Skip to navigation – Site map
Book reviews

D. Albera, M. Crivello, M. Tozy (dir.), Dictionnaire de la Méditerranée

2016, Arles, Actes Sud, 1694 p.
Régis Darques
p. 145
Bibliographical reference

D. ALBERA, M. CRIVELLO, M. TOZY (dir.), Dictionnaire de la Méditerranée, Arles, Actes Sud, 1694 p.

Full text

1Entreprendre une réflexion collective sur l’espace méditerranéen relève du défi. Depuis plusieurs années, les médias n’ont eu de cesse d’associer cet espace à l’idée de conflit ou de crise. Des tensions géopolitiques récurrentes semblent s’opposer obstinément à la construction d’une vision holistique de la Méditerranée, pourtant portée par de nombreux auteurs de talent. Étudier la complexité de relations et d’échanges qui perdurent entre États riverains au-delà de toutes les divisions de l’histoire et de la géographie est une vraie gageure. Tel est pourtant le pari d’une équipe de scientifiques rassemblée autour de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme d’Aix-en-Provence.

2Imprimé sur papier bible, ce Dictionnaire de la Méditerranée de 1 700 pages ne prétend pas à l’exhaustivité et refuse le qualificatif d’encyclopédique. Le but n’est pas de soutenir une conception intégratrice, trop idéologiquement marquée, mais d’aborder les études méditerranéennes de façon sélective, pour ne pas dire fragmentée. Chaque entrée du dictionnaire se présente sous la forme d’un texte synthétique, d’une dizaine de pages tout au plus, accompagné d’une bibliographie sommaire. Les notices sont ordonnées alphabétiquement, sans qu’aucun classement thématique ou regroupement en chapitres ne soit organisé. Face à une telle « somme » de renseignements, le lecteur éprouve un sentiment d’éparpillement –réaction tout à fait logique face à un dictionnaire. Chacun est invité à papillonner, à investir des problématiques diverses, à passer d’une spécialité disciplinaire à une autre, à explorer différentes époques et à partager les interrogations de nombreux scientifiques.

3La constitution de notices est porteuse d’« autorité ». À l’amont, les auteurs qui ont accepté de rédiger des textes concis sur des sujets complexes ont procédé à une sélection d’informations. Les références bibliographiques sont soigneusement choisies et les débats scientifiques épurés afin de mieux faire consensus. À l’aval, la stratégie de large diffusion de l’ouvrage traduit une ambition, celle de participer à la production d’une lingua franca qui puisse servir de socle à des échanges scientifiques renouvelés. Restituer la diversité des points de vue sans envenimer des débats parfois houleux est une tâche délicate que les auteurs ont menée à bien efficacement. L’énorme travail éditorial d’harmonisation des textes doit être particulièrement salué.

4Ce dictionnaire loue les services de quantité de spécialistes issus d’horizons divers : anthropologues, historiens, géographes, écologues, politologues, sociologues, islamologues et autres orientalistes se relaient en un balai savamment orchestré. Toutes les sciences humaines et sociales ont été convoquées. L’approche se veut résolument transversale, interdisciplinaire. La sélection des entrées laisse toutefois transparaître une domination de l’histoire et de l’anthropologie. Pouvait-il en être autrement ? Cet ouvrage est évidemment marqué par les grandes figures porteuses de la pensée méditerranéenne.

5Qu’en est-il des géographes ? Leur contribution est limitée à peu de choses. Le choix éditorial qui préside au projet était fondé sur cinq axes majeurs de réflexion : savoirs, territoires, histoire sociale et politique, figures et pratiques culturelles. La partie territoires s’est finalement résumée à deux thématiques, milieux et activités économiques. Un index toponymique permet de naviguer d’un lieu à l’autre, mais rien n’a été pensé sur un mode géographique, ceci afin de préserver la vocation première du projet. Toute entrée toponymique aurait en effet entraîné une multiplication de notices « monographiques », locales ou (sub)-régionales, qui auraient forcément contrevenu à l’ambition de traiter de la « méditerranéité ». Une vingtaine de notices seulement, sur les 207 que compte le volume, ont un caractère géographique, et la plupart sont rédigées par des non-géographes.

6En regard de l’évolution de la discipline au cours des dernières années en France, ce retrait de la géographie n’étonnera personne. L’effondrement des études régionales au profit d’approches thématiques transversales devait forcément mener à ce type de « défection ». Certes, un petit atlas couleur de trente planches, bien pensé et efficace, prend judicieusement place au milieu du livre – rien de mieux qu’une carte pour construire une unité territoriale - ; cet effort vertueux ne parvient pourtant pas à compenser le poids des discours déterritorialisés.

7Ce bel ouvrage présente donc, aux yeux du géographe, les défauts de ses qualités. Le projet, extrêmement ambitieux, s’inscrit dans la continuité de travaux antérieurs célèbres. Son financement par le programme européen RAMSES a toutefois fixé les limites de l’entreprise. Parmi les 169 contributeurs, les trois quarts sont rattachés à des institutions d’enseignement et de recherche françaises. Sur le quart restant, près de la moitié sont des « correspondants » réguliers, francophones, souvent formés dans ces mêmes établissements. L’ouvrage est de toute évidence porteur d’une certaine « vision » franco-européenne de la Méditerranée.

8Cette publication s’inscrit dans un projet éditorial plus vaste. Un équivalent numérique au volume papier est déjà accessible en ligne [dicomed.mmsh.univ-aix.fr]. La version électronique du dictionnaire reste ouverte à des contributions futures. Une publication en langue arabe est d’ores et déjà attendue. Cette stratégie d’édition multiple, perméable au multimédia, est judicieuse, car elle s’adapte parfaitement au comportement nomade des lecteurs actuels.

9Le lectorat potentiel est ainsi susceptible de déborder de sa cible initiale – étudiants et chercheurs. En effet, les listes bibliographiques restreintes associées à chaque entrée et le format réduit des notices ne combleront que partiellement l’appétit des spécialistes. En revanche, la dimension vulgarisatrice du dictionnaire, un accès électronique et une iconographie adaptée pourraient bien réussir à atteindre un public plus large, interpellé quotidiennement par des informations contradictoires sur cet espace dont la complexité et la conflictualité ne cessent d’étonner. C’est tout le succès qu’on lui souhaite.

Top of page

References

Electronic reference

Régis Darques, « D. Albera, M. Crivello, M. Tozy (dir.), Dictionnaire de la Méditerranée », Méditerranée [Online], 126 | 2016, Online since 01 June 2016, connection on 18 January 2018. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/8341

Top of page

About the author

Régis Darques

Cnrs, UMR 5281 (ART-Dev, Montpellier-3)

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page