Skip to navigation – Site map
Notes

Les jumelages des cités viticoles

Philippe Roudié
p. 105-106

Full text

1Les jumelages des collectivités locales – et surtout ceux des communes – se sont développés peu après la fin de la seconde Guerre mondiale et ce afin d’apurer le passé dans une optique de construction d’une nouvelle Europe à base de réconciliation des anciens belligérants, principalement de la France et de l’Allemagne. Encouragées vivement par les États, ces unions se multiplièrent à une vitesse stupéfiante de part et d’autre du Rhin au point de faire des deux partenaires France et Allemagne, les principaux, et de loin, détenteurs au monde du nombre de jumelages puisqu’au total chaque État compte en 2007 plus de 6 500 unions dont environ un tiers (1878) en commun. Ce qui signifie en clair que pour chacun de ces deux pays près des deux-tiers des mariages contractés se sont faits avec des municipalités d’autres pays ; ainsi la phase de ce qu’on peut appeler les jumelages de repentance ou de réconciliation est maintenant dépassée.

2Aussi bien aujourd’hui le mouvement a-t-il largement franchi le seul rapprochement franco-allemand et s’est étendu successivement à tous les pays d’Europe occidentale, puis aux États-Unis d’Amérique (lorsque le président D. Eisenhower décida de créer l’organisme «Sister cities») puis à quelques autres pays développés du Pacifique, Japon, Corée du Sud, Australie et Nouvelle Zélande, Chine et maintenant aux États de l’ensemble ex-soviétique ou du bloc communiste de l’Europe centrale. Au début du XXIe siècle, on peut ainsi estimer entre 20 000 et 30 000 à travers le monde le nombre de mariages communaux (et/ou régionaux), cette approximation venant de la grande diversité juridique de ces rapprochements (jumelages, partenariats, pactes d’amitié, etc.), de la compatibi voire des non renouvellements (signalés ou non) de ces partenariats, ou des unions qui n’existent que sur le papier et ne se manifestent plus par aucune activité.

3Mais on doit évidemment se poser le problème de savoir ce qui préside à ces mariages. À cet égard de très nombreux paramètres peuvent rentrer en ligne de compte. Les hasards de rencontres entre les promoteurs des jumelages, élus municipaux, professeurs de sport, de langues, d’histoire et géographie (sans exclusive évidemment) ont souvent joué un rôle prédominant à moins que ce ne soient des homonymies de noms, ou des rapports historiques anciens. Par ailleurs, il y a presque toujours la recherche (parfois a posteriori pour justifier les choix) d’un ou plusieurs éléments en commun : par exemple des cathédrales, églises, abbayes… comparables, des châteaux ou monuments similaires, des activités économiques (ou non) identiques etc…

4À cet égard, la viticulture est une des composantes majeures de l’activité agricole et l’une des plus emblématiques de l’Occident aux racines chrétiennes et l’on est en droit de se demander s’il y a des spécificités propres aux municipalités viticoles en matière de jumelages. Il y a là en fait deux cas de figure différents à travers le monde, principalement en Europe occidentale, méridionale voire centrale. Le premier, assez banal, tient à la recherche, de la part de communes productrices de vin, de jumelles susceptibles d’être des clientes et/ou des propagandistes du produit du terroir. À cet égard, tout jumelage avec des cités de pays amateurs de vins est une bonne stratégieainsi les communes viticoles françaises jumelées avec l’Allemagne, la Suisse, les pays du Bénélux et de Scandinavie, la Grande-Bretagne, les États-Unis et le Canada, le Japon, ont a priori trouvé des clients potentiels et ne manquent pas une occasion de rappeler la qualité de leur cru et de leur gastronomie, la beauté de leurs paysages viticoles, la chaleur de leur accueil et de leurs fêtes. Entre mille exemples, voici le cas de Marsannay-la-Côte, récemment promue au rang d’AOC communale (1987) bourguignonne de la Côte de Nuits-Saint-Georges (avec les communes voisines de Chenôve et Couchey). On s’est ici jumelé avec Mazy en Belgique, situé près de Namur dès 1958, puis en 1992 avec Schweich en Allemagne, à 15 km de Trèves. Mais en retour ces deux municipalités étrangères ne sont pas restées inactives puisque vantant, pour la belge, ses bières et ses fromages, et pour l’allemande ses propres vins. Quant à Épernay, capitale du Champagne, elle s’est jumelée entre autres avec une ville anglaise, une allemande et une belge flamande ! Et pour prendre un autre exemple, en Allemagne cette fois, voici la cité viticole rhénane de Boppard qui, non contente de se marie avec la française Amboise et la hongroise Keszthely, s’est aussi unie avec une anglaise et une japonaise, Ome, toute proche de Tokyo. Et l’on pourrait évidemment multiplier les exemples illustrant combien, au-delà même des aspects festifs et culturels d’amitié et de respect mutuel, les objectifs commerciaux ne sont jamais oubliés.

5Mais il est aussi un second cas de figure particulier aux municipalités viticoles, celui de chercher un partenaire qui a les mêmes caractéristiques et des particularités identiques, celles d’être très directement liées à la viti‑viniculture. Les exemples sont ici légion tant dans l’ancien monde européen qu’outre-mer. Citons Bordeaux mariée à Porto, la métropole vinicole et économique du Portugal septentrional. Beaucoup plus petite Greve in Chianti au centre du vignoble du même nom s’est unie à Auxerre en Basse-Bourgogne et à Sonoma la deuxième zone la plus connue du vignoble californien. Beaune s’est mariée avec Krems sur Danube, centre du vignoble autrichien, et avec Koshu, capitale des vignes japonaises. Mâcon a épousé, entre autres, une commune portugaise viticole dans la zone des vinhos verdes aux environs de Porto, et à une commune viticole de Nouvelle Castille dans la Manche, et à la hongroise Eger en plein vignoble du Tokaj. Et Cognac, capitale du plus grand vignoble à eau de vie au monde, est unie à Valdepeñas, capitale du plus vaste vignoble de la planète, celui de la Manche. Quant à Béziers, centre viticole du plus grand vignoble français, elle n’a choisi que des cités vineuses (à l’exception d’une anglaise) à savoir Heilbronn dans la vallée du Neckar en Allemagne, Stavropol en Crimée russe, Chiclana l’andalouse détentrice d’une appellation du même nom et productrice de « fino » jerezan.

6Ces exemples isolés ne sauraient cacher que des régions entières se sont spécialisées dans des jumelages assez massifs. Ainsi en va-t-il par exemple des liens privilégiés passés entre l’Entre-deux-mers et le Libournais girondins avec deux vignobles espagnols, celui de la Rioja et celui de Navarre. En témoignent par exemple le mariage de Sauveterre de Guyenne avec la navarraise Olite, les unions de Castillon la Bataille avec Cascante, de Vayres (en appellation Graves de Vayres) avec La Guardia, ou mieux encore de Libourne, au centre des vignobles de Saint-Émilion-Pomerol-Fronsac, avec Logroño, capitale de la Rioja.

7Ces préférences régionales permettent d’ailleurs l’élaboration d’une typologie. En France par exemple, il est assez clair que les communes viticoles du Sud-Ouest se marient plus volontiers avec des partenaires espagnols, voire portugais, même si, ici comme partout ailleurs, il y a des unions allemandes. Dans le Sud-Est, on est plus volontiers attiré par l’Italie. Mais dans l’Est, en particulier en Champagne, en Bourgogne et surtout en Alsace, c’est l’Allemagne viticole rhénane, mosellane ou bavaroise qui l’emporte sans discussion possible.

8Au-delà de ces cas précis que l’on pourrait multiplier, on doit ajouter que des formes plus globales de rapprochement de cités viticoles ont vu le jour dans les principaux États viticoles européens. En Espagne, il s’agit de l’ACEVIN (Associacion Española de Ciudades del Vino), en Italie la «Citta del vino», en France du «réseau associatif des villes du vin» (RAVIVIN). Mais cela ne s’arrête pas à des réseaux nationaux puisque, en Europe, il existe au moins deux groupements : RECEVIN (Réseau Européen des Cités du Vin) associe des municipalités majoritairement espagnoles et italiennes, mais dont le siège est à Strasbourg. Mais c’est l’AREV (Association des Régions Viticoles Européennes) qui semble la plus efficace et dynamique. Fondée à Bourg-sur-Gironde en 1988 à l’initiative de deux personnages politiques français de premier plan, à savoir les présidents Edgar Faure et Jacques Chaban-Delmas (par ailleurs maire de Bordeaux), et d’une personnalité locale, Gérard Baloup, ce groupement se fit reconnaître par la Communauté européenne – à l’égal de l’Association des régions maritimes européennes par exemple. Elle regroupe aujourd’hui 65 régions de 16 pays différents et porte haut les spécificités économique et culturelle des vignobles. Et il existe encore d’autres associations internationales plus portées sur les aspects festifs comme les nombreuses confréries dont celle des «Parcours gourmands», née en Piémont italien. Et pour couronner le tout, la fin du XXsiècle a vu la création d’un club élitiste, celui du «Réseau des capitales de grands vignobles», réunissant Bordeaux, Florence, Melbourne, Porto, Santiago du Chili et San Francisco, créé à l’initiative de la Chambre de commerce et d’industrie de Bordeaux mais où, curieusement, manquent Le Cap et une ville espagnole. À l’évidence, il existe une «internationale du vin» fondée sur une relative similitude d’activités, voire de paysages. Et à cet égard, les manifestations réciproques des communes viticoles jumelées ont une certaine spécificité : plus que des soucis sportifs ou linguistiques, il y a des aspects festifs largement prédominants qui ne cachent pas cependant l’impérieuse nécessité des promotions touristique et gastronomique.

Top of page

References

Electronic reference

Philippe Roudié, « Les jumelages des cités viticoles », Méditerranée [Online], 109 | 2007, Online since 01 July 2009, connection on 15 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/99

Top of page

About the author

Philippe Roudié

Professeur émérite - Université de Bordeaux 3, CERVIN

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page