Skip to navigation – Site map
Apports des sciences historiques

Les embouchures du Rhône

L’apport de la cartographie à l’étude de leur évolution géomorphologique au cours du petit âge glaciaire (PAG)
The mouths of the Rhone River: a study of its geomorphological evolution during the Little Ice Age (LIA)
Georges Pichard, Mireille Provansal and François Sabatier
p. 43-59

Abstracts

During the LIA, the study of the mouths of the Rhone shows a close relationship between hydroclimatic episodes and changes in coastal and submarine geomorphology. This study underlines specific episodes at the end of the 16th and the beginning of the 18th centuries. The paper examines the oldest cartographic sources from 1591, with good historical and methodological statements (authority and dating) of the maps for the mid-19th century. In accordance with the available data, coastal progradation rates are calculated for different periods. The data highlight the strong alluvial inputs by the Rhone, that are closely correlated with periods of strong flooding, particularly during the fréquence-gravité crisis, described by the http://histrhone.cerege.fr database. The short hydrological “breaks” led to important sediment accumulation.

Top of page

Full text

1 - Les embouchures du Rhône : les acquis des études géomorphologiques et de la tradition d’érudition locale

Fig. 1 ‑ Distribution des bras hérités de l’histoire holocène et historique du delta du Rhône

Fig. 1 ‑ Distribution des bras hérités de l’histoire holocène et historique du delta du Rhône

1. bras actifs de nos jours, 2. tracés des bras hérités, 3. Principales localités, 4. plateau de Crau.

Cartographie : P. Pentsch.

1Le delta du Rhône est situé à l’aval d’un vaste bassin-versant, soumis à des contrastes climatiques importants, de la montagne alpine aux rivages de la Méditerranée (PARDE, 1925).

2Depuis les études de LHOMER (1981), LHOMER et al. (1987) et ARNAUD-FASSETTA (2000), les grandes lignes de l’évolution holocène sont mieux connues. On retiendra en particulier les bras antiques et du haut Moyen Âge d’Ulmet et de St Ferréol, dont on va constater les traces visibles sur les premières cartes modernes. À la fin du Moyen-Âge, le bras principal, ou bras du Grand Passon est situé sur la bordure orientale du delta, en bordure de la Crau, alors qu’à l’ouest s’écoulent des bras secondaires, dont le Petit Rhône actuel est l’héritier (Fig. 1).

3Les impacts hydrologiques, sédimentaires et géomorphologiques de la longue période du petit âge de glace ou PAG (xiv-xixe siècles) sur le système fluvial sont désormais bien connus, grâce aux travaux de Bravard et de ses élèves sur le Rhône amont et moyen (BRAVARD, 2010) et à ceux de l’équipe d’Aix‑en‑Provence (ARNAUD‑FASSETTA et PROVANSAL 1999 ; ARNAUD‑FASSETTA, 2000 ; PROVANSAL et al., 2003 ; ANTONELLI et al., 2004 ; PROVANSAL et BRAVARD, 2009) sur le Rhône aval. Dans le delta, les bras fluviaux, les embouchures et le trait de côte enregistrent des mutations rapides depuis le milieu du xviie siècle (CARITEY, 1995 ; ARNAUD-FASSETTA, 2000). Deux jalons morphologiques majeurs, caractérisent l’évolution des embouchures depuis 1a fin du xvie siècle: l’abandon du bras médiéval de Passon au profit de l’apparition du Bras de Fer en 1587 et l’avulsion de ce dernier au profit d’une nouvelle embouchure, dirigée vers le Sud-Est, en 1711. Cette dernière défluviation ne peut s’expliquer sans l’intervention décisive des ingénieurs de la Marine, de 1711 à 1725, même si ces deux événements doivent être reliés aux grands épisodes hydrologiques recensés par la recherche dans les sources, principalement les archives.

4En effet, les historiens ont, depuis le xviiie siècle, instauré une forte tradition d’études sur le delta et ses embouchures et tenté d’apprécier leurs changements morphologiques, lents ou brutaux (PICHARD, 2005, pour les xviexixe siècles, RIGAUD, 1990 et ROSSIAUD, 1993, pour le Moyen Âge), sans parler des nombreuses interprétations auxquelles ont donné lieu les auteurs ou les documents de l’Antiquité, notamment la place du canal dit de Marius. On se reportera à ces travaux, qui dispensent de reprendre ici trop sommairement la somme des études historiques.

5L’article présenté ici s’appuie sur des archives cartographiques anciennes, datées de la fin du xvie siècle, et sur une riche cartographie des trois siècles suivants pour décrire l’évolution du système fluvial deltaïque et des embouchures, et l’interpréter dans une collaboration entre historiens et géomorphologues. Il propose une interprétation de ces changements à la lumière des données hydrologiques rhodaniennes au cours du petit âge de glace, récemment révisées et augmentées en une base de données exhaustive [http://histrhone.cerege.fr/​].

2 ‑ Méthodologie

6L’évolution des embouchures et du littoral est décrite par de nombreux textes et documents figurés. Ces derniers, les cartes surtout, constituent la base essentielle de compréhension des événements dans l’espace.

7Il faut d’abord souligner les inégales potentialités des documents disponibles pour une étude précise de l’évolution géomorphologique des embouchures et du littoral du delta du Rhône. Les premières cartes disponibles, entre la fin du XVIe siècle et la première moitié du xviiie siècle, sont souvent d’une grande précision dans la description topographique. Mais les techniques des relevés ne permettent pas une restitution géométrique fidèle du terrain. Leur interprétation réclame l’expertise indispensable de l’historien et du géomorphologue. À partir de la seconde moitié du xviiie siècle, l’utilisation systématique de la triangulation pour la première carte générale de la France (carte de Cassini) crée un « référentiel » géographique qui permet une meilleure comparaison avec les cartes actuelles. Enfin, à partir du milieu du xixe siècle, plusieurs réseaux de nivellement général ont été élaborés sur le territoire français, créant un référentiel dans les trois dimensions, qui permet l’intégration des documents au sein de Systèmes d’informations géographiques (SIG), donc la mesure précise des mutations géomorphologiques. Cet article propose d’utiliser les documents antérieurs à cette cartographie « moderne », dont nous ne présenterons, pour finir, que le Plan de l’Embouchure du Rhône, dessiné en 1852.

8On regrettera la pauvreté, en France, des études actuelles d’histoire des fonds cartographiques anciens, en contraste avec la production du reste de l’Europe (WOODWARD, 2007). Toute carte ne peut faire l’objet d’une lecture directe sans des investigations préalables sur ses conditions de production. On le constatera avec les deux premiers exemples ci-dessous. Le ou les auteurs, leurs motivations, les dates, les méthodes et les techniques des relevés et les signes ou symboles employés – en un mot, la sémiologie – devraient faire l’objet d’une étude monographique pour chaque cas. On en est loin, c’est pourquoi on se borne ici à exposer quelques exemples déjà étudiés, donc plus sûrs, au sein d’un corpus qui nécessiterait un long développement, ne serait-ce que pour la cartographie des embouchures. Le travail de DESJARDINS (1866), redevable aux études de SURELL (1847), est devenu, de ce point de vue méthodologique, presque inutilisable. Beaucoup d’autres auteurs, non historiens, n’ont pu faire beaucoup mieux concernant les plus anciens documents cartographiques (le meilleur auteur, cependant : GUÉRARD, 1892 et AD 13 6 S 1998). Les études réalisées par les ingénieurs (SURELL, 1847), pêchent souvent pour les datations et le contexte historique.

9Cet article adopte donc une démarche chronologique, des cartes les plus anciennes, à la fin du XVIe siècle, à la carte générale de la France à la fin du XVIIIe siècle, puis aux relevés modernes du XIXe siècle.

3 - La situation des embouchures à la fin du XVIe siècle

10Sur l’état antérieur des embouchures avant la fin du XVIe siècle l’étude très érudite de ROSSIAUD (1993) s’appuie sur un vaste ensemble de textes dispersés et sur les portulans. Il faut attendre dans le Midi la fin du XVIe siècle pour voir surgir les premières cartes « continentales ». Nous avons retenu 2 cartes significatives.

3.1 - La carte de Bompar/Solier (ante 1587) : un état antérieur à l’avulsion de 1587 (fig. 2)

Fig. 2 ‑ Accuratissima Patriae Provinciae Descriptio, de Pierre-Jean Bompar, 1591

Fig. 2 ‑ Accuratissima Patriae Provinciae Descriptio, de Pierre-Jean Bompar, 1591

Détail des embouchures du Rhône (deux exemplaires connus seulement de la vraie carte originale de Bompar). Photo Terra Incognita, Brest.

11La première carte de Provence, celle dite de Pierre‑Jean Bompar, très rare, mais à l’extraordinaire postérité par ses nombreuses copies et adaptations, est datée de 1591 (PICHARD, 1993). Elle montre encore le bras médiéval de Passon, avant son avulsion en 1587.

12C’est un très bel exemple de fausse piste pour la véritable datation du tracé des embouchures du Rhône. Comme nous l’apprend l’historien Bouche (1664), son véritable auteur est en effet Jules-Raymond de Solier (vers 1530 – avant 1595), très méconnu antiquisant, astronome et naturaliste provençal, « premier écrivain général » de cette province (LE MENN, 1998). La carte signée de P.-J. Bompar serait donc plus ancienne que 1591, peut-être une dizaine d’années antérieure à l’apparition du nouveau bras au « trou » de Fumemorte, tracé appelé ensuite Bras de Fer. En 1591, on s’activait encore pour maintenir le Rhône dans son ancien lit dit de Passon et l’on creusa un canal dit ensuite de la Vidange (ou Vuidange), comme le confirment plusieurs documents arlésiens, canal qui ne figure pas sur cette carte. Un autre indice d’une attribution à Solier est la présence insolite d’un bras central au milieu de la Camargue, prenant son départ sur le Petit Rhône, non loin de Fourques. Ce bras, assimilé à la Métapine antique, l’une des trois branches décrite par Pline in Hist. Nat., III, 5, 3 (ROSSIAUD, 1993), figure déjà sur une carte de la Provence antique dressée par Solier antérieurement. Ce détail érudit, s’il s’agit bien de cela, émane d’un antiquisant que n’était pas Bompar. Il est incongru dans une carte moderne. (PICHARD 1993).

13L’intention du cartographe, Solier, ou la copie de Bompar, semble avoir été de démontrer la puissance du fleuve à ses embouchures et aussi la largeur – fortement exagérée – du bras principal et des autres bras occidentaux. Les longues « tignes », répétées dans toutes les copies et adaptations postérieures, se rapportent soit à des panaches de matériaux en suspension lors des grandes crues, soit à des bancs sableux sous‑marins, ce qui serait l’usage commun du terme local. La complexification de l’embouchure multiplie les îles : île de Passon et une autre, dans son prolongement méridional, à 43° 3’ de latitude, selon les très bonnes coordonnées de Solier, corrigeant celles fautives de Ptolémée, et qui sont les meilleures avant celles de la carte de Cassini (PICHARD, 1993, p. 15-16). Entre ces îles s’insinuent les différents bras et graus ou « gras » : gras d’Orgon du nouveau Petit Rhône près des Saintes‑Maries, gras de Paulet, gras d’Enfer, enfin le gras de Passon, le plus puissant. Malgré la concurrence perceptible de la branche occidentale de Paulet, on est bien encore dans la configuration des embouchures médiévales. Il est difficile de percevoir, à cette époque (années 1570 et premières années 1580) une quelconque inflexion annonciatrice du futur Bras de Fer.

3.2 - La Camargo, carte des ingénieurs militaires piémontais en 1591-1592 (fig. 3)

Fig. 3 ‑ La Camargo et les deux bras du Rhône en 1591-1592

Fig. 3 ‑ La Camargo et les deux bras du Rhône en 1591-1592

Cartographie réalisée par les ingénieurs militaires piémontais, lors de la venue en Provence et à Arles du duc Charles-Emmanuel 1er de Savoie.

Archivio di Stato di Torino. Négatif photo déposée aux AD 13 à Marseille.

14Cette carte manuscrite et aquarellée de la Camargue, devenue terrain potentiel d’affrontement entre huguenots languedociens, et arlésiens catholiques, soutenus par le duc de Savoie, Charles-Emmanuel 1er, bénéficie des techniques élaborées par la lignée des ingénieurs implantée à la cour de Turin (PROMIS, 1871 ; SERENO, 2007). Lors de leurs chevauchées en Provence, ils ont multiplié les plans de citadelles, de ville et comme ici de régions entières.

15Il s’agit bien d’une carte réaliste, faite sur le terrain, si l’on en juge par le soin pris à dessiner les forteresses disputées, comme La Motte‑en‑Languedoc et son vis‑à‑vis Il Barone»(Albaron) en rive gauche du Petit Rhône. Les nombreux détails de la carte plaident fortement pour cette vision réaliste telle qu’on pouvait l’attendre non de cartographes de cabinet mais d’ingénieurs travaillant à la suite d’armées en campagne. Les autres lieux illustrés par les documents du même recueil ont fait l’objet d’études qui ne laissent pas de doute sur la fidélité de ces images. À l’évidence, ce n’est pourtant pas une vue géométriquement fidèle : la méthode de triangulation, était déjà connue, mais resta encore longtemps hors des pratiques courantes. Pourtant, la topographie militaire, par l’exemple illustré ici est tout autre chose qu’un mixte de spéculations et d’observations de voyageurs sur la géographie et la topographie locale. Les nécessités militaires exigeaient une vue réaliste du terrain

16On regrettera que la carte ait été rognée juste au niveau de l’embouchure du Bras principal pour la faire entrer dans le recueil dont elle fait partie. Le resserrement évident en longitude peut être la conséquence du format du support ou d’une mauvaise appréciation fréquente, dans le sens contraire de l’étirement, jusqu’au XVIIe siècle inclus.

17La carte enregistre le déplacement vers l’Ouest de l’embouchure principale, depuis l’avulsion qui s’est produite en 1587, à partir de sa position initiale décrite par la carte précédente. Elle est désormais associée à un nouveau bras, dit le Bras de Fer, dont on .voit une boucle, à l’aval de l’île boisée de La Boscatière qu’entourent deux bras du fleuve La carte montre également plusieurs bras secondaires nettement actifs à l’ouest : outre le bras actuel du grau d’Orgon (Petit Rhône), la branche de Peccais, et même le large Bras de la Ville, dont le débouché est hors des limites de la carte.

18On est frappé par l’extension des étangs et marais, en continu sur la rive droite du Petit Rhône jusqu’à la Pinède de Silvéréal, qui colonise un ancien cordon littoral, mais aussi au centre de l’« ile » de Camargue, où des canaux les font même communiquer de proche en proche. Les marais du Plan du Bourg en rive gauche du bras principal paraissent avoir ici leur maximum d’extension et l’on commençait à s’intéresser aux projets de leur possible « dessication » (assèchement).

  • 1 Les roubines sont le nom local des dérivations du fleuve sous forme de canaux de drainage ou d’irri (...)

19L’information la plus précieuse, outre ce qui précède, est la restitution fidèle des formes héritées de l’hydrologie rhodanienne. Les ingénieurs militaires ont restitué deux grands tracés anciens sous la forme de roubines1 encore en eau jusqu’à la mer, avec des ponts les enjambant. On peut suivre ainsi l’ancien tracé du Rhône de St-Férréol contournant au nord le Vaccarès et aboutissant à une diramation du bras d’Orgon contournant, lui, tout le pays des Saintes‑Maries‑de‑la‑Mer. De même, la carte restitue le long tracé du bras dit d’Ulmet, partant de la prise de La Cappe. Bien que cette dernière ait été fermée en 1444, on constate ici la grande continuité de cette roubine jusqu’à la mer et aux salines qu’elles desservait. Elle était toujours en eau, comme en témoigne son utilisation avec des ponts la franchissant de place en place.

20Le tracé de la côte a été coupé au niveau de l’embouchure du Rhône, même si l’on perçoit un début de prolongement en mer des atterrissements, si manifestes quelques quarante années après dans la carte de Flour-Vortcamp (1635-1656).

3.3 - Interprétation hydrologique et géomorphologique

21La décennie 1581-1590 (datation raisonnable du travail de Solier autour de 1580, puis du paysage représenté par la carte des ingénieurs piémontais) est ainsi caractérisée par une « crise » géomorphologique importante.

22La présence des îles à l’embouchure du bras de Passon témoigne évidemment d’apports sédimentaires massifs du fleuve, supérieurs à ce que les courants littoraux peuvent transporter. La morphologie du delta du Rhône correspond alors pleinement à la classification mondiale de Galloway (1975), et représente un delta dominé par le fleuve (comparable à l’actuel Mississipi). L’orientation des îles, globalement dans le sens de l’écoulement du fleuve témoigne aussi de la force des écoulements fluviaux. Ces apports sédimentaires massifs se déposent en mer dans des profondeurs réduites et l’espace d’accommodation est faible ce qui permet aux embouchures d’avancer rapidement. L’encombrement de l’embouchure constitue un obstacle qui favorise l’avulsion : l’embouchure vient occuper une position plus occidentale. Un nouveau bras apparaît, celui du Bras de Fer. Le paysage deltaïque est alors très marécageux.

23Deux facteurs se conjuguent pour expliquer cette « crise » morphologique.

24Le facteur hydrologique d’abord. L’hiver de 1564‑1565 avait marqué le retour en force du petit âge de glace dans l’Europe occidentale (PFISTER, 1987 ; LE ROY LADURIE, 2004) Cette dégradation climatique décisive a son correspondant en matière hydrologique : elle correspond à la 4e grande crise de fréquence et intensité des crues du PAG, après les trois premières clairement identifiées dans la base http://histrhone.cerege.fr (1351‑60 ; 1481-90 et 1541‑50). En fait, toute la seconde moitié du XVIe siècle peut se caractériser globalement par une grande puissance et activité hydrologique rhodanienne (cf. PICHARD et ROUCAUTE, cette publication).

25Le facteur sédimentaire est aussi très important. Dès cette époque, l’emprise humaine joue un rôle déterminant sur l’érosion des sols dans le bassin du Rhône. Dans ses études sur la montagne alpine, notamment la Haute Provence, SCLAFERT (1959) situe entre 1555 et 1606, dates des premiers arrêts contre le déboisement, la généralisation d’une intense torrentialité. Cet auteur souligne l’importance précoce du déboisement, des défrichements, l’abondance indépassée du bétail et le surpâturage dans les Alpes dès la fin du XVe siècle. Les études de Le ROY-LADURIE (1966) sur l’essor de la démographie en Languedoc et de PICHARD (1999) sur la Provence démontrent les créations villageoises nouvelles et surtout l’expansion des établissements en écarts des anciens lieux habités (mas, bastides) et des fronts pionniers dans l’incult (bories), avant l’assaut des collines. Dès les premières années du XVIIe siècle (1606), le Parlement d’Aix réagit face à ces déboisements généralisés, qui ne feront que s’accentuer dans cette première moitié du XVIIe, pour des raisons démographiques mais aussi sociales, avec l’introduction d’une économie monétaire jusque dans les espaces non cultivés (PICHARD, 1999 et 2001), qui a des impacts importants sur la gestion des sols et l’érosion.

26La « crise » des embouchures à la fin du XVIe siècle est donc la conséquence de décennies de forte hydraulicité et de l’impact du repeuplement des campagnes, après la forte dépopulation des XIVe et XVe siècles.

4 - Les embouchures du Rhône de 1630 à 1711

27Plusieurs cartes permettent d’étudier leur évolution. Nous en avons retenu trois, datées avec sûreté, celles de Flour‑Vortcamp (1656, B.M. Arles) fig. 4, celle de l’intendant de la Marine, Arnoul, fig. 6 (1678, Vincennes, Génie, Art V Section 5 § 3 Con 1 N1) et celle des ingénieurs de la Marine en 1712 (Archives nationales) fig. 7. En outre, si l’original de la carte de Flour (1635 ou 1638, selon Vortcamp) a disparu, nous en avons conservé une autre copie (BNF cartes et plans, SH Port 73 bis Div. 12, pièce 1) fig. 5 dont un extrait annoté montrera l’extrême complexité des embouchures dans ces années trente du XVIIe siècle.

4.1 - La carte de Flour-Vortcamp (1633-1638) : complexification des embouchures (fig. 4 et 5)

Fig. 4 ‑ La carte de Vortcamp de 1656, sur le modèle de celle de Flour Photo BN Paris.

Fig. 4 ‑ La carte de Vortcamp de 1656, sur le modèle de celle de Flour Photo BN Paris.

Datée ici, dans le titre, de 1638, restaurée anciennement et actuellement conservée à la médiathèque d’Arles. Bien que comportant des parties dégradées, l’ensemble, par ses nombreux détails est un document historique de premier ordre. Noter que le sud est en haut.

Fig. 5 ‑ Détail de la copie signée P.G. de la carte de Flour

Fig. 5 ‑ Détail de la copie signée P.G. de la carte de Flour

Détail d’une copie de la carte de FLOUR (original disparu) « Carte de partie de la Coste de Provence »(entre 1635-1638), d’un auteur inconnu signant P.G. montrant le détail des multiples îles d’embouchure et la grande avancée des alluvions du Rhône par rapport au trait de côte antérieur dont témoigne la plage régulière du Tampan : Islon de Bertet ; 2.Islon de la Polacre ; 3. Islon de la « Quaranteine » ; 4. Islon des Antorches ; 5. Islon de Robert ; 6. Islon de Bagne cul ; 7. Islon de Peloux ; 8. Islon du Vaisseau. Au large, en arc de cercle, apparaît l’île de Rascaillan (9), qui n’est probablement, vu sa forme, qu’une surélévation de la barre. Elle se trouve à l’emplacement de la future pointe de Beauduc. En A figure l’ancienne tour de Balouar (ou Boulouard) qui surveillait le rivage du Rhône médiéval de Passon, désormais abandonné par la navigation, au profit du « Canal de la Vuidange », creusé après la défluviation de 1587 (C). En B la nouvelle tour dite du Tampan, datant de 1610, mais déjà elle-même presque inutile en 1635 par l’accroissement des terres depuis quinze à dix-huit ans.

BNF Cartes et Plans Service hydrographique, photo G.P.

28Flour, ingénieur cartographe, leva en 1633, avec le mathématicien aixois Maretz la célèbre carte des Costes de Provence dédiée à Richelieu (PICHARD, 1998). Flour dessina aussi, peut-être en 1635, la carte des côtes de Camargue. Elle est connue par des copies dans les collections de la BNF et de la médiathèque d’Arles (restaurée) et par le dessin, tiré des calques qu’avaient effectués l’arlésien A. Peyret-Lallier, mais daté par une année ante quem celle de 1607, trop précoce par Achille Gautier-Descottes (GAUTIER-DESCOTTES, 1879). La carte mentionne en effet la tour dite du Tampan (presque au centre), construite entre 1607 et 1614. Cette carte fut reprise par le hollandais Vortcamp en 1656. Ce dernier donne l’année 1638 pour l’original de Flour. On peut, sans crainte d’erreur, la dater en effet entre 1633 et 1638.

29Cette superbe carte (fig.4 et le détail fig. 5) transmet l’image la plus tourmentée qu’offrirent les embouchures du Rhône à l’époque du PAG. La complexité atteint ici son comble ; 3 systèmes coexistent :

    • 2 Une pièce des archives d’Arles indique sans ambiguïté la volonté de faire revenir le Rhône dans son (...)

    à l’Est, le puissant Gras de Passon de la carte de Bompar/Solier (fig. 1) est désormais réduit à une brassière (petit bras) qui se perd à l’Est, dans l’étang du Pesquier (à gauche du mot « PLAN »), tandis que Gautier-Descottes a indiqué que son débouché en mer était ouvert en 1591 (allusion à la carte de Bompar, dont on vient de voir qu’elle rapporte une situation un peu plus ancienne). Le Grand Gras, ex-Gras de Paulet, appelé ici «la Vuidange», qui était le canal décidé par la ville d’Arles pour remettre le Rhône dans son ancien bras navigable, celui du Grand Passon 2, mais sur un tracé plus court. Cette Vidange devait rendre de grands services à la navigation pour raccourcir les trajets pendant une soixantaine d’années (RAMBERT, 1924, 1930, 1931 et 1960) en évitant le Bras de Fer, avant d’être plus ou moins volontairement comblée par les riverains.

  • au centre, un deuxième système est illustré par l’ample méandre, très bien dessiné, du « Bras de Fer » à partir de Fumemorte, encombré de multiples diramations. Le nouveau bras (1587-1591) dénommé plus tard Bras de Fer, est le plus large, mais le plus incommode. Il débouche au « Gras du Midy », inexistant sous ce nom en 1591 (c’était alors le Gras d’Enfer), avec à l’extrémité rive gauche, la pointe de la Dent, où la progression était la plus forte. À sa droite (ouest) une série d’îles récentes, séparées du «continent» par le « Rageyrol » qui donnait accès au « Port du Tampan ». L’anse du Fangassier, largement ouverte au début du XVIIe siècle était désormais presque fermée. De nombreux illons (ilôts) se sont souvent formés autour d’épaves dont les mats dépassaient des eaux, comme l’indique la toponymie (légende de la fig. 5) : illons de la Polacre, du Vaisseau et de la Quarantaine. Ces nouvelles embouchures en hauts fonds annonçaient trois-quarts de siècle d’une navigation au devenir problématique. À partir du début du XVIIe siècle, les mentions de naufrages se multiplient (AC Arles, CC 374 et ILLOUZE, 1997).
    On notera que la flèche de Rascaillan est parallèle à la côte. Elle avait remplacé les anciennes projections en mer des Tignes du bras de Passon décrites par Bompar/Solier et montrait que la dérive littorale l’emportait temporairement sur la dynamique fluviale.

  • le troisième système est celui du Petit Rhône, avec la branche du Gras d’Orgon, l’actuelle, et du Gras Nou, ce dernier, débouché du bras de Peccais et desservant les salins de ce nom, paraît encore en pleine activité, en débouchant en eau dans la mer, après la traversée de la grande Pinède (secteur étudié par MAILLET, 2005, MAILLET et al., 2006a et b).

30La partie centrale du XVIIe siècle est donc caractérisée par des apports sédimentaires importants, qui modifient la forme de la nouvelle embouchure : les dynamiques fluviales deviennent dominantes dans le dessin du trait de côte deltaïque.

4.2 - Entre 1678 et 1711, de rapides modifications des embouchures aboutissent à l’avulsion majeure du système (fig. 6 et 7), cartes d’Arnoul (1678) et des ingénieurs (Niquet) (1711)

Fig. 6 ‑ Carte des embouchures du Rhône, par Arnoul, Intendant de la Marine, 1678.

Fig. 6 ‑ Carte des embouchures du Rhône, par Arnoul, Intendant de la Marine, 1678.

SHD Vincennes, Inspection du Génie, Art. 5 Sect. 5 § 3, Cart. 1, no 1.Photo Bnf.

Fig. 7 ‑ Carte des ingénieurs (Niquet, 1711).

Fig. 7 ‑ Carte des ingénieurs (Niquet, 1711).

Archives nationales, Paris, Photo G.P.

31La fin du XVIIe siècle et le début du suivant coïncident avec les bonnes cartes dressées par le professeur royal d’hydrographie Noël Advizard, détaillées et commentées par CARITEY (1995, p. 24-35). Preuve d’une grande instabilité des embouchures, Advizard avait l’obligation de faire chaque année la carte de leur progression. On ne reprendra pas ici ces cartes annuelles, situées entre 1695 et 1711, et qui mériteraient une étude spécifique.

32Cette période correspond en effet à la grande crise des embouchures, rendant presque impossible la navigation. Le module fluvial en croissance très forte, obligeait les riverains à reculer les digues (dits reculats). En 1709, Advizard alertait les édiles arlésiens sur l’accroissement considérable en largeur et en profondeur de l’entrée du Petit Rhône à Fourques, qu’il avait sondée et mesurée à quelques distances en aval (pont actuel).

33Grâce aux repères matériels (tours de surveillance) on peut tenter de mesurer l’avance rapide des embouchures depuis la fin du XVIe siècle. C’est une très vieille constatation, déjà mise sous les yeux des témoins contemporains, malgré de grossières exagérations, dans la carte d’Esprit Devoux, de 1757-1758, qui eut grand succès (DEVOUX, 1757‑58 ; PASTOUREAU, HOMET, PICHARD, 1991 et PICHARD, 2005). La tour de Tampan (1607-1614), figurant dans la carte de Flour, permet une première appréciation de l’avance du delta en mesurant la distance qui la sépare de la pointe de la Dent (tableau 1). Les mesures sur ces cartes anciennes sont évidemment aléatoires, bien que les distances aient été mesurées sur le terrain selon des méthodes que l’on ne peut que supposer à titre d’hypothèses, mais qui étaient déjà le fait de professionnels exercés dans ces vastes espaces du delta, avec une longue tradition d’arpentage. La confrontation d’une douzaine de cartes levées de 1635 à 1712 renvoie à des données qui ne se contredisent pas. Pour apprécier la marge d’erreur, on dispose du moyen consistant à mesurer sur chaque carte la distance entre deux points fixes construits : la tour du Tampan, construite en 1607‑1614 et celle de St-Genest, en 1656. Sur une moyenne de 4,3 km, le taux de variation ne dépasse pas l’aléa d’une mesure sur des documents anciens : de -4 % (4,2 km) à +2,9 % (4,5 km), selon les cartes. L’approximation inévitable des valeurs (7 % d’écarts entre les extrêmes, eux-mêmes explicables, (cf. notes 2 et 3 du tableau 1), n’empêche pas de déceler d’incontestables évolutions.

Tableau 1 ‑ La progradation de l’embouchure du Grand Rhône de 1635 à 1712

Tableau 1 ‑ La progradation de l’embouchure du Grand Rhône de 1635 à 1712

34La carte d’Arnoul, intendant de la Marine (RAMBERT, 1931), datée avec sécurité de 1678, (fig. 6) montre une différence de plus de 4 200 m entre la tour du Tampan et celle de St Genest, soit une progression très forte (100 m/ an si l’on date la carte de Flour de 1635), qui justifiait les préoccupations de la Marine. Dix ans après, en 1688, Arnoul revint sur les lieux et la progression annuelle avait à peine ralenti (90 m/an). Pour ces époques, les chiffres ne sont donnés qu’à titre indicatif, la forte avance de l’embouchure étant cependant incontestable. (Voir aussi CARITEY, 1995).

35Entre la seconde carte d’Arnoul (1688) et celle des ingénieurs (Niquet) entre 1709 et 1712 (fig. 7), la distance s’est accrue entre Tampan et Pointe de la Dent : cette dernière, d’île qu’elle fut, se trouvait désormais intégrée au continent, avec un écart de 12 500 mètres, soit une progression de 4 000 m en 34 ans ou 118 m/an en moyenne. Progression énorme, record de la période du PAG, bien que ponctuelle, à proximité immédiate du débouché du bras principal en rive gauche. On note d’ailleurs sur la carte d’Advizard en 1711 et celle des ingénieurs (Niquet) (fig. 7), très proches l’une de l’autre) un apport soudain et une très forte avancée de la pointe de la Dent, dépassant les îles de l’embouchure, notamment celle de Jonathan. L’énorme crue de février 1711, et d’autres de la même année, capitalisant une période de crise sans précédent, avaient rejeté les alluvions accumulés et fait progresser la pointe d’environ 1 900 mètres. Ce fut le chant du cygne de la branche du Bras de Fer inaugurée en 1587 qui, désormais abandonnée par une nouvelle avulsion en 1711, sera de moins en moins alimentée, pour finir en simple roubine. Les travaux de la Marine, sur une vingtaine d’années, furent décisifs dans cette évolution, comme le montrent de nombreux plans et cartes sur cette période cruciale, qui ne peuvent malheureusement trouver place ici.

4.3 - Interprétations et discussion

36La première partie du XVIIe siècle, sans être totalement dépourvue de quelques crues secondaires, est caractérisée par une période de calme hydrologique relatif, de 1601 à 1646, séparant deux « hyperphases ». Ce calme peut se mesurer en indices de fréquence-gravité des crues, cumulés par demi siècle : 1551‑1600 : 95,6 ; 1601-1650 : 48,6 ; 1651‑1700 : 83,8 (c.f. PICHARD et ROUCAUTE, cette publication). Cette relative faiblesse de l’hydrologie peut expliquer l’encombrement sédimentaire des embouchures, qui oblige le fleuve à méandrer très près de la côte (boucle du Bras de Fer et celle de la branche du Gras Nou au Petit Rhône). Le colmatage du Bras de Fer atteint 10 m d’épaisseur de entre 1587 et 1711 (ARNAUD-FASSETTA et PROVANSAL, 1999). Les nombreuses îles d’embouchures (9 en tout) de la carte de Flour de 1635-1638 et les méandres du fleuve signent un flux hydrologique ralenti, ce que démontre aussi la faiblesse des fonds marins aux entours de ces îles (à peine un mètre) et même très loin plus au large (sondes de la carte d’Arnoul de 1678, fig. 6).

37Les mêmes difficultés d’écoulement règnent sur les côtes de Provence, aussi bien au débouché de l’Argens que de la Siagne ou en arrière des cordons littoraux d’Hyères (PICHARD, 1999). Elles sont également perçues à la confluence de la Durance et du Rhône, devenue incertaine et divagante (LONCHAMBON, 1996 et cartes BNF sur ces changements GE C 10212 et 10214). On retrouve ces mêmes divagations à la confluence du Gardon, à Comps et Vallabrègues, expliquant au moins en partie des submersions répétées (SUDRES, 1994). Ces difficultés traduisent une morphodynamique fluviale différente. C’est la grande époque des vastes atterrissements de rives appelés créments ou aussi accréments, des illons multipliés dans le lit lui-même (la commune d’Arles en gérait 31 en 1658) et aux embouchures. Ces accroissements, ces «lumières» (surgissement de bancs au-dessus du plan d’eau) créaient un champ d’étude privilégié d’une nouvelle et active génération d’arpenteurs. À Arles ces derniers multiplient les plans et interviennent dans les fréquents procès que ne manquent pas de susciter ces terres nouvelles.

38Dans la seconde moitié du XVIIe siècle puis au début du XVIIIe siècle, la force de l’hydraulicité, mesurée par la fréquence et la gravité des crues, passe, de l’indice 48,6 à l’indice 83,8, et même 132,6 si l’on inclut la plus grave décennie de crues du PAG, de 1701 à 1710, laquelle déboucha à son tour sur une nouvelle défluviation aux embouchures à partir de 1711. Entre 1656 et 1678 était intervenue la crue extrême de 1674 et un grand nombre de crues intermédiaires, mais capables de transport efficace des alluvions (http://histrhone.cerege.fr ). Les années 1674‑1678 sont aussi un tournant majeur de l’économie rurale camarguaise, dont le déclin notoire est inscrit jusqu’en 1712 dans les données des récoltes des grands mas et dans celles des dîmes ecclésiastiques. L’augmentation du flux rhodanien était confrontée à l’état hérité des embouchures principales du Grand Rhône, dont le colmatage rendait aléatoire et même critique son exutoire en mer. Cette crise se dénoua, par emprunt providentiel, en fait, comme on l’a dit, plus orienté et facilité que spontané, de l’exutoire du canal des Launes, un raccourci vers le S-E, creusé en 1706 pour des raisons…fiscales (empêcher les marais de « saulner » et donc le brigandage et le faux-saunage) vers une nouvelle embouchure.

5 - Une nouvelle phase de la relation crues‑embouchures au XVIIIe siècle : cartes de Cassini (1778) et Isnard (1783)

39On a insisté plus longuement jusqu’ici sur les périodes les moins étudiées. À partir de la nouvelle embouchure de 1711, on peut s’appuyer sur les études d’historiens, de géographes et plus particulièrement sur les études inédites des ingénieurs au XIXe siècle. La mesure des progressions devient plus sûre, ce qui permettra d’être plus concis.

40Après 1711, crues et embouchures connaissent un répit d’une bonne trentaine d’années, mise à part la crue de 1725. L’ingénieur languedocien Pitot, remarque avant 1725 que « depuis 1712, que le Rhône s’est fait une nouvelle Embouchure par le Canal des Launes, ses grandes Eaux ont si fort diminué, qu’on a, pour ainsi dire, oublié que les Inondations de ce fleuve soient à craindre pour les Salins: ces Digues sont un peu trop négligées, sur-tout celles de l’Ordre de Malthe ». (AC Arles, ii 55). On s’activa pendant une bonne quinzaine d’années à diriger et endiguer cette nouvelle embouchure, devenue couramment empruntée par la navigation depuis 1725 (BERNARD 1779; Académie de Marseille, 1779).

41Sur la carte de Cassini, en 1778, la côte de Faraman (fig. 8A), située à l’ancienne embouchure du Bras de Fer, qui avait progressé au moins de 2 600 m entre 1668 et 1711 (gain de 60 m/an), recule presque d’autant après l’abandon de cette embouchure, de 1711 à 1778, perdant 2 500 m (37‑38 m/ an). Le recul au niveau du Vieux Rhône du Bras de fer se stabilise à partir de 1778, mais au niveau du Petit Rhône, la mer envahit au contraire un espace considérable. L’anse de Beauduc était en voie de comblement, fermée par une pointe « qui occasionne souvent des naufrages » remarquait-on à la veille de 1789. Cette nouvelle unité côtière, on l’a vu, était déjà esquissée dans la carte de Flour (1633-38), par l’île incurvée de Rascaillan, que l’on retrouvait seulement un peu mieux formée dans la carte de l’intendant Arnoul (1678). Elle prolongea l’île de Jonathan et était en voie de rattachement définitif au continent avec CASSINI (1778).

42Au devant de la nouvelle embouchure canalisée (fig. 8B), trois îles nouvelles s’étaient formées, gagnées sur la mer : St-Antoine, S-Jean et Béricles Avant la Révolution, deux embouchures s’inséraient entre ces îles (futurs Bras de l’Est et Bras de Roustan) et une troisième se forma en juillet 1793, l’ensemble formant une patte d’oie. La Tour St Louis, construite de 1737 à 1740, pour surveiller la nouvelle embouchure créée en 1711, se trouvait à 3 000 m de la mer. En 1790, donc 50 ans plus tard, elle se trouvait éloignée à 6 200 m. de la côte (sans compter les îles au-delà), soit une progradation de 65 m/an (BM Arles, Ms 500, p.239). Selon les calculs de Surell et de Peyret-Lallier, de 1725 à 1778, le delta gagna 30 hectares par an contre 23 de 1778 à 1841.

43Mais, l’influence des dynamiques marines se fait sentir, qui répartit le long de la côte les apports sédimentaires et limite partiellement l’avancée des embouchures : en témoignent les îles barrières du they de Gloria (fig. 8B) dès 1778, puis, plus nettement encore en 1783 (fig. 9) dans la « Carte des côtes de la ville d’Arles » par Isnard.

Fig. 9 ‑ Carte d’Isnard (1783).

Fig. 9 ‑ Carte d’Isnard (1783).

Photo AC Arles.

44L’érosion, le transport alluvionnaire deviennent des questions importantes aux yeux des premiers « théoriciens de la Terre », même bien avant Buffon. L’ingénieur du Languedoc, Henri Gautier (ELLENBERGER, 1975-1977) , dès le début du XVIIIe siècle réalise aux embouchures du Rhône des opérations de «profilages» des alluvions, et en calcule le rapport par volume d’eau, concluant à un taux de 1:2000 (1 volume d’alluvions solides ou MES, matériaux en suspension, pour 2 000 volumes d’eau dans la même unité de mesure), un peu plus élevé que celui donné par Surell 140 ans plus tard (1:2 500). En 1808 et 1809, les ingénieurs des Ponts et Chaussées, Gorsse et Soubour, donnèrent aussi ce taux de 1: 2000, avec une variation de 1 m3 (de MES) sur 7000 m3 d’eau en eaux basses, et 1 m3 sur 230 m3 d’eau durant les grandes crues (CORNILLON, 1854). Ces observations complètent la liste donnée par MAILLET et al. (2007). Il n’est pas impossible qu’au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, la charge solide ait été au moins aussi importante, sinon plus, qu’au milieu du XIXe siècle. La puissance de transport du Rhône était en effet de retour, manifestée par la poussée des grandes crues après 1740, qui prolongeaient rapidement vers le sud l’embouchure du Grand Rhône. À signaler notamment la crue extrême de 1755 et les crues des années 1760 et 1770, dues souvent à un formidable réveil des crues duranciennes.

6 - L’entrée en scène des ingénieurs et des grands aménagements au XIXe siècle

45Le XIXe siècle, surtout après 1840, marque l’action d’une anthropisation aménageuse de plus en plus ambitieuse, malgré les déboires et échecs. SURELL (1847) et ses collègues mènent sur les embouchures des travaux précis, une quantité considérable de sondages dans les bras et jusqu’en pleine mer, mais aussi de précieuses études des cartes anciennes et modernes, dont DESJARDINS (1866), s’inspira dans son étude historique. Il en fut de même d’Adolphe Guérard, ingénieur en chef au port de Marseille, dont les travaux restent encore à explorer. L’étude de la relation des embouchures avec l’hydrologie fluviale, doit tenir compte désormais de cette double influence, naturelle et technique s’exerçant sur les embouchures, comme ce fut déjà le cas après 1711 (voir paragraphe 3).

Fig. 10 ‑ L’embouchure principale en 1852 levée par les ingénieurs sous les ordres d’Alexandre Surell et Bernard, avec les sondes fluviales et sous-marines.

Fig. 10 ‑ L’embouchure principale en 1852 levée par les ingénieurs sous les ordres d’Alexandre Surell et Bernard, avec les sondes fluviales et sous-marines.

Croquis par Adolphe Guérard (AD13 6 S 1054). (Photo G.P.)

46Le croquis d’A. Guérard, d’après la carte dressée en 1852 (fig. 10) par les ingénieurs (Surell et Bernard), décrit les quatre branches de l’embouchure du Grand Rhône : Piémançon (presque une lône, vu son étroitesse, menacée d’atterrissement), Eugène, Roustan et Bras de l’Est ou Pégoulier, en faveur duquel se firent les travaux d’endiguement à partir de 1852. C’est le bras principal de l’Est qui progressait le plus rapidement. De 1778 à 1855 il avait gagné 3 340 m (43,4 m/an) en rive droite et 2 405 m en rive gauche (31 m/an). Ses rives s’allongeaient par des iles ou theys successifs dans l’axe, certains formés autour d’épaves de vaisseaux, comme le Roustan échoué en 1780, la Tartane et l’Annibal échoué en 1822 et l’Eugène, en 1828, signe manifeste des difficultés de la navigation en raison d’un alluvionnement rapide.

47Peyret-Lallier (PEYRET-LALLIER, s.d.), qui travailla sur les meilleures cartes originales, établit un ralentissement de la progression à l’embouchure principale à partir de 1777 (ou 1778, Cassini) jusqu’en 1841 (carte des Hydrographes, puis carte de Surell-Bernard en 1852). De 1778 à 1841, les équipes d’ingénieurs établirent un recul de la côte au niveau du Petit Rhône de 1 050 m (16 m/an). Aux mêmes dates, le pourtour du golfe des Saintes-Maries avait reculé de 1 250 m (19,8 m/an). La pointe de Beauduc, alimentée par le courant d’Est progressait lentement, de 7 m/an en avançant de 450 m. Le recul le plus spectaculaire avait lieu au niveau de l’embouchure de l’ancien Bras de Fer, qui avait perdu 2 150 m face aux attaques marines (34 m/an), la rive gauche étant la plus vulnérable (tableau 2).

Tableau 2 ‑ La progradation jusqu’en 1855 des côtes et de l’embouchure nouvelle établie en 1711.

Tableau 2 ‑ La progradation jusqu’en 1855 des côtes et de l’embouchure nouvelle établie en 1711.

48Avec une grande précision, pour les travaux en cours ou prévus, les ingénieurs, notamment Bernard, ingénieur ordinaire à Arles, calculèrent l’avancée de l’embouchure principale active et ses quatre branches. Leur étude critique des cartes depuis Cassini est un modèle du genre, malgré quelques erreurs, corrigées par nous (tableau 2), sur les dates des levés des coupures de Cassini : 1778 pour la feuille d’Aix (Grand Rhône), au lieu de 1760 pour ces ingénieurs et 1770‑74 pour la feuille de Montpellier (côte à l’ouest du Grand Rhône).

49Sous la mer, entre les theys, les ingénieurs mesuraient aussi l’avancée du prisme sédimentaire (mesuré perpendiculairement à la tangente de l’anse). À l’aval de l’embouchure de Roustan il avait progressé de 535 m entre 1841 et 1855, l’isobathe de -10 m s’étant éloigné en mer de 900 m, ce qui donne la mesure des apports de la décennie de crise 1840, avant même la crue record de 1856 (AD13, 6 S 1054). La comparaison de cartes bathymétriques précises de 1842, 1872 et 1895 (SABATIER et al., 2006) confirment ces faits mais montrent surtout la diminution des accumulations aux embouchures du Grand Rhône (+12 et +8 millions de m3/an environ pour les deux périodes entre le rivage et 20 m de fond).

50Les valeurs moyennes annuelles dans la première moitié du XIXe siècle, traduisent donc un ralentissement des apports alluviaux rhodaniens, par rapport à la période précédente. L’apparition et le développement des flèches littorales en est la manifestation. Les conséquences des grandes crues des années 1801-1810 sont encore mal connues, car les bonnes cartes d’embouchures permettant d’en mesurer les effets sont plus rares. En revanche, les grandes crues répétées des années 1840, eurent des effets très sensibles sur l’avance des côtes, au bras de Roustan et à celui de l’Est. Ce sont les années où De Roy évalue l’apport annuel du Rhône à 24 millions de mètres-cubes en matériaux solides (MAILLET et al., 2007). Il est probable cependant que l’endiguement des embouchures ait pu favoriser un temps leur avancée.

7 - Interprétation, discussion : l’empreinte du PAG sur les embouchures

  • 3 [http://histrhone.cerege.fr] et dans ce numéro, l’article de G. Pichard et É. Roucaute.

51Le trait le plus général des embouchures entre la fin du XVIe et milieu du XIXe siècle est sans contredit leur avancée remarquable, associée à leur mobilité latérale par avulsion fluviale. L’étude des vitesses de la progradation des embouchures, des îles et du littoral qui leur sont associés, confirme les conclusions de l’étude historique et statistique des crues3. Cette évolution est liée aux périodes de forte hydraulicité du fleuve, combinées avec des apports alluvionnaires massifs tout au long de la période. L’abondance des apports solides, qui furent peut-être même les plus importants lors de la grande période critique du PAG, coïncidant avec la phase solaire Maunder (1660-1715), est soulignée par les meilleurs savants précédant Surell (Henri Gauthier, le premier d’entre eux, 1660-1737).

52On retiendra l’importance des « crises » d’intensité, gravité et fréquence des crues, coïncidant avec les périodes d’avancées, entre la fin du XVIe siècle (1580-1590) et la fin du XVIIIe siècle. Trois crises correspondant aux maxima de la dégradation climatique du PAG sont bien enregistrées par les désordres et les avancées des embouchures.

53La première, à la fin du XVIe siècle (1580-1590), capitalise les décennies de crues qui se sont produites dans les premiers temps du PAG, en 1351-1360, 1481 à 1490 et 1541 à 1550, trois décennies nettement détachées des autres pour les données de fréquence et gravité. Elles sont responsables d’un afflux sédimentaire considérable (matérialisé par les « Tignes » de l’embouchure du Grand Passon), puis de l’avulsion fluviale de 1587.

54La seconde, pendant la seconde partie du XVIIe siècle, culmine avec la grave crise de 1701-1711. Elle coïncide avec la phase dite « Maunder » (1650-1715). Alors l’avancée du delta paraît avoir atteint des chiffres record, à l’époque même où l’on ne pouvait que reculer les digues face à l’agressivité et aux modules croissants du Rhône. L’embouchure principale se déplaça latéralement, à l’ouest en 1587 et de nouveau vers l’Est en 1711.

  • 4 Rappelons que dès le départ de la science dendrochronologique, celle-ci servait à tester les hypoth (...)

55On constate donc la grande efficacité constructive aux embouchures des phases péjoratives du PAG, la fin du XVIe siècle et surtout la phase dite «Maunder» (1650‑1715). Même si on considère comme simple coïncidence l’événement de la disparition des taches solaires 4, on doit souligner, jusque dans ses exactes limites temporelles, les records de la progradation des embouchures durant cette même période.

56La troisième correspond à la deuxième partie du XVIIIe siècle, en coïncidence avec les poussées d’origine durancienne en 1771-1780. Les conséquences géomorphologiques des grandes crues de la décennie 1801 à 1810 restent à mieux éclairer.

57Le XIXe siècle apparaît au contraire plus lent, sauf dans les années 1840, à construire les édifices de l’embouchure du Grand Rhône, d’ailleurs beaucoup moins complexes et ramifiés que dans les périodes précédentes. Les reculs s’accentuent au niveau du Vieux Rhône du Bras de Fer et du Petit Rhône, tandis que se profile peu à peu, depuis la fin du XVIIe siècle, la Pointe de Beauduc. À ce propos, le rôle de la mer fut sans doute essentiel, et resterait à prendre en compte, depuis les grandes tempêtes de cette fin XVIIe siècle, signalées dans les sources d’archives, une mer qui menaçait même l’existence de la petite ville des Saintes-Maries‑de‑la‑Mer.

58Lorsque la forte hydraulicité du fleuve marque le pas, dans la première moitié du XVIIIe  siècle (puis après 1850), les apports d’alluvions envahissent les rives (créments), créent de multiples îles et illons, opèrent des déplacements latéraux des affluents, compliquent enfin et encalminent les embouchures et les font méandrer, gênant au plus haut point la navigation. Ces périodes de réduction de l’énergie fluviale permettent une meilleure expression des dynamiques marines, avec le développement des flèches littorales remaniant les barres d’embouchure. C’est le cas de la flèche de Rascaillan vers 1633-38, ou du they de Gloria, puis de la flèche de la Gracieuse à partir de la fin du XVIIIe siècle. Sur les embouchures abandonnées par les avulsions, les reculs sont rapides, comme au niveau du Vieux Rhône du Bras de Fer et du Petit Rhône, tandis que se profile peu à peu, depuis la fin du XVIIe siècle, la Pointe de Beauduc.

59L’autre trait dominant du PAG, concernant les embouchures, est aussi la volonté correctrice montante durant toute cette période. Elle est immédiate en 1587 lors de l’avulsion à Fumemorte, pour remettre le fleuve dans son ancien lit. Elle s’affirme en 1711, pour guider et confirmer le nouveau cours. Elle intervient encore plus fortement après 1852 pour diriger l’embouchure dans un lit unique. Durant toute la période s’affirme cette volonté de maîtrise, ne serait-ce que l’installation des marques de crues au port d’Arles en 1698, l’un des points culminant de la crise fin de siècle, pour suivre le niveau du fleuve devenu de plus en plus menaçant. Les travaux de Surell et ses successeurs inaugurent une nouvelle période, dont les sources d’archives sont particulièrement éloquentes. La période contemporaine, caractérisée par l’affaiblissement de la charge solide (désormais retenue dans les bassins amonts par le reboisement), la réduction de la fréquence des fortes crues et la régularisation du fleuve, va stabiliser les embouchures du Rhône. En deçà du rôle de plus en plus affirmé des gestionnaires du fleuve, de la Marine et des ingénieurs civils ou militaires, il faudrait peut-être aussi tenir compte du rôle d’anciens exutoires, réempruntés à l’occasion de ces avulsions répétées.

Top of page

Bibliography

Outre les ouvrages et articles ci-dessous nous renvoyons à la bibliographie de 46 titres (accessible sur le web) de l’article cité ci-dessous, Pichard (2005). Quelques références d’archives indispensables ont été citées dans le texte avec les abréviations courantes suivantes : AD13 = Archives départementales des Bouches-du-Rhône, BM Arles Bibliothèque Municipale ou Médiathèque d’Arles et AC Arles = Archives communales d’Arles.

ACADÉMIE DE MARSEILLE, (1779), Recueil des pièces couronnées par l’Académie des Belles-Lettres, Sciences et Arts de Marseille : voir ci-dessous à Bernard P.-J. (1779) et La Lauzière (1779).

ANTONELLI C., PROVANSAL M., VELLA C., (2004), Recent morphological channel changes in a deltaïc environment. The case of the Rhône River, France, Geomorphology, 57, p. 385-402.

ARNAUD-FASSETTA G., (2000), Quatre mille ans d’histoire hydrologique du Rhône de l’âge du bronze au siècle du nucléaire, Graphigéo, Prodig, Paris, 11, 229 p. 

ARNAUD-FASSETTA G., PROVANSAL M., (1999), High frequency variation of water flux and sediment discharge during the Little Ice Age (1586-1725 AD) in the Rhône delta (Mediterranean France). Relationship to the catchment basin, Hydrobiologia, 410, p. 241-250.

BERNARD P.-J., (1779), Premier Discours sur les moyens les plus propres à vaincre les obstacles que le Rhône oppose au cabotage entre Arles et Marseille, et à empêcher qu’il s’en forme de nouveaux. Qui a partagé le prix, au jugement de l’Académie, le 14 Avril 1779. Chez Jean Mossy imprimeur du Roi… Marseille. 1779, 92 pages. [source de toute première importance, par la qualité de son auteur, et les informations précises qu’il apporte, notamment les pièces et correspondances officielles en annexes. Sur ce savant, voir Pichard (2002), Pons‑Joseph Bernard (1748-1816), Un naturaliste provençal du siècle des Lumières, Travaux du Comité Français d’Histoire de la Géologie (COFRHIGEO), 3e série, t XVI, [en ligne].

BRAVARD J.-P., (2010), Discontinuities in braided patterns: Rhône River from Geneva to the Camargue delta before river training. Geomorphology, 117, p. 217-33.

CARITEY C., (1995), L’évolution de l’embouchure du Rhône du milieu du XVIIe à la fin du XIXe siècle. Relation avec le régime du fleuve. Mémoire de Maîtrise, Université d’Aix-Marseille 1, 100 p.

CHALAMONT P., (1668), Embouchures du Rhône (Ms 502 de la Médiathèque d’Arles, pièce no 9 et Archives nationales, 3 JJ 206) « Vizitte des Embouchures faitte par le Sr Chalamont pour voir ce Qu’il conviendroit faire pour les rendre navigables avec la Carte des Emboucheures du Rhosne et de Partie de son cours, et la désignation du Canal de la vuidange pour le . Rendre Navigable. Fait par le sieur de Chalamont d’Arles ».

CORNILLON H., (1854), La Mer à Arles, Arles, impr. J. Cerf, 145 p. et cartes.

DESJARDINS E., (1866), Aperçu historique sur les embouchures du Rhône. Travaux anciens et modernes. Fosses mariennes. Canal du Bas Rhône. Paris, Mémoires de la Société de Géographie.

DEVOUX E., (1757), Carte géographique historique chronologique de Provence, par Esprit Devoux géomètre d’Aix et gravée par Honoré Coussin, « se vend ches luy à Aix près le Palais ». Reproduite dans l’ouvrage ci-dessous : Pastoureau, Homet, Pichard (1991).

ELLENBERGER F., (1975-1977), À l’aube de la géologie moderne : Henri Gautier (1660-1737). Première partie : Les antécédents historiques et la vie d’Henri Gautier, Histoire et Nature, 7, p. 3‑58 ; Deuxième partie : La théorie de la Terre d’Henri Gautier (Documents sur la naissance de la science de la Terre de langue française). Ibid., no 9-10, p. 3-149.

GALLOWAY W.E., (1975), Process framework for describing the morphologic and stratigraphic evolution deltaic depositional systems, in B. Ed (Editor), Deltas, Houston Geological Society, 1975, p. 87‑98.

GAUTIER-DESCOTTES A., (1879), Formation de la Camargue, Seguin, impr. Avignon, 120 p. et planches.

GUÉRARD A., (1892), « Port de St-Louis du Rhône » et « Rhône maritime » dans Ports maritimes de la France, tome septième, (1ère partie, suite), « d’Arles à Carry-le-Rouet » et « Rhône maritime », Paris, Imprimerie nationale, p. 407-670. (à compléter par AD 13 6 S 1998).

HISTRHONE, (2013), Base de données hydro-climatiques sur le Bas Rhône, site Web Cerege-Dréal Rhône-Alpes.

ILLOUZE A., (1997), Épaves de Camargue, d’Aigues-Mortes à Fos-sur-Mer, du XVe au XIXe siècle, Contribution à l’histoire des naufrages, Camarigo, Nîmes, 163 p.

LA LAUZIÈRE M. (de), (1779), Second Discours sur les moyens les plus propres à vaincre les obstacles que le Rhône oppose au cabotage entre Arles et Marseille, et à empêcher qu’il s’en forme de nouveaux. Qui a partagé le prix, au jugement de l’Académie, le 14 Avril 1779. Chez Jean Mossy imprimeur du Roi… Marseille, 45 p. Le mémoire de la Lauzière fut réédité en 1786. La carte hors-texte des embouchures du Canal des Launes, gravée, outre cette seconde édition, fut encore retouchée en 1789 et au-delà, ce qui permet de suivre l’évolution à la fin du XVIIIe siècle. Sur le 3e état, voir BM Arles, Ms 500.

L’HOMER A., BAZILE F., THOMMERET J.,THOMMERET Y., (1981), « Principales étapes de l’édification du delta du Rhône de 7000 BP à nos jours. Variation du niveau marin », Oceanis, 7, 4, p. 389-408.

L’HOMER A., (1987), Notice explicative de la carte géologique d’Arles au 1/60000e, BRGM, 72 p.

LE MENN A., (1998), Jules-Raimond de Solier Premier « écrivain général de la Provence », Provence historique, t. 48, fasc. 191, p. 3-28.

LE ROY LADURIE E., (2004), Histoire humaine et comparée du climat. Canicules et glaciers XIII-XVIIIe siècle, Fayard, 739 p.

LONCHAMBON C., (1996), La déviation du lit de la Durance au XVe siècle. Histoire d’une conquête provençale en terre avignonnaise, Annuaire de la société des Amis du Palais des Papes, p. 23-33

MAILLET G.-M., (2005), Relations sédimentaires récentes et actuelles entre un fleuve et son delta en milieu microtidal : exemple de l’embouchure du Rhône, thèse Université Provence, Aix-Marseille I, 331 p.

MAILLET G.-M., VELLA C., SABATIER F., ROUSSEAU D., PROVANSAL M., FLEURY J., (2006a), Connexions entre le Rhône et son delta (partie 1) : évolution du trait de côte du delta du Rhône depuis le milieu du XIXe siècle, Géomorphologie, 2, p. 111-124

MAILLET G.-M., VELLA C., SABATIER F., ROUSSEAU D., PROVANSAL M., FLEURY J., (2006b), Connexions entre le Rhône et son delta (partie 2) : Évolution de l’embouchure du Rhône depuis le début du XVIIIe siècle, Géomorphologie, 2, p. 125-140.

MAILLET G.-M., RACCASI G., PROVANSAL M., SABATIER F., ANTONELLI C., FLEURY J., (2007), Transferts sédimentaires dans le bas Rhône depuis le milieu du 19e siècle : essai de quantification, Revue de géographie physique et quaternaire, 61, 1, p. 39-54.

PARDE M., (1925), Le Régime du Rhône, Étude hydrologique. Institut des études rhodaniennes, 1925, 2 vol. XIV 1-887 et 440 p.

PASTOUREAU M., HOMET J.-M., PICHARD G., (1991), Rivages et Terres de Provence, Éd. Barthélemy, Avignon.

PEYRET-LALLIER A., (s.d.), Mémoire sur les embouchures du Rhône, Ms 479 Médiathèque d’Arles.

PEYRET-LALLIER A., (1837), Coup d’œil sur le delta du Rhône, F. Gonin, Saint-Étienne, 40 p.

PFISTER Ch., (1987), Klimageschichte der Schweiss (1525-1860, Das klima der Schweiss i der Geschichte von Bevolkerung und Landwirtschaft (résumés anglais, français), Bern-Stuttgart, Haupt, 1988, 2 vol., 184 p et 163 p.

PICHARD G., (1993), La première carte de Provence - 1591 - P.-J. BOMPAR. Fac-simile et étude l’accompagnant, Terra Cognita, Leuhan. 31 p.

PICHARD G., (1995), Les crues sur le bas Rhône de 1500 à nos jours. Pour une histoire hydro-climatique, Méditerranée, 82, 3-4, p. 105‑116. [en ligne].

PICHARD G., (1998), Marseille, la Provence et le front de mer. La carte de Maretz, 1633, Marseille, revue culturelle, p. 50-57.

PICHARD G., (1999), Espaces et Nature en Provence. L’environnement rural 1540-1789, thèse de l’Université de Provence Aix-Marseille I, 4 volumes dont 3 vol. d’annexes 1 800 pages environ. (multigraphié).

PICHARD G., (2001), L’Espace absorbé par l’économique ? Endettement communautaire et pression sur l’environnement en Provence (1640-1730), Histoire & Sociétés Rurales, 16, p. 81-115. En ligne : [http://www.cairn.info/revue-histoire-et-societes-rurales-2001-2-page-81.htm].

PICHARD G., (2005), La découverte géologique de la Camargue, du XVIe au début du XIXe siècle, Travaux du Comité Français d’Histoire de la Géologie (séance du 14 décembre 2005), troisième série, t. XIX. p.113-136. En ligne : [http://annales.org/archives/cofrhigeo/camargue.html].

PROMIS C., (1871), Gl’ingegneri militari in Piemonte dall’anno MCCC [1300] all’anno MDCL [1650], s.l.

PROVANSAL M., VELLA C., ARNAUD-FASSETTA G., SABATIER F., MAILLET G., (2003), Role of the fluvial sediment input in the mobility of the Rhône delta coast, (France), Géomorphologie, 4, p. 271-282.

PROVANSAL M., BRAVARD J.‑P., (2009), Le croisement d’approches naturalistes et historiques dans l’étude de l’histoire des fleuves : le cas du Rhône français, in Le Rhône, dynamique, histoire et société, Cahiers de Vallesia, 21, Archives État du Valais ed. 238 p.

RAMBERT G., (1924), Un projet d’aménagement du Rhône maritime au XVIIe siècle, Mémoires de l’lnstitut Historique de Provence, t. 1.

RAMBERT G., (1930), Quelques projets de canal du Rhône à la mer au XVIIIe siècle», Institut historique de Provence, Compte-rendus et Mémoires du Congrès de Marseille, 1928, Marseille, p. 225.

RAMBERT G., (1931), Nicolas Arnoul, intendant des Galères à Marseille, Marseille, Provincia éditions, 345 p.

RAMBERT G., (1960), Le Delta du Rhône de Colbert à la Révolution, Delta, 1, p. 25-32.

RIGAUD Ph., (1990), Une fortification aux embouchures du Rhône, la torre del Baloard, 1469-1642, in Bulletin du Groupe archéologique arlésien, 13, 1990, p. 28-34.

ROSSIAUD J., (1993), Réalités et Imaginaire d’un fleuve. Recherches sur le Rhône médiéval, Reconstitution d’objet, I. L’espace fluvial, Brassières, Ports et Péages du Rhône médiéval. Essais de topographies historiques, vol. 3. Dossier de thèse pour le Doctorat d’État (multigraphié).

SABATIER F., MAILLET G., FLEURY J., PROVANSAL M., ANTONELLI C., SUANEZ S., VELLA C., (2006), Sediment budget of the Rhône delta shoreface since the middle of the 19th century, Marine Geology, 234, 1-4, p. 143-158.

SCLAFERT Th., (1959), Cultures en Haute-Provence. Déboisements et pâturages au Moyen Âge, Coll. Les Hommes et la Terre, IV, SEVPEN, Paris, 268 p.

SERENO P., (2007), Cartography in the Duchy of Savoy during the Renaissance, chap. 33, p. 831 et ss. in David WOODWARD (ed.), Cartography in the European Renaissance, The History of Cartography, volume three, Part 1, The University of Chicago Press, Chicago,

SUDRES G., (1994), Les colères du Rhône à Vallabrègues, ou l’histoire des inondations du XIIe siècle à nos jours. Rhodanie SECABR n+ 52, p. 35-54 (voir aussi no 102, p. 13-22 et no 103, p. 10-17).

SURELL A., (1847), Mémoire sur l’amélioration des embouchures du Rhône, Nîmes, 1847 et édition à Marseille en 1848, 141 p.

WOODWARD D. (ed.), (2007), The History of Cartography, Volume 3: Cartography in the European Renaissance. 2 272 p., 80 color plates, 815 halftones, 150 line drawings, 20 tables.

Top of page

Notes

1 Les roubines sont le nom local des dérivations du fleuve sous forme de canaux de drainage ou d’irrigation; il y a de fortes chances ici, pour que le tracé général soit simplement le vestige de l’ancien bras naturel du Rhône, plus ou moins réaménagé.

2 Une pièce des archives d’Arles indique sans ambiguïté la volonté de faire revenir le Rhône dans son ancien lit en écrivant : « Le trou et endroit auquel les canals que messieurs les consuls font faire pour détourner leau passant par le trou de Fumemorte et la faire retourner à son ancien arnou »(lit). Ce sera le canal de la Vuidange, que CHALAMONT proposa en 1678 de remettre en usage. AC Arles CC 347, f° 261 pièce 432, à propos de la tour du Boulouard. En 1625, encore, la ville d’Arles fait couper 40 000 « pieux de pins dans la pinède des Saintes-Maries pour planter au gras de Tampan » (c’était la manière de construire les digues, telle que la rapporte l’arlésien La Lauzière en 1786 (AC Arles CC 391).

3 [http://histrhone.cerege.fr] et dans ce numéro, l’article de G. Pichard et É. Roucaute.

4 Rappelons que dès le départ de la science dendrochronologique, celle-ci servait à tester les hypothèses, notamment des cycles solaires, par les astronomes. C’est l’objet constant des recherches d’Andrew Ellicott Douglass (1867-1962) à Tucson (Arizona). Un numéro spécial de Climatic Change, centré sur l’histoire du climat, a été consacré à tester cette période de Maunder. Voir aussi le copieux chapitre informé consacré à ce sujet par Le Roy Ladurie (2004).

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 ‑ Distribution des bras hérités de l’histoire holocène et historique du delta du Rhône
Caption 1. bras actifs de nos jours, 2. tracés des bras hérités, 3. Principales localités, 4. plateau de Crau.
Credits Cartographie : P. Pentsch.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7128/img-1.png
File image/png, 156k
Title Fig. 2 ‑ Accuratissima Patriae Provinciae Descriptio, de Pierre-Jean Bompar, 1591
Caption Détail des embouchures du Rhône (deux exemplaires connus seulement de la vraie carte originale de Bompar). Photo Terra Incognita, Brest.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7128/img-2.png
File image/png, 286k
Title Fig. 3 ‑ La Camargo et les deux bras du Rhône en 1591-1592
Caption Cartographie réalisée par les ingénieurs militaires piémontais, lors de la venue en Provence et à Arles du duc Charles-Emmanuel 1er de Savoie.
Credits Archivio di Stato di Torino. Négatif photo déposée aux AD 13 à Marseille.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7128/img-3.png
File image/png, 612k
Title Fig. 4 ‑ La carte de Vortcamp de 1656, sur le modèle de celle de Flour Photo BN Paris.
Caption Datée ici, dans le titre, de 1638, restaurée anciennement et actuellement conservée à la médiathèque d’Arles. Bien que comportant des parties dégradées, l’ensemble, par ses nombreux détails est un document historique de premier ordre. Noter que le sud est en haut.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7128/img-4.png
File image/png, 448k
Title Fig. 5 ‑ Détail de la copie signée P.G. de la carte de Flour
Caption Détail d’une copie de la carte de FLOUR (original disparu) « Carte de partie de la Coste de Provence »(entre 1635-1638), d’un auteur inconnu signant P.G. montrant le détail des multiples îles d’embouchure et la grande avancée des alluvions du Rhône par rapport au trait de côte antérieur dont témoigne la plage régulière du Tampan : Islon de Bertet ; 2.Islon de la Polacre ; 3. Islon de la « Quaranteine » ; 4. Islon des Antorches ; 5. Islon de Robert ; 6. Islon de Bagne cul ; 7. Islon de Peloux ; 8. Islon du Vaisseau. Au large, en arc de cercle, apparaît l’île de Rascaillan (9), qui n’est probablement, vu sa forme, qu’une surélévation de la barre. Elle se trouve à l’emplacement de la future pointe de Beauduc. En A figure l’ancienne tour de Balouar (ou Boulouard) qui surveillait le rivage du Rhône médiéval de Passon, désormais abandonné par la navigation, au profit du « Canal de la Vuidange », creusé après la défluviation de 1587 (C). En B la nouvelle tour dite du Tampan, datant de 1610, mais déjà elle-même presque inutile en 1635 par l’accroissement des terres depuis quinze à dix-huit ans.
Credits BNF Cartes et Plans Service hydrographique, photo G.P.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7128/img-5.png
File image/png, 1.1M
Title Fig. 6 ‑ Carte des embouchures du Rhône, par Arnoul, Intendant de la Marine, 1678.
Credits SHD Vincennes, Inspection du Génie, Art. 5 Sect. 5 § 3, Cart. 1, no 1.Photo Bnf.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7128/img-6.png
File image/png, 1.4M
Title Fig. 7 ‑ Carte des ingénieurs (Niquet, 1711).
Credits Archives nationales, Paris, Photo G.P.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7128/img-7.png
File image/png, 1.5M
Title Tableau 1 ‑ La progradation de l’embouchure du Grand Rhône de 1635 à 1712
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7128/img-8.png
File image/png, 29k
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7128/img-9.png
File image/png, 140k
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7128/img-10.png
File image/png, 337k
Title Fig. 9 ‑ Carte d’Isnard (1783).
Credits Photo AC Arles.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7128/img-11.png
File image/png, 347k
Title Fig. 10 ‑ L’embouchure principale en 1852 levée par les ingénieurs sous les ordres d’Alexandre Surell et Bernard, avec les sondes fluviales et sous-marines.
Credits Croquis par Adolphe Guérard (AD13 6 S 1054). (Photo G.P.)
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7128/img-12.png
File image/png, 146k
Title Tableau 2 ‑ La progradation jusqu’en 1855 des côtes et de l’embouchure nouvelle établie en 1711.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7128/img-13.png
File image/png, 18k
Top of page

References

Electronic reference

Georges Pichard, Mireille Provansal and François Sabatier, « Les embouchures du Rhône », Méditerranée [Online], 122 | 2014, Online since 19 June 2016, connection on 19 January 2018. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/7128 ; DOI : 10.4000/mediterranee.7128

Top of page

About the authors

Georges Pichard

Professeur émérite, Aix-Marseille Université, CEREGE, georgpichard@yahoo.fr

By this author

Mireille Provansal

Professeure émérite, Aix-Marseille Université, CEREGE, provansal@cerege.fr

By this author

François Sabatier

Aix-Marseille Université, CEREGE, sabatier@cerege.fr

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page