Skip to navigation – Site map

Le cours moyen de l’oued El Faouara à Hammamet (Tunisie orientale)

De l’intérêt de son étude géoarchéologique pour la connaissance de l’évolution récente du fond des vallées des cours d’eau exoréiques
Geoarchaelogy of the middle course of Oued El Faouara at Hammamet (Eastern Tunisia)
Ameur Oueslati and Wissem Marzougui

Abstracts

Oued El Faouara (the gushing spring in Arabic) has been exploited since Classical antiquity. The Romans constructed a dam and a system of aqueducts which today constitute interesting benchmarks to reconstruct the evolution of the fluvial landscapes and, in particular, the wadi dynamics since historical times. We focus on the importance of accumulation processes and terrace formation resulting from the backfilling of the valley bottom. One of these terraces is similar to the historical terrace evoked in different publications. It is of particular importance in the study area because of its location, its thickness and its relationship to the water management structures and their evolution over time. We elucidate parallels between the sedimentary formations and the archaeological remains, and describe human-environment interactions in relation to these structures and local environmental dynamics. This work also highlights the importance of an applied geomorphological approach in helping to understand the archaeological record. The latter helped us to date the deposits and forms. Our geomorphological approach allowed us to clarify the chronological order of the various aqueducts by considering their altitude, their position in relation to the fluvial terrace as well as the sedimentary material accumulated in their conduits.

Top of page

Full text

Ce travail a bénéficié d’une relecture attentive par P. LEVEAU que nous tenons à remercier pour ses commentaires ainsi que pour le complément bibliographique qu’il a bien voulu nous fournir. Nous remercions aussi notre collègue S. AOUNALLAH qui nous a précisé son avis sur les ouvrages hydrauliques de l’oued El Faouara.

Le manuscrit a également bénéficié d’une lecture de la part de C. MORHANGE et le résumé en anglais a été revu et corrigé par N. MARINER. Nous les remercions pour leurs interventions et remarques qui ont permis d’améliorer ce travail.

1L’un des nombreux cours d’eau exoréiques de la racine méridionale de la péninsule du Cap Bon, l’oued El Faouara prend source dans les reliefs qui dominent, du côté septentrional et occidental, la ville de Hammamet (fig. 1).

Fig. 1 - Localisation (sur une image Google Earth) et cadre hydrologique

Fig. 1 - Localisation (sur une image Google Earth) et cadre hydrologique

1-site du barrage antique ; 2-captage actuel de la source d’El Faouara ; 3-autoroute Tunis-Hammamet. a-cours aval de l’Oued El Faouara ; b et c- principales branches amont de l’oued (Oued Achchrayek et Oued Ayoun El Faouara).

2Malgré une longueur atteignant à peine 10 km, il traverse des topographies et des lithologies assez variées et parfois très contrastées. Une distinction s’impose toutefois entre deux grandes segments qui correspondent successivement au cours amont et moyen d’une part et au cours aval d’autre part (fig. 1). La première partie s’étend au Nord du site de Gsar Ezzit connu pour ses vestiges archéologiques de l’antique Siagu. Le paysage d’ensemble y est celui d’un couloir topographique parfois profond de plus de 20 m et façonné principalement dans les formations pliocènes dominées par des alternances de sables et de grès avec localement des passages argileux. Ce couloir s’élargit vers l’amont et ses bordures sont mieux dessinées du côté oriental où elles sont dominées par les crêtes de Jbel Hammamet dépassant localement 300 m. La partie aval commence à la sortie de ce Jbel et se prolonge jusqu’à la mer. Le cadre topographique et géomorphologique change totalement ; on passe, sans transition, à une plaine alluviale basse où l’écoulement se fait à fleur de sol ou presque.

3La question de l’évolution du fond des vallées a déjà retenu l’attention dans d’autres cours d’eau exoréiques de différentes régions tunisiennes ou méditerranéennes. Les publications ont insisté surtout sur l’importance des remblaiements, souvent à l’origine des terrasses alluviales. Une certaine généralité du phénomène semble se dégager et deux facteurs sont souvent évoqués pour l’expliquer: une variation climatique et/ou une crise dans l'utilisation par les hommes des bassins versants (VITA-FINZI, 1969 ; OUESLATI, 1985, 1994, 1995 ; HAMZA, 1988 ; BALLAIS, 1991 ; BALLAIS et CRAMBES, 1992 ; HENNING, 1995 ; FOUACHE, 1999 ; SINTES, 1999 ; FAUST et al., 2004). Des datations ont été essayées par différentes méthodes et ont parfois permis, dans certains terrains particulièrement favorables, de distinguer différents niveaux (FOUACHE, 1999). Mais en Tunisie, elles sont souvent restées relatives, le plus fréquemment basées sur les données archéologiques ou sur une comparaison des formes sur la base de leur position par rapport au talweg. Des vestiges archéologiques remaniés ou en place gisant sous des alluvions parfois épaisses de plusieurs mètres ont en effet, été décrits à différentes reprises. Ce qui a permis de conclure que ces alluvions sont d’âge historique. Au mieux, l’âge des vestiges a été pris comme un terminus post quem. Des datations radiométriques ont été également réalisées. Elles ont généralement donné des résultats qui permettent d’attribuer aux dépôts un âge les plaçant dans la période historique mais souvent avec des marges d’erreur importantes et ne permettant pas toujours la précision adaptée à une telle période et aux vestiges archéologiques puisque la marge d’erreur est fréquemment supérieure au siècle (HENNING, 1995 ; BALLAIS, 1995 ; FAUST, et al., 2004 ; OUESLATI, 2007 ; FEHRI et al., 2007 ; BKHAIRI et KARRAY, 2008). Dans tous les cas, il est resté impossible de se prononcer, de façon sûre et par des arguments archéologiques directs, sur une contemporanéité entre d’une part, la dynamique des écoulements qui ont mis en place les accumulations ou terrasses alluviales et d’autre part, la présence de l’homme à l’origine des aménagements dont des vestiges sont repris ou fossilisés par de telles accumulations. De tels aspects, bien étudiés et argumentés dans d’autres terrains (VITA-FINZI, 1969 ; NEBOIT et al., 1988 ; NEBOIT, 1991 et 2003 ; FOUACHE, 1999 ; SINTES, 1999), attendent toujours des réponses tranchées dans le cas de la Tunisie. Le site de l’oued El Faouara, offre une opportunité pour contribuer à remédier à cette lacune, au moins dans un type de contexte, à savoir les cours d’eau exoréique de petite taille.

4Cet article s’intéresse au cours moyen et amont de l’oued El Faouara, qui se distingue par ses sources auxquelles il doit son nom et dont l’exploitation a commencé au cours de l’Antiquité. Ce qui a donné lieu à différents aménagements hydrauliques, notamment un barrage et des aqueducs dont les vestiges sont encore reconnaissables. Il tente, en considérant les caractéristiques de tels vestiges ainsi que leur place par rapport au cadre géomorphologique, surtout les accumulations alluviales, une reconstitution d’une partie de l’histoire de l’évolution du fond de la vallée. Cette reconstitution met en valeur l’intérêt du site pour une étude géoarchéologique et permet aussi de saisir l’importance de l’apport réciproque entre la géomorphologie et l’archéologie. La première tire profit de la seconde pour dater les dépôts et les formes. Mais elle lui apporte des éléments pouvant aider à mieux comprendre les raisons de la répartition spatiale des aménagements anciens ce qui permet, en même temps, des précisions sur l’ordre chronologique des interventions qui leur ont donné lieu. Le site offre aussi l’occasion d’une réflexion sur des questions touchant aux rapports des sociétés humaines avec leurs milieux et apporte des éléments nouveaux de réponse quant à la question de la contemporanéité entre la présence de l’homme lors de l’activité qui a conduit à la mise en place des accumulations alluviales précitées.

1 - Un cadre morphostructural favorisant une certaine variété paysagère et des vestiges archéologiques en rapport avec l’exploitation des eaux des sources

1.1 - Cadre morphostructural

5Orienté NNE-SSW, le cours moyen de l’oued El Faouara s’écoule dans un couloir topographique entouré par de bas reliefs, toujours inférieurs à 200 m, mais bien marqués dans le paysage. Sur le plan géologique, ces reliefs ont une ossature dominée par des alternances de grès, de sables et d’argiles pliocènes de faible pendage et parfois quasi horizontaux (BENSALEM, 1991). En rive droite du cours moyen, la place est localement donnée à des formations sablo-argileuses rouges qui s’inscrivent dans le prolongement de celles de Bir Bou Regba attribuées au Quaternaire ancien (OUESLATI, 1989 ; GRAGUEB et OUESLATI, 1990).

6Les versants, surtout du côté oriental, sont souvent très pentus et découpés par de nombreux vallons leur conférant un aspect assez accidenté mais sans grandes dénivellations. Au fond même du couloir, la topographie devient relativement aérée. Une place importante est accordée à un étagement de niveaux caractérisés par la régularité de leurs sommets et dont le plus étendu et apparent sert, vers l’amont, d’interfluve entre les deux principales branches du bassin-versant, à savoir l’oued Achchrayek et l’oued Ayoun El Faouara (fig. 1). Certains de ces niveaux reflètent les caractéristiques du cadre géologique et ne sont autres que des replats structuraux dégagés par une érosion différentielle aux dépens des strates pliocènes. D’autres appartiennent, par contre, à un système de terrasses ou de glacis quaternaires.

7Enfin, le terrain étudié se trouve dans le prolongement de la bordure sud-est de l’important fossé d’effondrement de Grombalia. Un travail récent effectué au sein de l’Office des Mines, dans le cadre du projet de réalisation de la carte des risques naturels, a révélé qu’il est le lieu d’une activité tectonique importante y compris au cours du Quaternaire récent. L’attention est retenue en particulier par l’existence d’une faille importante. Cet accident s’inscrit en fait dans le prolongement de celui de Skanès-Monastir qui décale des dépôts marins du dernier interglaciaire et affecte des vestiges archéologiques d’âge romain à Skanès (KAMMOUN, 1981 ; PASKOFF et SANLAVILLE, 1983 ; BEN AYED, 1986 ; BAHROUNI et al., 2014). Un travail récent a permis d’identifier, sur le passage de ce même accident, d’importants décalages, parfois plurimétriques, affectant les aqueducs auxquels nous nous intéresserons dans ce travail (MARZOUGUI et al., 2016).

1.2 - Des sources d’eau douce exploitées depuis l’Antiquité classique

8Les eaux douces de l’oued El Faouara ont très vraisemblablement attiré l’Homme depuis les temps préhistoriques. C’est ce que laissent supposer, en tout cas, des restes d’une industrie lithique, dont notamment des éclats de silex à débitage Levallois, d’après une identification que nous devons à A. Gragueb, préhistorien à l’Institut national du Patrimoine de Tunis, qu’on rencontre ici et là à la surface de certains niveaux topographiques ou à l’intérieur du matériel de certaines terrasses quaternaires. Mais c’est avec les romains que vont être entrepris les premiers aménagements hydrauliques visant l’exploitation de ces eaux et plus particulièrement celles des sources. Guérin a déjà, en 1862, signalé « les débris d’un ancien aqueduc écroulé ». Il évoque l’existence d’un aqueduc qui « conduisait jadis aux deux villes de Siagis et de Putput les eaux de l’Aïn-el-Faouara ». Dans l’atlas archéologique (Babelon et al., 1893), on lit, à propos du point 4 de la feuille de Hammamet relatif au site de Siagu que ce dernier est « alimenté par un aqueduc dont il reste des traces dans l’oued-el-Faouara et dans la ruine même ». Mais c’est à Bordier et Du Paty De Clam (1900) qu’on doit l’unique travail archéologique détaillé de tels aménagements. Figurant dans le volume IV de la publication consacrée à une « Enquête sur les installations hydrauliques romaines » (GAUCKLER, 1900), la contribution de ces auteurs décrit différents vestiges dont deux types nous intéressent, de façon particulière, pour notre propos: un barrage et des aqueducs.

9Le barrage se trouve immédiatement en aval de la confluence des oueds Achchrayek et Ayoun El Faouara (36°26’ 44 ; 10° 35’58). Occupant un passage resserré de la vallée, il est décrit, par BORDIER et Du PATY De CLAM, comme un ouvrage de 8m de haut, en blocage et pierres de taille pour former un réservoir artificiel défendu par deux fortins. Aujourd’hui, des vestiges d’un tel ouvrage sont encore reconnaissables, surtout sur la berge gauche où on voit un mur, en bonne partie dissimulé dans la végétation et montrant différentes formes de dégradation par érosion hydrique. En face, ne subsistent que des restes très localisés et informes de maçonnerie plaqués contre la paroi abrupte de la berge droite.

10Pour ce qui est des aqueducs, leurs vestiges existent encore en différents points, représentés soit par des regards, soit par des fragments de murs en place et des sections de canalisations qu'on aperçoit au fond de la vallée et surtout dans les nombreuses entailles qui accidentent les talus des berges de l’oued. BORDIER et Du PATY De CLAM ont identifié trois, accompagnant tous la berge droite, qu’ils ont désignés, en se dirigeant vers le talweg, par le premier aqueduc, le deuxième aqueduc et le troisième aqueduc (fig. 2).

Fig. 2 - Extrait de la carte de Bordier et Du Paty De Clam (1900)

Fig. 2 - Extrait de la carte de Bordier et Du Paty De Clam (1900)

Cette carte montre la localisation des trois aqueducs, du barrage et du site des sources. 1- premier aqueduc ; 2- deuxième aqueduc ; 3- troisième aqueduc (la représentation des aqueducs a été reprise pour une meilleure lisibilité).

11Ils précisent aussi qu’il s’agit d’ouvrages qui recueillent les eaux de trois sources dont deux (A et B) se trouvent dans l’aire du barrage et l’autre (C) occupe une position plus en retrait vers l’aval. Nous n’avons pas réussi à identifier ces sources, le fond de l’oued étant occupé par une végétation, essentiellement hygrophile, parfois très dense. Mais l’existence même de cette végétation ainsi que le caractère humide, y compris en été, du sol qu’elle occupe, témoignent de l’existence de résurgences d’eau douce indéniables. Les mêmes auteurs ajoutent que le premier aqueduc part directement du barrage et se caractérise par une position plus élevée que celles des sources. Mais rien n’est donné quant à une éventuelle différence chronologique entre les trois aqueducs. Ce qui pourrait permettre de penser qu’à leur avis il s’agit d’ouvrages contemporains malgré la numérotation, utilisée, qui pourrait suggérer un ordre chronologique dans lequel le premier aqueduc serait logiquement le plus ancien.

12Quant aux eaux, elles étaient dirigées d’abord vers le site de l’antique cité de Siagu, situé à environ 2km en aval du barrage et dont l’appartenance à l’époque romaine a été confirmée par des fouilles qui ont permis de dégager des structures du début de l’ère chrétienne (Besnier, 1914). Le site semble toutefois être passé d’une agglomération importante au début de l’Empire à un simple vicus au Bas-Empire (Duval, 1993). Les aqueducs finissaient dans différents ouvrages (bassin, nymphœum, thermes, citernes, …). Bordier et Du Paty De Clam précisent aussi qu’une partie des eaux devait servir à l’irrigation des cultures et à l’alimentation des ruines diverses (huileries, citernes, maisons, etc.) qu’on rencontre dans les environs. En parcourant le terrain on note en effet que les berges de l’oued sont jalonnées par les traces d’une présence antique importante. Ces dernières sont souvent dispersées et localisées ; mais certaines d’entre elles correspondent à des concentrations de ruines relativement étendues. Ceci est le cas, notamment, dans les secteurs les plus proches du barrage et du site des sources comme du côté de la berge droite du cours principal (36°26’43 N ; 10°35’54 E) ou du côté de la branche de l’oued Achchrayik (36°27’22 N ; 10°36’11 E).

  • 1 - Nous reprenons le texte de Mr. Aounallah qui nous a précisé la teneur des passages qu’il a consac (...)

13Notons aussi que depuis les travaux BORDIER et Du PATY De CLAM, le site n’a pas fait l’objet de recherches archéologiques approfondies. AOUNALLAH (2001) y est revenu dans le cadre de sa thèse consacrée au Cap Bon. Les passages qu’il consacre à l’oued El Faouara « restent largement inspirés1 » de la publication de GAUCKLER. Il a retrouvé les vestiges du barrage dont il donne une description comparable à celle de BORDIER et Du PATY De CLAM. Pour ce qui est des aqueducs, il n’a retrouvé qu'un seul tronçon souterrain, voûté, long d’une dizaine de mètres et situé sur les berges ouest de l'oued à environ 200 m au Sud des sources. Le conduit est large de 48 cm et les parois épaisses de 38 cm sont construites en moellons. Dans la ville de Siagu, il a repéré un mur long d’une centaine de mètres et haut jusqu’à 2 m qu’il a identifié, dans un premier temps, comme appartenant aux vestiges d'un rempart avant de corriger et l’interpréter comme un tronçon de l'un des aqueducs de Siagu.

14Précisons enfin, que l’exploitation des sources ne s’est pas arrêtée avec les anciens. Elle a servi plus tard pour l’alimentation en eau potable des villes de Nabeul et de Hammamet. Dans un rapport du ministère des Affaires étrangères du temps de la colonisation française, il est signalé qu’en 1895 « L'alimentation de Nabeul a été assurée au moyen du captage des sources d'Aïn-Faouara. La canalisation est formée par un ancien aqueduc romain restauré et par 6 kilomètres de tuyaux de fonte » (M.A.E., 1895). La même idée est confirmée par BORDIER et Du PATY De CLAM (1900) qui terminent leur présentation, relative à Siagu et aux aménagements hydrauliques, en se félicitant du captage d'Aïn Faouara « effectué par le Service des Ponts et Chaussées dans le but d'en diriger les eaux sur Hammamet, qui sera dotée de bonne eau potable avant la fin de l'année 1900 ». Le captage actuel (36°26’24N ; 10°35’44E) se trouve au fond de l’oued, du côté de la berge droite, à quelque 900m en aval du barrage antique et à mi-chemin de ce dernier et du site de Siagu.

2 - D’importantes accumulations alluviales historiques au fond de la vallée

15Les versants de la vallée, surtout leurs parties inférieures, portent différents dépôts ruisselés d’âge historique puisqu’ils remaniant des objets archéologiques antiques (céramique, blocs taillés, fragments de murs, …) ou fossilisent des structures en place (fig. 3).

Fig. 3 - exemple d’accumulations historiques occupant des positions variées dans un cadre contenant d’importants vestiges archéologiques

Fig. 3 - exemple d’accumulations historiques occupant des positions variées dans un cadre contenant d’importants vestiges archéologiques

La prise de vue a été effectuée dans les environs du barrage romain (36°35’56 N. ; 10°35’56 E.)
1a-substratum pliocène sableux ; 1b-faciès palustre plio-quaternaire ; 2-vestiges archéologiques antiques en place ; 3-terrasse historique principale ; 3b- dépôt de pente et paléoravins comblés.
La photographie du bas montre des fragments de céramique (indiqués par des flèches) remaniés dans les dépôts de pente et provenant du site archéologique (2).

16Mais c’est au fond de la vallée que les témoins d’une importante dynamique de remblaiement se voient le mieux. Ils sont représentés par un modelé de terrasses d’inégale importance. La plus épaisse que nous désignerons par « terrasse historique principale » comme dans des travaux antérieurs (OUESLATI, 1994), se détache remarquablement dans la morphologie par la régularité de sa surface qui contraste avec la topographie qui l’encadre. Le talus qui la tronque suite à l’incision de l’oued est, lui aussi, bien marqué par son profil vertical, ou presque, et sa hauteur qui avoisine localement une dizaine de mètres. C’est cette terrasse, la plus haute et la plus ancienne parmi celles d’âge historique, qui nous retiendra dans ce travail.

17Les autres terrasses historiques sont beaucoup plus basses et souvent discrètes dans la morphologie surtout que le fond de la vallée est occupé, on l’a dit, par une végétation dense et que le talus qui sépare leur surface du talweg est souvent estompé et n’a qu’un à 2 m de hauteur (fig. 4). D’un autre côté, elles accompagnent fréquemment les lobes convexes des sinuosités du tracé du cours d’eau et leur genèse serait parfois en rapport avec une dynamique subactuelle (dépôts de crues occasionnées par des événements pluviométriques exceptionnels, recoupement de sinuosités du lit…). D’ailleurs, elles remanient parfois des objets très récents (morceaux de fils de fer, fragments de tuiles héritées de la colonisation française) et rappellent les banquettes décrites dans d’autres cours d’eau exoréiques en Tunisie (OUESLATI, 1994 ; BOUAZIZ, 2010).

18Bien perchée au-dessus du talweg actuel, la terrasse historique principale continue à être, malgré l’érosion qu’elle a subie et les effets des travaux agricoles, l’un des éléments géomorphologiques, du fond de la vallée, les plus apparents. Le site du barrage antique donne l’une des illustrations les plus expressives de l’importance de l’alluvionnement qui en est responsable. Immédiatement en amont de l’ouvrage, l’accumulation est épaisse de plus de 7 m et est bien tranchée dans le paysage, surtout par la remarquable régularité de sa surface (fig. 4).

Fig. 4 - Vue sur la berge gauche de l’oued El Faouara

Fig. 4 - Vue sur la berge gauche de l’oued El Faouara

Terrasse historique principale autour du site du barrage romain.
1- terrasse pléistocène ; 2- mur du barrage romain ; 3- terrasse historique principale ; 3b-partie du matériel de la terrasse recouvrant le mur du barrage ;
4- terrasse secondaire.

19On pourrait certes, invoquer l’idée d’un produit d’envasement d’une retenue. Mais même si ceci a pu intervenir, la forme finale doit s’inscrire dans une tendance générale de comblement du fond de la vallée. On en a pour preuve le fait que l’accumulation ne se limite pas à la face amont du mur du barrage (2, fig. 4). Elle atteint un niveau plus haut que ce dernier qu’elle fossilise sur une épaisseur de l’ordre de deux à trois mètres (3b, fig. 4) pour se prolonger du côté aval.

20Quant au matériel de cette terrasse, il est, dans l’ensemble, dominé par la fraction fine (4 de la fig. 5).

Fig. 5 - Place de la terrasse historique principale dans une coupe synthétique à travers la vallée à la hauteur du captage actuel de la source d’El Faouara

Fig. 5 - Place de la terrasse historique principale dans une coupe synthétique à travers la vallée à la hauteur du captage actuel de la source d’El Faouara

1- substratum pliocène ; 2- terrasse pléistocène avec croûte calcaire au sommet (2b) ; 3- matériel de terrasse non encroûté ; Pléistocène supérieur à Holocène ; 4- terrasse historique principale : 4a-corps principal ; 4b- partie supérieure ravinante en rapport avec une dynamique sédimentaire latérale ; 5- fond actuel : banquette d’accumulation et végétation hygrophile ; 6- colluvions et éboulis récents.

21Mais, de près, des différences granulométriques, parfois importantes, peuvent être relevées. Aussi, tout en accordant une place importante aux faciès sablo-limoneux à sablo-argileux, ce matériel renferme des passages parfois plus grossiers vers la base et dans les parties les plus proches des versants de la vallée. Les coupes étudiées le long du front de la terrasse et des ravins transversaux montrent parfois d’importantes variations latérales de faciès (fig. 5). En direction de l’axe de l’oued, se multiplient les passages portant les empreintes d’une dynamique de bas fond. On note aussi un enrichissement en horizons de couleur foncée, tirant parfois vers un gris sombre, voire vers le noir. Il s’agit en fait, ainsi que l’indiquent leur caractère relativement compact et les traces de végétation, des témoins de phénomènes d’hydromorphie qui ont dû, tout comme de ne nos jours, caractériser les parties les plus basses de la vallée. Par contre, les choses changent de façon sensible, parfois rapidement, en direction des versants qui bordent la vallée. La fraction grossière prend de l’importance et peut devenir dominante. On est localement en présence d’un faciès plus hétérométrique, riche en galets et pouvant renfermer des blocs de longueur pluri-décimétrique. En fait, une telle situation s’explique par le contact avec des terrasses ou des couvertures de glacis plus anciennes (terrasse 2 de la fig. 5), dont le matériel est remanié.

22Précisons aussi que les coupes montrent parfois que le matériel d’âge historique surmonte, en le ravinant, celui d’une terrasse plus ancienne (terrasse 3 de la fig. 5) qui ne contient pas de matériel archéologique d’âge historique et qui daterait du Pléistocène supérieur, voire de l’Holocène compte tenu de son faciès meuble et de l’absence d’encroûtement à sa surface lorsqu’elle est visible.

23On retiendra enfin l’existence d’une discontinuité dans le dépôt historique, matérialisée par une nappe alluviale sommitale (4b de la fig. 5), peu épaisse (1 à 1,5m) mais bien marquée dans la stratigraphie. Le contact ravinant ainsi que la structure et l’organisation du matériel de cette nappe, en lits inclinés vers l’axe de la vallée, indiquent qu’il s’agit plutôt du résultat d’un étalement de matériaux en rapport avec un écoulement depuis les versants adjacents. Ceci, ainsi que le changement latéral de faciès en fonction de la position par rapport à l’axe de la vallée, déjà évoqué, témoignent d’une dynamique dans des directions variées avec une place indéniable pour les apports latéraux dans la formation de la terrasse. Ce qui serait, on y reviendra, en rapport avec une exposition des versants de la vallée à une érosion hydrique suite, par exemple, à des interventions humaines.

3 - Sous les yeux des anciens

24L’intérêt du terrain apparait aussi, dans l’apport mutuel de la géomorphologie et de l’archéologie, à travers la question des rapports des sociétés humaines avec leurs milieux. Les vestiges archéologiques permettent de mieux préciser le cadre chronologique des dépôts et formes liés aux eaux courantes. De son côté, le cadre géomorphologique permet de comprendre la répartition spatiale des aqueducs. Ce qui aide, en même temps, à mieux préciser l’ordre chronologique des interventions à l’origine de la création de ces ouvrages. La combinaison de ces différentes données permet d’apporter des éléments nouveaux quant à la question, toujours posée, de la présence ou non des anciens lors du remblaiement responsable de la formation de la terrasse historique principale en Tunisie. Nous commencerons par ce dernier point.

3.1 - La formation de la terrasse historique principale, commencé en présence des romains

25Les observations faites dans les secteurs qui renferment les vestiges des aqueducs permettent d’affirmer que le remblaiement à l’origine de la terrasse historique principale était actif du temps de l’antique Siagu vers laquelle étaient dirigées les eaux. Ceci se dégage d’abord de la répartition spatiale de ces ouvrages et de leur localisation par rapport aux dépôts de la terrasse. Si le premier aqueduc, selon l’appellation de BORDIER et Du PATY De CLAM, peut parfois ne porter aucune couverture alluviale ou colluvio-alluviale du fait d’une localisation plus décalée vers le versant de la vallée, les deux autres se localisent parfois dans la masse alluviale (fig. 6).

Fig. 6 - L’un des aqueducs pris dans le matériel de la terrasse historique principale emboîtée dans une terrasse pléistocène

Fig. 6 - L’un des aqueducs pris dans le matériel de la terrasse historique principale emboîtée dans une terrasse pléistocène

Photographie prise sur la berge droite de l’oued, immédiatement en aval du captage actuel de la source d’El Faouara (36°26’23N ; 10°35’42 E).

26Des coupes révélées par des ravins, sur la berge droite de l’oued au voisinage du captage actuel de la source de Ain El Faouara (36°26’23N ; 10°35’42E), permettent de retrouver deux aqueducs pris dans les dépôts de la terrasse qui se raccordent ici à des accumulations colluviales. On peut aussi y voir que ces aqueducs sont séparés par une un niveau alluvial. Un contact ravinant sépare les accumulations. Plus loin, à environ 200 m vers l’aval (36°26’19N ; 10°35’39E), on identifie trois aqueducs. La berge gauche d’un ravin qui les traverse montre deux d’entre eux séparés, au sein de la terrasse, par une couche alluviale de l’ordre de 1,5 à 2 m d’épaisseur (fig. 7 et 8).

Fig. 7 - Position des aqueducs par rapport au matériel de la terrasse historique principale

Fig. 7 - Position des aqueducs par rapport au matériel de la terrasse historique principale

L’étoile indique un aqueduc duquel se sont détachées des pierres que l’on voit sur la photographie.

Fig. 8 - Position des trois aqueducs dans la terrasse historique principale

Fig. 8 - Position des trois aqueducs dans la terrasse historique principale

1- Pliocène et formation sablo-argileuse de Bir Bou Regba ; 2-matériel de terrasse pléistocène supérieur-holocène ; 3- matériel de la terrasse historique principale ;
4-fond marécageux de l’oued

27Ces observations indiquent que les aqueducs ont été aménagés alors que la dynamique de comblement de la vallée était en cours. Cette dynamique s’est donc déroulée, au moins partiellement, sous les yeux des anciens. Le décalage altimétrique entre les deux aqueducs serait, en soi, on y reviendra, un indicateur d’une réaction de la part des anciens à des problèmes de fonctionnement de ces ouvrages en rapport avec l’exhaussement du fond de la vallée suite à la dynamique d’alluvionnement.

28Une telle dynamique serait en partie en rapport avec l’anthropisation du site. L’importance des apports sédimentaires latéraux, soulignée plus haut (fig. 5), pourrait en effet, constituer l’indice d’une fragilisation des versants de la vallée, sans doute due à des travaux accentuant l’exposition du sol à l’érosion hydrique. Ceci pourrait résulter d’une destruction du couvert végétal ou de certaines pratiques culturales. Le fait que ces apports apparaissent le mieux dans les niveaux supérieurs du matériel de la terrasse (4b de la fig. 5) pousse également à penser à des conséquences d’une détérioration, suite à l’abandon du site, ou à d’éventuels aménagements et ouvrages de protection du sol. Il ne faut pas exclure non plus que cela ait pu aussi se produire dans une ambiance climatique favorable à l’érosion hydrique. Des travaux antérieurs, consacrés aux espaces côtiers tunisiens, évoquent une phase rhexistasique au cours de l’Antiquité (SLIM et al. 2004).

3.2 - Des aqueducs tous antiques certes, mais qui ne semblent pas avoir fonctionné simultanément

29Le fait, que les aqueducs aboutissent dans des aménagements (bassins, thermes,…) appartenant à la cité romaine de Siagu, témoigne incontestablement leur âge romain. Mais BORDIER et Du PATY De CLAM n’ont pas donné de datations précises. Si bien qu’on pourrait comprendre, de leur publication, que les trois aqueducs sont contemporains et qu’ils ont fonctionné simultanément. La seule indication pouvant suggérer, dans leur travail, une différence chronologique est le fait de les désigner par une numérotation: « premier », « deuxième » et « troisième » (fig. 2). Si telle est l’intention des auteurs, « le premier aqueduc » (le plus décalé vers le versant de la vallée) serait le plus ancien et le troisième (le plus proche du talweg actuel) le plus récent. En fait, ceci ne résiste pas aux données du terrain. Il se pourrait alors que BORDIER et Du PATY De CLAM n’aient pensé à donner qu’une simple répartition spatiale en prenant comme repère le lit de l’oued.

30Quoi qu’il en soit, nos observations conduisent à émettre un doute sur le fait que les aménagements hydrauliques aient fonctionné simultanément. Elles permettent, aussi, quelques réflexions utiles sur l’ordre chronologique des aqueducs. Outre la position, déjà évoquée, de ces ouvrages par rapport au matériel de la terrasse (fig. 7 et 8), les arguments sont d’ordre topographique. Ils tiennent aussi à des considérations architecturales ainsi qu’aux caractéristiques et à la nature du matériel accumulé à l’intérieur des conduits. L’un des sites qui rassemble le mieux ces éléments se trouve à 300 m en aval des vestiges du barrage antique (36°26’35N ; 10°35’56E) où une coupe permet de voir les trois aqueducs sectionnés par le talus d’érosion de la berge droite de l’oued actuel et que nous désignerons, en fonction de leur altitude, par aqueduc A, aqueduc B et aqueduc C.

3.2.1 - Sur le plan topographique

31Cette coupe montre clairement, même si les différences ne sont pas importantes, que les aqueducs n’ont pas été aménagés au même niveau (fig. 9).

Fig. 9 - Les trois aqueducs et l’altitude de la base de leurs canalisations à environ 300 m en aval du barrage romain

Fig. 9 - Les trois aqueducs et l’altitude de la base de leurs canalisations à environ 300 m en aval du barrage romain

32Pour apprécier avec précision le décalage altimétrique, nous avons procédé à un levé topographique au moyen d’un GPS (marque Ashtech) permettant une précision centimétrique en X, Y et Z et une acquisition des données en mode cinématique (RTK). La station de base GPS a été installée sur le repère géodésique tunisien 13478 contrôlé et rattaché au réseau national après la recherche de l’emplacement des autres repères géodésiques (13476, 13479 et 14157) qui couvrent le terrain auquel appartient le site et dont les coordonnées sont programmées dans un navigateur GPS (SPECTRA PRECISION) et positionnées sur la carte topographique « La Goulette » à l’échelle du 1/50 000.

33Pour chacun des trois aqueducs, les mesures ont été effectuées à la base de la canalisation, au niveau de la surface sur laquelle circulait l’eau. A l’issue d’un tel travail, il s’avère que la base de la canalisation de l’aqueduc le plus bas que nous appelons aqueduc A (A, fig. 9) se trouve à une altitude de 68,26 m. Par sa position, le plus proche du talweg de l’oued, il doit s’agir du troisième aqueduc de Bordier et Du Paty De Clam. Vient ensuite l’aqueduc B (B, fig. 9) qui est le plus décalé vers le versant de la vallée de l’oued et rappelle ainsi le premier aqueduc de Bordier et Du Paty De Clam. Sa base se situe à une altitude de 68,73 m. Enfin, l’aqueduc C (C, fig. 9) est le plus haut, la base de sa canalisation se trouve à 69,33 m. Par sa position au milieu, il correspond au deuxième aqueduc du schéma de Bordier et Du Paty De Clam.

34On doit néanmoins noter que le dispositif que montre la photoraphie de la figure 9 ne manque pas de différences, en ce qui concerne l’altitude et l’espacement entre les aqueducs, par rapport à celui que donnent les figures 7 et 8. Ce qui pousse à se poser des questions quant à la concordance entre ces deux dispositifs. Une explication pourrait être cherchée dans la morphologie de la vallée et la dynamique de l’écoulement. Dans le site de la photo de la figure 9, le décalage entre les aqueducs est le moins important parce qu’on est immédiatement en aval du barrage et donc, logiquement, dans un endroit de départ du matériel sédimentaire, du moins du temps où cet ouvrage n’est pas encore colmaté ou rompu. Ces aqueducs sont d’ailleurs creusés dans des formations géologiques antérieures à la terrasse historique principale. Si le décalage, vertical et horizontal, s’accentue vers l’aval (fig. 7 et 8) c’est parce que la vallée s’élargit et que la dynamique était plutôt en faveur de l’alluvionnement.

35Certes, Bordier et Du Paty De Clam ont noté une différence d’altitude en mentionnant que le premier aqueduc part directement du barrage et se caractérise par une position plus élevée que celles des sources. Ceci ne correspond pas à nos relevés ; car ce premier aqueduc correspond, selon leur schéma (fig. 2), à notre aqueduc B. Or, ce dernier occupe, par son altitude, une position intermédiaire entre les deux autres aqueducs. Mais on peut toujours penser à l’existence d’un nombre d’aqueducs plus grand que celui identifié jusqu’ici et que ceux évoqués par nos prédécesseurs ne sont pas tout à fait les mêmes que ce que nous avons repérés. Les différences d’altitude pourraient aussi s’expliquer par des différences dans la position du point de départ des ouvrages et de leur source d’alimentation. Les données du terrain et l’état de dégradation des vestiges archéologique suite à leur érosion ne nous ont pas permis des vérifications dans ce sens. La poursuite des recherches permettra peut-être de nouveaux éclairages. En attendant, d’autres données (architecture et contenu des conduits), que nous présentons ci-dessous, permettent de préciser la chronologie.

3.2.2 - Au niveau architectural

36Les aqueducs montrent des différences importantes. Ceux des deux extrémités du système (aqueducs A et B) ont une section rectangulaire disposée verticalement. Le plus proche du talweg (aqueduc A), a perdu sa partie sommitale par érosion, mais on le retrouve plus en aval avec une toiture en demi berceau et a 80 cm contre 45 cm respectivement pour la hauteur et la largeur (fig. 10).

Fig. 10 - L’aqueduc A, le plus proche de l’axe de l’oued ; architecture et contenu

Fig. 10 - L’aqueduc A, le plus proche de l’axe de l’oued ; architecture et contenu

37L’autre (B) a une toiture voûtée et se distingue par le fait qu’il a la canalisation la plus grande (h : 130 cm ; l : 50 cm à la base et 70 cm au sommet) mais évasée vers le sommet (fig. 11).

Fig. 11 - L’aqueduc B, le plus décalé vers le versant de la vallée de l’oued : architecture et contenu

Fig. 11 - L’aqueduc B, le plus décalé vers le versant de la vallée de l’oued : architecture et contenu

38Quand à l’aqueduc du milieu (C), il a la section la moins importante (h : 54cm ; l : 37 cm) et une architecture relativement sommaire, avec des parois soulignées par de simples blocs taillés peu épais (fig. 12).

Fig. 12 - L’aqueduc C, au milieu ; architecture et contenu

Fig. 12 - L’aqueduc C, au milieu ; architecture et contenu

39Les mesures ont été toujours faites de l’intérieur des canalisations. On comprend mal des différences architecturales aussi importantes si ces ouvrages étaient totalement contemporains et servaient à acheminer l’eau vers une même destination.

3.2.3 - À propos du matériel accumulé à l’intérieur des conduits

40L’aqueduc A se distingue par l’existence d’une accumulation travertineuse sur plus de 30 cm d’épaisseur. Le reste du conduit est occupé, jusqu’au début de la voûte sommitale, par un matériel détritique. Des accumulations travertineuses existent aussi dans l’aqueduc B mais elles sont beaucoup moins importantes que celles de A se limitant à des placages, parfois très minces, sur les parois verticales. Le reste est constitué par un matériel détritique qui occupe le tube sur une épaisseur de l’ordre de 90 cm. Le dernier aqueduc (C) se distingue, par contre, par l’absence de toute accumulation. On se demande s’il a vraiment fonctionné.

41Ainsi, il nous parait difficile, surtout en partant de l’idée que l’eau était acheminée vers une même destination principale (Siagu), d’accepter une contemporanéité totale des trois aqueducs. Tout semble plutôt appuyer l’idée de l’existence d’un décalage chronologique entre ces ouvrages. Cette idée nous parait d’autant plausible qu’elle concorde avec les données de la géomorphologie, notamment la position de ces aqueducs par rapport aux accumulations alluviales et le fait qu’ils soient séparés par des dépôts au sein même de la terrasse historique principale. Si bien que, la numérotation donnée par BORDIER et Du PATY De CLAM ne doit pas être prise pour un ordre chronologique ; ordre que ces auteurs n’ont d’ailleurs pas exprimé. Elle reflète plutôt une répartition spatiale dans un ordre croissant en s’approchant de l’axe de la vallée.

42En considérant l’ensemble des données réunies jusqu’ici, l’ordre chronologique nous parait être le suivant :

  • L’aqueduc le plus proche de l’axe de l’oued (A) est le plus ancien de par sa position topographique la plus basse ainsi que par sa place dans la terrasse historique où il porte la couverture alluviale la plus épaisse. Ceci se confirme par l’importance de son accumulation travertineuse et sans doute aussi par son architecture soignée.

  • L’aqueduc du milieu (C) est le plus récent. Car, en plus du fait qu’il est topographiquement le plus haut, il ne porte pas d’accumulation travertineuse, ni même une accumulation détritique. De plus, il est nettement moins grand que les autres et montre une architecture plutôt sommaire. Ce qui pourrait suggérer un affaiblissement de l’occupation de l’espace ou une réduction des réserves en eau.

  • L’aqueduc le plus éloigné du talweg (B) doit alors occuper une situation intermédiaire chronologiquement. Outre le critère de l’altitude, le matériel travertineux y est faible. Son architecture soignée et la taille de la conduite indiquent plutôt un attachement encore important au site.

Conclusion

43Par son caractère relativement bien circonscrit dans l’espace et son cadre morpho-structural mais aussi grâce à ses vestiges archéologiques antiques liés à l’exploitation des ressources en eau, le cours amont et moyen de l’oued El Faouara apparait comme un terrain favorable à l’étude de la dynamique des paysages géomorphologiques depuis l’Antiquité. Il donne aussi une démonstration significative de l’apport mutuel de l’archéologie et de la géomorphologie et permet des réflexions quant à la relation des anciens avec leurs milieux.

44Sur le plan géomorphologique, c’est au niveau du fond de la vallée qu’ont été recueillies les informations les plus significatives. La terrasse historique principale est l’élément qui a le plus retenu notre attention, eu égard à sa place dans le paysage et l’épaisseur de ses dépôts. Elle témoigne d’une phase de remblaiement majeure produite sous les yeux des anciens. Cette dernière précision, qui s’appuie notamment sur les liens entre les différents aqueducs et l’accumulation, constitue une nouveauté par rapport à nos connaissances relatives aux formes d’accumulation liées aux eaux courantes en Tunisie. En effet, on savait, par les travaux antérieurs, que la mise en place de la terrasse a eu lieu au cours des temps historiques mais on n’avait pas d’arguments archéologiques directs de sa contemporanéité avec l’époque romaine.

45L’étude de cette terrasse a permis aussi, outre les facteurs de la diversité des faciès de son matériel, de noter l’importance des apports latéraux dans la dynamique de comblement du fond de la vallée. De tels apports seraient en rapport avec des travaux de mise en valeur et d’exploitation du sol sur les versants immédiats.

46On retient aussi que si les vestiges archéologiques ont aidé à caler chronologiquement les formes et dépôts, ces derniers, ont, à leur tour, permis d’apporter des précisions pour de tels vestiges ou de poser des questionnements incitant à de nouvelles recherches. Cet apport mutuel des deux disciplines, la géomorphologie et l’archéologie, donne au site une valeur scientifique et didactique supplémentaire. Les données disponibles semblent concourir pour indiquer que les aqueducs, même s’ils appartiennent tous à l’Antiquité, ne sont totalement contemporains et que la numérotation donnée dans les travaux antérieurs n’a pas forcément une valeur chronologique. Dans les environs du barrage romain, là où trois aqueducs sont visibles, sectionnés par le talus d’érosion de la berge actuelle de l’oued, l’aqueduc le plus proche du talweg nous a paru devoir être le plus ancien. Le plus récent est celui situé au milieu du système alors que le plus décalé vers le versant de la vallée doit occuper une position intermédiaire chronologiquement. Un travail approfondi sur le matériel archéologique ainsi que sur les matériaux accumulés dans les conduits des aqueducs, par différentes analyses, reste néanmoins nécessaire pour des conclusions plus tranchées.

47La multiplication des aqueducs dans un espace aussi peu étendu ainsi que les différences qui caractérisent ces ouvrages suscitent quelques questionnements. Deux points nous ont paru déjà mériter une attention particulière compte tenu de leur intérêt pour la connaissance des rapports des sociétés humaines avec leurs milieux ainsi que l’histoire des paléo-environnements.

48Le premier point est relatif aux modifications apportées à la position des aqueducs et à leurs altitudes. N’aurait-on pas là l’écho de formes d’adaptation ou de réactions des anciens à certaines contraintes ? Les caractéristiques du site n’incitent pas à penser, comme pour d’autres terrains renfermant des aqueducs (LEVEAU, 2014), à des interventions pour résoudre des difficultés imposées par la topographie ou par des perturbations liées à la dynamique des versants suite à des phénomènes de glissement par exemple. Car, la berge droite de l’oued El Faouara, que jalonnent les aqueducs, n’est pas particulièrement accidentée. Elle est, en plus, façonnée dans des matériaux largement sableux ou gréseux et bordée par un versant qui n’a, au mieux, que quelques décamètres seulement de hauteur. Le site est par contre traversé par une faille importante qui a fonctionné au cours des temps historiques et décalé les aqueducs. Mais n’avons pas trouvé d’éléments de terrain permettant d’établir un lien sûr entre une activité sismique et le changement de position des aqueducs. Si bien que, nous sommes davantage tentés de penser à des contraintes en rapport avec le colmatage du barrage à partir duquel partent les aqueducs. On pourrait également invoquer l’obstruction des conduits suite à l’accumulation du travertin ou de matériaux détritiques. Vers l’aval, on peut penser aussi à une forme d’adaptation à la dynamique de comblement du talweg ; les aqueducs auraient été surélevés à mesure que le fond de la vallée est exhaussé. Ceci réconforte par ailleurs l’idée d’une dynamique de remblaiement déroulée sous les yeux des anciens et peut aller avec l’idée du comblement du barrage en amont.

49Le deuxième point est relatif à l’aqueduc de plus récent. Le fait qu’il soit dépourvu de toute accumulation travertineuse et même de dépôts détritiques est resté, pour nous, plutôt énigmatique. Matérialiserait-il une réponse imposée par l’évolution du système ou une forme d’abandon? On pourrait en effet, penser à une explication par un colmatage très avancé ou accéléré du barrage ; la dimension du tube, bien plus petite que dans les aqueducs plus anciens, indiquerait une diminution sensible des volumes d’eau mobilisables. Cette hypothèse peut trouver appui dans la dynamique de remblaiement du fond de la vallée matérialisée par la terrasse historique principale. Mais la réduction de dimension de l’aqueduc pourrait être aussi en rapport avec une diminution de la demande en eau. Ce qui laisserait penser à une situation de déclin de la cité de Siagu, le principal bénéficiaire des eaux des aqueducs. L’architecture relativement sommaire, viendrait appuyer ce raisonnement, car on peut y voir un indicateur du recul de l’intérêt accordé à ce type d’aménagement. Enfin, l’autre hypothèse, à ne pas négliger, est celle d’un abandon suite à un événement exceptionnel. Du côté naturel, il faudrait penser à un événement qui aurait endommagé fortement le système au point de le rendre hors service et de dissuader la population contre des interventions d’adaptation à l’image de celles évoquées plus haut. L’idée d’un tremblement de terre en rapport avec l’activité de la grande faille, qui affecte d’ailleurs les aqueducs, ne serait pas à exclure. C’est sans doute là un sujet intéressant et passionnant pour un travail géoarchéologique d’équipe.

Top of page

Bibliography

AOUNALLAH S., (2001), Le Cap Bon, jardin de Carthage. Recherches d’épigraphie et d’histoire romano-africaines (146 a.-C. - 235 p.C.), Ausonius, scripta Antiqua, Bordeaux, 388 p.

BABELON E., CAGNAT R., REINACH S., (1893), Atlas archéologique de la Tunisie, édition spéciale des cartes topographiques publiées par le ministère de la Guerre, accompagnée d'un texte explicatif, Feuille de Hammamet 39.

BAHROUNI N., BOUAZIZ S., SOUMAYA A., BEN AYED N., ATTAFI K., HOULA Y., EL GHALI A., REBAI N., (2014), Neotectonic and seismotectonic investigation of seismically active regions in Tunisia: a multidisciplinary approach, Journal of Seismologie 18, p. 235-256.

BALLAIS J.-L., (1991), Les terrasses historiques de Tunisie, Zeitschrift. für Geomorphologie, Suppl.-Bd. 83, p. 221-226.

BALLAIS J.-L., (1991), Vitesses d'accumulation et d'entaille des terrasses alluviales holocènes et historiques au Maghreb oriental, Physio-Géo 22-23, p. 89-94.

BALLAIS J.-L., (1995), Alluvial Holocene terraces in eastern Maghreb: climate and anthropogenic controls, in Mediterranean Quaternary Rivers Environments, J. Lewin, M.G. Macklin & J. Woodward éd., Balkema, Rotterdam, p. 29-41.

BALLAIS J.-L., CRAMBES A., (1992), Morphogenèse holocène, géosystèmes et anthropisation sur la montagne Sainte-Victoire, Méditerranée 75, 1-2, p. 29‑41.

BKHAIRI A., KARRAY M. R., (2008), Les terrasses historiques du bassin de Kasserine (Tunisie centrale), Géomorphologie : relief, processus, environnement 14, 3, p. 201-213.

BEN AYED N., (1986), Évolution tectonique de l’avant pays de la chaîne alpine de Tunisie du début du Mésozoïque à l’Actuel, Thèse de doctorat d’État, Université Paris-Sud, France, 328 p.

BENSALEM H., (1991), Carte géologique de Hammamet, Office national des Mines, publication du Service géologique national de Tunisie, Feuille 37.

BESNIER M., (1914), Fouilles et découvertes récentes en Tunisie, Notes et documents publiés par la Direction des Antiquités et Arts, Protectorat français, Gouvernement tunisien, compte rendu, Journal des savants 12, 5, p. 211-225.

BORDIER D., et Du PATY De CLAM A., (1900), Enquête sur les travaux hydrauliques des romains ; in Enquête sur les installations hydrauliques romaines en Tunisie, sous la direction de Gauckler P., vol. IV, publication de la Direction des Antiquités et Beaux Arts, 293 p.

BOUAZIZ R., (2010), Les oueds exoréiques de la côte de Sfax : Leur évolution au cours du Quaternaire, Thèse universitaire, Tunis, 274 p.

DUVAL N., (1993), Vingt ans de recherches archéologiques sur l'Antiquité tardive en Afrique du Nord 1975-1994, Deuxième chronique, suppléments à Généralités et Carthage-Tunisie, Revue des études anciennes 95, 3, p. 583-640.

FAUST D., ZIELHOFER Ch., ESCUDERO B. R., OLMO Del F., (2004), High-resolution fluvial record of late Holocene geomorphic change in northern Tunisia: climatic or human impact? Quaternary Science Reviews 23, p. 1757-1775

FEHRI N., BALLAIS J.-L., BONIFAY M., (2007), Morphogenèse, climat et sociétés dans la plaine de Sfax (Tunisie) depuis le Pléistocène supérieur : l'exemple du bassin versant de l'oued Chaâl-Tarfaoui, Physio-Géo 1, p. 61-77.

FOUACHE É., (1999), L'alluvionnement historique en Grèce occidentale et au Péloponnèse, Géomorphologie, Archéologie, Histoire, BCH Suppl. 35., 235 p.,

GRAGUEB A., OUESLATI A., (1990), Les formes quaternaires des côtes nord et nord-est de la Tunisie et les industries préhistoriques associées, L’Anthropologie 94, 2, p. 259-290.

GUERIN V., (1862), Voyage archéologique dans la régence de Tunis, T. II, 395 p.

HENNING M., (1995), A Dating of a Valley Fill in NE-Tunisia - an analysis of Radio Carbon from the Oued R'mel Basin, in Africa Proconsularis, Regional Studies in the Segermes Valley of Northern Tunisia, p. 50-55.

HAMZA A. (1988), Érosion et lutte anti-érosive dans le bassin-versant de l'oued Zeroud (Tunisie Centrale), de l'approche exogène à la stratégie techno-paysanne, Thèse de Doctorat d'État, Université Louis PASTEUR, Strasbourg, 1191 p.

KAMOUN Y., (1981), Etude néotectonique dans la région de Monastir-Mahdia (Tunisie orientale), Thèse de doctorat de 3e cycle, Université Paris-XI, Centre d’Orsay, 175 p.

LEVEAU Ph., (2014), Archéologie d’un aqueduc africain, Journal of Roman Archaeology 27, p. 810-818.

MARZOUGUI W., OUESLATI A., BAHROUNI N., SHILI W., (2016), Les installations hydrauliques antiques de l’oued El Faouara : archive de l’archéosismicité de la faille de la bordure orientale du graben de Grombalia (Tunisie nord-orientale), International Conference on Applied Geology & Environment, ICAGE, 19-21 mai 2016, livret des résumés, p. 155.

M.A.E (Ministère des Affaires étrangères), (1895), Rapport au Président de la République sur la situation en Tunisie, imprimerie nationale, Paris, 213 p.

NEBOIT-GUILHOT R., (1991), L’Homme et l’érosion, l’érosion des sols dans le monde, publ. Fac. Lettres Clermont-Ferrand, 34, 270 p.

NEBOIT-GUILHOT R., (2003), Le témoignage ambigu des terrasses historiques de piémonts en Italie, in FOUACHE É. (éd.), The mediterranean world environment and history, Paris, Elsevier, p. 17-23.

OUESLATI A., (1985), Les dépôts holocènes liés au ruissellement sur les côtes de la Tunisie, Notes du Service Géologique, Tunis 51, p. 121-131.

OUESLATI A., (1989), Propositions pour une chronologie du Quaternaire continental inférieur et moyen en Tunisie par l’étude de l’arrière pays du golfe d’Hammamet, C.R.Acad.Sc. Paris, sér. II, p. 1833‑1838.

OUESLATI A., (1995), The evolution of low tunisian coasts in historical times: from proradation to erosion and salinization, Quaternary International 29/30, p. 41-47.

OUESLATI A., (1994), Les côtes de la Tunisie ; leur évolution au cours du Quaternaire, Publications de l’Univerrsité de Tunis, Faculté des Sciences humaines et sociales, Tunis, 402 p.

OUESLATI A., (2003), Sur l’évolution du paysage géomorphologique du fond des vallées depuis l’Antiquité romaine : exemples dans le bassin-versant de l’oued Majerda, Revue Tunisienne de Géographie 36, p. 102-170.

OUESLATI A., (2007), The lower course of Oued Ouadrane (Central Tunisia): Its importance in the reconstitution of the landscape’s evolution during Holocene and Historical times in semi-arid Mediterranean areas, Proceedings of the Second International Conference on the Geology of the Tethys, Cairo University, p. 373-379.

SINTES G. (2001), Éric Fouache, L'alluvionnement historique en Grèce occidentale et au Péloponnèse, Géomorphologie, Archéologie, Histoire, BCH Suppl. 35., Topoi, 11/2, p. 885‑900.

SLIM H., TROUSSET P., PASKOFF R., OUESLATI A., (2004), Le Littoral de la Tunisie : étude géoarchéologique et historique, éd. CNRS, France, 308 p.

VITA-FINZI C, (1969), The Mediterranean Valleys. Geological Changes in Historical Times, Cambridge Univ. Press, 140 p.

Top of page

Notes

1 - Nous reprenons le texte de Mr. Aounallah qui nous a précisé la teneur des passages qu’il a consacrés à la question des aqueducs de l’oued El Faouara dans son travail.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 - Localisation (sur une image Google Earth) et cadre hydrologique
Caption 1-site du barrage antique ; 2-captage actuel de la source d’El Faouara ; 3-autoroute Tunis-Hammamet. a-cours aval de l’Oued El Faouara ; b et c- principales branches amont de l’oued (Oued Achchrayek et Oued Ayoun El Faouara).
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8332/img-1.jpg
File image/jpeg, 856k
Title Fig. 2 - Extrait de la carte de Bordier et Du Paty De Clam (1900)
Caption Cette carte montre la localisation des trois aqueducs, du barrage et du site des sources. 1- premier aqueduc ; 2- deuxième aqueduc ; 3- troisième aqueduc (la représentation des aqueducs a été reprise pour une meilleure lisibilité).
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8332/img-2.jpg
File image/jpeg, 636k
Title Fig. 3 - exemple d’accumulations historiques occupant des positions variées dans un cadre contenant d’importants vestiges archéologiques
Caption La prise de vue a été effectuée dans les environs du barrage romain (36°35’56 N. ; 10°35’56 E.)1a-substratum pliocène sableux ; 1b-faciès palustre plio-quaternaire ; 2-vestiges archéologiques antiques en place ; 3-terrasse historique principale ; 3b- dépôt de pente et paléoravins comblés.La photographie du bas montre des fragments de céramique (indiqués par des flèches) remaniés dans les dépôts de pente et provenant du site archéologique (2).
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8332/img-3.jpg
File image/jpeg, 436k
Title Fig. 4 - Vue sur la berge gauche de l’oued El Faouara
Caption Terrasse historique principale autour du site du barrage romain.1- terrasse pléistocène ; 2- mur du barrage romain ; 3- terrasse historique principale ; 3b-partie du matériel de la terrasse recouvrant le mur du barrage ;4- terrasse secondaire.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8332/img-4.jpg
File image/jpeg, 332k
Title Fig. 5 - Place de la terrasse historique principale dans une coupe synthétique à travers la vallée à la hauteur du captage actuel de la source d’El Faouara
Caption 1- substratum pliocène ; 2- terrasse pléistocène avec croûte calcaire au sommet (2b) ; 3- matériel de terrasse non encroûté ; Pléistocène supérieur à Holocène ; 4- terrasse historique principale : 4a-corps principal ; 4b- partie supérieure ravinante en rapport avec une dynamique sédimentaire latérale ; 5- fond actuel : banquette d’accumulation et végétation hygrophile ; 6- colluvions et éboulis récents.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8332/img-5.jpg
File image/jpeg, 84k
Title Fig. 6 - L’un des aqueducs pris dans le matériel de la terrasse historique principale emboîtée dans une terrasse pléistocène
Caption Photographie prise sur la berge droite de l’oued, immédiatement en aval du captage actuel de la source d’El Faouara (36°26’23N ; 10°35’42 E).
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8332/img-6.jpg
File image/jpeg, 552k
Title Fig. 7 - Position des aqueducs par rapport au matériel de la terrasse historique principale
Caption L’étoile indique un aqueduc duquel se sont détachées des pierres que l’on voit sur la photographie.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8332/img-7.jpg
File image/jpeg, 412k
Title Fig. 8 - Position des trois aqueducs dans la terrasse historique principale
Caption 1- Pliocène et formation sablo-argileuse de Bir Bou Regba ; 2-matériel de terrasse pléistocène supérieur-holocène ; 3- matériel de la terrasse historique principale ;4-fond marécageux de l’oued
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8332/img-8.jpg
File image/jpeg, 44k
Title Fig. 9 - Les trois aqueducs et l’altitude de la base de leurs canalisations à environ 300 m en aval du barrage romain
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8332/img-9.jpg
File image/jpeg, 468k
Title Fig. 10 - L’aqueduc A, le plus proche de l’axe de l’oued ; architecture et contenu
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8332/img-10.jpg
File image/jpeg, 640k
Title Fig. 11 - L’aqueduc B, le plus décalé vers le versant de la vallée de l’oued : architecture et contenu
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8332/img-11.jpg
File image/jpeg, 444k
Title Fig. 12 - L’aqueduc C, au milieu ; architecture et contenu
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/8332/img-12.jpg
File image/jpeg, 344k
Top of page

References

Electronic reference

Ameur Oueslati and Wissem Marzougui, « Le cours moyen de l’oued El Faouara à Hammamet (Tunisie orientale) », Méditerranée [Online], Varia, Online since 28 November 2018, connection on 16 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/8332

Top of page

About the authors

Ameur Oueslati

Université de Tunis, Faculté des Sciences Humaines et Sociales, Laboratoire CGMED,oueslatiameur@yahoo.fr

By this author

Wissem Marzougui

Office national des mines, 24 rue de l'Énergie, 2035, La Charguia, Tunis B.P. 215, 1080 TUNIS cedex, TUNISIE, wi_marzougui@yahoo.fr

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page