Skip to navigation – Site map
Approches croisées écologie/sociologie

Nature sauvage pour une nouvelle qualité de vie

Perception citadine de la flore spontanée dans les espaces publics
Wild nature for a new quality of life: city dwellers’ perception of spontaneous vegetation in public spaces
Audrey Marco, Marie-Jo Menozzi, Sébastien Léonard, Damien Provendier and Valérie Bertaudière-Montès
p. 133-143

Abstracts

News environmental policies undertaken in recent years in France under the influence of the “Grenelle de l’environnement” (the French environmental pact) bring to reconsider the place of nature in town to improve in particular the quality of life of the city-dwellers. Ecological maintenance of green spaces aimed at ensuring high-quality habitats for fauna and flora and raising the quality of life for urban centers have led to an increased development of spontaneous flora in public spaces. However, these changes in living environment have an impact on city dwellers’ perception of urban nature since they are unaccustomed to this new model of revegetation in their spaces. A socio-ecological multidisciplinary approach has been applied in seven French communes to understand how people perceive and characterize spontaneous plants growing within urban areas and to analyze factors explaining why people like or dislike these plants. The survey has shown that most city-dwellers remain rather indifferent about spontaneous vegetation. This vegetation is mostly perceived by referring to urban space maintenance and is particularly disparaged when it covers unused strips of land. There is however some geographical differences at the level of the national territory. In the Mediterranean region spontaneous vegetation is appreciated particularly when it is viewed through to the services it can offer (shade, picnic, outdoor games…) and the landscape context in which it is developed. The sensitive dimension of the relationship experienced with comes also into play. Questioning the environmental quality of living environment from the angle of spontaneous vegetation, leads us to question on the modalities of an approach that is sensitive to the city and more precisely on the relationship that users have with urban public space.

Top of page

Full text

Ce travail a été réalisé dans le cadre d’un programme de recherche-action intitulé Acceptaflore, avec le soutien financier de l’ONEMA, dans le cadre du plan Ecophyto 2018, piloté par le ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de l’Aménagement du Territoire et le ministère de l’Écologie, du Développement durable, du Transport et du Logement. Nous remercions Guénaelle Lanez (Maison de la consommation et de l’environnement de Rennes) et Stéphane Thommeret (agence de communication Hokus Pokus), qui ont également participé à ce programme de recherche, Natacha Philippe pour son aide dans la passation des questionnaires dans le secteur méditerranéen ainsi que tous les habitants qui ont participé à cette enquête.

1Historiquement, les villes n’ont cessé de se construire en opposition avec la nature, conduisant à une diminution et une fragmentation des habitats semi-naturels ainsi qu’à une artificialisation des milieux (MC KINNEY, 2002 ; PICKETT et al., 2011). Les politiques environnementales et d’aménagement du territoire tentent aujourd’hui de répondre aux enjeux du développement durable, à la préservation de la biodiversité et à une demande sociale croissante de nature en ville (BREUSTE, 2004). Le développement de la flore spontanée est encouragé dans de nombreuses agglomérations afin de garantir une meilleure qualité écologique des espaces de nature et de sensibiliser les citadins à la « naturalité » de leur lieu de vie. Les écologues, notamment ceux travaillant sur les villes européennes ont, depuis vingt, ans porté un intérêt à cette végétation (DEL TREDICI2010) en analysant son développement historique (PYSEK, 1995, SUKOPP, 2002 ; WITTIG, 2004), sa distribution spatiale (PRACH et al., 2001 ; PYSEK et al., 2004 ; HERBST et HERBST, 2006), sa composition (LOSOSOVÁ et al., 2006) et sa dynamique face aux perturbations récurrentes au sein des systèmes urbains (CHOCHOLOUŠKOVA et PYSEK, 2003 ; MILLARD, 2004 ; WITTIG et BECKER, 2010 ; GREGOR et al., 2012).

2En France, l’étude de la végétation spontanée et sa prise en compte dans la planification urbaine ont été plus tardives que dans les pays d’Europe du nord et ont réellement été effectives à la fin des années 2000 (BOUSSIOUD‑CORBIÈRES, 1997 ; LIZET et al., 1997 ; MURATET et al., 2007 ; PELLISSIER et al., 2008 ; VALLET et al., 2008 ; MARCO et al., 2010a ; BOSSU et al., 2014 ; BONTHOUX et al., 2014). Le Grenelle de l’environnement en 2007 puis le plan Ecophyto en 2008 ont permis d’engager à l’échelon national une politique de préservation de la biodiversité visant à promouvoir une gestion écologique des espaces enherbés spontanément (REYGROBELLET, 2007). Les paysagistes contemporains ont pris la mesure de cette évolution dans la conception des parcs et jardins où les interventions du jardinier jouent de plus en plus avec les dynamiques spontanées du végétal dans l’espace (CLÉMENT et JONES, 2006 ; CHEMETOFF, 2008). Du fait de son faible coût financier, de son adaptation aux conditions locales, des valeurs écologiques et esthétiques qu’elle véhicule, la flore spontanée constitue un véritable potentiel pour la conception d’espaces végétalisés urbains durables (PRACH et al., 2001 ; KÜHN, 2006 ; RINK, 2009 ; POP (BOANCĂ) PĂUNIŢA et al., 2011). Face à ce changement de référentiel, un nombre croissant de villes françaises ont mis en place une « gestion différenciée » de leurs espaces verts et de voirie qui prend en compte différents aspects, comme l’augmentation du taux de végétalisation des espaces urbains et l’abandon de produits pesticides (AIVF, CNFPT, 1994 ; ALLAIN, 1997 ; AGGERI, 2010). Mais des réticences persistent sont exprimées parmi la population, peu habituée à voir de la végétation spontanée coloniser l’espace public, conséquence de ces nouveaux modes de gestion (PRZETAK, 2005 ; CHAUVEL et ZADJIAN, 2005). La question qui se pose aujourd’hui est de savoir comment communiquer sur ces nouvelles pratiques. De quelle manière doit-on sensibiliser les usagers de ces espaces sur ces nouvelles formes végétales ? Ces usagers sont-ils d’ailleurs si réticents que cela à l’idée de voir pousser de l’herbe sur les trottoirs ou au pied des arbres ?

3Afin de répondre à ces questions, une étude croisée entre sociologie et écologie a été conduite en France pour appréhender la manière dont la population perçoit et se représente la végétation spontanée qui pousse dans les milieux urbanisés, d’analyser les facteurs d’appréciation ou de rejet. L’idée était de mieux comprendre de quelle manière les usagers « composent » avec la dimension paradoxale de la nature en ville. Les travaux menés sur la perception de la nature urbaine par les citadins mettent en effet régulièrement en avant le décalage entre les discours valorisant la nature et la biodiversité en ville, et la perception et les représentations ambivalentes que les habitants en ont (KÜHNE, 2012) : il existe ainsi une demande forte de nature de la part des citadins mais aussi une demande d’espaces répondant à des critères d’ordre et de propreté. Aussi, quels sont les référentiels mobilisés par les citadins pour appréhender cette végétation ? Sont-ils liés à la notion d’entretien ou bien à des représentations de la nature ? Beaucoup de citadins ont par ailleurs tendance à interpréter la présence de végétation urbaine spontanée dans leur voisinage comme une manifestation visible de négligence, bien qu’ils puissent voir les mêmes plantes grandissant dans un contexte suburbain ou rural comme «des fleurs sauvages» (RINK, 2005). Au-delà du référentiel mobilisé, la localisation de la flore spontanée au sein du tissu urbain a-t-elle une importance dans son acceptation ? En France, la mise en place de la gestion différenciée a été initiée et diffusée par un certain nombre de communes pionnières, influencées par les modèles de gestion de villes d’Europe du Nord. Le fait d’habiter dans une commune engagée depuis plus longtemps dans des modes de gestion différenciée des espaces verts publics induit-il auprès des citadins une perception différente de la flore spontanée en ville ? Enfin, d’autres travaux de recherche portant sur la perception de la flore des prairies en Suisse soulignent l’importance de la diversité floristique dans l’appréciation esthétique de celle-ci (LINDEMANN-MATTHIES et al., 2010). Comment la connaissance de la biodiversité ordinaire par les citadins, notamment le fait de pouvoir la nommer et d’évaluer sa richesse spécifique peut-il influer sur la perception des plantes spontanées ?

4Ainsi, afin de comprendre comment l’ensemble de ces facteurs peuvent intervenir sur la manière dont les usagers des espaces publics perçoivent la végétation spontanée, une enquête faisant appel aux compétences des disciplines des sciences de l’homme et de la société et des sciences du vivant a été conduite dans les quartiers urbains de sept communes françaises. Cette approche croisée s’inscrit dans la continuité des travaux interdisciplinaires menés sur les relations homme/ nature en ville visant à une meilleure compréhension du fonctionnement des systèmes urbains et de leur évolution, en matière de préservation de la biodiversité urbaine (COLLINS et al., 2000 ; ALBERTI et al., 2003 ; LOCKABY et al., 2005 ; MATHIEU, 2006 ; LIU et al., 2007).

1 - Méthodologie

1.1 - Les sites d’étude et les espaces végétalisés, supports de l’enquête

5L’enquête a été conduite au sein de quartiers urbains denses localisés en centre ou en péricentre de sept communes françaises, appartenant à trois zones géographiques différentes : Marseille et Lauris, situées en région méditerranéenne, Melle, Saint‑Pierre d’Oléron (La Cotinière) et Poitiers dans l’Ouest de la France et Torcy et Lille, dans le Nord (fig. 1). En plus du critère géographique, la taille des communes (petite taille (communes <10 000 habitants), taille moyenne (communes entre 10 000 et 100 000 habitants), grande taille (communes > 100 000 habitants), mais aussi leur type de gestion des espaces verts ont été des critères de choix afin d’avoir un échantillon de communes contrastées (petite commune au sein d’un milieu rural, moyenne commune sous influence d’une grande agglomération…), représentatif de situations urbaines actuelles sur la gestion de la nature en ville. Au sein de chaque commune, le choix des stations d’enquête a été guidé par le regard expert des écologues qui connaissent particulièrement la flore spontanée et les lieux où elle se développe en ville. Elle est en effet présente dans une diversité de biotopes, tels que les interstices des pavés, les surfaces laissées libres au pied des arbres, les parcs, les zones industrielles à l’abandon, que l’on peut différencier d’un point de vue écologique en micro-habitats (de l’ordre du cm² au m²) et en macro-habitats (du m² au 100 m² voire km²) (KLAUS et PAULI, 2003). Afin de saisir l’influence de la localisation de la flore spontanée sur sa perception, deux types d’espaces végétalisés ont été sélectionnés au sein de chaque commune : un espace interstitiel de bitume correspondant aux surfaces laissées libres au pied des arbres (fig. 2a), et un espace végétalisé de grande superficie tel qu’une friche ou un parc urbain géré d’une manière naturelle (fig. 2b). Ces espaces ont été choisis préférentiellement sur des lieux de passage dans les quartiers sélectionnés afin de pouvoir interroger aisément les passants. Ceux-ci étaient arrêtés au hasard dans la rue ou dans les parcs, au pied de la station enquêtée, et ont été interrogés sur la végétation en présence.

Fig. 1

Fig. 1

Cartographie des sept communes françaises où l’enquête sur la perception de la végétation spontanée en ville a été conduite.

Fig. 2

Fig. 2

Exemples d’espaces végétalisés support de l’enquête sur la ville de Marseille – a) Micro-habitat de type pied d’arbre et b) Macro-habitat de type parc urbain « naturel », fauché annuellement

Photos : Marco A., 2010

1.2 - Le questionnaire et l’analyse socio‑écologique des données

6La perception de la flore spontanée par la population a été appréhendée à partir de l’administration d’un questionnaire. Il était composé de questions ouvertes et de questions fermées. Les personnes étaient au départ questionnées sur les mots que leur inspiraient l’espace environnant, puis la végétation en elle-même. Ceci a permis de les amener progressivement vers la végétation spontanée. Elles étaient ensuite questionnées sur ce qui leur plaisait et déplaisait, la fréquence de leur passage en ces lieux, l’attention et l’intérêt qu’elles portent à cette végétation. Leur perception de la végétation était ensuite évaluée, à partir du nombre d’espèces perçues, des noms connus, de celles appréciées ou pas. On leur demandait d’objectiver leur appréciation de la végétation sur laquelle elles étaient interrogées en lui donnant une note entre 1 et 5, 5 étant la note maximale donnée pour une végétation très appréciée. En fin de questionnaire, un ensemble de questions a permis de recueillir les déterminants sociaux relatifs aux enquêtés.

7À partir des 420 questionnaires récoltés sur l’ensemble des sept communes, une analyse quantitative classique a été ensuite réalisée sur les questions fermées. Les réponses aux questions ouvertes, relevées littéralement, ont été regroupées par catégorie en fonction des significations dont elles étaient porteuses. Selon une méthode interdisciplinaire éprouvée (MARCO et al., 2010b), des relectures croisées entre écologue et sociologue ont permis d’affiner les catégories d’évocation. Elles ont été classées en 24 catégories (annexe 1) et les contributions de chaque catégorie ont ensuite été quantifiées. Dans un deuxième temps, des tris croisés ont été conduits entre les réponses aux questionnaires et les différentes variables étudiées afin de saisir l’influence du secteur géographique (analyse effectuée seulement sur une partie de l’échantillon, les secteurs nord et sud afin d’avoir des secteurs comparables en nombre d’enquêtés), de la localisation de la flore spontanée dans le tissu urbain ainsi que de sa connaissance sur la perception de la végétation. Des aléas de terrain rencontrés sur certaines communes (fauche précoce de certains espaces végétalisés, par conséquent arrêt de l’enquête sur certains sites, effectif d’enquêtés plus réduits) n’ont pas permis par la suite de tester de manière robuste l’influence du type de commune.

2 - Résultats et discussion

8D’une manière générale, l’enquête démontre que la végétation spontanée représente bien peu de choses pour les citadins voire « rien » pour une grande partie d’entre eux. L’objet « plantes spontanées » paraît ainsi insignifiant pour une partie des répondants ; ce ne sont pas des «plantes», seuls les végétaux horticoles plantés par l’homme appartiennent à cette catégorie. Il n’était également pas toujours facile de focaliser leur attention sur la végétation spontanée en elle-même. Le plus souvent, leur regard était attiré par la végétation cultivée, ou bien par l’aménagement du site. Au final « rien » n’est apprécié ni particulièrement déprécié dans cette végétation. Cela rejoint les constats déjà effectués par N. MATHIEU (2000) sur la nature en ville, notamment sur les blattes, qui observe que la culture urbaine de la nature semble se caractériser par la difficulté à désigner comme fait de nature le vivant et le naturel qui sont présents en milieu urbain.

2.1 - Le référentiel de l’entretien, encore fortement mobilisé dans la perception de la végétation spontanée

9Malgré le caractère anecdotique du sujet d’enquête pour les personnes enquêtées, quand on leur demandait si elles avaient déjà fait attention à ce type de végétation, c’est une petite majorité qui répond positivement, soit 52 %. Cette attention peut autant être due au fait que la personne a remarqué un « défaut d’entretien » ou qu’elle s’intéresse à la « nature en ville », et relever d’une appréciation positive ou négative. Les évocations relatives à la végétation spontanée sont également très riches et variées. Cela va des descriptions cliniques des plantes et des espaces à la mobilisation des émotions associées au paysage urbain ou des services qu’elles peuvent rendre. Ainsi, des enquêtés observant la végétation d’un parc à Lille citent les mots suivants « végétal, naturel, passage », d’autres parlent de « naturel, campagne, mais qu’en ville ça ne fait pas très propre ». À Marseille, en regardant un pied d’arbre certains passants disent que « les arbres sont sympas » mais qu’il faut, « désherber les herbes » ou encore que la végétation est « normale, sans intérêt dans le coin ». Ces évocations témoignent des différents regards que les citadins peuvent porter sur la végétation mais aussi sur l’espace urbain de manière générale. Plus précisément, sur les 24 catégories d’évocations, celle faisant référence à « l’entretenu/Non entretenu » est de loin la plus fréquemment citée par les enquêtés (39 %). Les préoccupations majeures portent sur l’action humaine sous forme d’entretien, de mise ou non au propre. Viennent ensuite les catégories portant sur les « Dénominations de la végétation » (30 %), « autour de l’espace vert » (23 %), puis sur l’« appréciation de la végétation » (22 %). La référence à l’« esthétique » et à l’« ambiance et aux sensations » sont citées par plus d’une personne sur cinq. On voit ainsi que la végétation peut être décrite pour elle-même, ou envisagée en référence aux différents éléments qui l’entourent. Les références au « sauvage » et au « naturel » sont aussi bien représentées dans les évocations recueillies, en étant mentionnées chacune par 10 % de l’échantillon.

10La référence à l’idée d’entretien est corrélée à une perception plutôt négative des plantes spontanées, dont la présence est interprétée comme un défaut de gestion de l’espace. Dans une telle perspective, les plantes spontanées sont assimilées à de la mauvaise herbe, qui revêt la même définition que la saleté : quelque chose qui n’est pas à sa place (MENOZZI, 2007). Seulement une personne sur cinq appréhende cette végétation spontanée comme étant de la nature ou quelque chose de sauvage, notions cette fois-ci corrélées à une perception positive. Elle est aussi appréciée quand elle est appréhendée à partir de la fleur, de la couleur, de son abondance. Ces résultats se rapprochent d’une étude française précédente, où les « formes de nature » identifiées en ville sont essentiellement la végétation plantée par l’homme. Les jardins privés et les balcons, puis les arbres d’alignement, les parterres de fleurs et les massifs font partie des « formes de nature » citées, la végétation spontanée recueillant moins de 6 % de réponses (PAYET, 2004). Ces résultats témoignent d’un ancrage encore très présent d’une attente de nature policée et domestiquée dans les villes (DUBOST et LIZET, 2003). Si l’idéologie hygiéniste héritée du xixe siècle nous amène à souhaiter de la nature en ville, il s’agit dans bien des cas d’une nature cultivée au « propre ».

2.2 - Une perception variable suivant le secteur géographique considéré

11À cette tendance générale, des nuances peuvent cependant être apportées sur la manière d’appréhender la flore spontanée par les citadins suivant les secteurs géographiques considérés. Si l’on s’attarde sur les catégories d’évocations citées par les enquêtés (fig. 3), on constate que celles faisant référence aux services rendus par la végétation (C11) ainsi qu’à l’ambiance et à la sensation que procure la végétation (C12), sont significativement plus fréquemment citées par les enquêtés de la région méditerranéenne. Par contre, les catégories d’évocations portant sur la dénomination de la végétation (C2), la notion de sauvage (C4), de l’ordre et du désordre (C7) ainsi que le taux de fleurissement de la végétation (C14) et son développement/colonisation (C18) sont significativement plus fréquentes au nord.

Fig. 3

Fig. 3

Fréquence des 24 catégories d’évocations portant sur la végétation spontanée en fonction du nombre de répondants, au regard du secteur géographique. C1 : Difficultés d’évocation sur la végétation ; C2 : Dénominations de la végétation ; C3 : Appréciation de la végétation ; C4 : Autour du Sauvage ; C5 : Autour du Naturel ; C6 : Autour du Champêtre ; C7 : Autour de l’Ordre/Désordre ; C8 : Autour de l’Entretenu/Non entretenu ; C9 : Autour du Propre/sale ; C10 : Risques générés par la végétation ; C11 : Services rendus par la végétation ; C12 : Autour de l’Ambiance et de la sensation ; C13 : Autour de l’Esthétisme ; C14 : Taux de fleurissement de la végétation ; C15 : Abondance/Richesse/Diversité de la végétation ; C16 : Couleur de la végétation ; C17 : Structure et répartition de la végétation ; C18 : Développement et Colonisation de la végétation ; C19 : Autour de la vie ; C20 : Condition de vie de la végétation ; C21 : Monde animal ; C22 : Revêtement du sol ; C23 : Autour de l’espace vert ; C24 : Autres. (* différence significative au seuil 5 %).

Sources : les auteurs.

12Par ailleurs, l’analyse des éléments de la flore qui plaisent aux enquêtés conforte la divergence de perception entre les secteurs géographiques méditerranéen et nord. Dans le secteur sud, les enquêtés semblent très attachés au fait que le végétal soit présent dans l’espace urbain et qu’il procure des sensations ; il participe aux éléments paysagers dans lequel il s’inscrit, à savoir le panorama et les plantations d’ornement qui l’entourent. On y observe aussi significativement une plus forte proportion de personnes prônant d’entretenir et d’améliorer la végétation (fig. 4a).

Fig. 4

Fig. 4

Actions à conduire sur la végétation spontanée .En fonction a), du secteur géographique et b), de la connaissance des noms de plantes spontanées (* différence significative au seuil 5 %).

Sources : les auteurs.

13Dans le secteur nord, les enquêtés semblent par contre être plus attirés par le côté naturel de la végétation spontanée ainsi que son côté sauvage, mais aussi sa diversité, son désordre et sa dimension conquérante. Cette différence de perception de la flore par les citadins du nord et du sud serait peut-être à rapprocher de l’histoire de la gestion des espaces de nature entre ces deux secteurs géographiques. En effet, les communes du nord étaient au moment de l’enquête déjà engagées depuis plusieurs années dans un mode de gestion différenciée de leurs espaces de nature (depuis 2001 à Lille et 2007 à Torcy). Marseille, quant à elle, initiait à cette époque ses premiers changements en matière de gestion de ces espaces verts sur quelques parcs urbains témoins dans la ville, et la commune de Lauris n’avait encore rien engagé. On peut aussi se questionner sur l’impact de l’information et de la sensibilisation sur ces questions sur la perception des enquêtés. L’enquête a notamment souligné que les enquêtés du Nord sont trois fois plus nombreux à se dire informés sur la gestion des espaces verts que ceux du secteur méditerranéen.

Faut-il connaître les plantes spontanées et leur diversité pour mieux les accepter ?

14L’enquête donne à voir une population qui n’entretient qu’une relation très lointaine avec cette végétation. Seuls 43% des enquêtés ont dénommé au moins une plante parmi celles observées et sur ces 43 %, 86 % en citent au maximum deux. Peu de noms de plantes sont donc connus et les connaissances de type botanique sont plutôt faiblement représentées dans l’échantillon ; aucun nom scientifique n’a été cité par les enquêtés (fig. 5). Les noms de plantes les plus fréquemment cités sont des noms de plantes très connus : le pissenlit, comme une représentation la plus évidente d’une « mauvaise herbe »; le trèfle, l’orge des rats, la pâquerette et la marguerite, deux plantes à fleurs emblématiques de plantes champêtres (objets de jeux d’enfants). Par ailleurs, les écologues ont constaté que certaines plantes citées par les enquêtés n’étaient pas présentes sur les stations d’enquête.

Fig. 5

Fig. 5

Dénominations mobilisées par les enquêtes pour nommer les plantes spontanées sur les stations d’enquête – La taille de la police des dénominations est proportionnelle à la fréquence de citation.

Sources : les auteurs.

15L’ensemble de ces résultats rejoignent des conclusions émises par KARAPANTSIOS et al., 1999. Ces travaux avaient montré que les étudiants des villes méditerranéennes utilisaient davantage des termes génériques pour dénommer les végétaux vivant en ville par rapport à ceux mobilisés pour évoquer les animaux. Ce manque de connaissance de la flore par les citadins est selon N. MATHIEU (2011) un trait caractéristique des « savoirs de la nature » des citadins des villes post‑industrielles qui se caractérisent par une faiblesse des connaissances des fonctionnements biologiques. En revanche, les données que nous avons recueillies ne nous permettent pas de trancher réellement sur le lien entre le fait de pouvoir nommer la végétation et son acceptation. D’un côté, il n’y a pas de lien significatif entre le fait de nommer la végétation et son appréciation par la note, mais de l’autre, on observe une corrélation entre nommer au moins une plante (que cette dénomination corresponde ou pas à celle du botaniste) et préconiser de garder telles quelle la végétation spontanée (fig. 4b). Il y a également un lien entre l’estimation de la richesse spécifique et l’appréciation de la végétation par une note donnée. Par contre, on peut voir que certaines caractéristiques de la végétation elle-même exercent une influence non négligeable sur son appréciation. Les résultats de l’enquête semblent ainsi dessiner les contours d’une « végétation aimable », composée de fleurs et de couleurs, mais surtout de diversité et de richesse, et une végétation « non aimable », faite d’épines, de fleurs fanées et de pauvreté végétale.

Une végétation spontanée particulièrement appréciée dans les espaces de nature de grande superficie

16L’analyse de la perception de la végétation spontanée selon la localisation de la végétation dans le milieu urbain montre que celle-ci est appréhendée de manière plus positive dans les macro-habitats, type parc urbain « naturel », qu’au pied des arbres ou le long des trottoirs. On observe que la diversité, la liberté de la nature et la notion de désordre font partie des éléments de « ce qui plait » et qui sont significativement plus cités par les enquêtés dans les macro-habitats (fig. 6). « Rien ne déplait », est le seul élément significativement plus fréquemment cité dans les macro-habitats que dans les micro-habitats.

17La végétation est également plus évocatrice dans ces espaces. Parmi les 43 % des enquêtés à avoir cité des noms de plantes, 57 % ont été interrogés sur des stations de macro-habitat. Les micro-habitats parfois peuplés de plantes jugées malingres, sèches, faisant « pauvre » sont effectivement loin d’être les plus appréciés : « C’est sec, ça manque d’eau, ça manque de végétation », « Désolée, oui, c’est ça, clairsemée ». Les plantes y sont aussi parfois qualifiées de « maladives », ou font référence à la pauvreté, l’enfermement, « étroit, pauvre, prison, sec, oppressé ». Ils attribuent de manière significative les notes 0, 1, 2 à la végétation de microhabitat. La place de la végétation dans un espace très minéralisé, au revêtement particulier, interroge les personnes enquêtées. Loin de rappeler à une quelconque nature, elles renvoient à une difficulté à vivre et survivre, pouvant certes témoigner de la force et de la liberté de la nature, mais les rendant pour le moins incongrues dans cet espace. Au pied de certains arbres, ce n’est pas forcément le fait que la végétation soit trop haute, mais au contraire qu’elle soit trop rase, trop peu profuse qui la rend déplaisante aux enquêtés. On peut dès lors avancer l’idée que l’acceptation de la végétation spontanée passe par une impression de diversité et de richesse végétale. Cependant, à cette pauvreté et manque d’ampleur reprochée à la végétation spontanée des micro‑habitats ne correspond pas forcément une demande de végétation haute dans les parcs. Bien qu’ils les jugent plus à leur place dans les macro-habitats, les usagers se questionnent néanmoins sur la présence d’herbes de haute taille dans certains d’entre eux, notamment quand cela peut entrer en conflit avec les usages. L’herbe haute est en effet difficilement compatible avec des jeux de ballon, pique-nique et autres utilisations de la pelouse, notamment avec de jeunes enfants.

Fig. 6

Fig. 6

Éléments de la végétation spontanée, qui plaisent (6a) et déplaisent (6b) aux enquêtés en fonction de la localisation de la végétation – Test Khi², seuil de significativité 5 %

Source : auteurs

Conclusion

18Au terme de cette étude socio-écologique, même si les changements impulsés à l’échelle nationale en matière de gestion écologique des espaces verts semblent maintenant s’inscrire durablement dans les politiques environnementales des villes, la végétation spontanée, qui tend à se développer dans les espaces urbains, reste encore considérée par les citadins dans un grand nombre de cas comme étant peu digne d’intérêt, et certainement pas de la nature. Au final « rien » n’est apprécié ni particulièrement déprécié dans cette végétation. Le référentiel lié à l’entretien reste prédominant dans la manière de percevoir cette végétation. Cependant, les résultats tendent à montrer qu’il n’est pas le seul, et que d’autres dimensions entrent en jeu dans la perception. La végétation elle-même, les éléments qui constituent son environnement, les services qu’elle peut rendre, mais aussi la dimension sensible de la relation qu’on peut entretenir avec elles : voir, ressentir, se souvenir, évoquer un usage... font partie des éléments qui rendent cette végétation plus ou moins intéressante. Des divergences de perception de la flore spontanée semblent également s’opérer sur le territoire national. Alors que pour les citadins des communes du nord de la France, la végétation spontanée est plus abordée à partir des idées de nature et de sauvage, elle l’est davantage au regard des services qu’elle peut rendre et au cadre paysager dans lequel elle s’inscrit pour les citadins des communes méditerranéennes. L’antériorité des politiques de gestion différenciée et de leur communication auprès des habitants semble être une piste explicative à ces différences géographiques observées. Cela montre l’importance du développement de politiques environnementales locales intégrant davantage les spécificités des relations ville-nature qu’ont construites les villes au cours de leur histoire.

19Par ailleurs, la localisation de la flore spontanée dans l’espace public influence également sa perception particulièrement dans les grands espaces végétalisés où elle est fortement appréciée des citadins. Même si le rôle joué par la connaissance reste à préciser dans l’acceptation de la flore spontanée, on constate néanmoins une faiblesse des savoirs des citadins dans la connaissance du végétal en ville. L’ensemble de ces résultats nous amène donc à nous questionner de manière plus fine sur la relation que les usagers entretiennent avec l’espace public urbain. Le rôle de la connaissance de la biodiversité urbaine et des approches sensibles de la ville peuvent être des leviers pour faire évoluer les représentations liées aux plantes spontanées et plus largement celles liées à la qualité du cadre de vie. Dans cette optique, le développement de programmes de sciences participatives relatifs à la nature en ville, tel que par exemple « sauvages de ma rue » (MACHON et al., 2012) qui permet au citadin de porter le regard sur la flore urbaine, d’accroître ses connaissances et d’être actif dans son élaboration, se révèle ainsi des outils intéressants. Cela laisse en outre la porte ouverte à d’autres formes d’actions de sensibilisation qui impliquent les habitants et les usagers, en les incitant à participer à l’entretien des espaces verts et des pieds d’arbres ou des bords de trottoirs qu’ils côtoient ou pratiquent.

Top of page

Bibliography

AGGERI G., (2010), Inventer les villes-natures de demain... Gestion différenciée, gestion durable des espaces verts, Dijon : Educagri éditions, France, 199 p.

AIVF, CNFPT, (1995), Vers la gestion différenciée des espaces verts, Actes du colloque européen, Strasbourg, 24, 25, 26 octobre 1994, Dijon : édition CNFPT.

ALBERTI M., MARZLUFF J.M., SHULENBERGER E. et al., (2003), Integrating Humans into Ecology: Opportunities and Challenges for Studying Urban Ecosystems, Bioscience, vol. 53, p. 1169-1179.

ALLAIN Y.M., (1997), La ville : un territoire nouveau pour la nature ? La gestion différenciée en Europe, in LIZET B., WOLF A.‑E., CELECIA J., (eds), Sauvages dans la ville, JATBA revue d’ethnologie, vol. 39, n2, p. 199-217.

BONTHOUX S., BRUN M., DI PIETRO F. et al., (2014), « How can wastelands promote biodiversity in cities? A review», Landscape and Urban Planning, vol. 132, p. 79-88.

BOSSU A., MARCO A., MANEL S., BERTAUDIÈRE-MONTES V., (2014), Effects of built landscape on taxonomic homogenization: Two case studies of private gardens in the French Mediterranean, Landscape and Urban Planning, vol. 129, p. 12-21.

BOUSSIOUD-CORBIÈRES F., (1997), Pythocénoses en milieu urbain (est et sud de Paris), in LIZET, B., WOLF, A.-E., CELECIA, J., Sauvages dans la Ville, JATBA revue d’ethnologie, vol. 39, n2, p. 455-462.

BREUSTE J.H., (2004), Decision making, planning and design for the conservation of indigenous vegetation within urban development, Landscape and Urban Planning, vol. 8, p. 439-452.

CHAUVEL G. et ZADJIAN E., (2005), Perception des adventices en ville par le public, PHM-Revue Horticole, vol. 71, p. 44-49.

CHEMETOFF A., (2008), La première fois nous avons dessinée un plan, Revue 303, vol. 103, Nantes : éditons 303, p. 134-135.

CHOCHOLOUŠKOVA Z. et PYŠEk P., (2003), Changes in composition and structure of urban flora over 120 years: a case study of the city of Plzeň, Flora, vol. 198, no 5, p. 366-376.

CLÉMENT G. et JONES L., (2006), Une écologie humaniste, Paris : Aubanel, 271 p.

COLLINS J. P., KINZIG A. P., GRIMM N.B. et al., (2000), A new urban ecology, American Scientist, vol. 88, no 5, p. 416-425.

DEL TREDICI P., (2010), Spontaneous Urban Vegetation. Reflections of Change in a Globalized World, Nature and Culture, vol. 5, no 3, p. 299-315.

DUBOST F. ET LIZET B., (2003), La nature dans la cité. De l’hygiénisme au développement durable, Communications, vol. 74, p. 5-17.

GREGOR T., BÖNSEL D., STARKE-OTTICH I., ZIZKA G., (2012), Drivers of floristic change in large cities - A case study of Frankfurt/Main (Germany), Landscape and Urban Planning, vol. 104, p. 230-237.

HERBST H. et HERBST V., (2006), The development of an evaluation method using a geographic information system to determine the importance of Wasteland Sites as Urban Wildlife Areas, Landscape and Urban Planning, vol. 77, no 1-2, p. 178-195.

KARAPANTSIOS T.D., BOUTSKOU E.I. et BALOUKTSIS Ž A.I., (1999), Students’ awareness of the urban environment in a small Greek city, The Environmentalist, vol. 19, p. 305-316.

KLAUS G. et PAULI D., (2003), Hotspot, Biodiversité en milieu urbain. Berne, Forum Biodiversité Suisse, ASSN, publ.

KÜHN N., (2006), Intentions for the unintentional, spontaneous vegetation as the basis for innovative planting design in urban areas, Journal of Landscape Architecture, vol. 1, no 2, p. 46-53.

KÜHNE O., (2012), Urban nature between modern and postmodern aesthetics: Reflections based on the social constructi-vist approach, Quaestiones Geographicae, vol. 31, no 2, p. 61-70, [DOI 10.2478/v10117-012-0019-3].

LINDEMANN-MATTHIES P., JUNGE X. et MATTHIES D., (2010), The influence of plant diversity on people’s perception and aesthetic appreciation of grassland vegetation, Biological Conservation, vol. 143, p. 195-202.

LIZET B., WOLF A.E. et CELECIA J., (1997), Sauvages dans la ville. De l’inventaire naturaliste à l’écologie urbaine, Journal d’Agriculture Traditionnelle et de Botanique Appliquée, vol. 39, no 2, p. 9-13.

LIU J., DIETZ T., CARPENTER S.R. et al., (2007), Complexity of Coupled Human and Natural Systems, Science, vol. 317, p. 1513-1516.

LOCKABY B G., ZHANG D., MCDANIEL J., TIAN H. et PAN S., (2005), Interdisciplinary research at the urban-rural interface: the WestGa project, Urban Ecosystems, vol. 8, p. 7-21.

LOSOSOVÁ Z., CHYTRÝ M., KÜHN, I. et al., (2006), Patterns of plant traits in annual vegetation of man-made habitats in central Europe. Perspectives in Plant Ecology, Evolution and Systematics, vol. 8, p. 69-81.

MACHON N., MOTARD E., DEPRAETERE M. et al., (2012), Sauvages de ma rue : guide des plantes sauvages des villes de France, Paris : Le Passage-Muséum national d’Histoire naturelle, 416 p.

MATHIEU N., (2000), Des représentations et pratiques de la nature aux cultures de la nature chez les citadins : question générale et étude de cas, Bulletin de l’Association des Géographes Français, vol. 77, no 2, p. 162-174.

MATHIEU N., (2006), Pour une construction interdisciplinaire du concept de milieu urbain durable, Natures Sciences Sociétés, vol. 14, p. 376-382.

MATHIEU N., (2011), Repenser la nature dans la ville : un enjeu pour la géographie, in ROBIC M.-C., TISSIER J.-L., PINCHEMEL P. (eds), Deux siècles de géographie française. Une anthologie, Paris : CTHS, p. 456-459.

MARCO A., LAVERGNE S., DUTOIT T. et BERTAUDIÈRE-MONTÈS V., (2010a), From the backyard to the backcountry: how ecological and biological traits explain the escape of garden plants into Mediterranean old fields, Biological Invasions vol. 12, p. 761-779, [DOI 10.1007/s10530-009-9479-3].

MARCO A., BARTHELEMY C., DUTOIT T. et BERTAUDIÈRE‑MONTÈS V., (2010b), Bridging Human and Natural Sciences for a Better Understanding of Urban Floral Patterns: the Role of Planting Practices in Mediterranean Gardens, Ecology and Society vol. 15, no 2, p. 2, [en ligne].

Mc KINNEY M.L., (2002), Urbanization, Biodiversity, and Conservation, BioScience, vol. 52, no 10, p. 883-890.

MENOZZI M.-J., (2007), « Mauvaises herbes », qualité de l’eau et entretien des espaces, Natures Sciences et Sociétés, vol. 15, p. 144-153.

MILLARD A., (2004), Indigenous and spontaneous vegetation: their relationship to urban development in the city of Leeds, UK, Urban Forestry & Urban Greening, vol. 3, p. 39-47.

MURATET A., MACHON N., JIGUET F. et al., (2007), The role of urban structures in the distribution of wasteland flora in the Greater Paris Area, France, Ecosystems vol. 10, no 4, p. 661-671.

PAYET A., (2004), Caractérisation de la biodiversité dans les parcs urbains. Quelle importance dans l’usage et les perceptions de la nature en ville ? Étude de cinq parcs de la ville d’Angers (Maine et Loire), Mémoire de DEA Environnement : milieux, techniques, sociétés, Paris : MNHN.

PELLISSIER V., FRANÇOISE R., AGUEJDAD R. et al., (2008), Relationships between soil seed bank, vegetation and soil fertility along an urbanisation gradient, Applied Vegetation Science, vol. 11, p. 325-334.

PICKETT S.T.A., CADENASSO M.L., GROVE J.M. et al., (2011), Urban ecological systems: Scientific foundations and a decade of progress, Journal of Environmental Management, vol. 92, p. 331-362.

POP (BOANCĂ) PĂUNIŢA I., DUMITRAȘ A., SINGUREANU V. et  al., (2011), Ecological and aesthetic role of spontaneous flora in urban sustainable landscapes development, Plant Development, vol. 18, p. 169-177.

PRACH K., PYŠEK P. et BASTL M., (2001), Spontaneous vegetation succession in human-disturbed habitats: A pattern across seres, Applied Vegetation Science, vol. 4, p. 83-88.

PRACH K., BARTHA S., JOYCE C. et  al., (2001), The role of spontaneous vegetation succession in ecosystem restoration: A perspective, Applied Vegetation Science, vol. 4, p. 111-114.

PRZETAK G., (2005), L’après gestion différenciée : perception de la « nature sauvage » par le service d’espaces verts de Montpellier, Actes du colloque AITF CNFPTT, La ville durable et ses territoire de nature : politiques vertes et évaluations, Nice, p. 59-61.

PYŠEK P., (1995), Approaches to studying spontaneous settlement flora and vegetation in central europe: a review, in SUKOPP H., NUMATA M. et HUBER A. (ed.): Urban ecology as the basis of urban planning, Amsterdam : SPB Academic Publishing, p. 23-39.

PYŠEK P., CHOCHOLOUSKOVÁ Z., PYŠEK A. et JAROŠÍK V., (2004), Trends in species diversity and composition of urban vegetation over three decades, Journal of Vegetation Science, vol. 15, p. 781-788.

REYGROBELLET B., (2007), La Nature dans la ville : biodiversité et urbanisme, Avis et Rapports du Conseil économique et social, Paris : Les éditions des Journaux officiels, 182 p.

RINK D., (2005), Surrogate Nature or Wilderness? Social Perceptions and Notions of Nature in an Urban Context, in I. KOWARIK and S. KÖRNER (eds), Wild Urban Woodlands, Berlin, Springer, p. 67‑80.

RINK D., (2009), Wilderness: The nature of urban shrinkage? The debate on urban restructuring and restoration in Eastern Germany, Nature and Culture, vol. 4, no 3, p. 275-292.

SUKOPP H., (2002), On the early history of urban ecology in Europe, Preslia, Praha, vol. 74, p. 373-393, en ligne [en ligne].

VALLET J., DANIEL H., BEAUJOUAN V., ET ROZE F., (2008), Plant species response to urbanization: comparison of isolated woodland patches in two cities of North-Western France, Landscape Ecology, vol. 23, n10, p. 1205-1217.

WITTIG R., (2004), The origin and development of the urban flora of Central Europe, Urban Ecosystems, vol. 7, p. 323-329.

WITTIG R. et BECKER U., (2010), The spontaneous flora around street trees in cities - A striking example for the worldwide homogenization of the flora of urban habitats, Flora, vol. 205, p. 704-709.

Top of page

Annex

Tableau présentant les 24 catégories d’évocations associées à la végétation spontanée, regroupées en 5 thématiques

Source : les auteurs.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1
Caption Cartographie des sept communes françaises où l’enquête sur la perception de la végétation spontanée en ville a été conduite.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7483/img-1.png
File image/png, 69k
Title Fig. 2
Caption Exemples d’espaces végétalisés support de l’enquête sur la ville de Marseille – a) Micro-habitat de type pied d’arbre et b) Macro-habitat de type parc urbain « naturel », fauché annuellement
Credits Photos : Marco A., 2010
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7483/img-2.jpg
File image/jpeg, 708k
Title Fig. 3
Caption Fréquence des 24 catégories d’évocations portant sur la végétation spontanée en fonction du nombre de répondants, au regard du secteur géographique. C1 : Difficultés d’évocation sur la végétation ; C2 : Dénominations de la végétation ; C3 : Appréciation de la végétation ; C4 : Autour du Sauvage ; C5 : Autour du Naturel ; C6 : Autour du Champêtre ; C7 : Autour de l’Ordre/Désordre ; C8 : Autour de l’Entretenu/Non entretenu ; C9 : Autour du Propre/sale ; C10 : Risques générés par la végétation ; C11 : Services rendus par la végétation ; C12 : Autour de l’Ambiance et de la sensation ; C13 : Autour de l’Esthétisme ; C14 : Taux de fleurissement de la végétation ; C15 : Abondance/Richesse/Diversité de la végétation ; C16 : Couleur de la végétation ; C17 : Structure et répartition de la végétation ; C18 : Développement et Colonisation de la végétation ; C19 : Autour de la vie ; C20 : Condition de vie de la végétation ; C21 : Monde animal ; C22 : Revêtement du sol ; C23 : Autour de l’espace vert ; C24 : Autres. (* différence significative au seuil 5 %).
Credits Sources : les auteurs.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7483/img-3.png
File image/png, 9.3k
Title Fig. 4
Caption Actions à conduire sur la végétation spontanée .En fonction a), du secteur géographique et b), de la connaissance des noms de plantes spontanées (* différence significative au seuil 5 %).
Credits Sources : les auteurs.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7483/img-4.png
File image/png, 21k
Title Fig. 5
Caption Dénominations mobilisées par les enquêtes pour nommer les plantes spontanées sur les stations d’enquête – La taille de la police des dénominations est proportionnelle à la fréquence de citation.
Credits Sources : les auteurs.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7483/img-5.png
File image/png, 11k
Title Fig. 6
Caption Éléments de la végétation spontanée, qui plaisent (6a) et déplaisent (6b) aux enquêtés en fonction de la localisation de la végétation – Test Khi², seuil de significativité 5 %
Credits Source : auteurs
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7483/img-6.jpg
File image/jpeg, 232k
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/7483/img-7.jpg
File image/jpeg, 775k
Top of page

References

Bibliographical reference

Audrey Marco, Marie-Jo Menozzi, Sébastien Léonard, Damien Provendier and Valérie Bertaudière-Montès, « Nature sauvage pour une nouvelle qualité de vie », Méditerranée, 123 | 2014, 133-143.

Electronic reference

Audrey Marco, Marie-Jo Menozzi, Sébastien Léonard, Damien Provendier and Valérie Bertaudière-Montès, « Nature sauvage pour une nouvelle qualité de vie », Méditerranée [Online], 123 | 2014, Online since 20 December 2016, connection on 18 February 2018. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/7483 ; DOI : 10.4000/mediterranee.7483

Top of page

About the authors

Audrey Marco

École nationale supérieure de paysage (ENSP), Laboratoire de recherche en paysage (LAREP) Marseille, France a.marco@ecole-paysage.fr

Marie-Jo Menozzi

ETHNOZZI – Bureau d’études, Saint‑Vincent‑sur‑Oust, France, http://www.ethnozzi.sitew.com/

Sébastien Léonard

FREDON Poitou-Charentes, 86550 Mignaloux‑Beauvoir, France, sebastien.leonard@fredonpc.fr

Damien Provendier

Plante & Cité, Angers, France, damien.provendier@plante-et-cite.fr

Valérie Bertaudière-Montès

Aix Marseille Université, UMR 151 AMU/IRD, Laboratoire Population-Environnement-Développement, (LPED) Marseille, France

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals