Skip to navigation – Site map
Notes de lecture et comptes rendus
Notes de lecture

Thorenc. Un millénaire de projets de l’an 1000 à l’an 2000

GASTAUD Gisèle, HEYRAUD Édouard, (2013), Imp. Horizon, Gémenos, 328 p.
Régis Darques
p. 108-109
Bibliographical reference

GASTAUD Gisèle, HEYRAUD Édouard, (2013), Thorenc. Un millénaire de projets de l’an 1000 à l’an 2000, Imp. Horizon, Gémenos, 328 p.

Author's notes

Où trouver le livre [cliquer ici].

Full text

1Personne, ou presque, ne connaît Thorenc. Si, comme tout le monde, vous lancez une recherche sur GoogleEarth, vous découvrirez un bout de terre localisé dans l’arrière-pays grassois. Pour couvrir les cinquante kilomètres qui séparent la bourgade de la Riviera cannoise, il faut compter une bonne heure de route et moult virages meurtriers. Du haut de ses 1 200 m d’altitude, ce bout du monde est avant tout un entre-deux : il appartient à cette zone tampon des rebords alpins qui séparent les stations balnéaires et leur urbanisation galopante du parc du Mercantour et de ses stations de ski. Beaucoup de voyageurs ne font que traverser les arrière-pays, mais G. Gastaud et E. Heyraud nous invitent à nous y arrêter un moment. Les géographes découvriront avec plaisir un de ces non-lieux qu’ils chérissent tant. Mais pourquoi tirer au sort celui-ci parmi les milliers de localités anonymes qui « peuplent » nos campagnes ?

2Thorenc est un cas emblématique. À la fin du xixe siècle, avant que la Côte d’Azur ne se transforme en paradis pour touristes estivants, cette moitié de commune (qui n’est même pas tout à fait un village) se prend à « rêver » : venir concurrencer les stations suisses à la mode – Davos en tête –, « bondées » en été. Le projet consiste à inviter les riches pensionnaires établis en hiver dans les grands hôtels de la côte à se ressourcer dans l’arrière-pays pendant l’été, à l’abri de la chaleur et des nuages de moustiques. La « station climatérique » voit le jour autour de 1898 et connaît un succès fulgurant. Malheureusement, après une dizaine d’années d’euphorie, l’expérience tourne court. La première Guerre Mondiale, les conséquences de la crise de 1929 et le grand retournement que constitue le développement du tourisme balnéaire estival à partir des années 1930 auront raison du projet.

3Thorenc a accueilli pendant quelques années des milliers d’aristocrates russes, anglais, allemands, américains ou français. Une multitude de négociants et autres rentiers issus des « meilleurs milieux » de la société se sont pressés pour apprécier son « climat », son lac artificiel, ses promenades champêtres, ses jeux et autres festivités sportives à la mode. Aux 28 habitants permanents recensés en 1896 s’ajouteront… près de 1 500 « clients » en 1902. Ce non-lieu absolu est devenu à la Belle Époque une station connue de par le monde… avant de sombrer dans l’oubli. Le « projet » de Thorenc, porté au départ par trois hommes (un banquier, un promoteur-publiciste et un propriétaire terrien), s’éteint dans une débâcle immobilière.

4Est-ce tout ? Davos l’a emporté, soit. Thorenc a été englouti dans les tourments du siècle, tandis que sa rivale suisse a su éviter les conflits et autres crises financières ravageuses. Mais G. Gastaud et E. Heyraud ne s’arrêtent pas là. Dans un élan salutaire, les deux auteurs ouvrent de nouvelles perspectives. Le travail de microgéographie prend de l’ampleur en assumant une dimension historique sur le long terme. Ils décident d’analyser les raisons et le contexte dans lequel s’inscrit ce projet territorial. À travers une enquête minutieuse autant qu’exhaustive, des documents anciens sont exhumés de différentes archives. L’essentiel des sources exploitées remonte aux xviexixe siècles. Un monde d’Ancien Régime est ramené au jour, par touches successives. Se dessine donc un territoire inscrit depuis plusieurs siècles dans des logiques « terriennes » que l’on qualifierait volontiers aujourd’hui de « spéculatives ». Thorenc est un ascenseur social : c’est là que les riches négociants grassois « achètent » leurs titres de noblesse avant de céder leurs terres, de les retrouver, de les reperdre… en une valse que seules les archives notariales et les généalogies peuvent restituer. Pendant un millénaire – jusqu’à la fin du xixe siècle, au moins –, ce territoire est resté divisé entre les mains de deux à cinq grands propriétaires détenteurs chacun de plusieurs centaines d’hectares d’un seul tenant. Les domaines et châteaux ont empêché la création d’un village et ont survécu à toutes les révolutions. Le phénomène est d’autant plus remarquable que l’arrière-pays provençal est géomorphologiquement très fragmenté ; les terres cultivables y sont rares et faiblement étendues.

5Grâce à de très nombreuses photographies, cartes postales anciennes, reproduction de documents, la vie ancienne de cette localité ressurgit peu à peu. Les paysages muets, souvent envahis aujourd’hui par une végétation luxuriante, se trouvent explicités et prennent sens. De nombreuses cartes en couleur égrènent les pages et restituent clairement l’évolution de la haute vallée de la Lane. Au-delà donc de l’éphémère porté par la station climatérique, Thorenc manifeste les structures d’un monde rural provençal marqué par la puissance des riches de ce monde, l’ambition de quelques notables locaux de verser leurs rentes dans des processus de spéculation à échelle internationale,… tout en maintenant une suprématie foncière absolue sur les territoires concernés.

6En dépit du titre, l’ouvrage n’est pas du tout structuré sur un mode chronologique. Après un premier chapitre consacré à « Thorenc aujourd’hui », la partie centrale du livre est consacrée à l’étude des structures foncières et familiales ainsi qu’aux diverses activités qui ont animé la vallée entre le xvie et le xixe siècle : c’est le « Thorenc des seigneuries ». Enfin, un dernier volet retrace l’expérience de la station climatérique, seul « épiphénomène » remettant en cause, au moins partiellement, la paisibilité d’un ordre « rural » ancien.

7Le travail de collecte des documents et de reconstitution font de cette publication une somme incontournable pour qui s’intéresse à la géographie locale et à la Haute Provence. L’art de la monographie est poussé très loin. Le lecteur devra faire particulièrement attention aux « déformations optiques » que pourraient bien lui jouer des photos et autres extraits de brochures publicitaires de différentes époques. Il ne s’agit pas là de faire la « réclame » : la plupart des documents sont décortiqués, les messages sous-jacents déconstruits, le second degré affleure page après page. Les buffles reproduits dans les grottes pariétales et ceux photographiés dans la réserve du Haut Thorenc sont bien ceux que les brochures touristiques proposent au grand public pour attirer des visiteurs. Mais leur figuration en couleur dans ce volume n’est qu’une manière d’indiquer de quelle façon les représentations collectives ou individuelles anticipent la transformation des territoires. Avec un sens de l’humour qui pointe parfois derrière une plume alerte, les auteurs nous renvoient en pleine figure nos propres contradictions dans la manière dont nous nous figurons cette Haute Provence sans cesse réinventée. Il faut parfois un bon microscope pour identifier des phénomènes d’ampleur macroscopique. À travers cette géographie des représentations appliquée à Thorenc, G. Gastaud et E. Heyraud nous fournissent un outil de « déconstruction » paysagère remarquable.

Top of page

References

Electronic reference

Régis Darques, « Thorenc. Un millénaire de projets de l’an 1000 à l’an 2000 », Méditerranée [Online], 121 | 2013, Online since 19 November 2014, connection on 13 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/6933

Top of page

About the author

Régis Darques

CNRS, UMR 5281 (ART‑Dev – Montpellier 3)

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page