Skip to navigation – Site map

Espaces agraires : dynamiques paysagères, structures foncières, acteurs et planification

Agrarian areas: landscape dynamics, ground laws, parties involved and planning
Paul Minvielle, Jacques Daligaux and Stéphane Angles
p. 3

Full text

1Ce numéro de la revue Méditerranée s’interroge sur les relations entre les structures foncières et les paysages agraires. Les transformations de l’agriculture et des paysages suscitent des interrogations voire des inquiétudes. Certains de ces territoires sont soumis à de fortes pressions foncières et à des conflits d’acteurs intenses. D’autres au contraire connaissent la déprise et un recul des paysages agraires au profit de la friche ou de la forêt. De nouvelles approches et de nouveaux outils tentent de concilier développement des territoires et maintien de l’activité agricole. La place réaffirmée des paysages dans la planification territoriale illustre parfaitement l’ampleur des enjeux qui sont en œuvre. Il faut aussi préciser de façon plus générale, que les espaces agricoles doivent faire l’objet d’une approche plus large d’un point de vue géographique, incluant souvent le bâti situé à proximité et les espaces dits naturels. C’est la raison pour laquelle nous parlons d’espaces agraires dans l’intitulé de ce numéro, nous inscrivant ainsi dans une pratique scientifique fermement établie, articulant paysages, structures et systèmes à différentes échelles, de la parcelle à la région.

2Les articles que nous présentons apportent un éclairage sur cette problématique paysagère et foncière dans les espaces agraires. Les principaux axes de réflexion qui ont été privilégiés par les auteurs relèvent :

  • des modes de régulation des conflits d’acteur entre les différents usagers de l’espace ;

  • des outils fonciers qui participent à la restructuration du parcellaire et/ou à la protection des espaces agricoles ;

  • des approches incitatives de type charte paysagère ;

  • de la gestion des exploitations agricoles dans les espaces protégés ;

  • de l’émergence des projets d’agri-urbanisme dans la réflexion sur la ville ;

  • des liens entre paysages et qualité alimentaire, tout particulièrement dans les périmètres classés en appellation d’origine protégée.

3Dans la première partie du xxe siècle, la géographie rurale s’attachait à définir les grands types de paysages agraires, l’origine de la forme des champs, et la nature des systèmes de culture. Les paysages étaient des jalons importants dans l’analyse de structures agraires en pleine mutation. Puis dans les deux dernières décennies du xxe siècle, la complexité des relations villes-campagnes et l’émergence des questionnements sur l’environnement et la durabilité des territoires, ont placé les paysages au cœur des préoccupations de scientifiques d’horizons variés. L’approche paysagère envisagée par les urbanistes, voire les philosophes, est bien éloignée du paysage des biogéographes ou des géomorphologues. Cette richesse sémantique se traduit par des pratiques scientifiques très diverses, mais cette polysémie est loin d’être un obstacle à la diffusion des études sur les paysages. Dans le cadre de politiques d’aménagement et de développement, la société civile et les collectivités territoriales se sont emparées des paysages (loi sur les paysages dans le cadre européen, chartes paysagères…). Si les paysages agraires mobilisent autant les chercheurs, c’est qu’ils sont au centre des enjeux sur le devenir des territoires. Depuis une trentaine d’années les paysages ont ainsi été fortement sollicités pour comprendre les dynamiques des espaces périurbains, ces territoires de l’entre-deux. Ils ont éclairé les questions de l’habitat, de l’alimentation, de la qualité de l’environnement, de la multifonctionnalité de l’agriculture. Plus récemment, des chercheurs se sont focalisés sur les derniers espaces productifs agricoles au sein des agglomérations urbaines. Ils ont analysé la place de l’agriculture dans le projet urbain, et l’émergence de formes alternatives de production agricole.

4Pour répondre à ces interrogations nous proposons de nous focaliser sur trois angles d’approche :

  • la question des enjeux fonciers ;

  • l’étude des dynamiques paysagères dans le temps long ;

  • une approche méthodologique privilégiant l’analyse paysagère par l’utilisation de la photo.

Enjeux fonciers

5Les paysages sont souvent mobilisés dans les relations conflictuelles entre usagers de l’espace. L’installation d’un équipement collectif ayant un impact paysager important, ou d’une infrastructure de transport consommatrice de terres agricoles, peuvent provoquer, l’un comme l’autre, un conflit entre élus locaux, monde agricole et agents de l’État. Localement, les rapports de force entre acteurs évoluent. D’un côté, le monde agricole est progressivement marginalisé du point de vue démographique et politique. De l’autre, la généralisation des loisirs et des activités de plein air ont fait apparaître de nouvelles pratiques (trekking, VTT, randonnée à cheval…), parfois difficilement compatibles avec la fonction productive agricole, ou des pratiques traditionnelles comme la chasse.

6Il est nécessaire d’apporter des réponses à des questions souvent complexes : quels sont les types de conflits qui émergent au sein des espaces agraires ? Quelle place accorder aux analyses divergentes sur les fonctionnalités de l’espace (productive, environnementale, récréative…) ? Quelle est la part des logiques collectives et des stratégies individuelles dans les jeux d’acteurs ? La question de l’habitabilité des territoires est-elle au cœur des problèmes ? Dans les espaces métropolitains, le maintien de l’activité agricole peut s’avérer problématique face à la poussée de l’urbanisation. Les procédures spécifiques de protection, comme les ZAP, zones agricoles protégées sont-elles véritablement efficaces ? De nouveaux outils fonciers, adaptés aux espaces à forte pression foncière sont-ils envisageables ? Comment fonctionne la gouvernance locale face aux tensions liées aux enjeux fonciers ?

7Parallèlement, les sociétés urbaines recherchent une agriculture de proximité et cela se traduit non seulement par l’émergence de mouvements associatifs de type AMAP, mais aussi par une prise de conscience du rôle de l’agriculture dans le projet urbain. Quels types de projets voient le jour dans le domaine de l’agri-urbanisme ? Sont-ils susceptibles de changer la nature des relations villes-campagnes ?

8De nouvelles politiques publiques dédiées au développement des territoires « difficiles » (arrière-pays, zones « marginales », montagnes, oasis, etc.) se mettent en place depuis quelques années dans de nombreuses régions du monde, notamment sur les rives de la Méditerranée (pilier II de la PAC, pilier II du « Plan Maroc Vert », etc.). Ces politiques territoriales s’appuient sur la valorisation des « spécificités locales » dans le cadre de projets internationaux, nationaux ou régionaux de développement local durable. Elles mettent sur le devant de la scène les notions de terroir, de patrimoine, et de paysage en s’appuyant sur une demande croissante, au niveau international et national, de produits typiques ou porteurs de valeurs éthiques (commerce équitable) et écologiques (labels bio, etc.), mais aussi en termes de tourisme vert ou d’écotourisme.

L’étude des dynamiques paysagères dans le temps long

9La révolution agricole, qu’elle soit précoce ou tardive dans les territoires, a souvent eu pour effet de gommer la diversité paysagère et la complémentarité des terroirs à l’échelle d’un finage. L’exode rural a vidé les campagnes d’une main d’œuvre qui entretenaient les terrasses, les murs en pierres sèches, les haies vives. Les mutations des structures de production ont conduit à la restructuration du parcellaire, à l’abandon des terroirs non mécanisables, à la reforestation des pentes les plus raides, à la multiplication des friches… Il s’en suit une certaine homogénéisation paysagère, voire parfois une véritable banalisation. Peut-on dresser un bilan de ces mutations paysagères dans le temps long ? Quels sont les mécanismes à l’œuvre lorsqu’il y a une rupture d’équilibre entre un paysage et un système productif ?

10Parallèlement l’essor des productions agricoles sous signes de qualité, et tout particulièrement le développement des terroirs d’appellation d’origine est un processus qui peut s’étaler sur plusieurs décennies : construction de la notoriété, consolidation des structures collectives de gestion, adaptation des savoir faire locaux à la modernité. Le maintien des usages de production traditionnel dans un cahier des charges est-il un facteur qui favorise le maintien d’une certaine diversité paysagère ?

11Dans les pays du Sud, la valorisation des produits agricoles par les signes de qualité (AOP, Bio, Equitable…) permet-elle de maintenir des paysages agraires remarquables qui n’ont pas encore connu de modernisation des structures de production ?

Une approche méthodologique privilégiant l’analyse paysagère par l’utilisation de la photo

12La géographie, et tout particulièrement la géographie rurale, utilise des outils d’analyse spécifiques dans le champ des sciences sociales et humaines. Il s’agit notamment de la cartographie thématique et de l’interprétation photographique. Dans ce numéro nous nous intéressons plus singulièrement à la place de la photographie dans la construction du savoir en géographie. La généralisation de l’information sous formes de photographies aériennes ou d’images satellitaires ces dernières années, avec la diffusion par exemple de Google Earth, mérite une mise au point méthodologique. Or ces images ne peuvent pas être analysées efficacement sans une solide démarche géographique, et sans maîtriser des règles de représentations sémiologiques. Plus fondamentalement encore, le recours à la photographie pose la question de la construction du savoir, du regard, du point de vue plus ou moins objectif selon l’angle d’approche.

13Les premières études sur la perception paysagère, sur l’espace vécu, sur les représentations sont apparues il y a plusieurs décennies. Quel bilan peut-on tirer de ces approches ? Peut-on parler d’un excès du tout perceptif dans certains travaux réalisés en sciences sociales, concernant tout particulièrement les espaces ruraux ? Faut-il au contraire considérer qu’il s’agit d’un acquis majeur des sciences appliquées au paysage ? Le développement des démarches de patrimonialisation et de requalification paysagères est une des conséquences de l’intérêt porté à certains paysages remarquables. Quid des paysages qui ne sont pas « regardés » dans certaines parties du monde ? De grands paysages agraires emblématiques sont utilisés de longue date à des fins de marketing par les acteurs institutionnels et agricoles. Toutefois, les représentations construites autour des produits du terroir et des paysages typiques sont-elles toujours compatibles avec la modernisation des pratiques agricoles et des structures agraires ?

14Enfin il est important de souligner qu’il est nécessaire de s’appuyer sur des études variées d’un point de vue régional au sein de l’espace méditerranéen. Nous proposons donc des analyses sur les littoraux mais aussi sur les arrière-pays ; sur la rive nord de la Méditerranée (Espagne, Italie, France), mais également sur la rive sud (Algérie).

Top of page

References

Electronic reference

Paul Minvielle, Jacques Daligaux and Stéphane Angles, « Espaces agraires : dynamiques paysagères, structures foncières, acteurs et planification », Méditerranée [Online], 120 | 2013, Online since 22 October 2013, connection on 17 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/6620

Top of page

About the authors

Paul Minvielle

maître de conférences en géographie, UMR Telemme 7303, Université d'Aix-Marseille, paul.minvielle@univ-amu.fr

By this author

Jacques Daligaux

maître de conférences en géographie, UMR Telemme 7303, Université d'Aix-Marseille, daligaux@mmsh.univ-aix.fr

By this author

Stéphane Angles

maître de conférences en géographie, Université Paris Diderot-LADYSS, stephane.angles@free.fr

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page