Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

Terre di Mare, l’archeologia dei paesagi costieri e le variazioni climatiche

R. Auriemma et S. Karinja, eds, (2008), Terre di Mare, l’archeologia dei paesagi costieri e le variazioni climatiche, Atti del convegno internazionale di studi, Trieste, 8‑10 novembre 2007, Université de Trieste (Italie) et Pomorski muzej Piran (Slovénie), 495 p.
Christophe Morhange
p. 145
Bibliographical reference

R. Auriemma et S. Karinja, eds, (2008), Terre di Mare, l’archeologia dei paesagi costieri e le variazioni climatiche, Atti del convegno internazionale di studi, Trieste, 8‑10 novembre 2007, Université de Trieste (Italie) et Pomorski muzej Piran (Slovénie), 495 p.

Full text

1Ce gros volume qui réunit 37 contributions rédigées par plus de 60 auteurs présente les qualités (nombreuses données primaires inédites) et les défauts de ce type de publication (aspect compilatoire assez peu hierarchisé et intégration limitée des communications). Ces actes finalisent le projet européen Interreg italo‑slovène « AltoAdriatico ». Plusieurs thèmes sont abordés, (1) la géomorphologie littorale et les indicateurs archéologiques de variation relative du niveau de la mer, (2) les installations portuaires, (3) les établissements urbains côtiers et (4) les aspects commerciaux et les échanges en Adriatique. Ce programme pluridisciplinaire a tenté de relier les approches paléo‑environnementalistes avec les pratiques des archéologues. Le lecteur pourra noter que les résultats des prospections littorales ont donné des résultats nombreux et spectaculaires comme dans l’article de Stokin et al., qui présente un catalogue des établissements romains submergés de la côte d’Istrie étudiés par plongées en scaphandre autonome et relevé au sonar. Le travail coté italien, à partir de l’embouchure du Timavo est tout aussi riche malgré une urbanisation parfois intense. Si les données archéologiques sont particulièrement prometteuses d’informations nouvelles et précises, on reste circonspect par les articles d’Antonioli et al. (p. 221‑231) ou de Scicchitano et al. (p. 239‑246) qui utilisent rapidement les indicateurs archéologiques afin d’aboutir à des courbes de variation du niveau de la mer. En l’absence de fouille, les élévations des structures archéologiques sont spéculées et les multiples corrections n’arrivent pas à masquer un travail superficiel qui aboutit à des surestimations systématiques de la montée du niveau de la mer depuis l’époque romaine. On s’étonne que les organismes marins subfossiles, qui sont souvent d’excellents marqueurs, soient ignorés (Laborel et Laborel‑Deguen, 1994). Les autres communications sur les variations du trait de côte sont beaucoup plus convaincantes, apportant de nombreuses données inédites sur les établissements portuaires antiques de Sardaigne, de Venise, de Trieste, de Dalmatie ainsi que sur les vitesses d’érosion des encoches calcaires en Adriatique … Le mode de construction des môles romains fait l’objet d’une intéressante note de synthèse. Au total, il s’agit d’une publication un peu hétéroclite qui ne semble pas avoir bénéficié d’une relecture critique par des pairs.

Top of page

Bibliography

Laborel J., LaborelDeguen F., (1994), Biological indicators of relative sea‑level variations and of co‑seismic displacements in the mediterranean region, Journal of Coastal Research, 10, 2, p. 395‑415.

Top of page

References

Electronic reference

Christophe Morhange, « Terre di Mare, l’archeologia dei paesagi costieri e le variazioni climatiche  », Méditerranée [Online], 117 | 2011, Online since 31 December 2011, connection on 13 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/6084

Top of page

About the author

Christophe Morhange

UMR 6635 CEREGE, université d’Aix‑Marseille

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page