Skip to navigation – Site map
L'histoire des fleuves, dynamiques paléoenvironnementales et géoarchéologiques et des milieux continentaux

Les études de cas sur des milieux palustres et fluviaux en Basse-Provence

De l’anthropisation à la prévision environnementale
Case studies of fluvial environments in Lower Provence : human impacts and environmental forecasting
Philippe Leveau
p. 17-23

Full text

1La participation à des Mélanges publiés par la revue Méditerranée en hommage à Mireille Provansal est pour moi l’occasion de revenir sur les collaborations que nous avions développées à un moment de nos carrières universitaires et d’en rappeler les origines dans le contexte des années 1980. Mais ce retour historiographique est aussi l’occasion d’envisager le futur de collaborations que d’autres pourront avoir et de rappeler que ce sont en définitive les études locales qui pourront valider et faire avancer les études globales que privilégie le contexte actuel de la mondialisation de la recherche.

Géomorphologie, archéologie et histoire : l’inversion des questionnements

2La collaboration de Mireille Provansal avec les archéologues a débuté dans les années 1980. À cette époque les géomorphologues entretenaient principalement des rapports avec les archéologues travaillant sur la préhistoire et la protohistoire ancienne. Ses premières collaborations avec les archéologues et les historiens de l’Antiquité ont marqué le début d’une évolution qui devait s’élargir à l’ensemble des périodes dites historiques, c’est-à-dire celles qui sont définies dans les chronologies culturelles par l’existence de sources écrites. Si au Proche‑Orient et en Égypte, celles-ci apparaissent à l’âge du bronze, dans le sud de la France les premiers témoignages écrits dont on dispose ne remontent pas en deçà de la période hellénistique, durant laquelle Marseille, jusqu’alors puissance essentiellement maritime, développe ses relations avec les peuples voisins de l’âge du fer et, avec l’appui de Rome, se constitue un « empire » terrestre. Elle‑même et M. Jorda avaient été sollicités de participer à un groupe de recherche dont l’objectif était précisément d’évaluer les changements entraînés sur les paysages par l’ouverture de la Gaule du Sud vers un horizon méditerranéen. Ce groupe de recherche avait pris comme lieu de travail les rives de l’Étang de Berre (Provansal, 1992a, 1995). Cette lagune dans laquelle aboutissaient deux cours d’eau, l’Arc et la Touloubre, était susceptible d’avoir enregistré dans ses sédiments l’impact d’une colonisation romaine réputée destructrice des équilibres anciens tant politiques que naturels (Jorda et Provansal, 1996). Comme le rappelait J.-P. Bravard à l’occasion d’une table ronde sur L’Homme et l’Érosion tenue à Clermont-Ferrand en 2004 en hommage à R. Neboit‑Guilhot, le modèle alors dominant était celui du « refoulement dans la montagne des populations indigènes, étudié par Benchétrit (1955) ». Le même paradigme avait servi à Jean-Jacques Dufaure à expliquer « le remblaiement post-antique de vallées grecques … par les défrichements romains et l’extension des pâturages » (Bravard, 2006) et continue à être utilisé.

3Défini dans un contexte géopolitique précis, celui de la remise en question des bienfaits de la colonisation européenne au Maghreb, la crise érosive contemporaine paraissait « transposable aux siècles passés » (Bravard, 2006) et devenait un modèle explicatif. Dans ses travaux, R. Neboit‑Guillot (1983) l’avait enrichi en suggérant que la « période antique » (alias gréco‑romaine) avait inauguré un second franchissement de seuil dans l’histoire de l’environnement des sociétés européennes. Suivant le seuil (culturel) néolithique, il précédait l’artificialisation du milieu qui, dans nos régions, débute au xixe s. Par la suite, la collaboration s’est étendue vers l’est à la Montagne Sainte-Victoire, la vallée des Baux, puis à la plaine d’Arles et à la Camargue (Leveau et Provansal, 1993 et 1998 ; Provansal eal., 2002). C’est dans ces différents espaces que se sont forgées des habitudes de collaborations entre archéologues et géomorphologues qui ont contribué à poser de manière nouvelle les relations entre l’histoire des milieux, sous la contrainte climatique, dont les effets sont discutés (Jorda et al., 1990 ; Provansal, 1992 b ; Provansal et al., 1994 ; Provansal, 1996 ; Provansal et Leveau, 2006) et celle des sociétés. L’objectif poursuivi n’était pas seulement de développer un programme de recherche alors innovant, il s’agissait aussi de le partager avec des étudiants dont la formation devait être assurée et qui, pour un certain nombre, sont devenus de jeunes chercheurs puis des chercheurs confirmés et enfin, pour certains, des collègues appelés à prendre le relais en développant d’autres approches.

4Par la suite, le Rhône, sa basse vallée et son delta sont devenus les terrains de recherche privilégiés de M. Provansal. Répondant à une demande que suscitait une double inquiétude devant le « changement climatique » et ses effets sur l’augmentation du risque fluvial, elle s’est orientée vers la période actuelle, mais elle n’est pas moins demeurée une référence pour les recherches sur les paléo-environnements fluviaux (Provansal et al., 2000).

5Ce texte est pour moi l’occasion de rappeler les conditions dans lesquelles les géomorphologues se sont imposés comme les interlocuteurs incontournables des archéologues dans la caractérisation des sites et des contextes archéologiques. Jusque dans les années 1980, ce que l’on appelait la « géographie historique » était étroitement dépendante de l’histoire tout simplement parce que l’on ne disposait pas de jalons chronologiques plus précis que les sources écrites pour reconstituer l’évolution des milieux à l’échelle des deux derniers millénaires. C’est d’ailleurs dans ce contexte que les géomorphologues avaient été sollicités afin de tester ou d’invalider une hypothèse formulée par des historiens : l’arrivée de colons grecs ou romains sur les rivages de la Gaule du Sud s’était‑elle traduite par une déstabilisation des environnements ? Dans les inévitables compétitions entre disciplines, la géomorphologie se trouvait de ce fait plus ou moins instrumentalisée au profit de l’histoire. Une telle situation explique qu’au même moment des sédimentologues qui développaient une recherche symétrique dans ses principes aient pu reprocher à l’histoire – dans le cas présent, il s’agissait de celle que des protohistoriens écrivaient sur l’âge du bronze –, de prendre le climat en otage (Magny, Richard, 1992). C’était le moment où l’usage systématique des datations 14C et de la dendrochronologie commençait à fournir les dates indispensables à l’écriture d’une histoire naturelle, disqualifiant ainsi la fameuse démarche régressive d’historiens des sociétés anciennes – antiquisants et protohistoriens – qui tentait de remonter du récent vers le plus ancien.

6Jusqu’alors, il était en effet tentant d’imaginer les paysages anciens par régression à partir de la succession des états que permettaient d’établir pour la période moderne les textes et les documents d’archives. En 1935, à partir de la documentation dont il disposait, le géographe Pierre Georges (1935, 310) pouvait écrire : « Nous avons eu l’occasion de signaler à propos du peuplement primitif de la région que l’homme préhistorique a évité ces plaines en perpétuelle transformation. Les Romains s’y sont attaqués en terrassiers infatigables, en hydrauliciens habiles. Mais les invasions, les troubles qui ruinèrent leur domination remirent tout en question. Le marais reprit possession des domaines que la Nature n’avait pas encore colmatés ». Cet état de la vallée et la dangerosité du fleuve que la série des inondations catastrophiques survenues au milieu du xixe s. avait confirmée, justifiait cette appréhension d’un Rhône fleuve frontière. À l’époque où, fidèle à la tradition vidalienne d’une conception non déterministe des modes de vie et des formations régionales, l’école géographique française développait le concept de région naturelle, les géographes y trouvaient la justification du partage de la vallée du Rhône entre deux régions géographiques. Sans s’aviser, comme l’a relevé J. Rossiaud (2007, p. 11-22), de l’évidence qu’un fleuve unit autant qu’il divise, les historiens faisaient de cette limite un intemporel qui, au-delà du partage carolingien, avait structuré l’espace géographique. Confondant les notions de limite et de frontière – l’Empire romain n’a jamais eu de frontières internes –, ils croyaient pouvoir remonter par régression vers les temps où le Rhône aurait servi de limites aux cités romaines et avant elles, postulaient-ils, aux peuples de la Protohistoire. Car dans un raisonnement circulaire, le postulat des uns justifiait celui des autres. Ces idées qui restent largement admises ont été démenties par l’archéologie qui a établi l’ancienneté de l’occupation de ces espaces sur lesquels sont intervenus ces « terrassiers infatigables » dirigés par des « hydrauliciens habiles ». À la fin des années 1990, démentant la crainte que ces plaines auraient inspirée aux populations préhistoriques, les fouilles d’archéologie préventive occasionnées par la construction de la ligne du TGV ont montré l’empilement des occupations sous des recouvrements atteignant plusieurs mètres (Gutherz, 2002). La taphonomie des sites archéologiques et l’utilisation de modèles prédictifs ont profondément modifié notre perception de l’histoire du peuplement de la vallée du Rhône (Berger, 2011). En même temps, l’application des concepts modernes de la géomorphologie fluviale à un état de la vallée du Rhône antérieur aux endiguements du xixe s. a ouvert la possibilité d’écrire une histoire de l’inondation dans la vallée du Rhône, qui prépare la réalisation de modèles prédictifs du risque inondation (Bravard etal., 2008 , Provansal et Bravard, 2009).

7Ainsi en une génération, les questionnements auront profondément évolué au rythme des progrès techniques et méthodologiques évoqués plus haut et des problématiques apparues. En participant à l’élaboration de réponses à la demande sociale d’une anticipation des changements environnementaux, les études paléoenvironnementales ont acquis une légitimité renforcée. Les travaux sur le Rhône auxquels participent les géomorphologues aixois avec leurs collègues lyonnais en donnent un exemple (Bravard etal., 2008 ; Arnaud‑Fassetta et Provansal, 1999 ; Bruneton etal., 2001, Provansal etal., 2003 ; Maillet etal., 2007). Aux questionnements historiques évoqués plus haut se sont substituées de nouvelles interrogations. Elles portent sur l’avenir du globe et les géosciences leur apportent des réponses plus crédibles que celles des sciences historiques stricto sensu. Car elles prennent en compte une temporalité excédant largement les millénaires du temps historique et les replacent dans le temps géologique. La question du niveau marin auxquels se sont particulièrement intéressés les géographes aixois en donne un exemple (Lippmann-Provansal, 1987 ; Suanez et Provansal, 1996 ; Vella etal., 1998). Il ne suffit pas en effet d’additionner la quantité d’eau contenue dans les glaciers à celle des océans pour prévoir les conséquences réelles de l’éventuelle fonte des glaces. Il faut prendre en considération la flèche du temps qui montre le ralentissement progressif de la montée du niveau marin et les conséquences de l’érosion qui accumule aux embouchures de fleuves des quantités de sédiments. Redistribués par les courants marins, ils expliquent que paradoxalement la terre puisse encore gagner sur la mer (Provansal etal., 2003). Les géomorphologues dont la spécificité dans les géosciences est d’être des géographes et de se poser sans doute plus que d’autres géoarchéologues la question de la place des sociétés dans l’espace, ont de ce fait été plus particulièrement sollicités d’apporter leur contribution aux questionnements de la société actuelle sur l’environnement géographique. L’observation de la manière dont les sociétés s’étaient positionnées dans cet espace au cours de l’histoire (leur « géolocalisation ») ne permettait pas seulement de porter un jugement sur la manière dont les sociétés historiques avaient géré leur environnement. Au-delà, il est susceptible d’aider les décideurs à faire le bon choix pour l’avenir.

La durabilité dans le futur à l’épreuve des impossibles advenus

8Maintenant que les interrogations sur le rôle de l’homme dans l’érosion et sur l’habitabilité des zones humides dans les périodes anciennes ont cédé la place aux craintes des sociétés actuelles devant les effets de dérèglements climatiques où elles reconnaissent leurs responsabilités, les géomorphologues sont sollicités comme experts par des aménageurs pour évaluer le risque environnemental. Dans ce cas, celui de l’aide à la décision, la réponse de l’expert consulté relève de la science appliquée. Au-delà de celle-ci, une approche innovante, la géoprospective, marque l’ouverture d’un champ nouveau de la réflexion géographique sur l’espace/temps. Fondée sur la modélisation et l’approche systémique, la prospective dont elle constitue une variante a pour objet d’éclairer les effets sur le long terme des choix effectués sur l’évolution d’un système dont les variables interagissent. Il ne s’agit pas seulement d’élargir l’éventail des propositions. Envisager des futurs possibles selon le principe de l’interaction des éléments du système dans lequel ils s’intègrent apporte à la planification la souplesse qui lui manquait. La prise en compte des boucles de rétroaction permet d’adapter les objectifs aux turbulences des environnements. Le décideur aura la possibilité de choisir entre des hypothèses d’évolution susceptibles de conduire à un futur possible. Dans l’immédiat, la démarche consiste à identifier des composantes du système sur lesquelles agir afin de provoquer des « bifurcations » allant dans le « bon sens ». Dans le domaine des risques environnementaux envisagé ici, elles portent autant sur l’aléa naturel que sur la vulnérabilité sociétale.

9C’est dans ce contexte d’une amélioration de la méthode qu’est née l’idée de rechercher dans le passé une validation des modèles. Car s’il est vrai que nos choix conduisent à plusieurs futurs possibles, le passé est également riche d’avenirs qui n’ont pas eu lieu. C’est ainsi qu’est né ce que les logisticiens et prévisionnistes nomment la « rétroprospection » qui consiste à déplacer dans le temps les paramètres constitutifs du modèle pour en rechercher les limites. Dans cette démarche, on applique au passé l’analyse contrefactuelle dérivée de la théorie du réalisme modal de D. K. Lewis dont le livre De la pluralité des mondes a été traduit en 2007. Envisager les possibles résultants de choix qui n’ont pas abouti ou qui n’ont même pas été envisagés aide à comprendre la diversité et le jeu des facteurs qui ont interagi pour aboutir au futur effectivement advenu. La rétroprospection ne le changera évidemment pas. Mais l’analyse contrefactuelle permet d’approfondir l’évaluation des paramètres identifiés et au-delà d’en identifier qui seraient restés inaperçus. Au plan historiographique, elle aide à comprendre le processus d’élaboration d’hypothèses proposées pour expliquer des bifurcations.

10Il y a une quinzaine d’années, lors d’un colloque organisé à Toulouse sur les temps de l’environnement, le concours d’un philosophe des sciences nous avait offert l’occasion d’appliquer une approche de ce type à une micro-région, la vallée des Baux, qui constituait alors un terrain de recherche commun (Leveau et al., 2000). Dans l’étude de cas en question, il s’agissait d’identifier dans les trajectoires évolutives de l’environnement et des sociétés qui habitèrent cette micro-région les bifurcations ouvertes par la conjonction de variables environnementales relevant du climat, de l’hydrologie et de variables sociopolitiques. Les unes relevaient de l’évolution climatique et des changements hydrologiques en relation avec l’hydrologie de la basse vallée du Rhône ; les autres étaient liées à des changements socio-économiques, l’intérêt de drainer des terres dans le cadre d’une économie domaniale, et à des innovations techniques survenues dans le contrôle de l’eau. À une époque où la stabilité du paysage était postulée à l’échelle des derniers millénaires, constatant l’inondation de la plaine d’Arles aux Temps modernes et exploitant une documentation épigraphique ambiguë, les historiens de l’Antiquité avaient imaginé une navigation lagunaire par des bateaux à fond plat circulant sur les plans d’eau. Reliés les uns aux autres, ils permettaient d’assurer l’approvisionnement en farine de la population arlésienne depuis une meunerie industrielle située dans la vallée des Baux. De leur côté, les protohistoriens recouraient à des modèle anthropologiques (ethnoarchéologiques) pour interpréter les hypogées de la région de Fontvieille comme des monuments mégalithiques creusés dans des îlots rocheux pour abriter leurs morts par des populations circulant dans le même environnement lagunaire (Leveau, 1998 et 1999). Mais ces schémas fondés sur un état ancien des connaissances sur l’environnement étaient infirmés par des données archéologiques et des sondages carottés qui montraient la superposition des épisodes d’inondation et d’assèchement dans la vallée des Baux (Bruneton et al., 1998a). Dans le cas présent, une comparaison avec une dynamique régionale d’évolution – l’élévation du niveau des nappes et la paludification des zones basses – mettait en évidence le choix local d’un grand propriétaire romain déterminé à drainer ses terres, c’est-à-dire l’effet d’une structure socio-politique domaniale caractéristique de la période en question (Bruneton et al., 1998b). Ainsi transformées en bifurcations, les discontinuités observées permettaient de définir des points à partir desquels des choix sociaux différents auraient pu changer les directions d’évolution et ainsi d’expliquer pourquoi des avenirs n’avaient pas eu lieu. L’identification des interactions entre causalités multiples justifiait la substitution d’un modèle explicatif à un autre. Il légitimait la collaboration interdisciplinaire entre des archéologues intégrant la variable environnementale et des géomorphologues rompant avec les postures exclusivement déterministes. En même temps, dans l’article en question, nous anticipions une approche qui a constitué un des thèmes d’un colloque organisé en 2006 dans le cadre du Réseau Thématique pluridisciplinaire « Paysage et environnement » du CNRS sur des approches méthodologiques émergentes dans la reconstitution des paysages du passé et dans l’utilisation des modèles prospectifs (Galop, à paraître).

11Un autre exemple en adéquation avec les préoccupations actuelles de l’équipe qu’avait dirigée Mireille Provansal peut éclairer l’intérêt d’appliquer cette démarche aux relations entre le Rhône et les villes qui se sont développées sur ses rives depuis l’époque romaine (Provansal et al., 2000, 2006, Antonelli et al., 2004 a et b ; Arnaud-Fassetta et al., 2006 ; Provansal, 2008). Cette » innovation » qui pour des raisons expliquées plus haut est considérée comme une rupture par rapport aux choix de la période précédente a justifié l’intérêt des géomorphologues à la fois pour ces sites et pour cette période. L’étude géoarchéologique du cas des quartiers fluviaux de Vienne et de Lyon a justifié une vision intégrée des relations environnement/société et a rendu à la composante environnementale, ici l’aléa fluvial, une place dans la genèse de la ville qui n’était envisagée que sous un contrôle sociétal (Bravard,  2004). Dans le cas de ces villes, les aménagements dont les quartiers fluviaux font l’objet sont présentés comme des réponses aux modifications environnementales. Ils permettent à la ville de se maintenir. Dans ce cas, l’étude des aménagements envisagés sous cet angle peut être utilisée dans l’élaboration d’un modèle de la « ville durable ». Mais cette approche globalisante projetant sur des études de cas une vision idéale de « Rome » est démentie par l’histoire de l’organisme urbain qui en est à l’origine. Car s’il est une ville à laquelle le site choisi assignait une durabilité faible, c’est bien la ville de Rome ! La logique d’un discours naturaliste qui s’appuie sur l’incontestable dangerosité du Tibre à Rome ferait douter que des groupes humains aient pu subsister dans un tel environnement. Fondée sur des hauteurs, au-dessus d’un point de franchissement du Tibre particulièrement exposé à ses crues, elle descendit très tôt des sept collines au bord du fleuve. Elle subit des inondations catastrophiques dont les archives permettent de suivre la fréquence durant plus de deux millénaires. Loin d’être l’exemple de la « ville durable » que l’on aspire à construire, Rome est le contre-exemple que le géohistorien proposerait à l’urbaniste (Leveau, à paraître). Ce cas illustre l’impossibilité à résoudre un problème environnemental sur un site à risque et de ce fait le poids des facteurs exclusivement sociaux. En effet après son abandon progressif par le pouvoir impérial pour des raisons géopolitiques, la ville a gardé son importance du fait du pouvoir spirituel de la papauté avec laquelle elle s’est alors identifiée. Sa même valeur symbolique explique que Rome soit ensuite devenue la capitale de l’Italie. En définitive, ce qui, dans ce cas, justifie la durée de la ville dans un site à risque, c’est l’éternité de son mythe.

12La valeur heuristique de la revalorisation du détail et de la discontinuité appréhendée dans l’espace local impose deux conclusions : réhabiliter les études de cas par rapport aux grandes théories géohistoriques ou globales, l’histoire locale par rapport à l’histoire mondiale et poursuivre les recherches interdisciplinaires et diachroniques pour envisager à la fois les possibles qui ne sont pas advenus et ceux qui pourraient advenir. Nul doute que le Bas Rhône et sur le fleuve les sites d’Arles (Leveau, 2011) et d’Avignon, offrent la possibilité de poursuivre des échanges fructueux qui permettront à la fois de répondre à la demande sociale et d’améliorer la compréhension des évolutions socioenvironnementales en contribuant à l’élaboration de nouveaux outils.

Top of page

Bibliography

Antonelli C., Provansal M., Vella C., (2004a), Recent morphological channel changes in a deltaïc environment. The case of the Rhône river, France. Geomorphology, 57, p. 385-402.

Antonelli C., Provansal M., Fleury J., Pichard G., (2004 b), – Analyse de l’évolution séculaire du lit du Rhône à Arles à partir de l’analyse d’image. Implications géomorphologiques et paléo-hydrologiques. Méditerranée, 102, p. 135-142.

Arnaud-Fassetta G., Provansal M., (1999), High frequency variations of water flux and sediment discharge during little Ice Age in the Rhone delta (France). Relationship to the catchment area. Developments in Hydrobiologia, , 410, p. 241-250.

Arnaud-Fassetta G., Bruneton H., Berger J.-F., Beaudoin C., Boes X., Provansal M., (2006), A 8000‑yr record of palaeohydrology and environmental change in fluvial-influenced sediments from Arles-Piton core, upper Rhône Delta, France, Z. Geomorph. N.F., 49, 4, p. 455-484.

Benchetrit M., (1955), Le problème de l’érosion des sols en montagne et le cas du tell algérien, Revue de Géographie Alpine, 43, p. 605-640

Berger J.-F., (2011), Hydrological and post-depositional impacts on the distribution of Holocene archaeological sites : The case of the Holocene middle Rhône River basin, France, Geomorphology, 129, p. 167-182.

Bravard J.-P., Provansal M., Arnaud-Fassetta G., Chabbert S., Gaydou P., Dufour S., Richard F., Valleteau S., Melun G., Passy P., (2008), Un atlas du paléoenvironnement de la plaine alluviale du Rhône de la frontière suisse à la mer. Chambéry, Edytem, 6, Cahiers de Paléoenvironnement, Du climat à l’Homme. Dynamique holocène de l’environnement dans le Jura et les Alpes, p. 101–116.

Bravard J.-P., (2004), Le risque d’inondation dans le bassin du Haut Rhône : quelques concepts revisités dans une perspective géohistorique, in Burnouf J. et Leveau Ph. dir., Fleuves et Marais, une Histoire au Croisement de la Nature et de la Culture. Sociétés préindustrielles et milieux fluviaux, lacustres et palustres : pratiques sociales et hydrosystèmes, Paris, CTHS, p. 397-408.

Bravard J.-P., (2006), Le paléoenvironnement, le géographe et la complexité, in Allée P. et Lespez L., (éds), L’Érosion entre Société, Climat et Paléoenvironnement, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal, p. 25-34.

Bruneton H., Provansal M, Leveau Ph., Jorda M., (1998 a), Le Marais des Baux, Archéologie et paléoenvironnements, Archéologie et paléo-paysages, Méditerranée, 90, p. 31-40.

Bruneton H., Leveau Ph., Andrieu V., Oberlin C., (1998 b), Échelle de temps et mise en évidence d’une opération de drainage : le cas de la vallée des Baux à l’époque romaine, in Évin J., Oberlin C., Daugas J.-P., Salles J.-F. (dir.), (1999) 14C et Archéologie. Actes du 3e congrès international, Lyon, 6-10 avril 1998, Mémoires de la Société Préhistorique Française, 26, et supplément de la Revue d’Archéométrie, p. 397-401.

Bruneton H., Arnaud-Fassetta G., Provansal M., Sistach D., (2001)., Geomorphological Evidence for fluvial changes during the Roman period in the lower Rhone valley (Southern France), Catena, 45, p. 285-312.

Galop D., (à paraître), Paysages et Environnement. De la reconstitution du passé aux « modèles prospectifs », Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté.

Georges P., (1935), La région du Bas Rhône. Étude de géographie régionale, Paris, Baillère, 691 p.

Gutherz X., (2002), Les recherches préhistoriques sur le tracé du TGV Méditerranée, in Archéologie du TGV Méditerranée, fiches de synthèse, t. 1, La Préhistoire, Lattes, Publications de l’UMR 154 du CNRS, Monographies d’Archéologie Méditerranéenne, 8, p. 13-17.

Jorda M., Provansal M. , Royet M., (1990), L’histoire naturelle d’un site de l’âge du fer sur le piémont méridional des Alpilles, le domaine de Servanne, Gallia, 47, p. 57-66.

Jorda M., Provansal M., (1996), Impacts de l’anthropisation sur le détritisme en France du SE (Alpes du Sud et Provence), Bull. Soc. Géol. Fr., 167, 1, p. 159-168.

Leveau Ph., (1998), Milieux et sociétés dans la vallée des Baux, in Bravard J.-P. et Prestreau M., (éds), Dynamiques du paysage, Documents d’Archéologie en Rhône Alpes, 15, Lyon, p. 203-217.
, (1999), The Integration of archeological, historical and environmental data : the example of the “Vallée des Baux” (Bouches du Rhône, France), in Leveau Ph., Trément F., Walsh K., Barker G., (eds.), Environmental Reconstruction in Mediterranean Landscape Archaeology, Oxford, Oxbow Book, p. 181-192.
—, (2011), Le Rhône à Arles : risque environnemental et franchissement, Provence Historique, 61, fascicule 243-244, p. 41-56.
(à paraître), Attraits et risques de l’eau dans les sociétés antiques. Retour critique sur la problématique du risque fluvial, in L’eau : usages, risques et représentations dans le Sud-Ouest de la Gaule et le Nord de la Péninsule ibérique (IIe siècle a.C - VIe siècle p.C.), actes du colloque de l’Association Aquitania. Dax 25-26 septembre 2009.

Leveau Ph., Provansal M., dir. (1993), Archéologie et Environnement de la Montagne-Sainte Victoire aux Alpilles, Publications de l’Université de Provence.

Leveau Ph., Provansal M. dir., (1998), Archéologie et paléopaysages, Méditerranée, 90-4, 1998.

Leveau Ph., Livet P., Provansal M., (2000), Reconstruire des temporalités : la vallée des Baux, le temps des hommes et le temps de l’environnement, in Barrué-Pastor M., Bertrand G., dir., Les temps de l’environnement, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, p. 139-148.

Lewis D. K., (2007), De la pluralité des mondes, Paris-Tel Aviv, Éditions de l’Éclat, 416 p.

Lippmann-Provansal M., (1987), Variations récentes du trait de côte sur les sites de Velia et Paestum, colloque international CNRS, Archéologie et déplacements des lignes de rivages en Méditerranée, éd. CNRS, Paris, p. 115-124

Magny M., Richard H., (1992), Histoire du climat, archéologues et historiens ; une nécessaire clarification, in Le climat à la fin de l’âge du fer et dans l’Antiquité (500 BP-500 AC), Méthodes d’approche et résultats. Les nouvelles de l’Archéologie, 50, p. 5-6.

Maillet G., Raccasi G., Provansal M., Sabatier F., Antonelli C., Fleury J., (2007), Transferts sédimentaires dans le bas Rhône depuis le milieu du 19e siècle, in Revue de géographie physique et quaternaire, 61, n° 1, p. 39-54.

Neboit-Guillot R., (1983), L’homme et l’érosion. L’érosion des sols à travers le monde, Clermont-Ferrand, Publications de la Faculté des Lettres et Sciences humaines de Clermont-Ferrand, 269 p.

Provansal M., (1992a), Les sédiments holocènes de l’étang de Berre, témoins de la morphogenèse récente des paysages, in Archéologie et environnement, de la Sainte-Victoire aux Alpilles, travaux du Centre Camille Julian, 14, PUP, p. 421-424.

Provansal M., (1992b), Le rôle du climat dans la morphogenèse à la fin de l’âge du fer et dans l’Antiquité en basse Provence, Actes de la table ronde Le climat de -500 à +500, méthodes d’approche et résultats, Les Nouvelles de l’Archéologie, 50, p. 21-26

Provansal M., Bertucci L., Pelissier M., (1994), - Les milieux humides de Provence occidentale, indicateurs de la morphogénèse holocène, Z. fur Geomorphologie. N.F., 38, 2, p. 185-205.

Provansal M., (1995), - Holocene deltaïc sequences in Basse Provence. The Arc delta and the Étang de Berre,. in Quaternary Mediterranean River Environment, chap. 14, Rotterdam, p. 159-165.

Provansal M., (1996), The part of climate in morphogenesis from the Bronze Age in Provence, southearn France. The Holocene, 5, 3, p. 348-353.

Provansal M., Bravard J.-P., Berger J.-F., (2000), Fluctuations hydromorphologiques du Rhône et sociétés fluviales, de Genève à la mer, Gallia, 56, p. 13-32.

Provansal M., Bruneton H., Vella C., Arnaud-Fassetta G., Ballais J.-L., Leveau Ph., (2002), Paléo‑hydrologie holocène dans la basse vallée du Rhône, d’Orange à la mer in Les fleuves ont une histoire, paléoenvironnement des rivières et des lacs français depuis 15000 ans », sous la dir. J.-P. Bravard et M. Magny, Errance, p. 251-259.

Provansal M., Vella C., Arnaud-Fassetta G., Sabatier F., (2003), . Participation of sedimentary fluvial inputs in the mobility of the Rhône delta coast (France). Géomorphologie, 4, p. 271-283.

Provansal M., Vella C., Sabatier F., (2003), Apports solides et mobilité holocène des littoraux deltaïques, Oceanis, 29, 1-2, p. 209-240.

Provansal M., Leveau Ph., (2006), Morphogenèse, anthropisation et changements climatiques : état du champ scientifique, L’érosion, entre société, climat et paléo-environnement, Presses Universitaires Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, p. 191-203.

Provansal M., Maillet G., Antonelli C., (2006), La géomorphologie entre nature et société : retour sur un vieux débat à propos de l’histoire récente du delta du Rhône, in Territoires et Paysages de l’âge du fer au Moyen Âge, mélanges offerts à Ph. Leveau, Ausonius, Bordeaux, p. 227-242.

Provansal M., (2008), Arles dans son contexte physique : du Rhône aux plaines, de la ville à la Camargue, Introduction générale, Histoire de la ville d’Arles, Actes Sud éd., p. 33-49.

Provansal M., Bravard J.-P., (2009), Le croisement d’approches naturalistes et historiques dans l’étude de l’histoire des fleuves : le cas du Rhône français, in Le Rhône, dynamique, histoire et société, Cahiers de Vallesia, no 21, Archives État du Valais éd., p. 17-45.

Rossiaud J., (2007), Le Rhône au Moyen Âge, Paris, Aubier, 648 p.

Suanez S., Provansal M., (1996), Morphosedimentary behaviour of the deltaïc fringe in comparison to the relative sea-level rise on the Rhone delta, Quaternary Sciences Reviews, 15, p. 811-816.

Vella C., Bourcier M., Provansal M., (1998), Montée du niveau marin et sédimentation holocène sur la marge orientale du delta du Rhône, Bull. Soc. Géol. Fr., 169, 3, p. 403-414.

Top of page

References

Electronic reference

Philippe Leveau, « Les études de cas sur des milieux palustres et fluviaux en Basse-Provence », Méditerranée [Online], 117 | 2011, Online since 31 December 2013, connection on 13 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/5875

Top of page

About the author

Philippe Leveau

Université d’Aix-Marseille, leveau.phil@wanadoo.fr

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page