Skip to navigation – Site map

Avant-propos

Régis Darques and Olivier DESLONDES
p. 3-4

Index terms

Geographical index :

Roumanie, Bulgarie
Top of page

Full text

1L’intégration européenne de la Roumanie et de la Bulgarie au 1er janvier 2007 est un événement que Méditerranée se devait d’honorer. Il y a un an – une fois n’est pas coutume – deux pays balkaniques accédaient au devant de la scène européenne et recueillaient les faveurs médiatiques d’une presse internationale friande d’exotisme. Une bonne partie des citoyens de l’Union apprenaient par là même à localiser Sofia et Bucarest grâce à une cartographie bruxelloise adaptée. Sortir de l’anonymat, c’était échapper au gris blafard attribué aux pays toujours « ex-communistes » par la sémiologie graphique officielle, contrairement aux « néo-européens ». Après 18 années de « transition balkanique » (Méditerranée, 3-4/2004), Bulgarie et Roumanie échappaient enfin à leur purgatoire pour accéder, un temps, à la cour des grands. Un trait était tiré sur le passé et des populations avides de changement voyaient s’éclaircir leurs horizons futurs.

2Il est vrai que ces deux pays du Sud-Est européen bénéficient d’une image plus positive que leurs voisins ex-yougoslaves, enlisés depuis deux décennies dans des conflits armés incessants. La Bulgarie et la Roumanie, pendant ce temps, suivaient leur bonhomme de chemin, sans attirer les projecteurs. Et, justement, à qualifier sans cesse ces contrées d’ « ex » ou de « post », nombre d’observateurs étrangers ont ignoré les mutations rapides – et parfois douloureuses – qui s’y opéraient.

3La réalité, celle du terrain des géographes, est bien plus complexe que ne le laissent paraître les discours officiels vantant cette success-story balkanique, aux antipodes de l’exemple yougoslave. N’oublions pas les échanges parfois houleux entre Bruxelles, Bucarest et Sofia et les menaces de report d’adhésion liées aux retards en matière de décentralisation et de corruption administrative. Les articles rassemblés dans le présent volume démontrent à quel point les contrastes sociaux et territoriaux se sont accentués au fil du temps. Les politiques d’aménagement de l’époque socialiste avaient tenté de niveler les disparités locales au point de rendre les territoires indifférenciés – postulat idéologique aux effets controversés. La transition a renversé la tendance. Les collectivités locales ont adopté des trajectoires extrêmement diverses dans leurs schémas de développement en fonction de leurs ressources, de l’acquis communiste et des nouvelles orientations du marché. Tandis que certaines se sont inexorablement enfoncées dans le déclin, d’autres ont fait preuve d’un dynamisme inédit et ont conduit le pays sur la voie de la croissance.

4Face à cette « ébullition », la préparation du présent volume impliquait des choix. Comment résumer en quelques pages cette diversité de situations sans s’éparpiller ? Comment traiter équitablement les deux pays par le nombre des contributions et éviter les déséquilibres thématiques ? La tâche est d’autant plus rude que le nombre de géographes spécialistes de ces deux pays est extrêmement réduit.

5Dans un esprit d’ouverture, nous avons dès le départ associé des collègues bulgares et roumains à nos réflexions, sans trop savoir si les normes éditoriales de Méditerranée en matière linguistique seraient respectées et les décalages méthodologiques est-ouest surmontés. Un net déséquilibre entre contributeurs roumains et bulgares était à craindre, tant la géographie bulgare a donné lieu jusqu’à présent à un nombre limité de publications à l’extérieur de la Bulgarie. Nos efforts conjugués ont finalement eu raison de ces difficultés. Nous remercions chaleureusement tous les auteurs pour leurs participations et pour les discussions scientifiques endiablées qu’elles ont suscitées.

6Rassembler des contributions qui traitent de l’espace balkanique n’est jamais une affaire aisée. Aux précautions habituelles, formelles, déontologiques et scientifiques s’ajoutent des considérations propres au contexte géographique. On sait à quel point l’usage des cartes a pu être instrumentalisé dans une région secouée par de fréquents soubresauts géopolitiques. Dans l’accompagnement des auteurs, une attention particulière a toutefois été portée à la production de documents cartographiques qui viennent appuyer efficacement les discours. Certaines marges territoriales pâtissent en effet d’un déficit chronique de représentations graphiques, du fait de leur éloignement des régions capitales et des enjeux stratégiques qui leur étaient associés. Les moyens modernes de cartographie, notamment via l’imagerie satellitaire, permettent heureusement de surmonter les obstacles techniques inhérents à la préparation de tels documents.

7En définitive, près de la moitié des articles traitent de questions frontalières. À travers cette thématique, nous avons nettement débordé le cadre géographique défini initialement. S’agissant des Balkans, le phénomène était prévisible. L’exercice linguistique s’est complexifié: des deux langues nationales prévues au départ, nous sommes passés à sept (grec, bulgare, roumain, serbo-croate, hongrois, turc, moldave – en plus du français et de l’anglais). Les toponymes ont été transcrits en alphabet latin à partir du grec et du cyrillique, mais les références bibliographiques ont été conservées dans la langue d’origine.

8Les enjeux frontaliers restent en effet au cœur de la géographie balkanique. Sur ce point, l’intégration européenne aboutit à une situation très paradoxale: tandis qu’à l’ouest les recompositions yougoslaves des années 1990 et 2000 ont été irrésistiblement guidées par une logique de fragmentation, Bulgarie et Roumanie sont parvenues à éviter toute dispute sur leurs frontières respectives. Les Balkans voient ainsi quasi-simultanément s’affronter deux logiques contradictoires: l’émiettement yougoslave associé à l’émergence de nouvelles zones de souveraineté, et l’affaiblissement simultané, plus à l’est, de tronçons frontaliers relativement anciens et stables, conformément aux objectifs d’ouverture de l’espace européen.

9L’intégration de la Grèce en 1981 n’avait en rien modifié l’isolement du pays face à la Turquie, la Yougoslavie, l’Albanie et la Bulgarie voisines. L’élargissement de 2007 induit au contraire une révolution silencieuse dans la région: après deux siècles de combats pour imposer leur indépendance, faire valoir leurs souverainetés nationales et définir des périmètres frontaliers solides, les États balkaniques entrent dans une nouvelle ère de leur gestion politique et territoriale. Ils renouent avec une liberté de circuler qui n’avait pas été connue depuis un siècle… à la fin de l’Empire ottoman.

Top of page

References

Electronic reference

Régis Darques and Olivier DESLONDES, « Avant-propos », Méditerranée [Online], 110 | 2008, Online since 01 January 2008, connection on 16 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/501

Top of page

About the authors

Régis Darques

By this author

Olivier DESLONDES

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page