Skip to navigation – Site map
Enjeux et effets des plans et projets d’aménagement et de requalification environnementale urbaine

La qualité environnementale, une question d’échelles ?

Les dilemmes de l’aménagement urbain durable à Rome
Environmental Quality : A Question of Scale ?
The Dilemmas of Sustainable Urban Development in Rome
Aurélien Delpirou
p. 23-29

Abstracts

In Rome, improving environmental quality became an objective of public action in its own right in the 1990s and 2000s, as part of a broader rethink of municipal urban policies. The aim was not just to improve quality of life at local level – especially in outlying districts – but also to establish a new balance in the structure of the metropolitan area, with a view to making up for lost time in terms of Rome’s compliance with “European standards” for sustainability. However, a field study based on an analysis of two projects shows that these goals have been particularly difficult to reconcile. This difficulty is interpreted in light of the specificities of the Roman context, as well as from the standpoint of conflicts of scale and in terms of the representations that are attached to the notions of urban sustainability and environmental quality.

Top of page

Full text

1À Rome, l’amélioration de la qualité environnementale s’est imposée comme un objectif à part entière de l’action publique dans les années 1990 et 2000, dans le cadre d’un large renouvellement des politiques urbaines municipales. Il s’agissait tout autant d’améliorer la qualité de vie à l’échelle locale, tout particulièrement dans les quartiers de la périphérie, que de chercher un nouvel équilibre dans la structure de la métropole, afin de rattraper le retard de Rome sur les « standards européens » en matière de durabilité. Toutefois, une enquête de terrain fondée sur l’analyse de deux projets permet de montrer que ces objectifs ont été particulièrement difficiles à concilier. Cette difficulté est interprétée à l’aune des spécificités du contexte romain, mais aussi des conflits d’échelles et de représentations attachés aux notions de durabilité urbaine et de qualité environnementale.

1 - Rome et la qualité environnementale : du « mauvais élève » au « modèle d’aménagement durable » ?

2Si certaines représentations tendent à faire de Rome un symbole de l’urbanité européenne, la Ville éternelle est en réalité une commune immense (1 280 km², soit treize fois Paris intra-muros), peu dense et fragmentée. Il est vrai que cette capitale tardive (1871) et contestée (DJAMENT, 2011), marquée par une structure productive incomplète et une modernisation inaboutie (SERONDE-BABONNAUX, 1980), a longtemps cristallisé les dysfonctionnements urbains du pays. En effet, la puissance du monde entrepreneurial romain, dans une large mesure issu de l’aristocratie pontificale, son emprise foncière hégémonique et sa proximité avec les milieux politiques locaux et nationaux en ont fait l’acteur dominant des dynamiques urbaines au cours du xxe siècle (BOCQUET, 2007). La capitale s’est étendue en « tâche d’huile », essentiellement selon des logiques spéculatives et informelles (INSOLERA, 1962). Dans ce contexte, la planification urbaine a été systématiquement contournée et la plupart de ses instruments de mise en œuvre échappent encore aujourd’hui, à des degrés divers, au contrôle public (BERDINI, 2008).

  • 1 Selon la terminologie utilisée par les associations environnementalistes italiennes. La « consomm (...)

3En matière de qualité environnementale, la capitale italienne présente une situation contrastée. Le site originel est bien connu : contrairement à nombre de fondations antiques, Rome n’est pas une ville maritime, mais fluviale. La cité antique s’étend entre collines aux pentes abruptes et vallées marécageuses, rendues constructibles au prix de lourds travaux d’assainissement et de drainage. Aujourd’hui, la capitale italienne bénéficie des ressources exceptionnelles des zones archéologiques et naturelles de son vaste hinterland rural, l’agro romano [campagne romaine], mais aussi de magnifiques parcs publics patrimonialisés et de formes singulières d’interpénétration entre la ville et la nature à toutes les échelles (BENEVOLO, 1992). Toutefois, l’environnement romain a été durablement altéré par plusieurs décennies de « consommation des sols1 » extensive et non maîtrisée : la surface urbanisée a été multipliée par 50 entre 1870 et les années 1980 (BERDINI, 2006), au prix d’une forte dégradation paysagère (De LUCIA, 2003). Par ailleurs, la pollution atmosphérique a atteint des niveaux préoccupants (OCDE, 2003), en lien avec un taux de motorisation exceptionnellement élevé et un réseau de transports collectifs médiocre et lacunaire (DELPIROU, 2009).

  • 2 Il représente graphiquement le zonage fonctionnel de l’espace [zonizzazione], définit le régime j (...)

4Dans ce contexte, l’élection au Capitole en 1993 de l’écologiste F. Rutelli, qui mit un terme à quarante années de « laisser-faire » démocrate-chrétien (INSOLERA, 2011), a constitué un tournant en matière de politiques urbaines et environnementales (CAMPOS VENUTI, 2001). En témoigne le nouveau plan régulateur général (PRG), définitivement adopté en 2008 après dix ans de débats. Instrument hégémonique de la pratique planificatrice italienne, élaboré à l’échelle communale, le PRG est à la fois un document prospectif, qui précise les grandes options de développement de la ville, et un instrument opérationnel extrêmement précis2. Il établit un modèle de ville qui se veut durable et économe, resserrée autour de son urbanisation existante. Le document se fonde sur trois supports conceptuels majeurs, qui apparaissent comme autant de « grands classiques » de l’urbanisme soutenable (COMUNE DI ROMA, 2003) : la préservation des grands parcs, des zones agricoles et des aires archéologiques (formant un « système historico-environnemental ») comme limite à la transformation urbaine ; la modernisation des réseaux de transport ferroviaire (formant le « système de la mobilité ») comme condition de la transformation urbaine ; le polycentrisme fonctionnel (le « système des nouvelles centralités ») et la densification comme modalités de la transformation métropolitaine et de la restructuration des périphéries.

  • 3 En dépit de son approbation tardive, la plupart des dispositions et des contenus du PRG ont été m (...)

5Document innovant et ambitieux, le PRG s’est décliné dans un ensemble de projets3, parfois présentés comme les composantes d’un véritable « modèle romain » d’aménagement (SCANDURRA, 2007). La notion de qualité environnementale [qualità ambientale] est au cœur de ce modèle. Elle est envisagée à la fois comme une ressource à protéger et comme un objectif à part entière de l’action publique, à différentes échelles : il s’agit tout autant d’améliorer la qualité de vie, tout particulièrement dans les quartiers de la périphérie, que de chercher un nouvel équilibre dans la structure urbaine, afin de rattraper ce qui est perçu comme un « retard romain » en matière de « standards européens » de durabilité (densité, mixité, accessibilité).

Le plan […] vise notamment l’amélioration de la qualité environnementale en termes de qualité de vie, d’efficacité du fonctionnement urbain et d’économie des ressources, en particulier celles énergétiques (COMUNE DI ROMA, 2010, p. 13).

  • 4 Menée dans la cadre d’un doctorat, puis de différents séjours de recherche, entre 2006 et 2011.

6Toutefois, une longue enquête de terrain4 a permis de mettre au jour les difficultés rencontrées par les acteurs publics romains pour mettre en œuvre ce modèle. Ces difficultés peuvent être interprétées à l’aune des conflits d’échelles et de représentations attachés à la notion de qualité environnementale, à l’origine de véritables dilemmes dans les projets d’aménagement.

2 - La centralité de Pietralata : un « malthusianisme » environnemental ?

7La mise en œuvre du « système des centralités » prévu par le PRG devait notamment passer par la création, en renouvellement ou en extension, d’une douzaine de nouvelles polarités urbaines, denses et fonctionnellement mixtes, dans les secteurs les plus accessibles des parties péricentrale (appelée « ville consolidée » par le plan) et périphérique de l’agglomération romaine. Elle s’est heurtée à de nombreux obstacles, en particulier l’insuffisante maîtrise foncière publique et les carences du réseau de transports collectifs (DELPIROU, 2009). Plusieurs travaux ont montré que seuls quelques sites offraient les conditions d’un projet viable de densification résidentielle et de concentration fonctionnelle (PIRODDI, 2001). Pietralata est sans doute l’un de ceux qui présentaient les meilleures potentialités.

  • 5 Le réaménagement de la gare en 2011 lui a permis d’accueillir les lignes à grande vitesse reliant (...)

8Située en position péricentrale à environ quatre kilomètres à l’est du centre-ville, la centralité s’étend sur un peu plus de 180 hectares, sur des terrains limités au nord par la vallée de l’Aniene et à l’ouest par le faisceau ferroviaire de Rome à Florence. Le site avait été destiné dès 1974 à un projet de centre directionnel, finalement jamais réalisé. Il s’inscrit aujourd’hui dans un tissu urbain hétérogène et discontinu, marqué par la présence de grands espaces ouverts (friches, terrains vagues), mais aussi de quelques blocs d’immeubles collectifs, d’anciens noyaux d’habitat illégal et des vastes emprises ferroviaires de la gare Tiburtina5 (photo 1). Celle-ci constitue un important pôle multimodal : ligne B du métropolitain, liaison rapide régionale FR1, 15 lignes d’autobus. Trois autres arrêts de la ligne B desservent le périmètre de la centralité. Par ailleurs, la quasi-totalité des terrains ont été acquis, au terme d’une longue, conflictuelle et coûteuse procédure par la Commune de Rome (LEONE, 2003).

Photographie 1 ‑ Vue aérienne de la centralité de Pietralata en 2010

Photographie 1 ‑ Vue aérienne de la centralité de Pietralata en 2010

Source : Google Earth

Photographie 2 ‑ Quelques aspects du site de Pietralata à l’été 2010

Photographie 2 ‑ Quelques aspects du site de Pietralata à l’été 2010

Clichés de l’auteur

9Le projet comprend deux volets : d’une part, la requalification du tissu urbain existant et la création d’un parc de 58 hectares ; d’autre part, un développement urbain fondé sur un programme mixte activités directionnelles /logement/équipements publics. Force est toutefois de constater que l’ampleur de cette transformation est en réalité assez modeste. À ce titre, la comparaison entre Pietralata et d’autres « centralités » de taille comparable, à la localisation plus périphérique et aux conditions d’accessibilité médiocres, est assez éclairante (tableau 1). Quel que soit le critère retenu, il apparaît que la transformation a été strictement limitée : faiblesse des taux d’occupation et d’intensification ; prépondérance des espaces non bâtis ; modestie des programmes résidentiels et tertiaires.

Tableau 1 – Pietralata, une centralité au service de la densification ?

Tableau 1 – Pietralata, une centralité au service de la densification ?

Les indicateurs présentés dans ce tableau empruntent à des travaux italiens et français. La densité humaine est calculée en ajoutant au nombre d’habitants le nombre d’actifs qui fréquentent quotidiennement le site. Elle est dite nette quand elle rapportée aux surfaces occupées par une affectation donnée (emprise du bâti, espaces libres à l’intérieur des parcelles, aires de stationnement, voirie). Ces notions ont été proposées en France par V. Fouchier (1997), afin de mieux prendre en compte l’intensité de l’occupation de l’espace. Le taux d’artificialisation est habituellement utilisé en Italie pour évaluer la « consommation des sols » engendrée par une opération d’aménagement. Le taux d’intensification volumétrique est une densité de contenu : il mesure l’intensité de la construction sur les secteurs soumis à la transformation urbaine ; il correspond à une forme de coefficient d’occupation des sols exprimé en volumétries.
* Centralité mixte publique-privée située à dix kilomètres au nord du Capitole et non desservie par le transport collectif ferroviaire
** Projet privé situé à vingt kilomètres au sud du Capitole et desservi par une station du réseau de transport rapide régional

Source : Delpirou, 2009

10Ainsi, les avantages d’accessibilité et les réserves foncières de Pietralata ne seront que très partiellement valorisés. Deux facteurs permettent d’expliquer cette situation. D’une part, si le nouveau PRG s’est montré ambitieux en matière de création de nouvelles polarités, dans le même temps, il a établi des règles strictes fixant des seuils de densité résidentielle et de superficie d’espaces ouverts dans les secteurs de transformation, notamment ceux de la ville consolidée. Il s’agissait de mettre une œuvre une promesse historique de la gauche romaine : améliorer la qualité de vie des habitants des périphéries à travers la création d’espaces verts, de services et d’équipements publics au cœur de territoires jugés déficitaires en la matière.

  • 6 Adjoint au maire de Rome en charge de la planification et de la programmation territoriale (2001- (...)

11La gauche romaine s’est battue pendant trente ans pour restituer à la ville consolidée des espaces verts et pour offrir à la ville périphérique les services et les équipements que l’expansion spéculative des années 1960 et 1970 ne lui avait pas accordés. Depuis 1993, la municipalité a acquis de haute lutte des terrains destinés à des parcs et des jardins […]. On ne peut pas tout sacrifier au motif que la densification est le thème à la mode en Europe du nord (R. MORASSUT)6.

12D’autre part, la densification s’est heurtée localement à une opposition virulente des comités de quartier et des associations environnementalistes : au cours de la phase de concertation publique, plus de la moitié des observations écrites concernant Pietralata ont demandé la limitation des densités et l’extension des espaces verts de quartier. Ainsi, le projet a été plusieurs fois revu à la baisse.

13Dans bien d’autres secteurs de projet (Tor Tre Teste, Ponte Mammolo), la requalification des tissus existants et la préservation des espaces verts semblent avoir pris le pas sur la transformation urbaine. Cette forme de « malthusianisme » dans l’aménagement a suscité de nombreux débats au sein des milieux politiques, scientifiques et associatifs romains. Ceux-ci ont porté sur la viabilité et l’acceptabilité des opérations de compacification dans le contexte urbain romain – de nombreux acteurs estimant qu’il est impossible de changer le modèle d’urbanisation d’une ville issue d’un siècle de croissance extensive (SAMPERI, 2008) –, mais aussi sur l’échelle pertinente de mesure et d’action en matière de qualité environnementale : faut-il limiter le développement urbain à l’échelle locale ou au contraire favoriser la densification des secteurs les plus stratégiques pour éviter l’urbanisation d’autres sites moins compatibles avec les critères de durabilité ?

  • 7 Adjoint au maire de Rome en charge de la planification et la programmation territoriale, sous le (...)

Il est temps de laisser de côté l’idéologie de la sacralité de l’agro romano, il y a encore beaucoup de place dans cette ville. […] Je suis contre la densification. Rome façon Tokyo, ça ne me plaît pas. La faible densité résidentielle contribue à augmenter la qualité de la vie et de l’environnement. Elle doit donc être préservée par tous les moyens (M. Corsini7, La Repubblica, 10 octobre 2008).

  • 8 Ancien consultant (1997-2000) pour Roma Metropolitane, société publique chargée de la constructio (...)

Un site comme Pietralata est quasiment unique à Rome. Il fallait en faire un endroit d’intense transformation urbanistique. Moi, j’aurais multiplié les volumétries par trois, j’aurais fait des gratte-ciel ! Mais en contrepartie, j’aurais annulé beaucoup de projets dans l’hinterland (F. Ciccone8).

14Entre ces deux positions extrêmes, les débats ont mis au jour une grande diversité de positions, soulignant la complexité et la labilité de la notion de qualité environnementale. Ils ont pris une tournure plus conflictuelle encore à la suite de l’utilisation du mécanisme de « compensation ».

3 - La compensation de Tor Marancia : l’écologie contre l’environnement ?

15Tor Marancia désigne une étendue de campagne romaine située à cinq km au sud du Colisée, en contiguïté avec le secteur sauvegardé de la via Appia Antica (carte 1).

Carte 1

Carte 1

Les « zones d’atterrissage » de la compensation de Tor Marancia

Source : Delpirou, 2009

  • 9 En Italie, les projets de construction sont exprimés en volumétries (m3) et non en surfaces (m²).
  • 10 Élaboré à partir de projections démographiques démesurées (5 millions d’habitants en l’an 2000), le (...)
  • 11 En Italie, les Régions sont compétentes en matière de tutelle environnementale et paysagère.
  • 12 En 1993, il s’agissait d’environ 19 000 hectares de terrain, correspondant à 125 millions de m3 d (...)

16Le précédent plan régulateur, le PRG de 1965, avait autorisé sur ce terrain de 220 hectares un projet de construction résidentielle de 4,2 millions de mètres cubes9 susceptible d’accueillir environ 35 000 habitants10. Jamais réalisées, puis réduites de moitié à la suite d’un classement d’une partie du site par la région Latium11, ces prévisions d’urbanisation n’en ont pas moins conservé toute leur validité légale. En effet, dans un contexte juridique très favorable à la propriété et à la promotion privées, les prévisions d’édification des plans régulateurs italiens sont établies à durée indéterminée et sont donc encore en vigueur dans les plans successifs. Aussi les municipalités qui se sont succédé depuis les années 1970 ont-elles hérité d’un considérable residuo [résidu] de diritti acquisti [droits de construction acquis]12. À Tor Marancia, il s’agissait de 2 millions de mètres cubes – affectés à un programme résidentiel de standing développé par un consortium immobilier.

  • 13 Expérimentés en Italie dès les années 1980, les transferts de droits à bâtir ont donné lieu à div (...)

17Toutefois, l’exceptionnelle qualité paysagère de cette portion restée intacte d’agro romano (collines, bois, cours d’eau) a entraîné une forte mobilisation des associations environnementalistes et des comités de quartiers pour la préserver du lotissement. Dans ce contexte, la municipalité romaine a finalement décidé en 2003 d’annuler le projet, par le biais d’un outil urbanistique innovant largement utilisé dans les années 1990 et 2000 : la « compensation13 ». Celle-ci repose sur le transfert de prévisions d’urbanisation héritées mais désormais jugées « erronées » au plan de l’urbanisme et/ou de l’environnement dans d’autres parties de la ville, sur des terrains de préférence publics et répondant de manière plus satisfaisante aux critères de durabilité. Concrètement, les terrains sont cédés gratuitement à la Commune et retrouvent une destination agricole ou naturelle, à condition que la quantité de mètres cubes autorisés sur le nouveau terrain soit équivalente au bien immobilier qui aurait pu être construit sur le terrain cédé. L’usage des compensations a permis la sauvegarde d’espaces naturels de grande valeur, comme le parco di Aguzzano, le parco delle Valle ou le parco delle Sabine, dont les aires constructibles ont été relocalisées dans d’autres secteurs d’urbanisation. Mais ce mécanisme a également entraîné des effets pervers.

  • 14 L’administration romaine est restée discrète sur cette opération, mais un long travail d’enquête su (...)

18Ainsi, à Tor Marancia, on dénombre 15 secteurs de compensation (ou « zones d’atterrissage »), pour un total de 4,1 millions de mètres cubes14. La chute de valeur immobilière liée au départ d’un emplacement péricentral et bien desservi a donc été « compensée » par le triplement des droits de construction. Par ailleurs, la Commune de Rome n’a pas été en mesure de proposer aux propriétaires suffisamment de terrains publics adéquats ; les transferts de droits de construction se sont donc opérés majoritairement de privé à privé, dans le cadre d’un véritable « marché des droits à construire », faiblement régulé et peu regardant quant à la soutenabilité des sites. À ce titre, la carte 1 est particulièrement éclairante : plusieurs zones d’atterrissage sont totalement isolées dans l’agro romano, parfois à plus de cinq kilomètres de toute infrastructure ferroviaire.

19La sauvegarde de ce magnifique fragment de campagne s’est donc opérée au prix de l’urbanisation et/ou de la densification de terrains disséminés dans la périphérie et très inégalement accessibles. Malheureux contre-exemple ou faillite du système des compensations ? Quoi qu’il en soit, Tor Marancia offre une autre illustration de la difficulté à concilier les différentes échelles de la qualité environnementale : selon la terminologie de l’association écologiste Legambiente, le projet était ambientalmente coretto [correct au plan environnemental, à l’échelle métropolitaine] mais ecologicamente scoretto [incorrect au plan écologique, à l’échelle locale]. Par un étonnant paradoxe, certains écologistes romains en sont venus à réclamer un moratoire sur la protection des espaces naturels afin de limiter la « progression du ciment dans la campagne romaine » (DE LUCIA, 2003, p. 18) !

Conclusion

20À Pietralata et à Tor Marancia, des projets d’aménagement urbain ont été annulés ou limités au nom de la préservation de la qualité environnementale. Ces arbitrages s’inscrivent dans un contexte singulier, marqué par la puissance foncière et financière des propriétaires et promoteurs privés, la faiblesse des marges de manœuvre des acteurs publics et le déficit historique d’espaces ouverts dans des périphéries majoritairement issues d’une croissance spéculative et informelle. Ils n’en ont pas moins fait l’objet de débats à bien des titres emblématiques des réflexions contemporaines sur les formes, les échelles et les critères de la durabilité urbaine : alors que pour les uns, l’enjeu prioritaire est d’améliorer de façon tangible la qualité sociale et environnementale des quartiers au service de leurs habitants, pour les autres, la préservation d’une aire isolée, même de grande valeur, ne saurait se justifier si elle est susceptible d’entraîner des dommages environnementaux plus profonds à l’échelle métropolitaine. Cette absence de consensus politique et culturel sur les notions de durabilité et de qualité environnementale a contribué à stériliser l’action publique romaine jusqu’à aujourd’hui. Elle témoigne de l’intérêt d’une approche critique de la territorialisation des politiques d’urbanisation et d’aménagement durables.

Top of page

Bibliography

BENEVOLO L. (dir.), (1992), Roma dal 1970 al 1990, Rome-Bari : Laterza, 189 p.

BOCQUET D., (2007), Rome ville technique : 1870-1925. Une modernisation conflictuelle de l’espace urbain, Rome : École française de Rome, 452 p.

BERDINI P., (2006), La cancellazione della campagna romana, in GIBELLI M.C., SALZANO E. (dir.), No sprawl, Florence : Alinea, p. 201-214.

BERDINI P., (2008), La città in vendita, Rome : Donzelli, 189 p.

CAMPOS VENUTI G., (2001), Il piano di Roma e le prospettive dell’urbanistica romana, Urbanistica, vol. 116, p. 43-46.

COMUNE DI ROMA, (2003), Nuovo Piano regolatore di Roma. Relazione, Rome : Commune de Rome, 137 p.

COMUNE DI ROMA, (2010), Piano strategico di sviluppo di Roma Capitale, Rome : Comune de Rome, 191 p.

DELPIROU A., (2009), La fin de la ville loin du fer ? Transport et urbanisation dans la Rome contemporaine : les politiques publiques face aux héritages territoriaux, thèse de doctorat sous la direction de C. VALLAT, université Paris-Ouest Nanterre La Défense, 644 p.

De LUCIA V., (2003), Il nuovo piano regolatore e la dissipazione del paesagio romano, Meridiana no 47-48, p. 289-306.

DJAMENT-TRAN G., (2011), Rome éternelle. Les métamorphoses de la capitale, Paris : Belin, 207 p.

FOUCHIER V., (1997), Les densités urbaines et le développement durable, Le cas de l’Île-de-France et des villes nouvelles, Paris : Secrétariat général du groupe central des villes nouvelles, 211 p.

FUSCO-GIRARD L., (1997), La perequazione urbanistica : le esperienze e le questioni, Urbanistica, vol. 109, p. 107-118.

INSOLERA I., (1962), Roma moderna, un secolo di storia urbanistica, Turin : Einaudi, 403 p.

LEONE A.M., (2003), Roma Pietralata. Centralità direzionale, Rome : Gangemi editore, 160 p.

MICELLI E., (1997), Gli strumenti della perequazione, Archivio di studi urbani e regionali, vol. 58.

NESSI H., (2010), Action publique et étalement urbain à Rome : une lecture par les services en réseau, Flux, no 79/80, Champs-sur‑Marne : Metroplolis, p. 69-89.

OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques), (2003), Examen des performances environnementales de l’Italie, Paris : OCDE, 251 p.

PIRODDI E., (2001), Problemi della struttura e della forma della città policentrica, in VIDOTTO V. (dir.), Roma contemporanea, Rome‑Bari : Laterza, p. 29-35.

SAMPERI P., (2008), Mezzo secolo di Urbanistica Romana, Venise : Marsilio, 464 p.

SCANDURRA E. (dir.), (2007), Modello Roma. L’ambigua modernità, Rome : Odradek Edizioni, 188 p.

SERONDE-BABONNAUX A.M, (1980), De l’Urbs à la ville. Rome, croissance d’une capitale, Aix-en-Provence : Édisud, 548 p.

TOCCI W., (2008), Avanti c’è posto, Rome : Donzelli Editore, 256 p.

TOCCI W., (2014), On l’appelle encore Rome, in DELPIROU A., PASSALACQUA A. (dir.), Rome par tous les moyens, Roma con tutti i mezzi, Rome : École française de Rome, p. 11-33.

Top of page

Notes

1 Selon la terminologie utilisée par les associations environnementalistes italiennes. La « consommation des sols » correspond à l’ensemble des terrains relevant du « système édilitaire » (c’est-à-dire le bâti, y compris les édifices isolés), des services (y compris les parcs et jardins de quartier) et des infrastructures (réseaux, voirie). Cette définition pose toutefois des problèmes méthodologiques : dans une ville marquée par la présence d’immenses jardins et de vastes aires archéologiques protégées, la limite entre parcs publics [verde pubblico] et espaces verts « naturels » est souvent floue, tandis que le phénomène d’urbanisation illégale [abusivismo] conduit souvent à une sous-évaluation des estimations.

2 Il représente graphiquement le zonage fonctionnel de l’espace [zonizzazione], définit le régime juridique des des sols, localise les grands équipements et les principales infrastructures [localizzazione], enfin détermine les procédures à suivre et les modalités de mise en œuvre [norme tecniche di attuazione].

3 En dépit de son approbation tardive, la plupart des dispositions et des contenus du PRG ont été mis en œuvre dans les années 1990 et 2000, selon la procédure, innovante mais contestée (BERDINI, 2008), du pianificare facendo [planifier tout en agissant].

4 Menée dans la cadre d’un doctorat, puis de différents séjours de recherche, entre 2006 et 2011.

5 Le réaménagement de la gare en 2011 lui a permis d’accueillir les lignes à grande vitesse reliant Rome à Milan et à Naples. Ainsi, Tiburtina devrait devenir, à terme, la première gare de la capitale italienne.

6 Adjoint au maire de Rome en charge de la planification et de la programmation territoriale (2001-2008), sous le mandat de W. Veltroni (201-2008). Sauf indication contraire, tous les extraits d’entretiens sont issus de la thèse de doctorat de l’auteur (DELPIROU, 2009).

7 Adjoint au maire de Rome en charge de la planification et la programmation territoriale, sous le mandat de G. Alemano (2008-2014).

8 Ancien consultant (1997-2000) pour Roma Metropolitane, société publique chargée de la construction de la troisième ligne de métro.

9 En Italie, les projets de construction sont exprimés en volumétries (m3) et non en surfaces (m²).

10 Élaboré à partir de projections démographiques démesurées (5 millions d’habitants en l’an 2000), le PRG de 1965 avait ouvert une quantité considérable d’espaces à l’urbanisation : 37 500 hectares, correspondant à 188 millions de mètres cubes de droits à construire.

11 En Italie, les Régions sont compétentes en matière de tutelle environnementale et paysagère.

12 En 1993, il s’agissait d’environ 19 000 hectares de terrain, correspondant à 125 millions de m3 de droits à construire.

13 Expérimentés en Italie dès les années 1980, les transferts de droits à bâtir ont donné lieu à diverses expérimentations dans plusieurs grandes villes du pays, notamment à Ravenne (pour préserver des zones naturelles) et à Turin (pour orienter l’urbanisation vers des quartiers en restructuration), tout en suscitant d’importants débats au sein du monde professionnel et académique (Fusco-Girard, 1997 ; MICELLI, 1997).

14 L’administration romaine est restée discrète sur cette opération, mais un long travail d’enquête sur place, mené avec l’aide de l’association Legambiente, nous a permis d’identifier les destinations des compensations et d’en dresser un inventaire statistique et cartographique (DELPIROU, 2009).

Top of page

List of illustrations

Title Photographie 1 ‑ Vue aérienne de la centralité de Pietralata en 2010
Credits Source : Google Earth
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7328/img-1.png
File image/png, 835k
Title Photographie 2 ‑ Quelques aspects du site de Pietralata à l’été 2010
Credits Clichés de l’auteur
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7328/img-2.png
File image/png, 838k
Title Tableau 1 – Pietralata, une centralité au service de la densification ?
Caption Les indicateurs présentés dans ce tableau empruntent à des travaux italiens et français. La densité humaine est calculée en ajoutant au nombre d’habitants le nombre d’actifs qui fréquentent quotidiennement le site. Elle est dite nette quand elle rapportée aux surfaces occupées par une affectation donnée (emprise du bâti, espaces libres à l’intérieur des parcelles, aires de stationnement, voirie). Ces notions ont été proposées en France par V. Fouchier (1997), afin de mieux prendre en compte l’intensité de l’occupation de l’espace. Le taux d’artificialisation est habituellement utilisé en Italie pour évaluer la « consommation des sols » engendrée par une opération d’aménagement. Le taux d’intensification volumétrique est une densité de contenu : il mesure l’intensité de la construction sur les secteurs soumis à la transformation urbaine ; il correspond à une forme de coefficient d’occupation des sols exprimé en volumétries.* Centralité mixte publique-privée située à dix kilomètres au nord du Capitole et non desservie par le transport collectif ferroviaire** Projet privé situé à vingt kilomètres au sud du Capitole et desservi par une station du réseau de transport rapide régional
Credits Source : Delpirou, 2009
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7328/img-3.jpg
File image/jpeg, 168k
Title Carte 1
Caption Les « zones d’atterrissage » de la compensation de Tor Marancia
Credits Source : Delpirou, 2009
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7328/img-4.png
File image/png, 208k
Top of page

References

Bibliographical reference

Aurélien Delpirou, « La qualité environnementale, une question d’échelles ? », Méditerranée, 123 | 2014, 23-29.

Electronic reference

Aurélien Delpirou, « La qualité environnementale, une question d’échelles ? », Méditerranée [Online], 123 | 2014, Online since 01 October 2017, connection on 18 February 2018. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/7328 ; DOI : 10.4000/mediterranee.7328

Top of page

About the author

Aurélien Delpirou

Agrégé et docteur en géographie, maître de conférences, Institut d’urbanisme de Paris (université Paris-Est Créteil), Laboratoire Lab’Urba, « Politiques urbaines et développement territorial » (université Paris‑Est), aurelien.delpirou@u-pec.fr

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals