Skip to navigation – Site map
Ostia antica
I Severi e la tarda Antichità

C. Veturius Testius Amandus, les cinq corps de lénunculaires d’Ostie et la batellerie tibérine au début du IIIe siècle

Nicolas Tran

Abstracts

This paper reconsiders the dating of a tribute paid to C. Veturius Testius Amandus by the five corpora lenunculariorum from Ostia (CIL, XIV, 4144). These boatmen erected their monument in 217, and not in 147, after they received support from an influential and efficient patron. His intervention with Roman authorities might have been required by a reorganization of navigation rights on the Tiber.

Top of page

Full text

CIL, XIV, 4144

  • 1 Lanciani 1880, p. 469-470 (pour les circonstances de découverte) et 477, n° 12 (pour la transcripti (...)
  • 2 Lanciani 1886, p. 56.
  • 3 Pensabene 2007, p. 425, n° 15 : « Le modenature sporgenti del basamento e del coronamento sono stat (...)
  • 4 Tran 2012 rejette l’hypothèse d’une correction apportée à l’hommage de C. Veturius Testius Amandus.

1L’hommage rendu au chevalier romain C. Veturius Testius Amandus fait partie du lot de bases de statue que les visiteurs peuvent admirer en arpentant les ruines du cosiddetto « Piazzale delle corporazioni » d’Ostie. La pierre (du marbre blanc de Luna) fut découverte en 1880 parmi une pile de seize monuments du Haut-Empire, amoncelée pendant l’Antiquité tardive pour consolider l’entrée du théâtre. Dans un premier temps, R. Lanciani n’en examina qu’une des faces latérales, où il repéra les vestiges d’une date consulaire1. Six ans plus tard, les pierres furent déplacées, ce qui permit la lecture de la face principale2. P. Pensabene a minutieusement décrit l’état de conservation du monument, en soulignant que les moulures de la base et du couronnement ont été détruites lors du remploi, afin d’obtenir un bloc facile à empiler3. Le piquetage a altéré le côté gauche et la partie supérieure du côté droit. Le champ épigraphique principal a subi moins de dommage, même si le quart inférieur gauche de l’inscription a souffert. À la troisième ligne, les neuf premières lettres sont gravées dans un creux issu d’une érasure. Le D du cognomen Amandus, à la ligne supérieure, empiète sur cette surface concave. De fait, la base a dû connaître une histoire complexe. Elle a probablement servi de support à un premier texte, en partie martelé par la suite et, enfin, complètement effacé par un polissage trop superficiel pour éliminer la trace dudit martelage4.

  • 5 La transcription proposée par H. Dessau est la suivante : Ded[--- Annio Largo], / Pra[stina Messali (...)

2Comme la découverte elle-même, la publication du document au CIL XIV, en 1887, s’est faite en deux volets. Consacrée à la seule date consulaire, une première notice (sous le numéro 458) fut complétée par une seconde (sous le numéro 4144 des additamenta). Dans les deux cas, H. Dessau reprit l’hypothèse d’une mention des consuls ordinaires de 147, proposée par R. Lanciani. En se fondant sur la conservation des lettres PRA, il restitua sur les deux lignes de l’inscription latérale le gentilice et le cognomen de L. Annius Largus, puis les deux derniers cognomina de C. Ulpius Pacatus Prastina Messalinus5. Par la suite, l’autorité du CIL ne fut jamais contestée. Pourtant, un réexamen critique permet de placer l’installation du monument dans l’espace public d’Ostie dans le cours de l’année 217, soixante-dix ans après la date admise jusqu’à maintenant. Loin d’être anecdotique, ce point d’érudition peut influer sur la perception de l’histoire de la batellerie d’Ostie, entre le IIe siècle et la première moitié du IIIe. Il conduit notamment à s’interroger sur les motivations qui, au début du IIIe siècle, poussèrent les cinq corps de lénunculaires d’Ostie à se doter d’un patron commun et à le remercier chaleureusement de son soutien. Ces propriétaires de barques (désignées comme des lenunculi) partageaient alors les mêmes intérêts professionnels. Mais, en bonne méthode, il convient tout d’abord de réviser l’édition du texte.

Fig. 1 – CIL, XIV, 4144.

Fig. 1 – CIL, XIV, 4144.

Face principale.

Cliché de M. Ramirez Sanchez.

Face latérale droite.

Cliché de L. Vandervoorde.

3A) Texte de la face principale :

C • VETVRIO • C • F • TESTIO

AMANDO

E • Q • R • PATRONO • ET

4

ḌEFENSORI • V • CORPORVM

ḶENVNCVLARIOR • OSTIENS

VṆỊṾẸṚṢỊ • NAVIGIARII • CORPOṚ

QVINQṾẸ • OBINSIGNEMEIVS

8

ỊN D[---]EṆDIS • SE • (ET) • INTVENDIS

EXIMIAM • ḌILIGEṆTIAM • DIGNISSIMO

[.]ṬṾẸ • ẠḄṢṬỊṆENTISSIMO • VIRO

OB ṂERITA • EIVS •

12

[---]O CORPORIS • SPLENDEDISSIMI • CODIC(AR)

ḶDDDP

4B) Texte de la face latérale droite :

DED[---]

PRA[---]CO[---]

5Les lettres en italique sont transcrites par R. Lanciani et H. Dessau ; on ne les lit plus sur la pierre. La partie supérieure des D est bombée. Texte A. L. 1 : la partie gauche du C est endommagée. L. 2 : mise en page centrée. L. 3 : l’interponction entre le E et le Q est sûre ; E • Q • R • PATRON est gravé dans un creux correspondant à une ancienne érasure. L. 4 : la partie gauche du D a disparu. L. 5 : la haste du premier L manque. L. 6 : des lettres NIVERSI (très abîmées) ne subsiste que la partie supérieure ; la partie droite du R final manque. L. 7 : malgré le mauvais état de conservation de cette partie de la pierre, on devine encore le Q initial, de même que les traces d’un probable V et d’un probable E, un peu plus loin. L. 8 : seule la partie inférieure du I initial est conservée. L. 9 : la haste du E initial est endommagée ; du premier D ne subsiste que la partie inférieure ; les premiers éditeurs ont lu ILIGE, mais l’on ne discerne plus que des traces de lettres indéterminées ; le O final est petit. L. 10 : toute la partie gauche de la ligne est très abîmée ; les lettres STI sont presque entièrement effacées. L. 12 : juste après la lacune, R. Lanciani a lu un O, mais H. Dessau un Q ; les caractères sont plus petits. L. 13 : seule la barre du L subsiste. Texte B. L. 1 : il n’est pas sûr qu’un second D ait jamais été décelable ; sa transcription par les premiers éditeurs découle sans doute de la forme de la surface piquetée.

6A) Texte de la face principale :

C(aio) Veturio C(aii) f(ilio) Testio

Amando,

eq(uiti) R(omano), patrono et

4

defensori (quinque) corporum

lenuncularior(um) Ostiens(ium),

uniuersi nauigiarii corporum

quinque, ob insignem eius

8

in d[efend]endis se et in tuendis

eximiam diligentiam, dignissimo

[a]tque abstinentissimo uiro,

ob merita eius,

12

[patron]o corporis splendedissimi codicar(iorum),

l(oco) d(ato) d(ecreto) d(ecurionum) p(ublice).

7B) Texte de la face latérale droite :

Ded[icata ---]

Pra[esente et Extricato] co(n)[s(ulibus)].

À Caius Veturius Testius Amandus, fils de Caius, chevalier romain, patron et défenseur des cinq corps de lénunculaires d’Ostie, l’ensemble des navigants des cinq corps (a élevé ce monument) en raison de sa remarquable et extraordinaire diligence à les défendre et à les protéger, au plus digne et au plus désintéressé des hommes, en raison de ses mérites, au patron du splendide corps des codicaires, l’emplacement ayant été attribué publiquement par décret des décurions. (Statue) dédiée le…, sous le consulat de Praesens et d’Extricatus.

  • 6 Tran 2006, p. 82-83.

8Avant la datation du monument, un premier problème de lecture doit être posé. Le dernier titre mentionné, à la douzième ligne, a sans doute été ajouté dans un second temps. Il a été gravé en petits caractères, dans l’interligne séparant la fin de l’exposé des motifs, d’une part, et l’allusion conclusive au décret des décurions, d’autre part. Or il aurait été plus logique que cette fonction décernée par d’autres bateliers que les lenuncularii (les codicarii) soit incluse dans la titulature de C. Veturius Testius Amandus. Mais de quelle fonction s’agissait-il ? Après la lacune initiale, il est impossible de trancher entre les lectures de R. Lanciani, qui propose d’identifier un O, et de H. Dessau, qui préfère voir un Q, précédé d’une lacune d’environ sept lettres. L’état de conservation de la pierre n’autorise aucune vérification. Néanmoins, compte tenu de la dignité équestre du récipiendaire, il paraît plus probable que les codicarii l’aient élevé au rang de patronus, et non de quinquennalis, car les chevaliers attestés parmi les dignitaires d’associations professionnelles sont rarissimes6. De surcroît, la tonalité de l’éloge donne l’impression d’avoir affaire à un individu bien plus haut placé que les corporati dont il avait assuré la défense.

Un hommage daté de 217

  • 7 Tran 2012 examine cette documentation en détail.
  • 8 CIL, XIV, 250. Sur ce corpus, voir notamment Herz 1994, p. 295-325.
  • 9 Royden 1988, p. 33 ; Tran 2012.
  • 10 CIL, XIV, 246.
  • 11 CIL, XIV, 247 ; Royden 1988, p. 37 ; Tran 2012.

9Quand ce rôle protecteur fut-il tenu par C. Veturius Testius Amandus ? L’idée d’un patronat assumé sous le principat d’Antonin le Pieux doit être révisée. Plusieurs éléments auraient pu conduire à en douter dès la découverte de la base, tandis qu’un fragment publié en 2001 permet de l’écarter définitivement. En ce qui concerne la critique interne, l’éloge est d’une emphase dont la plus grande fréquence est postérieure à l’époque antonine. Néanmoins, l’essentiel procède d’une critique externe. À Ostie, les corps de lenuncularii, ou de scapharii et lenuncularii, ont fait graver un grand nombre d’inscriptions, en particulier dans les années 140 et 1507. Plusieurs albums livrent la liste de l’ensemble des membres, des dignitaires et des patrons de ces associations professionnelles. Les corporati lenuncularii tabularii auxiliarii et une dizaine de leurs patrons sont recensés sur une table de marbre inscrite à partir de 1528. Par ailleurs, les corporati qui pecuniam ad ampliandum templum contulerunt et le corpus scaphariorum et lenunculariorum traiectus Luculli n’ont formé qu’une seule et même communauté9. Or un album gravé en 140 et complété jusqu’en 172 fournit les noms de dix de leurs patrons10. Enfin, un fragment a été attribué avec vraisemblance à un troisième corps : le corpus scaphariorum traiectus Rusticeli, sans doute11. Y sont encore lisibles le début d’une date consulaire correspondant à l’année 139, 140 ou 145 et une liste apparemment complète de trois patrons. L’absence de C. Veturius Testius Amandus sur les trois albums est frappante et rend cette conclusion impossible à esquiver : l’hypothèse d’une répartition de l’ensemble des lénunculaires d’Ostie en cinq corps, tous placés sous le patronat de C. Veturius Testius Amandus, en 147 ou à une date proche, est contraire à toute logique.

  • 12 Zevi 2001, p. 190-191 et 211, fig. 16 (inv. 6612) ; d’où AE, 2001, 622. Le cognomen Amandus apparaî (...)

10Un fragment d’album publié en 2001 par F. Zevi fait plus que renforcer le doute. Il prouve que le floruit du chevalier honoré par les cinq corps de lénunculaires se place dans les premières décennies du IIIe siècle12. Sur la pierre apparaissent des noms, répartis sur deux colonnes. Gravés en plus petit, ceux de la colonne de droite appartiennent à des corporati qui ont occupé des responsabilités dans leur communauté. À gauche, en plus grands caractères, figurent très certainement des patrons, dans l’ordre suivant.

---

[---]ṾMBILIVS

[---]ẠXIMINVS

[---] • SEXTILIVS

4

[---]LIANVS

[---]+IVS • TESTIVS

[---]+DVS • EQ • R

[---]LLISTIAṆ+[---]

8

[---]++[---]

---

11L. 5 : la trace de lettre suivant la lacune correspond à une boucle ayant pu appartenir à un P ou un R. L. 6 : après la lacune, on discerne les deux tiers supérieurs d’une haste. L. 8 : la première trace présente un arrondi qui a pu appartenir à la partie supérieure d’un O ou d’un Q.

  • 13 CIL, XIV, 251.

12L’identification de [C. Vetu]rius Testius [Ama]ndus, eq(ues) R(omanus), paraît quasi certaine et les deux premiers noms peuvent aussi être restitués avec assurance. Les lettres subsistantes renvoient en effet à deux patrons du corpus lenunculariorum tabulariorum auxiliariorum, recensés sur un album de 19213. Aussi faut-il restituer :

---

[M(arcus)] Vmbilius

[M]aximinus,

[Se]x(tus) Sextilius

4

[Iu]lianus,

[C(aius) Vetu]rius Testius

[Ama]ndus, eq(ues) R(omanus),

8

[--- C]allistianu[s],

[--- e]q(ues) R(omanus), [---]

---

  • 14 Ce personnage est identifié au père homonyme d’un clarissimus puer qui chanta lors des Jeux Séculai (...)

13Sur l’album de 192, M. Umbilius Maximinus apparaît sous la rubrique des patrons de rang sénatorial, en troisième et dernière position14. La liste est ainsi composée.

Patroni senat(orii) :

[[---]]

L(ucius) Fabius Cilo Septiminus,

4

M(arcus) Vmbilius Maximinus.

Equit(es) Rom(ani) :

L(ucius) Furius Public(ius) Marcell(us), pa(ter),

L(ucius) Furius Public(ius) Marcellin(us),

8

M(arcus) Cornelius Valerianus,

Sex(tus) Sextilius Iulianus f(ilius),

L(ucius) Valerius Daphnus,

Sex(tus) Sextilius Iulianus p(ater).

  • 15 Voir Schwarz 1976, p. 102 : le personnage est cité par P. Oxy. XLIII, 3117. Si cette hypothèse d’id (...)

14Après un espace vacant, qui aurait été comblé si le corpus avait rejoint la clientèle d’autres sénateurs, s’ouvrait la liste des patrons de rang équestre. Sex. Sextilius Iulianus f(ilius) y figure en quatrième position ; Sex. Sextilius Iulianus pa(ter) en sixième et dernière position. Les deux hommes étaient issus de la plebs corporis et le père avait reçu le titre de quinquennalis perpetuus, avant de devenir patron. Ces éléments suffisent pour se convaincre que le fragment publié en 2001 provient d’un album de la même collectivité, postérieur à 192. De fait, l’ordre régissant la rédaction des listes associatives était celui de l’ancienneté, dans le corpus comme dans les fonctions attribuées par celui-ci. L’album où le nom de Sex. Sextilius Iulianus suit la mention de M. Umbilius Maximinus est donc postérieur au décès des trois premiers patrons équestres recensés en 192 : L. Furius Publicius Marcellus, L. Furius Publicius Marcellinus et M. Cornelius Valerianus. De même, le patronat de C. Veturius Testius Amandus doit être postérieur au décès de L. Valerius Daphnus et de Sex. Sextilius Iulianus père. La disparition de cinq des six patrons équestres recensés sur l’album de 192 incite à penser que le fragment où apparaît C. Veturius Testius Amandus est largement postérieur à cette date. En outre, comme M. Christol me l’a fait remarquer, il n’est pas impossible que le dernier patron équestre cité sur le fragment publié en 2001 soit le Callistianus qu’Élagabal nomma à la préfecture d’Égypte en 218, en remplacement de Iulius Basilianus. Ce n’est là qu’une simple conjecture, car le cognomen Callistianus est assez courant, mais ce chevalier de haut rang aurait pu recevoir les lénunculaires dans sa clientèle quelques années avant son départ pour Alexandrie15.

  • 16 Bloch 1953, n° 42, p. 278-282. Quatre colonnes paraissent entièrement perdues.

15Or des fragments d’un album gravé par le corpus lenunculariorum tabulariorum auxiliariorum à partir de 213 sont conservés dans les réserves du musée d’Ostie16. Ils appartenaient à la partie droite de la table inscrite. Il était séduisant d’imaginer que le fragment publié en 2001 provienne de la partie gauche. Cependant, l’examen des pierres conduit à écarter cette possibilité, avec assurance. L’épaisseur des deux plaques n’est pas la même et leur face postérieure présente un aspect radicalement différent. Celle de l’album de 213 est brute, tandis que le fragment publié par F. Zevi est opisthographe. Dès lors, il faut situer le patronat de C. Veturius Testius Amandus dans les années précédant ou suivant 213. Le décès de plusieurs patrons de 192 rend improbable une datation trop proche de 200, mais la survie de M. Umbilius Maximinus et de Sex. Sextilius Iulianus empêche d’aller très au-delà du premier quart du IIIe siècle.

  • 17 Trois fragments publiés séparément par L. Wickert appartiennent en fait à la même liste (CIL, XIV, (...)

16De fait, le corpus lenunculariorum tabulariorum auxiliariorum a souvent changé d’album, puisqu’une autre liste fragmentaire lui est attribuée17. Elle a été gravée entre 152 et 192, mais à un moment plus proche de 152 que de 192. Seuls quelques corporati de 152 avaient disparu, au moment de sa rédaction, alors que les survivants sont peu nombreux en 192 et comptent parmi les plus anciens corporati. De fait, il devait arriver que les collèges changent d’album pour des raisons indépendantes du renouvellement démographique de leur plebs : la cooptation de plusieurs nouveaux patrons, dont les noms ne pouvaient être ajoutés sur la table en usage, par exemple. Dès lors, les changements d’album ont pu se faire sans véritable régularité : à quelques années ou, au contraire, à quelques décennies d’intervalle. Mais le fragment publié en 2001 a-t-il été gravé une dizaine d’années avant ou après 213 ? Les noms inscrits sur la seconde colonne incitent à trancher en faveur de la seconde option. Ils sont agencés de la manière suivante.

L•ME[---]

A•CAE[---]

• QV[---]

4

L•SOR+[---]

T•HELL[---]

L•MESSE+[---]

M•SVLPI[---]

8

Q•Q•

+[---]

---

17L. 4 : la trace de lettre finale peut être un M ou un N. L. 8 : les deux Q sont surmontés d’une uirgula. L. 9 : seule subsiste la pointe de l’initiale A. ou M.

[Q(uin)q(uennales) p(er)p(etui) :]

L(ucius) Me[ssenius ---],

A(ulus) Cae[dicius ? ---].

4

Qu[inquenalic(ii) :]

L(ucius) Sor[---],

T(itus) Hell[enius ---],

L(ucius) Messe[nius ---],

8

M(arcus) Sulpi[cius ---].

Q(uin)q(uennales) :

A(ulus ?) [---]

---

18L. 3 : l’association du prénom Aulus et du gentilice Caesennius est aussi attestée à Ostie, sans parler des autres gentilices commençant par CAE (e.g. Caecilius, Caelius…).

  • 18 CIL, XIV, 246, cite de tels quinquennalic(ii).
  • 19 En revanche, un L. Messen[ius ---] et un L. Sorn[---] sont cités en troisième et quatrième position (...)

19La colonne semble regrouper trois catégories de dignitaires : des quinquennales perpétuels, des quinquennales sortis de charge mais n’ayant pas encore reçu le titre de perpétuels et les quinquennales dirigeant le corpus au moment de la réalisation de l’album18. Or les lettres conservées ne coïncident avec le début d’aucun nom consigné sur le registre de 19219. Il est donc invraisemblable que le fragment ait été gravé par la même collectivité, dans la décennie 200/210. Par conséquent, il faut l’attribuer à une époque où le corpus a renouvelé profondément son effectif, aux années 220/225 probablement.

  • 20 Leunissen 1989, p. 136.

20Reste à attribuer les lettres PRA de la face latérale de la base de C. Veturius Testius Amandus à un consul du début du IIIe siècle, et non plus à C. Ulpius Pacatus Prastina Messalinus. Consul ordinaire en 217, en compagnie de T. Messius Extricatus, C. Bruttius Praesens fournit une solution pleinement satisfaisante, en parfait accord avec les jalons que les albums de lénunculaires invitent à poser20. Dès lors, il faut admettre que la première ligne du texte latéral indiquait un jour de l’année, tandis que la mention Pra[esente et Extricato] co(n)[s(ulibus)] ou Pra[esente et Extricato II] co(n)[s(ulibus)] était gravée sur la seconde. L’itération du consulat de T. Messius Extricatus est souvent omise, mais il est impossible de savoir s’il en allait ainsi, ou non, sur la base étudiée. Connaître la date exacte de son installation dans l’espace public permet de s’interroger plus efficacement sur l’identité et les motivations de ses commanditaires.

Les cinq corps de lénunculaires d’Ostie au début du IIIe siècle

  • 21 Christol – Fruyt 2009, p. 104-109.
  • 22 Le Gall 1953, p. 220 : « [les lénunculaires] sont complètement inconnus à Rome, donc leur rôle étai (...)
  • 23 Str., V, 3, 5 : πόλεις δ᾽ ἐπὶ θαλάττῃ μὲν τῶν Λατίνων εἰσὶ τά τε Ὤστια, πόλις ἀλίμενος διὰ τὴν πρόσ (...)
  • 24 RIC, 178. Un médaillon à l’effigie de Commode et un bas-relief de l’Isola Sacra présentent le même (...)
  • 25 Dig., XIV, 2, 4 pr. (Callistrat., Quaest., 2) : Nauis onustae leuandae causa, quia intrare flumen u (...)
  • 26 Le traiectus Rusticeli se trouvait probablement sur les praedia Rusticeliana qui, en 205, faisaient (...)

21Les lénunculaires exerçaient une activité batelière spécifiquement portuaire. Leur métier n’est attesté qu’à Ostie et à Arles. Dans le port gaulois, au tournant des IIe et IIIe siècles, ils formaient un corpus dont les historiens et les archéologues n’ont découvert l’existence qu’en 2007, grâce à deux monuments extraits du Rhône21. Dans le complexe portuaire d’Ostie, un faisceau d’indices bien connus atteste le recours à de telles embarcations : elles étaient probablement manœuvrées par les lenuncularii et scapharii. Aucun de ces bateliers n’apparaît dans l’épigraphie de la ville de Rome et il est donc couramment admis qu’ils n’officiaient qu’à l’embouchure du Tibre22. Au début du Ier siècle, soit un siècle avant la construction du port de Trajan, Strabon évoquait le recours à des ὑπηρέ́τικαὶ σκαφαὶ : à des barques desservant de gros navires, pour les décharger d’une partie de leurs marchandises23. Plusieurs images monétaires, une monnaie de Néron par exemple, représentent cette poussière navale24. Enfin, à l’époque sévérienne, un passage des Quaestiones de Callistrate pourrait bien avoir le complexe portuaire de l’embouchure du Tibre pour toile de fond, même s’il se place sur le terrain des généralités25. L’étude porte sur un navire qui ne peut entrer au port ou s’engager dans un fleuve sans dommage, sauf à confier une partie de sa cargaison à une scapha. Si cette barque vient à sombrer, le juriste estime que les propriétaires des biens (perdus ou non) doivent être collectivement solidaires. Il étend à ces circonstances particulières les dispositions de la lex Rhodia, qui s’appliquait quand un équipage avait jeté des marchandises à la mer, pour échapper au naufrage. De fait, pour tout ou partie, les lénunculaires d’Ostie venaient en aide aux navires qui approchaient l’embouchure du Tibre, c’est pourquoi deux groupes de corporati lenuncularii se disaient auxiliarii. D’autres officiaient à partir d’un embarcadère, où ils devaient débarquer les marchandises prises en charge. Ainsi, le traiectus Luculli et le traiectus Rusticeli se trouvaient probablement en bordure de terrains qui, à une époque indéterminée, avaient appartenu à un Lucullus et à un Rusticelius, avant de tomber dans le domaine public26.

  • 27 CIL, XIV, 252.
  • 28 CIL, XIV, 253.
  • 29 De Salvo 1992, p. 154-157.

22Quels étaient les cinq corps de lénunculaires d’Ostie ? Il convient désormais de chercher la réponse à cette question dans la documentation du IIIe siècle, et non dans l’épigraphie ostienne en général. Comme nous venons de le voir, le corpus lenunculariorum tabulariorum auxiliariorum s’est doté d’un nouvel album en 213. Une collectivité beaucoup plus restreinte de corporati lenuncularii pleromarii auxiliarii a établi un document de même nature, en 20027. Elle n’avait alors que deux patrons, nommés M. Cipius Vitalis et T. Antistius Favor. Si les lenuncularii pleromarii auxiliarii formaient bien l’un des cinq corps de lénunculaires d’Ostie, les patronats de C. Veturius Testius Amandus sont donc postérieurs. Ce même corpus existait encore quelques années plus tard, quand il s’offrit un nouvel album. Il n’en reste qu’un fragment de six noms. Des cinq derniers corporati de 200, quatre étaient encore en vie ; et au moins deux autres avaient rejoint l’association28. L’adjectif pleromarius découle du grec πλήρωμα qui peut désigner un navire, une cargaison ou un équipage complets29. Ainsi, les lenuncularii pleromarii utilisaient peut-être des lenunculi de plus grande taille, plus ou mieux équipés que les autres. Leurs barques étaient sans doute munies de gréements, quand les autres ne disposaient que de rames.

  • 30 Licordari 1987, p. 153, n° 2 (d’où AE, 1987, 194). Le corpus lenunculariorum traiectus Luculli exis (...)
  • 31 CIL, XIV, 403 : Sex(to) Pompeio Sex(ti) fil(io) / Maximo, / sacerdoti Solis In/uicti Mit(hrae), pat (...)
  • 32 Cébeillac-Gervasoni – Zevi 1976, p. 612-620 (d’où AE, 1977, 153). L’inscription cite des combats de (...)
  • 33 CIL, XIV, 425 : T(ito) Testio Helpidiano, / seuiro Aug(ustali) idem q(uin)q(uennali), / item patron (...)
  • 34 AE, 1981, 619b (titulus pictus d’une amphore Dr. 20 de Port-Vendres) ; ILAlg., II/1, 354 (Caldis) ; (...)
  • 35 CIL, XIV, 246 ; 247.
  • 36 Voir les profils de L. Furius Publicius Marcellus père et de L. Furius Publicius Marcellinus dans l (...)
  • 37 CIL, XIV, 431.

23Parmi les corpora desservant un traiectus, le corps des lenuncularii traiectus Luculli existait toujours en 217, puisqu’après cette date, il honora Gordien III d’un petit monument30. En outre, une plaque de bronze, offerte au pater patrum Sex. Pompeius Maximus par les sacerdotes Solis Inuicti Mithrae, évoque un corpus treiectus Togatensium31. Maximus en était quinquennalis. Par conjecture, il serait séduisant de placer cet hommage au IIIe siècle. Néanmoins, la prudence empêche d’exclure une datation à la fin du IIe siècle. Une seconde inscription, citant le même corps, a été considérée comme antérieure à 20032. Le sens du mot Togatenses est encore plus incertain. La langue latine recourant souvent au suffixe –enses pour former des ethniques, il est possible que les Togatenses soient les habitants d’un quartier d’Ostie ou de Portus. Pour sa part, le corpus traiectus marmorariorum devait avoir ses attaches près d’ateliers de marbriers ou sur un quai où de tels artisans se fournissaient en matériau. Il est connu par l’épitaphe dédiée au quinquennalis T. Testius Helpidianus, durant le IIe ou le IIIe siècle33. Or ce personnage porte un gentilice très rare, à Ostie et partout ailleurs dans l’empire, si bien qu’il paraît plausible qu’il soit apparenté à C. Veturius Testius Amandus, d’une manière ou d’une autre34. La gens Veturia étant représentée dans des corps de lénunculaires du IIe siècle, le chevalier de 217 pourrait être issu du milieu batelier35. L’hypothèse est d’autant plus séduisante que d’autres familles de lénunculaires présentent une trajectoire fondée sur l’endogamie sociale, le patronat d’association et l’élévation à la dignité équestre36. Enfin, une inscription acéphale gravée dans le cours du iiie siècle semble citer un dignitaire du corpus traiectus Rusticeli37.

  • 38 CIL, XIV, 5328 : M(arco) Aur[elio Caesari], / Imp(eratoris) Ca[esaris T(iti) Aeli] / Hadria[ni Anto (...)

24En fin de compte, la tentative d’identification des cinq corps défendus par C. Veturius Testius Amandus aboutit à un résultat embarrassant. L’épigraphie d’Ostie révèle l’existence de six collectivités correspondant soit à un corps de lénunculaires, soit au corps d’un embarcadère, soit à un corps de lénunculaires attachés à un embarcadère. Dès lors, trois questions surgissent. Un corps de traiectus a-t-il pu réunir non pas des lénunculaires, mais d’autres professionnels ? Un corps du IIe siècle a-t-il été dissous, ou fondu dans un autre, avant 217 ? Une fluctuation ou une modification du nom d’un ou plusieurs corps est-elle envisageable ? Rien ne permet de privilégier une hypothèse par rapport à une autre. En ce qui concerne la première, parmi les corps de traiectus, seule la dénomination du corpus scaphariorum et lenunculariorum traiectus Luculli est limpide. La restitution de s[caphariorum] est vraisemblable, sur la seule inscription conservée où le métier des corporati traiectus Rusticeli était précisé38. Toutefois, le fait que les bateliers du traiectus Luculli soient qualifiés aussi bien de lenuncularii que de scapharii et lenuncularii fait obstacle à l’exclusion du corpus traiectus Rusticeli des quinque corpora lenunculariorum. De même, la possibilité d’un lien de parenté entre T. Testius Helpidianus et C. Veturius Testius Amandus n’incite pas à douter de la présence de lénunculaires dans le corpus traiectus marmorariorum. En ce qui concerne la deuxième hypothèse, il aurait pu être séduisant de considérer le corpus lenunculariorum pleromariorum auxiliariorum comme une émanation éphémère du corpus lenunculariorum tabulariorum auxiliariorum. Cependant, aucun élément solide ne vient étayer cette théorie et l’existence du corps des pleromarii est désormais certaine, à une époque proche du patronat de C. Veturius Testius Amandus. Le mystère demeure, même si, par conjecture, la deuxième et la troisième hypothèses nous paraissent plus plausibles que la première.

  • 39 CIL, XIV, 170 = VI, 1624 : Aegippi, / L(ucio) Mussio Aemiliano, / Laurenti Lauinatium, / IIII milit (...)
  • 40 Sur la carrière de ce personnage, voir PIR2, V, 757 ; Pflaum 1961, p. 925-927, n° 349 ; Puk 2010, p (...)
  • 41 Tran 2012.

25L’hommage rendu à C. Veturius Testius Amandus invite aussi à s’interroger sur les relations qui unissaient les différentes communautés de lénunculaires d’Ostie. Il est désormais établi que la mention épigraphique de cinq corps à la fois distincts et assez proches pour se doter d’un même patron est une donnée du IIIe siècle. À ce titre, la base de 217 doit être rapprochée d’une statue de 247 ou de 24839. Par ce monument, les codicarii nauicularii et les quinque corporum nauigantes, i.e. les lénunculaires d’Ostie, honorèrent leur administrateur de tutelle. Procurator portus utrusque, le chevalier L. Mussius Aemilianus signo Aegippius avait alors autorité sur le complexe portuaire bicéphale de l’embouchure du Tibre40. Les corps de lénunculaires s’étaient-ils dotés de patrons communs avant 217 ? Il est impossible de l’exclure. Même si beaucoup d’inscriptions d’Ostie ont traversé les siècles, la documentation conservée ne fournit pas un tableau complet du milieu batelier. De surcroît, des sénateurs d’époque antonine ont assumé le patronat de plusieurs corps de lénunculaires en même temps41. Ainsi, le Picton M. Sedatius Severianus semble avoir accepté trois de ces communautés dans sa clientèle. D’autres ont protégé au moins deux collectivités. Il n’est pas impossible que la dignité de patron leur ait été proposée dans le cadre d’une démarche conjointe, unissant plusieurs associations dans un même mouvement. Toutefois rien ne prouve non plus que tous les corps de lénunculaires aient agi ainsi dès le milieu du IIe siècle.

  • 42 CIL, XIV, 352 ; RICIS, II, 503/1115 : D(ecimo) Fabio D(ecimi) filio Pal(atina) / Floro Verano, / sa (...)
  • 43 En théorie, les empereurs Marc Aurèle et Lucius Verus interdirent l’appartenance à plus d’un collèg (...)
  • 44 Bérard 2012 défend la même idée en étudiant les patrons de corps de nautes, attestés à Lyon.

26Par ailleurs, le patronat de C. Veturius Testius Amandus et l’hommage rendu à L. Mussius Aemilianus ne démontrent pas que les corps de lénunculaires formaient une véritable fédération. Un seul document pourrait apporter du crédit à une telle vision, mais il est plus tardif encore que l’hommage rendu à L. Mussius Aemilianus. D. Fabius Florus Veranus fut honoré d’une statue, en qualité de prêtre d’Isis, en 25142. La base du monument le désigne comme un nauicularius V corporum lenunculariorum Ostiensium. Avait-il été admis dans les cinq communautés à la fois, successivement ou simultanément ? Ou bien appartenait-il à l’un des cinq corps de lénunculaires ? Mais alors, pourquoi avoir choisi de ne pas préciser lequel ? Cette inscription est embarrassante, car elle ne ressemble à rien de connu. Aucun autre lenuncularius attesté n’a appartenu à plusieurs corpora distincts : le personnage honoré est donc un cas isolé43. Au total, même si les sources conservées ne rassemblent qu’une petite partie des inscriptions produites, il faut insister sur le fait que les cinq corps de lénunculaires semblent n’avoir entrepris d’actions collectives qu’à des moments ponctuels de leur histoire. Deux hommages rendus à trente ans d’intervalle et un seul patron commun ne suffisent pas à faire des cinq corps un groupement pérenne44. Au contraire, cette discontinuité incite à se demander si l’hommage de 217 et le patronat de C. Veturius Testius Amandus ne furent pas le résultat de circonstances particulières.

La défense des navigants des cinq corps de lénunculaires

  • 45 CIL, VI, 1649 : --- Capitol[i]no, [eq(uiti)] R(omano), patrono et defensori codicariorum, / [---] s (...)
  • 46 CIL, III, 1500 (hommage rendu par les negotiatores prouinciae Apulensis à leur defensor optimus).
  • 47 HA, Alex. Seu., 33.

27En plus d’être ampoulé, l’éloge adressé à C. Veturius Testius Amandus est redondant. Le chevalier fut non seulement le patron, mais encore le défenseur des lénunculaires. Un autre redoublement apparaît à travers la conjonction des verbes defendere et tueri. Cette insistance contient une part de rhétorique, mais ne s’agit-il que de cela ? Les mots employés n’ont pas été choisis au hasard, de manière irréfléchie. Le titre de patronus et defensor est rare dans l’épigraphie des associations romaines. Un buste de chevalier découvert à Rome, près des Thermes de Dioclétien, a sans doute été offert par des codicarii et des stuppatores45. Leur patronus et defensor devait résider à Rome même, dans une maison que la statue aurait décorée. Cependant, les deux collèges étaient sans doute d’Ostie : les deux professions ne sont pas attestées par ailleurs dans la capitale, alors qu’elles sont bien connues dans la colonie. Il faut beaucoup s’éloigner de l’Italie, jusqu’à Sarmizegetusa de Dacie, pour trouver un troisième témoignage épigraphique de la reconnaissance d’une association professionnelle à l’égard d’un defensor46. Enfin, selon la Vie de Sévère Alexandre, consignée dans l’Histoire Auguste, les corpora artium de la Ville auraient reçu de tels protecteurs, au moment où ils furent attribués au ressort de juges spécifiques47. Cependant, cette biographie du dernier empereur sévérien est peu fiable et, comme la décision rapportée n’a laissé aucune autre trace, des doutes sérieux pèsent sur son authenticité.

  • 48 Bloch 1953, n° 48, p. 288 : --- / [--- ad aedificanda]m et dedicandam sc[holam --- / ---] corporis (...)

28Quoi qu’il en soit, parce qu’elles sont circonstanciées, les louanges des bateliers d’Ostie se réfèrent sans doute à une ou plusieurs démarches précises : le defensor dut les entreprendre pour préserver les intérêts professionnels des lénunculaires. Qu’auraient-il pu défendre d’autre ? Un patron pouvait préserver les intérêts de l’entité associative elle-même. Les activités sociales que les corporati pratiquaient en marge de leur travail ont pu susciter des litiges ou des difficultés, nécessitant des soutiens. Ainsi, une inscription fragmentaire d’Ostie paraît mentionner, de manière malheureusement très obscure, à la fois la dédicace d’une schola et la défense d’un corpus48. Toutefois, C. Veturius Testius Amandus a protégé cinq collectivités, dont rien ne montre qu’elles n’étaient pas entièrement autonomes. A priori, elles ne semblent donc avoir en commun que la profession de leurs membres, ce qui conforte l’idée qu’elles ont dû faire appel à un patron commun pour défendre l’exercice de ce métier.

  • 49 CIL, VI, 1872 (a. 206) : Ti(berio) Claudio Esquil(ina) Seuero, / decuriali lictori, patrono / corpo (...)
  • 50 Waltzing 1895-1900, p. 193-194.
  • 51 Le Gall 1953, p. 269.
  • 52 Le « procès des foulons » fournit le parallèle d’une longue procédure impliquant un collège profess (...)
  • 53 Meiggs 19972, p. 304.

29À ce titre, la base de C. Veturius Testius Amandus peut désormais être rapprochée d’un autre monument sévérien. Onze ans auparavant, le corps des pêcheurs et des plongeurs de la Ville éleva une statue de son patron et dignitaire : Ti. Claudius Severus49. Il le remerciait de sa générosité, mais aussi d’une diligence qui avait permis l’acquisition puis la confirmation d’une nauigatio scapharum. Comme le remarquait déjà J.-P. Waltzing, cette expression ne peut guère désigner qu’un droit de navigation sur le Tibre : l’autorisation de faire usage de scaphae50. J. Le Gall a ajouté qu’aucune autre inscription ne nommait aussi précisément le corpus piscatorum et urinatorum totius aluei Tiberis, pour en tirer l’hypothèse d’une extension d’un droit de navigation (auparavant plus restreint) à toute la vallée du Tibre51. Pour obtenir cet avantage, Ti. Claudius Severus, licteur et père de chevalier, dut jouer de sa proximité à l’égard du pouvoir. En tout cas, il sut être déférent en retour, en donnant des statues de Caracalla et de Julia Domna à ses confrères. L’acquisition et la confirmation du droit de navigation des corporati permettent d’envisager la tenue de deux audiences devant l’autorité publique et peut-être, dans le cadre d’une procédure contradictoire, l’existence de deux jugements successifs : en première instance puis en appel52. Au total, la base des pêcheurs et plongeurs laisse entendre que l’administration surveillait de près la batellerie tibérine, afin de réguler l’intense trafic qui empruntait le fleuve, d’Ostie au port fluvial de Rome. À Ostie et à Portus, un détachement de la flotte de Misène était vraisembablement chargé du contrôle de la navigation et de la police portuaire53. Dès lors, il paraît vraisemblable que la défense des lénunculaires, prise en charge par C. Veturius Testius Amandus, se soit placée sur ce terrain administratif.

  • 54 Non. Marc., XIII, p. 857 (éd. Lindsay) définit le lenunculus comme un nauigium piscatorium.
  • 55 Dig., XXI, 2, 44 (Alfenus, Dig. a Paulo epit., II) ; Non. Marc., XIII, p. 858 (éd. Lindsay).
  • 56 CIL, XIV, 131 (codicari nabiculari). Les restitutions codicarii nau[icularii] sur CIL, XIV, 185 et (...)

30Le dossier des lénunculaires du IIIe siècle fait doublement écho à la nauigatio scapharum des pêcheurs et des plongeurs. Les embarcations utilisées par tous ces professionnels étaient de même type et parcouraient des chenaux identiques ou voisins54. De surcroît, il paraît plausible d’imaginer que, de manière certes beaucoup plus implicite, une question de droit d’usage du fleuve se cache derrière les honneurs décernés par les lénunculaires. Il est frappant de constater que, sur les deux inscriptions qu’ils ont commanditées, les membres des cinq corps s’affichent comme des navigants, à chaque fois. Usant d’un terme inconnu par ailleurs, les clients de C. Veturius Testius Amandus se qualifient d’uniuersi nauigiarii : ils possédaient des nauigii, des navires. Trente ans plus tard, sur la base de L. Mussius Aemilianus, les lénunculaires se définirent non pas comme tels, mais comme des nauigantes issus de cinq corps distincts. La manière dont l’identité professionnelle de D. Fabius Florus Veranus est citée diffère sans doute moins qu’il n’y paraît des hommages rendus par les nauigiarii et les nauigantes. Jusqu’à maintenant, les commentateurs ont regardé le prêtre d’Isis comme un armateur en batellerie, en mettant l’emploi du mot nauicularius sur le compte de l’emphase : le thuriféraire du prêtre d’Isis aurait voulu le hisser au niveau de prestige d’un « vrai » naviculaire, dont le métier consistait à armer des navires au long cours. Toutefois, à bien y réfléchir, une hypothèse alternative a le mérite d’être plus simple. Le diminutif nauicula désigne une petite embarcation et deux textes décrivent les scaphae comme des nauiculae55. Dès lors, sur l’inscription de 251, nauicularius n’est sans doute qu’un synonyme de scapharius ou de lenuncularius. Son usage pour désigner un batelier, sans connotation méliorative particulière, ne paraît pas si isolé dans l’épigraphie d’Ostie. Parce qu’ils possédaient des naues codicariae que des haleurs menaient jusqu’à Rome, les codicarii d’Ostie se dirent parfois codicarii nauicularii56. Il semble plus plausible d’y voir une allusion à leurs embarcations fluviales, qu’au métier d’armateur. En somme, s’il était bien un armateur en batellerie et certainement pas un rameur, D. Fabius Florus Veranus fit définir son identité professionnelle par une référence à la navigation.

  • 57 Bloch 1953, n° 45 (d’où AE, 1955, 184).

31La navigation sur le Tibre, telle que les lénunculaires d’Ostie la pratiquait, était-elle soumise à la délivrance d’autorisations administratives ? Il faut avouer qu’au-delà de la base du corpus piscatorum et urinatorum de Rome, les indices disponibles sont ténus. Ils se résument à une hypothèse de restitution d’un hommage rendu à Hadrien, entre 126 et 13857. Il était gravé sur une plaque de marbre brisée à gauche et à droite, découverte en 1938 dans la partie méridionale du Piazzale delle corporazioni.

[---]PARTHICI • F • DIVI • NERṾ[---]

[---]NTIF • MAX • TRIB • POSTEST • X̣[---]

[---]BVS • COIRE • ET • ALVEO • TIBERỊṢ[---]

4

[---]CESSV EST

32L. 2 : le fragment du X final est surmonté d’un tilde. L. 3 : le I et le S finaux sont très endommagés. L. 4 : mise en page centrée.

[Imp(eratori) Caes(ari) diui Traiani] Parthici f(ilio), diui Neru(ae) [nep(oti)]

[Traiano Hadriano Aug(usto), po]ntif(ici) max(imo), trib(unicia) potest(ate) X[I---, co(n)s(uli) III,]

[corpus codicar(iorum) nauicular(iorum) ? qui]bus coire et alueo Tiberis [nauigare ?]

4

[con]cessu(m)] est.

À l’empereur César Trajan Hadrien Auguste, fils du divin Trajan Parthique, petit-fils du divin Nerva, grand pontife, dans sa …ème puissance tribunicienne, trois fois consul, le corps des codicaires naviculaires ( ?) à qui il est permis de s’assembler et de naviguer ( ?) sur le chenal du Tibre.

  • 58 Sen., Dial., XII, 9, 1 ; Plin., NH, VI, 165.

33Le commentaire proposé par H. Bloch repose sur les remarques suivantes. À la deuxième ligne, le X final permet de dater l’inscription entre 126 et 138, soit entre les onzième et vingt-deuxième puissances tribuniciennes d’Hadrien. Le fragment est large de cinquante-quatre centimètres, mais les restitutions vraisemblables impliquent que le monument en mesurait près de cent quarante. La lacune gauche de la troisième ligne doit donc être évaluée à vingt-six lettres environ. L’alueus Tiberis ne peut désigner autre chose que le lit du fleuve ou son chenal. Il ne peut donc pas être question d’une localisation de siège de collège, qui aurait été indiquée par une expression telle que ad Tiberim ou ad ripam Tiberis. En revanche, plusieurs textes littéraires évoquent l’alueus d’un fleuve en parlant de sa navigabilité58. D’où la restitution de [nauigare ?], conforme à l’ampleur de la lacune. H. Bloch s’interroge ensuite sur la possibilité d’identifier les dédicants à des lenuncularii, mais les noms officiels des divers corpora lenunculariorum lui semblent trop longs, au regard du vide à combler. Se fondant sur le lieu de découverte, il préfère donc considérer la plaque comme l’expression possible des nauicularii et negotiantes du Piazzale.

  • 59 CIL, XIV, 4549, 43 : [c]odicarii de suo. Le C qui apparaît aujourd’hui sur la mosaïque correspond à (...)

34La restitution de [nauigare ?] emporte l’adhésion. Au manque de parallèles directs répond, en effet, l’absence de solutions alternatives. Surtout, les activités à pratiquer sur l’alueus d’un fleuve ne sont pas légions. En revanche, que les naviculaires et les négociants de la porticus ad scaenam, et non des bateliers, aient salué l’empereur Hadrien est beaucoup moins convaincant. Le seul argument avancé par H. Bloch (le lieu de découverte) est faible, car les stationes du Piazzale abritaient des professionnels non seulement de l’armement maritime et du grand commerce, mais aussi de la navigation fluviale. Comme l’indique la mosaïque dont ils se dotèrent à leurs frais, les codicarii occupaient l’une d’elles59. Leur mention sur la plaque dédiée au prince est donc crédible, d’autant plus qu’elle concorderait bien avec la taille de la lacune. Des vingt-six lettres envisagées par H. Bloch, il convient d’en retrancher trois : les Q, V et I de [--- qui]bus. Dès lors, les nominatifs pluriels codicarii nauicularii n’ont pu couvrir un espace suffisant. Aussi faut-il préférer restituer le nominatif singulier corpus, abrégé ou non, suivi de deux ou trois génitifs abrégés. Les syntagmes corpus codicar(iorum) nauicular(iorum) et corp(us) codicar(iorum) nauicular(iorum) Ost(iensium) réunissent vingt-deux et vingt-trois lettres.

  • 60 CIL, XIV, 131 : Restitutori publicae / libertatis, defensori / urbis Romae, communis / omnium salut (...)
  • 61 CIL, XIV, 185 = VI, 1639 : --- praeff. prae[t(orio), em(inentissim.) u(ir.) / ---] codicari(i) nau[ (...)

35En outre, deux inscriptions plus tardives des codicarii nauicularii se réfèrent à des portions de la vallée du Tibre. Restaurateur de la liberté publique et défenseur de la ville de Rome, après la victoire du Pont Milvius, Constantin reçut un témoignage de loyalisme des codicarii nauicularii infernates : du cours inférieur du Tibre60. Sur un fragment de table de marbre mentionnant les préfets du prétoire, les mêmes se présentèrent sans doute comme les codicarii nauicularii naviguant infra pontem S[ublicium] : en aval du port fluvial de la Ville61. Ces précisions ne sont sans doute pas purement descriptives. Elles rappellent la manière dont les piscatores et urinatores totius aluei Tiberis sont nommés sur la base de Ti. Claudius Severus et donc la nauigatio scapharum reconnue à ces professionnels. Comme les pêcheurs et les plongeurs, les codicaires étaient vraisemblablement titulaires d’une autorisation officielle de navigation sur le Tibre.

  • 62 Sur l’attention portée par les Sévères au droit des associations, voir Bendlin 2011, p. 244-245.

36En allait-il ainsi pour les lénunculaires ? D’un point de vue strictement technique, il serait possible de restituer des formules telles que lenuncularii et scapharii, lenuncularii corporum quinque ou V corpora lenunculariorum sur l’hommage rendu à Hadrien. Toutefois, le faisceau d’indices présenté à l’instant conduit à privilégier la piste des codicaires. Il n’empêche que les mêmes éléments incitent à penser que l’État romain surveillait de près l’ensemble de la batellerie ostienne et tibérine. Aussi est-il vraisemblable que les métiers de piscator, d’urinator, de codicarius et de lenuncularius aient été soumis au même type d’encadrement administratif. Pour protéger les intérêts des navigants rassemblés dans les cinq corps de lénunculaires, le defensor C. Veturius Testius Amandus est sans doute intervenu auprès des autorités administratives et/ou judiciaires, parce qu’une question relative à cet encadrement se posait avec une acuité particulière. Est-il intervenu en faveur non seulement des lénunculaires, mais aussi des codicaires ? Selon moi, ces derniers faisaient également partie de sa clientèle et furent signalés comme tels sur la base érigée par les lénunculaires. L’idée d’une remise à plat de toutes les autorisations de navigation sur le Tibre à l’époque des patronats de C. Veturius Testius Amandus ne paraît donc pas absurde, bien qu’invérifiable62.

  • 63 Mommsen 1891, p. 146-149 ; CIL, VI, 29814 : co/ns/tit//iones // corporis / munimenta ; Friggeri 200 (...)
  • 64 CIL, VI, 29815 : c/o/[n/s]/t/i/t/u/t/i/o/n/es // corp(oris) munimenta.

37Les décisions impériales obtenues grâce à la diligence du defensor auraient pu être archivées, selon les modalités représentées par une sculpture attribuée au IIIe siècle63. Au pied du togatus honoré est représenté un coffret (scrinium), contenant des documents garantissant à une association la jouissance de droits et de privilèges (munimenta corporis), sur lequel repose quatre rouleaux. Des lettres inscrites sur leur tranche indiquent qu’il s’agit de constitutiones. Un fragment d’une autre sculpture représente le même scrinium renfermant des corporis munimenta et les mêmes rouleaux64. Les deux compositions ne diffèrent que par l’abréviation de corp(oris) et par la répartition des lettres de constitutiones sur les uolumina. Or le fragment sculpté a été extrait du lit du Tibre, à proximité de l’église San Salvatore in Onda. Il n’est donc pas impossible que le groupe statuaire provienne d’un siège de corpus situé sur les berges du fleuve. De là à imaginer qu’il s’agissait d’un corps de bateliers... il y a un pas que l’on hésite à franchir.

  • 65 CIL, XII, 672.
  • 66 CIL, III, 14165, 8.
  • 67 Christol 1982, p. 13 (repris dans Christol, 2010, p. 602) ; Virlouvet, 2004, p. 358-362 ; Tran (à p (...)

38Pour s’en tenir à des hypothèses scientifiques sans basculer dans le roman, il convient de ne pas aller plus loin. Le point atteint permet tout de même d’entrevoir le rôle joué par les corpora et leurs patrons dans la défense d’intérêts professionnels. Les associations étaient susceptibles de peser sur les décisions publiques. Ce poids était plus lourd encore, quand plusieurs corpora s’unissaient pour trouver une écoute attentive auprès du pouvoir. À ce titre, comme beaucoup l’ont déjà fait, il convient de rapprocher les cinq corps de lénunculaires d’Ostie des cinq corps de naviculaires, cités sur une base honorifique d’Arles65 et sur une plaque découverte à Beyrouth66, mais mentionnant les naviculaires arlésiens. Les deux documents datent probablement du tournant des IIe et IIIe siècles. Rédigé entre 198 et 203, le second résulte d’une supplique adressée au préfet de l’annone, sous la forme d’un décret des corporati arlésiens. Elle visait à obtenir des garanties pour les armateurs en contrat avec l’État. À la suite de M. Christol et de C. Virlouvet, j’ai tenté d’identifier les cinq corps naviculaires, non pas à cinq communautés d’Arles, mais à cinq communautés d’origine différente, dont l’une seulement était arlésienne67. Tout dépend du sens donné à l’expression nauicularii marini Arelatenses quinque corporum.

39Or, une fois attribuée à l’année 217, la base de C. Veturius Testius Amandus éclaire d’un jour nouveau le rapport potentiel entre les dossiers des armateurs d’Arles et des bateliers d’Ostie. Les rares mentions des cinq corps de naviculaires sont antérieures d’une quinzaine d’années au moins et, comme nous l’avons vu, rien ne prouve que les corps de lénunculaires aient agi de concert, de manière régulière ou ponctuelle, avant la deuxième décennie du IIIe siècle. L’idée que les naviculaires d’Arles aient pu copier l’organisation ou la démarche des lénunculaires d’Ostie ne peut donc s’appuyer sur les sources disponibles. Au contraire, l’état actuel de la documentation laisse à penser que seuls les lénunculaires ont pu imiter les naviculaires. Dès lors, il semble préférable d’imaginer les bateliers d’Ostie suivre la démarche des corpora nauiculariorum de cinq ports (ou régions portuaires) essentiels pour l’annone, et non copier l’organisation interne de naviculaires d’un port gaulois. En fin de compte, le ferment d’unité entre les cinq corps de naviculaires et les cinq corps de lénunculaires d’Ostie résiderait dans un statut commun à chaque profession, issu de relations spécifiques avec l’administration impériale et dépassant un cloisonnement maintenu entre plusieurs corpora. À ce statut se seraient attachés des intérêts que le recours à des patrons communs et/ou à des formes d’expression collectives aurait permis de défendre avec plus d’efficacité. D. Fabius Florus Veranus avait sans doute ce droit de navigation partagé en tête, quand il se fit dire nauicularius V corporum lenunculariorum Ostiensium, et non membre d’un corps spécifique.

Top of page

Bibliography

Alföldy 1977 = G. Alföldy, Konsulat und Senatorenstand unter den Antoninen : prosopographische Untersuchungen zur senatorischen Führungsschicht, Bonn, 1977.

Bendlin 2011 = A. Bendlin, Associations, Funerals, Sociality, and Roman Law : The collegium of Diana and Antinous in Lanuvium (CIL 14.2112) Reconsidered, dans M. Öhler (ed.), Aposteldekret und antikes Vereinswesen : Gemeinschaft und ihre Ordnung, Tübingen, 2011, p. 207-296.

Bérard 2012 = Fr. Bérard, Les corporations de transport fluvial à Lyon, à l’époque romaine, dans M. Dondin-Payre, N. Tran (éd.), Collegia. Le phénomène associatif dans l’Occident romain, Bordeaux, 2012, p. 135-154.

Bloch 1953 = H. Bloch, Iscrizioni rinvenute tra il 1930 e il 1939, dans NSA, 78, 1953, p. 239-306.

Cébeillac-Gervasoni – Zevi 1976 = M. Cébeillac-Gervasoni, F. Zevi, Révision et nouveautés pour trois inscriptions d’Ostie, dans MÉFRA, 88, 2, 1976, p. 607-637.

Chausson 1996 = Fr. Chausson, Un portrait de groupe avec dame : autour de Cornelia Praetextata, dans CCG, 7, 1996, p. 319-368.

Christol – Fruyt 2009 = M. Christol, M. Fruyt, Neptune : étude épigraphique, dans L. Long, P. Picard (éd.), César. Le Rhône pour mémoire, Arles, 2009, p. 104-109.

Christol 1982 = M. Christol, Les naviculaires d’Arles et les structures du grand commerce maritime, dans Provence historique, 32, 1982, p. 5-14.

Christol 2010 = M. Christol, Une histoire provinciale. La Gaule narbonnaise de la fin du IIe siècle av. J.-C. au IIIe siècle ap. J.-C., Paris, 2010.

De Salvo 1992 = L. De Salvo, Economia privata e pubblici servizi nell’impero romano. I corpora naviculariorum, Messine, 1992.

Friggeri 2001 = R. Friggeri, La collezione epigrafica del Museo nazionale romano alle Terme di Diocleziano, Rome, 2001.

Herz 1994 = P. Herz, Kollegien in Ostia. Gedanken zu den Inschriften CIL XIV 250 und 251, dans R. Günther, S. Rebenich (éd.), E fontibus haurire. Beiträge zur römischen Geschichte und zu ihren Hilfswissenschaften (Heinrich Chantraine zum 65. Geburtstag), Paderborn-etc., 1994, p. 295-325.

Lanciani 1880 = R. Lanciani, Ostia, dans NSA, 1880, p. 469-478.

Lanciani 1886 = R. Lanciani, Ostia, dans NSA, 1886, p. 56-57.

Le Gall 1953 = J. Le Gall, Le Tibre, fleuve de Rome dans l’Antiquité, Paris, 1953.

Leunissen 1989 = P. M. M. Leunissen, Konsul und Konsulare in der Zeit von Commodus bis Severus Alexander (180-235 n. Chr.). Prosopographische Untersuchungen zur senatorischen Elite im römischen Kaiserreich, Amsterdam, 1989.

Licordari 1987 = A. Licordari, I lenuncularii traiectus Luculli ad Ostia, dans MGR, 12, 1987, p. 149-161.

Meiggs 19972 = R. Meiggs, Roman Ostia, Oxford, 19972.

Mommsen 1891 = Th. Mommsen, Constitutiones corporis munimenta, dans ZRG, 12, 1891, p. 146-149 ( = Juristische Schriften, Berlin, 1907, III, p. 286-289).

Pavis D’Escurac 1976 = H. Pavis D’Escurac, La préfecture de l’annone : service administratif impérial d’Auguste à Constantin, Rome, 1976 (BEFAR, 226).

Pensabene 2007 = P. Pensabene, Ostiensium marmorum decus et decor : studi architettonici, decorativi e archeometrici, Rome, 2007.

Pflaum 1961 = H.-G. Pflaum, Les carrières procuratoriennes équestres sous le Haut-Empire romain, Paris, 1961.

Puk 2010 = A. Puk, Some Thoughts on the Procuratorship Alexandriae Pelusi Paraetoni, dans Tyche, 25, 2010, p. 89-98.

Royden 1988 = H. L. Royden, The Magistrates of the Roman Professional Collegia in Italy from the First to the Third Century A.D., Pise, 1988.

Schwarz 1976 = J. Schwarz, Préfecture d’Égypte et intérim, dans ZPE, 20, 1976, p. 101-107.

Tran 2006 = N. Tran, Les membres des associations romaines : le rang social des collegiati en Italie et en Gaule sous le Haut-Empire, Rome, 2006 (Collection de l’École française de Rome, 367).

Tran 2007 = Ν. Tran, Le « procès des foulons ». L’occupation litigieuse d’un espace vicinal par des artisans romains, dans MÉFRA, 119, 2, 2007, p. 597-611.

Tran 2012 = N. Tran, Un Picton à Ostie : M. Sedatius Severianus et les corps de lénunculaires sous le principat d’Antonin le Pieux, dans RÉA, 114, 2, 2012, p. 323-344.

Tran (à p.) = N. Tran, The Social Organization of Trade and Craftsmanship in Ancient Arles : Heterogeneity, Hierarchy and Patronage, à paraître dans M. Flohr, A. Wilson (ed.), Beyond Marginality : Craftsmen, Traders and the Socioeconomic History of Roman Urban Communities, Oxford.

Virlouvet 2004 = C. Virlouvet, Les naviculaires d’Arles : à propos de l’inscription de Beyrouth, dans MÉFRA, 116, 1, 2004, p. 327-370.

Waltzing 1895-1900 = J.-P. Waltzing, Étude historique sur les corporations professionnelles chez les Romains, 4 vol. , Louvain, 1895-1900.

Zevi 2001 = F. Zevi, Iscrizioni e personaggi nel Serapeo, dans R. Mar (éd.), El santuario de Serapis en Ostia, Tarragone, 2001, p. 171-200.

Top of page

Notes

1 Lanciani 1880, p. 469-470 (pour les circonstances de découverte) et 477, n° 12 (pour la transcription du texte).

2 Lanciani 1886, p. 56.

3 Pensabene 2007, p. 425, n° 15 : « Le modenature sporgenti del basamento e del coronamento sono state scalpellate. Il retro conserva parte della superficie originaria scalpellata a subbia grande, ma sembra essere stato leggermente ribassato. Il fianco sinistro è stato del tutto ribassato in modo da asportare anche il margine dell’incorniciatura del campo epigrafico sul fronte. Il fianco destro conserva la superficie originaria del campo centrale, eccetto il terzo superiore dove viene parzialmente eliminata l’iscrizione con la data consolare di cui resta l’inizio di due righe ». La notice donne en outre les dimensions suivantes : h. 137 cm, l. 71 cm, ép. 51 cm.

4 Tran 2012 rejette l’hypothèse d’une correction apportée à l’hommage de C. Veturius Testius Amandus.

5 La transcription proposée par H. Dessau est la suivante : Ded[--- Annio Largo], / Pra[stina Messalino], co(n)[s(ulibus)]. Sur les noms des deux consuls, voir Alföldy 1977, p. 152.

6 Tran 2006, p. 82-83.

7 Tran 2012 examine cette documentation en détail.

8 CIL, XIV, 250. Sur ce corpus, voir notamment Herz 1994, p. 295-325.

9 Royden 1988, p. 33 ; Tran 2012.

10 CIL, XIV, 246.

11 CIL, XIV, 247 ; Royden 1988, p. 37 ; Tran 2012.

12 Zevi 2001, p. 190-191 et 211, fig. 16 (inv. 6612) ; d’où AE, 2001, 622. Le cognomen Amandus apparaît au sommet d’un autre fragment d’album inédit (inv. 6394), en cours d’étude.

13 CIL, XIV, 251.

14 Ce personnage est identifié au père homonyme d’un clarissimus puer qui chanta lors des Jeux Séculaires de 204 : voir Chausson 1996, p. 335, avec la bibliographie antérieure.

15 Voir Schwarz 1976, p. 102 : le personnage est cité par P. Oxy. XLIII, 3117. Si cette hypothèse d’identification était exacte, on pourrait rapprocher ce Callistianus de L. Mussius Aemilianus qui, une trentaine d’années plus tard, fut le protecteur de bateliers d’Ostie (dans l’exercice de ses fonctions de procurator utrusque portus, en ce qui le concerne), avant d’être appelé à de hautes fonctions dans la province d’Égypte : voir infra. Dans la seconde moitié du IIe siècle, M. Petronius Honoratus fut préfet de l’annone et patron des negotiatores olearii ex Baetica, avant de devenir préfet d’Égypte (CIL, VI, 1625b). De même, le célèbre juriste L. Volusius Maecianus fut préfet de l’annone et patron des lenuncularii tabularii auxiliarii (CIL, XIV, 250, a. 152), avant de devenir préfet d’Égypte en 161 : sur ce personnage, voir e.g. Pflaum 1961, n° 141, p. 333-336. La promotion d’anciens préfets de l’annone au gouvernement de l’Égypte était très ordinaire dans les carrières équestres : voir Pavis D’Escurac, 1976, p. 79-81.

16 Bloch 1953, n° 42, p. 278-282. Quatre colonnes paraissent entièrement perdues.

17 Trois fragments publiés séparément par L. Wickert appartiennent en fait à la même liste (CIL, XIV, 4567+4568).

18 CIL, XIV, 246, cite de tels quinquennalic(ii).

19 En revanche, un L. Messen[ius ---] et un L. Sorn[---] sont cités en troisième et quatrième positions sur un fragment d’album énumérant quatre noms (CIL, XIV, 4585). D’après le fac-similé du CIL, le N de SORN doit être endommagé : il a pu s’agir d’un M.

20 Leunissen 1989, p. 136.

21 Christol – Fruyt 2009, p. 104-109.

22 Le Gall 1953, p. 220 : « [les lénunculaires] sont complètement inconnus à Rome, donc leur rôle était spécifiquement local : ils assuraient le service du port ». Voir aussi, De Salvo 1992, p. 148.

23 Str., V, 3, 5 : πόλεις δ᾽ ἐπὶ θαλάττῃ μὲν τῶν Λατίνων εἰσὶ τά τε Ὤστια, πόλις ἀλίμενος διὰ τὴν πρόσχωσιν ἣν ὁ Τίβερις παρασκευάζει πληρούμενος ἐκ πολλῶν ποταμῶν: παρακινδύνως μὲν οὖν ὁρμίζονται μετέωρα ἐν τῷ σάλῳ τὰ ναυκλήρια, τὸ μέντοι λυσιτελὲς νικᾷ: καὶ γὰρ ἡ τῶν ὑπηρετικῶν σκαφῶν εὐπορία τῶν ἐκδεχομένων τὰ φορτία καὶ ἀντιφορτιζόντων ταχὺν ποιεῖ τὸν ἀπόπλουν πρὶν ἢ τοῦ ποταμοῦ ἅψασθαι, καὶ μέρους ἀποκουφισθέντος εἰσπλεῖ καὶ ἀνάγεται μέχρι τῆς Ῥώμης, σταδίους ἑκατὸν ἐνενήκοντα. « Entre les villes latines du bord de la mer, citons d’abord Ostie. Ostie n’a pas de port à cause des dépôts d’alluvions sans cesse croissants que provoque le Tibre gonflé de ses nombreux affluents. Les navires restent par conséquent au large et y mouillent en grande rade. Cette opération est périlleuse, il est vrai, mais l’appât du profit a raison des dangers et, en effet, les innombrables barques à rame qui déchargent les cargaisons et en apportent d’autres en échange permettent aux navires de repartir rapidement, sans avoir à s’exposer au courant du fleuve. Certains d’entre eux, aussi, s’allègent d’une partie de leur chargement et pénètrent ensuite dans l’embouchure du Tibre pour remonter jusqu’à Rome à 190 stades de là » (trad. Fr. Lasserre, CUF, 1967).

24 RIC, 178. Un médaillon à l’effigie de Commode et un bas-relief de l’Isola Sacra présentent le même type de barques : voir Le Gall 1953, pl. XXIX.

25 Dig., XIV, 2, 4 pr. (Callistrat., Quaest., 2) : Nauis onustae leuandae causa, quia intrare flumen uel portum non potuerat cum onere, si quaedam merces in scapham traiectae sunt, ne aut extra flumen periclitetur aut in ipso ostio uel portu, eaque scapha summersa est, ratio haberi debet inter eos, qui in naue merces saluas habent, cum his qui in scapha perdiderunt, proinde tamquam si iactura facta esset : idque Sabinus quoque libro secundo responsorum probat. Les urinatores d’Ostie (CIL, XIV, 4620 ; AE, 1982, 131) étaient chargés de récupérer des marchandises jetées à la mer : peut-être le faisaient-ils parfois dans des circonstances comparables à celles que décrit Callistrate.

26 Le traiectus Rusticeli se trouvait probablement sur les praedia Rusticeliana qui, en 205, faisaient partie du domaine public (voir CIL, XIV, 4570 : un esclave impérial y assigne un locus à des cultores). Le traiectus Luculli se trouvait probablement près de l’endroit où ses lenuncularii construisirent leur siège, avec la permission du curateur des rives du Tibre (CIL, XIV, 5320).

27 CIL, XIV, 252.

28 CIL, XIV, 253.

29 De Salvo 1992, p. 154-157.

30 Licordari 1987, p. 153, n° 2 (d’où AE, 1987, 194). Le corpus lenunculariorum traiectus Luculli existait sans doute déjà, avant la mise en service du port de Trajan. Le monument dédié à Gordien III a été gravé entre 238 et 244.

31 CIL, XIV, 403 : Sex(to) Pompeio Sex(ti) fil(io) / Maximo, / sacerdoti Solis In/uicti Mit(hrae), patri patrum, / q(uin)q(uennali) corp(oris) treiect(us) Toga/tensium, sacerdo/tes Solis Inuicti M(ithrae) / ob amorem et meri/ta eius semper ha/bet. Le même personnage apparaît sur CIL, XIV, 4314.

32 Cébeillac-Gervasoni – Zevi 1976, p. 612-620 (d’où AE, 1977, 153). L’inscription cite des combats de femmes gladiateurs que Septime Sévère aurait interdits.

33 CIL, XIV, 425 : T(ito) Testio Helpidiano, / seuiro Aug(ustali) idem q(uin)q(uennali), / item patrono et q(uin)q(uennali) / corporis treiectus / marmorariorum, / IIII Testii Helpidianus, / Priscus, Priscianus / et Felix, fili(i) et heredes / patri dulcissimo. Le gentilice Testius n’est pas attesté par ailleurs à Ostie, si ce n’est par CIL, XIV, 4144. Nous n’en avons pas trouvé d’occurrences à Rome.

34 AE, 1981, 619b (titulus pictus d’une amphore Dr. 20 de Port-Vendres) ; ILAlg., II/1, 354 (Caldis) ; CIL, II2/1, 86 (de Séville).

35 CIL, XIV, 246 ; 247.

36 Voir les profils de L. Furius Publicius Marcellus père et de L. Furius Publicius Marcellinus dans le corpus lenunculariorum tabulariorum auxiliariorum (CIL, XIV, 251) : Tran 2006, p. 431-437.

37 CIL, XIV, 431.

38 CIL, XIV, 5328 : M(arco) Aur[elio Caesari], / Imp(eratoris) Ca[esaris T(iti) Aeli] / Hadria[ni Antonini Aug(usti)] / Pii [p(atris) p(atriae) filio], / M(arcus) Mar[ius ---], / seuir A[ugustalis ---], / corpori s[caphariorum] / traiec[tus Rusticeli cum ? ou nomine], / M(arco ou -arci) Ma[rio ou -ri M(arci) f(ilio ou -ilii) Pal(atina)] / Prim[itiuo ou -itiui filio ou filii]. Le S n’a été lu que partiellement par L. Wickert qui restitue, en conséquence, [scaph]ariorum sur CIL, XIV, 5327.

39 CIL, XIV, 170 = VI, 1624 : Aegippi, / L(ucio) Mussio Aemiliano, / Laurenti Lauinatium, / IIII milit(iarum), u(iro) e(gregio), praef(ecto) uehicul(orum) / trium prou(inciarum) Gall(iae) Lugdunens(is), / Narbonens(is) et Aquitanic(ae) / ad (sestertium) (sexaginta milia), proc(uratori) Alex(andriae), Pelusi, Paraet(oni) ad (sestertium) (centum milia), proc(uratori) portus utrusq(ue) ad (sestertium) (ducenta milia ?), uiro innocentissimo, codicarii nauicularii et / quinq(ue) corp(orum) nauigantes ob / insignem eius erga se / beniuolentiam ac singu/larem abstinentiam. // Dedic(ata) XV Kal(endas) Iun(ias) / dd(ominis) nn(ostris) [[Philippis]] / Augg(ustis) co(n)s(ulibus), / curant(ibus) Nun(nidio ?) Hermogen[e] / <N>un(nidi) l(iberto) <et> Paulino Coz[mo]. L’inscription a été trouvée à Rome, mais avec plusieurs autres inscriptions provenant elles aussi d’Ostie. Elle date du 18 mai 247 ou 248.

40 Sur la carrière de ce personnage, voir PIR2, V, 757 ; Pflaum 1961, p. 925-927, n° 349 ; Puk 2010, p. 89-98, pl. 12-13. Il est possible que la procuratèle utrusque portus ait auparavant été attribuée à des affranchis impériaux : voir le développement de proc(urator) p(ortus) u(trusque) sur CIL, VI, 1020 (dédiée à Vibia Aurelia Sabina, fille de Marc Aurèle) et XIV, 125 (a. 224). Après sa procuratèle ducénaire exercée à Ostie, Aemilianus retourna en Égypte, pour y être sous-préfet puis préfet. Durant les troubles suscités par la capture de Valérien, en 260, il prit parti pour les usurpateurs Macrianus et Quietus, avant de prendre lui-même la pourpre. Cela lui valut finalement d’être exécuté, sur ordre de Gallien.

41 Tran 2012.

42 CIL, XIV, 352 ; RICIS, II, 503/1115 : D(ecimo) Fabio D(ecimi) filio Pal(atina) / Floro Verano, / sacerdot(i) sanct(ae) Reg[in(ae)], / iudicio maiestatis eius / elect(o) Anubiaco, prima / <<dec(urioni) Laur(entium) uic(o) Aug(ustali) quatterui(ro)>>, / nauiculario V corpor(orum) / lenunculariorum Ost(iensium), / honorib(us) ac munerib(us) / omnib(us) funct(us), sodali / corp(orum) V region(um) col(oniae) Ost(iensium), / huic statuam Flauius / Moschylus, u(ir) c(larissimus), Isiacus / huius loci, memor eius / sanctimoniae castitat(is), / testament(o) suo co(n)stitui / ab heredib(us) suis iussit, / patrono munditiario, / b(ene) m(erenti), / l(oco) d(ato) d(ecreto) d(ecurionum) p(ublice). // Ob honore(m) quo die sacerd(os) fa[ctus est ?], / dedicat(um) XVII Kal(endas) A[---] / ter et semel / co(n)s(ulibus), / locus datus a(b) Iulio / Faustino, pont(ifice) Vulk(ani) [et] / aed(ium) sacrar(um), permisit / act(or) Fl(aui) Moscyli, / sub q(uin)q(uennalitate) c(ensoriae) p(otestatis) / Q(uinti) Veturi Firmi Felicis / Socratis et / L(uci) Flori Euprepetis, / ob cuius dedicatione(m) / dedit decurionibus (denarios) III cum officio basilices.

43 En théorie, les empereurs Marc Aurèle et Lucius Verus interdirent l’appartenance à plus d’un collège licite (Dig., XLVII, 22, 1, 2), mais cette règle semble avoir été peu respectée.

44 Bérard 2012 défend la même idée en étudiant les patrons de corps de nautes, attestés à Lyon.

45 CIL, VI, 1649 : --- Capitol[i]no, [eq(uiti)] R(omano), patrono et defensori codicariorum, / [---] stuppatorum patrono.

46 CIL, III, 1500 (hommage rendu par les negotiatores prouinciae Apulensis à leur defensor optimus).

47 HA, Alex. Seu., 33.

48 Bloch 1953, n° 48, p. 288 : --- / [--- ad aedificanda]m et dedicandam sc[holam --- / ---] corporis defend[--- / --- pecu]nias contuleru[nt --- / --- Li]cinianus HS DCCC n(ummum).

49 CIL, VI, 1872 (a. 206) : Ti(berio) Claudio Esquil(ina) Seuero, / decuriali lictori, patrono / corporis piscatorum et / urinator(um), q(uin)q(uennali) III eiusdem corporis, / ob merita eius, / quod hic primus statuas duas una / Antonini Aug(usti), domini n(ostri), aliam Iul(iae) / Augustae, dominae nostr(ae), s(ua) p(ecunia) p(osuerit), / una cum Claudio Pontiano, filio / suo, eq(uite) Rom(ano) ; et hoc amplius eidem / corpori donauerit HS X mil(ia) n(ummum), / ut ex usuris eorum quodannis / natali suo, XVII K(alendas) Febr(uarias), / sportulae uiritim diuidantur / praesertim ; cum nauigatio sca/pharum diligentia eius adquisita / et confirmata sit, ex decreto / ordinis corporis piscatorum / et urinatorum totius alu(ei) Tiber(is) / quibus ex s(enatus) c(onsulto) coire licet, s(ua) p(ecunia) p(osuerunt). // Dedic(ata) XVI K(alendas) Sept(embres), Nummio Albino et Fuluio Aemiliano co(n)s(ulibus), / praesentibus / Iuuentio Corneliano et / Iulio Felicissimo, / patronis, / quinquennalib(us) / Claudio Quintiano et / Plutio Aquilino, / curatorib(us) / Aelio Augustale et / Antonio Vitale et / Claudio Crispo.

50 Waltzing 1895-1900, p. 193-194.

51 Le Gall 1953, p. 269.

52 Le « procès des foulons » fournit le parallèle d’une longue procédure impliquant un collège professionnel, entre 226 et 244 : sur ce dossier célèbre (CIL, VI, 266), voir e.g. Tran 2007.

53 Meiggs 19972, p. 304.

54 Non. Marc., XIII, p. 857 (éd. Lindsay) définit le lenunculus comme un nauigium piscatorium.

55 Dig., XXI, 2, 44 (Alfenus, Dig. a Paulo epit., II) ; Non. Marc., XIII, p. 858 (éd. Lindsay).

56 CIL, XIV, 131 (codicari nabiculari). Les restitutions codicarii nau[icularii] sur CIL, XIV, 185 et [codica]ri nauicul[ari] sont donc, respectivement, très probable et plausible. AE, 1974, 123bis cite un nauicularius lyntrarius.

57 Bloch 1953, n° 45 (d’où AE, 1955, 184).

58 Sen., Dial., XII, 9, 1 ; Plin., NH, VI, 165.

59 CIL, XIV, 4549, 43 : [c]odicarii de suo. Le C qui apparaît aujourd’hui sur la mosaïque correspond à une restauration moderne.

60 CIL, XIV, 131 : Restitutori publicae / libertatis, defensori / urbis Romae, communis / omnium salutis auctori, / d(omino) n(ostro) Imp(eratori) Fl(auio) Val(erio) Constantino, / Pio, Felici, Inuicto, semper Aug(usto), / codicari nabiculari / infernates, deuoti n(umini) m(aiestati)q(ue) eius, / curante Aur(elio) Victoriano, u(iro) p(erfectissimo), / praef(ecto) ann(onae).

61 CIL, XIV, 185 = VI, 1639 : --- praeff. prae[t(orio), em(inentissim.) u(ir.) / ---] codicari(i) nau[icularii --- / ---] infra pontem S[ublicium / ---]foti auxil[io --- / ---] patrono p[---].

62 Sur l’attention portée par les Sévères au droit des associations, voir Bendlin 2011, p. 244-245.

63 Mommsen 1891, p. 146-149 ; CIL, VI, 29814 : co/ns/tit//iones // corporis / munimenta ; Friggeri 2001, p. 138.

64 CIL, VI, 29815 : c/o/[n/s]/t/i/t/u/t/i/o/n/es // corp(oris) munimenta.

65 CIL, XII, 672.

66 CIL, III, 14165, 8.

67 Christol 1982, p. 13 (repris dans Christol, 2010, p. 602) ; Virlouvet, 2004, p. 358-362 ; Tran (à p.).

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 – CIL, XIV, 4144.
Caption Face principale.
Credits Cliché de M. Ramirez Sanchez.
Caption Face latérale droite.
Credits Cliché de L. Vandervoorde.
Top of page

References

Electronic reference

Nicolas Tran, « C. Veturius Testius Amandus, les cinq corps de lénunculaires d’Ostie et la batellerie tibérine au début du IIIe siècle  », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [Online], 126-1 | 2014, Online since 24 June 2014, connection on 18 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/mefra/2043 ; DOI : 10.4000/mefra.2043

Top of page

About the author

Nicolas Tran

Université de Poitiers, IUF – nicolas.tran[at]univ-poitiers.fr

By this author

Top of page

Copyright

© École française de Rome

Top of page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals