Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

Un enjeu « capitale » Marseille-Provence 2013

B. Grésillon, (2011), éditions de l’Aube, 174 p.
Michèle Joannon
p. 114
Bibliographical reference

B. Grésillon, (2011), Un enjeu « capitale » Marseille-Provence 2013, éditions de l’Aube, 174 p.

Editor's notes

Sur la même thématique, Boris Grésillon, (2010), Villes culturelles en Méditerranée, Méditerranée 114, Presses Universitaires de Provence, Aix‑en‑Provence, en ligne [http://mediterranee.revues.org/3861].

Full text

1L’ouvrage de Boris Grésillon est arrivé à point nommé, au milieu de l’année 2011 pour faire l’analyse (forcément datée) du dossier, oh combien polémique et qui selon les cas, passionne, divise ou au pire laisse indifférent, de Marseille 2013 capitale européenne de la culture.

2Le plan s’imposait à l’évidence : après avoir rappelé utilement l’origine et l’évolution de ce label (créé par la Commission européenne en 1985), l’auteur consacre une première partie à la genèse du projet. C’était indispensable pour une candidature atypique et une ville qui à priori n’était pas dotée des meilleurs atouts pour l’emporter : une dotation culturelle faible, éclatée, peu lisible (à côté de poids lourds culturels que sont Arles et Aix), des guerres de clochers politiques, certes habituelles mais sources de malentendus et de lenteurs, des ressources communales maigres et un contenu social populaire et cosmopolite. Curieusement ces handicaps sont apparus comme des raisons de soutenir la candidature méridionale. Mais Marseille disposait aussi d’atouts qui ont séduit les membres du jury puisque le vote a été acquis à l’unanimité en septembre 2008 : la vitalité de la création artistique et des arts de la rue en particulier ; l’ouverture possible vers les artistes de la rive sud de la Méditerranée (dimension euroméditerranéenne de la candidature); mais aussi la taille de l’espace de référence qui dépasse l’agglomération stricto sensu pour englober pratiquement l’ensemble du département et quelques territoires limitrophes, ce qui fait intervenir ensemble une centaine de communes, 9 intercommunalités, le département et la région et ceci en dépit des rivalités d’un autre temps qui opposent encore les édiles ! L’auteur souligne également l’importance d’une programmation originale qui fait la part belle à la liaison culture‑entreprises avec le concept novateur, séduisant mais peu facile à mettre en œuvre de plus de 200 « ateliers de l’Euro Méditerranée ».

3Une deuxième partie, consacrée au contenu précis du programme (équipements, moyens financiers, grands événements prévus) de cette année 2013 répond parfaitement à la curiosité du lecteur : elle fait le tour des grands acteurs de l’opération : l’association responsable, le projet et l’homme qui la pilote depuis 2008, Bernard Latarjet, les acteurs économiques qui ont lancé avec « Mécènes du Sud » dès 2005 l’idée de la candidature marseillaise, la chambre de commerce et d’industrie et son directeur, les acteurs culturels grands et petits (et parmi eux forcément quelques exclus ), les acteurs politiques, arc-boutés sur des rivalités recuites y compris lorsqu’ils adhèrent au même parti. Sont analysés de façon précise les thématiques prévues, les collaborations ou les grandes expositions envisagées, mais aussi les espaces culturels et les équipements, ceux déjà existants, mais aussi ceux qui sont en construction et qui devraient changer à la fois les paysages, les pratiques culturelles et l’image de la ville

4La troisième partie, moins attendue peut être du grand public, analyse très finement les chances mais aussi les obstacles à franchir pour faire coïncider l’aire géographique choisie avec de véritables dynamiques métropolitaines : l’événement à venir sera soit une opportunité extraordinaire pour renforcer la cohérence du territoire et il en sortira une métropole renforcée, soit il sera une occasion ratée sans effets territoriaux importants.

5Avec un souci de transparence rare, l’auteur ne cache pas les problèmes pendants : la date de livraison des équipements en cours ou à venir, l’incertitude concernant le réel engagement des populations résidentes, indispensable à la réussite du projet, les conflits inévitables, les frustrations engrangées entre artistes et structures culturelles « in » et « off ». Bilan finalement en demi teinte, et optimisme très modéré.

6Au total, un livre « bien troussé », le point de vue très éclairant d’un géographe spécialiste des questions culturelles, analysant franchement et sans ambiguïté les atouts et les faiblesses de ce dossier, une analyse enlevée, bourrée d’informations précises et précieuses, et donc une synthèse nécessaire et attendue.

Top of page

References

Electronic reference

Michèle Joannon, « Un enjeu « capitale » Marseille-Provence 2013 », Méditerranée [Online], 118 | 2012, Online since 08 March 2013, connection on 17 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/6371

Top of page

About the author

Michèle Joannon

Université d’Aix‑Marseille

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page