Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

Le géographe et le tapis volant

André HUMBERT, 2012, Casa de Velazquez, coll. Essais, vol. 5, Madrid, 188 p.
Roland Courtot
p. 127
Bibliographical reference

André HUMBERT, 2012, Le géographe et le tapis volant, Casa de Velazquez, coll. Essais, vol. 5, Madrid, 188 p.

Full text

1Ce n’est pas un nouveau conte des Mille et une nuits, mais un livre sur le plaisir, et les difficultés, de faire de la géographie en avion, et les résultats scientifiques qu’on peut en tirer. André Humbert, professeur à l’Université de Nancy, membre associé de la Casa de Velazquez à Madrid, a fait des milliers de kilomètres dans les airs, survolé des milliers de kilomètres carrés de terrain en France, en Espagne, au Maroc et en Italie, a amassé des milliers de photographies aériennes obliques ou subverticales : il en a retiré aussi et surtout une expérience de géographe et de photographe aériens qui le place un peu à part parmi les géographes français.

2Deux courts chapitres nous introduisent directement au cœur des problèmes : l’un nous place dans la peau du pilote aux commandes lors d’un vol de retour au dessus du Maroc, avec toutes les complications météorologiques qu’il peut rencontrer avec un petit avion, l’autre cherche à saisir comment le géographe volant peut et doit passer « du vol onirique à la contemplation du monde ». Ils débouchent sur l’in-quiétude du vol artificiel, où l’auteur décrit avec force détails et « études de cas » tous les problèmes qui ont pu se poser à lui lors de ses nombreux allers-retours entre la Lorraine et les pays méditerranéens, sur la trace des pilotes de l’Aéropostale toulousaine et des mêmes dangers au franchissement des chaînes montagneuses, Pyrénées, Sierras bétiques, Atlas marocains. À travers les problèmes techniques qu’il doit résoudre au gré des conditions météo, on sent une grande rigueur et un grand sang froid, dans lesquels les connaissances géographiques maîtrisées ont leur part, et aussi une petite jubilation lorsque l’auteur réussit à contourner les contraintes règlementaires pour prendre enfin des clichés de zones jusque‑là non accessibles.

3La deuxième partie «  du paysage admiré au paysage expliqué », qui forme plus de la moitié de l’ouvrage, est introduite par quelques pages où l’auteur présente l’avion comme le « macroscope » du géographe, au sens systémique de J. de Rosnay : cet aéronef offre au géographe aérien une vision directe et vaste du territoire, qui peut précéder ou compléter les images aériennes existant depuis près d’un siècle, mais vraiment généralisées pour les chercheurs qu’avec les grands portails récents d’images de la terre sur internet. La vision aérienne oblique est certainement la moins déroutante dans l’interprétation du paysage, car elle est proche de la vue de points élevés du sol et on comprend pourquoi les grands géoportails d’internet ont rapidement introduit la troisième dimension dans leurs images de la terre.

4Il y développe aussi ses conceptions et ses méthodes géographiques : il rompt quelques lances avec la « nouvelle géographie » des années 1960‑1980, celle de l’analyse quantitative et des réflexions théoriques. On retrouve alors les débats qui ont animé cette période de la géographie française en ce qui concerne la définition même de cette science, les risques de dérives et les coupures qui l’affectent. La posture morphogénétique et globalisante de l’auteur vis-à-vis de la « face de terre » (au sens de G. et Ph. Pinchemel) l’amène à privilégier la notion d’« êtres géographiques », dont il souligne les individualités plus que les ressemblances. Et ce sont ces « êtres géographiques » qu’il nous décrit ensuite tels qu’il les a vus d’en haut au (long) cours de ses nombreux vols entre la Lorraine, la Méditerranée et le Maroc, présentés selon plusieurs thématiques : le problème de l’eau dans les régions sèches, l’analyse géo-historique des villes, les mutations des zones côtières, la richesse et l’émotion des découvertes archéologiques à la manière de Poidebard et d’Agache. Peu de choses ont dû échapper à son œil exercé, et les bibliothèques d’images où sont déposés ses clichés sont des passages obligés pour qui veut étudier de près les paysages des régions qu’il a survolées en géographe.

Top of page

References

Electronic reference

Roland Courtot, « Le géographe et le tapis volant », Méditerranée [Online], 120 | 2013, Online since 12 November 2013, connection on 17 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/6772

Top of page

About the author

Roland Courtot

Professeur émérite, Université d’Aix-Marseille

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page