants les mesures agri-environnementales pourraient les remplacer, mais avec des enveloppes amoindries et des actions à l’échelle nationale, peu compatibles avec les problématiques des Alpes du Sud. Une mesure sur les nitrates, par exemple, n’aurait aucune incidence sur ces montagnes. Des négociations sont en cours sur le deuxième pilier de la PAC, auquel appartiennent les mesures agri-environnementales. Même si des assurances ont été données aux organisations professionnelles agricoles sur l’ICHN et la prime à l’herbe, la vigilance s’impose. En effet, le deuxième pilier représente les deux tiers des aides de la PAC dans les Hautes-Alpes et près de 45% dans les Alpes de Haute-Provence. La survie de la plupart des exploitations orientées vers l’élevage, notamment celles axées sur les ovins, est tributaire de ces aides. Quant au découplage partiel des aides pour l’élevage, ses effets ne sont pas encore mesurables, mais certains exploitants pourraient être tentés de diminuer leur cheptel afin de travailler dans de meilleures conditions.

33Dans le cadre de l’évolution incessante de la PAC depuis une quinzaine d’années, la poursuite des mesures agri-environnementales s’impose afin de lutter contre la fermeture des paysages, tout en confortant les bilans des exploitations qui sont fragiles, et de ne pas décourager les installations. Le maintien d’une agriculture durable est fondamental dans les Alpes du Sud pour préserver la biodiversité, prévenir les incendies, limiter les risques d’avalanches, conserver des paysages menacés et maintenir une qualité paysagère, atout incontestable du tourisme qui joue un rôle majeur dans l’économie montagnarde.

Top of page

Bibliography

Arbos Ph., (1922), La vie pastorale dans les Alpes françaises – Étude de géographie humaine, Thèse, Bulletin de la Société scientifique de l’Isère, t. 43, Grenoble, 720 p.

Archives départementales des Hautes-Alpes, séries M et P (le Recensement agricole de 1852 est incomplet).

Blanchard R., (1938-1956), Les Alpes occidentales, T. II, T. III et T. VII, Arthaud, Grenoble.

Douguédroit A., (1976), Les paysages forestiers de Haute Provence et des Alpes-Maritimes, Thèse, Edisud, Aix-en-Provence, 550 p. + annexes.

Durbiano C., (1998), Les mesures agri-environnementales dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, in Environnement et nature dans les campagnes, nouvelles politiques, nouvelles pratiques, Presses universitaires de Rennes, p. 93-108.

Gibert A., (1923), Le Valgaudemar, Revue de géographie alpine, n° 3, p. 664-782.

Ladoucette J. C. F., (1848), Histoire, topographie, antiquité, usage et dialecte des Hautes-Alpes, Ed. Gide, Paris, 806 p.

Livet R., (1959), Le bocage du Champsaur, CTHS, Imprimerie nationale, Paris, p.169-182.

Miège J., (1961), La vie rurale dans le sillon alpin, Thèse, Génin, Paris, 677 p.

Moustier Ph., (1996), Le bocage champsaurin, Méditerranée, n° 1-2, p. 37-42.

Moustier Ph., (2000), Les hommes et la montagne dans le Champsaur et le Valgaudemar, Thèse dactylographiée, Université de Provence, 634 p.

Moustier Ph., (à paraître), Les communaux des Hautes-Alpes de la Révolution à nos jours : l’exemple du Champsaur-Valgaudemar, Actes du Colloque « Espaces collectifs et utilisation collective dans les campagnes du Moyen Âge à nos jours », Clermont-Ferrand 2004.

Réparaz G. A. de, (1982), Déprise et dégradation du milieu rural, Bulletin de l’Association des géographes français, p. 125-130.

Top of page

References

Electronic reference

Philippe Moustier, « Déprise agricole et mutations paysagères depuis 1850 dans le Champsaur et le Valgaudemar (Hautes-Alpes) », Méditerranée [Online], 107 | 2006, Online since 02 December 2008, connection on 16 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/461 ; DOI : 10.4000/mediterranee.461

Top of page

About the author

Philippe Moustier

Professeur agrégé de géographie, IUT de l’Université de Provence, Digneles-Bains ; UMR Telemme, mmSH, Aix-en-Provence.

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page