Skip to navigation – Site map
Terroir : reterrorialisation et renouveau des produits typiques en France

La figue de Solliés, une nouvelle AOC face à un avenir incertain

The fig of Solliès: a new AOC facing an uncertain future
Philippe Moustier
p. 63-69

Abstracts

In the end of the XIX century, the railroad allowed the settlement in the basin of Solliès (South-east of France) of fruit production mainly peach, cherry and fig. Between the two world wars, the fig production became the main crop production. Thanks to is climate, irrigated lands and fig variety “Bourjassotte”, the basin of Solliès became the first production area in France. To increase the value of its production and to preserve the patrimony, an union was created in 1996 and obtained in 2006 the AOC “Figue de Solliès”. Right outside Toulon, this AOC is threatened by the urbanization but its future depends more on the farms renewal and on the maintain of lucrative prices to face the Turkish exports.

Top of page

Index terms

Geographical index :

France, Solliés
Top of page

Author's notes

Je remercie le syndicat de la Figue de Solliès, notamment le Président F. Didero et le technicien C. Kointz, ainsi que le centre INAO d’Hyères, pour leur contribution à l’enrichissement de ma documentation.

Full text

1 - Le premier bassin de production français de figues

1.1 - Le bassin de Solliès : une tradition fruitière ancienne

  • 1 Mentionné lors du discours inaugural de l’exposition agricole internationale d’Hyères de 1910, Bull (...)

1Dans la basse vallée du Gapeau, un réseau d’irrigation, attesté depuis le Moyen Âge, a permis le développement de prairies et de jardins à côté de la traditionnelle trilogie méditerranéenne : céréales, vignes et oliviers. Les arbres fruitiers constituent rarement des vergers, mais sont la plupart du temps complantés, installés en bordure d’une terrasse ou plantés en ligne avec le système des outins et des oulières. La présence de fruitiers dans la « vallée d’Hyères », peut-être plus marquée que dans d’autres secteurs, est mentionnée par Arthur Young 1 dans son voyage sur le littoral provençal en 1789.

2En 1805, dans la statistique générale de la France, département du Var, le Préfet Fauché évoque parmi les variétés de figuiers la Bourjassotte, déjà citée par Olivier de Serres en 1620. Son importance dans le secteur de Solliès se retrouve dans les délibérations des Conseils municipaux de Solliès-Pont (1847) et de Solliès-Toucas (1849). Ils demandent aux pouvoirs publics de prendre des mesures de lutte contre un insecte, le kermès (cochenille), qui cause d’importants dégâts sur les figuiers. La place de la figue dans l’alimentation des populations locales est confirmée par un texte de la commission de statistique du canton de Solliès-Pont de 1853, année particulièrement pluvieuse : « Les figues ont également présenté un déficit d’autant plus regrettable, que dans le midi, elles sont d’une grande ressource pour les gens des campagnes. Une poignée de figues ou de noix et un morceau de pain composent leur dîner des champs. »

3L’arrivée du chemin de fer, à la fin du XIXe siècle, stimule la mise en place de cultures commerciales, les fruits surtout, les fleurs et le maraîchage, bien implantés sur le littoral, n’ont, ici, qu’un rôle secondaire. L’arboriculture est favorisée par la rareté des gelées printanières et la précocité des récoltes. Les cerisiers dominent suivis des figuiers, des pêchers et des abricotiers. Alors que beaucoup de vergers sont implantés sur des terroirs au sec, les figuiers, surtout ceux de la variété Bourjassotte, sont localisés sur les terres alluviales irrigables, sur des parcelles enherbées fournissant du fourrage pour le cheptel local. L’olivier encore bien présent sur les versants, parfois fort escarpés, est une source de revenus importants avec l’huile et les olives de table autour de Belgentier. La production de fruits alimente les marchés locaux, nationaux et de l’Europe du nord-ouest. En 1907, le livre d’expédition de la gare de Solliès-Pont indique l’expédition quotidienne de 18 000 kg de figues fraîches durant la pleine saison. R Livet (1962) écrit : « Dès 1913, 470 tonnes de figues partent à Paris » et il ajoute : « Les cerises se vendent déjà comme fruits primeurs en Angleterre, en Allemagne, en Belgique »

1.2 - La spécialisation du bassin de Solliès vers la production de figues

4Entre les deux guerres mondiales, les vergers de figuiers se développent. En 1932, la production de figues, avec 1260 tonnes, dépasse celle des cerises. L’olivier est en fort recul, victime des gels de 1929 et 1956, de la concurrence d’autres huiles végétales mais aussi de l’abandon de nombreuses parcelles exiguës et pentues avec la motorisation de l’agriculture. À partir des années 1950, le figuier devient la culture dominante et la figue la production emblématique du bassin de Solliès. Les vergers composés uniquement de figuiers se multiplient et la physionomie des arbres changent avec la mise en place de techniques culturales plus rationnelles, notamment la généralisation de la taille basse qui évite l’emploi d’échelles lors de la cueillette. Tandis que les vergers de figuiers progressent, les autres vergers déclinent avec la concurrence d’autres bassins de production nationaux et les importations en provenance des États de l’Europe méditerranéenne. La cerise n’a pas suivi les évolutions variétales et culturales introduites dans d’autres régions françaises et la taille restreinte des exploitations est devenue un frein au développement des vergers de pêchers et de pommiers. Enfin, les cerisiers et les pêchers complantés dans les vignes sont devenus incompatibles avec l’utilisation de nouveaux outils agricoles (prétailleuses) et surtout des machines à vendanger.

5Dans les années 1960, le secteur de Solliés représente environ le quart de la production fruitière départementale et la totalité de la production de figues commercialisée, soit 1 600 tonnes. L’arrivée du Canal de Provence, en 1977, permet d’accroître les périmètres irrigables et donc l’aire potentielle d’implantation de la Bourjassotte. Sur ces nouveaux terroirs irrigables, des figuiers sont parfois installés à la place de vignes. Au milieu des années 1980, la production se stabilise autour de 2 500 tonnes. L’audit réalisé par le cabinet Gressard pour la coopérative Copsolfruit, en 1997, évalue l’offre française de figues fraîches entre 3 000 et 3 500 tonnes et estime que près des trois quarts de la production nationale proviennent du bassin varois de Solliès et 10 % des Bouches-du-Rhône.

6La commercialisation de la figue fraîche est organisée selon la méthode du « groupage » sur le lieu de production et du « dégroupage » sur le lieu d’acheminement. La filière se structure avec la création de la coopérative Copsolfruit en 1961 qui regroupe une quinzaine d’agriculteurs. Les débouchés sont d’abord locaux et nationaux avec le marché des grandes villes françaises mais s’ouvrent davantage à l’exportation (Royaume-Uni, Belgique, Pays-Bas et Danemark). À partir des années 1970, la figue fait son apparition dans les GMS et conquiert de ce fait une nouvelle clientèle. Puis elle effectue une entrée remarquée dans la grande restauration et à un moindre degré dans la pâtisserie. L’acheminement des figues vers les lieux de consommation se fait désormais en totalité par camions frigorifiques.

2 - La demande d’AOC pour valoriser une production spécifique et protéger  un patrimoine 

2.1 - La notoriété de la Bourjassotte noire

7Jusqu’à la fin du XIXe siècle, de nombreuses variétés de figues étaient cultivées, à double fin : fruits frais et séchage. Actuellement la production commercialisée de figues fraîches du bassin de Solliès repose sur deux variétés : la Bourjassotte (85 à 90 % du tonnage) et la Dauphine, localement appelée Boule d’Or. Les autres variétés, vendues parfois sur les marchés locaux, sont essentiellement tournées vers la consommation familiale. Avec le développement du bassin fruitier, les agriculteurs ont privilégié la Bourjassotte, variété unifère dont la production s’échelonne du 15 août au 15 novembre, contrairement à la Dauphine bifère donnant deux récoltes en début et en fin d’été. C’est la Bourjassotte, appelée aussi Barnissotte, Violette de Solliès ou Parisienne (en raison des expéditions vers la capitale), qui a fait l’objet de la demande d’AOC. Le fruit, de couleur violette,  est caractérisé par sa forme turbiniforme (en toupie) aplatie et la couleur de sa pulpe, du framboise ambré au rouge grenat.

8La notoriété de la Bourjassotte est ancienne. H. Laure dans le manuel de l’agriculteur provençal de 1837 indique : « La barnissotte, la bourjansotte : c’est la plus grosse et une des meilleures de nos figues fraîches, c’est même la seule qui soit servie dans les dîners d’apparat, lorsqu’elle est bien fendillée et bien mûre ; elle est en effet délicieuse quand elle a été produite par un arbre cultivé dans un terrain arrosable. » Cette variété a été multipliée par les agriculteurs en raison de sa qualité gustative, mais surtout de sa résistance au transport due à sa peau épaisse et à son aptitude à la conservation en frais.

9Lors de la demande d’AOC, en 2000, la production de Bourjassottes (2 000 tonnes/an en moyenne) occupe 170 hectares pour 190 producteurs dont les apports varient entre une centaine de kilogrammes et une centaine de tonnes. Une trentaine d’entre eux assurent l’essentiel du tonnage. La commercialisation se fait par l’intermédiaire de la coopérative ou de mandataires. Les coopérateurs adhérents à la Copsolfruit (90) fournissent 60 % de la production sur une centaine d’hectares. La Copsolfruit est « la seule unité française capable de conditionner et de mettre en marché un tonnage normalisé de figues fraîches aussi important à destination de la France, de la CEE et de la Suisse » (CTIFL 1997). Les indépendants (une centaine) assurent 40 % du tonnage sur 70 hectares. La demande d’accession en AOC a été portée par les deux groupes réunissant 53 % des producteurs, adhérents au syndicat de défense, soit la totalité des coopérateurs et onze indépendants, l’ensemble représentant 77 % de la production. La plupart des indépendants, le plus souvent pluri-actifs, possédent parfois seulement quelques arbres. Sans être forcément hostiles à la démarche, ils n’ont pas souhaité y être associés et n’ont donc pas adhéré au syndicat de défense. Le syndicat créé en 1996 a obtenu la même année un certificat de conformité (QUALICERT). En 1998, il envisage la mise en place d’une IGP pour finalement initier une demande d’accession en AOC prise en compte par l’INAO en 2000.

2.2 - Un terroir propice à la production de figues de qualité

10L’aire d’appellation retenue concerne quinze communes, treize en totalité (Belgentier, Cuers, Hyères, Carqueiranne, La Crau, La Farlède, La Garde, La Londe, Le Pradet, Solliès-Pont, Solliès-Toucas, Solliès-Ville, La Valette) et deux pour partie, Pierrefeu et Puget-Ville. L’aire de la » Figue de Solliès », constitue la terminaison occidentale de la dépression permienne (fig. 1). Elle est encadrée à l’est par la retombée schisteuse du Massif des Maures et à l’ouest par les corniches des plateaux calcaires, limitée au nord par le rétrécissement de la dépression permienne fermée par la colline du Bron et ouverte au sud sur la Méditerranée. Au sein de cette aire, les terrains doivent être homologués en fonction des critères proposés par les experts et actés par le Comité national de l’INAO. Les sols acides ou basiques, favorables au figuier sont profonds et drainants (mais non hydromorphes), à texture sablo-limoneuse ou sableuse, la charge caillouteuse variant selon les parcelles. Les facteurs climatiques locaux sont particulièrement favorables aux figuiers avec de rares gelées tout au long de l’année et la somme de chaleur reçue est parmi les plus importantes de France. Les précipitations n’excèdent pas 700 mm et les taux d’hygrométrie de l’air sont bas et constants, réduisant ainsi l’éclatement des fruits. Le mistral, vent dominant, n’est pas un facteur limitant, car il est sec. Certes, les fruits craignent le boisement (frottement par les branches), mais la taille annuelle permet d’éliminer les branches qui se croisent.

Fig. 1 - Dynamique de la localisation de la figue de Solliès

Fig. 1 - Dynamique de la localisation de la figue de Solliès

11Le figuier a besoin d’une bonne alimentation en eau durant la saison végétative, notamment les variétés unifères qui fructifient sur le bois de l’année au printemps et dont les fr²uits se développent durant la saison estivale. Le figuier dispose d’un système racinaire particulièrement développé et étendu, mais l’importance de la surface foliaire caractéristique de la Bourjassotte, liée à la nécessité de produire des fruits de beau calibre rendent les apports d’eau indispensables afin d’éviter le stress hydrique néfaste à son développement. Cette nécessité d’irriguer a été notée par Olivier de Serres (1620) et mentionnée par A. Pellicot (1847) : « … les barnissottes blanches ou noires, celle-ci est préférable, et réputée la meilleure des figues qu’on puisse manger fraîches, leur maturité est tardive et elles aiment les terres humides et irrigables. » Or, le bassin de Solliès possède un réseau d’irrigation gravitaire ancien à partir de la déviation des eaux du Gapeau et de son affluent principal le Real-Martin. Ce réseau, complété par quelques forages, est bien moins utilisé que par le passé, depuis l’arrivée du réseau sous pression du Canal de Provence, qui a permis l’introduction de nouvelles techniques d’irrigation : aspersion sur ou sous la frondaison, goutte à goutte et micro-jets. L’irrigabilité est donc un des critères d’homologation des parcelles aptes à produire des figues AOC.

12La nécessité de recourir à l’irrigation pour obtenir des Bourjassottes de bonne qualité explique la localisation des vergers dans les fonds de vallée ou sur le bas des versants. Les vergers de figuiers comportent entre 150 à 300 arbres à l’hectare. Mais il reste encore quelques alignements en bordure de canaux d’irrigation ou le long des chemins et des arbres isolés vestiges d’anciens vergers dans les secteurs d’habitat pavillonnaire. Depuis le milieu du XXe siècle, les vergers sont conduits de façon piétonne pour faciliter la cueillette. La plupart des arbres sont mono-troncs et taillés en gobelets étalés pour faciliter la pénétration de la lumière. Les figueries adultes sont bien repérables dans le paysage tant en hiver avec leurs puissantes charpentes grisâtres que durant la période végétative avec leur dense frondaison. Leur concentration autour de Solliés-Pont constitue un marqueur identitaire indéniable.

Photo 1 - Figuerie sur l’aire de l’AOC, commune de la Farlède, au fond le Coudon. Verger implanté sur une ancienne parcelle en vignes avant l’arrivée du Canal de Provence.

Photo 1 - Figuerie sur l’aire de l’AOC, commune de la Farlède, au fond le Coudon. Verger implanté sur une ancienne parcelle en vignes avant l’arrivée du Canal de Provence.

(Cliché Ph. Moustier, août 2007)

3 - Une production emblématique fragile

3.1 - Des espoirs de valorisation à concrétiser

13La « Figue de Solliès » obtient le signe AOC en juin 2006, soit dix ans après la création du syndicat de défense. Ce décret, outre les articles classiques concernant l’aire géographique, la variété retenue, les conditions de production et de commercialisation, en conformité avec les usages et les savoir-faire locaux, précise plusieurs autres éléments : la période de cueillette (15 août‑15 novembre), la taille du fruit (diamètre supérieur ou égal à 40 mm), sa couleur et sa teneur minimale en sucre (14° Brix), le conditionnement (plateau d’un rang ou barquette d’un kilo maximum). La récolte s’effectue tous les deux jours avec une main-d’œuvre qualifiée, familiale ou salariée selon la taille des exploitations. Il s’agit d’éliminer les fruits abîmés ou éclatés (confiturerie), de ne pas ramasser les fruits au-dessous d’une coloration de 80 % de violet sur l’épiderme et de ne pas déchirer la peau en les détachant de la branche. Le tri et le conditionnement nécessitent également une bonne connaissance du produit. La Copsolfruit emploie une centaine de personnes en pleine saison.

14Pour la première campagne de production de l’AOC (2006), 606 tonnes de figues sur 1440 tonnes produites par les adhérents du syndicat ont été agréées, soit 42 % du tonnage total. La Copsolfruit a réalisé 90 % des agréments. Elle commercialise 80 % des figues dans les GMS, 14 % à l’exportation (Suisse, Belgique, Luxembourg, Allemagne) et le reste chez les grossistes. Les prix sont fixés au départ de la coopérative. Dès le départ, les GMS ont acheté des figues AOC, en raison de la notoriété du produit considéré comme haut de gamme, plus cher que les autres fruits. Les producteurs indépendants vendent par l’intermédiaire de grossistes ou de mandataires à la commission sur les marchés nationaux, notamment celui de Rungis. Mais ces derniers n’ont été jusqu’à présent que peu demandeurs de figues AOC.

(Cliché : Ph. Moustier, août 2007)

3.2 - Une niche de production dans un contexte de forte concurrence internationale

15La production mondiale de figues est estimée à 1 million de tonnes dont 90 % en provenance du bassin méditerranéen et du Moyen-Orient (FAO, Eurostat). Seul 10 % de ce tonnage est consommé en frais. La Turquie avec 270 000 tonnes est le premier producteur mondial, avec une forte présence sur les marchés français et européens pour la figue fraîche. Ce pays assure la totalité des exportations au Royaume-Uni et une grande part de celles de l’Allemagne. La production française ne représente que 1 % de la production turque. La culture du figuier nécessite une main-d’œuvre abondante, tout comme le conditionnement du produit. Or, en Turquie, les coûts de production, avec une main-d’œuvre bon marché, sont bien moins élevés qu’en France et le prix des figues importées est inférieur à celui des figues de Solliès. Dans ce contexte, l’identification de l’origine par l’obtention de l’AOC « figue de Solliès » et la qualité de la production sont indispensables pour pouvoir dégager une plus-value suffisante. Certes, la notoriété de la Bourjassotte due à ses qualités gustatives consommée en fruits frais est reconnue, cependant la concurrence turque reste d’autant plus vive que 80 % des figues fraîches achetées (audit du cabinet Gressard) sont destinées à la cuisson (plats et desserts).

3.3 - Un nombre de producteurs de plus en plus restreint

16La production de figues connaît depuis la fin des années 1990 une légère tendance à la baisse. Cela est dû d’abord à la diminution du nombre de producteurs, non compensée par l’agrandissement de surfaces chez les exploitants restants. Le nombre d’adhérents au syndicat chute également passant de 110 en 1999 à 92 en 2004, malgré l’adhésion de 5 nouveaux producteurs indépendants. L’âge moyen élevé des adhérents au syndicat (58 ans et plus de 60 ans pour les coopérateurs) pose le problème des successions. Un sondage de la coopérative, portant sur près des deux tiers des adhérents, montre que chez les plus de 50 ans, seuls 19 % sont certains d’avoir un successeur et 16 % sont sans succession. Ces derniers ont tendance à réduire leur charge de travail et à limiter les investissements d’où un vieillissement du potentiel de production. Un verger en pleine production (10-25 ans) bien entretenu peut donner jusqu’à une quinzaine de tonnes par hectare (production maximale en AOC), ensuite le rendement n’est plus que de dix tonnes environ. La baisse des surfaces en production est visible dans le paysage, avec des figueries en friches ou grignotées par l’urbanisation.

4 - Davantage que le manque de terres, le manque d’exploitants pourrait compromettre l’avenir de la « figue de Solliès »

4.1 - Une appellation en zone urbaine et périurbaine

17 L’aire de l’AOC se situe à l’est et au nord-est de Toulon et en partie dans l’agglomération toulonnaise. Dans les treize communes incluses en totalité dans l’aire, la SAUée (hors STH) a diminué de 1 027 hectares entre 1988 et 2000 (-14,6 %). Ce sont le maraîchage, la floriculture et la vigne qui sont les plus touchés tandis que les surfaces en vergers sont à peu près stables. Mais dans le cœur de l’appellation correspondant au canton de Solliés-Pont et la commune de La Crau les pertes s’élèvent à 564 ha, soit le quart de la SAUée. L’augmentation de la population a été sur ce secteur de 19,4 % entre 1990 et 1999 contre 12,2 % sur l’ensemble de l’aire, d’où une très forte pression foncière renforcée par le développement des résidences secondaires à proximité du littoral. À cela s’ajoute les nombreuses infrastructures nouvelles (autoroute, équipements collectifs, zones commerciales), mais aussi le projet ferroviaire de ligne à grande vitesse Marseille-Nice, dont une des variantes emprunte la vallée du Gapeau avec l’implantation d’une gare sur la commune de La Crau.

Photo 3 - Solliés-Pont, construction sur un ancien verger de figuiers, dont il reste quelques arbres. Au premier plan le canal d’irrigation gravitaire.

Photo 3 - Solliés-Pont, construction sur un ancien verger de figuiers, dont il reste quelques arbres. Au premier plan le canal d’irrigation gravitaire.

(Cliché : Ph. Moustier, septembre 2007)

4.2 - Le terroir de la figue relativement protégé  de l’urbanisation

18L’urbanisation s’étale avant tout sur les coteaux qui correspondent essentiellement aux terroirs viticoles, même si des figueries y ont été installées avec l’arrivée du Canal de Provence. Le vignoble est ainsi grignoté et seules quelques opérations coûteuses de défrichements (fort risque de pourridié) et de terrassements (problèmes d’érosion), sur des espaces naturels classés en appellation, peuvent participer au maintien des exploitations viticoles. Judicieusement positionnées, elles constituent des pare-feux efficaces et limitent l’interface habitat/boisement (C. Durbiano, 2003). Les terres plates des fonds de vallées sont davantage sollicitées par les équipements et les infrastructures, mais l’habitat s’y développe aussi lorsque les versants sont saturés, en bordure des noyaux villageois et à la faveur des zones NB des POS. Dans les zones constructibles ou à proximité, dans l’espoir d’une urbanisation future, se trouvent des figueries abandonnées, faute de successeur ou de repreneur, en attente d’une opportunité de vente comme terrain à bâtir. Mais le terroir de la figue parait moins menacé que celui de la vigne (P. Minvielle, 2006 et Ph. Moustier, 2006). Les surfaces de figuiers (autour de 170 hectares) sont en effet beaucoup moins étendues que celles du vignoble et elles concernent des terres aux sols profonds, y compris les terres alluviales récentes en bordure des cours d’eau. Le caractère inondable de certains de ces espaces de fonds de vallée renforce leur protection contre l’urbanisation. Exclus des aires d’appellation viticoles mais retenus dans celle de la figue, ces terres constituent des opportunités de repli pour les vergers de figuiers, tant au sud sur la commune d’Hyères qui dispose d’une vaste zone agricole, qu’au nord (Cuers, Pierrefeu, Puget-Ville) sur les secteurs viticoles non classés en appellation Côtes de Provence.

19La présence d’une aire AOC implique la consultation de l’INAO en plus de la DDAF et de la Chambre d’agriculture dans la réalisation des documents d’urbanisme. Or, l’aire de l’AOC « figue de Solliès » est entièrement comprise à l’intérieur de l’aire AOC « Huile de Provence » obtenue en 2007 et en grande partie dans l’aire AOC des vins « Côtes de Provence ». Les demandes de protection concernent surtout les coteaux favorables à une oléiculture et une viticulture de qualité mais l’obtention de l’AOC « Figue de Solliés » pourrait aussi permettre une meilleure attention à la protection des terroirs de fonds de vallée.

4.3 - La rentabilité de la figue, seul gage  du maintien des exploitants

20Avec la mise en place de l’AOC, l’avenir de la « Figue de Solliés », production de niche, est-il assuré ? Difficile à dire. Tout dépend du niveau de rémunération qui conditionne l’installation de jeunes exploitants et le maintien de la Copsolfruit, seule coopérative française spécialisée dans la figue. La mise en place de l’AOC renforce la notoriété de la « Figue de Solliès » et sa culture est bien ancrée dans les traditions agricoles locales, ce qui est un gage pour l’avenir. Selon l’enquête déjà citée, 19 % des adhérents de la Copsolfruit « ont planté des figuiers en 2004 ou ont prévu de le faire en 2005 ». La promotion de la qualité peut valoriser la figue de Solliès face à la concurrence des exportations turques, mais actuellement, on manque de recul pour apprécier l’effet de l’AOC sur le marché. Les volumes sont très modestes et ne peuvent pas beaucoup croître. La recherche de nouveaux débouchés n’est donc envisageable que pour pallier un déficit de ventes sur les circuits actuels. Les organisations professionnelles agricoles (Chambre d’agriculture, SAFER...) et les collectivités locales doivent se mobiliser pour faciliter l’accès au foncier (location avec baux sur une trentaine d’années…) et pour aider l’installation de jeunes. Ce qui est certain, c’est qu’après le développement des plantations sur les versants avec l’arrivée du Canal de Provence, les vergers de figuiers vont peu à peu se concentrer à nouveau sur les terres basses, là où ils furent implantés lors de la mise en place du bassin fruitier de Solliès à la fin du XIXe siècle.

4.4 - Un début de prise de conscience d’un bien  collectif

21Les communes de la vallée du Gapeau sont conscientes de l’intérêt de la pérennisation des vergers de figuiers, tant sur le plan économique, paysager que patrimonial. La communauté de communes de la vallée du Gapeau (canton de Solliés-Pont) a créé en 1997, avec l’aide d’autres partenaires, dont le syndicat de défense, la fête annuelle de la figue qui se déroule chaque année le dernier week-end d’août à Solliés-Pont, alors que débute la production de Bourjassotte. Cette commune se veut, à juste titre, la « Capitale de la figue » et a aménagé un rond-point à l’entrée de la ville en l’honneur du figuier. Il faut aussi mentionner la présence sur la commune d’Hyères du conservatoire de Porquerolles qui possède la plus grande collection de figuiers au monde. La prise de conscience de l’intérêt patrimonial du figuier est réelle et le maintien de zones agricoles dans les documents d’urbanisme marque la volonté des collectivités territoriales de conserver cette production malgré la pression foncière induites par la proximité de Toulon, l’attractivité de la région et la villégiature balnéaire méditerranéenne.

5 - Conclusion

22Après une légère diminution, la production de Bourjassottes semble se stabiliser autour de 2000 tonnes. Production de niche, elle reste fragile, confrontée à la concurrence internationale, de la Turquie, exposée à la spéculation foncière et au vieillissement des exploitants. Néanmoins, depuis deux ans, de nouveaux producteurs ont planté des vergers (900 arbres à Cuers par exemple) et le syndicat compte à nouveau une centaine d’adhérents (85 coopérateurs et 15 indépendants), la consommation montre des signes de raffermissement mais il est trop tôt pour déterminer l’impact de l’AOC sur ces évolutions actuelles. Néanmoins, il est fort probable que cette reconnaissance stimule la volonté conjuguée des organisations professionnelles agricoles et des collectivités territoriales pour s’engager davantage dans la gouvernance des terroirs, afin de permettre le maintien de cette production, véritable patrimoine local et son intégration dans l’aménagement urbain.

Top of page

Bibliography

CTIFL, (1997), Le figuier, Édition du Centre Technique Interprofessionnel des Fruits et des Légumes, Paris, 264 p.

Daligaux J, (1999), Urbanisation et société locale en Provence, L’Harmattan, 267 p.

Durbiano C., (2003), De la marginalisation à la reconquête environnementale et patrimoniale des collines de l’aire métropolitaine marseillaise, Rives nord-méditerranéennes, n° 15, p. 41-52.

Kointz C, (2005), La pérennité de la Figue de Solliés : l’AOC face à la périurbanisation, Mémoire de Master II, Connaissance et gestion des terroirs, Université de Provence, dactylographié, 74 p. + annexes.

Livet R., (1962), Habitat rural et structures agraires en basse Provence, annales de la faculté des lettres d’Aix-en-Provence, 465 p.

Minvielle P., (2006), Urbanisation et protection du vignoble du littoral varois, Sud-Ouest Européen, n° 21, p. 57-64.

Montpezat G. de, Moustier Ph., Ricaud V., (2004), Rapport des experts sur « La figue de Solliès », 43 p., dactylographié.

Moustier Ph., (2006), Des vignobles provençaux dans la ville : Bellet, Cassis, Palette, Sud-Ouest Européen, n° 21, p. 65-75.

Pellicot A., (1847), Calendrier du cultivateur provençal, Imprimerie F Monge, Toulon, 468 p.

Serguier C., (1992), Pour un panier de figues, Éditions Barthélémy, Avignon, 165 p.

Serres O. de, (1620), Le théâtre d’agriculture et mesnage des champs, Réédition 2001, Actes sud, Arles, 1543 p.

Syndicat de défense de la figue de Solliès, sous la direction de N. Galand, (2002), Démarche de reconnaissance AOC de la Figue de Solliés, dactylographié, 55 p. + Annexes.

Top of page

Notes

1 Mentionné lors du discours inaugural de l’exposition agricole internationale d’Hyères de 1910, Bulletin de la Société d’horticulture, d’agriculture, de viticulture, de sylviculture et d’acclimatation d’Hyères, Var, 1er et 2e trimestre 1910.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 - Dynamique de la localisation de la figue de Solliès
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/87/img-1.png
File image/png, 67k
Title Photo 1 - Figuerie sur l’aire de l’AOC, commune de la Farlède, au fond le Coudon. Verger implanté sur une ancienne parcelle en vignes avant l’arrivée du Canal de Provence.
Caption (Cliché Ph. Moustier, août 2007)
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/87/img-2.jpg
File image/jpeg, 56k
Caption (Cliché : Ph. Moustier, août 2007)
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/87/img-3.jpg
File image/jpeg, 76k
Title Photo 3 - Solliés-Pont, construction sur un ancien verger de figuiers, dont il reste quelques arbres. Au premier plan le canal d’irrigation gravitaire.
Caption (Cliché : Ph. Moustier, septembre 2007)
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/87/img-4.jpg
File image/jpeg, 28k
Top of page

References

Electronic reference

Philippe Moustier, « La figue de Solliés, une nouvelle AOC face à un avenir incertain », Méditerranée [Online], 109 | 2007, Online since 01 July 2009, connection on 16 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/87 ; DOI : 10.4000/mediterranee.87

Top of page

About the author

Philippe Moustier

professeur agrégé de géographie, IUT de l’Université de Provence, Digne-les-Bains, UMR TELEMME, Aix-en- Provence

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page