Skip to navigation – Site map
Enjeux et effets des plans et projets d’aménagement et de requalification environnementale urbaine

Le « mouvement de Gezi » ou le choc des systèmes de valeurs environnementales dans la Turquie en croissance

The “Gezi unrest” or the clash of contradictory environmental values systems in nowadays emerging Turkey
Jean-François Pérouse
p. 49-56

Abstracts

The unrest of Gezi Park (Istanbul, Turkey) in May‑June 2013 has seen compete fairly contradictory conceptions of the environment and of what is making environmental value. The politically dominant conception, which finally triumphed is based both on a deterritorialization and a fragmentation of the environment. This dual process prevents all integrated assessment of environmental quality and enables the commercialization of environmental components as well as the “reproduction” of them. Therefore, the opposition between moral and political conservatism and concern for conservation is achieved quite smoothly.

Top of page

Full text

  • 1 Le chapitre « Environnement » des négociations d’adhésion, ou « Chapitre 27 » a été ouvert en décem (...)

1Ce texte est le produit d’une observation « engagée » des enjeux environnementaux dans la capitale turque. Il vise à mettre en question sous un angle critique les critères d’appréciation de la qualité et des « performances environnementales ». L’appréciation de la qualité environnementale dans la Turquie contemporaine en croissance varie fortement selon les groupes sociaux, les coalitions d’intérêts au pouvoir, les institutions et les moments (ADAMAN et ARSEL, 2005). Les divergences d’appréciation sont telles que le cas turc apparaît comme instructif pour qui s’intéresse à la formation et à la dynamique des systèmes de valeurs environnementales. Si les normes européenne et internationale en matière environnementale tendent à être incorporées dans les textes et les discours nationaux et locaux *, les pratiques de l’environnement demeurent passablement complexes et contradictoires (HARRIS, 2011 ; ARSEL et alii, 2015).1

2Nous avons déjà essayé ailleurs de montrer comment les politiques locales étaient rétives à l’approche de l’environnement comme système, notamment en raison de clivages institutionnels forts, et à quel point la valeur marchande primait sur la valeur d’usage collectif (PÉROUSE, 2006 et 2011). Nous voudrions plutôt explorer ici, dans la mesure du possible, ce qui fait environnement dans les représentations qui informent les politiques locales et nationales de la Turquie contemporaine. Cette exploration d’amont nous semble importante ne serait‑ce que pour prendre la mesure de certains malentendus du dialogue turco-européen, le passage par l’anglais « commun » masquant fréquemment de sérieuses différences d’appréhension.

3Pour étudier et caractériser ces variations, on se propose de focaliser sur un moment-territoire dont un projet de réaménagement peu participatif fut le catalyseur, le mouvement du parc de Gezi (Gezi Parkı) appelé en turc par ses sympathisants « la résistance de Gezi » (Gezi direnişi), survenu à Istanbul en mai-juin 2013 (PÉROUSE, 2013). En effet, les « événements de Gezi » (autre façon de désigner ce moment) ont révélé la place centrale des questions environnementales dans les débats politiques et mis en confrontation des conceptions assez antagonistes de l’environnement (ŞAHIN, 2013 ; MADRA, 2013 ; HARMANŞAH, 2014 ; AKBULUT et BARTU CANDAN, 2014). Au-delà de l’instrumentalisation de la référence environnementale – le Premier ministre d’alors déclarant être le seul « vrai environnementaliste » face à ceux qui se serviraient du prétexte environnemental pour contester sa personne et son pouvoir, voire pour s’en prendre à la Turquie en développement –, il s’agirait de se saisir de cette mobilisation complexe pour identifier les composantes du système des valeurs environnementales prédominant dans la Turquie actuelle. La tendance à la négation du local, la contradiction entre conservatisme et conservation et la prétention à vouloir produire de l’environnement, souvent contre la nature, sont au cœur des représentations prédominantes.

1 - L’absente dimension spatiale du local : la famille, la nation ou l’umma ?

4Les échelles d’appréhension de l’environnement ne se déploient pas ni ne s’articulent de la manière dont un observateur extérieur pourrait le croire. Ainsi, au moment de la résistance de Gezi, le Premier ministre d’alors a répondu aux opposants scandalisés par l’arrachage de « quelques arbres » dans ce parc dont l’aménagement date des années 1940, que la municipalité métropolitaine d’Istanbul (MMI) avait planté par ailleurs des millions d’arbres et d’arbustes depuis 1994.

5Pour Recep Tayyip Erdoğan – qui s’était fièrement défini en 2008, face aux mouvements écologistes qui contestaient ses projets nucléaires et hydro-électriques comme « le meilleur des environnementalistes » –, l’environnement était donc réductible à un paysage végétal, éphémère, manipulable et reproductible indifféremment. Il en va de même en ce qui concerne les travaux du troisième pont – qualifié de tous les superlatifs – sur le Bosphore, lancés fin mai 2013. L’inauguration de ce pont est annoncée pour la fin 2015, la vitesse de réalisation des grands travaux faisant partie des indices de puissance affectionnés par le pouvoir AKP. Aux associations dénonçant les centaines de milliers d’arbres abattus en 2013 pour l’ouverture des bretelles d’autoroute destinées à desservir le futur troisième pont, les partisans de cet ouvrage ont répondu qu’un nombre équivalent (voire supplémentaire) d’arbres serait planté pour compenser cette perte. De même, pour les gestionnaires d’Istanbul, les arbres de Gezi pourraient donc être déplacés ailleurs. On a d’ailleurs pu à nouveau constater cela le 19 novembre 2014 sur le même site du parc de Gezi, après une tentative nocturne des équipes municipales – finalement contrée par certains militants écologistes – de faire une nouvelle incise dans le parc pour l’aménagement d’un arrêt-autobus. Après l’intervention avortée des pelleteuses lourdes, des plaques de pelouse ont été promptement apposées pour cacher la plaie et sauver les apparences.

Fig. 1 – Nouvelle pose de gazon en plaques à Gezi

Fig. 1 – Nouvelle pose de gazon en plaques à Gezi

Source : Hürriyet Daily News, 20 novembre 2014

6Planter quelques parterres de fleurs suffit-il à faire un environnement, sans tenir compte ni de la durabilité de ces fleurs, ni des interactions dans le temps avec d’autres composantes ? Bien des visiteurs étrangers se laissent prendre à ce paysagisme ciblé juste destiné à produire un effet instantané. II existe pourtant en Turquie – comme dans l’ensemble du « monde turc » – un ancestral culte des vieux arbres qui érige ceux-ci en monuments intouchables, objets d’un culte populaire et d’un immense respect (qui conduit à détourner des routes et à intégrer dans des bâtiments des arbres estimés intouchables).

7En rupture avec certaines croyances « turques » l’environnement est ici événement sans ancrage stable, sans passé ni futur. Pour les promoteurs de l’environnement façon AKP, contrairement aux insurgés de Gezi, le ponctuel et l’éphémère prédominent. Symétriquement, le « local » comme complexe – et non comme point isolé abstrait de tout substrat et contexte – n’existe pas. En tout cas il n’est pas une dimension durable prise en compte dans les représentations dominantes de l’environnement. Lors de la résistance de Gezi, ni la mairie d’arrondissement concernée (Beyoğlu en l’occurrence), ni la mairie métropolitaine n’ont eu voix au chapitre. Le discours public sur l’événement était forgé par le pouvoir central (le Premier ministre au demeurant) à distance et au nom de l’intérêt national.

8À cet égard, des années d’observation des « comportements quotidiens » dans les rues des villes turques pourraient être résumées par la parabole de l’homme nettoyant avec soin l’intérieur de sa voiture. Cette parabole, sans être propre à Istanbul, a une résonnance propre dans une métropole qui fin 2014 concentre plus du cinquième du parc national de véhicules motorisés. De quoi s’agit-il ? Il nous a été donné d’assister à de très nombreuses reprises à des petites scènes urbaines de ce type : vision d’un homme assis à l’intérieur de sa voiture, qui bichonne et nettoie avec un zèle redoublé son habitacle, avec force lingettes, brumisateurs et Eau-de-Cologne ; ce même homme, au fur et à mesure de cette opération de nettoyage – renouvelée autant qu’il le peut – se débarrasse de ses lingettes usées en les jetant par la fenêtre, comme il vide le contenu malodorant de son cendrier au pied de sa voiture, point focal strictement borné de toutes ses attentions hygiénistes. Il faudrait pouvoir comparer le chiffre d’affaires total des entreprises de nettoyage automobile – omniprésentes parce que systématiquement liées à l’économie des parkings – avec le budget « nettoyage de la voie publique » de l’ensemble des municipalités. Il en va de même de l’usage dominant des communs dans les immeubles urbains : les cours intérieures et autres puits de lumière servent de dépôt à ordure, incessamment réalimentés en déchets jetés des fenêtres des différents appartements. Cette manière de se débarrasser des rebuts à la lisière même des espaces familiaux n’est pas l’apanage des quartiers populaires. Dans les quartiers à population aisée, ces rebuts disparaissent rapidement du fait de la présence à disposition d’un abondant personnel de nettoyage. Les conflits de voisinage occasionnés par ce mode expéditif de gestion des ordures ménagères apparaissent dans les zones en cours de gentrification ou de changement social fort, à mixité sociale transitoire, entre les étrangers, couples mixtes, ou Turcs ayant vécu à l’étranger et incorporé d’autres habitudes en la matière, et les autres.

9Dans ce cas, l’échelle pertinente des pratiques de propreté c’est la bulle de l’individu, qui se confond avec les contours de la voiture individuelle et semble ne jamais interagir avec l’environnement immédiat. Cette scène peut être étendue à l’échelle de la famille, la continuité étant encore forte entre les pratiques individuelles et les pratiques familiales, l’expression de l’individu se limitant parfois – surtout pour les femmes – au seul cadre de la famille.

10Les comportements de propreté quotidiens des petits commerçants (esnaf) sont à cet égard très instructifs : chaque matin, le rituel d’ouverture de la boutique s’accompagne d’une opération-balayage (et grandes eaux, si le temps s’y prête) qui consiste à faire aux limites de ce qui est considéré comme le domaine personnel/réservé des petits tas que le premier souffle de vent ou que la première petite pluie dissipe. Autrement dit, je balaie au mieux devant ma porte et surtout à l’intérieur de la maison : le reste ne dépend pas de moi/nous et importe finalement peu.

11L’environnement de l’individu ou de la famille – la rue, l’îlot, le quartier, l’arrondissement – n’a pas d’extension ni donc de consistance ou de pertinence. Ce qui signifie qu’aucune articulation n’est opérée dans les représentations entre le bien privé (la voiture, l’appartement) et le bien commun (qui demeure potentiel et peine à être actualisé en tant que tel). Sans transition, le cadre de représentation passe du niveau de l’individu au niveau de la nation, voire de la communauté des croyants. Mais la communauté nationale comme la communauté de croyance ne se déploie pas dans un environnement matériel très tangible. Le territoire national est presque une abstraction, tant il est sacralisé et investi de valeurs affectives. S’il est investi de sens et d’affects, c’est moins en tant qu’extension physique concrète qu’en tant que valeur idéelle. Le souci de son intégrité conduit à en faire une unité indifférenciée, la dimension sécuritaire évacuant totalement la dimension environnementale.

12Or les ruptures démographiques violentes qu’a connues la Turquie (des déplacements des populations non musulmanes des années 1910-1930, à l’exode rural des années 1950-1980) semblent avoir longtemps rendu impossibles ces dynamiques de transmission et d’appropriation locale de l’environnement. Et, en quelque sorte, le culte du national, horizon d’appartenance prioritaire et fondement de la communauté politique, rend aveugle sur le local, suspect en tant qu’il peut perturber en introduisant l’infinie différence. En parallèle et de façon encore plus déterritorialisante, l’activation de la communauté de croyance – une des communautés imaginées instrumentalisées de manière récurrente (et croissante) par les pouvoirs politiques en Turquie – semble détourner de l’investissement de l’ici-bas, frappé du sceau de l’insignifiance et du provisoire. Dans cette perspective, nous vivons dans un monde « passager, artificiel (fânî dünya) » par lequel on ne fait que passer, et qui ne mériterait donc pas qu’on s’y attarde/attache trop. Le surinvestissement affectif de l’au-delà entrainerait une sorte de désintérêt pour l’ici-bas.

13L’idée de « passage » a aussi une autre dimension, sans doute non négligeable : « faire environnement » suppose aussi une certaine stabilité de la population, condition d’une appropriation minimale de l’environnement, l’ancrage permettant de construire un héritage local dont les intéressés peuvent, dans la durée, se sentir dépositaires. L’environnement matériel de ce monde ne vaudrait pas la peine de faire l’objet de trop de soins. Il y a un vide qui n’est pas pris en charge et qui n’est pas interrogé entre l’individu et sa famille d’un côté, et la nation, voire l’umma (la communauté des croyants), à l’autre extrémité de l’espace social et politique.

14Donc si le lieu n’existe pas dans sa singularité complexe et en continuité et/ou connectivité avec d’autres lieux avec lesquels il fait système, l’environnement n’a pas de consistance.

2 - Le conservatisme contre l’environnement

15Par ailleurs, l’AKP revendique à l’envi le fait d’être un parti « conservateur » (muhafazakâr). C’est même le cœur stable de son identité proclamée depuis sa fondation durant l’été 2001. Il est rattaché au niveau européen au groupe parlementaire « réformiste et conservateur » (ERP). Néanmoins son conservatisme est principalement focalisé sur la conservation (par la naturalisation) des positions socio-économiques et la consolidation des valeurs qui justifient, légitiment ou masquent les dites positions. Dans cette optique, si pour assurer une croissance économique soutenue – objectif sacro-saint de l’AKP, qui convoque en permanence l’intérêt supérieur, trans-local, de la nation – l’environnement ou des composantes entières de celui-ci doivent être sacrifiés, peu importe. Or les secteurs les plus « porteurs » de la Turquie de l’AKP, qui ont permis de fortes accumulations et l’émergence rapide de nouvelles fortunes (énergie, secteur minier et secteur « Bâtiment-Travaux-Publics ») sont des secteurs peu respectueux de l’environnement.

16L’adoption fin novembre 2014 d’un nouveau décret d’application sur les procédures d’études d’impact environnemental (dites ÇED en turc) qui dispense désormais de celles-ci les projets de construction de centres commerciaux et de logements collectifs (l’expression ne renvoyant pas en turc à du logement social), les projets de voies ferrées de moins de 100 km de longueur et même les projets d’aménagement des espaces forestiers, confirme à quel point les objectifs de développement économique sectoriel – à rendement immédiat – passent devant toute considération de durabilité. Dans le même ordre d’idée, pour le maire d’Istanbul (réélu en mars 2014), l’environnement c’est avant tout l’environnement d’affaires, et la durabilité c’est en premier lieu la stabilité offerte aux investissements et aux affaires. Cette interprétation locale de concepts et de valeurs qu’on pourrait croire partout également définis et universellement partagés oblige à être très prudent.

17Dès lors, il n’y a rien d’étonnant à ce que tous les mouvements de protestation contre les « grands projets » d’infrastructure (du troisième aéroport international d’Istanbul au tunnel routier sous le Bosphore) ou contre les projets énergétiques soient vivement dénoncés par le pouvoir comme des menaces pour la dynamique de croissance, qui relève de l’intérêt supérieur de la nation. L’adhésion de la majorité des électeurs au pouvoir AKP (aux commandes nationales depuis novembre 2002) tient notamment à ce type d’argument : les « environnementalistes » étant décrits comme des empêcheurs de croître et de s’enrichir, voire comme des agents de puissances extérieures jalouses de la croissance turque et décidées à y mettre un terme. Les sérieux ennuis de plusieurs institutions allemandes avec la justice turque tout au long du mouvement de protestation contre l’exploitation au cyanure d’une mine d’or dans la région égéenne sont liés à cette suspicion (AYDEMIR, 2013).

18La conservation des valeurs qui sont supposées faire société harmonieuse et garantir la stabilité des positions d’autorité prime sur tout. L’ethos conservateur turc contemporain ne prend pas en compte l’environnement matériel dans sa concrétude mais davantage le système de relations entre les membres de la communauté, considérée à plusieurs échelles (de la famille à l’umma). Pour formuler de manière plus lapidaire : veiller au respect des puissants, des anciens et des hommes paraît plus important que veiller aux équilibres naturels. La pire des subversions ne réside pas dans le saccage de l’environnement – à l’image des dégâts générés par les aménagements pour le troisième pont autoroutier sur le Bosphore depuis le lancement des travaux en mai 2013 –, mais dans la mise en cause de l’autorité ou des règles de fonctionnement et d’organisation de la communauté. Les opposants environnementalistes aux multiples projets en cours sont dès lors aussi décrits par le pouvoir comme des traitres à la nation. Comme si l’intérêt suprême de la nation – défini dans les hautes sphères – avait la priorité sur les intérêts environnementaux locaux.

19Pour résumer et pour emprunter un vocabulaire religieux plus judéo-chrétien que musulman – le conservatisme turc puisant beaucoup dans le référentiel religieux –, dans le système de valeurs dominant, certaines créatures (Yaradılış ou Fıtrat) et le Créateur (Yaradan) ont nettement la priorité sur la Création (le mot hilkat, dans le sens de résultat physique de l’acte de création, au-delà des créatures vivantes, n’est pas très usité), somme de ressources perçues comme pouvant être utilisées à volonté. Le cadre idéologique et moral importe au premier chef. Il en résulte une relativisation du cadre de vie matériel, donnée largement externalisée dans les comptes moraux des acteurs sociaux dominants. De la même façon que sont externalisés les coûts socio-environnementaux de la croissance économique dans les comptes de la nation.

20Dans cette perspective, comme on l’a déjà montré (PÉROUSE, 2011), l’environnement n’existe pas comme système intégré et territorialisé ; il n’existe que comme somme de « secteurs » cloisonnés et étanches les uns aux autres sur lesquels des interventions techniques ponctuelles sont opérées. Le réduire à des composantes plus ou moins indépendantes les unes des autres et sans accroche socio-territoriale permet de donner l’impression de le maîtriser. Dans l’approche dominante, l’assujettissement de l’environnement à la dynamique de croissance évaluée à travers des critères quantifiés – taux de croissance, montant des exportations… – a pour effet d’évacuer la question de l’environnement. Dans cette optique, l’environnement n’a d’intérêt propre que s’il peut être vendu et participer à la logique développementaliste (PÉROUSE, 2011 ; BIRIKIM, 2010). L’environnement n’est pas construit comme un bien commun ouvert à tous, appropriable par tous, et dont la puissance publique serait le garant.

21Il existe donc un conflit patent entre l’idéologie conservatrice – indissociable du positionnement ultra‑libéral des gouvernements AKP – et le souci de la nature. L’AKP en effet est un parti d’entrepreneurs, plus que les autres partis représentés à l’assemblée : les élus de l’assemblée nationale turque au terme des élections de juin 2011 étaient pour près d’un tiers des hommes d’affaires, alors que ceux-ci ne formaient qu’un cinquième du total de l’assemblée issue des élections de juin 1999. Les groupes sociaux qui soutiennent l’AKP sont des groupes en ascension socio-économique – ou habités par l’espoir d’une ascension –, qui adhèrent à la dynamique de croissance à tout prix, moteur de la dite ascension ou de la possibilité d’ascension. En revanche, les groupes qui portent le souci de la nature appartiennent à des milieux socio-professionnels qui ont moins à gagner du mode de croissance privilégié par l’AKP : la part des ingénieurs dans l’assemblée nationale a fortement diminué entre 1999 et 2011 et celle des enseignants est restée stable. Or en Turquie les ingénieurs, à travers leurs chambres professionnelles – institutions stables, indépendantes et dotées de moyens importants –, sont historiquement plus engagés dans les luttes sociétales que d’autres professions moins organisées et surtout moins imprégnées d’une culture de l’engagement et du progrès.

22Ce conflit entre l’idéologie développementalo-conservatrice et le souci de la nature prend parfois les aspects d’une peur de la nature, voire d’une forme de haine de celle-ci. On peut même aller plus loin dans l’analyse de cette économie politique dominante de l’environnement qui paraît tout sacrifier à la croissance et au rapport à court terme et qui stipule que le développement « civilisé » passe par la maîtrise de la nature, si ce n’est par une exploitation maximale de celle-ci. Ainsi, au nom de l’indépendance énergétique du pays à assurer le plus rapidement possible (c’est un des principaux objectifs des responsables turcs actuels), toutes les violences aux ressources et aux équilibres sont admises. De la même façon, l’objectif d’accroître les exportations conduit à développer le secteur minier sans aucun souci des conséquences environnementales des modes d’exploitation privilégiés. C’est également sans doute ce qui explique que l’AKP n’a pas de politique rurale à part entière et se désintéresse des territoires qui ne sont pas intégrés, d’une façon ou d’une autre, à la logique métropolitaine de développement. La loi adoptée fin 2012, qui étend les limites administratives des 29 municipalités métropolitaines de Turquie à l’ensemble des départements concernés, peut même être considérée comme l’expression la plus flagrante de cette domination du mode de développement métropolitain sur tous les autres modes de mise en valeur des territoires.

3 - La fabrique de l’environnement contre la nature ?

23Compte tenu de ce qui précède, on comprend pourquoi les politiques urbaines promues par le Parti de la Justice et du Développement sont plus des politiques de création ex-nihilo d’un environnement a priori maîtrisé, domestiqué et « civilisé » que des politiques de protection d’un système complexe territorialisé dont aucune composante n’est pleinement contrôlable/isolable par les seuls acteurs politiques et par la seule magie de dispositifs techniques.

24Dans le mode actuel de fabrique d’Istanbul, la nature se reproduit et se parodie aisément, par morceaux disjoints, tout comme l’histoire d’ailleurs. La nature n’a de raison d’être que strictement domestiquée et rapportée à des donations de sens et à des usages contrôlés par le pouvoir politique. Après la reprise policière de Gezi, le dimanche 16 juin 2013, le gazon en plaques est posé pour maquiller les plaies… et sauver momentanément les apparences aux yeux des touristes étrangers. Quelques mois plus tard, il ne restait rien des plaques de gazon apposées sur les talus du parc. Cependant, la mairie métropolitaine avait déployé des prodiges pour « sur-paysager » le parc et le saturer de parterres de fleurs. Les efforts ostentatoires et compensatoires manifestés par les autorités locales ont fait de ce parc un bel objet à voir, destiné à démontrer leur capacité à s’occuper de l’environnement. À la même occasion, les traces de la contestation de juin 2013 et de ses suites étaient systématiquement effacées. La seule histoire imposée est recomposée, monolithique et coupée des autres moments – comme cette histoire ottomane de Taksim que le projet de reconstruction d’une caserne disparue à la fin des années 1930 voulait réactiver et plaquer par le haut. Elle n’a pas plus de sens qu’une composante environnementale décontextualisée.

25On a donc affaire à une approche quasi quantitativiste et a-sociale de la question environnementale, pour qui le temps, le territoire et leurs usages sociaux ne comptent pas. Ainsi, cette conception de l’environnement par les pouvoirs publics aboutit à le découper en secteurs techniques étanches les uns aux autres – eau, végétal, air –, objets chacun d’un traitement à part et d’une possible marchandisation « séparée ». D’ailleurs depuis juin 2011, il existe en Turquie un ministère de l’«  Environnement et de l’Urbanisme », parallèlement à un ministère de l’« Eau et des Forêts » et à un troisième ministère de l’« Énergie et des Ressources naturelles ». Les transports étant déconnectés de l’environnement : ils font l’objet d’une politique à part qui n’interfère pas avec la politique environnementale.

26Dans les politiques urbaines, l’environnement n’est jamais considéré comme un système complexe territorialisé, ni comme un bien public non aliénable, produit d’une histoire à respecter et de formes d’appropriations sociales pouvant échapper à la raison économique et politique dominante (BAZIN, 2008). Dans cette optique, l’environnement se réduit à une apparence immédiate donnée à voir et consommer. C’est un artefact.

27Les très nombreux parcs que la mairie métropolitaine et que les mairies d’arrondissement se targuent d’avoir créés ces dernières années (la communication municipale préélectorale consiste généralement à décliner le nombre de m2 de nouveaux parcs ou de parcs réaménagés) sont le plus souvent davantage des îlots de béton, ciment, granit … et plastique quand il s’agit de la variante « Parc d’enfants », la plus répandue. Ces « parcs » sont des imitations partielles et parfois grotesques de la nature, recomposée à des fins d’ordre moral – vis-à-vis des enfants et des femmes, segments privilégiés des politiques de l’AKP – et de perception de ressources matérielles (les cafétérias que l’on trouve fréquemment dans ces parcs sont génératrices de petites rentes dont l’allocation contribue parfois à animer la vie politique locale). Pour les plus grands parcs, la transformation de ceux-ci en parkings leur fait perdre une grande partie de leur agrément, et leurs artères sont le lieu d’un trafic automobile, par moments dense et même dangereux pour les piétons.

28De même, au cœur des centres commerciaux, des morceaux recomposés de nature – mers tropicales, forêts tropicales, banquise antarctiques… - sont proposés à la clientèle, la posture de consommateur ne changeant pas d’un ordre de « produit » à l’autre. Dans tous les cas, les fragments de nature exposés sont toujours spectacularisés et externalisés, l’effet d’étrangéité ne permettant pas au spectateur de se sentir partie d’un système. On assiste au même déphasage entre morceaux de nature aseptisée, promus, et environnement concret, dénié, dans les opérations immobilières de standing qui tendent depuis le début des années 2000 à occuper tous les vides subsistants de l’aire urbaine, voire à remplacer, dans le cadre de la transformation urbaine, des îlots ou groupes d’îlots entiers. Chaque projet mis sur le marché – résolument international – participe à cette fabrique décontextualisée d’une nature parallèle.

29La valeur marché est au cœur des politiques environnementales, les destructeurs de l’environnement se targuant d’être les meilleurs vendeurs d’environnement et participant à la transformation en biens marchands des composantes du système environnemental. C’est ainsi qu’en 2014 les débats furent vifs entre activistes environnementalistes et autorités publiques à propos d’un projet « vert » porté par deux grandes sociétés. Ces dernières prétendaient vouloir construire des bâtiments « intelligents et écologiques » dans l’une des forêts du nord de la métropole. L’opération immobilière d’envergure, dont la réalisation passait par une saignée forestière massive, aurait été associée à un « Parc naturel » (de la forêt de Fatih). La nature survit dans ce processus, à la seule condition d’être sublimée sous la forme de parc d’attractions payants et d’être recomposée pour devenir consommable.

Fig. 2 – Page d’une brochure publicitaire pour le complexe résidentiel fermé «  Ormanada  » (Île-Forêt), au nord-ouest d’Istanbul

Fig. 2 – Page d’une brochure publicitaire pour le complexe résidentiel fermé «  Ormanada  » (Île-Forêt), au nord-ouest d’Istanbul

Source : Mars 2015, ou la marchandisation de l’environnement : «  Dans l’Île-Forêt toutes les saisons sont vertes désormais ! »

4 - Les systèmes alternatifs

30Face au système dominant, d’autres systèmes de valeurs environnementales existent, peu compatibles avec ce dernier. En effet, les décennies 1990-2000 sont caractérisées par une politisation des luttes environnementalistes, devenues des moteurs de la politique locale et nationale. Bien avant Gezi en fait, on a assisté à l’éveil d’une sensibilité environnementaliste dans l’opinion, souvent à l’échelle des quartiers et d’une manière réactive, contre tel ou tel projet d’aménagement ou d’infrastructure. Et pas seulement sur le mode du « Pas dans mon jardin » (Nimby), c’est-à-dire sur le mode de la défense jalouse des petits avantages environnementaux d’une communauté privilégiée.

31Ainsi depuis le début des années 1990, certaines associations de proximité – tout particulièrement dans les quartiers favorisés - mènent une sorte de « pédagogie de l’environnement » qui aboutit à une prise de conscience croissante de la valeur de celui-ci par les habitants et de la nécessité d’une mobilisation à l’échelle locale. La Corne d’Or, les mers de Marmara et Noire, les forêts du nord et surtout le Bosphore – particulièrement après les accidents survenus à la fin des années 1970 et dans les années 1980 –ont fait l’objet d’une appropriation progressive par certains Stambouliotes. Déjà dotés d’une valeur environnementale par des organisations internationales ou par la législation nationale – avec la mise en place du dispositif des sites protégés à partir de juillet 1983 ou la loi sur le Bosphore de novembre 1983 –, ces composantes de l’environnement stambouliote ont commencé à être défendues par les citoyens eux-mêmes. Tout au moins ceux qui sont dotés des capitaux (éducatifs et économiques) nécessaires et ceux qui ne participent pas à l’idéologie de la croissance économique forcenée.

32Quand on regarde la chronologie des créations des associations à caractère environnemental à Istanbul - ou des réactivations d’associations dormantes -, on constate une nette concentration au début des années 1990. Cette concentration est liée à la fois à une ouverture relative de l’espace politique national, déstructuré par les coups d’État successifs, ainsi que de l’espace politique local, qui rend possibles ces mouvements citoyens, et à une intensification des agressions contre l’environnement, elle-même due à l’accélération des projets touristiques et immobiliers et à une augmentation de la valeur d’Istanbul sur le marché international des destinations de séjour ou d’investissements.

33À partir de 1992 est ainsi relancée la vieille association de Kuzguncuk, un des anciens « villages » du Bosphore, sur la rive asiatique, contre la perspective de la construction d’un hôpital privé aux dépens du seul espace vert interne au quartier, un ancien jardin potager, propriété de la Direction des Fondations. Cette première mobilisation a été le fait de personnalités dotées de prestige et de relations, architectes, écrivains, journalistes, universitaires. Trente ans plus tard, l’affaire n’est pas encore apaisée. À la même période pionnière, le cas de l’« Initiative Locale d’Arnavutköy » est assez proche du précédent par les groupes sociaux impliqués ainsi que par l’argumentaire et le répertoire d’action utilisés. Créée en 1994, cette association, qui entretient des relations étroites avec la mairie de quartier, est née pour contrer le projet d’un troisième pont autoroutier sur le Bosphore. Elle mobilise, comme la précédente, des personnes à capital culturel, social et économique relativement élevé – le quartier se situe sur la rive européenne du Bosphore, dans l’arrondissement de Beşiktaş, il est habité par des ménages en majorité aisée. Cette association a contribué à sensibiliser les populations concernées. Et avec le temps, elle est sortie de ses revendications « étroites » – du type nimby « nous ne voulons pas de pont ici, mais pourquoi pas ailleurs, un peu plus au nord » pour développer un discours plus large sur la nécessité de repenser le système de transports à Istanbul et de protéger de manière intégrée l’ensemble du Bosphore.

34Un autre cas « pionnier » est celui de la mobilisation des habitants de Karanfilköy, un ancien quartier d’habitat spontané (il remonte aux années 1940), contre les projets d’éradication et de densification de la Municipalité du Grand Istanbul en 1996 (ARIKANLI ÖZDEMIR, 2005). Émanant de populations moins dotées culturellement et économiquement que dans les deux cas précédents, cette mobilisation – soutenue cependant de l’extérieur par les chambres professionnelles « inspirées » par le sommet « Habitat-II » tenu à Istanbul au même moment, en juin 1996 – fut construite en partie sur des thèmes d’ordre environnemental. Les maisonnettes basses, disséminées au milieu de jardins arborés, ont ainsi été défendues par les habitants eux-mêmes comme offrant une qualité de vie préférable à celle des appartements dans des immeubles du type de ceux que projetait d’édifier la municipalité.

  • 2 Voir le site Internet : www.kuzeyormanlari.org [en ligne], (dernière consultation le 10 11 2014)

35Aujourd’hui le relais a été pris par des acteurs politiques (gauche radicale et gauche kémaliste, dans une moindre mesure) ou associatifs opposés aux grands projets d’infrastructures qui se multiplient dans la « Nouvelle Turquie », comme pour prouver au monde entier la puissance de cette dernière : le regroupement « Défense des Forêts du Nord » (l’abréviation KOS est utilisée en turc2) est un des plus en vue, qui cherche à sensibiliser l’opinion à propos des dégâts causés par l’aménagement des infrastructures autoroutières et aéroportuaires, aux dépens de la couverture forestière, dans le nord de l’aire urbaine. Ce regroupement, inspiré par « l’esprit de Gezi », tente de mobiliser au nom d’une conception de la valeur environnementale qui convoque la valeur « territoire‑système », la valeur « passé », la valeur « vie », la valeur « gratuité », la valeur « piéton » et la communauté des citoyens égaux. La conception promue par cette formation composée de jeunes urbains éduqués rompus à l’usage des réseaux sociaux et très ouverts sur le monde extérieur – à la différence de leurs prédécesseurs du début des années 1990 – est peu conciliable avec celle promue actuellement par l’AKP. L’argumentaire développé par ce mouvement met par exemple fortement l’accent sur l’écosystème propre à cet isthme entre mer Noire et mer de Marmara, au croisement de systèmes bioclimatiques multiples. Enfin, ce mouvement contestataire n’a de cesse de rappeler la qualité propre de chaque lieu, constitutive des environnements singuliers, en déclinant dans toutes ses déclarations les toponymes menacés qu’une rationalité déterritorialisée, se référant à des intérêts toujours supérieurs, semble menacer.

36Le vital des uns n’est pas celui des autres et pour les cadres de l’AKP les shopping malls sont des « centres de vie » – yaşam merkezi, pour reprendre l’appellation officielle – autant que des centres d’achat. En outre, une analyse de la politique de (re)création de « parcs urbains » ces dernières années irait dans le même sens. En effet, cette politique, abondamment médiatisée par la municipalité du grand Istanbul soucieuse de remplir le tableau de ses « performances environnementales », est en partie subordonnée aux aménagements de parkings automobiles. Comme on peut le voir de manière très saisissante dans les quartiers historiques congestionnés de Cihangir ou de Şişhane, sous les nouveaux parcs se trouvent les parkings, sources de revenus pour une des sociétés privées de la grande municipalité d’Istanbul la plus prospère, İSPARK (İstanbul Parking). Et plus de la moitié des « espaces verts » créés ces dix dernières années par la dite municipalité sont en fait des talus d’autoroutes et de voies-express, ou des cœurs d’échangeurs routiers.

37Au terme de cet examen critique, il apparaît que ce qui fait « qualité environnementale » pour les décideurs de la Turquie actuelle n’a rien à voir avec les critères admis de celle-ci dans d’autres pays et par la plupart des institutions internationales en charge de la diffusion des bonnes pratiques environnementales. Ce malentendu et cette « bonne foi environnementale » des pouvoirs publics permettent sans doute d’expliquer que les autorités municipales du Grand Istanbul n’ont pas hésité à proposer la candidature d’Istanbul pour le titre de « Capitale européenne du vert » en 2017. Candidature que le Guardian a qualifiée dans son édition du 3 novembre 2014 de « plaisanterie », reprenant le propos du responsable stambouliote du principal parti d’opposition (kémaliste) à l’AKP. En 2011 en effet, sur un total de 140 grandes agglomérations, Istanbul avait été classée au 109e rang des « villes vivables » par lEconomist Intelligence Unit du Royaume-Uni… Mais après le titre de « Capitale européenne de la Culture » obtenu en 2010 et avant la consécration olympique – toujours ardemment attendue –, les édiles d’Istanbul sont à la recherche de toute forme de reconnaissance internationale. La « performance environnementale » – qui pour les dirigeants actuels est d’abord une affaire de communication et de choix d’indicateurs – n’est qu’une modalité, entre autres, de promotion d’Istanbul sur le marché des métropoles internationales.

38Il résulte de ce choc des conceptions des malentendus fréquents, et des conflits non moins fréquents avec les défenseurs d’autres visions. Dans la Turquie croissante et croyant en son grand avenir, la qualité environnementale c’est avant tout la sécurité, le confort et la conformité avec une conception du développement qui place au cœur de celui-ci l’enrichissement, la consommation et la préservation d’un certain ordre moral. Ceci dit, il est légitime de se demander dans quelle mesure notre propos ne relève pas d’une forme de culturalisme. En effet nous avons caractérisé le mode dominant d’appréciation de la qualité environnementale dans la Turquie urbaine actuelle en nous référant plus à des facteurs idéologiques ou culturels qu’à des facteurs matériels plus « concrets ». Ce travers trouve son origine dans le fait que nous avons privilégié les faits de représentation qui commandent aux interventions sur le cadre urbain matériel.

39Quoi qu’il en soit, la question environnementale est donc devenue cruciale ces dernières années, du fait de l’ampleur des dommages suscités par le mode dominant de gestion de « développement » économique et urbain. Elle a pris une importance centrale, comme le soulèvement de Gezi l’a montré, dans l’agenda politique local. Elle peut même devenir un des axes du renouvellement de la politique urbaine. En attendant, plus que les mobilisations des associations et de certaines composantes du jeu politique, c’est à partir du moment où l’image internationale d’Istanbul – et l’économie touristique qui en est largement tributaire – commencera à souffrir de ce « carnet environnemental » désastreux que l’on assistera sans doute à une réaction des pouvoirs politiques.

Top of page

Bibliography

ADAMAN F. et ARSEL M. (eds), (2005), Environmentalism in Turkey: between democracy and development? Burligton: Ashgate.

AKBULUT B. & BARTU CANDAN A., (2014), Bir-İki Ağacın Ötesinde: İstanbul’a Politik Ekoloji Çerçevesinden Bakmak [Au-delà de la question d’un ou deux arbres: regarder Istanbul d’un point de vue politico-écologique], in BARTU CANDAN & ÖZBAY C., Yeni İstanbul Çalışmaları. Sınırlar, Mücadeleler, Açılmalar, Metis, p. 282-299.

ARIKANLI ÖZDEMIR MAYA, (2005), « Kentsel Dönüşüm Sürecinde Eski Bir Gecekondu Mahallesi : Karanfil Köy Kentlere Vurulan ‘Neşter’ler » [Un ancien quartier de gecekondu pris dans le processus de transformation urbaine : coup de scalpel sur Karanfilköy], in KURTULUŞ HATICE (yayına hazırlayan), İstanbul’da Kentsel Ayrışma : Mekansal Dönüşümde Farklı Boyutlar, İstanbul : Bağlam Yayıncılık, p. 187-238.

ARSEL M., AKBULUT B. et ADAMAN F., (2015), Environnementalism of the malcontent : anatomy of an anti-coal power plant struggle in Turkey, The Journal of Peasans Studies, vol. 38, no 2, p. 299-323.

AYDEMIR Ö., (2013), Latest notes on history from Bergama, Perspectives, 2013/4, Heinrich Böll Stiftung in Turkey, 34-37, en ligne [https://www.boell.de/sites/default/files/Perspectives_Turkey_4_2013.pdf].

BAZIN M., (2008), La nature à Istanbul. De l’héritage ottoman à la « mondialisation de la nature », Géographie et cultures, 62 (2008), p. 7-26.

BIRGÜN, Bu çılgın projeler kuzey ormanlarını mahvedecek !, [Ces projets fous finiront par venir à bout des forêts du nord], Birgün, 6 juin 2014, p. 1.

BIRIKIM, (2010), « Doğayı paraya çevirmek » [Convertir lenvironnement en argent], dossier spécial de la revue Birikim, Temmuz 2010 n° 255, p. 8-36, en ligne : [http://www.birikimdergisi.com/birikim/278].

HARMANŞAH Ö., (2014), Urban Utopias and How They Fell Apart: The Political Ecology of Gezi Parkı, in OZKIRIMLI U., The Making of a Protest Movement in Turkey: #occupygezi, Palgrave, p. 121-133.

HARRIS L. M., (2011), Neo(liberal) citizens of Europe: politics, scales and visibilities of environmental citizenship in contemporary Turkey, Citizenship Studies, vol. 15, Issue 6-7, 837-859.

MADRA Ö., (2013), Lütfen Devam: Bu Daha Başlangıç, Mücadeleye Devam! [Continuez SVP: Ceci n’est qu’un début, la lutte continue!], Başka Haber, 5 Temmuz 2013, [en ligne].

PÉROUSE J.-F., (2006), L’environnement comme ressource non partagée et comme révélateur : géographie sociale et hiérarchie des aménités. Le cas d’Istanbul in DORIER-APPRILL É. (coord.), Environnement et société, Paris : SEDES, p. 273-289.

PÉROUSE J.-F., (2011), L’impératif du développement durable à Istanbul : une domestication contrariée, partielle et opportuniste, in P.-A. BARTHEL & L. ZAKI (éd.), Expérimenter la ‘ville durable’ au sud de la Méditerranée. Chercheurs et professionnels en dialogue, Paris : l’Aube, coll. villes et territoires, p. 55-83.

PÉROUSE J.-F., (2013), Le parc Gezi : dessous d’une transformation très politique, Métropolitiques, en ligne : [http://www.metropolitiques.eu/Le-parc-Gezi-dessous-d-une.html].

RADIKAL, (2014), İşte megaprojelerin hedefindeki ormanlar [Et voici les forêts dans le collimateur des méga-projets], [en ligne].

ŞAHIN Ü., (2013), « Gezi Direnişi : Bir Demokrasi ve Ekoloji Mücadelesi » [La Résistance de Gezi : un combat pour la Démocratie et l’Écologie], Üç Ekoloji, no 10, p. 20‑21.

Top of page

Notes

1 Le chapitre « Environnement » des négociations d’adhésion, ou « Chapitre 27 » a été ouvert en décembre 2009

2 Voir le site Internet : www.kuzeyormanlari.org [en ligne], (dernière consultation le 10 11 2014)

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 – Nouvelle pose de gazon en plaques à Gezi
Credits Source : Hürriyet Daily News, 20 novembre 2014
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7292/img-1.png
File image/png, 210k
Title Fig. 2 – Page d’une brochure publicitaire pour le complexe résidentiel fermé «  Ormanada  » (Île-Forêt), au nord-ouest d’Istanbul
Credits Source : Mars 2015, ou la marchandisation de l’environnement : «  Dans l’Île-Forêt toutes les saisons sont vertes désormais ! »
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7292/img-2.png
File image/png, 713k
Top of page

References

Bibliographical reference

Jean-François Pérouse, « Le « mouvement de Gezi » ou le choc des systèmes de valeurs environnementales dans la Turquie en croissance », Méditerranée, 123 | 2014, 49-56.

Electronic reference

Jean-François Pérouse, « Le « mouvement de Gezi » ou le choc des systèmes de valeurs environnementales dans la Turquie en croissance », Méditerranée [Online], 123 | 2014, Online since 01 October 2017, connection on 18 February 2018. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/7292 ; DOI : 10.4000/mediterranee.7292

Top of page

About the author

Jean-François Pérouse

Institut français d’études anatoliennes (IFEA, Istanbul), jeanfrancoisperouse@gmail.com

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals