Navigation – Plan du site
Fonctionnement hydrosédimentaire et impacts anthropiques

Apport de la cartographie au suivi de l’anthropisation des milieux humides littoraux

Le cas de la lagune de Tunis au xxe siècle
The contribution of cartography in reconstructing past human impacts on coastal wetlands: the case the Tunis Lagoon in the 20th century
Walid Chouari
p. 75-84

Résumés

Le littoral tunisien est riche en milieux humides tels que les lagunes, les sebkhas et marais côtiers, les chotts... Ces écosystèmes font l’objet d’une pression anthropique croissante depuis le début du xxe siècle. C’est le cas du complexe lagunaire de Tunis et de ses berges qui ont subi de multiples transformations au fur et à mesure de l’anthropisation. Les cartes topographiques anciennes et les photos aériennes mais aussi les images satellitaires disponibles complètent les données de terrain et sont des sources essentielles pour comprendre la dynamique spatiale et les contraintes environnementales successives de cette zone humide. L’analyse cartographique proposée permet de suivre de manière diachronique l’évolution morphométrique et morphologique des lacs nord et sud. Une artificialisation progressive des berges est observée ainsi qu’une diminution de la superficie des lacs jusqu’à la fin des années 1970. En outre, les images satellitaires permettent aussi de mettre en évidence une eutrophisation du milieu aquatique concordante avec les mesures de la qualité de l’eau. Puis, dès le début des années 1980, on observe que la poldérisation des berges du lac nord, puis du lac sud, s’amplifie avec la réalisation de deux vastes programmes d’aménagement à visée foncière.

Haut de page

Texte intégral

1La diversité paysagère, la présence à la fois d’un littoral sableux, de plaines alluviales et de nombreuses zones humides (lagunes, sebkhas, garâas, marécages…) confèrent à la région tunisoise des atouts environnementaux importants et expliquent, dans une large mesure, l’ancienneté et la densité de son occupation humaine (fig. 1).

Fig. 1

Fig. 1

Bassins versants et réseaux hydrographiques de la lagune de Tunis, et des sebkhas contigües d’Essijoumi et de l’Ariana

Sources : cartes topographiques 1/25 000(1982), image satellitaire SPOT (2002), OUESLATI, 1993a et 2004. Crédits W. Chouari ©.

2La lagune de Tunis plus ou moins connectée au golfe de Tunis au cours de la période historique, été considérée, au moins depuis l’époque médiévale, comme un lieu malsain par les populations locales et comme un exutoire pour les déchets et les eaux pluviales et usées. Mais aujourd’hui la lagune a été assainie, les marécages ont été drainés et les berges rectifiées et remblayées pour créer des terrains constructibles, avec des plans d’eau plus géométriques aux surfaces réduites. Dans cet article, en se basant sur une analyse cartographique, nous essayons de reconstruire l’évolution de l’anthropisation de cette lagune au cours du xxe siècle, sa dynamique spatiale et l’occupation de sol de ses berges, principalement après son assainissement et les nombreux projets d’aménagement qui ont été réalisés durant les trois dernières décennies.

1 - La lagune de Tunis : un milieu naturel morphologiquement instable et fragile

1.1 - La topographie et l’hydrogéomorphologie de la région de Tunis

3Le bassin versant du complexe lagunaire de Tunis est principalement formé par la plaine basse de Tunis. C’est une plaine très étroite, entourée par l’alignement des collines de Rabta, Saïda Mannoubia et Sidi Bel Hassen du côté ouest et par la lagune de Tunis du côté est. Elle s’élargit au nord et au nord-ouest où elle est dominée par les collines du Belvédère et de Ras Tabia. Les hauteurs de Bir El Kassâa et les collines de Mégrine et Radès la dominent du côté sud. Cette plaine s’incline en pente très faible vers le complexe lagunaire, constitué par les lacs nord et sud de Tunis. Un assemblage de cartes topographiques datées de 1982 (1/25000) montre que ce complexe couvrait à cette époque une superficie de l’ordre de 43 km2. Le lac nord, d’une superficie d’environ 29 km2, est relié au Golfe de Tunis par le canal de Kheireddine. Celui du sud, qui avait une superficie d’environ 14 km2, rejoint la mer par le canal de Radès (fig. 1).

4Cette lagune constitue le plus important plan d’eau de l’agglomération de Tunis. L’altitude moyenne de ses berges ne dépasse pas une dizaine de mètres. La topographie est très plane avec une pente qui ne dépasse pas 0,2 %. Elle se trouve séparée de la mer par un cordon littoral reliant l’embouchure de l’oued Miliane aux collines de Carthage. Ce cordon sableux est aujourd’hui densément occupé par les villes de La Goulette, Kram, Kheireddine et Salammbô.

1.2 - Aperçu de l’évolution de la lagune au cours de la période historique

5D’un point de vue structural, la lagune de Tunis appartient au graben de l’Ariana, également occupé en partie par la sebkha de l’Ariana et qui correspond à une cuvette effondrée. Cette cuvette est née à la suite d’un effondrement assez récent dun substratum pliocène. On estime qu’après l’effondrement, la zone aurait joué le rôle d’un fossé de subsidence. Ce fossé a été comblé au fur et à mesure par les apports alluviaux des oueds Majerda (qui trouvait là son embouchure à l’époque tyrrhénienne) et Miliane (PIMIENTA, 1959 ; OUESLATI, 1993b). Les berges de la lagune présentent un dépôt allogène d’aspect fluviatile sur une épaisseur de 360 m (THORNTON et al., 1980 ; BEN AYED et al., 1985 ; OUESLATI, 1993b).

  • 1 Général, homme d’État, historien et théoricien politique grec (208‑126 av. J.-C.).
  • 2 Rhéteur et historien byzantin (490‑565).
  • 3 Historien et géographe de l’Hispanie musulmane (1014‑1094).
  • 4 Marin ottoman (1466 - 1546).

6Les résultats des études académiques qui se sont intéressées à l’évolution Holocène et à la fermeture du côté de la mer de la lagune de Tunis sont assez contradictoires. D’après une reconstitution, donnée par THORNTON et al., (1980), la fermeture se serait, probablement, faite de façon très lente tandis que la surface et la profondeur de la lagune se seraient considérablement réduites. Les textes des historiens gréco-latins, des voyageurs et géographes arabes, des historiens des conquêtes espagnoles et turques et des voyageurs européens donnent de précieuses informations sur l’histoire du lac de Tunis et complètent celles fournies par les archives naturelles. L’historien grec Polybe1 (cité par ZAOUALI-LAIDAN, 1984) signale qu’au iie siècle avant J.-C. (en l’an 150) une bande de terre aurait commencé à se former entre Radès au sud et Kheireddine au Nord. Ceci nous pousse à croire que la lagune existait déjà avant l’installation des Romains. La fin de l’Antiquité et le Haut Moyen Âge ont été des époques importantes pour la genèse des plages du fond du Golfe de Tunis (NOURI et PASKOFF, 1980 ; OUESLATI, 1993a). La dégradation de la végétation naturelle en Tunisie septentrionale, en particulier à l’époque romaine, suite au développement de l’agriculture, a déclenché une érosion aiguë des sols sur les versants et accru considérablement la charge solide livrée à la mer par les oueds. À la fin de lEmpire romain (ve et vie siècles après J.-C.), Procope de Césarée2 note que « à 40 stades de Carthage (soit 6 km) il y a un port appelé Stagnum on ne peut se tenir en aucune manière ». « Stagnum » signifie l’étang et la distance de 6 km donne exactement l’emplacement du port actuel de La Goulette. De ce fait, on peut conclure que la lagune était presque entièrement fermée à cette époque. Les terres depuis la colline de Carthage jusqu’à la Goulette étaient totalement ou partiellement immergées. Il semblerait que le cordon littoral était divisé en îles distinctes. Ainsi, on sait que ce cordon qui s’allonge entre Carthage et Radès était encore à l’état embryonnaire vers le ve siècle et que la lagune communiquait alors largement avec le Golfe de Tunis. Sur le plan morphologique, les plages de cette côte étaient bordées, à l’état naturel, par une avant‑dune. Celle-ci a été totalement arasée par l’urbanisation. En 1068, l’historien et géographe El-Bekri3 (toujours cité par ZAOUALI‑LAIDAN, 1984) reconstitue l’histoire de la lagune depuis l’an 700 après J.-C. Cet auteur nous parle du creusement d’un chenal long de 4 km et profond de 6 à 8 m afin de permettre l’échange entre la lagune et la mer. Cela nous permet d’émettre l’hypothèse selon laquelle aux alentours de l’an 700 la lagune était presque fermée. ZAOUALI-LAIDAN (1984) pense que cette fermeture du plan d’eau s’est achevée vers l’an 800 av. J.-C. Et, il quasiment certain qu’au temps des conquêtes espagnoles et turques (au xvie siècle) la fermeture était complète. C’est la raison pour laquelle, Kheireddine Barberousse4 fit creuser un canal pour assurer la communication avec la mer. Charles Quint à son tour a fait établir une forteresse, près de l’actuelle Goulette, et remanier et prolonger le canal jusqu’à Tunis. En 1574, la Tunisie est annexée à l’Empire ottoman, amorçant une nouvelle période. Pour mettre à l’abri Tunis de toute autre invasion maritime, le canal de la Goulette fut un temps comblé, la lagune ne communiquant plus alors avec la mer que par la passe naturelle située du côté de Radès. Cette lagune apparaît donc comme l’aboutissement d’une évolution vers un isolement progressif au cours duquel la sédimentation a joué un rôle essentiel avec la construction des cordons littoraux (THORNTON et al., 1980).

2 - Apport de la cartographie au suivi de l’évolution spatio-temporelle de la lagune de Tunis et de la ligne des berges au xxe siècle

  • 5 Le scanner multispectral (Multispectral Scanner sensor, MSS) a acquis des images de la Terre de j (...)
  • 6 SPOT (Système probatoire d’observation de la Terre ou Satellite pour l’observation de la Terre) e (...)

7Nous présentons ici une étude diachronique de l’évolution de la morphologie des plans d’eau du complexe lagunaire de Tunis à partir de l’analyse croisée d’une série de documents cartographiques (cartes topographiques 1/50000, 1902 et type 1922 et 1/25000 de 1982), des images satellitaires (LANDSAT MSS5 de 80 m de résolution, TM de 30 m de résolution de 1987, ETM+ de 30m de résolution de 2001 et SPOT6 de 20 m de résolution de l’année 2002) et des photographies aériennes (1/80000 de l’année 1967) ainsi que des rapports d’aménagements et des études de terrain.

2.1 - Une transformation progressive des berges de la lagune

8L’analyse des documents cartographiques établis à différentes époques montre que les plaines alluviales basses du côté septentrional et méridional, au contact des rives de la lagune, étaient majoritairement occupées par des milieux humides. D’ailleurs, d’anciennes représentations artistiques faites au milieu du xixe siècle montrent que, du côté occidental, les berges du lac arrivaient presque jusqu’au pied des collines de la Kasba et de Sidi Belhassen (photo 1).

Photo 1 – Vue sur la lagune de Tunis et la colline Sidi Belhassen (1846) par Charles de Chassiron

Photo 1 – Vue sur la lagune de Tunis et la colline Sidi Belhassen (1846) par Charles de Chassiron

Cette représentation montre que les rives de la lagune arrivaient jusqu’au pied de la colline.

Source : [en ligne].

9L’arrivée des Français au début du xixe siècle marque le début de l’expansion de la ville de Tunis en contrebas de la colline de la Kasba en direction des rives de la lagune. Le développement favorise la spéculation foncière surtout entre la médina et le lac et très vite les marécages sont comblés et quadrillés de routes orthogonales formant un plan en damier. En 1862 est construit le nouveau consulat de France entre la porte de la mer ou « Bab Bhar » et la lagune de Tunis (Avenue de la Marine) sur des terrains marécageux où divaguent les Khandaqs (collecteurs d’eaux usées, à ciel ouvert) qui se déversent dans la lagune (SEBAG, 1998). Par la suite, d’importantes opérations de remblaiement pour l’extension de la ville et la construction de la ville « moderne » ou « européenne » vont marquer le début de l’empiètement sur le plan d’eau et ses berges.

10La comparaison des différents plans et cartes topographiques produits entre 1902 et 2002 illustre bien l’avancée progressive de la ville sur les deux plans d’eau nord et sud (fig. 2).

Fig. 2

Fig. 2

La lagune de Tunis sur les cartes topographiques, les photographies aériennes et les images satellitaires entre 1902 et 2002.

11Il est possible d’observer les différents traits de côte ainsi que l’évolution de la forme de la lagune. Elle donne une idée des surfaces remblayées conquises sur les deux plans d’eau et révèle la progressive artificialisation du front de la lagune nord. Le port de Tunis fut aménagé, à partir de 1888, par la société française de Construction des Batignolles à l’ouest du plan d’eau et un large chenal, de 6,5 m de profondeur et de 30 m de largeur, bien visible sur les cartes, fut également creusé sur 10 km à travers la lagune, du port à l’entrée de La Goulette. Pour cela 4 800 000 m3 de matériaux furent, à l’époque, dragués, et servirent, soit à constituer la digue de chaque côté du canal, soit à remblayer les bords du chott El Bahira dans le nord-est de la lagune (BARTHEL, 2003). Une opération de comblement systématique fut alors menée qui conduisit à repousser plus loin les limites du plan d’eau. Sa division fut renforcée après l’indépendance avec la construction de la voie ferrée du TGM (Tunis-Goulette-Marsa) établie en parallèle sur la digue et la route express reliant Tunis à sa banlieue nord.

12Sur la carte topographique des environs de Tunis de 1902 (1/50000), les berges de la lagune paraissent dentelées et les marécages s’étendent sur les parties nord-est du lac nord et dans les secteurs sud de celui du sud. Par ailleurs, la carte topographique type 1922 (1/50 000) montre que des salines ont été implantées du côté de Mégrine sur des zones humides situées sur les rives ouest du lac sud. Les terrains marécageux des berges nord-est du lac nord ont eux été colmatés et la forme du port de Tunis est déjà bien plus identifiable. L’assemblage des photographies aériennes de la zone prises en 1967 (1/80 000) montre que les rives du lac nord sont constituées par une série de petites criques prolongées par des chenaux de drainage des eaux pluviales. Quant aux cartes topographiques de 1982 (1/200 000 et 1/250 00), celles-ci révèlent qu’en 15 ans de nombreux canaux de drainage, des digues et des levées en terre ont été installés pour drainer les berges nord et ouest du lac nord et des opérations localisées de colmatage des berges marécageuses. L’image satellitaire SPOT de 2002 fait apparaître un pourtour des deux lacs bien plus rectiligne qu’auparavant, des rives du lac nord en partie urbanisées et d’autres secteurs en cours d’assèchement, principalement au nord mais aussi tout autour du lac sud. Les salines de Mégrine ont elles aussi été asséchées pour permettre de libérer des terres constructibles. En outre, de nouveaux canaux de collecte des eaux pluviales ont été installés au nord-ouest du lac nord.

13La comparaison entre l’assemblage des cartes topographiques de 1982 et l’image satellitaire Spot de 2002 montre que les travaux de dragage et de remblayage des berges ainsi que l’installation d’ouvrages hydrauliques ont permis la création de nouveaux espaces artificiels gagnés sur la lagune elle-même (photo 2).

Photo 2 – Secteur ouest du lac nord restauré et remblayé dans les années 1990

Photo 2 – Secteur ouest du lac nord restauré et remblayé dans les années 1990

Les canaux de collecte des eaux pluviales et les espaces artificiels créés par la SPLT (Société de promotion du lac de Tunis) sont bien visibles

Crédits : W. Chouari ©, 2009.

14L’analyse de l’évolution de la superficie des plans d’eau de la lagune de Tunis au cours du xxe siècle montre clairement une tendance à la diminution jusqu’à la fin des années 1970. Puis, après 1985, l’accélération notable de ce phénomène s’explique par la réalisation de vastes travaux d’aménagement et d’assainissement du site. En effet, les plans d’eau ont subi, entre 1988 et 2002, une série de transformations visant à améliorer la qualité de l’eau devenue fortement eutrophisée et polluée à cause du déversement d’effluents urbains et industriels d’origines diverses (environ 50 000 m3 par jour dans l’Ouest du lac nord).

2.2 - La mise en évidence de l’eutrophisation des plans d’eau

  • 7 Historien et géographe arabe (1273-1331).

15Les historiens arabes du Moyen Âge, notamment El-Bekri et Abou El Feda7 (REINAUD et MAC GUCKIN, 1840), puis les voyageurs et les ingénieurs des xviiie et xixe siècles ont souvent décrit le caractère malsain de la lagune renforcé par des odeurs nauséabondes et des «miasmes» qui en exhalaient régulièrement (ZAOUALI-LAIDAN, 1984). Par exemple, en 1470, le voyageur flamand Anselme Adorno indique, lors de son passage à Tunis, «quen été le lac pue étrangement» (HEERS et de GROËR, 1978), ce qui laisse penser que l’eutrophisation du lac n’est pas un phénomène récent mais la conséquence de deux facteurs qui sont la proximité d’une grande agglomération et d’un milieu peu profond soumis à une insolation permanente. Ses abords faisaient office de dépotoir pour les déchets de toutes sortes et de déversoir pour les effluents urbains, car proches et peu onéreux pour les habitants de la ville de Tunis. Et l’assainissement de la lagune fut longtemps problématique pour les ingénieurs français. Le littoral était marécageux et le drainage difficile. Des efforts conséquents furent donc nécessaires avant d’implanter la nouvelle ville européenne.

16À partir de la fin des années 1970, les études hydrologiques, géomorphologiques puis écologiques concernant la lagune de Tunis (ZAOUALI-LAIDAN, 1984 ; BEN CHARRADA, 1988 ; BEN MAÏZ, 1997 ; OUESLATI, 1993a, 2004 ; CHOUARI, 2009) ont commencé à se multiplier alors que la dégradation de l’état environnemental devenait de plus en plus prégnant. La pollution était provoquée par deux sources principales : les rejets de la station d’épuration de Cherguia située au nord, fortement chargés en matière organique, et par les nombreux déversoirs d’égouts de la ville qui débouchaient directement dans la partie ouest de la lagune. Le fond était alors comblé par une vase fortement chargée en matière organique et en métaux lourds (CARBONEL et al., 1981). Le traitement de l’image satellitaire LANDSAT MSS de 1972 montre un milieu eutrophisé et pollué caractérisé par des concentrations d’algues vertes nitrophiles flottantes et l’extension d’une vase noirâtre (fig. 3). Une partie des substances nutritives pénétrait dans les sédiments du fond de la lagune qui se chargeaient en azote et en phosphore. L’état de pollution s’est progressivement accompagné d’un fonctionnement hydrodynamique très atténué (ZAOUALI-LAIDAN, 1977). En effet, à lintérieur du lac nord, la propagation de la marée (l’amplitude moyenne du marnage microtidal dans ce secteur est d’environ 30 cm) était très faible à cause des infrastructures de transports (ponts de Kheireddine) bloquant en partie le flux marin entrant par le canal de Kheireddine. La circulation de l’eau était alors faible et n’atteignait plus toutes les parties de la lagune avec une influence négligeable dans la partie ouest. En outre, le littoral très découpé favorisait la formation de poches d’eaux stagnantes et la présence d’un fond tapissé de boues organiques (fig. 3).

Fig. 3

Fig. 3

Classification non supervisée du complexe lagunaire de Tunis et de ses berges en 1972 et 1987

Sources : d’après deux images LANDSAT MSS du 11 août 1972 et TM du 8 octobre 1987, crédit © W. Chouari.

17Au niveau du lac sud, la circulation des eaux était aussi fortement limitée par la faible profondeur ainsi que par la forme très irrégulière des berges. Depuis le milieu des années 1990, le canal de Radès ne permettait d’ailleurs pratiquement plus aucun échange d’eau avec le Golfe de Tunis du fait de son envasement et de sa faible profondeur (BEN CHARRADA, 1997). Un diagnostic écologique global et détaillé de lécosystème de ce lac avait été réalisé avant sa restauration par BEN SOUISSI (2002), suite à deux années de mesures (1995-1997) des caractéristiques abiotiques des eaux du lac, de la qualité des sédiments du fond, et des peuplements végétaux et animaux (communautés macrobenthiques). Les mesures effectuées montraient une concentration moyenne annuelle très forte en nutriments des eaux indiquant que le milieu était hypereutrophe principalement en été, avec des mortalités massives de poissons, l’apparition d’eaux rouges et des dégagements fréquents d’odeurs pestilentielles. Ce même auteur avait bien noté la forte prolifération d’algues nitrophiles dont la concentration pouvait atteindre 10 kg/m3 (poids humide). Les sédiments étaient aussi très riches en matières organiques et en métaux lourds. Une forte hétérogénéité spatiale du milieu était observée et les zones concernées par la stagnation des eaux (les parties sud-ouest et sud-est du lac nord) étaient les plus polluées (fortes concentrations en azote, en phosphore et en macroalgues ; forte turbidité et faibles concentrations en oxygène).

18Toutes les études antérieures (CROUSET, 1971 ; ZAOUALI‑LAIDAN, 1984 ; BEN MAÏZ, 1997) ont insisté sur la réduction de la profondeur moyenne de la lagune au fil des siècles. Elle était de 4 à 5 m durant la période punique mais n’était plus que de 1 à 2 m avant les travaux de dragage de la fin du xxe siècle. La réduction de la profondeur a été attribuée à plusieurs causes dont les principales sont le dépôt au fond du lac d’énormes quantités de matières organiques (algues, coquilles...) et la colonisation de certains secteurs du lac par une annélide (Ficopomatus enigmaticus, FAUVEL, 1923) qui forme des sortes de récifs dans le lac.

19La deuxième image LANDSAT TM datée de 1987 montre que les premiers aménagements de la lagune de Tunis ont tout d’abord visé la partie nord avec la rectification de ses berges et la création de terrains pour des activités foncières. L’analyse de cette image en composition colorée montre un espace presque uniforme, avec quelques variations de nuances, qui témoignent d’une très forte turbidité de l’eau. Une zone de stagnation s’est formée dans la partie ouest où les eaux sont troubles et probablement riches en matières organiques en suspension. Les travaux de dragage du secteur nord du lac nord et de remblayage des berges ainsi que divers ouvrages hydrauliques ont donné naissance à de nouveaux espaces artificiels. Environ 17 millions de m3 de boue ont été dragués et rejetés hors du lac et 15 millions de m3 de sable extraits du fond pour le remblayage des berges. Après l’installation des vannes dans la lagune nord et le détournement des eaux usées et pluviales vers le canal de navigation, le lieu de convergence des eaux s’est concentré sur la presque totalité du lac sud (fig. 3).

20L’assainissement des lacs de Tunis est apparu comme une nécessité au cours des années 1980 et les travaux ont commencé dès 1984 avec « le projet de restauration et d’aménagement du lac nord et de ses berges » lancé par la SPLT (Société de Promotion du Lac de Tunis8). La lagune de Tunis et ses berges marécageuses, considérées comme des espaces marginaux, sont alors devenues une priorité pour le développement de la capitale.

  • 9 La Société d’études et de promotion de Tunis Sud, exerçant sous tutelle du ministère de l’Équipem (...)

21Parallèlement, l’état écologique catastrophique du lac sud est à l’origine d’un second grand projet de restauration réalisé entre avril 1998 et juillet 2001 par la Société d’études et de promotion de Tunis sud (SEPTS)9. Ce projet a totalement transformé le milieu et lui a donné un caractère attractif permettant aussi une exploitation urbanistique des berges sud du lac. Ce projet a notamment consisté à détourner tous les rejets deaux usées industrielles et domestiques vers des stations d’épuration et détourner les rejets d’eaux pluviales vers le port de Tunis, draguer les sédiments du fond (pour un volume d’environ 9 300 000 m3), réduire la surface du lac à 7 km2 avec des berges rectilignes, en remblayant le reste, fermer les pêcheries et aménager les canaux de Radès et de Tunis et enfin installer un système de fonctionnement hydraulique permettant un renouvellement fréquent des eaux et l’élimination des zones de stagnation anoxiques (JOUINI et al., 2005).

3 - Apport de la cartographie au suivi de l’impact des aménagements sur l’environnement de la lagune de Tunis depuis le début des années 1980

22Les mêmes choix de gestion ont été décidés pour les deux lacs. Les opérations d’assainissement et d’aménagement visaient à lamélioration de la qualité de leau mais intégraient aussi des aspects économiques. Les orientations de base de l’aménagement ont notamment permis la mise en place d’un système de circulation des eaux basé sur les marées (malgré un faible marnage), la modification de la bathymétrie du fond de la lagune, la rectification du tracé des berges et la création de terrains artificiels pour la construction.

23Avec la dynamique actuelle, il est d’ailleurs prévu que les berges de la lagune de Tunis soient totalement urbanisées entre les décennies 2030-2050 (BEN MAÏZ, 1997 ; BARTHEL, 2003 ; DLALA, 2007).

3.1 - Un complexe lagunaire régénéré

24Aujourd’hui, les deux lacs sont totalement séparés, la circulation est unidirectionnelle dans chacun d’eux mais ils jouissent d’un hydrodynamisme différent. L’assainissement du lac nord a été réalisé grâce à un modèle de simulation hydraulique, permettant d’aboutir un système de renouvellement basé sur le phénomène naturel des marées et la fréquence des vents dominants. Contrairement au lac nord, le lac sud jouit d’un fort hydrodynamisme. Le temps de séjour des eaux, tributaire du cycle astronomique de la marée, est faible variant entre 4 et 7 jours dans le lac sud, contre 21 et 33 jours dans le lac nord (BEN SLIMANE, 1990 ; JOUINI et al., 2005 ; REZGUI et al., 2008). Ce système a été renforcé au niveau du lac nord par la disposition longitudinale d’une digue de séparation et le fonctionnement unidirectionnel de chaque compartiment des écluses. Les écluses de Kheireddine permettent à l’eau de mer d’entrer dans la partie nord lorsque la marée monte dans la baie de Tunis et de sortir par les écluses de la partie sud lorsqu’elle baisse. Le lac nord reçoit ainsi environ 1,5 millions de m3 par jour d’eau de mer. Pour le lac sud, l’eau entre à travers le canal de Radès puis rejoint la mer par le grand canal central de navigation.

25La restauration entreprise a également abouti à une augmentation de la profondeur moyenne des deux lacs. Le secteur nord du lac nord est passé de 70 cm à 2 m. Et, bien que son fond reste un peu irrégulier, la profondeur moyenne de la partie sud non draguée a atteint 1 m. Celle de la lagune sud est uniforme, se situant maintenant autour de 2 m (BEN MAÏZ, 1997 ; JOUINI et al., 2005 ; REZGUI et al., 2008). Grace à ce nouveau fonctionnement hydrologique, l’état écologique général de la lagune s’est considérablement amélioré.

26Le traitement de l’image LANDSAT ETM+ du 8 février 2001 montre qu’après les travaux de dragage des fonds et de rectification des berges, deux sites à la turbidité différente apparaissent au niveau du lac sud (fig. 4).

Fig. 4 – Classification non supervisée de la lagune de Tunis en 2001

Fig. 4 – Classification non supervisée de la lagune de Tunis en 2001

On note des berges très artificialisées.

Sources : d’après une image LANDSAT ETM+ du 8 février 2001, crédit © W. Chouari.

27Le premier est localisé à proximité des terrains colmatés qui sont en cours d’assèchement. Les plus importantes taches de turbidité se trouvent du côté des anciennes salines de Mégrine, près des berges. Le deuxième site correspond aux passes de Radès et du grand canal du port et à la côte ouest du lac. La concentration en matière en suspension à l’ouest s’explique peut-être par une plus faible circulation de l’eau dans ce secteur. Au niveau du lac nord, une mince bande de matière en suspension borde tout le littoral. La présence des taches moins sombres au centre des lacs pourrait s’expliquer par l’irrégularité du fond et la capacité des vents dominants à faire bouger la colonne d’eau avec une remise en suspension des sédiments dans les zones moins profondes. Enfin, l’entrée du canal de navigation, les deux ports, de Tunis et de La Goulette, se distinguent comme les secteurs les plus turbides. Le confinement des ports, les apports exogènes de matière en suspension des zones urbaines et les mouvements créés par les bateaux peuvent expliquer cette situation. Mais la turbidité au niveau du Canal et de la passe de Radès paraît aussi fortement liée au marnage et à l’apport en sédiments dû à la dérive littorale dans le Golfe de Tunis (SAIDI, 2004 ; SAIDI et al., 2004 ; BRAHIM et al., 2007).

28Ces constatations font penser que le transport sédimentaire aux mouvements des eaux conduira à des variations de la profondeur des deux lacs. Ce phénomène, s’il venait à se poursuivre sans dragage des zones d’accumulation, conduirait probablement à un ralentissement des échanges avec la mer impliquant une nouvelle dégradation de la qualité des eaux des lagunes.

3.2 -Une image claire de la poldérisation et de l’artificialisation des berges

29La comparaison des deux images satellitaires de 1972 et 2001, a montré que les superficies des plans d’eau ont été largement réduites entre ces deux dates. Celle du lac sud a été réduite de moitié (7,04 km2 en 2002 contre 13,74 km2 en 1988), alors que le lac nord a perdu plus de 5 km2 puisque sa superficie est passée de 29,53 km2 à 24,17 km2. L’analyse par Système d’information géographique (SIG) des données issues des photographies aériennes de 1967 (1/80 000), de l’image LANDSAT MSS de 1972, des cartes topographiques de 1982 (1/25 000), d’une image SPOT de 2002 et d’un extrait de Google Earth (2015) permet d’obtenir une cartographie claire de la dynamique d’occupation du sol des berges du complexe lagunaire depuis la fin des années 1960 et de saisir l’ampleur des politiques d’aménagement actuellement en cours. Cette cartographie donne une idée des vastes surfaces remblayées conquises sur les deux plans d’eau et révèle la progressive artificialisation du front de la lagune (fig. 5).

Fig. 5 – Cartographie des aménagements des berges de la lagune de Tunis et fonctionnement hydrologique actuel des plans d’eau

Fig. 5 – Cartographie des aménagements des berges de la lagune de Tunis et fonctionnement hydrologique actuel des plans d’eau

Crédit : © W. Chouari.

30Il est également possible de visualiser le fonctionnement hydrologique de la lagune et les principales contraintes environnementales locales.

31L’état actuel de l’occupation du sol sur les berges du système lagunaire de Tunis est le résultat d’une anthropisation qui s’est accélérée depuis le début des années 1980. La comparaison des deux images LANDSAT de 1972 et de 2001 et d’une vue de Google Earth (2015) nous a permis de suivre l’évolution d’une tendance à l’urbanisation des rives avant et après les récentes opérations d’aménagement et d’assainissement.

32Le suivi de l’extension spatiale du bâti sur les berges du lac nord fait apparaître un développement du tissu urbain entre le lac et la voie express menant à la Marsa « lotissement El Khalij » (photo 3).

Photo 3 – Secteur remblayé de la lagune nord qui abrite le nouveau quartier « Les Berges du Lac »

Photo 3 – Secteur remblayé de la lagune nord qui abrite le nouveau quartier « Les Berges du Lac »

Extension urbaine de la ville de Tunis couvrant environ 1300 ha.

Source : [en ligne].

33Ce nouveau quartier, qui couvre environ 1 300 ha, appelé « Les Berges du Lac », constitue une extension urbaine de la ville de Tunis. Il est positionné entre le centre-ville de Tunis et la banlieue nord-est. Les berges ont été aménagées en polder avec différents tronçons formés par des plages sableuses, des talus protégés en enrochements et des murs de soutènement en béton. Le plan d’aménagement général du lac nord réserve 30 % de la superficie totale de la zone aux espaces verts. Le trait de côte de ce plan d’eau mesure aujourd’hui 22 km de long et près de 10 km2 de terrains créés artificiellement sont en cours de viabilisation. Il est prévu que ces espaces, découpés en trois zones urbaines, abritent une population de l’ordre de 150 000 habitants. Enfin, en ce qui concerne la qualité des eaux, les volumes d’eaux pluviales drainés vers le lac ont considérablement diminué avec la mise en service du canal de l’ONAS (Office national d’assainissement) sur les berges nord-ouest.

34De même, le lac sud est aujourd’hui doté d’une nouvelle ligne de rivage formée par un cavalier en sable de 13,5 km de long protégé par des enrochements et des terre-pleins de 873 ha. L’objectif principal reste la création des terrains constructibles, mais aussi d’espaces verts et de loisirs. Ce projet devrait, quant-à-lui, permettre de loger 120 000 habitants sur une superficie aménagée d’environ 1 100 ha prise sur la lagune (DLALA, 2007). Les deux communes de Mégrine et de Radès ont d’ores et déjà gagné en superficie avec la constitution de ces nouveaux polders (fig. 5).

Conclusion

35Depuis le début de la période historique le complexe lagunaire de Tunis a subi de multiples transformations au niveau de sa géomorphologie et de son hydrologie. Elles sont le résultat des changements climatiques, des évolutions du fonctionnement hydrosédimentaire naturel mais également des activités anthropiques. Pour le xxe siècle, l’analyse et la comparaison des données cartographiques disponibles de manière diachronique ont montré que des changements considérables avaient eu lieu en ce qui concerne la morphologie des berges de la lagune et sa superficie.

36Depuis le début du xxe siècle, l’anthropisation et l’urbanisation de la lagune et de ses rives n’ont cessé de s’intensifier. Mais c’est au cours des années 1980 qu’ont débuté les plus importantes opérations de modification du complexe lagunaire avec les projets d’assainissement et d’aménagement. Si l’enserrement des plans d’eau proches de la capitale tunisienne avait d’abord consisté en une urbanisation anarchique informelle autour des sebkhas, provoquant d’importants problèmes écologiques (CHOUARI, 2013), c’est un processus de « qualité », volontaire et strictement planifié qui s’est déroulé autour de la lagune de Tunis (BARTHEL, 2006). Les lacs nord et sud qui ont longtemps été considérés comme des espaces malsains et insalubres par les Tunisois sont aujourd’hui assainis et les eaux ont retrouvé une qualité proche de celle du Golfe de Tunis. Au cours des années 2000, la poursuite de la rectification des rives et le dragage des fonds ont modifié la bathymétrie de la lagune, éliminé une partie des sédiments et de la matière organique et créé de vastes zones artificielles pour la construction. En plus de la réduction de la superficie des lacs, des projets immobiliers de grande ampleur ont été proposés dans les plans d’aménagement.

37Il est clair que le paysage originel constitué de zones humides bordant les rives de la lagune de Tunis a disparu de façon définitive et que son avenir est maintenant déterminé à court et moyen terme par la progression de l’urbanisation, les activités économiques et industrielles et la démographie locale. Mais pour des périodes de temps plus longues, des travaux prospectifs récents ont mis en évidence que les vastes zones remblayées sont celles qui présentent le taux de subsidence le plus élevé (taux indicatif de subsidence de 28 mm/an pour la lagune de Tunis) (ENNESSER et al., 2011). Elles seront potentiellement exposées aux risques d’inondation et de submersion marine (dans le cas d’une probable élévation du niveau marin). C’est pourquoi, nous pensons que si une reprise de l’aménagement des rives devait avoir lieu, après le ralentissement consécutif à la révolution tunisienne, celle-ci devrait obligatoirement prendre en compte ces nouveaux risques, malheureusement négligés ou insuffisamment intégrés dans les précédents projets.

Haut de page

Bibliographie

BARTHEL P.‑A., (2003), Faire la ville au bord de l’eau - les lacs de Tunis : des marges urbaines à des sites de très grands projets d’aménagement, Thèse, Université de Lyon 2, 490 p.

BARTHEL P.‑A., (2006), Aménager la lagune de Tunis : un modèle d’urbanisme et de développement durable ? Autrepart 39, (3), p. 129‑146.

BEN AYED N., BOLBIER C., VIGUIER C., (1985), Les éléments structuraux récents essentiels de la Tunisie nord-orientale, Notes du service géologique de Tunisie, 47, p. 5‑19.

BEN CHARRADA R., (1988), L’hydrodynamique du Lac de Tunis après son aménagement, DEA, Faculté des Sciences, Tunis, 81 p.

BEN CHARRADA R., (1995), Impact des aménagements de restauration sur la qualité des eaux et des peuplements benthiques du lac de Tunis, Marine Life 5, (1), p. 51‑64.

BEN CHARRADA R., (1997), Étude hydrodynamique et écologique du complexe golfe-lac de Tunis ; contribution à la modélisation de lécosystème pélagique des eaux côtières de Tunis, Thèse, E.N.I.T., Tunis, 451 p.

BEN MAÏZ N., (1997), Le lac de Tunis : un milieu en mutation, in KAREM A., MAAMOURI F., BEN MOHAMED A. (eds), Gestion et conservation des zones humides tunisiennes, Actes du séminaire, DGF, WWF, p. 77-84.

BEN SLIMANE A., (1990), Contribution à la modélisation hydroécologique du lac de Tunis, thèse, Faculté des Sciences, Tunis, 204 p.

BEN SOUISSI J., (2002), Impact de la pollution sur les communautés macrobenthiques du Lac Sud de Tunis avant sa restauration environnementale, thèse, Faculté des Sciences, Tunis, 266 p.

BRAHIM M., KOUTITONSKY V., BEJAOUI B. et al., (2007), Simulation numérique du transport des sables sous l’effet des vents dans le Golfe De Tunis, Bulletin de l’Institut national des sciences et technologies de la mer de Salammbô, 34, p. 157‑165.

CARBONEL P., LE GIGAN P.‑H., PUJOS M. et al., (1981), Évolution du lac de Tunis : un modèle de passage du littoral à un milieu lagunaire, Actes du premier congrès national des sciences de la terre, Tunis, p. 91-100.

CHOUARI W., (2009), Environnement et risques naturels dans le Grand Tunis, approche cartographique, Thèse, Université Paris VII, 408 p.

CHOUARI W., (2013), Problèmes d’environnement liés à l’urbanisation contemporaine dans le système endoreïque d’Essijoumi (Tunisie nord-orientale), Physio-Géo 7, p. 111-138, [en ligne].

CROUZET Ph., (1971), Contribution à la connaissance de la physicochimie et de la production du lac nord de Tunis, Thèse, Université paris VI, 200 p.

DLALA H., (2007), Métropolisation et recomposition territoriale du Nord-Est tunisien, Cybergeo : European Journal of Geography, [en ligne].

EL-BEKRI A. O., (1913), Description de l’Afrique septentrionale (1068), traduit par MAC GUCKIN Baron de Slane W., Alger, 405 p.

ENNESSER Y., SAID V., TERRIER M., (2011), Évaluation des risques en situation actuelle et à lhorizon 2030 pour la ville de Tunis, Rapport final de phase 1 du projet « Adaptation au changement climatique et aux désastres naturels des villes côtières de l’Afrique du Nord », Egis BCEOM/IAU-IDT/BRGM, 342 p.

HEERS J., de GROËR G., (1978), Itinéraire d’Anselme Adorno en Terre sainte (1470-1471), texte édité, traduit et annoté, CNRS, 511 p.

JOUINI Z., BEN CHARRADA R., MOUSSA M., (2005), Caractéristiques du Lac Sud de Tunis après sa restauration, Marine Life 15, (1-2), p. 3-11.

NOURI Y., PASKOFF R., (1980), Remarques sur le comportement actuel des plages ans le fond du golfe de Tunis, Revue tunisienne de géographie, 6, p. 145‑151.

OUESLATI A., (2004), Littoral et aménagement en Tunisie : des enseignements de l’expérience du vingtième siècle et de l’approche géoarchéologique à l’enquête prospective, Orbis, Tunis, 534 p.

OUESLATI A., (1993 a), Les côtes de la Tunisie : géomorphologie et environnement et aptitudes à l’aménagement, Thèse d’État, vol. II, Fac. Sc. H. Soc. Tunis, 387 p.

OUESLATI A., (1993 b), Les côtes de la Tunisie : recherches sur leur évolution au Quaternaire, Thèse d’État, vol. I, Fac. Sc. H. Soc. Tunis, 402 p.

PIMIENTA J., (1959), Le cycle pliocène-actuel dans les bassins paraliques de Tunis, Mémoire de la Société de géologie de France, 38, 176 p.

REINAUD J.T., MAC GUCKIN Baron de Slane W., (1840), Géographie d’Aboulféda ; texte arabe publié d’après les manuscrits de Paris et de Leyde, Paris, à l’Imprimerie royale, 600 p.

REZGUI A., BEN MAÏZ N., MOUSSA M., (2008), Fonctionnement hydrodynamique et écologique du Lac Nord de Tunis par modélisation numérique, Revue des Sciences de l’Eau /Journal of Water Science, 21, (3), p. 349‑361, [en ligne].

SAIDI H., (2004), Étude de la dynamique sédimentaire de la frange littorale Sidi Bou Saïd -la Goulette, DEA, Géologie appliquée à l’environnement, Faculté des sciences de Tunis, 125 p.

SAIDI H., BRAHIM M., GUEDDARI M., (2004) Caractérisation granulométrique et minéralogique des sédiments de surface de la frange littorale Sidi Bou Saïd - La Goulette, Bulletin de l’institut national des sciences et technologies de la mer de Salammbô, 31, p. 97-106.

SEBAG P., (1998), Tunis : histoire d’une ville, l’Harmattan, Paris, 681 p.

THORNTON S., PILKEY O.H., DOYLE L.J., WHALING P.J., (1980), Holocene evolution of a coastal lagoon, lake of Tunis, Tunisia, Sedimentology, 27, (1), p. 79‑91.

ZAOUALI-LAIDAN J., (1977), Le lac de Tunis : facteurs climatiques, physico-chimiques et crises dystrophiques, Bulletin de l’Office national des pêches de Tunisie, 1, (1), p. 37-49.

ZAOUALI-LAIDAN J., (1984), Lac de Tunis: 3000 years of engineering and pollution; a bibliographical study with comments, in KELLY M., NAGUIB M. (eds), Eutrophication in marine areas and lagoons: a case study of “Lac de Tunis”, UNESCO reports in marine science, 29, p. 30-41, [en ligne]

Haut de page

Notes

1 Général, homme d’État, historien et théoricien politique grec (208‑126 av. J.-C.).

2 Rhéteur et historien byzantin (490‑565).

3 Historien et géographe de l’Hispanie musulmane (1014‑1094).

4 Marin ottoman (1466 - 1546).

5 Le scanner multispectral (Multispectral Scanner sensor, MSS) a acquis des images de la Terre de juillet 1972 à janvier 1999 à bord des satellites américains Landsat.

6 SPOT (Système probatoire d’observation de la Terre ou Satellite pour l’observation de la Terre) est une famille de satellites de télédétection civils français lancés en 1985.

7 Historien et géographe arabe (1273-1331).

8 La Société de promotion du lac de Tunis a été créée en 1983, son site : [http://www.splt.com.tn/].

9 La Société d’études et de promotion de Tunis Sud, exerçant sous tutelle du ministère de l’Équipement et de l’Environnement tunisien, a été créée en 1990, son site : [http://www.septs.com.tn/].

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Bassins versants et réseaux hydrographiques de la lagune de Tunis, et des sebkhas contigües d’Essijoumi et de l’Ariana
Crédits Sources : cartes topographiques 1/25 000(1982), image satellitaire SPOT (2002), OUESLATI, 1993a et 2004. Crédits W. Chouari ©.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8015/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Photo 1 – Vue sur la lagune de Tunis et la colline Sidi Belhassen (1846) par Charles de Chassiron
Légende Cette représentation montre que les rives de la lagune arrivaient jusqu’au pied de la colline.
Crédits Source : [en ligne].
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8015/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Fig. 2
Légende La lagune de Tunis sur les cartes topographiques, les photographies aériennes et les images satellitaires entre 1902 et 2002.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8015/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 3,6M
Titre Photo 2 – Secteur ouest du lac nord restauré et remblayé dans les années 1990
Légende Les canaux de collecte des eaux pluviales et les espaces artificiels créés par la SPLT (Société de promotion du lac de Tunis) sont bien visibles
Crédits Crédits : W. Chouari ©, 2009.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8015/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Fig. 3
Légende Classification non supervisée du complexe lagunaire de Tunis et de ses berges en 1972 et 1987
Crédits Sources : d’après deux images LANDSAT MSS du 11 août 1972 et TM du 8 octobre 1987, crédit © W. Chouari.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8015/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Fig. 4 – Classification non supervisée de la lagune de Tunis en 2001
Légende On note des berges très artificialisées.
Crédits Sources : d’après une image LANDSAT ETM+ du 8 février 2001, crédit © W. Chouari.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8015/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Fig. 5 – Cartographie des aménagements des berges de la lagune de Tunis et fonctionnement hydrologique actuel des plans d’eau
Crédits Crédit : © W. Chouari.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8015/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Photo 3 – Secteur remblayé de la lagune nord qui abrite le nouveau quartier « Les Berges du Lac »
Légende Extension urbaine de la ville de Tunis couvrant environ 1300 ha.
Crédits Source : [en ligne].
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8015/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 349k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Walid Chouari, « Apport de la cartographie au suivi de l’anthropisation des milieux humides littoraux », Méditerranée, 125 | 2015, 75-84.

Référence électronique

Walid Chouari, « Apport de la cartographie au suivi de l’anthropisation des milieux humides littoraux », Méditerranée [En ligne], 125 | 2015, mis en ligne le 01 novembre 2017, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/8015 ; DOI : 10.4000/mediterranee.8015

Haut de page

Auteur

Walid Chouari

Aix Marseille Univ, Labex OT-Med, Aix-en-Provence, France, walidchouari@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals