Navigation – Plan du site
Book reviews

M. Bruneau, De l’Asie Mineure à la Turquie

2015, Paris, CNRS Éditions, 412 p.
Régis Darques
p. 148
Référence(s) :

M. Bruneau, De l’Asie Mineure à la Turquie, Paris, CNRS Éditions, 412 p.

Texte intégral

1En ces temps troubles où continue de se restructurer l’ancien espace périphérique ottoman (Balkans, Ukraine, Syrie-Liban-Irak), les Éditions du CNRS nous livrent un ouvrage d’une grande richesse qui permet de décrypter les processus de décomposition-recomposition en cours sous un angle décalé. La plupart des analyses, en particulier journalistiques, se limitent en effet à une approche événementielle de court terme qui oblitère l’arrière-plan des conflits —position qui limite souvent la portée des propos et l’intelligibilité des faits.

2Michel Bruneau est un géographe d’expérience qui entend relever le défi de cette intelligibilité. Maturité scientifique et reconnaissance internationale sont des éléments préalables à la poursuite de ce type de projets, tant les risques encourus sont nombreux et les débats minés. L’exercice relève de bout en bout de l’équilibrisme : marier la longue durée avec le très court terme des événements qui émaillent l’actualité ; traiter des frontières de la Turquie sans s’enfermer dans le « réduit » issu du traité de Lausanne et des accords Sykes-Picot ; aborder les questions ethniques et confessionnelles, y compris les « génocides », sans être prisonnier des polémiques et positions officielles. La tâche est délicate.

3Le titre de l’ouvrage nous invite au voyage. Pour mener à bien le périple, le mieux est de se munir de bons atlas géographiques et historiques. Michel Bruneau nous entraîne vers des contrées exotiques rarement et mal cartographiées, qui sont autant de lieux de confluence : de l’Asie centrale à l’Iran, en passant par les marges caucasiennes de la Russie et le monde arabe, sans oublier les Balkans. Au centre de ces espaces flous, constamment disputés, se situe l’Asie Mineure (ou Anatolie), « simple » région de l’Empire ottoman élevée au rang de territoire national à partir des années 1910. L’objectif de l’auteur est d’expliquer comment la Turquie contemporaine a pu se construire territorialement à partir d’un espace turc immense, à géographie variable, fortement marqué par le nomadisme de ses peuples constitutifs.

4Le socle micrasiatique/anatolien de la Turquie contemporaine est le résultat d’un processus qui a vu s’opposer violemment des forces centrifuges et centripètes, en particulier aux xixe et xxe siècles. L’auteur n’hésite pas à plonger dans les querelles de chiffres, à quantifier les déplacements, migrations spontanées ou forcées, à retracer les massacres et autres déportations qui ont marqué l’histoire locale à travers les siècles. Grecs, Turcs, Perses, Arméniens, Kurdes, Syriaques sont au centre des débats en tant que « peuples de la longue durée ». Mais une multitude d’autres sous-groupes apparaissent en filigrane, dans les interstices : Lazes, Zazas, Pomaks, Yürüks, Karamanlides, Yezidis, Hémichis et autres ethnies caucasiennes constituent une galaxie périphérique qui complexifie encore les recompositions territoriales.

5Une grande partie de l’ouvrage est ainsi consacrée aux conséquences démographiques et spatiales des guerres. Au-delà du salutaire travail de décryptage réalisé, une telle somme de violences assumées ou masquées débouche inévitablement sur un sentiment de malaise. La fragilité du devenir des groupes humains apparaît dans toute sa clarté. Disparitions de communautés entières, conversions de masse, assimilations contraintes sont des phénomènes fréquents. L’auteur démontre ainsi à quel point le passage des empires aux États-nations a profondément réduit une diversité démographique et culturelle issue de millénaires d’histoire locale. Les statistiques font froid dans le dos, et c’est tout le mérite de l’auteur que d’avoir su rassembler des données éparpillées dans un vaste corpus littéraire rédigé en anglais, grec ou français.

6L’ouvrage est construit autour de quatre thématiques. Après avoir posé le cadre conceptuel (la logique territoriale des peuples de la longue durée), Michel Bruneau s’attache dans un premier temps à expliquer les étapes de formation de l’espace anatolien en s’appuyant sur la trajectoire des Grecs, Turcs, Perses-Iraniens, Arméniens et Kurdes. La seconde étape consiste à étudier l’« ingénierie démographique » qui a conduit à la disparition et/ou à la redistribution spatiale des peuples « minoritaires » d’Asie Mineure. L’analyse des interfaces frontalières orientales et occidentales de la Turquie moderne permet dans un troisième temps à l’auteur de lire l’espace turc actuel en adoptant un point de vue plus résolument géographique. Pour finir, l’attention se porte sur les diasporas et espaces transnationaux des peuples d’Asie Mineure.

7Si l’accent est clairement mis sur le tournant décisif de la fin de l’Empire ottoman, des Tanzimat à la fin du xixe siècle, les allers-retours incessants entre périodes anciennes et récentes compliquent parfois la lecture. Ces sauts dans le temps sont possibles dans la mesure où on considère que les structures fondamentales des sociétés humaines et des territoires sont persistantes : appartenance ethnique et confessionnelle, nomadisme et sédentarité, mode d’organisation sociale (tribus, clans, familles), systèmes juridiques, caractéristiques culturelles et linguistiques s’expriment et évoluent à travers les siècles. Le postulat est ici pleinement assumé.

8Ce travail de synthèse est rédigé dans une langue agréable qui ravira les lecteurs. On regrettera toutefois deux éléments :

  • La conclusion de l’ouvrage est très courte et finalement peu conclusive. N’est-ce pas un moyen d’éviter de se prononcer sur l’avenir de ce modèle turc de territorialité en pleine mutation aujourd’hui ? Les signes de changement sont pourtant bien là, et ils sont nombreux. Michel Bruneau a, semble-t-il, volontairement limité ses commentaires sur les questions les plus tendues – Chypre et la Syrie.

  • Accroître le nombre de cartes aurait permis une lecture plus aisée. Les modèles spatio-conceptuels proposés sont tout à fait pertinents, mais ils ne remplacent pas une cartographie précise, seule susceptible de restituer la complexité des situations réelles. Du coup, la partie, la plus « géographique » de l’ouvrage, celle sur les frontières-interfaces de la Turquie actuelle, paraît inachevée. Pont et Caucase, Thrace et archipel égéen, Cilicie et périphérie sud-est de l’Anatolie ne sont pas représentés. Il est vrai que transcrire spatialement des phénomènes anciens est souvent difficile, faute de sources suffisamment précises et fiables. C’est probablement la raison pour laquelle Michel Bruneau, fidèle à ses écrits antérieurs, préfère adopter une démarche de géopolitique/géohistoire fondée sur des territoires emboîtés, aux périmètres flous, perméables entre eux. La notion de frontière est ainsi rarement convoquée. De même, les analyses restent positionnées à macro-échelle, laissant de côté les territoires locaux, peut-être plus structurés spatialement mais peu propices à l’approche de la longue durée.

9Pour la synthèse que cette étude opère, la qualité de la publication, l’actualité vive des propos et l’engagement intellectuel que l’abord de sujets aussi épineux suppose, nous ne pouvons que recommander chaudement la lecture de cet ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Régis Darques, « M. Bruneau, De l’Asie Mineure à la Turquie », Méditerranée [En ligne], 126 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2016, consulté le 18 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/8355

Haut de page

Auteur

Régis Darques

Cnrs, UMR 5281 (ART-Dev, Montpellier-3)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page