Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

Pour une géographie sociale, regards croisés France-Italie

I. Dumont, C. Ceretti (éds), Presses Universitaires de Caen, 2011, 362 p.
Michèle Joannon
p. 113
Bibliographical reference

I. Dumont, C. Ceretti (éds), Pour une géographie sociale, regards croisés France-Italie, Presses Universitaires de Caen, 2011, 362 p.

Full text

1Cet ouvrage, dont les textes sont déjà parus précédemment en italien en 2009 (Bolletino della Società Geografica Italiana), rassemble, sous quatre grands sous-titres, les communications de géographes français et italiens, réunis à Padoue en 2009 afin de confronter leurs recherches en géographie sociale (débat poursuivi depuis, lors de rencontres annuelles à Naples et à Caen sous le double parrainage d’Isabelle Dumont et Claudio Cerreti).

2Comme on s’y attend logiquement dans ce type d’ouvrage, les communications se partagent entre examen de positions théoriques et analyses de cas. Si tous les exposés ne sont pas également convaincants et si les géographes italiens se présentent eux mêmes comme un peu en retrait par rapport à leurs collègues français, ces derniers et plus précisément ceux de Paris et du grand Ouest (ceux de l’UMR ESO « Espaces et Sociétés aujourd’hui » en particulier), tentent de prendre le problème à bras le corps et donc de cerner les spécificités épistémologiques et les démarches propres à la géographie sociale. C’est la position de Guy Di Méo, qui tout en analysant le rôle des différents types d’acteurs, y compris individuels, utilise quatre entrées différentes pour rendre compte de l’espace des géographes sociaux : celle de l’espace vécu, celle de la représentation objective de la réalité, celle de l’espace étudié comme production sociale (production matérielle et symbolique), enfin de l’espace hyper-réel du virtuel. Éclairante également, la contribution de Robert Hérin qui, soulevant la question de l’enseignement de la géographie sociale, revient sur l’histoire et la consolidation de cette posture disciplinaire au cours des 30 dernières années, propose un choix de thèmes pertinents, souligne l’intérêt de la prise en compte de la temporalité et des échelles spatiales. et insiste sur l’importance des méthodes interactives de construction du savoir. Mise au point bienvenue aussi, celle de J.‑M. Fournier autour de la notion de territoire et de son intérêt malgré la polysémie du terme.

3D’autres auteurs explorent davantage les applications concrètes de la démarche en géographie sociale, par exemple Benoît Raoulx qui s’interroge sur une démarche « géodocumentaire » : comment utiliser ou fabriquer des images audiovisuelles, le film documentaire étant considéré comme un travail de terrain (en décortiquant deux exemples, l’un à Vancouver, l’autre à Hérouville). Plusieurs textes portent sur les inégalités sociales et la pauvreté à différentes échelles, celle du monde (l’article sur le partage nord/sud du monde ou celui sur le gaspillage alimentaire), celle des villes en général (par exemple le texte sur les déséquilibres de la croissance métropolitaine ou celui sur le rôle de la compétition économique et des mécanismes financiers dans le développement et la requalification urbaine), mais surtout l’échelle des périphéries ou des marges urbaines : par exemple une communication sur les ambiguïtés de la participation citoyenne dans les programmes de réhabilitation des favelas à Rio de Janeiro, une autre sur fragmentation sociale et fragmentation spatiale dans le péri-urbain.

4Un autre intérêt de l’ouvrage réside dans le recensement très intéressant de comptes rendus et de notes qui se rattachent à la thématique générale (et publiés durant les 6 dernières années) : comptes rendus d’ouvrage théoriques (comme celui de M. Lussault, L’homme spatial. La construction de l’espace humain ou celui de M. Loda, Geografia sociale. Storia, teoria et metodi di ricerca) ou de manuels pour étudiants se référant explicitement à la géographie sociale dans les deux pays concernés ; comptes rendus d’études de cas : par exemple l’habitat des Roms en Roumanie, les espaces d’installation des nouveaux immigrants dans l’aire métropolitaine de Naples, les émeutes urbaines, la prostitution dans la population migrante en Italie, les populations marginales dans les centres villes, un essai fort intéressant sur la fragmentation sociale et spatiale ou le concept « archipel et enclave » (appliqué à différents espaces, de l’archipel des territoires palestiniens à celui des gated communities) ; plusieurs textes aussi des Presses Universitaires de Rennes et plusieurs analyses de documents audiovisuels réalisés explicitement dans le cadre d’un travail de recherche en sciences humaines ou films et documentaires français ou étrangers dont les thématiques ou l’angle de vue sont proches des préoccupations de la géographie sociale.

5Demeure en fin de compte une interrogation non résolue : la géographie sociale est elle une branche à part, identifiable, de la géographie ou est elle en train de se fondre dans la géographie humaine ? Et cela d’autant plus que les préoccupations de ceux qui se réclament de la géographie sociale ont largement imprégné la pratique de tous ceux qui font de la géographie humaine depuis une trentaine d’années, y compris dans les textes officiels qui régissent l’enseignement de la discipline. À la lecture de l’ouvrage, force est de constater que l’éventail est large (et c’est normal) entre ceux qui se réclament d’un corpus exigeant, d’un appareil théorique et méthodologique précis et ceux pour qui elle est seulement une attention particulière accordée aux inégalités sociales, avec le risque (d’ailleurs évoqué) de proximité, de chevauchement avec les intentions de la sociologie (et l’écueil n’est pas toujours évité). Il est possible tout de même de dégager un consensus large dans la façon d’approcher la géographie sociale : l’analyse systématique des interactions sociospatiales, une attention particulière portée aux acteurs qui interviennent sur le territoire, un souci constant des échelles et des temporalités, un objet d’étude privilégié – les inégalités sociales – et ceci dans une démarche qui se veut citoyenne.

6La géographie sociale, discipline qui gagne en autonomie ou manière de décliner la géographie humaine ? On peut laisser le mot de la fin à Claudio Cerreti dont la communication éclaire le dilemme et clôture de belle manière l’ouvrage avec un titre qui devrait pouvoir convaincre beaucoup de chercheurs ; « comment pourrions-nous ne pas nous dire géographes sociaux ? »

Top of page

References

Electronic reference

Michèle Joannon, « Pour une géographie sociale, regards croisés France-Italie », Méditerranée [Online], 118 | 2012, Online since 04 March 2013, connection on 17 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/6368

Top of page

About the author

Michèle Joannon

Université d’Aix‑Marseille

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page