Navigation – Plan du site

Résumés

La ville de Dyrrachium se situe sur le littoral oriental de la mer Adriatique. Idéalement située pour accéder aux Balkans depuis l’Italie, elle a bénéficié de relations précoces avec la péninsule. Dès 229 avant J.-C., lorsque les légions interviennent pour la première fois outre Adriatique, la ville devient un élément central des stratégies politiques, militaires et économiques de Rome. La fondation d’une colonie à Dyrrachium ne saurait donc surprendre et le présent article se donne pour objectif de montrer l’impact de la fondation d’une colonie romaine sur les institutions antérieures de la cité de Dyrrachium, sa société et son cadre urbain. L’analyse replace en outre la Colonia Iulia Augusta Dyrrachinorum dans le contexte plus large du territoire de la cité dont elle offre la première étude globale afin de mettre en lumière les conséquences particulières qu’eut le changement de statut juridique. En parallèle aux importants investissements impériaux dans le cadre urbain (amphithéâtre, aqueduc, thermes, bibliothèque), les sources archéologiques et épigraphiques témoignent également de l’augmentation notable du nombre de sites ruraux dans la chôra de Dyrrachium.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article a été réalisé grâce à une bourse postdoctorale accordée par la Fondation de la Maison des Sciences de l’Homme (FMSH) et la Commission Européenne. Cette recherche postdoctorale a été effectuée au sein du laboratoire « Archéologie d’Orient et Occident et des textes anciens » (AOROC) dirigé par Stéphane Verger. J’aimerais remercier ici ces institutions et les personnes qui m’ont aidé pendant cette recherche. Tous mes remerciements vont également à mon collègue et ami, Vivien Prigent, pour son aide dans la relecture de l'article.

Texte intégral

  • 1 Sur la fondation de la colonie grecque voir Santoro 2012, p. 9-22.

1Située sur la cote orientale de l’Adriatique (fig. 1), Dyrrachium fut dès sa fondation par des colons grecs à la fin du VIIe siècle avant notre ère un port très important, perpétuant cette tradition jusqu’à nos jours1.

Fig. 1 – Position géographique de Dyrrachium.

Fig. 1 – Position géographique de Dyrrachium.

S. Shpuza.

  • 2 Sur l’installation portuaire de Dyrrachium voir Santoro 2009-2010, p. 207-233.

2Ces fonctions portuaires séculaires doivent beaucoup à l’étroite péninsule qui offre une protection naturelle au bassin destiné à accueillir les navires faisant relâche dans la ville2. Jouissant de communications aisées tant avec la proche péninsule italienne qu’avec l’intérieur des terres, elle s’impose dès 229 av. J.-C. comme la tête de pont idéale à la pénétration de l’influence politique, militaire et économique romaine dans les Balkans. Son rôle stratégique lors des Guerres civiles qui emportèrent la République illustre au mieux cette importance.

  • 3 Appien, II, 39 : « Un roi barbare, du nom d’Épidamnos, fonda une cité sur la côte et la nomma Épida (...)
  • 4 Dion Cassius, XLI, 49 : « Dyrrachion est située sur une terre autrefois appartenant à des Illyriens (...)
  • 5 Pausanias, VI, 11, 8.

3Les origines de la ville de Dyrrachium nous sont principalement connues au travers de légendes transmises par les auteurs romains. Appien parle ainsi de la double appellation de la ville : Epidamnos et Dyrrachium3. Quant à Dion Cassius, il nous livre les informations les plus précises sur la position géographique de la ville et son évolution démographique. La situant dans la province romaine de Macédoine, il lui attribue une population illyrienne, la tribu des Parthins, avant l’arrivée des colons grecs. Ce même auteur offre également une explication à la double dénomination de la ville : en imposant le nom de Dyrrachium, les Romains auraient souhaité conjurer les connotations néfastes du nom originel d’Epidamnos, phonétiquement proche du latin damnum, maudit4. Un troisième auteur, Pausanias, préfère pour sa part voir en Epidamnos et Dyrrachium deux villes distinctes, la première, qu’il place loin de Dyrrachium, étant à son époque (IIe siècle ap. J.-C.) complètement abandonnée5.

  • 6 Voir le résumé des sources anciennes dans CIGIME I, p. 19-47.
  • 7 D’après les sources anciennes, on voit que Rome intègre également dans ce protectorat, outre Dyrrac (...)

4Les divergences entre les sources anciennes continuent à poser bien des problèmes aux archéologues et aux historiens6, mais l’on peut néanmoins tenir pour acquis qu’à l’époque romaine toute dualité urbaine éventuelle s’est résorbée au profit de Dyrrachium. Dès 228 av. J.-C., cette ville, la plus importante et l’une des plus prospères de la région, est intégrée au protectorat sur l’Illyrie qui servira de tremplin à l’expansion romaine dans les Balkans7.

5De l’installation du protectorat romain jusqu’à la création de la province de Macédoine en 148 avant notre ère, Dyrrachium reste une ville libre dont l’importance pour Rome ne se dément pas en raison de son rôle clef de tête de pont au point de départ du grand axe de communication destiné à devenir la via Egnatia. À côté des légions, les hommes d’affaires traversaient également l’Adriatique, étendant leur réseau commercial de concert avec l’expansion territoriale de la République. Ce rôle d’interface explique que Dyrrachium ait connu un développement plus marqué qu’Apollonia uniquement dotée d’un port fluvial et reliée à la grande artère par une route secondaire quittant la via Egnatia à hauteur de la statio Clodiana.

  • 8 Catulle, XXXVI, 15 : Dyrrachium Hadriae tabernam.
  • 9 Cicéron, Epistolae ad familiares, XIV, 1, 7.
  • 10 Sur ce patronage, voir Deniaux 1988, p. 143-146.
  • 11 Cicéron, In Pisonem, 40.

6La création de la province macédonienne en 148 avant notre ère semble avoir encore renforcé les liens de Dyrrachium avec Rome si l’on en croit les multiples mentions du grand port dans les sources des derniers temps de la République et du début de l’Empire. Ainsi Catulle le célèbre comme la « taverne de l’Adriatique »8. Pour sa part, Cicéron loue la fidélité de la cité libre9, appréciation qu’il convient de mesurer à l’aune du patronage qu’il exerçait sur Dyrrachium10. Les citoyens du grand port bénéficiaient de relations très privilégiées avec le grand homme d’État qui assurait à Rome la défense de leurs intérêts. Ainsi, Cicéron dénonça-t-il officiellement les exactions dont s’était rendu coupable à l’encontre de Dyrrachium et d’Apollonia Pison, le gouverneur de la province de Macédoine11. On comprend dès lors que la ville ait offert sa protection à l’orateur lorsque les conflits civils obligèrent Cicéron à quitter Rome.

  • 12 César, BC., III, 5.2 ; 11.2 ; 13.1 ; 58.1 ; 77.1 ; Tite-Live, XXIX, 12.3 ; XXXI, 27.1 ; XLII, 48.7  (...)
  • 13 César, BC., III, 75, 1.

7Pendant les guerres civiles, la ville s’imposa comme une base essentielle du dispositif militaire pompéien, tandis qu’Apollonia se rangeait aux côtés de César12. La même opposition se répète lors des guerres du Second Triumvirat, Marc Antoine recevant l’appui de Dyrrachium et le fils adoptif de César, Octave, celui d’Apollonia. Placé sur la ligne de front entre les rivaux, le port de Dyrrachium fournit une base d’opération de première importance aux légions tandis que son territoire devait voir s’affronter les armées des imperatores rivaux. En 48, César encercla la ville, tandis que Pompée dressait son camp à Petra13. L’utilisation de la ville comme base militaire, le débarquement continu des troupes romaines et les sièges de César entraînèrent pour Dyrrachium destructions, disette, cherté, réquisitions, fiscalité d’exception, toute la cohorte des exactions liées au passage des armées.

L’installation de la colonie romaine et la société de Dyrrachium

  • 14 Grant 1946, p. 275-279.
  • 15 RPC I, p. 289.

8La position géographique de Dyrrachium à la croisée des grands axes maritimes et terrestres explique la décision d’y fonder une colonie romaine. Au milieu du siècle dernier, on admettait l’existence de deux fondations romaines successives dans la ville. Selon M. Grant, la première colonie romaine de Dyrrachium aurait été fondée par Marc Antoine vers 42 ou 41 et la logique de l’initiative aurait été punitive, la ville ayant soutenu Pompée. La colonie aurait été nommée Colonia Iulia Veneria, Vénus étant représentée sur les monnaies frappées par la ville14. Seul à proposer cette théorie reposant exclusivement sur le matériel numismatique, l’auteur défendait l’idée d’une véritable damnatio memoriae de l’initiative de Marc Antoine, volontairement passée sous silence par les historiens de la période augustéenne. Sa théorie a en outre été invalidée par l’attribution postérieure des monnaies qui la fondaient à Dium en Macédoine15.

  • 16 Shpuza 2006, p. 165-169.

9La fondation de la colonie de Dyrrachium doit donc être repoussée à l’an 31 avant notre ère et attribuée à Auguste qui lui attribua le nom de Colonia Iulia Augusta Dyrrachinorum. Les données sur l’événement sont très fragmentaires. Cette fondation relevait sans doute du programme augustéen d’attribution de terres aux vétérans, lequel se doublait du souci d’assurer le contrôle stratégique des points clefs du littoral illyrien et des terres les plus fertiles. Ainsi, la fondation de la colonie de Dyrrachium advint parallèlement à celles de Scodra, Butrint et Byllis16.

  • 17 Jacques 1990, p. 238.
  • 18 Dion Cassius, V, 4, 6.

10On ignore le nombre exact des colons romains installé à Dyrrachium, mais celui-ci était normalement fonction de l’importance du territoire contrôlé par la cité recevant la colonie. En l’état actuel de la recherche, le nombre des colons d’une implantation donnée semble avoir varié entre 1000 pour les cités les plus petites, à 10.000 pour les plus grandes, notamment celles d’Afrique17. Si les données quantitatives font défaut, on sait par Dion Cassius que les colons installés à Dyrrachium étaient des Italiens chassés de leurs terres par la colonisation orchestrée par le Second Triumvirat18. Bien que l’on ne puisse exclure un appoint de vétérans des guerres civiles, inquiétude première d’Auguste, leur nombre ne devait pas être très important.

  • 19 CIA no 33.
  • 20 CIA no 37.

11L’attribution à Dyrrachium du statut de colonie entraînait l’alignement de ses institutions sur le modèle romain et l’effacement de celles en vigueur jusqu’en 31 avant notre ère. En outre, les citoyens de la colonie jouissaient du précieux statut de citoyen romain. Au-delà de ces grands principes, on connaît mal la forme exacte des institutions qu’instaura la fondation de la colonie. Notre source principale demeure les inscriptions latines mises au jour qui livrent notamment les noms de quelques patrons de la colonie, ainsi que ceux de duumvirs et de décurions. Ainsi, une inscription latine mentionne un citoyen de Dyrrachium issu du noyau originel des colons envoyés par Rome dans le grand port adriatique et indique qu’il appartenait à la tribu Aemilia. Il exerça plusieurs fonctions municipales : tribun, pontife, préfet et duumvir19. Une autre inscription nous fait connaître un duumvir et patron de la colonie du nom d’Epidamnus Syrus20.

  • 21 CIA no 54.
  • 22 CIA no 61.
  • 23 CIA no 63.
  • 24 CIA no 196.

12Au-delà des structures administratives, les inscriptions éclairent également les instruments du culte impérial dans la colonie et notamment mettent en lumière des Seviri Augustali, un conseil composé essentiellement d’affranchis. Divers membres en sont connus, parmi lesquels Lucius Vesullius Vitalis21, Sergius Cornelius Castricius22, Publius Clodius Hermadion23 ou encore Lucius Papius, qui édifia sur ses fonds propres un temple dédié à Minerve. Un conseil identique est attesté à Byllis24 et à Apollonia.

  • 25 Gjongecaj – Picard 2005, p. 139-154 ; Meta 2013, p. 117-133.
  • 26 Gjongecaj 2007, p. 113.

13L’installation de la colonie romaine n’eut pas que des aspects positifs puisqu’elle semble avoir entraîné la fin de l’activité de l’atelier monétaire local, l’un des plus actifs des derniers siècles avant notre ère. Les monnaies frappées en grandes quantités par Dyrrachium pendant le Ier siècle avant notre ère, attestent du contrôle de Rome sur cet atelier dont les productions servirent à solder les soldats engagés contre les Thraces25. L’une des dernières émissions de l’atelier porte d’ailleurs le nom d’un monétaire romain, Gaios26. La décision de mettre fin à la production monétaire dans la ville s’explique sans doute au regard du soutien accordé par la ville aux ennemis de César et de son fils adoptif.

  • 27 CIGIME 1, no 21.
  • 28 CIGIME 1, no 104.
  • 29 CIGIME 1, no 160.
  • 30 CIGIME 1, no 168.
  • 31 CIGIME 1, no 179.
  • 32 CIGIME 1, no 272.
  • 33 CIGIME 1, no 277.
  • 34 CIGIME 1, no 292.
  • 35 CIGIME 1, no 297.
  • 36 CIGIME 1, no 300.
  • 37 CIGIME 1, no 301.
  • 38 CIGIME 1, no 302.
  • 39 CIGIME 1, no 321.
  • 40 CIGIME 1, no 333.
  • 41 CIGIME 1, no 359.
  • 42 CIGIME 1, no 360 ; 361.
  • 43 CIGIME 1, no 396.
  • 44 CIGIME 1, no 414 ; 419.

14Les inscriptions en langue grecque livrées par Dyrrachium et son territoire nous font connaître bon nombre de noms latins. Citons entre autres Amoenus27, Annaia Celsus28, Grania Annoleia29, Decumus fils de Decumus30, Patulcius31, Quintus Granius Salvius32, Labia33, Lucius Mufeius34, Madena Pometina35, Cornelia Naso36, Marcos Apponius37, Marcos Benevertius38, Nana Anecia39, Nicos Laetius40, Pollia Marcus41, Porcia Barnaius42, Tataia Grania43 et Tireus Trebellius44. Pour l’essentiel, ces noms appartiennent aux hommes d’affaires italiens établis dans la ville dès le IIe siècle avant notre ère. L’usage du grec tout à la fois manifeste le souci de ces Italiens de s’adapter au milieu dans lequel ils venaient s’insérer et reflète le fait qu’ils étaient pour beaucoup d’entre eux originaires des cités grecques d’Italie du Sud.

  • 45 Shehi – Shpuza 2011, p. 207-226.
  • 46 Les stèles ont été trouvées à Durrës lors de travaux de construction. Malheureusement, on ignore le (...)

15Plus importantes encore pour l’étude de l’intégration des Italiens à la société précoloniale de Dyrrachium sont deux inscriptions bilingues trouvées récemment dans la ville45. Ces deux épitaphes renvoient probablement à des familles intégrées avant la fondation de la colonie romaine à la communauté italienne de la ville46. L’une de ces inscriptions bilingues mentionne une Maxima Pomenteinos et un Gaios Pomenteinos (fig. 2) :

Fig. 2 – Inscription bilingue de Maxima Pomenteina et Gaios Pomenteinos.

Fig. 2 – Inscription bilingue de Maxima Pomenteina et Gaios Pomenteinos.

Cliché S. Shpuza.

16ΓΑΙΟϹΠΩΜΕΝΤΙΝΟϹ
ΜΧAANINIA
ΜΑΞΙΜΑΠΩΜΕΝΤΕΙΝΑ
ΓΑΙΟϹΠΩΜΕΝΤΙΝΟϹ

Γάϊος Πωμέντινος
M(a)x(im)a Aninia
Μάξιμα Πωμέντεινα
Γάϊος Πωμέντινος

  • 47 CIGIME 1, no 297.
  • 48 CIL III, 622.
  • 49 Evans 2006, p. 15.
  • 50 CIA no. 147.
  • 51 Wilkes 2004, p. 386.

17Ce même nom apparaît également sur une autre inscription du corpus des inscriptions de Dyrrachium47. Selon Cabanes, le nom renverrait à la cité volsque de Pometia. Une autre inscription latine de Dyrrachium mentionne le gentilice Pomentinus48 et Evans indique à Épidaure la présence d’un duumvir nommé Marcus Pomentinus Turbo49. Le gentilice Pomentinus, toujours en rapport avec la même famille des Maximi, réapparaît sur un site rural des environs de Dyrrachium50. Il s’agit probablement d’une famille italienne établie sur la côte est de l’Adriatique pendant la période républicaine. Toutefois, fondant son opinion sur l’emploi de ce gentilice en Dalmatie, Wilkes estime qu’il s’agit d’un nom adopté aussi par les populations autochtones51. Même si l’inscription est bilingue, son contexte semble local. Le formulaire funéraire, très simple, emploie le grec et mentionne seulement la défunte, omettant le commemorator, en rupture avec la tradition épigraphique romaine.

18La seconde inscription est très particulière. À première vue il semble qu’il s’agit du même texte, en grec et en latin, mais sa lecture révèle que l’une des versions doit être erronée (fig. 3) :

Fig. 3 – Stèle bilingue de Maxima Hetria.

Fig. 3 – Stèle bilingue de Maxima Hetria.

Cliché S. Shpuza.

19MAXSVMA HETRIA.L F RVFA
QVOM LIBEREIS SALVETE
ΜΑΞΙΜΑΕΤΡΟΥΛΟΥΚΙΟΥ
ΡΟΥΦΑ ΚΑΙΤΕΚΝΑ
ΧΑΙΡΕΤΕ

Maxsvma Hetria L(uci) f(ilia) Rufa
quom libereis salvete
Μάξιμα Ἑτριου Λούκιου
Ῥοῦφα καὶ τέκνα
χαίρετε

  • 52 Toçi 1962, no 49, p. 104-105.

20Le texte latin dit Maxima Hetria Rufa, fille de Lucius, tandis que le texte en grec se lit Maxima Rufa, fille de Lucius Hetrius. Cette différence impliquerait chez l’auteur de l’inscription une méconnaissance de l’une ou l’autre langue. Les deux inscriptions proviennent d’une zone de la nécropole ayant restitué des stèles gravées en latin52.

21L’existence d’un certain bilinguisme à Dyrrachium avant la fondation de la colonie romaine constitue une donnée essentielle pour comprendre les relations sociales à l’œuvre dans cette ville. Que des Italiens installés à Dyrrachium choisissent, dans des inscriptions destinées à être lues en dehors de la seule sphère familiale, de recourir aux deux langues témoigne à la fois de la leur volonté de s’intégrer au milieu indigène et d’un souci de maintenir intact leur lien avec leur patrie d’origine. Ces inscriptions bilingues manifestent la symbiose culturelle à l’œuvre dans la société de Dyrrachium avec d’autant plus de clarté que les inscriptions bilingues relèvent de la sphère éminemment intime de la commémoraison des défunts.

  • 53 Varron II.
  • 54 CIA no 30.
  • 55 CIA no 218.

22Le cas de Dyrrachium est d’autant plus intéressant qu’il contraste avec la situation observable plus au sud dans la région voisine d’Épire où, malgré une présence également conséquente d’hommes d’affaires italiens53, le phénomène de bilinguisme n’est guère attesté. Bien entendu ce constat est relativisé par la rareté globale des inscriptions dans les villes épirotes. En effet, à l’exception de Buthrotum pour la seconde moitié du IIe siècle avant notre ère, les villes, notamment Phoinikè et Antigonea, ont livré très peu d’inscriptions, qu’elles soient grecques ou latines. Les inscriptions bilingues sont quant à elles rarissimes, seules deux autres documents pouvant être rapprochés des épitaphes de Dyrrachium. Le premier, qui appartenait à un monument votif dédié aux Dioscures, a été trouvé dans le village actuel de Baldushku, probablement situé au sein du territoire antique de Dyrrachium54. Le second provient d’Amantia et nous transmet le souvenir de la construction d’un dépôt de céréales dans la ville55. Tout comme Dyrrachium, Amantia fut prospère à l’époque hellénistique, ce qui pourrait expliquer le choix du bilinguisme. Ainsi, l’emploi du grec par les Romains pour s’adresser aux indigènes n’est pas seulement un geste de bonne volonté, mais un effort pour favoriser le rapprochement entre communautés. L’apprentissage du grec par les Romains naît donc de logiques différentes, mais complémentaires, de celles expliquant la décision des indigènes de maîtriser la langue du conquérant afin de s’intégrer au mieux à la société romaine. Autre facette de l’évolution linguistique, la fondation de la colonie va amener non seulement le passage du grec au latin, mais également la transformation de l’onomastique de la ville, devenue à terme presqu’entièrement latine. Ce phénomène implique a contrario l’élimination progressive du stock anthroponymique grec et illyrien.

  • 56 CIGIME 1, 1, n° 58.
  • 57 CIGIME 1, 1, n° 59.
  • 58 Koch 1988, p. 43.
  • 59 CIGIME 1, 1, n° 60.

23Ces évolutions semblent s’inverser partiellement à partir de la fin du IIe siècle. On constate en effet un retour partiel à la langue grecque, phénomène qui ne se limite pas à Dyrrachium mais peut être également observé dans les autres colonies de la région, Byllis et Buthrotum. Au cours du IIIe siècle, on note plusieurs cas d’emploi de la langue grecque dans la ville. Citons la tombe de Zotikos de Prymnessos, fils de Markos, originaire de Phrygie et mort à Dyrrachium56 et les épitaphes de Flavius Maximus57, Flavius Longinus58 et Stephanos59. Tout comme à l’époque précédente, l’évolution linguistique se reflète dans l’onomastique, la proportion de noms grecs dans les épitaphes de Dyrrachium allant croissante par rapport à la haute époque impériale. Notre connaissance des réalités sociales du IIIe siècle demeure malheureusement insuffisante pour interpréter les choix, largement personnels, des individus optant pour un nom grec.

  • 60 Dion Cassius, LXXVIII, 9, 5.

24La réutilisation de la langue grecque dans les monuments funéraires du IIIe siècle s’accompagne d’une diminution brutale du nombre d’inscriptions conservées, un phénomène généralement identifié avec les effets de l’édit de Caracalla qui attribua la citoyenneté romaine à toutes les populations de l’Empire60. Le statut de citoyen romain perdit de son importance précisément lors d’une période de difficultés économiques pour les élites provinciales traditionnelles. Celles-ci firent dès lors moins fond sur les inscriptions coûteuses, n’ayant plus de statut privilégié à proclamer par leur entremise. Une évolution synchrone s’opère au niveau de l’emploi des sarcophages. Leur usage, bien attesté à l’époque hellénistique à Dyrrachium comme à Apollonia, cesse après la conquête romaine. Ils réapparaissent néanmoins dans la seconde moitié du IIe siècle à Dyrrachium et, au siècle suivant, dans d’autres villes importantes comme Apollonia, Buthrotum et Hadrianopolis. Il est donc très probable que l’élite urbaine de Dyrrachium, précisément parce qu’elle abandonnait l’usage de l’inscription, ait adopté le sarcophage comme nouveau moyen de proclamer son éminence.

L’urbanisme à Dyrrachium (Ier-IIIe siècle)

  • 61 Sur la topographie ancienne de Dyrrachium voir Muller – Tartari 2010, p. 289-297.

25Contrastant avec la relative richesse et avec la qualité des sources littéraires et épigraphiques, les données archéologiques, notamment celle relatives à la période de la fondation de la colonie romaine, sont minimales. Les raisons d’une telle situation sont nombreuses. Premièrement, la ville moderne de Durrës, occupe aujourd’hui encore le site de la ville ancienne. Deuxièmement, le contrôle des institutions en charge des fouilles de sauvetage sur les nouvelles découvertes demeure très faible et l’enregistrement des trouvailles minimal. Les institutions albanaises responsables du patrimoine culturel n’ont pas les moyens de s’opposer efficacement à l’édilité chaotique qui caractérise l’Albanie contemporaine. Troisièmement, le niveau des eaux demeure très élevé, rendant difficile et coûteuse toute exploration des niveaux hellénistique et archaïque de la ville61. Pour toutes ces raisons, on ne connaît que de rares édifices monumentaux des périodes romaine et byzantine, parmi lesquels l’amphithéâtre, les thermes et l’enceinte de la ville. On dispose toutefois d’informations sur les nécropoles archaïques, hellénistiques et romaines située sur les collines qui entourent la ville (fig. 4).

Fig. 4 – Plan de Dyrrachium.

Fig. 4 – Plan de Dyrrachium.

S. Shpuza.

  • 62 Gutteridge – Hoti 2003, p. 378.
  • 63 Ce postulat demeure théorique. Sur les récentes hypothèses relatives aux différentes phases de l’en (...)

26Les données archéologiques relatives à l’époque qui vit l’installation de la colonie demeurent très maigres. Parmi celles-ci, citons l’une des phases du mur d’enceinte de la ville dont la technique, qui fait uniquement appel à la brique, indique précisément l’extrême fin de la République et les débuts du Principat62. Ce mur semble reposer sur une structure isodome susceptible d’être attribuée à son tour au mur d’enceinte hellénistique. Au-dessus du mur romain fut ultérieurement édifié le mur byzantin du VIe siècle, encore visible aujourd’hui. Il n’est toutefois nullement prouvé que le mur byzantin suive sur tout son circuit le mur hellénistique et romain63.

  • 64 Sestieri 1942, p. 130-142 ; Deniaux 2012, p. 219-228.
  • 65 Cabanes 2004, p. 121-128.
  • 66 Whittaker 1985, p. 59.

27Ces données archéologiques lacunaires peuvent être partiellement complétées par certaines inscriptions qui nous conservent le souvenir d’une série de monuments construits à Dyrrachium pendant la période romaine64. On y lit en outre l’intervention des citoyens de la ville qui participent au financement d’une grande partie des monuments publics65, démontrant l’existence à Dyrrachium d’une élite économique de haut vol. La source de leur richesse est à chercher dans l’ampleur de leur propriété foncière favorisée par la taille du territoire de la colonie. Bien entendu, l’exploitation du territoire de Dyrrachium n’était pas l’apanage exclusif de l’élite locale, les représentants de la haute aristocratie romaine ayant des intérêts dans la cité adriatique comme partout ailleurs dans l’Empire. Ainsi, Statilius Taurus utilisa les forêts de son domaine sis dans le territoire de Dyrrachium pour faire édifier à Rome par ces propres charpentiers un amphithéâtre en bois66.

  • 67 Heuzey – Daumet 1876, p. 387 ; CIL III, 709 ; CIA no 142. Sur l’aqueduc de Dyrrachium, voir Adami 1 (...)
  • 68 L’ancien nom du fleuve était Ululeus. Son identification avec Erzen est proposée par Heuzey – Daume (...)

28L’une des inscriptions les plus importantes mentionne la construction de l’aqueduc de la ville par Hadrien et sa reconstruction par Alexandre Sévère67. La source alimentant cet aqueduc se trouvait près du fleuve Erzen68 et le tracé de l’ouvrage continuait vers les collines d’Arapaj où la plaque portant l’inscription a été trouvée. L’eau arrivait dans la ville grâce à un système de canalisations et tunnels (fig. 5).

Fig. 5 – L’aqueduc de Dyrrachium.

Fig. 5 – L’aqueduc de Dyrrachium.

S. Shpuza, d’après Miraj – Myrto 1982, fig. 1.

29Cet aqueduc long de 15 km représente l’une des œuvres d’ingénierie les plus importantes construites par les Romains en Illyrie. Une grande partie des fondations du monument a été conservée jusqu’à très récemment, ce qui a rendu possible une reconstruction à peu près exacte de son parcours. De plus, les fouilles effectuées au sein de l’enceinte ont également mises au jour des collecteurs de plomb utilisés pour la distribution de l’eau dans la ville (fig. 6).

Fig. 6 – Tuyaux de plombs portant le nom des magistrats.

Fig. 6 – Tuyaux de plombs portant le nom des magistrats.

S. Shpuza.

30Ces tuyaux portent les noms des magistrats urbains qui s’occupaient des travaux publics. Que cet aqueduc ait été construit seulement sous Hadrien (117-138) suggère que la colonie ait jusqu’alors utilisé les ressources hydriques strictement locales. Les données archéologiques témoignent en effet de l’existence d’un système d’approvisionnement antérieur à l’aqueduc d’Hadrien, canalisant au moyen de tuyaux de terre cuite l’eau des sources des collines environnantes. La construction de cet aqueduc serait ainsi le signe d’une croissance démographique de la ville ayant rendu insuffisante cet approvisionnement local en eau et nécessaire la mise en chantier d’un projet de grande ampleur.

  • 69 Sur les thermes découverts à Dyrrachium, Miraj 1994, p. 207-224.

31La construction de l’aqueduc et l’abondant approvisionnement en eaux a en outre rendu possible la construction de plusieurs thermes dans la ville. La plupart de ces édifices thermaux ont été découverts lors de fouilles de sauvetage dans les années 1980. Pour cette raison, les informations disponibles sur ces monuments sont fragmentaires69. Il s’agit pour la plupart d’édifices privés, à l’exception notable de celui retrouvé à l’occasion de la construction du théâtre de la ville moderne. Ces thermes étaient dotés de piscines, tepidarium et frigidarium, qui permettent d’y voir un bâtiment public (fig. 7).

Fig. 7 – Plan des thermes publics de Dyrrachium.

Fig. 7 – Plan des thermes publics de Dyrrachium.

D’après Miraj 1994, fig. 2.

  • 70 CIL III, 607; CIA no 35 : « À Lucius Flavius Tellus Gaeticulus, de la tribu Aemilia, honoré d’un ch (...)

32Une autre inscription très importante nous amène sous Trajan. Elle nous transmet la mémoire d’un chevalier romain, L. Flavius Telluri Gaetulicus, qui fut duumvir quinquennalis et patron de la colonie. Ce personnage fit usage de ses richesses pour financer l’achat du terrain destiné à l’édification de la bibliothèque de la ville. En cette occasion, il offrit en outre des jeux de gladiateurs70. L’existence d’une bibliothèque dans la ville ne nous est connue que par cette inscription et sa localisation dans la ville demeure inconnue.

33La mention des jeux de gladiateurs amène naturellement à évoquer l’existence de l’amphithéâtre, monument amplement fouillé (fig. 8).

Fig. 8 – Vue de l’amphithéâtre de Dyrrachium.

Fig. 8 – Vue de l’amphithéâtre de Dyrrachium.

Cliché S. Shpuza.

  • 71 Fiedler et alii. 2011, p. 55-200.
  • 72 Toçi 1971, p. 42.
  • 73 Toçi 1971, p. 37-42.
  • 74 Dyrrachium I.

34Ce monument est le seul de sa catégorie édifié par les Romains dans la région : dans d’autres grandes villes, comme Apollonia, on se limita à adapter l’orchestra du théâtre pour y recevoir les combats de gladiateurs71. La date de la construction de l’amphithéâtre, qui fit appel à l’emploi à grande échelle de la brique, demeure discutée. V. Toçi, le premier fouilleur de l’amphithéâtre, fondant son opinion sur le matériel archéologique mis au jour, pense qu’il s’agit d’une construction du règne de Trajan72. En revanche, L. Miraj, qui reprit des fouilles dans l’amphithéâtre pendant les années 1980, penche en faveur d’une réalisation du règne de l’empereur Hadrien, tout comme l’aqueduc et les thermes. Cette deuxième hypothèse semble aujourd’hui remporter l’essentiel des suffrages. Toutefois, une bonne moitié du monument demeure à fouiller, ce qui oblige à laisser ouverte la question de sa datation73. Les dernières fouilles ont mis en lumière une stratigraphie et une chronologie très complexes descendant jusqu’au XIIIe siècle. Toutes les structures tardives semblent reposer sur les murs écroulés des galeries de l’amphithéâtre74. La capacité de l’amphithéâtre a été établie à environ 20 000 spectateurs. Il demeura en activité jusqu’au violent tremblement de terre qui, au IVe siècle, détruisit ce monument comme tant d’autres constructions de Dyrrachium. Désaffecté, il reçut durant l’Antiquité Tardive et le Moyen Âge, deux chapelles intégrées à ses galeries, ainsi qu’une nécropole occupant l’arène.

  • 75 Miraj 1991, p. 253 ; CIA no 123.

35L’existence de ce monument permet de postuler l’existence des divers corps de métier spécifiquement dédiés à l’organisation des jeux de gladiateurs. Une inscription latine trouvée dans la ville nous fait ainsi connaître un magister ludei en charge de l’organisation de telles manifestations75.

  • 76 Santoro 2003, p. 186-190 ; Shehi 2007, p. 159-208 ; Santoro – Sassi – Hoti 2010, p. 299-324.

36D’autres constructions de moindre importance ont été dégagées dans la ville par les fouilles de sauvetage qui confirment la présence de basiliques, thermes, temples. Plusieurs édifices d’habitation ont été également mis au jour, mais malheureusement la documentation de l’activité des fouilleurs est minimale et il demeure délicat d’en tirer un portrait précis de l’urbanisme d’époque romaine76.

  • 77 Hidri 1986, p. 99-113.
  • 78 Pojani 2010, p. 337-343.
  • 79 Budina 1960, p. 222-235.
  • 80 Sestieri 1943.
  • 81 Tartari 1971, p. 103-119.
  • 82 Tartari 1987, p. 153-165.
  • 83 Lucain, Phars., VI, 25 ; César, BC, III, 58. Les deux auteurs donnent ces renseignements quand ils (...)

37Plusieurs nécropoles identifiées et fouillées aux alentours de Dyrrachium permettent néanmoins de se faire une idée des limites de la ville ancienne, malgré la difficulté méthodologique représentée par la chronologie différenciée des différentes zones d’inhumation. Les nécropoles et temples extra-urbains restent malgré tout notre meilleur indicateur pour suivre l’extension de la ville archaïque et hellénistique. La nécropole archaïque, qui s’étend sur les collines au nord-ouest de la ville, a été l’objet de fouilles archéologiques bien menées77. Dans cette même zone de collines, deux temples du VIe-Ve siècle ont été identifiés78. À la fin de la période hellénistique et au début de la période romaine, on voit apparaître de nouvelles nécropoles. L’une d’elle, qui appartient à la période hellénistique tardive, est située au nord de la ville79. Deux autres nécropoles peuvent être attribuées à la période impériale. La première, qui se situe entre Porto Romano et Dyrrachium, a livré l’essentiel des épitaphes latines étudiées par C.P. Sestieri dans les années 3080 ; la seconde s’étend au sud-ouest de la ville et a livré des tombes au riche mobilier81. Une autre nécropole offrant des tombes attribuées au IIIe siècle a été identifiée dans la zone appelé Stani82. Toutes ces nécropoles se situent à l’extérieur des fortifications de la ville. Le périmètre des fortifications correspondait donc peut-être étroitement avec la superficie totale de la ville, au moins durant la période hellénistique et romaine. Un autre élément clef pour saisir l’extension de la ville de Dyrrachium est la présence de la lagune limitant l’expansion vers l’est de la ville. La croissance de celle-ci était donc contenue entre la dorsale de collines au nord, la lagune à l’est et la mer à l’ouest. Ce point semble confirmé par les sources littéraires83.

  • 84 Shpuza 2009, p. 481-502.

38Les règnes des premiers Antonins marquent apparemment l’apogée de Dyrrachium, comme, plus généralement, de la civilisation urbaine de l’Illyrie méridionale et de l’Épire, et avec la mise en œuvre de grands programmes d’urbanisation et de monumentalisation84. Le développement de la colonie de Dyrrachium connut une nouvelle impulsion au milieu du IVe siècle, la ville accédant en 328 aux fonctions de capitale de la province d’Épire Nouvelle. Malheureusement, l’éventuel impact de cette promotion sur le décor urbain nous échappe presque totalement. Seule la construction d’un macellum (fig. 9) confirme que l’Empire continua malgré les troubles à investir dans la cité.

Fig. 9 – Le macellum du IVe siècle.

Fig. 9 – Le macellum du IVe siècle.

Cliché S. Shpuza.

Le territoire de la colonie

  • 85 Nicolet 1988, p. 72.
  • 86 Février – Leveau 1982, p. 13 ; Horden – Purcell 2002.

39La fondation d’une colonie romaine à Dyrrachium n’alla pas sans entraîner d’importants changements d’ordre militaire, économique et stratégique. Comme indiqué plus haut, Dyrrachium était avant tout pour Rome la porte d’accès à la Via Egnatia dont l’importance alla croissant durant la période augustéenne. Le développement de ce grand axe dans le cadre de la Pax Romana stimula la croissance démographique de l’arrière-pays de Dyrrachium. Dès la fin du Ier siècle avant notre ère, on constate l’abandon des sites hellénistiques de hauteurs et l’installation des populations à proximité des grandes villes et des routes principales de la région. Ce processus migratoire ne fut évidemment pas sans conséquences sur l’organisation du territoire, selon des modalités bien attestées également pour d’autres régions de l’Empire romain85. De plus, la période romaine voit se renforcer les liens entre la ville et son territoire dont l’administration et l’exploitation économiques allait de pair86.

  • 87 Anamali 1983, p. 5-9.
  • 88 Ceka 1983, p. 203-218.

40Un auteur du IVe siècle, Vibius Sequester, nous a transmis de très précieuses informations sur le territoire de Dyrrachium à travers le petit lexique d’histoire naturelle qu’il composa. Il y présente en ordre alphabétique les noms des régions, des fleuves et des lacs87. Parmi les régions figure Dyrrachiae que Vibius Sequester délimite ainsi : au sud, elle a pour limite le fleuve Genus (l’actuel Shkumbin), lequel sépare le territoire de Dyrrachium de celui d’Apollonia ; au nord, le territoire de Dyrrachium s’étend jusqu’au fleuve Mathis (l’actuel Mat), à proximité de la cité de Lissus. La cité de Dyrrachium était donc à la tête d’un territoire d’une étendue exceptionnelle. Il est plus que probable que ce témoignage soit valable pour la période antérieure au IVe siècle, ce même territoire étant sous l’influence économique de Dyrrachium depuis l’époque hellénistique. En effet, le fleuve Mat était déjà la frontière naturelle entre sa sphère d’influence et celle de la ville illyrienne de Lissus, tout comme le fleuve Shkumbin marquait la limite entre l’influence économique d’Apollonia et celle de Dyrrachium. Cette situation se reflète au mieux dans les données céramiques et numismatiques. L’hinterland d’Apollonia a révélé une série de centres illyriens au sud du Shkumbin, notamment Margëlliç et Mashkjeza, dont les liens commerciaux étroits avec Apollonia sont prouvés par les amphores et la céramique fine88. À l’inverse, l’arrière-pays de Dyrrachium n’a pas livré d’importants sites illyriens, seul Albanopolis (l’actuel village de Zgërdhesh) apparaissant d’une quelconque importance au nord de Shkumbin. Ainsi, la densité des centres illyriens qui se développent dans la région constitue le principal critère de distinction entre l’arrière pays d’Apollonia et celui de Dyrrachium. Les données numismatiques confirment la césure territoriale constituée par le fleuve Shkumbin, les zones respectives de circulation des monnaies de Dyrrachium et d’Apollonia ayant le fleuve pour discriminant.

  • 89 Les deux inscriptions qui attestent que Scampis était un vicus de Dyrrachium ont été trouvées à Elb (...)
  • 90 César, BC., III, 41, 1.

41Les informations de Vibius Sequester relatives aux confins septentrionaux et méridionaux du territoire de Dyrrachium trouvent donc confirmation dans les données archéologiques et l’on ne peut que regretter que l’auteur ne nous livre pas de données sur la limite orientale de ce territoire. Il faut ici faire appel à deux inscriptions latines qui nous informent que Scampis (actuel Elbasan) était un vicus relevant de la juridiction de Dyrrachium89. Par ailleurs, César nous apprend l’existence sur le territoire de Dyrrachium d’un autre vicus situé appelé Asparagium90, qui pourrait devoir être identifié à la ville actuelle de Rrogozhina. Ces deux exemples, outre le fait qu’ils nous renseignent sur les modalités d’organisation et de contrôle du territoire rural de Dyrrachium à l’époque romaine, permettent de donner une limite minimale à l’extension du territoire de cette cité vers l’est (fig. 10).

Fig. 10 – La répartition de l’habitat rural et les limites du territoire de Dyrrachium.

Fig. 10 – La répartition de l’habitat rural et les limites du territoire de Dyrrachium.

S. Shpuza.

  • 91 Hoti 1977-1978, p. 327-328.
  • 92 CIA no 143.
  • 93 Myrto 1982, p. 18-19.
  • 94 Myrto 1974, p. 248.
  • 95 Pour une synthèse sur les stations de la Via Egnatia, voir Fasolo 2003.

42La densification des sites ruraux en l’Illyrie méridionale à l’époque romaine s’observe clairement sur le territoire de la colonie de Dyrrachium. La Via Egnatia, qui suit le cours de la vallée du fleuve Shkumbin, joue ici un rôle important. Ses stations s’affirment comme autant de nœuds stratégiques essentiels pour la structuration du territoire rural de la colonie. Ainsi, il est probable que la statio de Kryemëdhenj se soit développée aux deux premiers siècles de notre ère en un site rural d’importance. Le site a en effet livré des constructions décorées de mosaïque et un matériel céramique de qualité91. A Salmanaj, la découverte d’une pierre milliaire révèle la présence d’une autre statio de la Via Egnatia92. Kryeluzi, où ont été mises au jour des constructions des premiers siècles de l’Empire, pourrait également s’être développée à partir d’une telle étape.93. Le village actuel de Qerreti occupe sans doute de même encore un autre site de statio de la Via Egnatia94. Enfin, on a identifié les restes d’une cinquième statio, associés à une nécropole romaine à Shijak95.

  • 96 Myrto 1982, p. 12-28.
  • 97 Spahiu 1975, p. 184.
  • 98 Ippen 1907, p. 171.
  • 99 Myrto 1974, p. 247-258.
  • 100 Myrto 1982, p. 55-79.
  • 101 Tartari 1976, p. 350.

43La présence de sites ruraux d’époque romaine aux alentours de Dyrrachium se lit également à travers la présence de plusieurs petites nécropoles, à Golem, Çetë, Kavajë, Shtodhër, Harizaj, Luz i Vogël, Gosë, Rrogozhinë, Kryevidh96, Valijas97, Ishëm (Pistum)98 et Seferaj99. La céramique romaine livrée par plusieurs sites (Armath, Hamallaj, Gjuricaj, Draç, Kodra e Lulit, Rrashbull, Mërkuraj, Ballaj, Kepi i Lagjit100 et Shkallnur) confirme enfin la grande densité de sites ruraux101.

  • 102 Shpuza 2010, p. 607-616.

44Toutes ces petites agglomérations, qui présentent très peu de signes de monumentalité, constituaient les chaînons de base du maillage administratif hiérarchisé mis en place sous domination romaine. On se heurte évidemment à la difficulté d’établir une chronologie précise de cet habitat rural qui se développe dans la région de Dyrrachium, car la majorité des sites n’a pas fait l’objet de fouilles. Il n’en reste pas moins que l’abandon généralisé des sites illyriens à la fin du Ier siècle avant J.-C., a dû contribuer puissamment à la densification de l’habitat rural en plaine et ce dernier phénomène peut sans doute à bon droit être considéré comme postérieur à la fondation de la colonie. Cette densification de l’habitat rural atteint son apogée au IIe siècle, certaines agglomérations, notamment Scampis, présentant alors les caractéristiques de vrais centres urbains. L’absence de fouilles empêche toutefois d’estimer avec une quelconque précision l’emprise au sol de ces agglomérations. On soulignera seulement la densité des petites nécropoles romaines dans des zones géographiquement très proches, phénomène qui pourrait suggérer une grande fragmentation du territoire rural102.

45Sous la domination romaine, Dyrrachium continua à jouer un rôle de premier plan dans le cadre de la province de Macédoine, dans les événements politiques et militaires du Ier siècle avant notre ère notamment. La ville se trouve sous la tutelle des personnages les plus connus de la période.

46Malgré la pauvreté des données en notre possession, on perçoit bien l’impact de la fondation de la colonie sur l’évolution de Dyrrachium, le nouveau statut administratif, privilégié par rapport à celui des cités rivales à l’échelle régionale, posant les bases de son futur développement. La fondation provoqua la substitution aux institutions hellénistiques traditionnelles, de formes d’administrations civiques typiquement romaines. Il en alla de même dans le domaine de l’onomastique. La seule évolution a priori préjudiciable au développement économique concerne l’interruption de l’activité de l’atelier monétaire de la ville.

47Les données archéologiques révèlent sans ambigüité l’ampleur des investissements impériaux dans le décor monumental de la ville, notamment dans l’amphithéâtre et l’aqueduc d’époque hadrienne. Le développement urbain reflète alors également celui du territoire rural où se multiplient les sites de plaine, indice d’un essor démographique sensible.

48Ainsi, si la Colonia Iulia Augusta Dyrrachinorum n’est évidemment pas la mieux connue en raison du développement moderne de la ville et de l’absence de données précises sur ses institutions, elle n’en offre pas moins un cas d’étude du plus haut intérêt pour l’analyse de l’impact des fondations augustéennes l’évolution des sociétés provinciales et l’organisation du territoire.

Haut de page

Bibliographie

Adami 1950 = J. Adami, Shënime arkeologjike, I. Pas gjurmëve të ujësjellësit antik të Durrësit, dans Buletin i Institutit të Shkencave, 1-2, 1950, p. 36-65.

Anamali 1983 = S. Anamali, Të dhëna toponomike në veprën e Vib Sekuestrit, dans Iliria, 2, 1983, p. 5-9.

Budina 1960 = Dh. Budina, Gërmime në nekropolin e Durrësit (materiale të vitit 1957), dans Bulletin i Universitetit Shtetëror të Tiranës, 2, 1960, p. 222-235.

Cabanes 1976 = P. Cabanes, L’Épire de la mort de Pyrrhos à la conquête romaine, 272-167 av. J.-C., Paris, 1976 (Annales littéraires de l’Université de Besançon, 186 / Centre de recherche d’histoire ancienne, 19).

Cabanes 2004 = P. Cabanes, L’évergétisme à Apollonia d’Illyrie et à Dyrrachium à l’époque romaine, dans M. Cébeillac-Gervasoni, L. Lamoine, F. Trément (éd.), Autocélébration des élites locales dans le monde romain : contexte, textes, images. (IIe siècle av. J.-C. – IIe siècle ap. J.-C.), Clermont-Ferrand, 2004, p. 121-128.

Ceka 1983 = N. Ceka, Processi di trasformazione nell’Illiria del Sud durante il periodo arcaico, dans Modes de contacts et processus de transformation dans les sociétés anciennes [Actes du colloque de Cortone, 24-30 mai 1981, organisé par la Scuola normale superiore et l'École française de Rome avec la collaboration du Centre de recherches d'histoire ancienne de l'Université de Besançon], Rome, 1983, p. 203-218.

CIA = S. Anamali, H. Ceka, E. Deniaux, Corpus des inscriptions latines d’Albanie, Rome, 2009 (Collection de l'École française de Rome, 410).

CIGIME I = P. Cabanes, Faik Drini, Corpus d’inscriptions grecques d’Illyrie méridionale et de l’Épire I, Athènes, 1995.

Deniaux 1988 = E. Deniaux, Cicéron et la protection des cites de l’Illyrie du sud et de l’Épire, dans Iliria, 2, 1988, p. 143-146.

Deniaux 2010 = E. Deniaux, Recherches sur les tribus de l’Albanie romaine : la tribu Aemilia, dans M. Silvestrini (éd.), Le tribù romane [Atti della XVI rencontre sur l’épigraphie (Bari 8-10 ottobre 2009)], Bari, 2010, p. 65-70.

Deniaux 2012 = E. Deniaux, Épigraphie et construction publiques dans la colonie de Dyrrachium, dans S. Demougin, J. Scheid (éd.), Colons et colonies dans les monde romain, Rome, 2012 (Collection de l'École française de Rome, 456), p. 219-228.

Dyrrachium I = S. Santoro, A. Hoti, B. Sassi (ed.), Dyrrachium I : l’anfiteatro romano di Durazo studi e scavi 2004-2005, dans Annuario della Scuola archeologica di Atene e delle Missioni italiane in Oriente, LXXXIII, III, 5, II, 2005.

Evans 2006 = A. Evans, Ancient Illyria : an archaeological exploration, Londres, 2006.

Fasolo 2003 = M. Fasolo, La Via Egnatia : da Apollonia e Dyrrachium ad Herakleia Lynkestidos I, Rome, 2003.

Février – Leveau 1982 = P.-A. Février, P. Leveau (éd.), Villes et campagnes dans l’empire Romain [Actes du colloque organisé à Aix-en-Provence (16-17 mai, 1980)], Aix-en-Provence-Marseille, 1982.

Fiedler et alii 2011 = M. Fiedler et alii, Neue Forschungen zum hellenistich-römischen Theater von Apollonia (Albania), dans RM, 117, 2011, p. 55-200.

Grant 1946 = M. Grant, From imperium to auctoritas, Cambridge, 1946.

Gutteridge – Hoti 2003 = A. Gutteridge, A. Hoti, The walled town of Dyrrachium (Durrës) : new light on the early defences, dans Journal of Roman Archaeology, 16, 2003, p. 367-379.

Gjongecaj – Picard 2005 = Sh. Gjongecaj, O. Picard, Drachmes d’Apollonia et de Dyrrachion dans les Balkans, dans Studia Albanica, 1, 2005, p. 139-154.

Gjongecaj 2007 = Sh. Gjongecaj, Le trésor de Lleshan, dans Revue Numismatique, 163, 2007, p. 101-140.

Heuzey – Daumet 1876 = L. Heuzey, H. Daumet, Mission archéologique de Macédoine, Paris, 1876.

Hidri 1986 = H. Hidri, Nekropoli antik i Dyrrahut, dans Iliria, 2, 1986, p. 99-113.

Horden – Purcell 2002 = P. Horden, N. Purcell, The corrupting sea : a study of Mediterranean history, Oxford, 2002.

Hoti 1977-1978 = A. Hoti, Kërkime arkeologjike në zonën e Kryemdhenjit në rrethin e Durrësit, dans Iliria, 7-8, 1977-1978, p. 327-328.

Ippen 1907 = Th. Ippen, Skutari und die nordalbanische Küstenebene, Sarajevo, 1907 (Shqipëria e vjetër, traduit en albanais par Gj. Karaiskaj et A. Klosi, Tiranë, 2002).

Jacques 1990 = F. Jacques, Les statuts des personnes et des communautés, dans F. Jacques, J. Scheid, Rome et l’intégration de l’Empire : 44 av. J.-C. – 260 ap. J.-C. Tome I. Les structures de l’Empire Romain, Paris, 1990, p. 209-289.

Koch 1988 = G. Koch, Sarkofagët e periudhës perandorake, dans Monumentet, 1, 1988, p. 39-80.

Meta 2013 = A. Meta, Guerre et circulation monétaire : le cas des drachmes de Dyrrachion, dans A. Rufin Solas (éd.) en collaboration avec M.-G. Parissaki et E. Kosmidou, Armées grecques et romaines dans le nord des Balkans, Gdansk-Torun, 2013 (Akanthina, 7), p. 117-133.

Miraj – Myrto 1982 = F. Miraj, H. Myrto, Ujësjellësi i Dyrrahut, dans Iliria, 1, 1982, p. 131-156.

Miraj 1991 = L. Miraj, Mbishkrime për ndërtimet e Dyrrahut, dans Iliria, 1-2, 1991, p. 249-257.

Miraj 1994 = L. Miraj, Termat e Dyrrahut, dans Iliria, 1-2, 1994, p. 207-224.

Muller – Tartari 2010 = A. Muller, F. Tartari, Des figurines aux collines. Contribution à la topographie d’Épidamne-Dyrrachion, dans J.-L. Lamboley, M. P. Castiglioni (éd.), L’Illyrie Méridionale et l’Épire dans l’Antiquité V [Actes du Ve colloque international de Grenoble (10-12 octobre 2008)], vol. 1, Paris, 2010, p. 289-297.

Myrto 1982 = H. Myrto, Hartë e monumenteve dhe gjurmëve antike e mesjetare të Durrësit, dans Monumentet, 1, 1982, p. 18-19.

Myrto 1974 = H. Myrto, Mbi disa qendra arkeologjike ndërmjet Kavajës dhe Durrësit, dans Monumentet, 7-8, 1974, p. 247-258.

Nicolet 1988 = Cl. Nicolet, L’inventaire du monde : géographie et politiques aux origines de l’Empire Romain. Paris, 1988.

Pojani 2010 = I. Pojani, Le projet de la chôra antique de Durrës (Albanie) : terres environnantes d’Epidmanos-Dyrrachion, dans J.-L. Lamboley, M. P. Castiglioni (éd.), L’Illyrie méridionale et l’Épire dans l’Antiquité [Actes du Ve colloque international de Grenoble, 8-11 octobre 2008)], Paris, 2010, p. 337-343.

RPC I = A. Burnett, M. Amandry, P. P. Ripollès (éd.), Roman Provincial Coinage, vol. I, From the death of Caesar to the death of Vitellius, Londres-Paris, 1992.

Santoro 2003 = S. Santoro, Lo stato degli studi sull’urbanistica di Epidamnos-Dyrrachium, dans M. Buora, S. Santoro (éd.), Progetto Durrës : l’indagine sui beni culturali albanesi dell’Antichità e del Medioevo. Tradizioni di studio a confronto [Atti del primo incontro scientifico Parma-Udine, 19-20 aprile 2002)], dans Antichità Altoadriatiche, LIII, 2003, p. 186-190.

Santoro 2009-2010 = S. Santoro, Fra città e porto : le installazioni portuarie di Epidamnos/Dyrrachium, dans R. Bedon (éd.), Macella, tabernae, portus : les structures matérielles de l’économie en Gaule romaine et dans les régions voisines, Limoges, 2009-2010 (Caesarodunum, XLIII-XLIV), p. 207-233.

Santoro 2012 = S. Santoro, Epidamnos / Dyrrachion : nascita e sviluppo della città fra VII e VI sec. A.C., dans G. De Marinis, G. M. Fabrini, G. Paci, R. Perna, M. Silvestrini (éd.), I processi formativi ed evolutivi della città in area adriatica, Oxford, 2012 (BAR International Series, 2419), p. 9-22.

Santoro – Sassi – Hoti 2010 = S. Santoro, B. Sassi, A. Hoti, Una nuova immagine dell’urbanistica di Epidamnos-Dyrrachium dagli scavi e dalle ricerche del Dipartimento di archeologia de della Missione archeologica italiana di Durrës, dans J.-L. Lamboley, M. P. Castiglioni (éd.), L’Illyrie méridionale et l’Épire dans l’Antiquité [Actes du Ve colloque international de Grenoble, 8-11 octobre 2008)], Paris, 2010, p. 299-324.

Sestieri 1942 = C. P. Sestieri, Vita publica e monumenti di Durazzo in età romana attraverso gli iscrizioni, dans Epigraphica, XX, 1942, p. 130-142.

Sestieri 1943 = C. P. Sestieri, Nënshkrime latine të Shqipnis. Studime e tekste, Arkeologjike I., Rome, 1943 (Iscrizioni latine d’Albania. Studi e testi, I).

Spahiu 1975 = H. Spahiu, Gjurmë të reja varresh në Valijas : Rrethi i Tiranës – gjetje rasti, dans Buletin Arkeologjik, 5, 1975, p. 184.

Shpuza 2006 = S. Shpuza, The Roman colonies of South Illyria : a review, dans L. Bejko, R. Hodges (éd.), New directions in Albanian archaeology, Tirana, 2006, p. 165-169.

Shpuza 2009 = S. Shpuza, Cités et territoires : l’Illyrie méridionale à l’époque romaine, dans MEFRA, 121, 2, 2009, p. 481-502.

Shpuza 2010 = S. Shpuza, L’espace rural illyro-épirote : contribution à l’étude de l’occupation du territoire et de l’économie à l’époque romaine, dans J.-L. Lamboley, M. P. Castiglioni (éd.), L’Illyrie méridionale et l’Épire dans l’Antiquité V [Actes du Ve colloque international de Grenoble (10-12 octobre 2008)], vol. 1, Paris, 2010, p. 607-616.

Shehi 2007 = E. Shehi, Contributo per la topografia di Dyrrachium (III secolo a.C. – IV secolo d.C.), dans Journal of Archaeological Topography, XVII, 2007, p. 159-208.

Shehi – Shkodra – Rrugia 2010 = E. Shehi, B. Shkodra-Rrugia, Le front nord des fortifications de Dyrrachium : données nouvelles et hypothèses, dans J.-L. Lamboley, M. P. Castiglioni (éd.), L’Illyrie méridionale et l’Épire dans l’Antiquité [Actes du Ve colloque international de Grenoble, 8-11 octobre 2008)], Paris, 2010, p. 325-336.

Shehi – Shpuza = E. Shehi, S. Shpuza, Mbishkrime të reja latine nga Dyrrahu dhe rrethinat e tij, dans Iliria, XXXV, 2011, p. 207-226.

Tartari 1971 = F. Tartari, Rezultatet e gërmimeve të vitit 1971 në skajin verilindor të qytetit të Durrësit, dans Buletin Arkeologjik, 3, 1971, p. 103-119.

Tartari 1975 = F. Tartari, Gjurmë ndërtimesh në kënetën e Durrësit, dans Monumentet, 9, 1975, p. 161-164.

Tartari 1976 = F. Tartari, Gjurmë kanalesh të lashtë në Durrës dhe në qendra të tjera të vendit tonë, dans Monumentet, 11, 1976, p. 75-86.

Tartari 1987 = F. Tartari, Një grup varresh të shek. II-IV të e.sonë në zonën kodrinore të nekropolit të Dyrrahut, dans Iliria, 1, 1987, p. 153-165.

Toçi 1962 = V. Toçi, Mbishkrime e relieve nga nekropoli i Dyrrahut, dans Buletin i Universitetit Shtetëror të Tiranës, 2, 1962, p. 70-136.

Toçi 1971 = V. Toçi, Amfiteatri i Dyrrahut, dans Monunentet, 2, 1971, p. 37-42.

Whittaker 1985 = C. R. Whittaker, Trade and aristocracy in the Roman Empire, dans Opus, IV, 1985, p. 59.

Wilkes 2004 = J. J. Wilkes, Greek and Latin in the territory of Dyrrachium, dans P. Cabanes, J.-L. Lamboley (éd.), L’Illyrie méridionale et l’Épire dans l’Antiquité IV [Actes du IVe colloque international. Grenoble 19-12 octobre 2002)], Paris, 2004, p. 383-389.

Haut de page

Notes

1 Sur la fondation de la colonie grecque voir Santoro 2012, p. 9-22.

2 Sur l’installation portuaire de Dyrrachium voir Santoro 2009-2010, p. 207-233.

3 Appien, II, 39 : « Un roi barbare, du nom d’Épidamnos, fonda une cité sur la côte et la nomma Épidamne d’après son propre nom. Dyrrachos, le fils de sa fille et de Poséidon, ajouta à la cité un port et l’appela Dyrrachion ».

4 Dion Cassius, XLI, 49 : « Dyrrachion est située sur une terre autrefois appartenant à des Illyriens, les Parthins, mais maintenant et déjà en ce temps-là regardée comme une partie de la Macédoine ; et elle bénéficie d’un très bon emplacement, qu’elle soit l’Épidamne des Corcyréens ou de quelque autre cité. Ceux qui ont écrit sur ce sujet rapportent sa fondation et son nom au héros Dyrrachios ; mais d’autres ont déclaré que la place était renommée par les Romains avec référence aux difficultés de la côte rocheuse, parce que le terme Epidamnus a en latin le sens « de mauvais augure » et ainsi semblait peu favorable pour les voyageurs ».

5 Pausanias, VI, 11, 8.

6 Voir le résumé des sources anciennes dans CIGIME I, p. 19-47.

7 D’après les sources anciennes, on voit que Rome intègre également dans ce protectorat, outre Dyrrachium et Apollonia, les tribus illyriennes des Parthinii et Atintanii. La mise en place de ce protectorat n’est très claire, mais il semble que ces villes et tribus fonctionnaient comme des structures séparées. Ils se reconnaissaient une dette morale envers Rome, mais n’avaient pas perdu leur indépendance. Sur ce sujet voir Cabanes 1976, p. 220-222.

8 Catulle, XXXVI, 15 : Dyrrachium Hadriae tabernam.

9 Cicéron, Epistolae ad familiares, XIV, 1, 7.

10 Sur ce patronage, voir Deniaux 1988, p. 143-146.

11 Cicéron, In Pisonem, 40.

12 César, BC., III, 5.2 ; 11.2 ; 13.1 ; 58.1 ; 77.1 ; Tite-Live, XXIX, 12.3 ; XXXI, 27.1 ; XLII, 48.7 ; XLV, 43.10 ; Appien, II, 39 ; 54-56 ; 60; 65.

13 César, BC., III, 75, 1.

14 Grant 1946, p. 275-279.

15 RPC I, p. 289.

16 Shpuza 2006, p. 165-169.

17 Jacques 1990, p. 238.

18 Dion Cassius, V, 4, 6.

19 CIA no 33.

20 CIA no 37.

21 CIA no 54.

22 CIA no 61.

23 CIA no 63.

24 CIA no 196.

25 Gjongecaj – Picard 2005, p. 139-154 ; Meta 2013, p. 117-133.

26 Gjongecaj 2007, p. 113.

27 CIGIME 1, no 21.

28 CIGIME 1, no 104.

29 CIGIME 1, no 160.

30 CIGIME 1, no 168.

31 CIGIME 1, no 179.

32 CIGIME 1, no 272.

33 CIGIME 1, no 277.

34 CIGIME 1, no 292.

35 CIGIME 1, no 297.

36 CIGIME 1, no 300.

37 CIGIME 1, no 301.

38 CIGIME 1, no 302.

39 CIGIME 1, no 321.

40 CIGIME 1, no 333.

41 CIGIME 1, no 359.

42 CIGIME 1, no 360 ; 361.

43 CIGIME 1, no 396.

44 CIGIME 1, no 414 ; 419.

45 Shehi – Shpuza 2011, p. 207-226.

46 Les stèles ont été trouvées à Durrës lors de travaux de construction. Malheureusement, on ignore le contexte archéologique de leur exhumation. Il s’agit probablement d’une nécropole d’époque républicaine. La datation des stèles de cette période repose sur leur étude paléographique et iconographique.

47 CIGIME 1, no 297.

48 CIL III, 622.

49 Evans 2006, p. 15.

50 CIA no. 147.

51 Wilkes 2004, p. 386.

52 Toçi 1962, no 49, p. 104-105.

53 Varron II.

54 CIA no 30.

55 CIA no 218.

56 CIGIME 1, 1, n° 58.

57 CIGIME 1, 1, n° 59.

58 Koch 1988, p. 43.

59 CIGIME 1, 1, n° 60.

60 Dion Cassius, LXXVIII, 9, 5.

61 Sur la topographie ancienne de Dyrrachium voir Muller – Tartari 2010, p. 289-297.

62 Gutteridge – Hoti 2003, p. 378.

63 Ce postulat demeure théorique. Sur les récentes hypothèses relatives aux différentes phases de l’enceinte de Dyrrachium, voir Shehi – Shkodra – Rrugia 2010, p. 325-336.

64 Sestieri 1942, p. 130-142 ; Deniaux 2012, p. 219-228.

65 Cabanes 2004, p. 121-128.

66 Whittaker 1985, p. 59.

67 Heuzey – Daumet 1876, p. 387 ; CIL III, 709 ; CIA no 142. Sur l’aqueduc de Dyrrachium, voir Adami 1950, p. 126 ; Tartari 1975, p. 161 ; Miraj – Myrto 1982, p. 131-156.

68 L’ancien nom du fleuve était Ululeus. Son identification avec Erzen est proposée par Heuzey – Daumet 1876, p. 387-388.

69 Sur les thermes découverts à Dyrrachium, Miraj 1994, p. 207-224.

70 CIL III, 607; CIA no 35 : « À Lucius Flavius Tellus Gaeticulus, de la tribu Aemilia, honoré d’un cheval aux frais de l’État par l’empereur César Trajan Auguste, préfet de la deuxième cohorte des Espagnols munie de cavalerie en Germanie supérieure, duumvir quinquennal, pontife, patron de la colonie, qui, dans l’acquisition d’un terrain pour la construction d’une bibliothèque, a contribué pour la somme de 170 000 sesterces et a déchargé la collectivité de cette dépense, et pour l’inauguration de celle-ci a offert des jeux avec douze pairs de gladiateurs ».

71 Fiedler et alii. 2011, p. 55-200.

72 Toçi 1971, p. 42.

73 Toçi 1971, p. 37-42.

74 Dyrrachium I.

75 Miraj 1991, p. 253 ; CIA no 123.

76 Santoro 2003, p. 186-190 ; Shehi 2007, p. 159-208 ; Santoro – Sassi – Hoti 2010, p. 299-324.

77 Hidri 1986, p. 99-113.

78 Pojani 2010, p. 337-343.

79 Budina 1960, p. 222-235.

80 Sestieri 1943.

81 Tartari 1971, p. 103-119.

82 Tartari 1987, p. 153-165.

83 Lucain, Phars., VI, 25 ; César, BC, III, 58. Les deux auteurs donnent ces renseignements quand ils décrivent le siège de la ville par César pendant les guerres civiles.

84 Shpuza 2009, p. 481-502.

85 Nicolet 1988, p. 72.

86 Février – Leveau 1982, p. 13 ; Horden – Purcell 2002.

87 Anamali 1983, p. 5-9.

88 Ceka 1983, p. 203-218.

89 Les deux inscriptions qui attestent que Scampis était un vicus de Dyrrachium ont été trouvées à Elbasan. CIA no 153 ; no 154. Pour plus en détail sur ces deux inscriptions voir Deniaux 2010, p. 65-70.

90 César, BC., III, 41, 1.

91 Hoti 1977-1978, p. 327-328.

92 CIA no 143.

93 Myrto 1982, p. 18-19.

94 Myrto 1974, p. 248.

95 Pour une synthèse sur les stations de la Via Egnatia, voir Fasolo 2003.

96 Myrto 1982, p. 12-28.

97 Spahiu 1975, p. 184.

98 Ippen 1907, p. 171.

99 Myrto 1974, p. 247-258.

100 Myrto 1982, p. 55-79.

101 Tartari 1976, p. 350.

102 Shpuza 2010, p. 607-616.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Position géographique de Dyrrachium.
Crédits S. Shpuza.
Titre Fig. 2 – Inscription bilingue de Maxima Pomenteina et Gaios Pomenteinos.
Crédits Cliché S. Shpuza.
Titre Fig. 3 – Stèle bilingue de Maxima Hetria.
Crédits Cliché S. Shpuza.
Titre Fig. 4 – Plan de Dyrrachium.
Crédits S. Shpuza.
Titre Fig. 5 – L’aqueduc de Dyrrachium.
Crédits S. Shpuza, d’après Miraj – Myrto 1982, fig. 1.
Titre Fig. 6 – Tuyaux de plombs portant le nom des magistrats.
Crédits S. Shpuza.
Titre Fig. 7 – Plan des thermes publics de Dyrrachium.
Crédits D’après Miraj 1994, fig. 2.
Titre Fig. 8 – Vue de l’amphithéâtre de Dyrrachium.
Crédits Cliché S. Shpuza.
Titre Fig. 9 – Le macellum du IVe siècle.
Crédits Cliché S. Shpuza.
Titre Fig. 10 – La répartition de l’habitat rural et les limites du territoire de Dyrrachium.
Crédits S. Shpuza.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Saimir Shpuza, « Colonia Iulia Augusta Dyrrachinorum », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 126–2 | 2014, mis en ligne le 18 décembre 2014, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/mefra/2558 ; DOI : 10.4000/mefra.2558

Haut de page

Auteur

Saimir Shpuza

Institut archéologique d’Albanie – saimirshpuza[at]hotmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals